Vigneux-sur-Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vigneux-sur-Seine
Vigneux-sur-Seine
Le château du Gros-Buisson.
Blason de Vigneux-sur-Seine
Blason
Vigneux-sur-Seine
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Évry
Intercommunalité Communauté d'agglomération Val d'Yerres Val de Seine
Maire
Mandat
Thomas Chazal (LR)
2020-2026
Code postal 91270
Code commune 91657
Démographie
Gentilé Vigneusiens, Vigneusiennes
Population
municipale
31 463 hab. (2018 en augmentation de 1,08 % par rapport à 2013)
Densité 3 588 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 00″ nord, 2° 25′ 01″ est
Altitude Min. 31 m
Max. 84 m
Superficie 8,77 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Vigneux-sur-Seine
(bureau centralisateur)
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Vigneux-sur-Seine
Géolocalisation sur la carte : Essonne
Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Vigneux-sur-Seine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vigneux-sur-Seine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vigneux-sur-Seine
Liens
Site web mairie-vigneux-sur-seine.fr

Vigneux-sur-Seine[1] (prononcé [viɲø syʁ sɛn] Écouter) est une commune française située à 17,6 kilomètres du centre de Paris dans le département de l’Essonne en région Île-de-France. Elle est le chef-lieu du canton de Vigneux-sur-Seine.

Située sur l’ancien lit de la Seine, occupée dès le Néolithique par les Hommes, la commune resta jusqu’au XIXe siècle un village agricole, d’abord dépendant des chapitres de Paris puis de riches propriétaires terriens, parsemé de châteaux dès le XIVe siècle. Vigneux-sur-Seine connut une révolution avec l’exploitation des carrières de sable conduisant au développement d’un port puis du chemin de fer en 1863. Rapidement lotie, par les Castors d’abord puis par les offices HLM au cours de la seconde moitié du XXe siècle, c’est, au début du XXIe siècle, une commune majoritairement résidentielle, en quête de renouvellement urbain.

Ses habitants sont appelés les Vigneusiens[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Position de Vigneux-sur-Seine en Essonne.

Vigneux-sur-Seine est située au nord-est du département de l’Essonne qui est totalement intégré à l’agglomération parisienne dans la région Île-de-France à la frontière ouest de la région naturelle de la Brie française.

La commune occupe un territoire de huit cent soixante-dix-sept hectares dont les parties urbanisées et rurales représentaient une proportion équivalent à 47 % chacune en 2003, il a la forme approximative d’un triangle isocèle dont la pointe serait orientée vers le sud-est et dont la base serait bordé par les berges de la Seine au nord-ouest.

L’Institut national de l'information géographique et forestière attribue les coordonnées géographiques 48°41’57" N et 02°26’13" E au point central de ce territoire[3].

La commune est située à 17,4 km au sud-est de Paris-Notre-Dame, point zéro des routes de France, 7 km au nord d’Évry, 10 km au nord-ouest de Corbeil-Essonnes, 15 km à l’est de Palaiseau, 36 km au nord-est d’Étampes, et seulement 11 km au sud-ouest de Créteil.

Elle est en outre située à 161 km au sud-ouest de son homonyme Vigneux-Hocquet dans l’Aisne et 346 km au nord-est de Vigneux-de-Bretagne dans la Loire-Atlantique.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La fosse Montalbot.

Deux cours d’eau forment des frontières naturelles, la Seine de l’ouest au nord-est et le ru de l’Oly à l’est, ils sont complétés par plusieurs étangs, lacs et par une fosse inondée au nord.

La commune est implantée sur la rive droite de la Seine dans une partie où son cours forme une boucle vers le nord-est avant son entrée dans le Val-de-Marne. Le fleuve baigne ainsi quatre kilomètres de berges entre l’aval de l’étang des Mousseaux à Draveil et l’amont de l’embouchure de l’Yerres à Villeneuve-Saint-Georges.

Pour partie située dans la plaine inondable, le territoire de la commune compte aussi en bordure du fleuve plusieurs étangs et lacs dont ceux du château dans l'île de loisirs du Port-aux-Cerises, les étangs de la pierre à Mousseau, le lac du château de Fraye et la vaste fosse Montalbot, ancienne sablière inondée et reliée au fleuve.

À la frontière est de la commune coule depuis la forêt de Sénart au sud le d’Oly, pour partie souterrain entre l’avenue de la Tourelle et la voie ferrée du Paris - Melun.

À hauteur de la Saussaie des Gobelins se trouve l’écluse d’Ablon, dotée de deux sas latéraux, d’un barrage central surmonté d’une passerelle et d’une station de mesure du débit, seule écluse et dernier point de franchissement du département de l’Essonne dans le sens du courant.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Vigneux-sur-Seine est implantée sur le versant est de la vallée de la Seine, elle s’étale entre le plateau de Sénart au sud et les berges du fleuve au nord. Le territoire s’étage en pente relativement douce entre l’altitude maximale de 84 m relevée dans la forêt de Sénart au carrefour de la route forestière Madame[4] et l’altitude minimale de 31 m sur la rive du fleuve[5], distant d’approximativement 5 km, qui est aussi le point le plus bas du département de l’Essonne. L’Hôtel de ville, en centre-ville est lui implanté à une altitude de 41 m[6]. La géologie de la commune est caractéristique du Bassin parisien avec des couches successives de meulière, limon, argile et calcaire qui par érosion forme des couches de sable, autrefois extrait dans les carrières[7].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le territoire de Vigneux-sur-Seine est limitrophe de plusieurs autres communes, la Seine marque ainsi une frontière naturelle entre les départements de l’Essonne et du Val-de-Marne et entre les communes de Vigneux-sur-Seine et Villeneuve-le-Roi au nord-est, Ablon-sur-Seine au nord, Athis-Mons au nord-ouest et à l’ouest. Le ru d’Oly marque lui la limite avec la commune de Villeneuve-Saint-Georges au nord-est et Montgeron à l’est et au sud-est. Au sud, la route forestière Pierreuse délimite le territoire de Draveil, la frontière se poursuivant à travers la forêt puis dans l'île de loisirs du Port-aux-Cerises jusqu’au fleuve.

Climat[modifier | modifier le code]

Vigneux-sur-Seine est située en Île-de-France et bénéficie d’un climat océanique dégradé aux hivers frais et aux étés doux, et est régulièrement arrosée sur l’ensemble de l’année. En moyenne annuelle, la température s’établit à 10,8 °C, avec une maximale de 15,2 °C et une minimale à 6,4 °C. Les températures réelles relevées sont de 24,5 °C en juillet au maximum et 0,7 °C en janvier au minimum, mais les records enregistrés sont de 38,2 °C le et −19,6 °C le . Du fait de la moindre densité urbaine entre Paris et sa banlieue, une différence négative de 1 à 2 °C se fait sentir. L’ensoleillement est comparable à la moyenne des régions du nord de la Loire avec 1 798 heures par an. Les précipitations sont également réparties sur l’année, avec un total de 598,3 mm de pluie et une moyenne approximative de 50 mm par mois.

Données climatiques à Vigneux-sur-Seine.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[8],[9].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La Seine constitue une importante voie de transport fluvial passant à proximité de la commune, même si celle-ci ne dispose plus d’aucun port autre que de plaisance.

De l’époque industrielle et minière de la commune, elle a conservé sur son territoire deux voies ferrées :

Ces deux lignes sont aujourd’hui empruntées par la ligne D du RER d'Île-de-France et la seconde dispose de la gare de Vigneux-sur-Seine.

Parallèlement au fleuve et à cette voie ferrée, deux axes routiers majeurs coupent la commune à deux kilomètres l’un de l’autre : La route départementale 448 prend l’appellation d’avenue Henri-Barbusse et mène directement à Corbeil-Essonnes et héritière de l’ancienne route nationale 448 reliant la Seine à la Loire par Malesherbes. La route départementale 31 appelée avenue de la Tourelle relie La Ferté-Alais à la vallée de l’Yerres.

