Aller au contenu

Viry-Châtillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Viry-Châtillon
Viry-Châtillon
L'hôtel de ville.
Blason de Viry-Châtillon
Blason
Viry-Châtillon
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Évry
Intercommunalité Métropole du Grand Paris
EPT Grand-Orly Seine Bièvre
Maire
Mandat
Jean-Marie Vilain (UDI)
2020-2026
Code postal 91170
Code commune 91687
Démographie
Gentilé Castelvirois
Population
municipale
31 045 hab. (2021 en augmentation de 0,69 % par rapport à 2015)
Densité 5 114 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 17″ nord, 2° 22′ 30″ est
Altitude Min. 32 m
Max. 84 m
Superficie 6,07 km2
Type Grand centre urbain
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Viry-Châtillon
(bureau centralisateur)
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Viry-Châtillon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Viry-Châtillon
Géolocalisation sur la carte : Essonne
Voir sur la carte topographique de l'Essonne
Viry-Châtillon
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
Viry-Châtillon
Liens
Site web https://viry-chatillon.fr/

Viry-Châtillon (prononcé [viʁi ʃaijɔ̃] Écouter) est une commune française située à vingt-et-un kilomètres au sud de Paris dans le département de l’Essonne en région Île-de-France.

Des domaines partagés transmis entre d’illustres familles, Viry-sur-Orge, le bourg agricole situé sur la route de Paris à Fontainebleau et Châtillon-sur-Seine, village au bord du fleuve, fusionnèrent en 1790. Doté au XIXe siècle de la gare de Viry-Châtillon sur la nouvelle ligne de Villeneuve-Saint-Georges à Montargis, la commune accueillit en 1909 le premier aérodrome organisé du monde[1]. S’il ne perdura pas au-delà de la Première Guerre mondiale, il permit la renommée de la commune, qui connut par ailleurs dès les années 1920 un développement démographique important avec le lotissement de la plaine alluviale, porté par l’axe majeur que constituait la route nationale 7. Ce développement se poursuivit dans les années 1960 avec la construction des grands ensembles de La Grande Borne, des Coteaux de l’Orge et de la Cilof en bordure de la récente autoroute A6. La commune est aujourd’hui connue pour accueillir le département moteurs de l’écurie de course automobile Renault F1 Team devenue Alpine F1 Team en 2021.

Ses habitants sont appelés les Castelvirois[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Viry-Châtillon est située dans la région Île-de-France, au nord du département de l’Essonne, totalement intégré à l’agglomération parisienne, à la frontière des régions naturelles du Hurepoix et de la Brie française.

La commune occupe un territoire dont la forme prend approximativement celle d’un triangle rectangle dont l’angle aigu serait orienté au sud-ouest. Ce territoire occupe une superficie de six cent seize hectares dont plus de 75 % étaient construits en 2003 et seulement 10 % considérés comme ruraux, exclusivement constitués d’espaces aquatiques autour du lac.

La commune est implantée sur la rive gauche de la Seine qui alimente par un ruisseau le vaste lac de Viry-Châtillon dont un tiers seulement est effectivement dans les limites communales. Coule aussi sur le territoire le bras principal et la rivière morte de l’Orge, cette dernière rejoint le fleuve à proximité du centre-ville. Ce réseau hydrographique a modelé le terrain, créant un coteau qui sépare aujourd’hui le plateau au sud du territoire de la vallée au nord. Cette vallée accueille plusieurs axes de transport majeurs qui traversent la commune du Nord au Sud,

L’urbanisation a suivi ces obstacles naturels et artificiels, le centre-ville est ainsi disposé dans la vallée, les zones d’activités commerciales et industrielles se sont implantées à proximité des voies routières, puis intervint le lotissement des coteaux par des grands ensembles au nord, des pavillons à l’emplacement de l’ancien Port-Aviation, et enfin l’occupation du plateau avec la création dans les années 1960 du vaste quartier d’habitat social de la Grande Borne, commun avec la ville voisine de Grigny.

Sixième commune du département par sa population[Quand ?], Viry-Châtillon est située à vingt-et-un kilomètres au sud-est de Paris-Notre-Dame[3], point zéro des routes de France, sept kilomètres au nord-ouest d’Évry[4], onze kilomètres au nord-ouest de Corbeil-Essonnes[5], onze kilomètres au sud-est de Palaiseau[6], trente-deux kilomètres au nord-est d’Étampes[7], neuf kilomètres au nord-est de Montlhéry[8], treize kilomètres au nord-est d’Arpajon[9], vingt-et-un kilomètres au nord de La Ferté-Alais[10], trente-et-un kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt[11] et trente-et-un kilomètres au nord-est de Dourdan[12].

La commune est aussi située à cent quatre-vingt-six kilomètres au nord-ouest de son ancien homonyme Châtillon-sur-Seine[13].

Le territoire de Viry-Châtillon est installé sur la rive gauche de la Seine, le fleuve marque ainsi la frontière naturelle avec la commune limitrophe de Draveil à l’Est et au Nord-Est. Au Nord, la rue de Châtillon, la rue Pasteur, la route nationale 7 appelée avenue de la Cour de France et le cours de l’Orge marquent la frontière avec Juvisy-sur-Orge. Cette même rivière marque au Nord-Ouest et à l’Ouest la frontière avec Savigny-sur-Orge. Au Sud-Ouest, sur le plateau, la rue Diderot, la rue du Docteur Roux, l’avenue du Commandant Barré, la voie de Compiègne, l’avenue des Bouleaux et l’avenue du Pavillon matérialisent la frontière avec Morsang-sur-Orge, au Sud, une frontière passe dans le parc séparant la commune de sa voisine Fleury-Mérogis. Enfin, au Sud-Est, la frontière avec Grigny suit en parallèle l’avenue Victor Schœlcher, puis l’allée des Bouvreuils et le chemin des Gâtinois, passant au milieu du lac de Viry-Châtillon.

Les communes limitrophes sont Juvisy-sur-Orge, Grigny, Draveil, Fleury-Mérogis, Morsang-sur-Orge et Savigny-sur-Orge.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Viry-Châtillon est implantée sur la rive gauche du fleuve la Seine qui parcourt un kilomètre et quatre cents mètres à l’extrême Est du territoire.

