Le Pin (Seine-et-Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Pin.
Le Pin
La mairie-école (1935).
La mairie-école (1935).
Blason de Le Pin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Torcy
Canton Villeparisis
Intercommunalité Communauté de communes Plaines et Monts de France
Maire
Mandat
Lydie Wallez
2017-2020
Code postal 77181
Code commune 77363
Démographie
Gentilé Pinois
Population
municipale
1 422 hab. (2014 en augmentation de 20 % par rapport à 2009)
Densité 212 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 54′ 52″ nord, 2° 37′ 47″ est
Altitude Min. 49 m
Max. 135 m
Superficie 6,70 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Le Pin

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Le Pin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Pin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Pin
Liens
Site web mairiedelepin.fr

Le Pin est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Pinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le Pin est situé à 5 kilomètres au nord-est de Chelles.

Communes limitrophes de Le Pin
Villeparisis Claye-Souilly
Courtry Le Pin Villevaudé
Chelles Brou-sur-Chantereine

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La Féculerie, Courgain (ferme).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de la commune se compose de :

  • Le ru de Chantereine, long de 7,4 km, à la limite sud de la commune, appelé aussi le « ruisseau de Chelles », affluent de la Marne.
  • Le ru de l‘étang, à la pointe est de la commune[1].
  • Aqueduc de la Dhuis.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par le réseau de bus Apolo7 qui permet notamment de rejoindre la gare de Chelles.

Le village est situé à proximité d'un accès à la Francilienne (A104), qui permet de rejoindre rapidement Marne-la-Vallée et l'aéroport Roissy - Charles-de-Gaulle par la route.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2013, le nombre total de logements dans la commune était de 547 (dont 73,1 % de maisons et 26,7 % d‘appartements).

Parmi ces logements, 94 % étaient des résidences principales, 0,2 % des résidences secondaires et 5,9 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 80,5%[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Formes anciennes : Villa que dicitur Pinus en 1126, Pinus vers 1150, Apud Pinum en 1216, Le Pin lez Montjay en 1466, Le Pain en 1642, Le Pin près Lagny en 1734[3].
  • Le Pin tirerait son nom du latin pinus, celui d'un pin que Charles III de Taillebourg offrit à sa femme lors de leur mariage (origine incertaine).

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention connue de l'existence du village date de 1126. Au XIVe siècle, la seigneurie est la propriété de Miles de Dormans puis est acquise par la famille d'Orgemont. Elle reste en leur possession jusqu'au XVIe siècle. Elle passe ensuite aux mains des Angennes.

François d'Angennes fait édifier un château, détruit après la Révolution. Un nouveau château est bâti au cours de la première moitié du XIXe siècle au même emplacement mais fut lui-même rasé en 1971. Pendant la guerre de 1870-1871 la commune est comme toute la région dévastée et pillée.

À partir du milieu du XXe siècle, le village devient progressivement une commune urbaine avec l'extension de l'agglomération parisienne. Les exploitations agricoles les plus modestes disparaissent et sont reconverties en logements, des lotissements sont construits et des infrastructures sont créées ou modifiées. La Francilienne traverse le territoire de la commune depuis les années 1980.

À la fin du XXe siècle il ne subsiste plus que trois exploitations agricoles encore en activité.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Torcy du département de Seine-et-Marne. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la septième circonscription de Seine-et-Marne.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Claye-Souilly[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle est désormais intégrée au canton de Villeparisis.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, jusqu'alors restée isolée, fait partie depuis 2013 de la communauté de communes Plaines et Monts de France.

Politique locale[modifier | modifier le code]

Les élections municipales de 2014 ont été annulées par un arrêt rendu par le Conseil d'État le , à la demande du maire battu, Jean-Paul Pasco-Labarre, en raison d'irrégularités commises par la liste se réclamant du Front national, sans toutefois bénéficier de l'investiture de ce parti, et du très faible écart de deux voix séparant les deux listes arrivées en tête[5]. De nouvelles élections municipales ont donc été organisées le [6] et ont vu le succès de la liste du maire invalidé, Sylvie Fassier[7].

Toutefois, le premier adjoint Gérald Beauger (SE) est entré en dissidence, critiquant un manque de concertation du maire dans la prise de décision ou une « gestion financière litigieuse », entraînant la démission de 9 des 15 conseillers municipaux[8],[9]. De ce fait, des élections municipales sont organisées les 5 et 12 mars 2017 afin d'élire un nouveau conseil municipal[10]. Sylvie Fassier renonce a y être candidate[11]. Au second tour, la liste de Lydie Wallez (SE) recueille 394 voix (53,1 %), contre 348 voix (46,9 %) pour Gérald Beauger (SE), la liste de Natacha Polidori (DVD), de l'équipe de l'ancien maire, ne s'étant pas maintenue[12].

Élections nationales[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1900 1933 Edmond Delacourt Rad. Conseiller général de Claye-Souilly (1919 → 1928)
1987 29 mars 2014[14] Jean-Paul Pasco-Labarre DVG  
29 mars 2014[15],[16] décembre 2014 Sylvie Fassier DVD Consultante
13 mars 2015 18 mars 2017 Sylvie Fassier LR Consultante
18 mars 2017 2020 Lydie Wallez DVG  

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Un diagnostic est en cours en vue de la mise en place d'un Agenda 21 local[Quand ?][réf. nécessaire].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[18].