Située à proximité directe sur la commune voisine de Montgeron, la route nationale 6 reste aujourd’hui le principal axe routier facilement accessible depuis Vigneux-sur-Seine pour rejoindre les autoroutes.

En complément du transport ferroviaire, ces axes routiers sont empruntés par divers réseaux d’autobus dont la ligne N135 du Noctilien, la ligne 91.09 du réseau de bus Albatrans, la ligne 191.100 du réseau Mobilien et les lignes IV, 501, 11, 14 et 15 du réseau de bus Seine Sénart Bus intercommunal. La commune est par ailleurs située à seulement cinq kilomètres au sud-est de l’aéroport Paris-Orly et trente-six kilomètres de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vigneux-sur-Seine est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[10],[11],[12]. Elle appartient à l'unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[13] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[14],[15].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[16],[17].

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Occupation des sols en 2008.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 51,0 % 456,65
Espace urbain non construit 6,7 % 60,31
Espace rural 42,2 % 377,75
Source : Iaurif - MOS 2008[18]

Vigneux-sur-Seine comporte des quartiers à dominante pavillonnaire avoisinant des grands ensembles et des résidences de standing plus récentes.

Le boulevard Henri-Barbusse relie le centre-ville de Draveil à la zone commerciale du Valdoly de Montgeron. En plein renouvellement immobilier, il concentre les principales banques et commerces de Vigneux-sur-Seine.

De part et d'autre du boulevard, s'égrainent des rues plus pavillonnaires. Les maisons ou immeubles bas se sont ainsi regroupés autour de différents lieux remarquables : le château Frayé, le château Rouvres, le marché Anatole-France, le parc du Gros-Buisson, l'île de loisirs du Port-aux-Cerises, le marché Anatole-France, la fosse Montalbot, le lac..

Ce paysage horizontal typique de la banlieue pavillonnaire parisienne a longtemps été dominé par les tours de la Croix-Blanche, aujourd'hui en cours de déconstruction ou réhabilitation. Mais les grands ensembles centraux de la Croix-Blanche et des Castors ne sont pas les seuls de la ville. Trois quartiers de la commune sont actuellement[Quand ?] classés zone urbaine sensible : la Croix Blanche[19] intégralement située sur la commune, la Prairie de l’Oly[20], en partie située sur la commune voisine de Montgeron, et les Bergeries[21], en partie située sur la commune voisine de Draveil .

Composé de péniches amarrées, le quartier fluvial du Port Premier est voisin d'immeubles récents et de l'île de loisirs du Port-aux-Cerises. D'autres quartiers d'immeubles sortent de terre autour de parcelles longtemps restées en friche en lisière de la forêt de Sénart : la prairie du Poste des Friches, le Bois des Vallées et le Clos de la Régale.

Deux zones d’activités se sont implantées : à l’ouest, la zone de la Pierre à Mousseaux et l’est la zone de la Fosse Montalbot.

Derrière la gare, en bordure de Seine se trouvent les lieux-dits du Petit Noisy, de la Saussaie, de Courcel, des Gobelins et l’Île Brune.

L’Insee découpe la commune en dix îlots regroupés pour l'information statistique (IRIS) soit Pasteur - Place Marx-Dormoy-la Longueraie, le Lac - Briques Rouges, les Tours, la Croix Blanche, Louis Armand - la Siemp, Gare-Parc du château - le Gros Buisson, Mocquet-Castors-Lafayette, l’Oly, Anatole France-Lepetit et Vergeat et Rouvres-les Bergeries[22].

Projets[modifier | modifier le code]

Habitat[modifier | modifier le code]

La commune a vu son parc de logements croître de manière significative depuis 1968, passant alors de 7 677 résidences principales à 12 427 en 2017 ( + 62 %)[23].

La croissance s'est déroulée ces dix dernières années, de 2007 à 2017, de la manière suivante :

Logements[24] Nombre en 2007 % en 2007 nombre en 2012 % en 2012 nombre en 2017 % en 2017
Total 10 235 100 % 11 687 100 % 12 427 100 %
Résidences principales 9 619 94,0 % 11 146 95,4 % 11 797 94,4 %
→ Dont HLM 3 984 41,4 % 4 152 37,2 % 4 255 36,1 %
Résidences secondaires et
logements occasionnels
81 0,8 % 22 0,2 % 65 0,5 %
Logements vacants[Note 3] 535 5,2 % 519 4,4 % 565 4,5 %
Dont :
→ maisons 4 821 47,1 % 5 281 45,2 % 5 386 43,3 %
→ appartements 5 367 52,4 % 6 258 53,5 % 6 925 55,7 %

Le taux de logements sociaux dépasse de manière significative le minimum légal de 25 % fixé par l'article 55 de la loi SRU du . En 2017, 5 586 résidences principales sont occupés par leurs propriétaires et 6 066 par des locataires (y compris de logements sociaux)[25].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné dès le VIe siècle sous la forme latine Vicus Novus[26].

Il s'agit, comme l'indiquent les formes les plus anciennes, d'un « vicus nouveau »[27], c'est-à-dire d'un « bourg neuf ». Le composé *VICU NOVU > *Vicneuf correspond aux types toponymiques Neuvic, Neuvicq, dont la formule - adjectif + appellatif - est inverse (même chose que Bourgneuf / Neufbourg, le Neubourg). La forme actuelle s'explique par la sonorisation de [k] (c) en [g] devant [n] : *Vicneuf > Vigneu(f), puis coalescence [vignø]> [viɲø]. On constate une probable homonymie avec Vinneuf (Yonne, Vinnovum au IXe siècle) connu seulement par une forme plus tardive où le [k] (c) s'est déjà amuï. En revanche, les homophones du type Vigneux ou Vignieu sont d'anciens Vinietum, Viniacum, basés sur le nom latin du vignoble, vinea[28].

La commune fut créée en 1793 avec le simple nom de Vigneux, la mention de la Seine fut ajoutée en 1910[29].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

Pierre à Mousseau

La présence d'un menhir, appelé Pierre à Mousseau, et la découverte d'outils en silex taillé atteste de la présence humaine sur le territoire de la commune dès le Néolithique. Des coupes et des fonds de plats de l’Âge du fer authentifient la persistance de l’occupation comme les ruines de murs, les outils et les vases datant du début de l’ère chrétienne[30].

Chapitres de Paris et châteaux[modifier | modifier le code]

Carte de la région de Vigneux au XVIIe siècle par Cassini.

Dès le VIe siècle, la terre de Vigneux était dépendante du chapitre de Notre-Dame de Paris. À partir du XIIe siècle, c’est l’abbaye Saint-Victor de Paris qui en fut propriétaire jusqu’à la Révolution française. Bordée par la Seine, le village viticole fut victime des invasions vikings au IXe siècle et au cours de la guerre de Cent Ans[30]. Au XIIe siècle fut construite la première église paroissiale en remplacement d’une précédente chapelle[31]. En 1304, Jehan de Chateaufestu acquit une partie du territoire local[32].

Aux XIVe et XVe siècles furent édifiés plusieurs châteaux dont le château Frayé, le château de Vigneux, le château des Bergeries et le château de Rouvres, fief dont l’existence est attestée depuis le XIVe siècle, propriété successive des familles de Caumartin (XVIIe siècle), Collande (XVIIIe siècle) puis, au XIXe siècle, des banquiers parisiens Mirabel-Chambaud et Cahen d’Anvers. Au XVIIe siècle, le port de Courcel permit l’utilisation d’un bac pour traverser le fleuve avant la construction du barrage d’Ablon[33]. Entre 1760 et 1780 fut aménagé le lac et les folies du château Frayé[34].

Révolution industrielle et croissance[modifier | modifier le code]

PTT

L’industrie naissante en région parisienne, portée par la présence du port de commerce, permit la mutation de la commune avec la plantation de mûriers pour la sériciculture en 1826 et la construction d’une usine sucrière exploitant la betterave sucrière en 1836.

