Sivergues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sivergues
Sivergues
Sivergues
Blason de Sivergues
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Apt
Canton Bonnieux
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Apt-Pont Julien
Maire
Mandat
Gisèle Martin
2008-2014
Code postal 84400
Code commune 84128
Démographie
Gentilé Siverguois, Siverguoises
Population
municipale
45 hab. (2011)
Densité 4,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 49′ 45″ N 5° 24′ 13″ E / 43.8291666667, 5.40361111111 ()43° 49′ 45″ Nord 5° 24′ 13″ Est / 43.8291666667, 5.40361111111 ()  
Altitude 597 m (min. : 430 m) (max. : 993 m)
Superficie 9,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte administrative du Vaucluse
City locator 14.svg
Sivergues

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte topographique du Vaucluse
City locator 14.svg
Sivergues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sivergues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sivergues

Sivergues est une commune française, située dans le département de Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

"C'est bougrement perché Sivergues ! et perdu au diable..." Henri Bosco[1]

Localisation[modifier | modifier le code]

Sivergues est situé dans le massif du Luberon, à 590 mètres d'altitude. l'on y accède par la route départementale 114, après plusieurs kilomètres en cul de sac.

Les communes voisines sont Buoux à l'ouest, Saignon au nord, Auribeau à l'est. Au sud, par delà le Luberon Cucuron et Vaugines.

Buoux est à 9 km, Apt à 11 km, Bonnieux à 14 km.

Passage du GR9

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La rivière Ayguebrun y passe.

Relief[modifier | modifier le code]

Le relief de la commune peut se diviser en deux grandes zones :

  • Au nord, le bas des flancs du Luberon où se mêlent ravins et plateaux.
  • Au sud, le relief s'élève jusqu'à la ligne de crête de la montagne du Luberon. Les altitudes les plus hautes se situent à l'extrême sud, au niveau de cette ligne avec 976 m aux Estrugues. Nombreux ravins parallèles d'orientation nord/sud.

Utilisation du sol[modifier | modifier le code]

Principalement des bois et forêts, quelques terres agricoles au niveau des plateaux au nord.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique d'Apt
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3 4 6 9 13 16 19 19 16 13 7 4 10,7
Température moyenne (°C) 7 8 11 13,5 18 21,5 24,5 24,5 21,5 17 11 8 15,5
Température maximale moyenne (°C) 11 12 16 18 23 27 30 30 25 21 15 12 19,2
Précipitations (mm) 35,3 21,3 21,9 40,6 26,7 14,6 8,2 18,3 57 52,3 39,1 25,6 361,1
Source : Données climatologiques d'Apt (Vaucluse) 2000-2007
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
11
3
35.3
 
 
 
12
4
21.3
 
 
 
16
6
21.9
 
 
 
18
9
40.6
 
 
 
23
13
26.7
 
 
 
27
16
14.6
 
 
 
30
19
8.2
 
 
 
30
19
18.3
 
 
 
25
16
57
 
 
 
21
13
52.3
 
 
 
15
7
39.1
 
 
 
12
4
25.6
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

La commune est située dans la zone d'influence du climat méditerranéen. Après une année 2007 caractérisé par une très faible pluviométrie, 435 mm d'eau en pays d'Apt, 2008 avec 1 202 mm, soit 2, 8 fois plus, se place juste derrière l'année 1968. Quant à la moyenne des températures elle augmente de 0, 5°, l'hiver et le printemps ayant été très doux. Le temps pluvieux a affecté la durée de l'ensoleillement avec une centaine d'heures en dessous de la normale[3].

Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures moyennes (°C) 6,9 7,7 8,7 11,9 17,2 20,5 22,7 22,4 17,9 13,8 8,3 4,6 13,6
Températures normales (°C) 5,1 6,3 8,9 11,4 15,7 19,0 22,3 22,3 18,5 13,8 8,3 5,8 13,1
Écart avec la normale (°C) + 1,8 + 1,4 - 0,2 + 0,5 + 1,5 + 1,5 + 0,4 + 0,3 - 0,6 0 - 0,2 - 1,2 + 0,5
Moyenne mensuelle de précipitations (mm) 103 43 23 126 157 38 12 29 187 122 160 202 1 202
Précipitations normales (°C) 71 56 57 79 70 49 37 53 73 101 74 69 789
Écart avec la normale (°C) + 32 - 13 - 34 + 47 + 87 - 11 - 25 - 24 + 114 + 21 + 86 + 133 + 413
Source : Le Pays d'Apt, n° 191, février 2009 et station de référence météo : Apt (242m)

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vaudois du Luberon.

L'origine de la localité semble être datée du Ve siècle, lorsque la femme de saint Castor et six compagnes y auraient fondé un couvent. Certains d'ailleurs attribue le nom de la commune à ses six vierges. cité en 1067 : "Sex Virgae" et vers 1200 : "Siuergia"[réf. nécessaire].

Au XIIe siècle, Sivergues appartient aux comtes de Forcalquier. Le castrum y est créé dans un territoire vierge de toute occupation humaine[4].

Au XIIIe siècle, édification de l'église primitive Saint Trophime.

