Monteux (Vaucluse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monteux.
Monteux
Porte d'Avignon
Porte d'Avignon
Blason de Monteux
Blason
Monteux (Vaucluse)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Arrondissement de Carpentras
Canton Canton de Carpentras-Sud
Intercommunalité Communauté de communes Les Sorgues du Comtat
Maire
Mandat
Christian Gros
2014-2020
Code postal 84170
Code commune 84080
Démographie
Gentilé Montiliens
Population
municipale
11 122 hab. (2011)
Densité 285 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 02′ 10″ N 4° 59′ 52″ E / 44.0361111111, 4.9977777777844° 02′ 10″ Nord 4° 59′ 52″ Est / 44.0361111111, 4.99777777778  
Altitude 42 m (min. : 26 m) (max. : 80 m)
Superficie 39,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Monteux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Monteux
Liens
Site web monteux.fr

Monteux est une commune française, située dans le département de Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle fait partie de la Communauté de communes Les Sorgues du Comtat.

Géographie[modifier | modifier le code]

Monteux est à 4 kilomètres de Carpentras, au cœur du Comtat Venaissin, en pleine Provence et à une vingtaine de kilomètres d'Avignon. Elle est située dans la plaine, au sud-ouest du Mont Ventoux, à l'est du Rhône et au nord de la Durance. Ses habitants sont appelés les Montiliens.

Le patron de la ville est Saint Gens.

Accès[modifier | modifier le code]

On y accède par la D942 (voie rapide) depuis Avignon au sud-ouest ou Carpentras au nord-est, et par la D31 depuis l'Isle-sur-la-Sorgue et Pernes-les-Fontaines au sud ou Sarrians au nord.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Althen-des-Paluds, Entraigues-sur-la-Sorgue, Carpentras, Sarrians, Pernes-les-Fontaines, Loriol-du-Comtat, Bédarrides

Rose des vents Sarrians Sarrians, Loriol-du-Comtat Carpentras Rose des vents
Bédarrides N Carpentras
O    Monteux    E
S
Entraigues-sur-la-Sorgue Althen-des-Paluds Pernes-les-Fontaines

Relief[modifier | modifier le code]

Le relief de Monteux est dans l'ensemble assez plat. La seule colline est celle de Talaud.

Géologie[modifier | modifier le code]

La commune couvre une vaste plaine alluvionnaire du quaternaire récent. C'est la plaine du Comtat dont les alluvions reposent sur une nappe miocène s'étendant de Carpentras à Entraigues. Seules émergent quelques collines érodées datées de l'helvétien et du burdigalien.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Auzon passe au nord du centre historique. Au sud du village, la commune comptent quelques petits cours d'eau, dont la Sorguette, affluents de la Sorgue de Velleron. Au nord de la commune, la Grande Levade sert de limite séparative avec Sarrians. Un lac aménagé, de 10 hectares, dans le Parc de Beaulieu, ouvert au public depuis l'été 2013, est disponible pour la baignade et les sports nautiques[2].

Climat[modifier | modifier le code]

La commune, située dans la zone d’influence du climat méditerranéen, est soumise à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches, dont une brève en fin d'hiver, une très longue et accentuée en été ; deux saisons pluvieuses, en automne, avec des pluies abondantes sinon torrentielles, et au printemps. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare[3].

Mois
Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales moyennes (°C) 10 12 16 18 23 27 30 30 25 20 13 10 19,75
Températures minimales moyennes (°C) 2 3 6 8 12 15 18 18 14 11 6 3 9,6
Températures moyennes (°C) 6 7,5 11 13 17,5 21 24 24 19,5 15,5 8,5 7,5 14,7
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 36,5 23,3 24,9 47,5 45,6 25,4 20,9 29,1 65,8 59,6 52,8 34,0 465,4
Source : Données climatologiques de Carpentras 2000-2007

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Sur la colline de Talaud a été exhumé une sépulture à incinération, des débris de balsamaires, une lampe en terre cuite, une assiette et un bol de terre vernissé rouge[4].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La Tour Clémentine dans laquelle résida Clément V

Dès 1211, Guillaume III, évêque de Carpentras, qui a transigé avec les co-seigneurs Isnard d'Entrevennes, Imbert et Raymond d'Agoult, obtint l'exemption de tout droit de péage sur leur fief. Celui-ci dépendait alors du comte de Toulouse. Ce fut en 1240 que Raymond VII en donna la suzeraineté à Barral des Baux, son neveu par alliance, alors qu'il était en paréage entre huit seigneurs[4].

