Saint-Paul-lès-Durance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Paul-lès-Durance
Image illustrative de l'article Saint-Paul-lès-Durance
Blason de Saint-Paul-lès-Durance
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Aix-en-Provence
Canton Peyrolles-en-Provence
Intercommunalité Communauté d'agglomération du pays d'Aix
Maire
Mandat
Roger Pizot
2014-2020
Code postal 13115
Code commune 13099
Démographie
Gentilé Saint-Paulais
Population
municipale
947 hab. (2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 41′ 16″ N 5° 42′ 30″ E / 43.687778, 5.70833343° 41′ 16″ Nord 5° 42′ 30″ Est / 43.687778, 5.708333  
Altitude 254 m (min. : 230 m) (max. : 519 m)
Superficie 45,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte administrative des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Saint-Paul-lès-Durance

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Saint-Paul-lès-Durance

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-lès-Durance

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-lès-Durance
Liens
Site web http://stpaul.fr

Saint-Paul-lès-Durance est une commune française, située dans le département des Bouches-du-Rhône en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Saint-Paulais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour la periode 1971-2000 :

Mois J F M A M J J A S O N D année
Températures maximales (°C) 11,2 12,6 15,3 17,7 22,2 26,1 29,5 29,2 25,3 20,3 14,7 12,0 19,7
Températures moyennes (°C) 7,1 8,3 10,7 13,1 17,4 21,1 24,1 24,0 20,4 16,0 10,8 8,1 15.1
Températures minimales (°C) 3,0 3,9 6,0 8,5 12,6 16,0 18,7 18,7 15,5 11,6 6,8 4,1 10,5
Précipitations (hauteur en mm) 54 44 40 58 41 25 13 31 61 85 51 52 554,5
Source: Météo France[1] / Station de Marignane

Histoire[modifier | modifier le code]

Faits historiques[modifier | modifier le code]

Une motte castrale a été fouillée, au cœur du centre de Cadarache. La plate-forme sommitale faisait 11 m de diamètre, et le château disposait d’une basse-cour située à l’est de la motte principale. Elle date des Xe et XIe siècles[2].

Un bac permettant de traverser la Durance est attesté en 1195[3]. Autre ressource tirée de la Durance : le péage-tonnage qui y était établi, et qui taxait les radeliers qui la descendaient[4]. Au XIIe siècle, l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon y a possédé cinq établissements religieux, percevant pour chacun d’entre eux les revenus qui y étaient attachés[5] :

  • dès la fin du XIe et jusqu’au XVe siècle, l’église paroissiale Saint-Pierre dans un village fortifié aujourd’hui abandonné, l’oppido Anemare, mais dont le toponyme Saint-Peyre a conservé la trace ;
  • du XIIe siècle au XVe, l’église paroissiale Saint-Michel de Cadarache, au château de Cadarache ;
  • du XIIe au début du XIVe siècle, les églises Sancti Capiti au domaine de Cadarache, actuellement en ruines, et l’église Sancti Martini Teoleto, également en ruines ;
  • et aux XIIIe et XIVe siècles, l’église Saint-Paul d'Anemas, qui est élevée au rang d’église paroissiale.

André Pusole (?-av.1379), viguier de Grasse (1341), damoiseau, fut seigneur principal de Saint-Paul-les-Durance. Il laissa un fils, le chevalier Louis Perisole (?-1379) qui ne lui survécut pas. Georges de Montemalo, noble, originaire de Cunéo (Piémont) fut seigneur de Cadarache. Le 20 août 1370, il obtint de la reine Jeanne exemption de l'albergue pour le village de Cadarache qu'il avait acheté peu de temps avant car ce lieu avait été dévasté par les guerres et les pestes[6]. Il sembla avoir été un proche de la famille d'Agout puisqu'il fut le 18 mars 1368 procureur de l'ancien sénéchal Foulques d'Agout[7] et en octobre 1381, procureur du sénéchal Foulques II d'Agout[8]. Il prêta hommage à Marie de Blois entre août et octobre 1385[9].

Cette ancienne communauté de Cadarache dépeuplé à la fin du XIVe siècle, fut le fief des Valbelle du XVIIe siècle au XVIIIe siècle.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Paul-lès-Durance

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

Tranché au premier de gueules à un bouc rampant d'argent surmonté d'une fleur de lys d'or; au second de sable à six faux renversées d'or posées 1, 2 et 3; une barre d'argent chargée d'un atome de sable brochant sur le tout .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
         
mars 2001 en cours Roger Pizot ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Saint-Paul-lès-Durance en 2009[10]
Taxe part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 4,55 % 0,00 % 9,19 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 10,65 % 0,00 % 10,85 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 18,98 % 0,00 % 9,80 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 0,00 % 19,00 % 7,08 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[11]).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 947 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
525 488 470 430 512 584 565 540 527
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
542 540 467 453 419 382 394 339 342
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
295 273 266 231 244 226 274 288 260
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
866 503 463 461 643 789 928 956 985
2011 - - - - - - - -
947 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://france.meteofrance.com/france/climat_france?48043.path=climatstationn%252F13054001
  2. Daniel Mouton, « Les fortifications de terre de la Provence médiévale : l’exemple du bassin de la Durance moyenne », Bastides, bories, hameaux. L’habitat dispersé en Provence, Actes des 2e journées d’histoire régionale de Mouans-Sartoux, 15 et 16 mars 1985, Mouans-Sartoux, Centre régional de documentation occitane, 1986, p. 118
  3. Catherine Lonchambon, « D’une rive à l’autre de la Durance : d’étranges bateaux », in Guy Barruol, Denis Furestier, Catherine Lonchambon, Cécile Miramont, La Durance de long en large : bacs, barques et radeaux dans l’histoire d’une rivière capricieuse, Les Alpes de lumière no 149, Forcalquier 2005, ISBN 2-906162-71-X, p. 55
  4. Lucien Stouff, « Ports, routes et foires du XIIIe au XVe siècle », carte 86 et commentaire in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit.
  5. Guy Barruol, Michèle Bois, Yann Codou, Marie-Pierre Estienne, Élizabeth Sauze, « Liste des établissements religieux relevant de l’abbaye Saint-André du Xe au XIIIe siècle », in Guy Barruol, Roseline Bacon et Alain Gérard (directeurs de publication), L’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, histoire, archéologie, rayonnement, Actes du colloque interrégional tenu en 1999 à l'occasion du millénaire de la fondation de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Éd. Alpes de Lumières, Cahiers de Salagon no 4, Mane, 2001, 448 p. (ISSN 1254-9371), (ISBN 2-906162-54-X), p. 228
  6. AD du 13, série B5f100V.
  7. AD du 13, série B1524f171v.
  8. AD du 13, série B1526f71v.
  9. Xhayet, Partisans et adversaires, p. 412, note 56
  10. « Impots locaux à Saint-Paul-lès-Durance », taxes.com
  11. Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  14. « Château de Cadarache », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]