Une longue partie de la limite avec les communes voisines de Savigny-sur-Orge puis Juvisy-sur-Orge est matérialisée au Nord par le cours de la rivière affluente l’Orge qui parcourt ainsi deux kilomètres et trois cents mètres sur le territoire communal. Approximativement au milieu de ce trajet, elle se sépare au niveau d’un barrage pour donner naissance à la Morte Rivière d’Orge qui entre dans le centre-ville de Viry-Châtillon, jusqu’à la confluence avec le fleuve deux kilomètres trois cents mètres plus en aval au niveau du port de commerce.

Au Nord-Est du territoire, un étang alimenté par cette morte rivière occupe l’espace entre la route nationale 7 et la rue du Pont Godeau. Avenue des Castors, un bassin artificiel agrémente le parc de la résidence de la Haute Borne. Au Sud-Est, le lac de Viry-Châtillon, relié au fleuve par un ruisseau, est partagé entre la commune et sa voisine, Grigny. Ne se trouvent sur le domaine de Viry-Châtillon que ses subdivisions appelées le bassin de l’Amiral et les Noues de Seine, soit un tiers des soixante-dix-sept hectares de l’ensemble aujourd’hui consacré à la base nautique[14]. En souterrain, la commune est traversée du sud au nord par les aqueducs de la Vanne et du Loing qui alimentent Paris en eau potable par le réservoir de Montsouris.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Viry-Châtillon est implantée pour sa partie ouest en limite du plateau du Hurepoix, et pour sa moitié est dans la vallée creusée par la Seine. Son territoire s’étage entre une altitude maximale fixée à quatre-vingt-quatre mètres sur le plateau à proximité de la Grande Borne[15] et une altitude minimale à trente-deux mètres au bord du fleuve[16]. Le territoire s’incline relativement rapidement vers le nord-est et la vallée de la Seine, formant un coteau orienté à l’est, la forte déclivité de l’avenue Marmont matérialise ce relief, l’altitude passant approximativement de quatre-vingt-cinq mètres au niveau du moulin[17] à seulement quarante-trois mètres à proximité de l’hôtel de ville[18] à seulement un kilomètre de distance. Située à la frontière du Hurepoix, le sous-sol de Viry-Châtillon est caractéristique de celui du Bassin parisien, mêlant à cet endroit des couches successives de meulière, de limon, d’argile et de calcaire[19], l’érosion laissant apparaître ses divers étages sur le coteau.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[20]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Sud-ouest du bassin Parisien, caractérisée par une faible pluviométrie, notamment au printemps (120 à 150 mm) et un hiver froid (3,5 °C)[21].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,9 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,4 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 647 mm, avec 11 jours de précipitations en janvier et 7,8 jours en juillet[20]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune d'Athis-Mons à 4 km à vol d'oiseau[22], est de 12,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 622,2 mm[23],[24]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[25].

Statistiques 1991-2020 et records ORLY (91) - alt : 86m, lat : 48°43'04"N, lon : 2°23'49"E
Records établis sur la période du 01-03-1921 au 03-12-2023
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,1 2 4,2 6,4 9,9 13,1 15 14,6 11,5 8,7 5 2,7 7,9
Température moyenne (°C) 4,7 5,2 8,3 11,3 14,8 18,2 20,4 20,2 16,5 12,6 7,9 5,2 12,1
Température maximale moyenne (°C) 7,2 8,5 12,5 16,2 19,8 23,2 25,8 25,7 21,5 16,4 10,9 7,6 16,3
Record de froid (°C)
date du record
−16,8
17.01.1985
−15
02.02.1956
−9,4
01.03.05
−4,3
16.04.1921
−1,3
07.05.1957
3,1
01.06.06
6,7
01.07.1922
5,6
31.08.1923
1,7
20.09.1952
−3,9
30.10.1955
−9,6
28.11.1921
−13,3
29.12.1964
−16,8
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
16,5
27.01.03
20,8
27.02.19
25,3
31.03.21
29,4
16.04.1949
35
24.05.1922
37,1
21.06.17
41,9
25.07.19
40
12.08.03
35,4
09.09.23
31,3
04.10.1921
21,8
07.11.15
17,3
16.12.1989
41,9
2019
Ensoleillement (h) 533 852 1 529 2 025 217 2 243 2 469 2 209 1 857 1 166 624 639 18 313
Précipitations (mm) 46,8 42,6 44,4 44,5 63 56,1 52,9 57,9 47,4 52,8 53,4 60,4 622,2
Source : « Fiche 91027002 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/12/2023 dans l'état de la base


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Viry-Châtillon est catégorisée grand centre urbain, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[26]. Elle appartient à l'unité urbaine de Paris[Note 1], une agglomération inter-départementale regroupant 407 communes, dont elle est une commune de la banlieue[Note 2],[27],[I 1]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal[Note 3],[I 1]. Cette aire regroupe 1 929 communes[28],[29].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Occupation des sols en 2008.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 77,1 % 474,49
Espace urbain non construit 12,6 % 77,32
Espace rural 10,4 % 63,91
Source : Iaurif-MOS 2008[30]

La commune qui organise des conseils de quartier a découpé le territoire en cinq parties : Centre-ville, Plateau, Coteaux de l’Orge, Port-Aviation et Châtillon. Les précédentes limites entre les anciennes communes de Viry-sur-Orge et Châtillon-sur-Seine ne sont pratiquement plus visibles aujourd’hui. Cependant, deux ensembles bien distincts existent aujourd’hui à Viry-Châtillon, conséquences du relief local et de l’urbanisation récente, soit le bas-Viry à proximité de la Seine et le Plateau, séparés par le coteau et en partie par les voies de l’autoroute A6. Sur ce plateau, une petite partie du grand ensemble d’habitat social de La Grande Borne, dont l’avenue Victor Schœlcher marque la frontière ouest, est implanté sur le territoire communal. Enclavé entre l’autoroute et l’aqueduc, a été aménagé l’important parc industriel du Président Kennedy. Il est prolongé au Nord par le grand ensemble des Coteaux de l’Orge où se mêlent les barres et les tours, actuellement en cours de réhabilitation[31]. L’ancien territoire occupé par l’aérodrome de Port-Aviation a été loti pendant l’entre-deux-guerres et constitue aujourd’hui un vaste quartier pavillonnaire. Le centre-ville occupe l’espace entre le lac des Noues de Seine et la Morte Rivière d’Orge, tandis que la partie comprise entre ce cours d’eau et la Seine, à l’extrême nord du territoire correspond à l’ancienne commune de Châtillon, mêlant aujourd’hui pavillons, résidences de standing en bord de Seine et centres commerciaux en bordure de la route nationale 7. Cette zone commerciale se poursuit vers le sud et se confond ensuite avec les installations portuaires communes avec Grigny.