Après la Croisade contre les Albigeois, le Comtat Venaissin ayant été attribué au pape, en 1274, Bertrand des Baux rendit hommage pour son fief montilien au Recteur Guillaume de Villaret que venait de nommer Grégoire X[5]. Au début du XIVe siècle, l'installation de la Papauté d'Avignon changea la destinée de Monteux. En 1313, Bertrand de Got, neveu de Clément V, acheta ses parts à Bertrand des Baux[5] et, un an plus tard, le 21 mars 1314, son oncle signait sur place les décrétales du concile de Vienne[6]. Ce fief passa ensuite par mariage aux Armagnac. Il fallut toute l'autorité de Clément VI pour que le comte Jean 1er accepta de revendre ce fief à la papauté le 31 août 1342. La Révérende Chambre Apostolique — le ministère des finances pontificales — le lui racheta pour 14 000 florins et devint Dame Foncière de Monteux[5].

En 1357, l’arrivée de L’Archiprêtre dans la région provoque une vague de constructions de fortifications : Monteux commence à construire un mur d’enceinte en octobre 1358[7].

Période moderne[modifier | modifier le code]

Toute cette période fut marquée par des épidémies de peste dont les plus importantes touchèrent la population en 1588-89 puis en 1630 pour se conclure par la Peste de Marseille (1720) de 1721[5].

Article détaillé : Mur de la peste.

Le second fléau fut les guerres de religion. En 1562, les huguenots incendièrent le couvent des franciscains puis se retranchèrent derrière les remparts de Monteux. Ils tinrent jusqu'en 1564 et ne se retirèrent qu'en faveur d'une trêve[5].

Sous la Révolution, seule l'église paroissiale fut mise à sac. Mais lors du sièges de Carpentras en juillet 1793, l'Armée d'Avignon fit de la cité sa base arrière. Il y eut jusqu'à 9 000 hommes de troupe qui y furent cantonnés alors que la population s'élevait à 3 500 personnes[5].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

L'irrigation de la plaine du Comtat Venaissin par le canal de Carpentras et la mise en place du chemin de fer, avec la ligne de Sorgues - Châteauneuf-du-Pape à Carpentras a permis à Monteux de développer une activité agricole intensive liée au maraîchage et à l'arboriculture fruitière. Ce qui n'a pas empêché un développement industriel avec l'artificier Ruggieri (pyrotechnique), MGI Coutier (industrie automobile) et Ducros (industrie alimentaire).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est attesté dès le XIIe siècle sous le forme de de Montilis (1188) ainsi que Montilium ou Monticulus. Cette graphie va peu évoluer puisque l'on retrouve Montels en 1464 et Monteulx en 1558. L'origine de ce toponyme d'après ses formes anciennes semble provenir de sa position aux pieds des collines de Plumanel et de Saint-Martin[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de Vaucluse.
Blason ville fr Monteux (Vaucluse).svg

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'azur aux trois tours d'argent, maçonnées de sable, ajourées du champ, rangées en fasce, celle du milieu plus haute et ouverte du champ.

Devise : unitas fortitudo (l'union fait la force)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le Conseil Municipal est composé de 33 membres : le maire, 9 adjoints, et 23 conseillers municipaux. Il se réunit 8 à 10 fois par an dans la Salle du Conseil de l'Hôtel de Ville et règle par délibérations toutes les affaires de la commune.

Il existe aussi un Conseil Municipal d'Enfants, composé de 33 membres, élus chaque année par les élèves de cycle 3 des écoles de la commune.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Monteux fait partie de la Communauté de communes Les Sorgues du Comtat, composée également d'Althen-des-Paluds, et de Pernes-les-Fontaines. Elle a été créée le 24 octobre 2001.

La communauté de commune fait partie de plusieurs syndicats mixtes :

  • Syndicat mixte ITER Vaucluse
  • Syndicat mixte intercommunautaire pour l'étude, la construction et l'exploitation d'unités de traitement des ordures ménagères de la région de cavaillon (sieceutom)
  • Syndicat mixte pour la création et le suivi du schéma de cohérence territoriale (SCOT) du sud Luberon

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Située dans l'aire urbaine d'Avignon / Carpentras, qui atteint près de 300 000 habitants, la commune constitue un pôle attractif. Elle le doit à l'importance et la qualité de ses constructions rurales, dont beaucoup ont été réhabilitées. L'habitat individuel s'est considérablement développé durant la seconde moitié du XXe siècle par la construction de pavillons et de villas.

L'habitat actuel est essentiellement composé de résidences principales (91,10 % de l'hébergement)[8].

Pour l'année 2007, ses résidences principales comptent 3 500 maisons, contre 1 237 appartements. 56,7 % de ses résidences principales étaient occupées par leur propriétaire, les autres étant occupées par des locataires (dont 8,9 % en HLM).

