Reillanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Reillanne
La colline et le village de Reillanne.
La colline et le village de Reillanne.
Blason de Reillanne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Forcalquier
Canton Reillanne
Intercommunalité Communauté de communes de Haute-Provence
Maire
Mandat
Christine Baptiste
2014-2020
Code postal 04110
Code commune 04160
Démographie
Population
municipale
1 542 hab. (2011)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 53′ N 5° 40′ E / 43.88, 5.66 ()43° 53′ Nord 5° 40′ Est / 43.88, 5.66 ()  
Altitude Min. 387 m – Max. 805 m
Superficie 38,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte administrative des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Reillanne

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte topographique des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Reillanne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Reillanne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Reillanne

Reillanne est une commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Le nom de ses habitants est Reillannais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

 Carte élémentaire montrant les limites de la commune, les communes voisines, les zones de végétation et les routes
Reillanne et les communes voisines (Cliquez sur la carte pour accéder à une grande carte avec la légende).
Clocher de l’église Saint-Pierre de Reillanne.

Les communes limitrophes de Reillanne sont Aubenas-les-Alpes, Saint-Michel-l'Observatoire, Villemus, Montjustin, Céreste, Sainte-Croix-à-Lauze et Vachères.

Relief[modifier | modifier le code]

La commune de Reillanne est établie sur le col des Granons, au contact entre les vallées du Calavon et du Largue[2].

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Reillanne est traversée par plusieurs cours d'eau, dont le plus important est le Largue[3], qui longe la commune par l'est. Dans le village, le ruisseau du Tréchiou serpente à l'ouest de la colline de Saint-Denis avant de descendre vers la plaine et de se jeter dans l'Encrême. Plusieurs retenues d'eau artificielles existent à proximité de l'Encrême[4], dans le quartier de la Garde de Dieu.

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune compte 1 964 ha de bois et forêts[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Alpes-de-Haute-Provence.

La commune est située dans la zone d’influence du climat méditerranéen. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée en latitude des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare.

Les stations météos proches de Reillanne sont situées à Céreste (station manuelle), Manosque, et à l’observatoire astronomique de Saint-Michel-l’Observatoire[5].

Transports[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversée d'est en ouest par la route nationale 100 ; deux routes départementales relient le village à la nationale, la RD 14 et la RD 214.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Aucune des 200 communes du département n'est en zone de risque sismique nul. Le canton de Reillanne est en zone 1b (sismicité faible) selon la classification déterministe de 1991, basée sur les séismes historiques[6], et en zone 4 (risque moyen) selon la classification probabiliste EC8 de 2011[7]. La commune de Reillanne est également exposée à trois autres risques naturels[7] :

  • feu de forêt ;
  • inondation ;
  • mouvement de terrain : environ la moitié du territoire de la commune est concerné par un aléa moyen à fort[8].

La commune de Reillanne est de plus exposée à un risque d’origine technologique, celui de transport de matières dangereuses par route[9]. La départementale RD 4100 (ancienne route nationale 100) peut être empruntée par les transports routiers de marchandises dangereuses[10].

Aucun plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPR) n’existe pour la commune[9] et le Dicrim n’existe pas non plus[11].

La commune a été l’objet de trois arrêtés de catastrophe naturelle pour des inondations et des coulées de boue en 1994 et 2011, pour des mouvements de terrain dus à la sécheresse en 1997[7]. Le dernier tremblement de terre fortement ressenti à Reillanne est celui du 23 février 1887, avec une intensité macro-sismique de VII sur l’échelle MSK (niveau correspondant à des dommages causés aux immeubles)[12]. L’épicentre était situé à Bussana Vecchia, en Italie[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

La répartition des sols de la commune est la suivante[14] (donnée pour un total de) :

Type d'occupation Pourcentage Superficie (en hectares)
Zones urbaines 4,33 % 168,58
Zones agricoles 33,74 % 1 312,78
Zones naturelles 61,96 % 2 410,78
Total 100 % 3 891

Logement[modifier | modifier le code]

Reillanne comptait 1 014 logements en 2007 (contre 870 en 1999). Les constructions neuves sont bien plus présentes que la moyenne française : en 2007, 13,9 % des résidences principales dataient d'après 1990 contre 10,4 % en France. En revanche, la commune connaît un important déficit de constructions des années 1950 aux années 1970 qui s'explique par l'exode rural.

Les résidences principales représentent 663 logements soit 65,4 % du parc, réparties à 87,8 % en maisons individuelles (91,3 % en 1999) et à 10,5 % en appartements (respectivement 56,1 % et 42,4 % en France métropolitaine). 65,7 % des habitations principales comportent 4 pièces et plus[15]. Les propriétaires de leurs logements constituent 71,7 % des habitants contre 25,3 % qui ne sont que locataires (respectivement 57,4 % et 39,8 % en France métropolitaine).

