Bezalles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bezalles
Bezalles
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Intercommunalité Communauté de communes du Provinois
Maire
Mandat
Patrick Lebat
2020-2026
Code postal 77970
Code commune 77033
Démographie
Population
municipale
235 hab. (2018 en diminution de 6,75 % par rapport à 2013)
Densité 88 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 42″ nord, 3° 14′ 38″ est
Altitude Min. 144 m
Max. 169 m
Superficie 2,66 km2
Élections
Départementales Canton de Provins
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Bezalles
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Bezalles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bezalles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bezalles

Bezalles est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France.

Au dernier recensement de 2018, la commune comptait 235 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bezalles est situé dans la Brie à 23 km au sud-est de Coulommiers et à 16 km au nord de Provins.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier de Bezalles.

Le réseau hydrographique de la commune se compose d'un seul cours d'eau référencé : le ruisseau de la Visandre ou ru de la Luisandre, long de 30,9 km[2], affluent de l'Yerres en rive gauche.

Sa longueur totale sur la commune est de 1,06 km[3].

Gestion des cours d'eau[modifier | modifier le code]

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l'eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles : le SDAGE, à l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE, à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Le département de Seine-et-Marne est couvert par six SAGE, au sein du bassin Seine-Normandie[4]. La commune fait partie de deux SAGE : « Yerres » et « Petit et Grand Morin ».

Le SAGE « Yerres » a été approuvé le . Il correspond au bassin versant de l’Yerres, d'une superficie de 1 017 km2, parcouru par un réseau hydrographique de 450 kilomètres de long environ, répartis entre le cours de l’Yerres et ses affluents principaux que sont : le ru de l'Étang de Beuvron, la Visandre, l’Yvron, le Bréon, l’Avon, la Marsange, la Barbançonne, le Réveillon[5]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le Syndicat mixte pour l’Assainissement et la Gestion des eaux du bassin versant de l’Yerres (SYAGE), qualifié de « structure porteuse »[6].

Le SAGE « Petit et Grand Morin » a été approuvé le . Il comprend les bassins du Petit Morin (630 km2) et du Grand Morin (1 185 km2)[7]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le Syndicat Mixte d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SMAGE) des 2 Morin, qualifié de « structure porteuse »[8].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Aucun espace naturel présentant un intérêt patrimonial n'est recensé sur la commune dans l'inventaire national du patrimoine naturel[9],[10],[11].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 19 lieux-dits administratifs répertoriés[12] dont Beauregard.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

En 2018[13], le territoire de la commune se répartit[Note 1] en 93,2 % de terres arables, 6,8 % de zones urbanisées et < 0,5 % de forêts[3].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 90 dont 97,7 % de maisons et 2,3 % d’appartements.

Parmi ces logements, 94,8 % étaient des résidences principales, 1,7 % des résidences secondaires et 3,5 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 82,7 % contre 17,3 % de locataires[14].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionnée sous les formes Berelles en 1230[15],[16] ; Berelle et Berrelle en 1265[17],[16] ; Le ru de Berel en 1270[18],[19] ; Beraules en 1275[20],[16] ; Beraule en 1294[21],[16] ; Beralle en 1417[22],[19] ; Besalles en 1552[23],[19] ; Bezalle en 1566[23],[16] ; Bezelles en 1574[23],[19].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 mars 2001 André Rondeau   Agriculteur
mars 2001 En cours Patrick Lebat    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[25].

En 2018, la commune comptait 235 habitants[Note 2], en diminution de 6,75 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
152166166157206179170208212
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
249234217195180171183177178
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
15816316413214012210311085
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
96848096117162209216223
2013 2018 - - - - - - -
252235-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Événements[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Exploitations agricoles.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Sainte-Marie-Madeleine, XIXe siècle[28].
La légende de « la chèvre qui a pris le loup » serait née à Bézalles et une tête de chèvre et une de loup sont sculptées sur le fronton de l'église de part et d'autre d'une niche abritant la statue de sainte Marie-Madeleine[29].
L'église Sainte-Marie-Madeleine.
L'église Sainte-Marie-Madeleine - cloche de l'église sonnant la demie :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Léon Parisot (1881-1912), pilote-constructeur, pionnier de l'aviation, né à Bezalles.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La légende de la chèvre qui a pris le loup[modifier | modifier le code]