Évolution de l'habitat à Monteux entre 1968 et 2007

Types de logement 1968 1975 1982 1990 1999 2007
Résidence Principales 1 868 2 139 2 562 2 971 3 674 4 381
Résidence secondaire 19 25 48 69 64 53
Logement vacant 159 185 269 247 231 375
Ensemble 2 046 2 349 2 879 3 287 3 969 4 809

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le budget 2008 de la commune a été de 2 837 053 €, le prévisionnel de 2009 est estimé à 2 925 453 €, ce qui représente une imposition de 184 €/hab, pour les achats et charges externes, et de 449 €/hab, pour les frais de personnels[9].

L'imposition des ménages et des entreprises à Monteux en 2009[10]
Taxe part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 11,20 % 0,00 % 7,55 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 15,89 % 0,00 % 10,20 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 40,30 % 0,00 % 28,96 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 19,05 % 0,00 % 13,00 % 3,84 %

Jumelages[modifier | modifier le code]

Monteux est jumelée avec Gladenbach en Allemagne.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]


Résultats de l' Élection présidentielle française de 2012 : Monteux

Liste des maires successifs[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 mars 1989 Raymond Chabran SE  
mars 1989 en cours Christian Gros PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 11 122 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 161 3 245 3 514 4 005 4 760 4 978 5 450 4 473 4 607
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 483 4 512 4 528 4 376 4 058 3 722 3 697 3 530 3 847
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 036 4 040 4 146 3 882 4 005 4 185 4 416 4 373 4 710
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
5 237 5 867 6 471 7 524 8 157 9 564 10 597 10 704 10 850
2011 - - - - - - - -
11 122 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Monteux en 2007 en pourcentage[14].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
5,6 
75 à 89 ans
8,1 
14,4 
60 à 74 ans
14,8 
19,4 
45 à 59 ans
19,2 
21,4 
30 à 44 ans
20,9 
17,6 
15 à 29 ans
16,8 
21,2 
0 à 14 ans
19,5 
Pyramide des âges du département de la Vaucluse en 2007 en pourcentage[15].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,1 
6,6 
75 à 89 ans
9,6 
14,3 
60 à 74 ans
14,8 
20,4 
45 à 59 ans
20,5 
20,3 
30 à 44 ans
19,9 
18,3 
15 à 29 ans
16,8 
19,7 
0 à 14 ans
17,3 

Économie[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

Le commerce de proximité est varié et dynamique : alimentation générale, boulangeries-pâtisseries, poissonnerie, vins, équipement de la personne, culture et loisirs, services… tous les domaines sont représentés.

Côté artisans, la diversité est aussi de mise : ferronnerie, maçons, matériaux, menuisier, mécanique, plombiers, alarme, jardinier paysagiste…

Un grand nombre de ces commerçants et artisans se sont regroupés en association, l’Association des Commerçants et Artisans de Monteux (l’UCAM), afin d’offrir aux Montiliens des services supplémentaires : animations et promotions diverses, livraison à domicile… On notera aussi la présence de 2 supérettes, et de plusieurs banques.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Chaque année, dans la seconde moitié du mois de mai se déroulent des fêtes médiévales sur un thème différent. Elles s'étalent sur 36 heures et mobilisent 150 artistes. Vers la fin août, est tiré un gigantesque feu d'artifice qui attire une foule considérable. A partir de 2015, la commune accueillera le Parc Spirou, un parc d'attraction sur l'univers de l'éditeur de bande dessinée Dupuis[16].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Dès la fin du XIXe siècle, la mise en place de la ligne de Sorgues - Châteauneuf-du-Pape à Carpentras accéléra la vocation agricole de la commune. À partir des années 1960, l'utilisation des serres agricoles permit de mettre en marché deux spécialités : la fraise de Carpentras et le melon de Cavaillon.

  • Serres
  • Arboriculture fruitière
  • Primeurs
  • Horticulture

Industrie[modifier | modifier le code]

L'industrie historique de Monteux est lié aux feux d'artifices. La société Ruggieri a été durant de nombreuses années l'un des principaux employeur de la commune[17]. Après plusieurs accidents industriels ayant touché le village, qui s'accroissait autour des usines, l'activité n'est plus assurée à Monteux. Reste de ce passé, l'organisation annuelle d'un feu d'artifice, fin août, d'une heure environ. Il sert de test grandeur nature des dernières innovations pyrotechniques de ce groupe.