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune se nomme Ralhana en provençal et vivaro-alpin de norme classique et Reihano en provençal de norme mistralienne. Le linguiste Charles Rostaing relève 26 formes pour le nom de Reillanne[16], la plus ancienne, Reglana, remontant à 909. On trouve des formes similaires, comme Reilana (XIe siècle), Rillana (1125), Reillana (1274) ou encore Reilhane (1401).

Trois interprétations du nom ont cours[17] :

  • le nom Reillanne viendrait du provençal reiho (« soc de charrue », un objet agraire que l'on trouve aujourd'hui dans les armes de Reillanne.) Il s'agit d'une étymologie populaire, liée à la proximité entre les noms Reillanne et reiho ;
  • Frédéric Mistral, le félibre provençal, et l'historien André Bouyala d'Arnaud, trouvent dans le mot « Reillanne » une évocation de la voie Aurélienne. Charles Rostaing s'oppose à cette interprétation ;
  • selon les toponymistes Skok et Groehler[18], Reillanne doit son nom à la gens Regilius, une famille (ou peut-être un clan, une tribu) propriétaire du terroir de Reillanne au Haut Moyen Âge. Le toponymiste Lorgnon envisage davantage Regulius que Regilius[19], le couple Fénié retient l’explication par le nom romain mais ne tranche pas entre les deux gentilices proposés[20].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950, de nombreuses empreintes fossiles sont identifiées au quartier des Pas d'Ânes. Considérées par la tradition comme appartenant à des ânes, elles se révèlent être celles d'anchitherium[21], un genre d'équidé vivant il y a approximativement 20 MA[22].

Les plus anciennes traces humaines datent du néolithique : la grotte de Saint-Mitre est fréquentée et a livré plusieurs tombes[23].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Dans l’Antiquité, le territoire de Reillanne fait partie de celui des Sogiontiques (Sogiontii), dont le territoire s’étend du sud des Baronnies à la Durance. Les Sogiontiques sont fédérés aux Voconces, et après la conquête romaine, ils sont rattachés avec eux à la province romaine de Narbonnaise. Au IIe siècle, ils sont détachés des Voconces et forment une civitas distincte, avec pour capitale Segustero (Sisteron)[24].

À l'époque romaine, un village dénommé Alaunia ou Alaunium, localisé à Notre-Dame-des-Anges, occupait la plaine[25],[26]. La voie domitienne traversait la commune, allant d'Italie en Espagne. À proximité des Roussetys,lle franchissait le torrent du Vallon par un gué aménagé similaire à celui du Reculon, à Saint-Michel-l'Observatoire[27].

Reillanne bénéficie des privilèges de municipe et pouvait à ce titre s'auto-administrer[réf. nécessaire].

Moyen Âge et période moderne[modifier | modifier le code]

Alors que le sud-est de la Gaule était une terre burgonde, le roi des Ostrogoths Théodoric le Grand fait la conquête de la région entre la Durance, le Rhône et l’Isère en 510. La commune dépend donc brièvement à nouveau de l’Italie, jusqu’en 526. En effet, pour se réconcilier avec le roi burgonde Gondemar III, la régente ostrogothe Amalasonthe lui rend ce territoire[28].

Reillanne apparaît dans les chartes en 909 sous le nom de Reglana, quand il est fait mention de la villa Pineta (actuel château Pinet) et de l’église Saint-Suffrein (sancti Sisfredi)[25]. Elle appartenait à l’abbaye de Montmajour, qui en percevait les revenus, moins le quart des dîmes et le tiers des offrandes aux morts, que l’archevêque d’Aix se réservait[25].

La bourgade a une certaine importance au Moyen Âge. La légende affirme que les Templiers ont construit un monastère, cependant aucun document ne vient corroborer cette affirmation. Ce monastère est en fait franciscain. La paroisse relevait elle du prieuré de Carluc, et donc indirectement de l’abbaye de Montmajour. Les revenus de cette église allait donc à cet ordre, moins le quart des dîmes et le tiers des offrandes aux morts, que l’archevêque d’Aix se réservait, comme pour Saint-Suffrein[25]. Le prieuré Saint-Mitre relevait lui de l’abbaye Saint-Victor de Marseille ; à partir de 1237, les franciscains installent dans ce prieuré un hospice pour les pèlerins allant à Rome[25]. Enfin, au XIVe siècle, les observantins créent un couvent à Reillane[25].

À la fin du XIIe siècle, les Hospitaliers de Saint-Jean ont sous leur garde l’église Saint-Égide (appartenant auparavant au chapitre d’Aix), placée sur l’ancienne via domitia, et un hospice destiné aux voyageurs[25].

