1952

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1952 (MCMLII en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour les autres significations, voir 1952 (Chronologie de Dada et du surréalisme).

Années :
1949 1950 1951  1952  1953 1954 1955

Décennies :
1920 1930 1940  1950  1960 1970 1980
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Alberta, Colombie-Britannique, Île-du-Prince-Édouard, Manitoba, Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (Belgique, France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Économie Football Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

  • Août - septembre (Kenya) : révolte des Mau Mau (Kenya Land and Freedom Army), secte politico-religieuse qui s’oppose par la terreur à la présence des Blancs, provoquée par l’inégalité dans la répartition des terres et des charges au début de l’année.
  • 15 septembre : l'Érythrée musulmane, colonie italienne depuis 1890, est fédérée à l'Éthiopie, chrétienne copte, en tant que région autonome à la suite d'une décision de l’ONU de 1950.
  • 20 octobre : l’état d’urgence est proclamé au Kenya. Répression violente par les Britanniques, qui fait environ 15 000 morts (1952-1955). Le leader nationaliste Jomo Kenyatta est emprisonné (1952-1961).
  • 15 décembre[1] : Code du Travail d’Outre-Mer en France.

Maghreb[modifier | modifier le code]

  • Désordres en Tunisie contre les autorités françaises (1952-1954).
  • 17 janvier[2] : émeutes à Bizerte. Le résident général fait arrêter Bourguiba et les leaders du Néo-Destour le 18. L’UGTT déclenche une grève générale. En réplique, la légion étrangère ratisse le cap Bon . Le résident exige de Lamine Bey la démission du gouvernement auquel participe le Néo-Destour. Le bey n’obéissant pas, le résident fait arrêter le Premier ministre et trois autres ministres (25 mars).
  • 26 mars : arrestation des ministres tunisiens. Une vague d’arrestations déferle sur le pays. Les nationalistes prennent le maquis (fellagas) et leur terrorisme affronte le terrorisme d’organisations secrètes européennes (la Main Rouge).
  • 9 septembre : dans une lettre adressée au président Vincent Auriol, le bey de Tunis rejette le plan de réformes politiques proposé par la France.
  • 5 décembre : le secrétaire de l’Union générale tunisienne du travail, Farhat Hached, est assassiné par la Main Rouge avec la complicité de la police. Le bey refuse de collaborer avec le résident général et engage une grève du sceau.
  • 7 - 8 décembre : émeutes de Casablanca au Maroc à la nouvelle de l’assassinat de Farhat Hached. Le résident général dissout l’Istiqlal et en arrête les chefs.
  • Maroc : sur 706 médecins, 11 sont marocains. Sur plus de 200 architectes, un seul est marocain.

Amérique[modifier | modifier le code]

26 juillet : mort d’Eva Perón
  • La Bolivie est le pays le plus pauvre d’Amérique du Sud. L’espérance de vie à la naissance est de l’ordre de 40 ans et le taux d’alphabétisation n’excède pas 30 %. Les trois quarts de la population vivent de l’agriculture mais les rares terres cultivables sont aux mains de grands propriétaires recourant au pongueaje, pratique féodale de travail forcé accompagné de services personnels gratuits, pourtant interdite en 1945. Un puissant secteur minier assure les recettes de l’exportation et entretient des conditions de travail inhumaines.

Etats-Unis[modifier | modifier le code]

  • 23 juin : devant l'avancée des troupes sino-coréennes, Truman ordonne au Strategic Air Command d'intensifier les bombardements stratégiques en Corée du Nord.
  • 27 juin : Immigration and Nationality Act. Restriction de l'immigration, renforcement des contrôles et durcissement de l'octroi de la nationalité. La Maccarthisme que connait les États-Unis exacerbe les tensions et accentue la chasse aux sorcières.
  • 16 juillet : Veterans' Readjustment Assistance Act. Aides fédérales pour l'accès à l'éducation aux militaires américains.
  • 5 octobre : bataille d'Arrow Head en Corée
  • 4 novembre : Dwight David Eisenhower (R) est élu président des États-Unis avec 55,1 % des voix contre Adlai S. Stevenson (D) 44,4 %. Ses partisans exploitent le Maccarthisme, le coût de la guerre de Corée et divers scandales qui éclaboussent l’Administration. Les républicains reviennent au pouvoir après vingt ans d’administration démocrate.
    • Joseph MacCarthy, réélu avec plus de 60 % des voix est nommé président du Senate Permanent Subcommittee on Investigation, commission d'enquête anticommuniste du Sénat.
  • Le taux de croissance annuel moyen tombe à 2,5 % aux États-Unis.
  • 2,2 % d'inflation
  • Budget fédéral :
    • Recettes : 66,2 milliards de dollars
    • Dépenses : 67,7 milliards de dollars
    • Déficit public de 1,5 milliards de dollars
  • 2,9 % de chômeurs.
  • 500 000 hommes présents en Corée.
  • Le MAAG finance 20 % du coût de la Guerre d'Indochine menée par la France. Augmentation des crédits à 350 millions de dollars.