La commune compte quatre zones d’activités, couvrant 90 hectares qui accueillent les entreprises :

Zone de la Tapy 
35 entreprises sont installées sur cette zone de 32 hectares commercialisés. Elle est située pris de la voie rapide RD 942 sortie Monteux centre, à 8 minute de l'autoroute A7 (sortie 23 : Avignon Nord). Les principales entreprises installées : Ducros - Mc Cormick (unité de production européenne de moulins à poivre - 200 millions d'unités), MGI Coutier (unité de production et centre de recherche international), Charles Faraud, BN Serres, Assurema, LSM, Jimenez Motor, Mas Provence, SARL 555, BB Cash, Rougerie…les ZAC des Escampades I et II, la Zone Artisanale de la Tapy et la Zone Industrielle de Beauchamp.
Zone de Beauchamp 
8 entreprises sont installées sur cette zone de 19 hectares commercialisés. Elle est accessible par la voie rapide RD 942 Sortie Monteux centre. Les principales entreprises installées sont Christian Potier, Transports Lurit, Rossi Récupération
ZAC des Escampades 1 et 2 
36 entreprises sont installées sur cette zone de 55 hectares commercialisés. Elle est située près de la voie rapide RD 942 sortie Monteux - Escampades. Les principales entreprises installées : Norbert Dentressangle, Epices Fuchs, Iséa, Lafarge (Centre de formation), MS Distribution, STIM, SMV, et dernièrement TPM, RDC, GEC, VPSV, Décoralux et la confiserie Aillaud…
Plateforme économique du Pérussier 
Cette friche industrielle laissée par les établissements Lacroix-Ruggieri, achetée par la communauté en 2006, et transformée en pépinière d'entreprises et ateliers relais. Sur 10 000 m2 de bâti sur 7,5 hectares de terrain, 30 entreprises se sont installées. Elle est située près de la voie rapide RD 942 sortie Monteux Nord - Sarrians. Les principales entreprises installées sont : SOPREM, La croisée des fers, Les Forges de la Louve, Chaudronnerie Demord, Accès Cible Bâtiment, MMD, Pro Musica (centre de formation)…


Deux zones sont également en projet, en vue du développement de l'activité économique.

Zone des Mourgues 
Ce projet de 17 hectares est proche de la voie rapide RD 942 sortie Monteux centre. La mise en œuvre a été interrompue du fait des annulations des POS en 2001 et 2005. La procédure de création et de réalisation de la ZAC vient d'être reprise.
ZAC de Beaulieu 
Ce Projet de 100 hectares, est en commercialisation prévue pour 2013. Elle est siuée à l'ouest de la ville, le long de la voie rapide RD 942 sortie Monteux centre. Ce projet d'envergure a été labellisé "site expérimental de développement durable européen" par le Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durable.

Transports[modifier | modifier le code]

Gare de Monteux.

La commune de Monteux est desservie par la ligne de bus Avignon - Carpentras. Deux lignes « annexes » relient les communes de Sarrians et Pernes-les-Fontaines, en connexion avec cette ligne « principale ».

Monteux dispose d'une gare sur la ligne de Sorgues-Châteauneuf-du-Pape à Carpentras fermée au service des voyageurs depuis de nombreuses années (elle est néanmoins ouverte au service du fret). Un projet de réouverture de la ligne au service des voyageurs est en cours, avec un train tous les quarts d'heure. Il permettra des relations entre Carpentras et Avignon, via Entraigues-sur-la-Sorgue, Sorgues et Le Pontet[18].

Médias[modifier | modifier le code]

La radio Fly FM[19], radio associative, émet depuis la ville de Monteux. Elle peut être écoutée sur 89.8 FM, sur la radio, ou par ADSL, pour les abonnées de free.fr sur le canal 89 du module radio. Côté presse écrite, l'actualité montilienne est traitée dans la presse régionale, la Provence et Vaucluse, ainsi que dans la presse locale, l'Hebdo du Comtat.