Dès le XIIIe siècle, la ville bénéficie d’un consulat[29]. La communauté relève de la viguerie de Forcalquier[25]. Reillanne est le siège d’une vicomté créée en 1346 et dont Foulque d'Agoult fut le premier titulaire[29]. La famille de Pierrevert fut signalée à Reillanne depuis la fin du XIIIe siècle ; mais elle ne semblait pas avoir de résidence fixe à Reillanne[30]. En 1304, Raymond de Pierrevert — qui était déjà coseigneur de Châteauneuf-lès-Mane (en 1303[31]) — était coseigneur de Reillanne. En 1346, la famille de Pierrevert n'était plus coseigneur de Reillanne[32]. Avant 1320, Engles de Reillanne (?-1340) était coseigneur de Reillanne[33]. Un de ses fils, Bertrand, noble, fut coseigneur de Reillanne. En 1349, Boniface de Reillanne, aîné et jeune, furent coseigneur de Reillanne[34].

Vers 1357-1358, Arnaud de Cervole, dit l’Archiprêtre, célèbre chef de mercenaires du début de la guerre de Cent Ans, s’empare de Reillanne[35].

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. Le seigneur de Reillanne, Boniface, soutient le duc d’Anjou dès le printemps 1382, ce soutien étant conditionné à la participation du duc à l’expédition de secours à la reine[36].

Avant 1334, Guillaume de Villemus possédait des droits seigneuriaux qu'il céda à Bertrand de Vandroma et à Bertrand Grassi. Sparron de Petraviridi fut aussi l'un des coseigneurs de Reillanne[37][réf. incomplète]. En 1390, Paul Triboleti, juge des secondes appellations de Marseille (1381) était propriétaire de la bastide De Apulia, à Reillanne[38].

Une foire se tenait à Reillanne, de la fin du Moyen Âge jusqu’à la Révolution, bénéficiant de la situation de la ville à la jonction de deux itinéraires allant de la vallée de la Durance à celle du Coulon et Avignon, par Apt[39],[40]. Le couvent des observantins est vendu en 1766[25].

Révolution française[modifier | modifier le code]

La Révolution est accueillie avec joie à Reillanne. Quelques excès contre le clergé surviennent toutefois de la part des Jacobins, même s'ils sont limités car les Girondins, qui réprouvent ces excès, sont majoritaires dans le village[41]. Durant cette période, Reillanne compte une société patriotique, créée après la fin de 1792[42]. Lors de la déchristianisation de l'an II, les autorités reillannaises envoient aux administrateurs du district de Forcalquier de nombreux ustensiles prélevés dans l'église de Reillanne. Pourtant, le peuple reste attaché à la foi catholique. Les actes paroissiaux ne diminuent pas, ou peu, entre 1790-1792 et 1793[43].

Le vaste château, dont l’enceinte extérieure comptait 18 tours, est entièrement détruit à la suite de la Révolution[44].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Monument aux morts

La commune du Bourget est rattachée à Reillanne en 1846[45].

Le coup d'État du 2 décembre 1851 commis par Louis-Napoléon Bonaparte contre la Deuxième République provoque un soulèvement armé dans les Basses-Alpes, en défense de la Constitution. Après l’échec de l’insurrection, une sévère répression poursuit ceux qui se sont levés pour défendre la République : 10 habitants de Reillanne sont traduits devant la commission mixte, la majorité étant condamnés à la déportation en Algérie[46]. En 1865, des moniales s’installent dans l’ancien couvent des observantins, qu’elles abandonnent dans les années 1930[25].

Comme de nombreuses communes du département, Reillanne se dote d’une école bien avant les lois Ferry : en 1863, elle en possède déjà une qui dispense une instruction primaire aux garçons, au chef-lieu[47]. La même instruction est donnée aux filles, la loi Falloux (1851) imposant l’ouverture d’une école de filles aux communes de plus de 800 habitants[48]. La commune profite des subventions de la deuxième loi Duruy (1877) pour construire une école neuve[49].

Au début de la Seconde Guerre mondiale, un centre d’internement du service social des étrangers est implanté à Reillanne : des familles espagnoles y sont emprisonnées. Puis elles sont rejointes par des familles juives, l’UGIF intervenant alors au camp[50],[51]. Le 12 mai 1944, une rafle menée par la police allemande conduit à l'arrestation de 56 juifs[26] dans un centre d'hébergement de Reillanne installé dans l'ancien couvent Notre-Dame des Prés. Ceux-ci sont ensuite envoyés par train à Auschwitz, Mauthausen ou Dachau[52]. Le camp ne ferme qu’à la Libération[51].

Le couvent Notre-Dame-des-Prés est transformé en colonie de vacances en 1963[25].

La chartreuse Notre-Dame est créée en 1978[25].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie de Reillanne.
Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1953 Daniel Reynaud[56]    
1953 1959 Raoul Angles    
1959 1961 Maurice Brun    
1962 1965 Raoul Angles    
1965 1971 Paul Blanc    
1971 1977 Jean-Pierre Brunet    
mars 1977 novembre 1996 Georges Alliaud PCF Instituteur, conseiller général du canton de Reillanne (1992-1996)
décembre 1996 janvier 2009[57] Raymond Bressand PCF[58] Conseiller général du canton de Reillanne (1997-2011)
mars 2009 en cours Alain Calvet UMP[59],[60],[61]  

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Reillane est une des huit communes composant la Communauté de communes de Haute-Provence

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Reillanne en 2009[62]
Taxe part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 7,90 % 0,00 % 5,53 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 22,74 % 0,00 % 14,49 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 82,69 % 0,00 % 47,16 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 17,48 %* 0,00 % 10,80 % 3,84 %

La Part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[63]).

