Cerise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cerise (homonymie).
Cerises rouges

La cerise est le fruit comestible du cerisier. Il s'agit d'une drupe (petit fruit charnu à noyau), de forme sphérique, de couleur généralement rouge plus ou moins foncé, plus rarement jaune. Ce petit fruit compte environ 50 calories pour 100 grammes.

Histoire et étymologie[modifier | modifier le code]

Cerises blanches

Le cerisier sauvage ou merisier, Prunus avium est présent en Europe dès l'époque néolithique, comme l'attestent les découvertes archéologiques[1].

Les cultivars de cerises douces sont très proches des formes du Prunus avium sauvage que l'on trouve dans toute l'Europe tempérée, dans le Caucase et le nord de la Turquie[2]. Les fruits de ce merisier sauvage sont de la même couleur rouge foncé. Mûrs, ils ont une chair sucrée mais qui peut être amère, sans être acide. Avant d'être cultivées, ces merises sauvages étaient récoltées comme l'attestent les noyaux trouvés sur des sites néolithiques et de l'Âge du Bronze, en Europe centrale[2].

La culture du merisier pour ses fruits remonterait au IVe siècle avant notre ère, d'après les traces archéologiques trouvées en Asie Mineure (Caucase, Anatolie). Les premières cultures seraient grecques puis romaines.

Jules Verne, dans un ouvrage peu connu Kéraban-le-Têtu, fait passer ses héros le long de la mer Noire en direction d’Istanbul, ils traversent alors une ville nommée Kérésoum où « le cerisier abonde ». L'auteur mentionne aussi le fait que le bois de ces arbres est utilisé également pour faire des pipes.

Les termes français cerise, anglais cherry (issu du normand cherise, avec [z] pris pour un pluriel), espagnol cereza, allemand Kirsche, vieil anglais cirse procèdent tous du latin vulgaire *cerĕsia, issu lui-même du bas latin ceresium pour cerasium, emprunt au grec κερἀσιον. La cerise a donné son nom à des villages et à des familles.

En France, il fut cultivé pour le commerce dès le haut Moyen Âge ; ses fruits délicats et sucrés étaient appréciés, mais aussi son bois, à la texture et à la finesse délicates.

Jean Morelot, de Fontenoy-le-Château, qui rapporta de ses voyages en Asie Mineure des plants de cerisiers, fut anobli en 1585 par le duc de Lorraine ; lui ont été octroyées des armes parlantes portant un « cerisier de sinople fruité de gueules ».

Cependant, c’est à Louis XV, qui aimait beaucoup ce fruit, que l’on doit l’optimisation et la culture intensive du cerisier moderne en France.

Production[modifier | modifier le code]

La récolte des fruits se fait en général entre fin mai et mi-août, selon les variétés. Il faut généralement compter 45 jours entre la date de floraison et la date de maturité des fruits.

Production moyenne régionale de cerises (University of Minnesota Institute)

Production en tonnes. Chiffres 2003-2004
Données de FAOSTAT (FAO)

Drapeau de la Turquie Turquie 255 000 13 % 255 000 13 %
Drapeau de l'Iran Iran 220 000 11 % 220 000 12 %
Drapeau des États-Unis États-Unis 225 800 12 % 220 000 12 %
Drapeau de l'Ukraine Ukraine 146 000 8 % 140 000 7 %
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 135 000 7 % 120 000 6 %
Drapeau de l'Italie Italie 100 518 5 % 100 000 5 %
Roumanie Roumanie 98 504 5 % 98 000 5 %
Drapeau de la Russie Russie 90 000 5 % 95 000 5 %
Drapeau de l'Espagne Espagne 93 900 5 % 73 400 4 %
Drapeau de la France France 50 826 3 % 57 200 3 %
Drapeau de la Grèce Grèce 42 657 2 % 45 000 2 %
Drapeau de la Pologne Pologne 44 122 2 % 44 000 2 %
Drapeau de la Syrie Syrie 39 730 2 % 39 700 2 %
Autres pays 379 221 20 % 389 222 21 %
Total 1 921 278 100 % 1 896 522 100 %

En France, le Vaucluse est le premier département producteur français de cerises, il fournit 25 % des tonnages en cerise de table et les 3/4 de la production française destinée à la transformation.