Entre 1841 et 1863 fut ouverte la halte de Draveil - Vigneux sur la ligne Villeneuve-Saint-Georges - Montargis et à partir de 1870 débuta l’extraction de sable en bordure du fleuve. Cette industrie naissante et l’accès rapide à la capitale permit à la commune de croître rapidement, entraînant la construction de la mairie en 1880, du bureau de Poste en 1890, la mise en œuvre du cimetière en 1906, la construction de l’église à partir de 1909 et l’édification de la halle du marché en 1911. À partir de 1906, la Société des Sablières de la Seine exploita le sous-sol, mais en 1908 elle fut confrontée à la grève de Draveil-Villeneuve-Saint-Georges. Le , des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre à l’Auberge fleurie firent deux morts et dix blessés[35]. Le , la commune pris le nom de Vigneux-sur-Seine[36]. En 1932 fut construite la chapelle Notre-Dame-des-Sables, reconstruite en 1999[34].

La prospérité de l’entre-deux-guerres permit le lotissement des vastes domaines seigneuriaux. Durant la Seconde Guerre mondiale, les Vigneusiens Maurice Charollais, Marcel et Stéphanie Guillet se distinguèrent par leur humanité au point d’être récompensés par le titre de Juste parmi les nations[37].

Stoppée par la Seconde Guerre mondiale et l’occupation nazie du château de Bergeries[34], la croissance repris en 1955 avec la construction de la cité castors Marion puis durant les années 1960 avec les grands ensembles Bel Air, Croix-Blanche en 1963[38], Oly et Bergeries. En 1945, le château des Bergeries accueilli l’École militaire d’administration puis l’École nationale de police en 1989[34]. En 1951, Air France acheta le château Dorgère avant de le revendre en lotissements. En 1975, la mairie fut agrandie[39]. Cette urbanisation massive se poursuivit plus tard avec les cités Pierre à Mousseau en 1980, Louis-Armand en 1986 et Castins en 1991[30].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Antérieurement à la loi du [40], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département de l'Essonne et à son arrondissement d'Évry après un transfert administratif effectif au .

Pour l'élection des députés, Vigneux fait partie de la huitième circonscription de l'Essonne

Elle faisait partie de 1801 à 1919 du canton de Boissy-Saint-Léger, année où elle intègre le canton de Villeneuve-Saint-Georges, puis en 1964 le canton de Montgeron du département deSeine-et-Oise. Lors de la mise en place du Val-d'Oise, elle devient en 1967 le chef-lieu du canton de Vigneux-sur-Seine[29]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, le canton s'est étendu à d'autres communes, et Vigneux en désormais est le bureau centralisateur.

L’organisation juridictionnelle rattache les justiciables de Vigneux-sur-Seine au tribunal d’instance de Juvisy-sur-Orge et aux tribunaux de grande instance, de commerce et conseil de prud’hommes d’Évry, tous rattachés à la cour d'appel de Paris[41]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté d'agglomération Sénart Val de Seine, intercommunalité à qui elle a transféré les compétences de développement économique, d’aménagement du territoire, d’équilibre social de l’habitat, de politique de la ville, de politiques de l'emploi, de gestion des transports en commun, de distribution d’eau potable, de protection de l’environnement et du patrimoine, de collecte et de tri des ordures ménagères et de gestion des installations culturelles et sportives[42].

Dans le cadre de la mise en œuvre de la loi MAPAM du , qui prévoit la généralisation de l'intercommunalité à l'ensemble des communes et la création d'intercommunalités de taille importante, le préfet de la région d'Île-de-France approuve le un schéma régional de coopération intercommunale qui prévoit notamment la « fusion de la communauté d'agglomération Sénart Val de Seine, de la communauté d'agglomération du Val d'Yerres et extension du nouveau regroupement à la commune de Varennes-Jarcy[43] », jusqu'alors membre de la communauté de communes du Plateau Briard. Celle-ci, après une consultation de ses habitants[44] qui s'est tenue en [45], intègre néanmoins la communauté de communes de l'Orée de la Brie le , de manière à ne pas être concernée par la métropole du Grand Paris[46],[47].

Les communes de Sénart Val de Seine s'opposent à la création, et le maire de Draveil, Georges Tron, organise un référendum dans sa ville, qui aboutit à un rejet de la fusion par 98,3 %, mais avec une participation limitée à 23 % des électeurs[48],[49].

La création de la nouvelle communauté d'agglomération est néanmoins créée par arrêté préfectoral du « portant création d’un établissement public de coopération intercommunale issu de la fusion des communautés d’agglomération Sénart Val de Seine et Val d’Yerres », dénommée communauté d'agglomération Val d'Yerres Val de Seine.

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Vigneux-sur-Seine a fait partie de la ceinture rouge avec plusieurs maires communistes jusqu'en 2001.

Le paysage politique, à droite puis à l'extrême-droite, est ensuite marqué par l'influence de Nicolas Dupont-Aignan, élu maire de Yerres en 1995 et député de la circonscription depuis 2002. En 2001, il soutient Serge Pointot (LR), maire démissionnaire en 2018[50] car mis en examen[51],[52].

Devancé dans la commune par la candidate socialiste aux élections législatives dès 2012, ses scores chutent suite à son alliance avec Marine Le Pen aux élections présidentielles de 2017. François Durovray (ex LR[53]), devenu maire de Montgeron en 2014 puis président de l'Essonne en 2015, lui ravit la tête de la communauté d'agglomération Val d'Yerres Val de Seine[54]. Il échoue enfin en 2020 à imposer à la mairie le candidat DLF, dit Gilet jaune, Benjamin Cauchy, disparu du paysage politique quelques mois après l'élection [55].

Un vote contestataire frappe particulièrement les élections européennes pendant toute cette période. Au référendum sur le traité de Maastricht de 1992, les Vigneusiens votent « non » à 55,19 % et à nouveau « non » à 66,96 % en 2005 au référendum sur le traité établissant une constitution pour l'Europe[56]. Ils placent le FN et DLF en tête en 2014.

Même si l'extrême-droite est en recul, le candidat RN reste en tête en 2019 face à la candidate LREM.

Les élections régionales et présidentielles sont plus favorables aux candidats de la gauche et du centre. À la présidentielle de 2002, contrairement au reste du pays, la candidate socialiste Ségolène Royal obtient le plus de suffrages avec 55,31 % des voix contre 44,69 % pour Nicolas Sarkozy. En 2017, après avoir placé Jean-Luc Mélenchon en tête au premier tour, le candidat LREM Emmanuel Macron remporte au second tour 69,83% des voix.

Le conseil municipal, présidé par Thomas Chazal (LR) abrite depuis 2020 une majorité recentrée et diverse avec des élus LR, Modem, LREM[57],[58] ou, pour certains, connus pour leur engagement passé à gauche[59]

L'opposition est formée, d'un côté, par des élus soutenus par DLF, de l'autre, par des élus soutenus par EELV. Le candidat LFI Jean-Louis Passarieu, remplacé par le suivant d'une liste censée formée un quatrième groupe, a été considéré démissionnaire d'office pour ne pas avoir déposé ses comptes de campagne [60].

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours
Élections législatives, résultats des deuxièmes tours
Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores
Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores
Élections cantonales et départementales, résultats des deuxièmes tours
Référendums
Élections municipales

Au second tour des élections municipales de 2014 dans l'Essonne, la liste UDI-UMP menée par le maire sortant Serge Poinsot remporte la majorité des suffrages exprimés, avec 4 244 voix (44,90 %, 26 conseillers municipaux élus dont 13 communautaires), devançant les listes menée respectivement par[78] :
- Didier Hoeltgen (PS-PCF-EELV, 3 731 voix, 39,47 %, 7 conseillers municipaux élus dont 3 communautaires) ;
- Jacques Stouvenel (FN, 1 477 voix, 15,62 %, 2 conseillers municipaux élus dont 1 communautaire).
Lors de ce scrutin, 43,40 % des électeurs se sont abstenus.