En 2014, la commune comptait 1 422 habitants[Note 1], en augmentation de 20 % par rapport à 2009 (Seine-et-Marne : +4,91 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
377 429 440 383 367 434 377 388 403
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
418 453 502 412 404 415 435 402 411
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
414 423 409 422 463 510 497 409 506
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
613 628 609 770 952 1 069 1 124 1 185 1 422
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un terrain de football stabilisé, d'un terrain de tennis, d'une salle polyvalente et d'un gymnase.

Un cercle hippique est situé dans la commune du Pin, au centre de l'agglomération. Son nom est Cercle hippique du Pin, mais ses adhérents disent seulement C.H.P. Les adhérents ne viennent pas seulement de la commune du Pin, mais également de Chelles, Claye-Souilly, Montfermeil, etc. Le cercle hippique héberge une cinquantaine de chevaux et dispose de deux manèges et d'une carrière.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Deux zones d’activités.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le nombre de ménages fiscaux en 2013 était de 534 et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 24 412 €[2].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2014, le nombre total d’emploi au lieu de travail était de 337 .

Le taux d’activité de la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 78,5% contre un taux de chômage de 6,7% [2].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre d’établissements actifs était de 150 dont 3 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 11 dans l'industrie, 33 dans la construction, 90 dans le commerce-transports-services divers et 13 étaient relatifs au secteur administratif.

Cette même année, 14 entreprises ont été créées, dont 7 par des Auto-entrepreneurs[2].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La place du village.
L'église Saint-Antoine.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Antoine (XVIIe siècle).
  • Mairie-école inaugurée en 1935. Depuis, la classe des garçons est devenue le secrétariat et la classe des filles la bibliothèque municipale.
  • Ferme de Courgain, maison forte (XIVe siècle).
  • Aqueduc de la Dhuis, parcouru par le GR 14A

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles Numa (1850-1888) acteur parisien mort au Pin où il possédait une maison de campagne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Le Pin.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

D’azur au pin d’or sur un tertre du même, au chef d’argent chargé d’une aigle bicéphale de sable accostée de deux fraises de gueules feuillées de sinople.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Plan cadastral de Le Pin
  2. a, b, c et d Statistiques officielles de l‘INSEE (version nov 2016).
  3. Dictionnaire topographique de la France, page 448.
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. « Arrêt du Conseil d’État, 3 décembre 2014, n° 383240, Elections municipales du Pin (Seine-et-Marne) », RAJF - Revue de l'actualité juridique française (consulté le 27 janvier 2017).
  6. Audrey Gruaz, « Le Conseil d’Etat confirme l’annulation des élections municipales : Les électeurs Pinois revoteront pour élire un nouveau conseil municipal. », La Marne,‎ (lire en ligne).
  7. Le suspens a enfin trouvé son épilogue, dimanche soir, avec les résultats des municipales. Sylvie Fassier a été réélue avec 162 voix d’avance sur sa rivale, Lydie Wallez (SE), « Municipales : Sylvie Fassier élue haut la main », La Marne,‎ (lire en ligne).
  8. Alexandre Arlot, « Le Pin. La majorité implose, des élections, les 3e en trois ans, sont possibles », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  9. Alexandre Arlot, « Le Pin. Des élections municipales anticipées après la démission de neuf élus », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  10. Alexandre Arlot, « Le Pin : les troisièmes élections municipales en trois ans auront lieu début mars », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  11. A.A., « Le Pin. La maire Sylvie Fassier renonce à être candidate à sa succession », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne) « La maire sortante Sylvie Fassier (LR), élue en 2014 puis reconduite en 2015, renonce à briguer un nouveau mandat. C’est Natacha Polidori, l’une de ses adjointes, qui fera campagne ».
  12. A.A., « Le Pin. La liste de Lydie Wallez remporte les municipales d’une courte tête », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  13. Résultats de l’élection présidentielle 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur
  14. « Le Pin : Pasco-Labarre (DVG) veut rempiler », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  15. Audrey Gruaz, « Le nouveau maire découvre une mairie vide des dossiers : Sylvie Fassier, nouvelle première élue, a fait une mauvaise découverte en arrivant en mairie », La Marne,‎ (lire en ligne) « Samedi matin, la salle des mariages de la mairie était trop petite pour la foule qui s’est massée afin d’assister à l’investiture de Sylvie Fassier (DVD), nouveau maire du Pin. Une victoire à l’arraché puisque sa liste a obtenu 386 voix contre 384 pour celle conduite par Jean-Paul Pasco-Labarre (DVG), le maire sortant ».
  16. « Jean-Paul Pasco-Labarre, ancien maire, contre-attaque : Le torchon brûle entre Sylvie Fassier, maire du Pin, et Jean-Paul Pasco-Labarre, son prédécesseur et adversaire lors des élections où seulement deux voix les avaient départagés », La Marne,‎ (lire en ligne).
  17. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.