Culture et Patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Tour Clémentine était le donjon du château de Monteux, construit au XIe siècle. C'est la seule construction qui a résisté à l'incendie qui a détruit ce château en 1415. Son nom lui a été donné en l'honneur du pape Clément V qui fut l'un de ses possesseurs et qui y séjourna souvent. Elle mesure 28 mètres de haut et est large de 8 mètres. Ses murs ont une épaisseur de 2 mètres. Son sommet est bordé de créneaux simples. Sa hauteur permet de voir l'ensemble de la ville et la plaine du Comtat. Sa démolition a été fréquemment demandée, mais jamais accordée, car les souvenirs historiques qui s'y rattachent sont nombreux. La Tour a d'ailleurs été classée Monument Historique le 8 janvier 1910.
  • Vestiges des remparts de la ville : la Porte Neuve et la Porte d'Avignon sont deux portes qui permettaient d'entrer dans la ville, à l'époque où Monteux était entourée de remparts. Ce sont d'ailleurs les deux seuls vestiges de ces remparts. La Porte Neuve date du XIVe siècle et s'appelait autrefois Porte Notre-Dame. Elle a changé de nom et a été doublée lors de sa restauration au XVIIe siècle. Elle a conservé les conduits des chaînes du pont levis et ses tourelles d'angle. Sous le porche voûté, deux banquettes de pierre étaient adossées aux murs et servaient de sièges aux membres du Conseil de la Cité qui rendaient là la justice. Cette porte est unique en son genre dans la région et est classée Monument Historique.
  • La Porte d'Avignon a été édifiée au XIVe siècle afin de permettre l'accès vers Avignon et le sud de Monteux. Murée en 1695, une nouvelle porte a été édifiée il y a environ 290 ans suivant les plans de Mignard, peintre de la noblesse et du roi Louis XIV. Son aspect d'origine était beaucoup plus flatteur, portant en sculpture les armes du pape et celles de Monteux, mais elles furent brisées en 1792. Cette porte était l'un des lieux importants de la ville : seul passage avec le Portail Neuf pour sortir de la ville, lieu de ravitaillement en eau, elle était synonyme de vie et d'activités.
  • L'église Notre-Dame-de-Nazareth doit son existence aux religieux de l'Abbaye de Montmajour, qui autorisèrent, au XIVe siècle, l'agrandissement d'une chapelle intra muros en raison de l'éloignement de la première église. De style gothique dominant, la nef de l'église mesure 40 mètres de long et 14 de large. Le clocher date de 1605. Après la Révolution, la construction exigea de grosses réparations. La façade gothique classique a été réalisée entre les deux guerres. L'Église a récemment été restaurée et classée Monument Historique[20] en 1992 pour les raisons suivantes : "Charpente apparente. Rareté de ce type d'édifices dans le Sud Est". Une tribune est construite en 2007 pour y installer un orgue à tuyaux.
  • La Chapelle Notre Dame des Grâces : En 1629, en pleine épidémie de peste, le Conseil de Monteux décide de construire une chapelle sous le titre de Notre Dame des Grâces, afin d'apaiser « l'îre de Dieu », et de faire cesser le mal contagieux qui s'étend sur le Comtat Venaissin. C'est donc en 1630 que la Chapelle Notre-Dame des Grâces est construite, érigée par Nicolas Moreau, un maçon de Pernes-les-Fontaines. Elle rend de grands services à la commune. Elle est, par exemple, transformée en infirmerie en 1720 quand la peste fait son grand retour dans la région, elle sert également à protéger les fidèles lors de fortes intempéries. Le 21 septembre 1780, l'eau justement, et plus particulièrement l'Auzon, a raison de notre petite chapelle, envahissant l'intérieur et dégradant au passage les murs jusqu'à hauteur d'homme. Mais malgré tout, la chapelle Notre-Dame des Grâces a su faire face à l'outrage du temps (pillages, destruction) pour la plus grande joie des Montiliens.
  • La Chapelle des Pénitents Noirs appartenait à la Confrérie des Pénitents Noirs, association religieuse fondée à Monteux en 1566. Au début, les pénitents eurent un terrain derrière l'église et construisirent une Chapelle dans laquelle ils se réunirent pendant près de 200 ans. Au milieu du XVIIIe siècle, ils s'installèrent dans une nouvelle Chapelle où ils ne restèrent que 40 ans car, pendant la révolution, elle fut confisquée et vendue. La Confrérie resta alors près de 50 ans sans lieu de culte. En janvier 1842, le recteur des Pénitents leur céda une partie de l'un de ses terrains pour qu'ils puissent construire une nouvelle chapelle, qui est encore debout aujourd'hui. Mesurant 15 m de long et 10 de large, elle comporte une seule nef rectangulaire et peut recevoir environ 150 personnes assises. Jusqu'en 1914, la Confrérie sera très dynamique, mais avec la première guerre mondiale, ses activités seront mises en sommeil. En 1960, avec la mort du Chanoine Laporte, ce sera la fin des activités de la Confrérie des Pénitents à Monteux. Depuis, la chapelle est utilisée pour différentes activités et sert parfois pour la présentation d'expositions.
  • L'Hôtel de Ville était autrefois un hôpital, l'Hôpital St Pierre. Il fut construit en 1713, car le précédent hôpital était trop petit. Il ferma momentanément après avoir été pillé pendant la révolution. Les Allemands l'occupèrent pendant la dernière guerre obligeant ainsi les religieuses qui s'occupaient des malades à retourner dans leur couvent ardéchois. Les malades furent alors dispersés dans les différents établissements des alentours. Après la guerre, les cîtoyens de Monteux désirèrent retrouver leur hôpital et voulurent le retour des religieuses. Mais le Conseil Municipal en majorité anticléricale s'opposa à la volonté des citoyens. Le bâtiment fut mis à la disposition des personnes du 3e âge qui venaient y passer la journée, encadrées par des bénévoles. Mais le bâtiment et les jardins n'étant plus entretenus, le site se détériorait. La municipalité décida dans les années 1950 d'en faire la Mairie et d'y transférer l'ensemble des services administratifs. Et c'est ainsi que l'inauguration de l'Hôtel de Ville eut lieu le 21 juillet 1958.