Jumelages[modifier | modifier le code]

Localisation des villes jumelées avec Reillanne.
Localisation de la ville
Reillanne

Roccasparvera est une commune de 733 habitants de la province de Coni (Piémont). Le jumelage est signé à Reillanne le 13 octobre 1996 entre Gian Piero Robbione, maire de Roccasparvera, et Georges Alliaud, maire de Reillanne et conseiller régional des Alpes-de-Haute-Provence[65]. Ce jumelage s'explique du fait que, du XIVe au XVIIe siècles, la famille Bolleris, châtelain de Roccasparvera, règne alors aussi sur le vicomté de Reillanne (qui englobe également d'autres communes actuelles, comme Mane, Saint-Étienne-les-Orgues et Saint-Michel-l'Observatoire)[66].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, Reillanne comptait 1542 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2006, 2011, 2016, etc. pour Reillanne). Depuis 2004, les autres chiffres sont des estimations.

Évolution démographique
1315 1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
316 feux 91 feux 1 217 1 239 1 175 1 470 1 292 1 421 1 270 1 379
1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
1 390 1 451 1 514 1 480 1 435 1 516 1 505 1 356 1 360 1 311
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 328 1 306 1 217 1 081 987 939 880 808 750 585
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
622 602 665 892 1 197 1 322 1 476 1 542 - -
Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale depuis 2006
(Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[29], EHESS[45], Insee à partir de 1968[67],[68],[69])


L’histoire démographique de Reillanne, après la saignée des XIVe et XVe siècles et le long mouvement de croissance jusqu’au début du XIXe siècle, est marquée par une période d’« étale » où la population reste relativement stable à un niveau élevé. Cette période occupe la majeure partie du siècle, et ne s’interrompt qu’après 1876. L’exode rural commence donc tardivement à Reillanne, mais provoque néanmoins un mouvement de recul démographique de longue durée. En 1946, la commune enregistre la perte de la moitié de sa population du maximum historique de 1872, ce qui moins rapide que pour les communes de montagne[70]. Le mouvement de recul se poursuit jusqu’aux années 1950, et s’inverse fermement dans les années 1970. Depuis, la population a retrouvé et même dépassé ses plus hauts niveaux.

Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est dotée d'une crèche et d’une école primaire[71]. Les élèves vont ensuite au collège Henri-Laugier à Forcalquier puis au lycée Félix-Esclangon[72] ou au Lycée polyvalent Les Iscles[73] tous les deux situés à Manosque.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune propose différentes activités sportives[74] comme le football avec le Football Club reillannais[75], l'équitation au club de Céline Beauvois[76], le tennis de table, le tennis avec le Tennis Club Reillannais[77], le stretching avec l' Elastic Girls ou le ski avec le Ski club de Reillanne[78].

Santé[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Les lieux de culture de Reillanne sont : une bibliothèque, un atelier de cirque et une école de musique. Une association itinérante de cinéma, La Strada, projette régulièrement des films.

En juin 2014, le conseil municipal avait inscrit à l'ordre du jour la fermeture de l'école de musique pour des raisons budgétaires. Une pétition a entrainé l'ajournement de cette fermeture. L'école de musique continue a être un lieu de culture de Reillanne.

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse est rattachée à un secteur pastoral de 14 paroisses, le secteur pastoral du Largue. Le culte est célébré alternativement dans les églises de ces quinze communes[79].

Services publics[modifier | modifier le code]

Plusieurs services publics ont une présence permanente, comme La Poste et la DDE. La mairie organise également un service d'aide à domicile[80].

La CPAM assure une permanence d'une demi-journée par mois, en mairie.

Économie[modifier | modifier le code]

Aperçu général[modifier | modifier le code]

En 2009, la population active dépassait les 600 personnes, avec un taux de chômage dépassant les 14 %. Le nombre d’emplois sur la commune n’était que de 260 (soit un indicateur de concentration d'emploi de 48 %)[81], environ 350 personnes soit 65 % des actifs ayant un emploi vont travailler hors de la commune[82]. L’emploi salarié domine de peu, avec 60 % des emplois de la commune[81].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le secteur agricole comptait trente-trois exploitations en 2010[83], soit un fort recul depuis 2000 (perte de huit exploitations) et 1988 (perte de vingt-deux exploitations)[84]. L’essentiel des exploitations se consacrent aux grandes cultures (22, soit deux sur trois) ; on recense également cinq élevages ovins et quatre exploitations pratiquant la polyculture[83]. La surface agricole utilisée est elle aussi en fort recul, de 35 % à 1 307 ha entre 2000 et 2010, seules les grandes cultures augmentant les superficies cultivées[83]. La SAU de 2010 est inférieure à son niveau de 1988 (1170 ha)[85].

