Champcenest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Champcenest
Mairie de Champcenest.
Mairie de Champcenest.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton Provins
Intercommunalité Communauté de communes du Provinois
Maire
Mandat
Jean-Claude Rambaud
2014-2020
Code postal 77560
Code commune 77080
Démographie
Population
municipale
197 hab. (2014)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 13″ nord, 3° 17′ 00″ est
Altitude Min. 142 m – Max. 173 m
Superficie 12,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Champcenest

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Champcenest
Liens
Site web Champcenest.fr/

Champcenest est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Au dernier recensement de 2014, la commune comptait 197 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hameaux[modifier | modifier le code]

Foussoles, Courtenot, Baleine et Maisoncelles.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Beton-Bazoches Courtacon Rose des vents
Bezalles N Les Marêts
O    Champcenest    E
S
Saint-Hilliers Courchamp Rupéreux

Histoire[modifier | modifier le code]

Forteresse de Montaiguillon[modifier | modifier le code]

La forteresse de Montaiguillon a vraisemblablement été construite dans la première moitié du XIIIe siècle. En 1423, le château de Montaguillon, défendu par Prigent VII de Coëtivy est assiégé pendant six mois par Salisbury[1].

Pendant la guerre de Cent Ans, par l’ordonnance et le commandement du duc anglais Bedford (qui se disait « Régent de France »), le comte anglais Salisbury (gouverneur du Pays de Champagne et de Brie) assiégea en 1423 (*1) avec ses troupes la dite forteresse. À l’intérieur de celle-ci, les assiégés armagnacs étaient au nombre de 120 combattants sous le commandement de trois capitaines : le sire de la Bourbe, le sire de Cotigny et un homme d’armes nommé Bourghenon. Le siège dura près de six mois et était régulièrement complété par des assauts anglais. Passé ce temps, les assiégés n’étaient plus qu’une trentaine de survivants. Lesquels, en conclusion, furent contraints de manger leurs chevaux pour survivre. Finalement, ils décidèrent de se rendre au comte Salisbury en promettant qu’ils paieraient pour avoir la vie sauve. Salisbury leur rétorqua qu’il exigeait le paiement de 22 000 saluts d’or (*2). Les assiégés, qui n’avaient d’autres choix, acceptèrent et laissèrent quatre otages comme gages, jusqu’au paiement complet de la somme exigée. Lorsque les tractations furent réglées, Salisbury ordonna la démolition de la forteresse[2].

Par la suite, il se pourrait qu'il ait servi de repère à des bandes de soudards et autres militaires désœuvrés qui ne s'en écartaient que pour détrousser les honnêtes voyageurs.

En 1613, Richelieu fait démanteler Montaiguillon afin de rendre la forteresse indéfendable pour que les capitaines félons ne puissent plus s'y réfugier[3].

Ce château est aujourd'hui en ruine, mais ces importantes ruines féodales, encore ceinturées de murailles imposantes, en pleine et belle forêt, sont la curiosité majeure du canton de Villiers-Saint-Georges. Montaiguillon constitue un des quelques exemples d'architecture militaire médiévale encore visibles en Ile-de-France.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Champcenest Blason De gueules à une fleur de lys d'or accompagnée de deux cotices en barre, et surmontée de deux châteaux de même.
Détails Figure dans la salle du conseil municipal[4]. Il existe un doute sur la figure en cœur.
Alias
Alias du blason de Champcenest
De gueules à trois épis de blé posés en sautoir et pal accompagnés de deux cotices en barre, et surmontée de deux châteaux de même.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Jean-Claude Rambaud    

Le 3 mars 2017, Jean-Claude Rambaud fait parler de sa commune en devenant le premier maire Seine-et-Marnais à apporter son parrainage à Jacques Cheminade, candidat à l'élection présidentielle. Les prises de position du fondateur de Solidarité et Progrès semblent avoir trouvé un écho dans cette petite commune briarde.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 197 habitants, en augmentation de 48,12 % par rapport à 2009 (Seine-et-Marne : 4,68 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
236 200 242 224 240 256 291 320 321
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
332 318 334 313 296 281 284 300 304
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
321 319 304 198 222 229 188 219 193
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
204 172 117 156 114 116 113 133 197
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin de Champcenest.
  • L'église paroissiale Saint-Martin, classée monument historique[9].

Événements[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. René Kerviler, "Répertoire général de bio-bibliographie bretonne. Livre premier, Les bretons. 9,CHES-COND", 1886-1908, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6116498p/f224.image.r=Plouvien.langFR
  2. -En 1420 (ou en 1421, nouv. st.), le maréchal de France, Claude de Beauvoir de Chastellux s’était déjà rendu maître de la forteresse avec ses troupes bourguignonnes. – (*1) : 1423, date anc. st. – (*2) : Salut d’or : monnaie frappée à Rouen sous et par les rois anglais Henry V et Henry VI, aux armes d’Angleterre et de France.
  3. http://www.brionautes.com/article.php?sid=2282
  4. Photo sur le site officiel de Champcenest (consulté le )
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. Notice no PA00086858, base Mérimée, ministère français de la Culture