On trouve aussi de nombreuses fontaines au hasard de la promenade dans les rues du cœur de ville.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Lac de Monteux, dans le quartier Beaulieu

La commune dispose de deux parcs : le Parc Bellerive et le Parc Notre Dame, situés de chaque côté de l'Auzon, la rivière qui traverse la ville. On peut aussi faire des randonnées autour de Monteux.

Le Parc de Beaulieu, comprenant un lac de 10 hectares, ouvert au public depuis l'été 2013, est inclus dans un écoquartier[21].

Manifestations[modifier | modifier le code]

Notre-Dame des Grâces, lieu de culte de Saint-Gens, par Jean-Joseph Bonaventure Laurens, croquis du 18 septembre 1841
Les porteurs de la bannière et de la statue de saint Gens entourés du clergé et accompagnés par le maître de la Confrérie à cheval

Chaque année, le week-end suivant le 16 mai, la Confrérie de Saint Gens organise un pèlerinage au Beaucet. Cette manifestation a gardé son caractère traditionnel et folklorique. Le samedi, des jeunes gens en costumes d'époque portent la statue de Saint Gens et la bannière jusqu’à l’ermitage. Dans la soirée du samedi et la matinée du dimanche, des cérémonies religieuses ont lieu. Le Christ, porté également par des jeunes gens en tenues d’époque, part de Monteux vers l’ermitage à 6 heures du matin. Quand ces cérémonies sont terminées, le cortège des pèlerins, formé de personnes à pied et de charrettes (appelées jardinières), repart vers Monteux. À l’arrivée du saint, des bombes éclatent et les cloches sonnent. Une bénédiction a lieu dans la chapelle consacrée au saint et la fête se termine à l’église Notre Dame de Nazareth par une allocution en provençal.

Le feu d'artifice, symbole issu de la présence historique d'une importante industrie pyrotechnique. Le quatrième vendredi du mois d'août donne lieu à un grand feu d'artifice d'envergure nationale. En 2006, pour fêter l'année Mozart, le thème en est : La Flûte Enchantée. En 2007, c'est l'Europe qui en est le thème, avec "Canta, Europa mia". Ce feu d'artifice sans égal dure entre 3/4 d'heure et une heure, et attire environ 15 000 personnes venues de toute la région, ainsi que de nombreux touristes.

La Légende des Siècles, En 2004, à l' occasion du 900e anniversaire de son saint Patron, Saint Gens, Monteux inaugurait la Légende des Siècles. Depuis 2008, le thème de cette fête sert aussi de support à la carte de vœux et au Feu de Monteux. Dans le cadre de la Légende des Siècles, il est décliné de différentes façons, espaces scéniques, saynètes, spectacles musicaux, expositions, marché… Ce n'est pas une simple fête de 36 heures, c'est un événement auquel la ville cherche toujours à donner un sens réel et concret. Cette grande fête populaire a l'ambition de transporter tous ses participants en un autre lieu, en une autre époque. Monteux crée ainsi tous les deux ans un univers festif particulier et différent. 200 bénévoles travaillent des mois durant pour réaliser les décors et costumes et atteindre ce résultat. Une atmosphère ludique avec comme fil rouge le voyage à travers les siècles. En 2007, nous fêtions Charlemagne, l'école et l'Europe, en 2008, Merlin l'Enchanteur a révélé ses secrets de la Nature le temps d'un week-end et en 2009, Monteux était transportée à l'époque des Gaulois. Pour progresser, il faut continuer à améliorer la Légende des Siècles et pour cela il faut du temps, plus de temps ! C'est pourquoi depuis 2009 la Légende des Siècles aura lieu tous les deux ans. En 2011, Monteux c'est transformée le temps d'un week-end en ville américaine de la fin du XIXe siècle, avec la rencontre historique de deux légendes : Félicien Trewey et Buffalo Bill.

