Boissise-la-Bertrand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Boissise-la-Bertrand
Boissise-la-Bertrand
La mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Melun
Canton Savigny-le-Temple
Intercommunalité Communauté d'agglomération Melun-Val de Seine
Maire
Mandat
Alain Bernheim
2017-2020
Code postal 77350
Code commune 77039
Démographie
Gentilé Boissisiens
Population
municipale
1 170 hab. (2015 en augmentation de 16,3 % par rapport à 2010)
Densité 150 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 31′ 39″ nord, 2° 35′ 19″ est
Altitude Min. 37 m
Max. 81 m
Superficie 7,80 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Boissise-la-Bertrand

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Boissise-la-Bertrand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boissise-la-Bertrand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boissise-la-Bertrand
Liens
Site web boissise-la-bertrand.fr

Boissise-la-Bertrand est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Boissisiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Boissise-la-Bertrand est située à 7 km à l'ouest de Melun.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Boissise-la-Bertrand
Seine-Port Cesson Vert-Saint-Denis
Boissise-le-Roi Boissise-la-Bertrand Le Mée-sur-Seine
Dammarie-les-Lys Boissettes

Géologie, relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

  • la Seine, fleuve long de 776,6 km[1], en limite sud-ouest de la commune.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par le réseau de bus Melibus qui dessert principalement la communauté d'agglomération Melun Val de Seine dont elle fait partie. Les lignes J et Jd permettent aux habitants de la ville de rejoindre le centre-ville de Melun via la gare du Mée.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Du latin « boscus », le bois, et « sedes », la résidence[2].

Le nom de Boissise-la-Bertrand viendrait soit de Bertrand du Guesclin, de passage avec Jeanne d'Arc pour mettre le siège devant Melun, soit des noms accolés des deux châteaux médiévaux du village[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La plus ancienne trace historique trouvée à Boissise est un menhir trouvé dans le bois des Joies, appelé le Grand Berger. Ce menhir se trouve en réalité sur le territoire de la commune de Vert-Saint-Denis, près de la ferme du Gros Chêne. Les premiers documents écrits quant à eux datent du XIIe siècle. En 1135 des religieux viennent bâtir un oratoire dédié à saint Acire dans le bois de Beaulieu, tandis qu'en 1172 un jugement du parlement de Paris évoque les habitants d'un lieu appelé Busseis, ce qui signifie « boccus sedes ». Boissise appartient aux barons de Seine-Port, avant de passer aux mains de la famille Vaudetar, qui conservera la paroisse jusqu'en 1720 et sa vente à Jean-Baptiste Glucq baron de Saint-Port.

Pendant la période de la Terreur, le mathématicien, astronome et physicien français Pierre-Simon de Laplace, qui avait quitté Melun pour Le Mée fut arrêté par les gardes nationaux de Boissise-la-Bertrand mais relâché aussitôt.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Melun du département de Seine-et-Marne. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription de Seine-et-Marne.

Elle a été, de 1793 à 1801, chef-lieu de canton. En 1801, elle intègre le canton de Melun-Nord, qui est scindé en 1975 et la commune est rattachée au canton de Savigny-le-Temple. En 1991[3], elle fait partie du nouveau canton du Mée-sur-Seine, créé du fait de la forte croissance démographique du secteur consécutive à l'implantation de la ville nouvelle de Sénart[4], puis, dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle est désormais intégrée au canton de Savigny-le-Temple.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération Melun Val de Seine (CAMVS), qui a succédé au District Melun – Le-Mée-sur-Seine qu'elle avait rejoint en 1994.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2014 Marie-Claude Pignoux Droite Vice-présidente de la CAMVS (2008[5] → 2014)
2014 janvier 2017[6] Michel Michallet SE Retraité de la Caisse des dépôts et consignations
Vice-président de la CAMVS (2014 → 2017)
Décédé en fonction
février 2017[7] en cours
(au 17 février 2017)
Alain Bernheim SE Ingénieur retraité de la SNCF