En dix ans, la production mondiale de cerises douces a progressé de 17 %. En 2009, la Turquie reste le premier producteur mondial, les États-Unis sont montés au second rang.

Production en tonnes. Chiffres 2009
Données de FAOSTAT (FAO)

Drapeau de la Turquie Turquie 417 694
Drapeau des États-Unis États-Unis 390 000
Drapeau de l'Iran Iran 225 000
Drapeau de l'Italie Italie 116 200
Drapeau de l'Espagne Espagne 96 400
Drapeau de la Syrie Syrie 78 289
Drapeau de la Russie Russie 69 000
Roumanie Roumanie 67 874
Drapeau de l'Ouzbékistan Ouzbékistan 67 000
Drapeau du Chili Chili 56 000
Drapeau de la France France 53 577

Valeurs nutritionnelles[modifier | modifier le code]

La cerise douce est riche en sucre et assez énergétique. C'est une bonne source de fibres alimentaires et de vitamine C.

Cerise, fraîche
(teneur pour 100 g d'aliment comestible, d'après ANSES[3])

eau : 81,1 g cendres totales :  g fibres : 1,7 g valeur énergétique : 282 kJ
protéines : 1,2 g lipides : 0,27 g glucides : 14,1 g sucres simples : 14,1 g
oligo-éléments
potassium : 215 mg magnésium : 9,9 mg phosphore : 21,8 mg calcium : 11 mg
sodium : 2 mg cuivre : 0,06 mg fer : 0,3 mg zinc : 0,07 mg
vitamines
vitamine C : 9 mg vitamine B1 : 30 µg vitamine B2 : 30 µg vitamine B3 : 400 µg
vitamine B5 : 200 µg vitamine B6 : 50 µg vitamine B9 : 15 µg vitamine B12 : 0 µg
vitamine D : 0 µg rétinol : 0 µg vitamine E : 200 µg Bêta-carotène : 54 µg

Composition phénolique[modifier | modifier le code]

La cerise douce contient des composés phénoliques qui contribuent à son activité anti-oxydante. On trouve principalement des acides phénols (des acides chlorogéniques, de l'acide férulique et hydroxybenzoïque) et des flavonoïdes (avec une dominance des anthocyanosides).

  • Les cerises douces et crues contiennent des flavanols (ou catéchines) comme les pommes ou les raisins. Elles contiennent aussi des oligomères et polymères de flavanols, appelés « tanins condensés » ou « proanthocyanidol » mais en quantité relativement modérée comparée aux prunes. Ces molécules ont une activité vasodilatatrice (par activation de l'oxyde nitrique synthase eNOS).
  • Les anthocyanosides sont des pigments naturels responsables de la coloration rouge, pourpre des fruits. Outre les cerises, on les trouve aussi dans les myrtilles. Le murissement des fruits se traduit par un accroissement de la concentration de pigments anthocyanosides[5] et des sucres ainsi qu'une diminution de la concentration des acides. Les pigments anthocyanosidiques diminuent la perméabilité des capillaires et augmentent leur résistance[6] et comme beaucoup de composés phénoliques, se sont des piégeurs de radicaux libres.
Composition phénolique de la cerise douce de P. avium
d'après Phenol-Explorer[8] et Jakobeka et al[7]
ACIDES CHLOROGENIQUES, en mg/100g MF
Acide 3-caféylquinique : 44,71
Acide 3-férulylquinique : 0,43
Acide 3-p-coumarylquiniqe : 38,43
Acide 4-caféylquinique : 0,77
Acide 4-p-coumarylquinique : 1,27
Acide 5-caféylquinique : 2,20
FLAVONOIDES, en mg/100g MF
FLAVANOLS
(+)-catéchol : 1,50
(-)-épicatéchol : 7,78
(-)-épigallocatéchol : 0,05
(-)-épicatéchol 3-gallate : 0,09
ANTHOCYANIDOLS
(instables)
cyanidol,
pélargonidol
paeonidol
FLAVONOLS
quercétol : 0,58
kaempférol