Les quartiers de la Grande Borne[32] et le quartier de la Cilof[33] ont été répertoriés comme zone urbaine sensible, la Grande Borne est en outre une zone franche urbaine[34]. Les quartiers des Coteaux de l’Orge[35] et du Plateau[36] sont prioritaires au titre de la rénovation urbaine. L’Insee découpe la commune en douze îlots regroupés pour l'information statistique soit Châtillon 1 et 2, la Cilof 1 et 2, Centre-ville 1 et 2, Port-Aviation 1 et 2, le Plateau 1, 2, 3 et 4[37]. Depuis 2015, la Grande Borne et le Plateau sont regroupés au sein d'un grand quartier prioritaire, réunissant dont 16 459 habitants en 2018 dont 5 693 à Viry-Châtillon, le reste vivant à Grigny[38].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2020, le nombre total de logements dans la commune était de 14 775, alors qu'il était de 13 951 en 2014 et de 13 969 en 2009[I 2].

Parmi ces logements, 88,4 % étaient des résidences principales, 1,2 % des résidences secondaires et 10,5 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 29,4 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 69,2 % des appartements[I 3].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Viry-Châtillon en 2020 en comparaison avec celles de l'Essonne et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (1,2 %) inférieure à celle du département (1,8 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation des résidences principales, 49,4 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (49,4 % en 2014), contre 58,3 % pour l'Essonne et 57,5 pour la France entière[I 4].

Le logement à Viry-Châtillon en 2020.
Typologie Viry-Châtillon[I 3] Essonne[I 5] France entière[I 6]
Résidences principales (en %) 88,4 91,6 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 1,2 1,8 9,7
Logements vacants (en %) 10,5 6,6 8,2

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La gare de Viry-Châtillon.

Viry-Châtillon est aujourd’hui traversée par plusieurs grands axes de communication majeurs. Le fleuve la Seine constitue le premier historiquement, elle est aujourd’hui utilisée pour le transport fluvial de marchandises. Relativement peu utilisés aujourd’hui, la commune dispose cependant de cinq cents mètres de quais adaptés aux péniches et barges, directement reliés à la zone d’activité voisine.

Deux grands axes routiers traversent le territoire communal du nord au sud, le plus ancien est la route nationale 7 qui passe à l’est du territoire, entre le fleuve et les lacs dans une longue ligne droite de deux kilomètres qui prend l’appellation d’avenue du Général De Gaulle. Au centre du territoire, dans le même axe nord-sud, sur la crête du plateau du Hurepoix passe l’autoroute A6 sur un kilomètre trois cents mètres. La commune dispose d’ailleurs sur son territoire d’un échangeur autoroutier à l’intersection avec l’ancienne route nationale 445 devenue en 2006 la route départementale 445. Cette dernière traverse la commune dans un axe nord-est sud-ouest, sa fonction principale est d’assurer la liaison entre la route nationale 7 et la route nationale 104 dans la commune voisine de Fleury-Mérogis, elle constitue en outre la rocade ouest du quartier de La Grande Borne. Suivant le même axe, deux routes départementales commencent leur tracé dans la commune à l’intersection avec la route nationale 7, vers le Nord, la route départementale 29 qui mène à Villeneuve-le-Roi en suivant le cours du fleuve, et vers le Sud, la route départementale 77 qui rejoint l’importante route départementale 117 dans la commune voisine de Morsang-sur-Orge.

Autre axe important, suivant le tracé de la Seine et de la route nationale 7 à mi-chemin entre les deux, la commune est traversée par la ligne Villeneuve-Saint-Georges - Montargis utilisée par la ligne D du RER d'Île-de-France et dispose de la gare de Viry-Châtillon. Elle est en outre située à une station seulement de l’important pôle multimodale que constitue la gare de Juvisy dans la commune voisine.

Cette desserte ferroviaire est complétée pour la continuité de service la nuit par la ligne de bus Noctilien N144[39] et la ligne N135[40].

En journée, la commune est reliée à plusieurs lignes de bus, dont les lignes 402, DM4 vers Grigny et DM22 vers Savigny-sur-Orge du réseau de bus Évry Centre Essonne et plusieurs lignes du réseau de bus Cœur d'Essonne, lignes DM3 vers Juvisy-sur-Orge, DM5 vers Fleury-Mérogis et La Croix-Blanche (Sainte-Geneviève-des-Bois), DM8 vers Athis-Mons permettant une correspondance avec la Ligne 7 du tramway d'Île-de-France.

La ligne 12 du tramway dessert également la ville aux stations Amédée Gordini et Coteaux de l'Orge.

Site du premier aérodrome organisé au monde, fermé après la Première Guerre mondiale, Viry-Châtillon est située à seulement six kilomètres au sud de l’aéroport Paris-Orly et à quarante kilomètres au sud-ouest de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Viriacum en 1169[41].

Viry-Châtillon était auparavant composée de deux communes distinctes, Viry-sur-Orge et Châtillon-sur-Seine. Les deux avaient ainsi choisi de mentionner le nom du cours d’eau qui traversait leur territoire, l’Orge et la Seine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Des silex taillés ont été mis au jour à proximité de l’actuel centre-ville, ce qui atteste d’une occupation humaine du lieu dès la Préhistoire. L’étymologie du lieu semble attribuer à un propriétaire terrien dénommé « Verus » l’édification d’une villa rustica gallo-romaine. Cependant la première mention écrite du lieu intervint en 1093 avec la description du domaine de Vulgrain de Viry sous l’appellation Viriaco et Castellonio dans un acte du cartulaire de Longpont.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Carte de Viry au XVIIe siècle par Cassini.

En 991 existait à Viry un fief des Marches. En 1118, le roi Louis VI le Gros héritant du domaine de Montlhéry, la seigneurie de Viry et le hameau de Chastillon dépendants furent rattachés au domaine royal français. Viry était déjà une paroisse. Au XIIIe siècle fut édifiée l’église Saint-Denis.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

En 1488, l’héritier du domaine, Richard de Saint-Marcy vendit une partie à son voisin, le seigneur de Savigny Étienne de Vesc, par ailleurs chambellan du roi Charles VIII. Alors qu’il parvint à acquérir l’ensemble des terres, le domaine fut divisé et une partie revint en 1531 à Robert Piédefer, avocat général au Châtelet de Paris. En 1586, Louis d’Agoust parvint à réunir les domaines de Viry, Chastillon, Orangis et Savigny.