La Fête de la St Jean, elle a lieu aux environs du 20 août et dure cinq jours. C'est bien sûr une fête foraine avec manèges et attractions diverses, mais de nombreuses autres festivités sont organisées : spectacle de variétés, compétitions de rugby, football, moto-ball, concours de boules, jeux pour enfants… mais aussi une matinée Camargue (abrivado, bandido) le dimanche matin. Un bal a lieu tous les soirs. Le vendredi soir à 22h se déroule le grand feu d'artifice, véritable spectacle son et lumières, qui attire chaque année près de 30 000 personnes. La ville de Monteux présente un spectacle qui mérite que l'on fasse des kilomètres pour le voir et c'est ce qui se passe : des personnes viennent des quatre coins de la France. Ce spectacle est unique, car ce n'est pas qu'un simple feu d'artifice : il dure environ 45 minutes et il exprime un thème précis et différent chaque année ; la mise en scène est parfaite : musique adaptée au thème, effets spéciaux, lumières, lasers, écrans géants, voix off.

La Foire d'Automne, organisée pour la première fois en septembre 1999, cette journée se veut conviviale et festive. Elle réunit commerçants, artisans et associations de la ville sous forme de villages répartis dans le centre ville, chacun exposant ses productions ou activités. S'ajoutent également à cela, concessionnaires automobiles, brocanteurs, marché artisanal avec produits du terroir, potiers…

Salon de peinture et de sculpture, la Commission municipale de la culture propose un nouveau rendez-vous : un salon de peinture et de sculpture. À compter de 2012, ce salon aura lieu chaque année lors de « Monteux en fleurs ».

Vie locale[modifier | modifier le code]

Équipements ou Services[modifier | modifier le code]

  • Deux notaires
  • Trésor Public

Infrastructures[modifier | modifier le code]

  • Bibliothèque, MJC, l'Atelier, la maison des associations.
  • La Salle des Fêtes : depuis 1992, Monteux est doté d'une salle des fêtes appelée la Salle du Château d'Eau. Sa capacité totale de 800 personnes est modulable, elle dispose d'un système de sonorisation et d'éclairage, d'une scène, d'un bar, d'une cuisine aménagée, et d'un hall d'accueil, d'un parking de 800 places et d'un parc ombragé agrémenté de jeux pour enfants.
  • La salle de la Vannerie sert aussi de salle de spectacle.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Groupe scolaire de Monteux
  • 2 crèches (Belle Bleue et Clementine)
  • Le groupe scolaire Béraud
  • Le groupe scolaire Ripert
  • L'école Pagnol
  • Le groupe scolaire Lucie Aubrac
  • L'école des Garrigues (école intercommunale)
  • Le collège Silve
  • L'école et collège Notre Dame du Bon Accueil

Sports[modifier | modifier le code]

Alberto Contador lors du Critérium du Dauphiné 2010, à Monteux

Il existe à Monteux des associations sportives en rugby (Étoile sportive montilienne), football, handball, moto-ball, tennis, course à pied, ping-pong, pétanque, vélo ou équitation. Le Football Club Féminin Monteux est un club de football féminin créé en 1988 et vice-champion de France de Division 2 en 2005. Elle dispute le championnat de Division 2 2010-2011, soit le deuxième niveau national.

Les stades Georges Henri, Bertier et St-Hilaire sont mis à disposition des clubs de rugby, football, moto-ball. Le COSEC est composé d'un gymnase (pour le badminton, handball, basket-ball) et d'un stade en plein air avec des terrains de baskets, de hand, un terrain de football et une petite piste d'athlétisme avec toutes les installations nécessaires à la pratique de l'athlétisme. Il y a également une halle des sports.

Le 9 juin 2010 : Monteux est ville de départ pour une étape du Critérium du Dauphiné 2010.

Santé[modifier | modifier le code]

L'offre en soins à Monteux est variée. Une partie des praticiens sont regroupés dans un centre médical.

  • 10 médecins généralistes,
  • 3 orthophonistes
  • 7 infirmières
  • 2 ostéopathes
  • 5 dentistes
  • 2 pédicures
  • 6 kinésithérapeutes
  • 1 diététicienne
  • 4 pharmacies

Monteux dispose aussi d'une maison de retraite, réservée aux personnes âgées valides.

Autres services[modifier | modifier le code]

  • Maison Familiale Rurale de la Denoves
  • École de Musique[22]
  • Centre de Loisirs Associé à l’École (CLAE).

Cultes[modifier | modifier le code]

Catholique. Lieu de culte : Église ND de Nazareth

Environnement[modifier | modifier le code]

La collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés se fait dans le cadre de la Communauté de communes Les Sorgues du Comtat et le Syndicat mixte intercommunautaire pour l'étude, la construction et l'exploitation d'unités de traitement des ordures ménagères de la région de cavaillon (sieceutom).