La commune est située dans deux aires de labellisation de produits agricoles : vin de pays des Alpes-de-Haute-Provence[86] et huile d'olive de Provence AOC[87]. Cependant, la vigne, qui occupait au XIXe siècle plusieurs dizaines d’hectares produisant un vin destiné à l’autoconsommation et à la vente sur les marchés locaux, n’est actuellement exploitée que sur quelques hectares[88]. L’olivier n’était pas présent dans la commune au début du XIXe siècle. Actuellement, il occupe quelques surfaces restreintes[89].

Un silo à grains est construit en 1966 au lieu-dit « Les Granons », au carrefour de l'ancienne route nationale 100 (Apt-Forcalquier) et de la RD 907 (Reillanne-Manosque). Les travaux sont réalisés par la Coopérative départementale des Silos de Manosque. Le silo permet de recueillir le blé récolté sur place, alors qu'il devait être entreposé à Manosque avant cette date[90].

2 entreprises de travaux forestiers sont également présentes sur la commune, ainsi que 3 éleveurs (ovins, bovins, faisans-perdreaux). On compte aussi un apiculteur.[réf. nécessaire]

Artisanat et industrie[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur secondaire (industrie et construction) comptait 46 établissements, employant 53 salariés[91].

La commune compte une douzaine d'artisans, essentiellement dans la poterie et le cuir. La filière bois trouve un débouché par la présence d'un fabricant de meubles et d'un tapissier d'ameublement[92].

Activités de service[modifier | modifier le code]

Fin 2010, le secteur tertiaire (commerces, services) comptait 98 établissements (avec 29 emplois salariés), auxquels s’ajoutent les 17 établissements du secteur administratif (regroupé avec le secteur sanitaire et social et l’enseignement), salariant 35 personnes[91].

Un marché se tient à Reillanne le jeudi et le dimanche matin. Le marché du dimanche est le plus grand des deux.

Quelques commerces de proximité sont présents : 2 boucheries, boulangerie, épicerie, librairie[93].

D'après l’Observatoire départemental du tourisme, la fonction touristique est d’une importante moyenne pour la commune[94], l’essentiel de la capacité d'hébergement étant non marchande[95]. Plusieurs structures d’hébergement à finalité touristique existent dans la commune :

Les résidences secondaires apportent un complément appréciable à la capacité d’accueil[101] : au nombre de 242, elles représentent 23 % des logements[85],[102].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Porte Saint-Pierre, XIIe siècle.

Au sommet du site du village perché, se trouve une table d'orientation de Saint-Denis ; de là, une vue panoramique s'étend sur la vallée de l'Encrème, le Luberon et le vieux village de Reillanne au sud, les Alpes à l'est, et la montagne de Lure au nord.

Architecture militaire[modifier | modifier le code]

Reillanne est dominée encore par une des tours de l'ancien château (sur laquelle on a élevé en 1889 un clocher). De l’enceinte médiévale, il subsiste deux portes : la porte Saint-Pierre, monument historique inscrit[103] (XIIIe siècle), où le passage de la herse est encore visible, et la porte des Forges (XIIe siècle)[104].

Au Bourget, une tour de 8 m de diamètre est encore visible[105].

Architecture civile[modifier | modifier le code]

Fontaine de Reillanne, manifeste conservateur.

Le château de Valligrane, construit entre 1650 et 1680, dans un petit parc[106].

Une maison date de 1523[107]. Dans la maison Charpin, une fresque classée[108] à peine visible, avec une inscription en gothique, daterait de 1500[109]. La Garde de Dieu, actuellement transformée en ferme, est un ancien relais de poste[110]. La fontaine monumentale de la place principale est élevée entre 1874 et 1880.

Le moulin Delestic ou moulin Agnelier, construit en 1859, a fermé ses portes en 1955. Toute la machinerie est encore présente, y compris une ancienne machinerie de bois. L’ensemble est inscrit comme monument historique[111].

La fontaine monumentale de la place principale est un témoin des luttes idéologiques des années 1870 entre républicains et monarchistes-conservateurs, alors que la forme républicaine du régime (qui est devenu la Troisième République avec le vote des lois constitutionnelles de 1875) n’était pas encore assurée. Élevée en 1874-1880, elle ne porte aucun symbole républicain ; au-dessus de l’inscription inaugurale, se trouve un texte faisant allusion à l’action divine. Au dos de la fontaine, le dicton en provençal, Que voudra beure bouen, vengue a la boueno fouent (que celui qui veut bien boire, qu’il aille à la bonne source), a une double lecture selon Maurice Agulhon, puisqu’il est possible de s’abreuver d’une idéologie. L’ensemble constitue un manifeste anti-républicain et « blanc »[112].

Art religieux[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame-de-l'Assomption.