En 1633, la paroisse de Viry s’équipa d’un lavoir alimenté par la source Saint-Denis. En 1674, le domaine du Piédefer fut enrichi d’une orangerie. En 1682, une ordonnance royale fixa les limites des domaines du royaume, celui de Viry était alors partagé entre les familles de Vins et d’Agoust. Résidait alors au château de Viry la famille Perrault.

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Le , le contrôleur des Finances du royaume Joseph François Foullon fut arrêté dans le parc du château Marmont de son ami Antoine de Sartine, pendu à Paris, Rue de la Verrerie, il devint l’une des premières victimes de la Révolution française.

En 1790, Viry-sur-Orge et Châtillon-sur-Seine fusionnèrent pour former l’actuelle commune de Viry-Châtillon. Le fut élu le premier maire de la nouvelle commune, Jacques-Louis Larue. En 1791, le dernier seigneur du lieu, Charles-Emmanuel de Vintimille vendit ses terres à Marie-Romain Hamelin, receveur général des Finances.

En 1809, la fille de Jean-Frédéric Perregaux unifia deux propriétés contigües au château de Viry.

Le , c’est sur la route de Paris à Viry-Châtillon que Napoléon Ier apprit la chute de Paris, entraînant son abdication six jours plus tard.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1867, la ligne Villeneuve-Saint-Georges - Montargis fut mise en service, un port de commerce fut aménagé et commença l’activité d’extraction des meulières et du sable à l’emplacement actuel du lac.

De septembre à , la commune fut occupée par l’armée allemande au cours de la Guerre franco-prussienne de 1870.

En 1882, les dominicaines de Béthanie s’installèrent à Chatillon, le bâtiment fut érigé en couvent, la chapelle Notre-Dame du Rosaire fut bénie le . La même année, la municipalité édifia une nouvelle mairie-école à proximité de la place du marché, inaugurée en 1880.

Le fut organisé un meeting aérien sur ce qui allait devenir le premier aérodrome organisé du monde, Port-Aviation ainsi nommé par le ministre des Transports Louis Barthou, équipé d’une piste en ellipse de quatre kilomètres, de gradins pouvant accueillir sept mille personnes, de hangars et d’ateliers permanents. Le , une exhibition de bienfaisance réunit près de dix mille personnes. Le , Charles de Lambert décolla de ce site pour le premier survol de Paris, pour lequel il reçut la médaille d’or de l’Aéro-Club de France.

Durant la Première Guerre mondiale, le terrain de Port-Aviation servit à la future Armée de l'air ainsi que, en 1915, la Composante Air belge et la Royal Air Force britannique, puis de centre de formation de pilotes militaires qui accueillit 598 hommes venant du monde entier, et qui découvraient les Caudron G.3. Simultanément, les usines castelviroises furent, comme partout en France, mises à contribution pour l'effort de guerre. L'atelier de la Société des moteurs et voitures automobiles des frères Filtz, ouvert vers 1900 au 1 rue Pasteur, qui construisait jusqu'alors des moteurs pour la Marine (notamment de canots automobiles) et des tracteurs, s'orienta vers la production de prototypes de "chars d'assaut", tout en continuant à produire du matériel agricole pour remplacer les hommes aux champs[42]. L'usine de caoutchouc Fayaud, ouverte en 1880 entre la Seine et la voie ferrée, qui construisait jusqu'alors différents objets du quotidien (Jouets, bonnets de bain, tissu pour bretelles, etc.), s'orienta quant à lui vers la production de toile caoutchoutée pour les avions, de bottes ou de masques à gaz pour l'armée[42]. Le domaine de Piedefer devint "l'Hôpital complémentaire dépendant de l'hôpital militaire de Versailles (HCVR) n°75" et accueillit les aviateurs en convalescence[43]. Surnommé "Maison des Oiseaux" par la population et "Escadrille VR75" par les militaires, il pouvait accueillir jusqu'à 50 pensionnaires, placés sous la direction du médecin-chef colonel Joseph Mougin. L'hôpital, ouvert le , accueillit des pilotes renommés tels que Jean Navarre dit "la sentinelle de Verdun", André Chainat, Raymond Bamberger, James Nathaniel de Rothschild et l'acteur André Luguet et ferma ses portes le [44]. Les dominicaines de Béthanie, quant à elles, furent autorisées à sortir pour prêter main-forte et soigner les centaines de blessés qui affluaient, chaque jour, à l'hôpital, tenu par la Croix-Rouge à Juvisy. L'une d'entre elles, Sœur Colette, fut même décorée après la guerre[43].

Après la guerre, endommagé, régulièrement inondé par les crues de la Seine, Port Aviation fut abandonné en 1919 et loti à partir des années 1920[45],[46].

En 1938 s’ouvrit la première maison de retraite à la place du couvent des dominicaines.

Après la Seconde Guerre mondiale, la municipalité entreprit d’aménager le centre ville, le fut inauguré le parc André Leblanc et son théâtre de verdure. En 1958 est fondé le club de football l’Entente Sportive Viry-Châtillon, suivi en 1959 par le club nautique.

En 1960, l’autoroute A6 fut percée, séparant en deux le territoire.

En 1962, les services municipaux déménagèrent dans l’ancien château de la Tournelle, acquis par la ville en 1943. En 1964, la commune aménagea sur les rives du lac un important complexe nautique. Parallèlement à cette installation, des télésièges biplaces furent installés afin de permettre aux promeneurs et aux touristes de découvrir les lacs situés autour de Viry de l'année 1963 jusqu'au début des années 1980[47].

En 1965, Maurice Novarina conçut et réalisa la cité des Coteaux de l’Orge. En 1969, il équipa le quartier de l’église Notre-Dame-des-Cités. En 1971 démarra le Viry-Châtillon Essonne Hockey. En 1972, la municipalité autorisa l’implantation en bordure des Coteaux de l’Orge d’un centre commercial, à charge pour la société locataire de remettre en état et d’entretenir l’ancien moulin à vent voisin. En 1989, la commune racheta le château des Marches pour y installer l’école communale de musique. En 1992, la commune acquit le domaine du Piédefer pour y installer le centre culturel municipal. En 1996, la commune entreprit l’aménagement du quartier de Châtillon avec la constitution d’une zone d'aménagement concerté.