Lors du premier tour des élections municipales de 2020 dans l'Essonne, six listes s'étaient présentées, mais seulement quatre ont obtenu des suffrages. La liste DVD menée par le maire sortant Thomas Chazal — qui avait succédé en 2018 à Serge Poinsot, démissionnaire — obtient la majorité absolue des suffrages exprimés avec 3 029 voix (54,77 %, 32 conseillers municipaux élus dont 9 communautaires), devançant largelent les listes menées respectivement par :
- Benjamin Cauchy (DLF, 946 voix, 17,10 %, 3 conseillers municipaux élus dont 1 communautaire) ;
- Julie Ozenne (EELV, 611 voix, 11,04 %, 2 conseillers municipaux élus) ;
- Jean-Louis Passarrieu (LFI, 587 voix, 10,61 %, 2 conseillers municipaux élus).
Lors de ce scrutin marqué par la crise de la pandémie de Covid-19 en France, 67,73 des électeurs se sont abstenus[79],[80].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[81].
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1907   Carolus Vacher[82]   Instituteur
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1935 février 1940 Henri Charon[83],[84]
(1900-1945)
PCF Ébéniste
Les données manquantes sont à compléter.
1944 1946 Gaston Gourdon[85] PCF Miroitier
9 août 1946 1947 Eugénie Duvernois[86] PCF Infirmière
Députée de Seine-et-Oise (1946 → 1958)
Les données manquantes sont à compléter.
1959 1979 Gaston Grinbaum[87]
(1923-1979)
PCF Ouvrier tailleur, résistant
Décédé en fonction
1979 2001[88] Lucien Lagrange PCF Chaudronnier[89]
Conseiller général de Vigneux-sur-Seine (1992 → 2004)
mars 2001[90] octobre 2018[50] Serge Poinsot[91],[92],[93] RPR puis
UMPLR
Éducateur sportif retraité
Vice-président de la CA Val d'Yerres Val de Seine (2016 → )
Démissionnaire
octobre 2018[94],[95] En cours
(au 16 décembre 2020)
Thomas Chazal LR Cadre territorial de la CA Val d'Yerres Val de Seine
Réélu pour le mandat 2020-2026[96]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Vigneux-sur-Seine a développé des associations de jumelage avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[100],[Note 4]

En 2018, la commune comptait 31 463 habitants[Note 5], en augmentation de 1,08 % par rapport à 2013 (Essonne : +3,41 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6610082707278115123123
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
129127142157209288358412437
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
5861 0141 6032 1914 7477 3218 1027 5659 124
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
12 82922 57726 55024 46225 20325 65226 33328 28931 256
2018 - - - - - - - -
31 463--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[101].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lors de sa création en 1793, la commune de Vigneux-sur-Seine n’était qu’un petit village comptant soixante-six habitants, une première poussée démographique porta le chiffre à cent personnes avant une chute qui dura quarante années pour ne dépasser cette barre qu’en 1841 avec cent quinze résidents.

De cette date débuta une progressions quasi continue, d’abord lente avec le cap des deux cents habitants franchi en 1876, celui des quatre cents personnes en 1891 puis dès le début du XXe siècle plus rapide, la commune comptant cinq cent quatre-vingt-six habitants en 1901 et déjà mille quatorze cinq ans plus tard, elle doubla de proportion en quinze ans et doubla encore dans les cinq années qui suivirent et atteignit déjà plus de huit mille résidents permanents à la veille de la Seconde Guerre mondiale[pourquoi ?].

Le conflit entraîna d’abord une perte de plus de cinq cents personnes mais la poussée immobilière des Trente Glorieuses et l’urbanisation massive organisée par les municipalités communistes successives fit passer la commune à plus de douze mille habitants en 1962, et même vingt-six mille cinq cent cinquante en 1975, pic historique avant une diminution puis une stagnation démographique autour de vingt-cinq mille habitants.

Aujourd’hui[C'est-à-dire ?] en pleine rénovation urbaine, la commune comptait en 2007 vingt-six mille quatre cent quatre-vingt-dix-sept résidents.

L’immigration compte pour une part relativement importante dans cette croissance démographique puisqu’en 1999, 11,9 % de la population était de nationalité étrangère[102], avec 4,0 % de Portugais, 1,6 % d’Algériens, 1,1 % de Marocains, 0,7 % de Turcs, 0,6 % d’Italiens, 0,5 % de Tunisiens et 0,3 % d’Espagnols[103].

Pyramide des âges en 2009

L’analyse comparée des pyramides des âges de Vigneux-sur-Seine et du département de l’Essonne montre une relative similarité dans la répartition des populations par tranches d’âges sauf pour la partie inférieure du graphique correspondant aux populations de moins de trente ans. Vigneux-sur-Seine se caractérise ainsi par une plus forte présence de jeunes de moins de quinze ans (de deux à trois points supérieurs au reste du département) et proportionnellement une présence moindre de jeunes adultes entre quinze et trente ans. Cette tendance se retrouve dans une moindre mesure pour les deux catégories suivantes entre trente et soixante ans, légèrement moins représentées que dans le reste du département. De fait, en 1999, 35,3 % de la population communale avait moins de vingt-cinq ans[104], faisant de Vigneux-sur-Seine une des communes les plus « jeunes » du département.

Pyramide des âges à Vigneux-sur-Seine en 2009 en pourcentages[105].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,6 
4,7 
75 à 89 ans
6,4 
10,4 
60 à 74 ans
11,3 
19,3 
45 à 59 ans
19,5 
20,3 
30 à 44 ans
21,4 
20,1 
15 à 29 ans
18,8 
25,0 
0 à 14 ans
22,1 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[106].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Équipements scolaires[modifier | modifier le code]

Les élèves de Vigneux-sur-Seine sont rattachés à l’académie de Versailles.

Elle dispose en 2010 des écoles primaires Frédéric-Joliot-Curie, Louis-Pasteur, Édouard-Herriot, Paul-Langevin, Louise-Michel et Romain-Rolland, des écoles maternelles Pablo-Neruda et Pauline-Kergomard et des écoles élémentaires des Rouvres, Marcel-Cachin et Marcel-Pagnol[107].

La poursuite d’études s’effectue, toujours en 2010, dans les collèges présents sur le territoire, Paul-Éluard et Henri-Wallon, ce dernier disposant d’une section d'enseignement général et professionnel adapté[108]. Hors périodes scolaires, les enfants sont accueillis dans les centres de loisirs Louis-Pasteur et Le Château. Une crèche collective est dédiée aux jeunes enfants.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Le centre Bibliothèque-Conservatoire.

Plusieurs lieux d’accès ou de pratique culturelle sont répartis sur le territoire communal, dont une bibliothèque municipale, un conservatoire de musique, danse et théâtre, une école municipale d’art plastique. S’ajoutent la salle polyvalente Daniel-Féry, le centre culturel Georges-Brassens et les salles d’exposition du château de Gros-Buisson.[réf. nécessaire]

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Le centre sportif Georges-Brassens.

Plusieurs équipements à caractère sportif[Quand ?] sont implantés dans les quartiers de la commune, le plus important étant le centre sportif Georges-Brassens, équipé du stade de la Concorde, d’une piste d'athlétisme, de courts de tennis couverts et extérieurs, d’un gymnase et du dojo Marc-Alexandre.

Quatre gymnases complètent l’offre, Auguste-Delaune, André-Pardoux, Maurice-Baquet et les Bergeries ainsi que la piscine communautaire de la Concorde, la salle de boxe Grégory-Daubias et les plateaux d’évolution Henri-Charon et Joliot-Curie. Pour partie sur le territoire communal, l'île de loisirs du Port-aux-Cerises dispose d’une plaine polyvalente et permet la pratique du nautisme.

La fosse Montalbot accueille, tous les deux ans, les « 24 heures de dérive de l’Essonne - Trophée Gilles Ierno », une régate d’endurance pour dériveurs en solitaire ou en double. L’édition de 2008 a attiré quatre-vingt huit participants sur vingt-quatre bateaux, représentant sept clubs[109],[110].