Asie[modifier | modifier le code]

22 février : Bengali Language Movement à Dhâkâ.
23 juin : bombardement de la Corée du Nord (photographie d'août 1951)
  • Indonésie : le Nahdatul Ulama (Conseil des Ulemas) se sépare du Masjumi. Il est issu d’une association de professeur d’enseignement religieux (1926) qui se consacre à la défense de l’Islam contre les survivances hindouistes. Plus conservateur que le Masjumi sur le plan religieux, il se situe au centre sur le plan politique et social.
  • Accroissement du coût de la guerre d'Indochine. Aide financière des États-Unis à la France.
  • Création d’une société indonésienne de navigation, la Pelni. La KPM, financée par des capitaux étranger, assure cependant la plus grande partie du trafic entre les îles.
  • Le secteur industriel représente 10 % du revenu national en Indonésie.

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

  • 1er janvier : le roi de Jordanie Talal donne une Constitution au pays dans laquelle le gouvernement est responsable devant le Parlement.
  • 25 janvier : samedi noir en Égypte. Des affrontements au Caire entre soldats britanniques et policiers égyptiens font une cinquantaine de victimes.
  • 18 février : la Turquie intègre l'OTAN.
  • 26 février : des manifestations éclatent au Caire contre la présence occidentale. Le gouvernement wafdiste décrète la loi martiale et réprime le mouvement.
  • 27 février : le roi Farouk Ier d'Égypte renvoie le gouvernement, suspend le Parlement et retourne à un exercice personnel du pouvoir.
  • 22 - 23 juillet : la monarchie égyptienne est renversée par des membres du comité des Officiers libres. Un Conseil de la révolution est formé et confie la direction du pays au général Mohammed Naguib.
  • 23 juillet : retour à la Constitution de 1923 en Égypte. Ali Maher forme un gouvernement, mais le pouvoir réel est aux mains du Conseil de la révolution. Les Officiers libres se divisent. L’aile gauche et Nasser réclament un retour à la démocratie et des élections législatives sont annoncées. Une réforme agraire est promulguée, limitant la propriété foncière à 80 ha par propriétaires et 125 par familles. Devant l’hostilité de l’ancienne classe politique, le Conseil procède à de nombreuses arrestations.
  • 27 juillet : Farouk abdique en faveur de son fils Fouad et quitte l’Égypte.
  • 12 août : les dirigeants jordaniens et les membres de la famille royale s’inquiètent des réformes libérales du roi Talal et le déposent pour raisons de santé. Son fils Hussein prend le pouvoir.
  • 24 août : les troupes britanniques évacuent le canal de Suez.
  • 7 septembre : Ali Maher démissionne et Mohammed Naguib devient chef du gouvernement égyptien.
  • 9 septembre : loi de réforme agraire en Égypte.
  • 19 septembre : au Liban, le chef de l’État Béchara el-Khoury démissionne à la suite d'une crise politique portant sur l’opportunité de l’entrée du Liban dans une alliance militaire avec les Occidentaux. Le Maronite Camille Chamoun lui succède (22 septembre). Il mène une politique pro-occidentale et se montre hostile à l’unité arabe.
  • Septembre - octobre : troubles sociaux à Bassorah puis dans les grandes villes irakiennes. Ce soulèvement, appelé intifadah, est réprimé par l’armée. La loi martiale est proclamée et les partis politiques interdits.

Europe[modifier | modifier le code]

  • 10 mars : Joseph Staline propose une réunification de l’Allemagne, qui serait alors indépendante des deux blocs.
  • 16 mars : accord d’Helsinki. Création du Conseil nordique (Nordisk råd).
  • En réaction à la Convention de Bonn, le gouvernement est-allemand ordonne le renforcement de la ligne de démarcation avec la création d’un no man’s land de 5 km de large.

Europe de l'Est[modifier | modifier le code]

  • Création d’une région autonome hongroise avec Târgu Mureş pour capitale en Transylvanie.
  • Politique de rigueur économique en Roumanie. De grands complexes sidérurgiques sont construits et l’extraction minière est considérablement développée.
  • Les États-Unis fournissent des équipements militaires à la République fédérale populaire de Yougoslavie.
  • 80 % du commerce soviétique s’effectue avec les pays satellites.

Europe de l'Ouest[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1952 en France, 1952 en Italie et 1952 en Suisse.
Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Art et culture[modifier | modifier le code]

  • 6 septembre : une conférence intergouvernementale réunie par l'UNESCO adopte la Convention universelle sur le droit d'auteur[6].

Naissances en 1952[modifier | modifier le code]

Décès en 1952[modifier | modifier le code]

Cortège funèbre d'Eva Perón

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]