De 1850 à 1981, Port Longuet est un port fluvial très actif sur la Seine.

En 1987 s'implante dans la commune l'usine Renault Sport[48].

Le 8 octobre 2016, l'affaire des policiers brûlés donne à la ville une notoriété nationale[49]. Dans la même année, la ville est aussi marquée par une importante crue de la Seine et de l'Orge. Le canal de la Morte Rivière qui permet de décharger une partie de l'Orge vers la Seine est très fragilisé. Il fait l'objet d'une réhabilitation, en 2019, par le Syndicat de l'Orge[50].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Position de Viry-Châtillon en Essonne.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Antérieurement à la loi du [51], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département de l'Essonne et à son arrondissement d'Évry, après un transfert administratif effectif au .

Pour l'élection des députés, Viry-Châtillon fait partie de la septième circonscription de l'Essonne.

Elle faisait partie de 1801 à 1964 du canton de Longjumeau, année où elle intègre le canton de Juvisy-sur-Orge du département de Seine-et-Oise. Lors de la mise en place de l'Essonne, elle devient en 1967 le chef-lieu du canton de Juvisy-sur-Orge[52], dont les limites sont modifiées en 1975[53],[54]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune devient le bureau centralisateur de ce canton, dont la composition est modifiée, passant de une à deux communes.

L’organisation juridictionnelle rattache les justiciables castelvirois au tribunal d’instance de Juvisy-sur-Orge, aux tribunaux de grande instance et de commerce et au conseil de prud’hommes d’Évry, tous rattachés à la cour d'appel de Paris[55].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Viry-Châtillon s'était associé fin 2003 avec Grigny au sein de la communauté d'agglomération Les Lacs de l'Essonne (CALE), qui ne regroupait que les deux villes.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la volonté gouvernementale de favoriser le développement du centre de l'agglomération parisienne comme pôle mondial est créée, le , la métropole du Grand Paris (MGP), dont la commune est membre[56].

La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du prévoit également la création de nouvelles structures administratives regroupant les communes membres de la métropole, constituées d'ensembles de plus de 300 000 habitants, et dotées de nombreuses compétences, les établissements publics territoriaux (EPT).

La commune a donc également été intégrée le à l'établissement public territorial Grand-Orly Seine Bièvre, qui succède à plusieurs intercommunalités dont la communauté d'agglomération Les Lacs de l'Essonne[57].

En 2019, les maires des communes de l'Essonne membre de cet EPT critiquent la taille de cette intercommunalité, qui la rendrait, selon, eux, inefficace[58].

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Ancienne commune de la « Ceinture Rouge » de Paris, puis détenue par le centre droit de 1953 à 1995, elle est dirigée jusqu'en 2014 par des membres de l’aile gauche du parti socialiste ayant rejoint le Parti de gauche. Depuis 2014, Jean-Marie Vilain, maire de centre droit tient la ville.

L’analyse des résultats électoraux intervenus dans les années 2000 dans la commune montre une relative ambivalence de l’électorat et surtout une tendance à l’abstention assez marquée. Ainsi, le référendum relatif au quinquennat présidentiel de 2000 ne mobilisa que 30,50 % des électeurs, en 2001, les élections municipales et cantonales ont vu la victoire du maire et conseiller général sortant Gabriel Amard (PS) mais avec seulement respectivement 58,82 % et 48,61 % de participation alors que ces scrutins locaux sont traditionnellement plus mobilisateurs.

Lors de l’élection présidentielle de 2002, les électeurs castelvirois avaient dès le premier tour placé Jean-Marie Le Pen (FN) en seconde position avec cependant seulement 68,92 % de participation, la « mobilisation » du second tour portant le taux de participation à 81,31 % l’avait ensuite fait chuter à 17,80 %. La même année, l’élection législative ne réunissait que 63,25 % des électeurs, le député sortant Jean Marsaudon (UMP) l’emportant d’une courte tête avec seulement 50,42 % dans la commune.

L’élection régionale de 2004 vit la nette victoire dans la commune de Jean-Paul Huchon (PS) et l’élection européenne celle d’Harlem Désir (PS). Lors du référendum de 2005, les Castelvirois rejetèrent fortement le traité de Rome alors qu’ils avaient approuvé à 51,98 % le Référendum français sur le traité de Maastricht[59].

En 2007, lors du scrutin présidentiel et législatif, les électeurs basculèrent à nouveau vers les candidats de droite de façon plus marquée pour le député sortant. En 2008, lors du scrutin municipal et cantonal, les taux de participation baissèrent encore pour atteindre seulement 44,44 % aux cantonales et 56,06 % aux municipales, voyant cependant les victoires des deux candidats investis par l’équipe sortante.

Lors des élections européennes de 2009, nouveau renversement de tendance avec une très nette victoire du candidat Michel Barnier (UMP) près de sept points devant le second Daniel Cohn-Bendit (Europe Écologie), le candidat soutenu par la gauche locale, Patrick Le Hyaric (FdG) n’arrivant qu’en quatrième position avec 10,59 % des voix.

En 2010 cependant, Jean-Paul Huchon, président socialiste sortant de la région, l'emporte à nouveau avec sa liste et obtient au second tour à Viry-Châtillon, un score proche de sa moyenne régionale, face à la droite menée par Valérie Pécresse.

Deux ans plus tard, François Hollande, candidat socialiste à la présidence, s'impose nationalement et Viry-Châtillon lui donne même un score supérieur à celui obtenu nationalement, aux deux tours de scrutin. Il obtient environ 30 puis 53 % des voix dans la ville, 1.5 point de plus qu'au niveau national. Lors des législatives qui suivent, Viry-Châtillon obtient une députée de gauche, pour la première fois depuis l'élection de la socialiste Marie-Noëlle Lienemann en 1988. Cette fois, en la personne d'Éva Sas, militante écologiste ayant précédemment candidaté à Paris, qui défait Françoise Briand, députée sortante et ancienne suppléante de Jean Marsaudon, décédé en 2008. Sas obtient certes une majorité des voix à Viry-Châtillon mais son score est en-deçà de ce qu'elle obtient dans la circonscription en totalité (53,9 % contre 51,2 % à Viry). À noter qu'elle devait composer avec la candidature d'un dissident socialiste, François Garcia, mais aussi celle de Gabriel Amard, ancien député-maire de Viry, qui l'a même devancée de peu au premier tour dans la commune.