Équipements de santé[modifier | modifier le code]

La commune accueille en 2010 sur son territoire la maison de retraite du cinéma et du spectacle dans l’ancien domaine de Rouvres[111] ainsi que le foyer Jeanne-d'Arc chargé de l’accueil de jour des personnes handicapées.

Deux centres de protection maternelle et infantile et de planification familiale sont implantés rue Louis-Blériot[112],[113] et rue Pierre-Brossolette[114],[115].

En 2010, trente médecins[116], treize chirurgiens-dentistes[117] et dix pharmacies[118] exerçaient dans la commune.

Autres services publics[modifier | modifier le code]

En 2010, Services municipaux mis à part, la commune de Vigneux-sur-Seine dispose sur son territoire de deux bureaux de poste en centre-ville[119] et aux Castors[120],

On notait, toujours en 20010 un point information jeunesse[121], d’une maison de Justice et du Droit[122], une permanence du délégué du médiateur de la République[123], une antenne de la Caisse d’allocations familiales[124] et de la Caisse primaire d'assurance maladie[125].

En 2010, la sécurité des habitants est assurée par le centre de secours mixte intercommunal[126] et par une police municipale. Un avocat[127] et un notaire[128] exercent dans la commune.

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de Vigneux-sur-Seine est rattachée au secteur pastoral de Sénart-Draveil et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l’église Saint-Pierre-ès-Liens et de la chapelle Notre-Dame-des-Sables[129].

La communauté musulmane dispose dans la commune de la mosquée de la Piété-et-de-la-Bienfaisance[130].

La communauté protestante dispose d’une église évangélique affiliée à l’alliance des Églises évangéliques indépendantes[131]. Les œuvres hospitalières françaises de l'ordre de Malte sont présentes au foyer Jeanne-d’Arc depuis 1992[132],[133].

Médias[modifier | modifier le code]

L’hebdomadaire Le Républicain ainsi que le quotidien Le Parisien relatent les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d’émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif. La ville a son propre magazine mensuel, Le Petit Vigneusien, qui informe les habitants sur la vie dans leur ville.

Économie[modifier | modifier le code]

La halle du marché Anatole-France.

Principalement résidentielle, la commune de Vigneux-sur-Seine est intégrée par l’Insee au bassin d'emploi d’Orly qui comptait en 2006 trente communes et 469 279 habitants, la population municipale représentant ainsi 5,61 % du total[134]. Caractérisé par un taux de chômage relativement faible à 7,2 %, le bassin d’emploi apparaît privilégié comparé à la commune dont le taux de chômage atteignait 8,4 % parmi les 12 369 personnes qui composent la population active. De fait, avec seulement 3 956 emplois et 817 entreprises sur son territoire, pour la plupart regroupée dans la zone d'activités de la Fosse Montalbot, la commune souffre d’un fort déficit, obligeant les habitants à la quitter quotidiennement pour exercer leur activité.

Parmi les entreprises locales, en 2010, il ne subsistait plus aucune exploitation agricole et seulement deux hôtels totalisant cent dix-neuf chambres, aucun camping n’était aménagé dans cette commune pourtant dotée d’une importante île de loisirs. Deux établissements sont répertoriés comme polluants pour diverses raisons, la chaufferie Idex pour ses émissions de dioxyde de carbone et ses prélèvements en eau potable[135] et l’usine de captage d’eau Eau du Sud Parisien pour ses prélèvements importants d’eau de surface[136].

Deux marchés sont organisés dans la commune, place Anatole-France les jeudis et dimanches, place de la Patte-d’Oie les mercredis, vendredis et dimanches matins[137].

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

Commune relativement populaire, Vigneux-sur-Seine se caractérisait en 2010 par une représentation forte des catégories d’employés et professions intermédiaires et un net déficit de cadres et professions intellectuelles. De même, le secteur tertiaire, traditionnellement fort représenté dans la région comme dans le bassin d’emploi est dans la commune, limité et sur-représenté par les commerce et le bâtiment et travaux publics, au détriment des services à la personne et aux entreprises. En 2007, seulement 58 % de la population était assujettie à l’impôt sur le revenu, près de 74 % des revenus déclarés dans la commune relevaient des salaires et traitements.

En 2006, le revenu fiscal médian par ménage était de 16 381 €, ce qui plaçait la commune au 13 601e rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages que compte le pays et au 181e rang départemental[138].

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 31 374 , ce qui plaçait Vigneux-sur-Seine au 11 728e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[139].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Vigneux-sur-Seine 0,0 % 6,9 % 9,3 % 25,2 % 39,2 % 19,3 %
Zone d’emploi d’Orly 0,1 % 4,6 % 15,2 % 27,8 % 30,3 % 22,1 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Vigneux-sur-Seine 0,2 % 8,5 % 9,4 % 23,6 % 7,4 % 5,7 %
Zone d’emploi d’Orly 0,5 % 8,1 % 7,2 % 15,0 % 14,3 % 6,3 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[140],[141],[142]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal, pour moitié non urbanisé, conserve encore de nombreux espaces naturels : la base de loisirs régionale du Port-aux-Cerises, sur 163 hectares, la réserve intercommunale de biodiversité du lac Montalbot [143],[144], dont quarante-quatre hectares sauvages, le parc municipal du Gros-Buisson, vingt-deux hectares, le lac du Château frayé, promenade urbaine, les rives vierges de la seine et la forêt de Sénart.

  • Le port Premier, la pierre à Mousseau et l'île de loisirs du Port-aux-Cerises :
    L'île de loisirs du Port-aux-Cerises est un espace de détente de 163 hectares situé à cheval sur les communes de Draveil et Vigneux. Il longe la Seine et comprend des espaces verts, des étangs, une piscine découverte, etc. Sa lisière de la Darse des Mousseaux abrite le port Premier et sa vingtaine de péniches transformées en résidences.
La pierre à Mousseau est un menhir du néolithique (entre -4000 et -2000 av. notre ère) haut de près de trois mètres classé aux monuments historiques en 1889[145]. Il est situé dans la zone du port Premier.
  • Le lac Montalbot :
    Rue du Maréchal-Leclerc, le lac Montalbot est un géant de 44 hectares qui le place au rang des plus grands d'Île-de-France. On y pratique le canoë-kayak et d'autres sports nautiques.
  • Le lac du château Frayé :
    Place Marx-Dormoy, le lac du château Frayé est aisément reconnaissable sur une carte car il a la forme d'une clé. Il est composé d'un canal rectangulaire auquel on a adjoint un basin circulaire et son île. Cette dernière, agrémentée d'une cascade, est le refuge de nombreux oiseaux : hérons, canards, poules d'eau et cygnes. Le lac, dont les origines remonterait à 1760-1780, a donné son nom au quartier.
  • Les berges de la Seine :
    Au delà de berges accessibles depuis le Port-aux-Cerises, on peut accéder aux bords de Seine, en empruntant le chemin de Écluses, proche du parking de la gare. La passerelle d'Ablon permet de franchir le fleuve et d'y observer le passage des péniches dans l'écluse.
  • La forêt de Sénart est une forêt de 3 047 hectare sacralisée au temps du druidisme[réf. nécessaire]. Ce paysage boisé propice à la ballade est ponctué par 800 mares. Un balisage a été mis en place afin de permettre aux visiteurs de mieux reconnaître les éléments remarquables de la faune et de la flore.

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Plusieurs demeures importantes du XIXe siècle , couramment appelées « châteaux », subsistent sur le territoire: le château de Dorgère, dont les dépendances abritent des services municipaux, [146], le château de Port-Courcel, propriété d’Électricité de France[147], le château de Rouvres,  maison de retraite, [148] et le château des Acacias (1860) dans le parc du Gros Buisson[149]. Une des sept tours résidentielles du quartier de la Croix-blanche, hautes de vingt-quatre étages, [150] a été préservée de la démolition pour être réhabilitée [151]. Elle continue ainsi à dominer le paysage urbain.