L’église Notre-Dame-de-l'Assomption, également placée sous le vocable de saint Pierre, est construite entre 1100 et 1150, puis reconstruite après 1558. La nef, longue de trois travées, et voûtée d’ogives, date de la reconstruction. Assez exceptionnellement pour le département, elle est flanquée de deux bas-côtés, construits au XVIIe siècle. La travée de chœur est voûtée en berceau, et occupe toute la largeur du bâtiment (roman). Le chevet, intermédiaire entre le roman et le gothique (au XVIe siècle), est surmonté d’une voûte en cul-de-four divisée en six branches rayonnantes ; il possède une abside et une absidiole au sud, celle du nord a été détruite[113]. Son portail occidental est surmonté d’un fronton arrondi, orné de feuillages, et encadré de pot-à-feux, qui est le seul élément Renaissance de l’église[114]. Les vitraux du chœur datent du début du XXe siècle[115].

Son presbytère, construit à la fin du XVIIe siècle, possède trois cheminées dont le manteau est orné de gypseries[116]. Sa façade est ornée d’un cartouche, qui indique qu’il servit de maison commune[117]. Il abrite plusieurs tableaux de thèmes religieux, inscrits au titre objet.

Devant d’autel médiéval (église N.-D. de l’Assomption).
Saint-Denis des Pénitents Blancs vu de la rue Saint-Joseph.

Il ne reste de l’ancienne église romane Saint-Pierre, remplacée par N.-D.-de-l’Assomption, que le clocher-mur[118].

La chapelle Saint-Roch, installée dans l’ancienne synagogue, possède un escalier orné de tableaux de gypserie : une Vierge à l’Enfant et un Bon-Pasteur, attribuée au XVIIe siècle[119].

La chapelle Saint-Denis des Pénitents Blancs est reconstruite en 1858 pour remercier la Vierge, que les Pénitents Blancs avaient implorée d'apporter la pluie. Elle possède une nef de trois travées, deux voûtées d’arêtes et la troisième, la travée centrale, placée sous coupole. Son clocher est roman[120]. Elle conservait un devant d’autel du XIIe siècle sculpté en bas-relief, avec saint Jacques et saint Martin encadrant la main bénissante de Dieu[121], classé monument historique au titre objet[122], et aujourd’hui transféré dans l’église N.-D.-de-l’Assomption.

La chapelle Notre-Dame-des-Prés, qui desservait un monastère, date en partie (chevet) du XVe siècle[123].

  • Musée ethnologique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Reillanne

Blasonnement :
D'azur à un soc de charrue d'argent posé en pal et accosté en chef de deux fleurs de lis du même[125].