En 2014, le scrutin municipal est mouvementé par la présence de quatre listes, la gauche comme la droite étant fragmentées en deux listes. Pour la gauche, la maire sortante se représente avec sa liste et doit faire face à une liste socialiste menée par Dominique Lebreton. Tandis qu'à droite, Jean-Marie Vilain, déjà tête de liste en 2008, en présente une à nouveau, pour l'UDI ; sa deuxième de liste d'alors, l'ancienne députée Françoise Briand, en présente une également avec le soutien de l'UMP[60]. La liste Vilain arrive largement en tête du premier tour[61] et les deux listes de gauche fusionnent tandis que la liste Briand se retire[62]. La liste de droite s'impose largement au second tour.

La même année, le scrutin européen est gagné à l'échelle nationale par le Front national mais la circonscription d'Île-de-France place la liste UMP en tête. Viry-Châtillon suit cependant la tendance nationale et c'est la liste FN d'Aymeric Chauprade qui arrive en tête, devant les listes FN et UDI-MoDem. La liste PS de Pervenche Berès est reléguée de peu à la quatrième place.

L'année suivante, se tiennent les élections départementales en mars. Et alors qu'en 2008, le socialiste Paul Da Silva l'avait confortablement emporté sur l'UMP Jérôme Bérenger, le verdict s'inverse totalement cette fois. La commune vote massivement, plus de 60 % des voix, en faveur de Jérôme Bérenger, devenu maire-adjoint, et sa binôme, Sylvie Gibert, conseillère municipale MoDem de Grigny, qui compose avec Viry le nouveau canton. Les élections régionales qui suivent en décembre sont une nouvelle victoire pour la droite, tant au niveau régional, qu'au niveau de la commune, puisque Valérie Pécresse, qui mène à nouveau la liste LR, devance ici de presque quatre points, la liste PS menée par Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale.

L'élection présidentielle de 2017 porte Emmanuel Macron, ancien ministre de l'Économie, en tête du premier tour et Viry-Châtillon vote de même, à environ 24,5 % de ses voix. Cependant, si c'est Marine Le Pen qui l'affronte au second tour, elle n'obtient 19 % des voix ici et arrive bien derrière Jean-Luc Mélenchon, lequel réunit presque 23 % des suffrages. François Fillon ne convainc que moins de 17 % des électeurs castelvirois, 3 points de moins que son score national. Benoît Hamon et Nicolas Dupont-Aignan sont au coude-à coude à 6 %. Emmanuel Macron confirme son avance du premier tour et obtient 69 % des voix à Viry, deux points au-dessus de sa moyenne nationale. La participation s'établit cependant à moins de 70 % des inscrits au second tour, environ 10 points de moins que cinq ans plus tôt.

Les législatives qui suivent dans la foulée offrent cependant un verdict différent à Viry. Au premier tour, on note déjà l'élimination dès le premier tour de la sortante écologiste, Éva Sas. C'est Robin Reda, jeune maire LR de 26 ans de Juvisy-sur-Orge, qui s'impose face à la candidate de la majorité présidentielle, Muriel Kernreuter.

En 2019, les élections européennes sont une nouvelle victoire à l'échelle nationale pour le RN. Cependant, on peut noter à Viry que la liste RN de Jordan Bardella obtient certes la première place mais qu'elle ne rassemble plus que 21 % des voix, contre 26 cinq ans plus tôt. Cela représente une perte d'environ 200 voix. Le RN est de plus talonné ici par les marcheurs emmenés par Nathalie Loiseau, obtenant moins d'un point de moins. Les verts confirment la percée inattendue qu'ils observent à l'échelle nationale, en se plaçant troisièmes ici aussi avec 12,5 % des voix. Les insoumis sont légèrement au-dessus de leur moyenne nationale à 8 % tandis que LR et le PS en sont proche, à respectivement 7,5 et 6,5 %.

Les échéances municipales de 2020 sont un succès pour le maire sortant Jean-Marie Vilain et son équipe. Ils sont largement vainqueurs dès le premier tour avec plus de 64 % des voix. Sa principale opposition est venue d'une liste "citoyenne", menée par Lydie Zénéré-Lima, directrice d'école[63]. Une liste insoumise était également présente et elle obtient un siège pour sa tête de liste, Aurélien Peroumal. On peut remarquer une participation très faible d'à peine plus d'un tiers du corps électoral.

En 2021, les élections départementales et régionales se tenant simultanément sont deux nouvelles victoires pour la droite, dans un contexte de forte abstention, concernant plus de 70 % des électeurs de la commune. Le binôme départemental sortant est reconduit avec un score encore plus confortable qu'en 2015 pour l'électorat de Viry - même s'il perd dans les faits environ 1400 voix en raison de la progression de l'abstention. Du côté de la région, Valérie Pécresse frôle avec sa liste les 50 % des voix dans la quadrangulaire du second tour. L'union de la gauche menée par l'écologiste Julien Bayou frôle les 29 % des voix, presque dix points de moins que le score du socialiste Bartolone en 2015. Le RN est en recul à 15 % des voix et la majorité présidentielle obtient un maigre 7 % des voix, presque trois points de moins que son score régional.

En 2022, l'élection présidentielle rejoue le match entre trois des candidats principaux de 2017, Emmanuel Macron, dorénavant président sortant, Marine Le Pen, pour le Rassemblement national, et Jean-Luc Mélenchon de la France insoumise. Cependant, si les deux premiers stagnent à Viry à environ 24,5 et 18 % des voix environ, le candidat Mélenchon engrange une forte progression de 10 points. Cela lui fait dépasser 33 % des voix et prendre confortablement la tête du premier tour dans la ville. Toutefois, il est éliminé à l'échelle nationale et le second tour est une répétition du duel Macron-Le Pen de cinq ans auparavant. Comme pour le résultat national, Emmanuel Macron l'emporte à nouveau mais son avance de 2017 s'effritte en perdant un peu plus de cinq points à Viry.

