La Tombe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Tombe
La Tombe
La mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton Provins
Intercommunalité Communauté de communes Bassée-Montois
Maire
Mandat
Pascal Prayer
2014-2020
Code postal 77130
Code commune 77467
Démographie
Gentilé Tombiers
Population
municipale
233 hab. (2016 en augmentation de 12,02 % par rapport à 2011)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 16″ nord, 3° 05′ 27″ est
Altitude Min. 49 m
Max. 86 m
Superficie 7,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
La Tombe

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte topographique d'Île-de-France
City locator 14.svg
La Tombe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Tombe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Tombe

La Tombe est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Tombiers.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située au sud-est du département de Seine-et-Marne dans la vallée de la Seine .

Le village construit sur la rive gauche de la Seine est respectivement à douze et vingt-huit kilomètres au sud-ouest de Bray-sur-Seine et Provins.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Tombe
Courcelles-en-Bassée Châtenay-sur-Seine Gravon
Marolles-sur-Seine La Tombe
Misy-sur-Yonne

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de la commune se compose de six cours d'eau référencés ::

  • la Seine, fleuve long de 774,76 km[1], ainsi que :
    • un bras de 1,06 km[2] ;
    • la rivière Auxence (ou la Vieille Seine), longue de 34,18 km[3], affluent en rive droite de la Seine ;
      • le fossé 01 de la Gravière , 1,41 km[4] qui conflue avec l’Auxence ;
    • le canal de Bray à la Tombe, long de 10,12 km [5], ancien canal de dérivation de Bray à la Tombe (désaffecté depuis 1979), et ;
    • le canal 01 de la Commune de la Tombe, 1,01 km[6] qui confluent avec la Seine.

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 6,87 km[7].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Transports collectifs : Cars Moreau ligne 2 (Montereau - Bray).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 29 lieux-dits administratifs répertoriés[8] dont La Folie (ferme).

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se réparti[Note 1] en 63,6 % de terres arables, 17,6 % d’eaux continentales[Note 2], 14,8 % de forêts, 3,2 % de zones urbanisées et 0,8 % de mines, décharges et chantiers[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le latin chrétien tumba, d'où est issu le mot « tombe », a servi à nommer d'anciens cimetières. On a découvert, à La Tombe des sépultures de La Tène.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 26 mai 1418, après deux mois de difficiles négociations sous l'égide du pape Martin V est signé le traité de La Tombe entre le roi de France Charles VII et le duc de Bourgogne Jean sans Peur. Le traité, qui aurait dû mettre un terme aux dissensions entre Armagnacs et Bourguignons, est rapidement caduc puisque le 28 mai l'insurrection de Paris ruine les espoirs de paix.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
18 février 1982 mars 2014 Roger Chauvin    
mars 2014 En cours Pascal Prayer [9]    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11].

En 2016, la commune comptait 233 habitants[Note 3], en augmentation de 12,02 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
230238249205218211222250257
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
275292266254250221212200199
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
176173183153148120129140151
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
158160154172194222231214228
2016 - - - - - - - -
233--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Exploitations agricoles, carrières, sablières.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Laurent.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Statistiques de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  2. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]