PROANTHOCYANIDOLS oligomères
(astringence)
Procyanidol B1 : 0,23
Procyanidol B2 : 2,10
Procyanidol B3 : 0,08
Procyanidol B4 : 0,18
Procyanidol B5 : 0,20
Procyanidol B7 : 1,01
Procyanidol C1 :1,85
ANTHOCYANOSIDES
(pellicule → pigment rouge)
cyanidol 3-glucoside : 18,73
cyanidol 3-rutinoside : 143,27
pélargonidol 3-rutinoside : 1,24
paeonidol 3-glucoside : 0,76
paeonidol 3-rutinoside : 7,42



HETEROSIDES DE FLAVONOLS
(pellicule→protection contre UV)
quercétol 3-rutinoside : 19,48
dérivés du quercétol : 2,34
dérivés du kaempférol : 0,38






Il n'y a pas de mesure absolue de l'activité antioxydante des aliments mais diverses méthodes qui lorsqu'elles sont appliquées à des listes de produits, permettent de faire des comparaisons significatives. Ainsi, le Nutrient Data Laboratory de Beltsville[9] donne dans sa table de 2010, le classement suivant le score ORAC :

Activité antioxydante ORAC de quelques fruits
total ORAC μmol TE/100 g, d'après USDA database
Produit T-ORAC
Raisin sec
doré, seedless
10 450
Prune, crue 6 100
Pomme Red Delicious,
avec la peau
4 275
Cerise douce, crue 3 747
Pomme Golden Delicious,
crue, avec la peau
2 670
Pêche, crue 1 922
Orange Navel, crue 1 819
Kiwi, cru 862

Utilisation[modifier | modifier le code]

Pour l'alimentation[modifier | modifier le code]

Le dénoyauteur (en) permet de retirer le noyau des cerises.

Les cerises se consomment nature, au sirop (amarena), à l’eau de vie, en confiture, en pâtisserie, et même en tisane.

Il existe aussi des recettes locales :

  • macérées au moins un jour dans du vin rouge sucré (recette catalane) ;
  • macérées au moins trois jours dans du vinaigre (sans les queues) (recette allemande) pour accompagner les farces et le gibier.

Le noyau de la cerise contient de l’amygdaline.

Pour la santé[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Les cerises fraîches détiennent le record en β-carotène, et sont très riches en vitamine A, vitamine E, et sont légèrement laxatives. Elles contiennent des sucres (15 g pour 100 g, dont le lévulose), de la pectine (utile pour les confitures), de la vitamine C.

Le potassium qu’elle contient lui donne des propriétés diurétiques et ses fibres stimulent le fonctionnement intestinal.

Leur teneur calorique reste raisonnable de 65 à 68 kcal pour 100 g.

Les pédoncules, ou queues de cerises, se préparent en décoction — peu agréable à boire — et sont utilisées notamment contre l’inflammation des voies urinaires, la cystite, la goutte et l’hydropisie.

Les cerises sont censées réguler l'appareil urinaire et les intestins[10]. Un proverbe dit que[10]:

« Si toute l'année il y avait des cerises, Messieurs les médecins n'iraient plus qu'en chemise. »

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Noms et expressions[modifier | modifier le code]

Le nom de la cerise désigne, par analogie, d'autres fruits. Il désigne aussi le fruit du caféier, qui contient deux noyaux, et les grains de café, par analogie à cause de leur couleur rouge. On parle aussi de tomate cerise à propos des variétés de tomates à petits fruits.

Cerise peut être un prénom. En France, un arrêt de la 1re chambre civile de la Cour de Cassation en date du 10 juin 1981 (connu sous le nom d'arrêt « Cerise ») a rappelé que : « d'après l'article I de la loi du 11 Germinal an XI relative aux prénoms et aux changements de nom, peuvent notamment être reçus comme prénoms les noms en usage dans les différents calendriers [...] les parents peuvent choisir comme prénoms, sous la réserve générale que dans l'intérêt de l'enfant ils ne soient pas jugés ridicules, les noms en usage dans les différents calendriers » et qu'« il n'existe aucune liste officielle des prénoms autorisés. »

La cerise apparaît dans plusieurs expressions et proverbes. On la rencontre dans plusieurs proverbes français : « avoir la cerise » ou « avoir la guigne », c’est manquer de chance. « Mettre une cerise sur le gâteau », c’est terminer une activité. « C’est la cerise sur le gâteau » signifie (parfois ironiquement) « c’est le petit détail final qui parfait une réalisation ».

