Courquetaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Courquetaine
Rue de Villepatour.
Rue de Villepatour.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Melun
Canton Fontenay-Trésigny
Intercommunalité Communauté de communes des Gués de l'Yerres
Maire
Mandat
Daisy Luczak
2014-2020
Code postal 77390
Code commune 77136
Démographie
Gentilé Courquetainois
Population
municipale
202 hab. (2012)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 37″ N 2° 44′ 50″ E / 48.6769, 2.747248° 40′ 37″ Nord 2° 44′ 50″ Est / 48.6769, 2.7472
Altitude Min. 75 m – Max. 106 m
Superficie 7,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Courquetaine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Courquetaine
Liens
Site web mairiedecourquetaine.fr

Courquetaine est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Courquetainois.

Géographie[modifier | modifier le code]

À 50 km au sud-est de Paris, 20 km au sud du parc de Disneyland (secteur 4 de Marne-la-Vallée), Courquetaine, d'une superficie de 782 hectares, située dans la Brie française entre la N4 et la D319 en Seine-et-Marne, fait partie du canton de Fontenay-Trésigny.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont : Ozouer-le-Voulgis, Solers, Presles-en-Brie, Coubert.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Malassise, Montgazon, Villepayen

Histoire[modifier | modifier le code]

Mentionné au XIIe "Qurquetana" ou "Corquetellis"[1], puis "Courquetaine" ou "Croquetaine" au XVIe siècle[2]. Après avoir fusionné avec Ozouer-le-Voulgis sous le nom d'Ozouer-Courquetaine, la commune a repris son autonomie le 1er janvier 1982. Seigneurie des Vigny, famille d'Alfred de Vigny, au XVIIe. Église à la collation de l'archevêque de Sens

Les premières traces de Courquetaine datent de l'an 52 av. J.-C., époque à laquelle les soldats de Jules César s'emparèrent de Melun.

Le village subit "les incursions des francs et des barbares, puis le pillage des Normands, sous les successeurs de Charlemagne lorsqu'ils vinrent assiéger Paris rapporte M. Besoul dans son opuscule sur Courquetaine en 1893.

Comme tous les villages de l'Île-de-France, le village a suivi les tribulations de l'histoire avec son lot de révoltes, de pillages, de famines.

Pendant la Révolution une partie du château fut brûlée et partiellement reconstruite en 1844.

L'église, bénite en 1675, que nous voyons aujourd'hui bâtie sur un nouvel emplacement date de la fin du XVIIe siècle. Elle remplace l'ancienne, détruite, qui était de style roman. Le tableau qui orne le maître autel représente le patron de l'église (St Leu, évêque de Sens), il est du peintre Noël, c'est un don fait en 1747 par le curé de cette époque.

La population, en 1709 comptait 45 feux, en 1745 il n'en restait que 27, aujourd'hui le village est formé de 79 maisons.

En 1726 on compte 109 habitants; en 1840 - 171 habitants; en 1855 - 192 habitants; en 1877 - 208 habitants; en 1891 - 201 habitants; De nos jours Courquetaine compte environ 180 habitants. Parmi les habitants, la famille de Vigny dont descend le poète Alfred de Vigny fut propriétaire de la plus grande partie de ses terres dès 1688 jusqu'en 1791, date à laquelle les biens furent vendus nationalement à la suite de leur émigration pendant la Révolution.

Monsieur Louis Firmin Aubergé fut Maire de la commune de 1818 à 1848, membre des Assemblée Nationale, Constituante et Législative.

Plus proche de nous Monsieur Hardon, propriétaire du château de Courquetaine, Maire de la commune pendant 18 ans dès 1892, conseiller général du canton de Tournan-en-Brie pendant 8 ans dont la fille épousa le Maréchal Pétain en 1920.

Village à vocation agricole, sans commerce ni industrie, intégré dans des syndicats intercommunaux, il a la particularité d'être resté une communauté à taille humaine, d'avoir maîtrisé l'utilisation des sols conservant ainsi une certaine ruralité dans un environnement péri-urbain.

Jusqu'à ce jour, l'histoire a fait qu'il a pu garder son caractère de village paisible pouvant offrir à ses habitants deux denrées de plus en plus rares et précieuses que sont le calme et l'oxygène.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie de Courquetaine.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 2014 Patrick Gatouillat    
mars 2014 en cours Daisy Luczack UMP Conseillère départementale

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 202 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
174 187 189 157 185 191 213 192 174
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
183 198 195 208 242 223 220 202 184
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
180 169 192 191 175 202 205 227 185
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
143 146 126 169 180 173 187 191 202
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Leu : église rurale couverte en charpente ; retables d'autel Louis XVI.
  • Prieuré-ferme de Marcarnis fondé au XVe : bâtiments XVIIe.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Outre le château et l'église, la commune possède d'importantes fermes, pour la plupart fondées il y a plus d'un siècle (ex. Montgazon). Un ancien lavoir, accessible depuis la rue du Bu, menace de s'effondrer.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Eugénie Hardon (1877-1962) surnommée la Maréchale et future femme du Maréchal Pétain est née à Courquetaine.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Lebeuf, Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris. Table analytique. [Volume 5] / par l'abbé Lebeuf ; par Adrien Augier,... Fernand Bournon, Féchoz et Letouzey (Paris),‎ 1883-1893 (lire en ligne)
  2. Georges Hérelle, La Réforme et la Ligue en Champagne : documents.... Lettres conservées en original ou en copie authentique dans les archives municipales de Châlons-sur-Marne, Reims / par G. Hérelle,..., Champion (Paris),‎ 1887-1892 (lire en ligne)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.