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Roger Brunet, « Canton de Reillanne », Le Trésor des régions, consultée le 9 juin 2013
  2. IGN, Carte topographique de Reillanne sur Géoportail. Consulté le 1er janvier 2014..
  3. SANDRE, « Fiche rivière le largue (X15-0400) »
  4. SANDRE, « Fiche cours d'eau L'Encrême (X3420520) »
  5. Météo-France, « Réseau des postes du Sud-Est », Climathèque, consultée le 11 mars 2013
  6. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence (DDRM), 2008, p. 39
  7. a, b et c Ministère de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement, Notice communale sur la base de données Gaspar, mise à jour le 22 novembre 2011, consultée le 11 août 2012
  8. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, p. 37
  9. a et b Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 97
  10. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 80
  11. Formulaire de recherche, base Dicrim, consultée le 11 août 2012
  12. BRGM, « Épicentres de séismes lointains (supérieurs à 40 km) ressentis à Reillane », Sisfrance, mis à jour le 1er janvier 2010, consulté le 11 août 2012
  13. BRGM, « fiche 1130045 », Sisfrance, consultée le 11 août 2012
  14. (fr) « Reillanne », Parc du Luberon
  15. « Recsencement 2007 à Reillanne », INSEE
  16. Charles Rostaing, Essai sur la toponymie de la Provence, éd. d'Artrey, Paris, 1950.
  17. Émile Lauga, Reillanne, monographie, impr. Reboulin, Apt, 1972, p. 16-19.
  18. H. Groehler, Über Ursprung und Bedeutung der französischen Ortsnamen, t. I, Heidelberg, 1913.
  19. A. Lorgnon, Noms de lieux de la France, Paris, 1920.
  20. Bénédicte Fénié, Jean-Jacques Fénié, Toponymie provençale, éditions Sud-Ouest, 2002 (réédition), (ISBN 978-2-87901-442-5), p. 51
  21. Émile Lauga, Reillanne, op. cit., p. 149.
  22. Référence Fossilworks Paleobiology Database : Anchitherium (en)
  23. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean,‎ 1986, 559 p., p. 8 et 9.
  24. Brigitte Beaujard, « Les cités de la Gaule méridionale du IIIe au VIIe s. », Gallia, 63, 2006, CNRS éditions, p. 18-19.
  25. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Daniel Thiery, « Reillanne », Aux origines des églises et chapelles rurales des Alpes-de-Haute-Provence, publié le 22 décembre 2011, mis à jour le 23 décembre 2011, consulté le 11 août 2012
  26. a et b AJPN, « Département des Alpes-de-Haute-Provence en 1939-1945 », Anonymes, Justes et Persécutés durant la période nazie dans les communes de France, consulté le 25 mai 2012
  27. Guy Barruol, « Le Pays de Forcalquier à l'époque romaine », in Alpes de lumière, Musée de Salagon, Archéologie au pays de Forcalquier : radioscopie d'un terroir rural, Mane (Salagon, 04300) : les Alpes de lumière, 1990, catalogue d'exposition, Mane, été 1990 ; collection « Les Alpes de lumière » (ISSN 0181-4643) no 103, (ISBN 2-906162-159), p. 46.
  28. Audrey Becker-Piriou, « De Galla Placidia à Amalasonthe, des femmes dans la diplomatie romano- barbare en Occident ? », Revue historique, 2008/3, n° 647, p. 531.
  29. a, b et c Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, 1969 (notice BnF no FRBNF35450017h), p. 191.
  30. Poppe, Reillanne, p. 60
  31. Marie-Zéphirin Isnard, État documentaire et féodal de la Haute-Provence : nomenclature de toutes les seigneuries de cette région et de leurs possesseurs depuis le XIIe siècle jusqu'à l'abolition de la féodalité ; état sommaire des documents d'archive communales antérieures à 1790 ; bibliographie et armoiries, Digne, Vial, 1913, p. 101
  32. Ibid, p. 246
  33. Poppe, Reillanne, p. 252-253
  34. Poppe, Reillanne, p. 61
  35. Noël Coulet, « La désolation des églises de Provence », Provence historique, volume 23, no 23, 1956, p. 45.
  36. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 409 et 410 (note 41).
  37. Poppe, Reillanne, p. 234
  38. Poppe, Reillanne, p. 247
  39. Louis Stouff, « carte 86 : Port, routes et foires du XIIIe au XVe siècle », in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit.
  40. Baratier et Hilsdesheimer, « carte 122 : Les foires (1713-1789) », in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit.
  41. Émile Lauga, Reillanne et la Révolution de 1789, éd. Les Amis des arts, Reillanne, 1988, p. 6.
  42. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p. 296-298.
  43. Émile Lauga, Reillanne et la Révolution de 1789, op. cit., p. 58.
  44. Raymond Collier, op. cit., p. 244.
  45. a et b EHESS, notice communale de Reillanne, Cassini, consultée le 28 juillet 2009.
  46. Henri Joannet, Jean-Pierre Pinatel, « Arrestations-condamnations », 1851-Pour mémoire, Les Mées : Les Amis des Mées, 2001, p. 71.
  47. Jean-Christophe Labadie (directeur), Les Maisons d’école, Digne-les-Bains, Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013, (ISBN 978-2-86-004-015-0), p. 9.
  48. Labadie, op. cit., p. 16.
  49. Labadie, op. cit., p. 11.
  50. Association Basses-Alpes 39-45, « L’internement », Basses-Alpes 39-45, consulté le 19 juillet 2012
  51. a et b Thérèse Dumont, « [http://eoep.laligue-alpesdusud.org/node/21 Compte-rendu de la soirée "1939-1945, L’internement en France des « indésirables » : le camp de Forquelquier », EOEP, publié le 18 janvier 2013
  52. « L'ancien couvent Notre-Dame des Prés accueillera des Justes », La Provence, 3 juin 2010, consulté le 22 juillet 2010.
  53. a et b « Les maires de Reillanne (Alpes-de-Haute-Provence) », GénéProvence, publié le 5 août 2013, consulté le 23 novembre 2013.
  54. Raymond Collier, op. cit., p. 428.
  55. Jean Garcin, De l'Armistice à la Libération dans les Alpes de Haute-Provence 17 juin 1940 - 20 août 1944. Chronique : essai sur l'histoire de la Résistance avec un prologue 1935-1940 et un épilogue 1944-1945, Digne : Imprimerie B. Vial, 1990. p. 88.