Clubs et Associations[modifier | modifier le code]

Monteux compte plus de 140 associations, parmi lesquelles on trouve des associations à caractère:

  • culturel : MJC, bibliothèque, traditions provençales, musique, chorale, jumelage
  • scolaire et périscolaire : associations de parents d’élèves, coopératives scolaires, société des écoles laïques
  • social : croix rouge Française, amicale des donneurs de sang, association familiale, secours catholique, secours populaire
  • patriotique : anciens combattants

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Tableau de Benoni Auran
  • Gens Bournereau dit Gens du Beaucet ou Saint Gens.
  • Nicolas Saboly (1614-1675) : il écrivait des chants de Noël populaires qui sont toujours chantés pour les messes de minuit et dont le succès a dépassé le cadre de la Provence.
  • Calixte Aulagne (1820-1906) : il créa à Monteux l'industrie du feu d'artifice, et à contribuer, avec ses Bruno et Cyprien à la renommer de la ville dans le domaine de la pyrotechnie civile.
  • Rosa Bordas est née à Monteux le 26 février 1840. C'est une des premières interprètes féminines de la chanson française populaire, avec Amiati. Elle vivait avec sa mère qui tenait une auberge cabaret. Elle rencontra son époux lors d'une fête, il était guitariste chanteur et lui apprit la musique. Son succès fut rapide et devint vite national. Elle s'illustra à Paris pendant les événements de la Commune. Décédée le 30 mai 1901, elle fut enterrée à Monteux. Frédéric Mistral lui consacre un chapitre entier dans son ouvrage Memòri e Raconte (Mémoires et récits). De son vrai nom Rosalie Martin, dite Rosa Bordas ou tout simplement La Bordas, ou «la Rachel du peuple», elle avait, lors de la déclaration de la guerre en 1870, chanté « La Marseillaise » un drapeau à la main.
  • Félicien Trewey est né le 23 mai 1848 à Angoulême, mais a vécu à Monteux dès la prime enfance. Spécialiste de mimes et ombres chinoises, ou ombromanie, il utilisait de nombreux chapeaux pour visualiser les personnages qu'il mimait. Il était aussi un prestidigitateur internationalement reconnu. Amis des Frères Lumière, il a tourné dans leurs premiers films en 1895 et il a introduit le cinématographe Lumière en Grande-Bretagne en février 1896. Il est décédé le 2 décembre 1920 et est enterré à Monteux.
  • Benoni Auran : Né en 1859, décédé en 1944, artiste peintre, reconnu au niveau international. Nombre de ses œuvres sont exposées dans les salles de l'Hôtel de ville. Il est coté à Drouot.
  • Édouard Grangier, ancien sénateur, suppléant puis successeur de Marcel Pellenc, et Maire de Monteux.
  • Auguste Béraud, médecin, député et sénateur de Vaucluse, né à Monteux.
  • André Chiron : Chanteur et guitariste qui chante en provençal, notamment Georges Brassens. À la ville, il est professeur d'EPS.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Zonage sismique réglementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  2. Lac de Monteux
  3. La climatologie du Vaucluse
  4. a, b et c Robert Bailly op. cit., p. 282.
  5. a, b, c, d, e et f Robert Bailly, op. cit., p. 283.
  6. Robert Bailly, op. cit., p. 284.
  7. Germain Butaud, « Villages et villageois du Comtat Venaissin en temps de guerre (milieu XIVe-début XVe siècle) », in Christian Desplat, Les villageois face à la guerre : XIVe-XVIIIe siècle, Actes des XXIIe Journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, 8, 9, 10 septembre 2000, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2002, (ISBN 2-85816-603-X), p. 55.
  8. Monteux sur le site de l'INSEE, page 12 & 13
  9. Le budget municipal de Monteux
  10. (fr) « Impots locaux à Monteux », taxes.com
  11. Annonce du jumelage avec Niemcza, pr le maire de Monteux
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  14. [1]
  15. « Évolution et structure de la population en 2007 », sur Insee (consulté le 11 avril 2011)
  16. Parc Spirou près d'Avignon : début des travaux cet été, ouverture au 2e semestre 2015
  17. Industrie à Monteux
  18. Ligne Carpentras - Avignon sur le site "Les Sorgue du Comtat"
  19. Fiche de Fly FM
  20. Fiche "monument historique" sur www.culture.gouv.fr
  21. écoquartier de Beaulieu
  22. "Les Amis de la Musique"

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique du département du Vaucluse, Avignon, 1876.
  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, Éd. A. Barthélemy, Avignon, 1986. (ISBN 2903044279)
  • André et Nadine Payan, La Fabuleuse Histoire de Monteux, Éd. Arts et Systèmes, 1er trimestre 1992, (ISBN 2908033038)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]