  • Le château de Dorgère :
    Rue Pierre-Marin, le château doit son nom à une de ses anciennes propriétaires : Arlette Dorgère, actrice de variété. C'est un manoir de la fin du XIXe siècle jouant sur les contrastes entre plusieurs teintes de briques et la pierre. Madame Alphonse Daudet y fut accueillie tous les étés par un autre propriétaire du château, son grand-père M. Lavoit.

D'anciennes dépendances abritent des services municipaux

  • Le château de Courcel, chemin de Courcel
    Il s'agit d'une une bâtisse de briques et de galets édifiée en 1878 par Georges Chodron de Courcel. Agrémenté d'une tourelle et d'un parc, il abrite aujourd'hui un centre de loisirs municipal.
  • Le château des Acacias et le parc du Gros Buisson :
    Le château des Acacias est une demeure bourgeoise construite dans les années 1860. Elle a été acquise avec le parc du Gros-Buisson attenant par la municipalité pour y établir l'école municipale d'Arts plastiques.
  • L'église Saint-Pierre, 16 rue Jean-Corringer :
    L'église Saint-Pierre a été construite entre 1910 et 1935 en lieu et place d'un premier lieu de culte datant du XIIe siècle démoli après la Révolution. Un sarcophage et quelques vestiges datant de ses origines ont été mis au jour.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Charles Cochon de Lapparent.

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Vigneux-sur-Seine (par années de naissance) :

Vigneux-sur-Seine dans les arts[modifier | modifier le code]

  • Certaines scènes du film Je vais bien, ne t’en fais pas, dont le scénario est tiré d’un livre qui se déroule dans la ville voisine de Draveil, ont été tournées à Vigneux-sur-Seine[152].
  • La quasi-totalité du film de Gad Elmaleh Chouchou a été tournée à Vigneux-sur-Seine, notamment dans l’église et à la fosse Montalbot[153].

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Vigneux-sur-Seine.

Les armes de Vigneux-sur-Seine se blasonnent : De sable à la fasce et à la devise ondées d’argent accompagnées en chef d’un rai d’escarboucle fleurdelisé accosté de deux gerbes de blé et en pointe d’une grappe de raisin tigée et feuillée, le tout d’or.[154]

Ce blason apparaît sur la motrice du TGV 102 au titre du parrainage des matériels SNCF par les communes[155].

La commune s’est en outre dotée d’un logotype.

Logo commune de Vigneux-sur-Seine.svg

Devise[modifier | modifier le code]