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2015, la commune comptait 1 170 habitants[Note 1], en augmentation de 16,3 % par rapport à 2010 (Seine-et-Marne : +4,93 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
312317295297311318328345329
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
343346314306293259252231250
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
222228224208232212201233321
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
3553925416977888899609661 130
2015 - - - - - - - -
1 170--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

À la Révolution (1789), le village compte 303 habitants, et conserve une population stable tout au long du siècle suivant, avec 314 habitants en 1870. Le village est touché par les pertes humaines de la Première Guerre mondiale, et sa population décroît légèrement jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. La courbe s'inverse à partir de 1945, une population de citadins remplaçant progressivement les anciens cultivateurs et vignerons. La ville passe à 418 habitants en 1968, puis à 571 en 1975. La croissance de la population continue sur les trente dernières années, avec 719 habitants en 1981, 788 en 1989 et 895 au recensement de 1999. Le cap des 1000 habitants est passé en 2011, année où l'on recense 1 068 habitants.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Germain-l'Auxerrois.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Clément-Pierre Marillier (1740-1808), dessinateur et graveur, fut propriétaire du château du XVIIe siècle du hameau de Beaulieu-sur-Seine et, lorsque le découpage administratif de la Convention nationale fit de Boissise-la-Bertrand le chef-lieu de canton, il en fut le premier juge de paix[12].
  • Rodolphe de Faÿ de La Tour-Maubourg (1787-1871), général et homme politique.
  • Lucie Faure (1908-1977), femme de lettres française, romancière, directrice de revue y est décédée. Elle et son mari, Edgar Faure homme politique, y eurent une villégiature[13].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Michelin, Essais historiques statistiques sur le département de Seine-et-Marne, Dumoulin, Paris, 1841.

Sources archivistiques[modifier | modifier le code]

Les Archives nationales conservent sous la cote MC/ET/XXIX/1519, dossier 19, plusieurs centaines de pièces (adjudications, comptes, ventes, inventaires après décès, décharges, renonciations, dépôts de testaments, délivrances de legs, titres de propriété, etc.) relatives à histoire du domaine de Boissise-la-Bertrand. Ces documents, dont le plus ancien remonte à 1692, sont librement consultables.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « La Seine »
  2. « Boissise-la-Bertrand », sur http://www.genea77-shage.info (consulté en juin 2016)
  3. Décret n° 91-219 du 27 février 1991 portant modification et création de cantons dans le département de Seine-et-Marne sur Légifrance.
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. « Le social acquiert des logements privés », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne) « Les 11 logements seront mis en location avec possibilité de vente dans plusieurs années », précise Marie-Claire Pignoux, maire de la commune et vice-présidente de la communauté d'agglomération Melun-Val de Seine (CAMVS) chargée des finances ».
  6. S. B., « Boissise-la-Bertrand : le maire Michel Michallet est décédé », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne) « Ancien fonctionnaire à la Caisse des dépôts et consignations, il avait été auparavant adjoint aux Finances durant les deux précédents mandats de l’ancienne maire, Marie-Claire Pignoux. « Il avait bien tenu les finances car la commune a pu beaucoup investir sans jamais augmenter les taux des impôts locaux », souligne Alain Bernheim, son actuel premier adjoint ».
  7. S. B., « Boissise-la-Bertrand : Alain Bernheim succède à Michel Michallet comme maire », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne) « Alain Bernheim (SE), 72 ans, est le nouveau maire de Boissise-la-Bertrand. L’ancien premier adjoint et adjoint à l’urbanisme succède à Michel Michallet, décédé dans la nuit du 31 janvier au 1er février dernier ».
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. [PDF] « Le Boissisien », Le mot du maire, sur boissise-la-bertrand.com (consulté le 13 novembre 2011)
  12. Louis Michelin, Essais historiques statistiques sur le département de Seine-et-Marne, Dumoulin, Paris, 1841.
  13. S. B., « Boissise-la-Bertrand : la maison de retraite prend le nom de Lucie & Edgar Faure », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).