Châteauneuf-les-Martigues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Châteauneuf-les-Martigues
Châteauneuf-les-Martigues vu de la Vierge noire
Châteauneuf-les-Martigues vu de la Vierge noire
Blason de Châteauneuf-les-Martigues
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Istres
Canton Châteauneuf-Côte-Bleue
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté urbaine Marseille Provence Métropole
Maire
Mandat
Roland Mouren
2014-2020
Code postal 13220
Code commune 13026
Démographie
Gentilé Châteaunevaise, Châteaunevais
Population
municipale
12 266 hab. (2011)
Densité 388 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 23′ 02″ N 5° 09′ 54″ E / 43.3838888889, 5.16543° 23′ 02″ Nord 5° 09′ 54″ Est / 43.3838888889, 5.165  
Altitude 40 m (min. : 0 m) (max. : 203 m)
Superficie 31,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte administrative des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Châteauneuf-les-Martigues

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Châteauneuf-les-Martigues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châteauneuf-les-Martigues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châteauneuf-les-Martigues
Liens
Site web www.chateauneuf-les-martigues.fr

Châteauneuf-les-Martigues est une commune française, située dans le département des Bouches-du-Rhône en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Châteaunevais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Châteauneuf-les-Martigues se situe au sud du département, sur la côte sud de l'étang de Berre.

Plan de situation de la commune de Châteauneuf-les-Martigues

Climat[modifier | modifier le code]

Aucune donnée propre à la commune. Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations relevées par MétéoFrance à la station de Marignane sur la période 1971-2000 :

Mois J F M A M J J A S O N D année
Températures maximales (°C) 11,2 12,6 15,3 17,7 22,2 26,1 29,5 29,2 25,3 20,3 14,7 12,0 19,7
Températures moyennes (°C) 7,1 8,3 10,7 13,1 17,4 21,1 24,1 24,0 20,4 16,0 10,8 8,1 15.1
Températures minimales (°C) 3,0 3,9 6,0 8,5 12,6 16,0 18,7 18,7 15,5 11,6 6,8 4,1 10,5
Précipitations (hauteur en mm) 54 44 40 58 41 25 13 31 61 85 51 52 554,5
Source: Météo France[1] / Station de Marignane

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Châteauneuf-les-Martigues

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

«  D'azur, à un château d'argent, fermé et maçonné de sable, flanqué à dextre d'une grosse tour quarrée aussi d'argent, maçonnée de sable, sur une terrasse d'argent. »

Faits historiques[modifier | modifier le code]

Dès le 7e millénaire avant J.-C., des hommes de la période du mésolithique s’étaient installés dans les abris sous roche et notamment celui aujourd'hui dénommé le Grand Abri de la Font-aux-Pigeons.

A l’époque féodale, Châteauneuf est connu par son château, le Castrum Novum, mentionné dès le XIe siècle. Le village s'est développé à son pied. Son nom occitan, Castèunòu dau Martegue, rappelle son appartenance à la catégorie des Castelnaus médiévaux.

Propriété des Comtes des Baux à la fin du XIIIe siècle, la terre et seigneurie de Châteauneuf-les-Martigues passa à la Reine Jeanne, comtesse de Provence, en 1373, à Charles d’Anjou en 1452, à François de Luxembourg en 1481. Au XVIIIe siècle, les derniers seigneurs de Châteauneuf appartenaient à la famille de Seytres-Vaucluse-Caumont.