L'élection législative consécutive voit notamment se présenter le député LR sortant, Robin Reda, et la militante insoumise, Claire Lejeune, soutenue par la nouvellement créée NUPES. Cependant, au cours de la campagne, Robin Reda reçoit le soutien de la coallition présidentielle, Ensemble[64], et se présente ainsi à l'élection sous cette étiquette et non celle de LR. Au premier tour, si la candidate Lejeune obtient 35 % et le député Reda 32 % des voix à l'échelle de la circonscription, leurs scores sont peu ou prou inversés à Viry (respectivement 33 et 35,5 %). Le second tour offre une courte victoire au député sortant, qui s'impose globalement avec 214 voix d'avance (50,34 % des voix). Viry lui offre une victoire un peu plus confortable, avec environ 400 voix d'avance.

En 2022, des sections du Parti socialiste[65] du MoDem[66], de l’UMP[67] et d'un comité local La République en marche sont présentes dans la commune.

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours
Élections législatives, résultats des deuxièmes tours
Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores
Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores
Élections cantonales et départementales, résultats des deuxièmes tours
Élections municipales, résultats des deuxièmes tours
Référendums

Politique locale[modifier | modifier le code]

Le maire actuel est Jean-Marie Vilain (LC). Il préside le conseil municipal composé de trente-neuf élus dont trente trois pour la majorité et six pour les oppositions, lors de la mandature 2020-2026.

Conseil municipal de Viry-Châtillon (mandature 2020-2026).
Liste Tendance Président Effectif Statut
« Ainsi va la ville » UDI Jean-Marie Vilain 33 Majorité
« Ensemble pour Viry-Châtillon » SE Lydie Zénéré-Lima 5 Opposition
« Voc ! Un projet d'avenir pour Viry » LFI Aurélien Peroumal 1 Opposition

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Trente-neuf maires se sont succédé à la tête de la commune de Viry-Châtillon depuis l’élection du premier en 1790 :

Liste des maires successifs[96]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 1791 Jacques-Louis Larue    
1791 1792 Pierre Nicolas Monprofit    
1792 1795 Jacques Louis Emery    
1795 1795 Jacques Charles Ferret    
1795 1800 Jacques-Louis Larue    
1800 1815 René Cristine Jérôme Botterel-Quintin    
1815 1839 Jean-Baptiste Denis François    
1839 1845 Louis-Benjamin Francœur   Mathématicien
1845 1848 Félix Capitaine    
1848 1848 Jean-Baptiste Bruneau    
1848 1849 Jean-Baptiste Bonifait    
1849 1852 Jean-Baptiste Bruneau    
1852 1857 Jean Aristide Meder    
1857 1859 Charles Dominique Ernest Benoit    
1859 1865 Théodore Dorothée Ferret    
1865 1870 Joseph Henri Lamboi    
1871 1875 Louis Pierre Charles Debondt   Menuisier
1875 1882 François Charles Husson    
1882 1884 Jean Louis Delarue    
1884 1909 Maurice Sabatier    
1909 1914 Anatole Tocque    
1914 1916 Alexandre Eugène Maurice Piketty    
1916 1919 François Rivet   Premier adjoint faisant office
1919 1925 Adolphe Durand Rad. soc.  
1925 1925 Édouard Schuler PCF  
1925 1930 Lucien Boissé[97] PCF
puis DVG
 
1930 1930 Octave Gustave Marcellin Pouchain DVD  
1930 1935 Louis Alphonse Gersant DVD  
1935 1939 André Leblanc[98] PCF  
1939 1940 Gabriel Boucher   Président de la délégation spéciale
1940 1941 Victor Augustin Brayer   Président de la délégation spéciale
1941 1944 Henri Longuet    
septembre 1944 février 1946 André Leblanc
(1902-1946)
PCF Conseiller général de Longjumeau (1945 → 1946)
Décédé en fonction
mars 1946 octobre 1947 Pierre Pasanau PCF  
octobre 1947 mai 1953 Jean Verbeurgt[99]
(1904-1968)
PCF Électricien
mai 1953 mars 1989 Henri Longuet CD
puis DVD
Industriel
Député de Seine-et-Oise (15e circ.) (1958 → 1962)
Conseiller général de Longjumeau (1958 → 1964)
Conseiller général de Viry-Châtillon (1967 → 1982)
mars 1989 juin 1995 Jacques Chastel UDF Ingénieur
Conseiller général de Viry-Châtillon (1982 → 2001)
juin 1995 janvier 2006[100] Gabriel Amard PS Formateur
Conseiller régional d'Île-de-France (1998 → 2001)
Conseiller général de Viry-Châtillon (2001 → 2008)
Vice-président du conseil général de l'Essonne (2001 → 2004)
Président de la CA Les Lacs de l’Essonne (2004 → 2014)
Démissionnaire
janvier 2006 avril 2014[101] Simone Mathieu PS
puis PG
Retraitée de la fonction publique
avril 2014[102],[103] En cours
(au 30 octobre 2018[104])
Jean-Marie Vilain[105] UDI[106] Fonctionnaire de catégorie C à l'Assemblée nationale
Vice-président de l'EPT Grand-Orly Seine Bièvre (2016 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026
Suppléant du député LREM Robin Reda

Démocratie participative[modifier | modifier le code]

La municipalité a instauré cinq conseils de quartier[107] et un conseil municipal des enfants[108]

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

Au niveau local, la commune s’est engagée en 2003 dans une procédure de définition d’un Agenda 21[109] toujours en cours d’élaboration.

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

Les efforts d’embellissement de la commune lui valent d’être récompenser par trois fleurs aux concours des villes et villages fleuris[110].

Jumelages[modifier | modifier le code]

[[Image:|200px|Localisation des villes jumelées avec Viry-Châtillon]]

Viry-Châtillon a développé des associations de jumelage avec[111]:

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Aujourd’hui[Quand ?] sixième commune du département en nombre d’habitants[réf. nécessaire], Viry-Châtillon a longtemps été un village de pêcheurs et agriculteurs en bord de Seine pour ensuite connaître une croissance vertigineuse de sa démographie au XXe siècle.