La devise officielle de la commune en latin est « E flumine surgens », qui peut se traduire en français par « Sortie du fleuve »[156].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes de l'Essonne - tome 2, Paris, Editions Flohic, , 1053 p. (ISBN 2-84234-126-0), « Vigneux-sur-Seine », p. 967–971
  • Yves Martin, Vigneux-sur-Seine ou le flâneur n’est jamais perdant, Communes de Vigneux-sur-Seine,
  • Collectif d’auteurs, Parcours du patrimoine, Région Île-de-France : Draveil, Vigneux-sur-Seine, Essonne, Paris, Somogy, , 64 p. (ISBN 978-2-7572-0234-0)
  • Robert Chodron de Courcel, Vigneux-sur-Seine : Étude historique, Livre d’Histoire (ISBN 978-2-84373-605-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Vigneux-sur-Seine », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le 12 mars 2021).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les logements vacants comprennent notamment les logements neufs qui ne sont pas encore habités, ceux que leurs propriétaires laissent libres ou dans lesquels ils font réaliser des travaux, ou ceux qui sont libres entre deux ventes ou deux locations
  4. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Vigneux-sur-Seine dans le Code officiel géographique sur le site de l’Insee. Consulté le 08/08/2012.
  2. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 12/04/2009.
  3. Données géographiques communales sur le site lion1906.com Consulté le 12/09/2010.
  4. Fiche de la borne géodésique n°W.D.K3-524 sur le site de l’Ign. Consulté le 12/09/2010.
  5. Fiche de la borne géodésique n°P.A.F3-94 sur le site de l’Ign. Consulté le 12/09/2010.
  6. Fiche de la borne géodésique n°W.D.K3-208 sur le site de l’Ign. Consulté le 12/09/2010.
  7. %2FC8 Fiche géologique de Vigneux-sur-Seine sur le site du Brgm. Consulté le 26/08/2012.
  8. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le 9 août 2009).
  9. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le 18 août 2009).
  10. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  11. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  13. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 5 avril 2021).
  14. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  15. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 5 avril 2021).
  16. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 5 avril 2021).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 5 avril 2021).
  18. Fiche communale d’occupation des sols en 2008 sur le site de l’Iaurif. Consulté le 01/11/2010.
  19. Fiche de la ZUS La Croix-Blanche sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 12/09/2010.
  20. Fiche de la ZUS Prairie de l’Oly sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 12/09/2010.
  21. Fiche de la ZUS Bergeries sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 12/09/2010.
  22. Carte de zonage de Vigneux-sur-Seine sur le site de l’Insee. Consulté le 26/02/2011.
  23. Tableau LOG T1, Recensement général de la population 2017, document mentionné en liens externes.
  24. Tableaux LOG T2 et LOG T7, Recensement général de la population 2017, document mentionné en liens externes.
  25. Tableau LOG T7, Recensement général de la population 2017, document mentionné en liens externes.
  26. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 712a.
  27. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  28. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit., p. 714a.
  29. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. a b et c Histoire de Vigneux-sur-Seine sur le site topic-topos.com Consulté le 03/10/2010.
  31. Histoire de l’église de Vigneux sur le site d’Histoire locale. Consulté le 03/10/2010.
  32. Histoire du lac de Frayé sur le site d’Histoire locale. Consulté le 03/10/2010.
  33. Histoire de la commune sur son site officiel. Consulté le 03/10/2010.
  34. a b c et d Patrimoine local sur le site officiel de la commune. Consulté le 03/10/2010.
  35. Fiche de l’Auberge fleurie sur le site topic-topos.com Consulté le 03/10/2010.
  36. Histoire de la Seine à Vigneux sur le site d’Histoire locale. Consulté le 03/10/2010.
  37. Fiche de Maurice Charollais, Marcel et Stéphanie Guillet sur le site du comité français pour Yad Vashem. Consulté le 23/11/2010.
  38. Fiche du quartier Croix-Blanches sur le site topic-topos.com Consulté le 03/10/2010.
  39. Histoire de la mairie de Vigneux sur le site d’Histoire locale. Consulté le 03/10/2010.
  40. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  41. Organisation juridictionnelle sur le site du ministère de la Justice. Consulté le 26/09/2010.
  42. Compétence de la communauté d’agglomération de Sénart Val-de-Seine sur son site officiel. « Copie archivée » (version du 2 août 2009 sur l'Internet Archive) Consulté le 15/05/2010.
  43. « Arrêté du Préfet de la région Île-de-France du 4 mars 2015 portant adoption du schéma régional (la coopération intercommunale » [PDF], sur http://www.marneetgondoire.fr (consulté le 14 janvier 2016).
  44. « Votez pour votre intercommunalité » [PDF], sur http://www.varennesjarcy.fr, (consulté le 8 juillet 2015).
  45. « Ils disent non à l’Essonne », Le Républicain de l'Essonne,‎ .
  46. « Brie-Comte-Robert : Varennes-Jarcy (91) rejoint l’Orée de la Brie », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  47. Jérôme Lemonnier, « Les villes orphelines en quête de leur agglo », Essonne Info,‎ (lire en ligne).
  48. « Draveil dit non à 98 % au mariage avec le Val d'Yerres », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne).
  49. « Remous autour du mariage entre le Val d'Yerres et Sénart Val de Seine », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne).
  50. a et b Nicolas Goinard, « Vigneux-sur-Seine : deux mois après son incarcération, le maire renonce à son mandat : Serge Poinsot, le maire (LR) toujours incarcéré à la maison d’arrêt de Fresnes (Val-de-Marne), a annoncé ce vendredi midi qu’il démissionne de son mandat pour se consacrer à sa défense. Le nouveau maire sera élu le 13 octobre », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2018).
  51. Christian Meyze, AFP, « Le maire de Vigneux-sur-Seine, Serge Poinsot, écroué, soupçonné de corruption et blanchiment de fraude fiscale », France 3 Paris Ile-de-France,‎ (lire en ligne, consulté le 27 septembre 2018).
  52. Nicolas Goinard avec F.L, « Essonne : le maire de Vigneux, Serge Poinsot, placé en détention provisoire : Serge Poinsot, maire de Vigneux-sur-Seine, en Essonne, a été mis en examen pour des chefs de corruption par personne investie d’un mandat électif, blanchiment de fraude fiscale et corruption passive à titre habituel », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2018) « Il faut retourner 11 ans en arrière pour trouver l’origine de cette affaire. En 2007, la première adjointe de Serge Poinsot de l’époque dénonce publiquement en conseil municipal des ententes douteuses entre la mairie et l’entreprise France Pierre (...) Du côté de l’opposition, Jacques Stouvenel (SE) rétorque : « S’il a fait des magouilles, il faut qu’il aille en prison. On s’y attendait. Je suis inquiet pour la ville depuis son élection en 2001. Nous sommes devenus les rois du béton. » France Pierre a déjà réalisé dix programmes. La ville de Vigneux-sur-Seine est ainsi passée à vitesse grand V de 26 000 habitants en 2008 à 32 000 aujourd’hui, ce qui en fait la commune la plus importante de son agglomération ».
  53. Par Gérald Moruzzi Le 9 juin 2019 à 15h40, « Essonne : Les conseillers départementaux désertent LR », sur leparisien.fr, (consulté le 8 mars 2021).
  54. Elie Julien, « François Durovray (LR) élu à la tête de Val d’Yerres Val de Seine », sur Le Parisen, .
  55. Par Nicolas Goinard Le 3 janvier 2021 à 20h05 et Modifié Le 3 Janvier 2021 À 20h45, « «Il s’est joué des habitants» : l’ex-Gilet jaune et élu d’opposition a déserté Vigneux-sur-Seine », sur leparisien.fr, (consulté le 24 février 2021).
  56. Résultats du référendum 1992 à Vigneux-sur-Seine sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 26/09/2010.
  57. S.M. et N.C., « Essonne : deux nouveaux candidats investis par LREM pour les Municipales : Élu d’opposition, Yassin Lamaoui, brigue la mairie de Sainte-Geneviève-des-Bois. Florent Pécassou compte lui proposer une alternative à Vigneux-sur-Seine », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2021).
  58. Guillaume Novello, « Municipales 2020 à Vigneux : Affaires, trahison et famille… Une élection explosive : Surprise surprise L'ombre de l'ancien maire Serge Poinsot fait plus que planer sur l'élection municipale de cette commune de l'Essonne », [[20 Minutes (France)|]],‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2021).
  59. N.G., « Vigneux-sur-Seine : Faten Ben Ahmed défendra les couleurs du PS aux législatives », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2021) « Le logo du Parti socialiste apparaîtra sur ses affiches de campagne et elle votera Benoît Hamon à la présidentielle. Mais Faten Ben Ahmed, 40 ans, candidate dans la 8e circonscription* de l'Essonne n'a pas sa carte du parti ».
  60. Nicolas Goinard, « Il s’est joué des habitants » : l’ex-Gilet jaune et élu d’opposition a déserté Vigneux-sur-Seine : Tête de liste soutenue par Nicolas Dupont-Aignan (DLF) aux dernières municipales, Benjamin Cauchy voulait incarner une « opposition constructive ». Il n’a assisté qu’à trois conseils municipaux et est retourné vivre du côté de Toulouse « pour raisons familiales » », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2021) « Candidat en tant que tête de liste (DLF) aux dernières élections municipales dans cette commune où il s'était installé un an plus tôt, l'ancienne figure des Gilets jaunes avait recueilli 17,11 % des suffrages exprimés le 21 mars, soit 946 bulletins. En mai, il est ainsi entré dans l'opposition avec deux de ses colistiers. Il annonçait alors vouloir incarner « une opposition vigilante et constructive ».
  61. Résultats de l’élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/08/2009.
  62. Résultats de l’élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/08/2009.
  63. Résultats de l’élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 07/05/2012.
  64. Résultats de l’élection législative 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/08/2009.
  65. Résultats de l’élection législative 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/08/2009.
  66. Résultats de l’élection législative 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/06/2012.
  67. Résultats de l’élection européenne 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/08/2009.
  68. Résultats de l’élection européenne 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/08/2009.
  69. Résultats de l’élection européenne 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 12/10/2014.
  70. Résultats de l’élection régionale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/08/2009.
  71. Résultats de l’élection régionale 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 14/04/2010.
  72. Résultats de l’élection régionale 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/12/2015.