Biquette, par un jour de fête,
Se morfondait à perdre la tête.
Foin de chiendent et pâquerettes,
Tourner en rond sa barbichette
N'est point vie pour une chevrette.
Fourrure fauve et longues dents,
Des yeux de braise ourlés de sang,
Voilà le loup qui sort du bois.
Déjà Biquette en désarroi
Bêle, bêle, miséricorde !
Tire à tout rompre sur sa corde,
Si bien qu'enfin le piquet lâche.
Il était temps, le loup se fâche.
Libérée de son tourniquet,
Entraînant cordage et piquet,
Biquette, par la porte ouverte,
Se rue dans l'église déserte.
Le loup la suit à fond de train.
Ayez pitié, par tous les saints !
Les prie-Dieu, les bancs et l'estrade
Sont renversés dans l'estocade ;
Un dernier assaut dans la nef
Et la chevrette, d'un saut bref,
Franchissant de nouveau la porte,
S'écroule au sol à demi-morte.
Accourus au seuil de l'église,
Les villageois, dans la surprise,
Trouvent Biquette à son licou
Et le piquet à l'autre bout,
En travers des vantaux fermés
Sur le loup ainsi prisonnier.
Ça coûte cher la liberté,
Dit le loup avant d'être tué,
C'est pourtant une certitude,
Ça vaut mieux que la servitude
De cette chèvre à son piquet !
La Fontaine ouvrait ses grimoires
Aux héros de telles histoires,
Mais Bezalles (1) confie les siens
Au passant qui, sur son chemin,
Les retrouve au mur de l'église
Racontés dans la pierre grise.[réf. nécessaire]

(1) Une tête de loup et une tête de chèvre matérialisent dans la pierre les héros du récit, sur la façade de l'église de Bezalles, petit village de la Brie.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bezalles Blason
De gueules à la chèvre saillante adossée à un loup ravissant qu'elle tient au cou par une corde avec sa patte dextre, le tout d'argent; au chef ondé cousu d'azur chargé d'une hélice d'avion d'argent[30].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Statistiques de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Plan séisme consulté le 5 mai 2018 »
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le ruisseau de la Visandre (F4710600) »
  3. a et b Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 8 Novembre 2018
  4. « SAGE dans le département de Seine-et-Marne », sur le site de la préfecture de Seine-et-Marne (consulté le 16 janvier 2021)
  5. « SAGE Yerres - Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le 17 janvier 2021)
  6. site officiel du Syndicat mixte pour l’Assainissement et la Gestion des eaux du bassin versant de l’Yerres (SYAGE)
  7. « SAGE Petit et Grand Morin - Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le 17 janvier 2021)
  8. site officiel du Syndicat Mixte d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SMAGE) des 2 Morin
  9. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Bezalles », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 janvier 2021).
  10. « Liste des ZNIEFF de la commune de Bezalles », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 janvier 2021).
  11. « Liste des espaces protégés sur la commune de Bezalles », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 janvier 2021).
  12. Site territoires-fr.fr consulté le 4 novembre 2018 sous le code commune 77033
  13. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  14. Statistiques officielles de l‘INSEE.
  15. Archives nationales, KK 1064, fol. 280 v°.
  16. a b c d et e Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 32
  17. Longnon, I, p. 222-223.
  18. Longnon, II, 507.
  19. a b c et d « Bezalles », sur http://www.genea77-shage.info (consulté en juin 2016).
  20. Longnon, I, 328.
  21. Actes Provins, p. 144.
  22. Archives nationales, S 5180a.
  23. a b et c Archives nationales, S 5182a.
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  28. « Objets mobiliers classés de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture
  29. « Légende de la bique ed’Bezalles », sur http://fr.topic-topos.com (consulté en juin 2016)
  30. https://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=5257