1481, suite à la mort du roi René, le comté de Provence dont Sivergues fait partie est incorporé au royaume de France sous l'appellation de « province royale française ».

En 1501, le seigneur fait venir des Vaudois (entre 7 et 8 familles selon les sources) pour occuper les terres.

En 1545, Sivergues comme de nombreux autres villages Vaudois, est fortement touché par la répression conduite par Jean Maynier baron d’Oppède.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de Vaucluse.
Armes de Sivergues

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'or à la croix de huit pointes pommetée de sable, chargée d'une colombe fondante d'argent, accompagnée en chef d'une fleur de lys accostée de deux tours, le tout d'azur.

Administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Sivergues
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2001 Raoul Esparon    
mars 2001 mars 2008 Yves Le Dizes    
mars 2008 en cours Gisèle Martin sans étiquette  
Les données manquantes sont à compléter.

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Sivergues en 2009[5]
Taxe part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 4,50 % 0,00 % 7,55 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 4,50 % 0,00 % 10,20 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 50,00 % 0,00 % 28,96 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 00,00 % 20,00 % 13,00 % 3,84 %

La Part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 45 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
136 135 125 109 107 109 86 106 96
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
104 107 108 100 103 101 81 77 67
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
57 47 50 42 39 44 35 40 16
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
29 33 38 41 39 30 44 48 45
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7])
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

vue depuis les hauteurs de Sivergues vers les monts de Vaucluse et son sommet, le signal de Saint-Pierre

Sur cette commune se pratiquent la chasse, les randonnées équestres, pédestre et VTT.

Agriculture et production[modifier | modifier le code]

L'on y produit du lavandin et du miel. La vignes de commune produisent des vins qui ne sont pas en appellation d'origine contrôlée, ils peuvent revendiquer, après agrément le label Vin de pays d'Aigues[8].

Élevage ovin et caprin.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Comme l'ensemble des communes du Luberon, le tourisme joue un rôle, directement ou indirectement, dans l'économie locale.

On peut considérer trois principales sortes de tourisme en Luberon. Tout d'abord, le tourisme historique et culturel qui s'appuie sur un patrimoine riche des villages perchés ou sur des festivals. Ensuite, le tourisme détente qui se traduit par un important développement des chambres d'hôtes, de l'hôtellerie et de la location saisonnière, par une concentration importante de piscines et par des animations comme des marchés provençaux. Enfin, le tourisme vert qui profite des nombreux chemins de randonnées et du cadre protégé qu'offrent le Luberon et ses environs[9].

Une chambre d'hôtes + auberge.

Le village de Sivergues et son église.
Une propriété de Sivergues.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Sivergues, terminus de la route goudronnée (CD 114), attire les amateurs de vieilles pierres et de randonnées sauvages.

  • Église Saint-Pierre et Sainte-Marie (fin XVIe). Simple façade avec un oculus.
  • Temple protestant du XIXe siècle sur une hauteur nord.
  • Ruelles en calade.
  • Au Castellas : ruines d'un château médiéval et d'une église romane dédiée à saint Trophime (XIIe siècle) ; cimetière vaudois. Compter une demi-heure à quarante minutes de marche depuis le village.
  • Plusieurs tombes rupestres (creusées dans le roc) aux Cros et au Domaine de Paris.
  • Nombreuses cabanes en pierre sèche ou bories.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Bosco a décrit le site dans son roman "Le Trestoulas"
  2. Zonage sismique réglementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  3. Roland Sautel, Le Pays d'Apt, n° 191, février 2009, p. 13.
  4. Yann Codou, « Le paysage religieux et l'habitat rural en Provence de l'antiquité tardive au XIIe siècle », Archéologie du monde médiéval, tome 21, 2003, p. 55.
  5. « Impots locaux à Sivergues », taxes.com
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  8. Le label Vin de pays d'Aigues concerne les communes suivantes dans le département de Vaucluse : Ansouis, Apt, Auribeau, La Bastide-des-Jourdan, La Bastidonne, Les Beaumettes, Beaumont-de-Pertuis, Bonnieux, Buoux, Cabrières-d'Aigues, Cabrières-d'Avignon, Cadenet, Caseneuve, Castellet, Cavaillon, Cheval-Blanc, Cucuron, Gargas, Gignac, Gordes, Goult, Grambois, L'Isle-sur-la-Sorgue, Joucas, Lacoste, Lagarde-d'Apt, Lagnes, Lauris, Lioux, Lourmarin, Maubec, Ménerbes, Mérindol, Mirabeau, La Motte-d'Aigues, Murs, Oppède, Pertuis, Peypin-d'Aigues, Puget, Puyvert, Robion, Roussillon, Rustrel, Saignon, Saint-Martin-de-Castillon, Saint-Martin-de-la-Brasque, Saint-Pantaléon, Saint-Saturnin-d'Apt, Sannes, Saumane, Sivergues, Les Taillades, La Tour-d'Aigues, Vaugines, Viens, Villars, Villelaure, Vitrolles-en-Luberon.
  9. Voir Massif du Luberon

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]