Par tradition, les bataillons français de chasseurs à pied ou alpins, bleu cerise est employé à la place de rouge pour désigner cette dernière couleur, sauf dans trois cas : la couleur du drapeau ; l'insigne ou le ruban de la Légion d'Honneur ; « les lèvres de la femme aimée ».

En physique, on parle de rouge cerise quand un métal porté à incandescence atteint une température d’environ 900 °C.

En informatique, le terme « cerise » commence à avoir une grande diffusion ; c’est en fait le crack / patch concernant un logiciel (Réseau P2P principalement).

Musique[modifier | modifier le code]

La chanson Le Temps des cerises fut longtemps un symbole révolutionnaire ouvrier fort, et à ce titre fut longtemps interdite dans de nombreux pays.

Littérature[modifier | modifier le code]

L'écrivain et philosophe français Jean-Jacques Rousseau consacre dans ses Confessions, en 1782, un chapitre à un moment de sa vie qu'il intitule « l'idylle des cerises ».

L'écrivain français René Fallet publie en 1969 le roman Comment fais-tu l'amour, Cerise ? chez Denoël. Une oeuvre musicale en est tirée : Cerise (comment fais-tu l'amour, Cerise ?), paroles René Fallet, musique Paul Louka, publiée chez Babel en 1976. Une adaptation théâtrale du roman est créée par la Compagnie XYZ.

Sport[modifier | modifier le code]

Il existe un sport consacré au lancer de noyau de cerise. Des championnats sont organisés en Suisse et en Europe[11]. Pour la fête annuelle de la cerise de Céret, un piniodrome est dressé pour le concours de crachat de noyau de cerises, avec régulièrement des lancers de plus de 10 mètres.

Calendrier[modifier | modifier le code]

Dans le calendrier républicain français, le 19e jour du mois de Messidor est dénommé jour de la Cerise[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claire Doré, Fabrice Varoquaux, Histoire et amélioration de cinquante plantes cultivées, Inra-Quae,‎ 2006, 812 p.
  2. a et b Daniel Zohary, Maria Hopf, Domestication of Plants in the Old World: The Origin and Spread of Cultivated Plants in West Asia, Europe, and the Nile Valley, Oxford University Press, USA,‎ 2001, 328 p.
  3. anses
  4. pour les références, voir acide chlorogénique
  5. Valentina Usenika, Damijana Kastelecb, Robert Veberiča and Franci Štampar, « Quality changes during ripening of plums (Prunus domestica L.) », Food Chemistry, vol. 111, no 4,‎ 2008, p. 830-836
  6. Bruneton, J., Pharmacognosie - Phytochimie, plantes médicinales, 4e éd., revue et augmentée, Paris, Tec & Doc - Éditions médicales internationales,‎ 2009, 1288 p. (ISBN 978-2-7430-1188-8)
  7. a et b Lidija Jakobeka, Marijan Šerugaa, Sandra Voćab, Zoran Šindrakc and Nadica Dobričevićb, « Flavonol and phenolic acid composition of sweet cherries (cv. Lapins) produced on six different vegetative rootstocks », Scientia Horticulturae, vol. 123, no 1,‎ 2009, p. 23-28
  8. Ph-Expl
  9. Nutrient Data Laboratory, « USDA Database for Oxygen Radical Absorbance Capactity (ORAC) of Selected Foods, release 2 », Nutient Data,‎ 2010
  10. a et b Anne-Christine Beauviala, Météo et dictons régionaux, Bonneton, 128 p. (ISBN 9-782862-532554), p. 60
  11. lancer de noyau de cerise.
  12. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, p. 28.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]