Mini-série

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une mini-série (ou télésuite au Québec) est une série télévisée racontant une histoire en un nombre fini d'épisodes[1] (entre deux et douze), pour une durée totale de trois à douze heures[2].

Depuis le milieu des années 1970, ce type de séries a commencé à avoir du succès aux États-Unis, avec notamment Racines. De nombreuses mini-séries américaines ont été diffusées dans des pays francophones, comme Les oiseaux se cachent pour mourir, mais aussi des mini-séries australiennes comme Le Vent d'Australie. Ce concept s'affirme à partir de 1985 et se situe entre le film et la série[3]. La mini-série peut également être qualifiée de téléfilm à gros budget[4]. Parmi les plus connues, on peut citer The Pacific, Frères d'armes, John Adams, Generation War ou encore Les Voyages de Gulliver qui ont chacune remporté l'Emmy de la meilleure mini-série, ou encore Battlestar Galactica en 2003.

La télévision française a également produit ou coproduit dans les années 1960 et 1970 beaucoup de télésuites presque toujours adaptées d'oeuvres romanesques : Le chevalier de Maison-Rouge (Alexandre Dumas), Les Habits Noirs (Paul Féval), L'Ile au Trésor (R.L Stevenson), Lagardère (P. Féval), Le chevalier Tempête, Les aventures de Tom Sawyer(Mark Twain), Jacquou le Croquant(Eugène Le Roy), Quentin Durward (Walter Scott), Face aux Lancaster (Anne Mariel), La dame de Monsoreau (A. Dumas), Mandrin, D'Artagnan (A. Dumas), La porteuse de pain (Xavier de Montépin), Joseph Balsamo (A. Dumas), Le Loup des mers (Jack London), L'homme qui revient de loin (Gaston Leroux),Chéri bibi (G. Leroux), L'ile mystérieuse(Jules Verne), Deux ans de vacances (J. Verne), Michel Strogoff (J. Verne), La juive du Château Trompette (Ponson du Térail), D'Artagnan amoureux (Roger Nimier), La lumière des justes (Henri Troyat), Le comte de Monte-Cristo(A. Dumas- avec Jacques Weber), La poupée sanglante (G. Leroux). Ils étaient hebdomadaires ou à l'occasion des fêtes bi-hebdomadaires. Parfois elles avaient treize épisodes de 25 à 30 minutes, parfois six à sept épisodes d'environ une heure une fois par semaine ou c'étaient de courts épisodes quotidiens de treize minutes. La télévision allemande adapta en 1979 le roman de J. Verne, Mathias Sandorf.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Le terme télésuite a été créé au Québec pour remplacer l'expression mini série, calquée sur l'anglais miniseries.

Au Royaume-Uni on appelle ces œuvres des serials, le terme miniseries étant là-bas réservé aux mini-séries importées des États-Unis.

Au Brésil, l'anglicisme, minissérie, désigne les mini-séries produites localement à partir de 1982. Quelques-unes d'entre elles ont été diffusées dans des pays francophones, comme Anarchistes, grâce à Dieu et Chiquinha Gonzaga.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]