  73. Résultats de l’élection cantonale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/08/2009.
  74. Résultats de l’élection cantonale 2011 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 02/04/2011.
  75. Résultats de l’élection départementale 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/12/2015.
  76. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 27/08/2009.
  77. « Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l’Intérieur » (consulté le 27 août 2009).
  78. Résultats officiels pour la commune Vigneux-sur-Seine
  79. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 - Résultats par commune - Essonne (91) - Vigneux-sur-Seine », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le 21 juin 2020).
  80. Maryne Vialette, « Municipales : Thomas Chazal repasse à Vigneux-sur-Seine », Le Républicain (Essonne),‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2021).
  81. « Les maires de Vigneux-sur-Seine », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 27 mars 2016).
  82. « Vacher Carolus, Philippe », Base Leonore, sur culture.gouv.fr (consulté le 6 juin 2018).
  83. mort en déportation, cf. Notice Charon Henri, Fernand
  84. L'Avenue Henri-Charon porte son nom.
  85. Jean-Pierre Besse, « GOURDON Gaston, Mathieu, Georges », sur maitron.fr.
  86. Duvernois Eugénie [née Monedero Eugénie, maitron.fr
  87. Georges Lanoue, Henri Rossignol, Martine Garcin, « Fusillés, Déportés, Internés, Résistants de la guerre 1939-1945 Vigneux-sur-Seine », Caractères draveillois - résistance et création, (consulté le 7 octobre 2018).
  88. Sébastien Ramnoux, « Lucien Lagrange tire sa révérence », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne).
  89. « 3e circonscription », sur humanite.fr, (consulté le 6 juin 2018).
  90. Thomas Segissement, « L'incroyable succès de Serge Poinsot », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2018) « Cet éducateur sportif de 53 ans, chef de bassin dans une piscine parisienne et militant RPR depuis 1981, est devenu l'inconnu le plus célèbre du département. Avec 53,1 %, des voix, ce « protégé » du député Nicolas Dupont-Aignan a réussi l'exploit de faire basculer à droite Vigneux-sur-Seine, bastion communiste depuis plus de quarante ans ».
  91. « [Interview] Serge Poinsot contre-attaque : Entré en campagne pour briguer un troisième mandat de maire de Vigneux-sur-Seine, Serge Poinsot a répondu aux questions d’Essonne Info. Il revient sur son bilan contesté en matière d’urbanisation de la commune et sur les soupçons de malversations relayés par ses opposants. Il annonce par ailleurs vouloir déposer plainte contre X pour diffamation », Essonne info,‎ (lire en ligne).
  92. Nicolas Bamba, « Serge Poinsot rempile à Vigneux-sur-Seine », Essonne info,‎ (lire en ligne).
  93. Nicolas Goinard, « Essonne : grandeur et décadence de Serge Poinsot, l’ex-maire de Vigneux : L’ancien maire (LR) comparaît ce mardi avec sept autres prévenus - dont son ex-premier adjoint - devant le tribunal correctionnel d’Evry pour atteinte à la liberté des candidats dans les marchés publics et corruption passive », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 10 octobre 2018).
  94. Nicolas Goinard, « Vigneux-sur-Seine : la mairie devrait rester dans la famille : Ce samedi, le conseil municipal va élire le successeur de Serge Poinsot (LR) contraint à la démission par ses mises en examen. Thomas Chazal, actuel adjoint, est le mieux placé. Il est aussi le neveu par alliance de l’ancien maire… », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 14 octobre 2018) « Au terme d’une réunion qui s’est tenue vendredi soir, la majorité a choisi Thomas Chazal comme candidat. Il avait trois adversaires dans son propre camp : Daniel Villatte, premier adjoint qui a assuré l’intérim quand Serge Poinsot était incarcéré, Mathilde Ktourza, deuxième adjointe, et Alain Miehakanda, dixième adjoint chargé des quartiers. Thomas Chazal était le favori. Agé de 36 ans, il est notamment soutenu par François Durovray, le président (LR) de l’agglomération Val d’Yerres Val de Seine dont il est aussi salarié ».
  95. Laurent Degradi, « Essonne : Thomas Chazal élu nouveau maire de Vigneux-sur-Seine : Il succède à Serge Poinsot (LR), poursuivi pour corruption et blanchiment, qui a démissionné », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 14 octobre 2018) « Neveu par alliance de son prédécesseur, Thomas Chazal a obtenu 25 voix contre une seule pour son adversaire la socialiste Danielle Passarieu. Trois bulletins nuls ont aussi été glissés dans l’urne ».
  96. « Thomas Chazal élu maire de Vigneux », Le Conseil municipal, sur http://www.mairie-vigneux-sur-seine.fr (consulté le 12 mars 2021).
  97. « Fiche du jumelage avec Limavady sur le site du ministère français des Affaires étrangères. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 09/01/2013.
  98. « Fiche du jumelage avec Monção sur le site du ministère français des Affaires étrangères. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 09/01/2013.
  99. « Fiche du jumelage avec Trojan sur le site du ministère français des Affaires étrangères. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 09/01/2013.
  100. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  101. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  102. Statistiques municipales sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 26/09/2010.
  103. Répartition de la population par nationalités sur le site de l’Insee. Consulté le 26/09/2010.
  104. Statistiques communales sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 26/09/2010.
  105. Pyramide des âges à Vigneux-sur-Seine en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 08/08/2012.
  106. Pyramide des âges de l’Essonne en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  107. Liste des écoles du département sur le site de l’Inspection académique de l’Essonne. Consulté le 28/09/2010.
  108. Liste des établissements du second degré du département sur le site officiel de l’Académie. Consulté le 26/09/2010.
  109. « « Les 24 heures de dérives - Trophée Gilles Ierno »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) » sur le site de la Sportive de Vigneux.
  110. « Les 24 heures de dérives - Trophée Gilles Ierno » sur le site de la Sportive de Vigneux.
  111. Site officiel de la RRCS. Consulté le 26/09/2010.
  112. Fiche du centre de PMI Blériot sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 26/09/2010.
  113. Fiche du centre de planification familiale Louis Blériot de Vigneux-sur-Seine sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 16/01/2013.
  114. Fiche du centre de PMI Brossolette sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 26/09/2010.
  115. Fiche du centre de planification familiale Brossolette sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 16/01/2013.
  116. Annuaire des médecins sur le site officiel du Conseil national de l’Ordre. Consulté le 26/09/2010.
  117. Annuaire des chirurgiens-dentistes sur le site de l’Ordre national. Consulté le 26/09/2010.
  118. Annuaire des pharmaciens sur le site officiel de l’Ordre national. Consulté le 26/09/2010.
  119. Coordonnées du bureau de poste de Vigneux-sur-Seine Centre sur le site officiel de La Poste. Consulté le 14/11/2010.
  120. Coordonnées du bureau de poste de Vigneux-sur-Seine Castors sur le site officiel de La Poste. Consulté le 14/11/2010.
  121. Coordonnées du point information jeunesse sur le site des services publics en Essonne. Consulté le 26/09/2010.
  122. Coordonnées de la maison de Justice et du Droit sur le site des services publics en Essonne. Consulté le 26/09/2010.
  123. Coordonnées du délégué du médateur de la République sur le site des services publics en Essonne. Consulté le 26/09/2010.
  124. Coordonnées de l’antenne de la CAF sur le site des services publics en Essonne. Consulté le 26/09/2010.
  125. Coordonnées de l’antenne de la CPAM sur le site des services publics en Essonne. Consulté le 26/09/2010.
  126. Carte des centres de secours de l’Essonne sur le site du SDIS91. Consulté le 26/09/2010.
  127. Annuaire des avocats sur le site du Conseil national des barreaux. Consulté le 26/09/2010.
  128. Annuaire des notaires sur le site notaires.fr Consulté le 26/09/2010.
  129. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 14/12/2009.
  130. Site officiel de la mosquée de Vigneux. Consulté le 21/08/2010.
  131. Coordonnées de l’église évangélique sur le site eglises.org Consulté le 23/06/2010.
  132. Fiche du foyer Jeanne-d’Arc sur le site topic-topos.com Consulté le 03/10/2010.
  133. Fiche du foyer Jeanne-d’Arc sur le site officiel français de l’Ordre de Malte. Consulté le 03/10/2010.
  134. « %5CDL_ZE19901144.pdf Rapport statistique de la zone d’emploi d’Orly sur le site de l’Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 02/10/2010.
  135. Fiche de la chaufferie Idex de Vigneux-sur-Seine sur le site du Registre français des émissions polluantes. Consulté le 02/10/2010.
  136. Fiche de l’usine ESP sur le site du Registre français des émissions polluantes. Consulté le 02/10/2010.
  137. Annuaire des marchés sur le site Marchés de France. Consulté le 25/04/2011.
  138. « Résumé statistique national sur le site de l’Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 26/10/2009.
  139. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 30 juillet 2019).
  140. « %5CCOM%5CDL_COM91657.pdf Rapport statistique communal sur le site de l’Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 25/05/2010.
  141. « %5CDL_ZE19901144.pdf Rapport statistique de la zone d’emploi d’Orly sur le site de l’Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 25/05/2010.
  142. Rapport statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 05/07/2009.
  143. https://www.leparisien.fr/essonne-91/vigneux-sur-seine-le-maire-veut-faire-passer-la-ville-au-vert-15-11-2020-8408468.php
  144. https://www.leparisien.fr/essonne-91/a-vigneux-le-lac-montalbot-devoile-ses-secrets-avant-d-etre-rehabilite-20-09-2020-8388366.php
  145. Notice no PA00088033, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 20/04/2010.
  146. Fiche du Château de Vigneux sur le site topic-topos.com Consulté le 02/10/2010.
  147. Fiche du château de Port-Courcel sur le site topic-topos.com Consulté le 02/10/2010.
  148. Fiche du château de Rouvres sur le site topic-topos.com Consulté le 02/10/2010.
  149. Fiche de l’hôtel de Gros-Buisson sur le site topic-topos.com Consulté le 02/10/2010.
  150. Fiche des tours de la Croix-blanches sur la base Emporis. Consulté le 23/08/2010.
  151. https://www.leparisien.fr/essonne-91/vigneux-sur-seine-la-spectaculaire-transformation-de-la-tour-27-est-en-marche-21-11-2019-8198640.php
  152. (en) Je vais bien, ne t'en fais pas sur l’Internet Movie Database. Consulté le 04/09/2010.
  153. (en) Chouchou sur l’Internet Movie Database. Consulté le 04/09/2010.
  154. Blasonnement sur le site de Gaso, la banque du blason. Consulté le 28/09/2009.
  155. Liste des blasons de parrainage SNCF. Consulté le 26/05/2009.
  156. Blason et devise deVigneux-sur-Seine et Draveil sur le site de la Société d’Histoire locale. Consulté le 01/08/2010.