  56. [Sébastien Thébault, Thérèse Dumont], « La Libération », Basses-Alpes 39-45, publié le 31 mars 2014, consulté le 3 avril 2014.
  57. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, De Puimoisson à Saint-Julien-du Verdon (liste 6), consulté le 6 mars 2013
  58. Parti communiste français, liste des maires communistes, publiée le 6 mars 2008 (sic), consultée le 25 septembre 2010
  59. a et b Michel Henry, « La guerre des cent culottes », Libération, publié le 16 octobre 2010, consulté le 19 mai 2012
  60. François de Bouchony, « Le parti socialiste a besoin de conforter son ancrage municipal », La Provence, 3 février 2014, p. 3.
  61. François de Bouchony, « Le paysage avant la bataille », La Provence, 17 mars 2014, p. 3.
  62. « Impots locaux à Reillanne », taxes.com
  63. Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  64. Annuaire des villes jumelées
  65. (it) « Gemellaggi Jumelages - Reillanne », sur comune.roccasparvera.cn.it
  66. Alain Calvet, « Histoire d'un jumelage », reillanne-en-luberon.com, 6 août 2009, citant Georges Alliaud.
  67. « Résultats du recensement de la population - Reillanne », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  68. « Recensement de la population au 1er janvier 2006 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  69. « Populations légales 2011 en vigueur le 1er janvier 2014 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2014)
  70. Christiane Vidal, « Chronologie et rythmes du dépeuplement dans le département des Alpes de Haute- Provence depuis le début du XIX' siècle. », Provence historique, tome 21, no 85, 1971, p. 289.
  71. « Liste des écoles de la circonscription de Sisteron sud », Inspection Académique 04,‎ 27 avril 2010
  72. « Site du lycée Félix-Esclangon », Académique Aix-Marseille
  73. « Site du lycée les Iscles », Académique Aix-Marseille
  74. « Sports à Reillane », sur reillanne.com
  75. « Football Club Reillannais », sur reillanne.com
  76. « Équitation », sur reillanne.com
  77. « Tennis Club Reillannais », sur reillanne.com
  78. « Site du Ski Club de Reillanne », sur reillanne-ski-club.org
  79. Diocèse de Digne, Le secteur pastoral du Largue, Diocèse catholique de Digne, Riez et Sisteron, mis à jour le 2 décembre 2011, consulté le 5 juillet 2012
  80. Service publics à Reillanne
  81. a et b Insee, Dossier local - Commune : Reillanne, p. 5
  82. Insee, Dossier local, op. cit., p. 7
  83. a, b et c Ministère de l'Agriculture, « Orientation technico-économique de l’exploitation », Recensements agricoles 2010 et 2000. (lien : attention, le fichier fait 4,4 Mio)
  84. Insee, « Exploitations agricoles en 1988 et 2000 »
  85. a, b et c Insee, Dossier local, op. cit., p. 17
  86. Louis Menjucq (directeur de publication), Vins de pays de France, Éd. Romain Pages, Saint-Cloud, 1991, p. 82.
  87. Huile d'olive de Provence AOC sur le site de l'Institut National des Appellations d'Origine
  88. André de Réparaz, « Terroirs perdus, terroirs constants, terroirs conquis : vigne et olivier en Haute-Provence XIXe-XXIe siècles », Méditerranée, 109 | 2007, p. 56 et 59.
  89. Réparaz, op. cit., p. 58.
  90. Émile Lauga, Reillanne, op. cit., p. 105.
  91. a et b Insee, Dossier local, op. cit., p. 16
  92. AC'services, Artisans à Reillanne
  93. commerces à Reillanne, Reillanne.com.
  94. Observatoire départemental du tourisme, Atlas de l'hébergement touristique, décembre 2008, p. 6
  95. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 7
  96. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 11
  97. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 13
  98. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 21, 23 et 24
  99. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 32
  100. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 38
  101. Atlas de l'hébergement..., op. cit., p. 44
  102. Insee, « Hébergements touristiques des communes, 2008, 2009 et 2012 », Insee, 2012 (fichier de 20,8 Mio)
  103. Arrêté du 28 décembre 1984, notice de la Base Mérimée, consultée le 2 décembre 2008.
  104. Raymond Collier, op. cit., p. 307.
  105. Raymond Collier, op. cit., p. 312.
  106. Raymond Collier, op. cit., p. 260.
  107. Raymond Collier, op. cit., p. 359.
  108. Arrêté du 19 décembre 1950, notice de la Base Palissy, consultée le 2 décembre 2008.
  109. Raymond Collier, op. cit., p. 485.
  110. Raymond Collier, op. cit., p. 424.
  111. Arrêté du 28 mai 1993, notice de la Base Mérimée, consultée le 2 décembre 2008.
  112. Maurice Agulhon, « Les monuments civiques de village dans la tradition provençale. L'exemple des Bouches-du-Rhône », Provence historique, 1973, volume 23, no 93-94, p. 384-385.
  113. Raymond Collier, op. cit., p. 97, 167-168.
  114. Raymond Collier, op. cit., p. 182-183.
  115. Raymond Collier, op. cit., p. 528.
  116. Comtesse du Chaffaut, Gypseries en Haute-Provence : cheminées et escaliers (XVIe-XVIIe siècles), Turriers, Naturalia publications, 1995, ISBN 2-909717-22-4, p. 101-102.
  117. Raymond Collier, op. cit., p. 437-438.
  118. Raymond Collier, op. cit., p. 143.
  119. Comtesse du Chaffaut, op. cit., p. 102.
  120. Raymond Collier, op. cit., p. 382.
  121. Raymond Collier, op. cit., p. 461.
  122. Arrêté du 25 mars 1956, notice de la Base Palissy, consultée le 2 décembre 2008.
  123. Raymond Collier, op. cit., p. 174.
  124. Les Bouches-du-Rhône, vol. 14, « encyclopédie départementale : Monographies communales, Marseille- Aix- Arles », Paris, Marseille, H. Champion, Archives départementales, 1935, p. 256.
  125. Banque du Blason.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]