L’ingénieur marseillais Henri Fabre a réalisé le 28 mars 1910 le premier vol en hydravion : 6 kilomètres au-dessus l’étang de Berre entre La Mède et Martigues[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

La commune, traditionnellement située à gauche, a élu en 2014 un maire de droite, pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale. La liste « divers droite » de Roland Mouren a obtenu la majorité absolue dès le premier tour, tandis que la liste du maire sortant, Vincent Burroni, député PS, soutenue par le PCF et EELV, ne recueillait que 35% des voix[3].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1939 1970 Armand Audibert SFIO Conseiller général de l'ancien canton de Martigues (1951-1970)
1970 2003 Henri d’Attilio PS Député, sénateur
2003 2014 Vincent Burroni PS Député de la douzième circonscription des Bouches-du-Rhône (depuis 2012)
Conseiller général
2014 en cours Roland Mouren DVD  
Les données manquantes sont à compléter.[4]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 12 266 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
571 527 483 477 714 957 991 984 1 033
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 150 1 220 1 227 1 241 1 205 1 013 1 084 1 100 1 125
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 073 1 164 1 488 1 371 1 523 1 603 2 325 2 536 3 611
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
4 822 6 781 8 600 10 173 10 911 11 375 11 829 12 266 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • « Festival sous les pins » (musique, voix et humour), chaque année en juillet depuis 28 ans. En 2014, Roland Magdane, Michel Jonasz, Pascal Obispo, entre autres[7].
  • La course des gazelles : un cross organisé tous les ans, au mois d'octobre, pour les jeunes scolarisés en élémentaire et en grande section de maternelle.
  • Le week-end du sport en famille, au centre équestre du Jaï, en liaison avec le comité départemental olympique sportif des Bouches-du-Rhône.
  • Expo-concours « Arts en fête », en octobre, ouverte à toutes les techniques artistiques.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Rostaing de Sabran, viguier de Marseille (1323-24), fut seigneur de Châteauneuf[8].
  • Henri Fabre, ingénieur français, inventeur de l'hydravion.
La gare de la Mède

Économie[modifier | modifier le code]

La raffinerie de pétrole de la Mède est à cheval sur les communes de Martigues et de Châteauneuf. De la Mède une liaison ferroviaire est assurée sur voie départementale par la Régie départementale des transports des Bouches-du-Rhône (RDT 13) vers la gare de Pas-des-Lanciers, à l'est de Marignane, où s'effectue la jonction avec le réseau ferroviaire national.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Sur la commune se trouve l'abri-sous-roche de la Font-des-Pigeons, site occupé depuis le Mésolithique (6000 av.J.C.) jusqu'à l'âge de Bronze (v. 1800 av.J.C.), et éponyme d'un faciès culturel de la préhistoire appelé le Castelnovien. L'association qui gère le site a créé un musée dans l'ancienne demeure des Seytres-Caumont[9].
  • La moitié ouest de l'étang de Bolmon et du lido du Jaï se trouvent sur la commune, séparés du reste du territoire par le canal de Marseille au Rhône. Le site du Bolmon et du Jaï est protégé par le Conservatoire du littoral et le Syndicat intercommunal du Bolmon et du Jaï (SIBOJAI) depuis 20 ans. Il inclut les marais situés au sud du canal, et notamment la réserve ornithologique de Barlatier[10].
  • Monument commémoratif en l'honneur de Henri Fabre, qui fit voler le premier hydravion au monde.
  • Pôle culturel Jean-Claude-Izzo.
L'église Sainte-Cécile
  • La chapelle Sainte-Cécile est le plus ancien édifice religieux du territoire de la commune. Probablement construite sur l’emplacement d’un monument païen, elle remonterait au VIIIe siècle.
  • L’église paroissiale Sainte-Cécile, de style néo-gothique, consacrée en 1853. Campanile en fer forgé ; à l’intérieur une chaire en bois sculpté, deux tableaux : martyre de Saint Denis (anonyme, XVIIIe siècle), Sainte Cécile musicienne.
  • La chapelle Notre-Dame-de-l’Étang, à la Mède, moderne.
  • La statue de la Vierge Noire, sur son promontoire (table d'orientation).
  • Les « Trois frères », groupe de rochers émergeant de l’eau de l’étang de Berre, près de l’anse de La Mède.
  • Les vallons du Saut et le Valtrède, dans la chaîne de la Nerthe, au sud de la commune. Paysages calcaires présentant des curiosités (grotte, parois rocheuses, roche percée, aiguiilles), mais aussi des traces de l’activité agricole, sylvestre et pastorale passée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]