Alors qu'en 1790, les communes de Viry-sur-Orge et Châtillon-sur-Seine fusionnaient, le premier recensement des personnes organisé en 1793 dénombrait quatre-cent huit habitants dans la nouvelle commune, qui voyait cependant sa population chuter pour atteindre en 1821 son plus bas niveau avec seulement trois cent soixante-six résidents. Après un soubresaut en 1831 et une nouvelle chute en 1836, l’évolution fut constamment à la hausse dépassant les cinq cents personnes en 1846, les six cents habitants en 1866, portée par l’ouverture de la ligne Villeneuve-Saint-Georges - Montargis en 1867, avant une chute à cinq cent quarante-et-un habitants en 1872, consécutivement aux lourdes pertes de la guerre franco-prussienne de 1870. L’évolution repartit à la hausse rapidement, la commune comptant déjà mille cent dix résidents en 1886 et mille cinq cent quarante en 1901.

L'industrialisation, l'ouverture de Port-Aviation en 1909 et la mode du pavillon de banlieue permit à la commune de poursuivre sa croissance, comptant plus de deux mille habitants en 1911, plus de cinq mille six cents en 1926 et déjà neuf mille deux cent trente-quatre habitants en 1936.

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l’exode rural, le baby boom puis l’afflux de Français originaires d'Algérie vers la région capitale entraînèrent un important besoin de nouveaux logements et le lotissement de vastes territoires jadis agricoles. La commune connu alors un développement exponentiel de sa population, passant de dix mille habitants en 1954 à vingt-trois mille en 1962 et plus de trente-deux mille en 1975, pic démographique.

Les années 1980 connurent sur le territoire un relatif rééquilibrage des résidents au profit des banlieues plus éloignées, Viry-Châtillon perdit alors des habitants, n’en comptant plus que trente mille deux cent vingt-quatre en 1982. Le recensement intervenu en 2006 montre que les projets immobiliers récents lui permettent de renouer avec la croissance démographique, elle atteignait à cette date trente-et-un mille deux cent cinquante-deux habitants permanents.

Avec 10,5 % de la population de nationalité étrangère en 2006, l’immigration compte pour une part relativement importante dans cette croissance démographique[114]. En 1999, parmi cette population étrangère, 3,3 % était Portugais, 1,4 % Algériens, 1,1 % Marocains, 0,6 % Italiens, 0,3 % Tunisiens et Turcs et 0,2 % Espagnols[115].

En 2007, la part d'immigrés est de 33 % dans la commune[116].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[117],[Note 4].

En 2021, la commune comptait 31 045 habitants[Note 5], en augmentation de 0,69 % par rapport à 2015 (Essonne : +2,94 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
408373380366404389462533550
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5645756635416698731 1101 1821 409
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5401 8242 2722 7665 6608 4429 2349 49510 622
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
23 59827 04532 41130 22430 58030 25731 25231 65530 575
2021 - - - - - - - -
31 045--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[54] puis Insee à partir de 2006[118].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 40,7 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (39,9 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 20,3 % la même année, alors qu'il est de 20,1 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 14 418 hommes pour 16 288 femmes, soit un taux de 53,05 % de femmes, largement supérieur au taux départemental (51,02 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[119]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,4 
5,3 
75-89 ans
7,8 
12,9 
60-74 ans
12,5 
18,7 
45-59 ans
18,4 
20,9 
30-44 ans
20,3 
17,9 
15-29 ans
18,6 
23,9 
0-14 ans
21,0 
Pyramide des âges du département de l'Essonne en 2021 en pourcentage[120]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,4 
5,4 
75-89 ans
7,2 
12,9 
60-74 ans
13,9 
20 
45-59 ans
19,4 
19,9 
30-44 ans
20,1 
20 
15-29 ans
18,2 
21,3 
0-14 ans
19,8 

Culture[modifier | modifier le code]

La commune de Viry-Châtillon dispose en 2009 de plusieurs lieux d’accès à la culture avec la médiathèque installée dans l’espace culturel Condorcet, complétée par la bibliothèque Montesquieu, l’espace culturel Edmond Delfour et les maisons des jeunes et de la culture Saint-Exupéry, Aimé Césaire et Maryse Bastié. Cette offre est complétée par le théâtre de verdure, le théâtre de L’Envol, animé par la compagnie de théâtre résidente L’Amin[121] et par le cinéma Le Calypso totalisant cinq cent trente-huit places dans trois salles et classé « Art et Essai »[122]. Une ludothèque et la maison de la musique Marc-Antoine Charpentier complètent l’offre d’éducation culturelle à destination des enfants[123].

Sports[modifier | modifier le code]

Vue du parc des sports Henri Longuet depuis le lac.

Le sport à Viry-Châtillon est encadré par l’école municipale des Sports pour les plus jeunes et l’office municipal des Sports pour les adultes. La commune dispose sur son territoire de plusieurs infrastructures permettant la pratique de diverses activités.
La plus importante par sa taille est le parc des sports Henri Longuet, d’une capacité de 5 700 places qui dispose d’une piste d'athlétisme, d’un terrain de football et de courts de Tennis.
À proximité se trouve la patinoire qui permet la pratique du patinage artistique, du curling et du hockey sur glace et la piscine des Lacs.
S’ajoute la base nautique permettant la pratique du nautisme.
Le stade Éric Durand permet la pratique du rugby (Viry-Châtillon rugby club) et du football (Entente Sportive Viry-Châtillon).
Plusieurs gymnases sont répartis sur le territoire, Du Bellay pour les sports collectifs et le tennis de table, Albert Camus pour la danse, le karaté et la lutte, Léo Lagrange pour le basket-ball, Jules Verne pour le handball et le judo.
La halle des sports est équipée pour l’athlétisme, le tennis et le patin à roulettes.
Le boulodrome Serge Bosredon est accessible à tous, la salle Minerve est dédiée au tennis de table et la salle d'armes est équipée pour l’escrime.

Quarante-deux associations animent la pratique sportive dans la commune[124].
Parmi celles-ci, plusieurs clubs sportifs s’illustrent aux niveaux régionaux et nationaux, dont l’Entente Sportive Viry-Châtillon en football, fondé en 1958 qui évolue en Championnat de France amateur[125] et le Viry-Châtillon Essonne Hockey en hockey sur glace, fondé en 1971 qui évolue en Division 1[126].
La commune partage aussi avec Évry le club d’athlétisme Viry Évry Nord Sud Essonne[127].

La commune a été ville-étape du Tour de France 1993.

Enseignement[modifier | modifier le code]

L’école Notre-Dame.

Les établissements scolaires de Viry-Châtillon sont rattachés à l’académie de Versailles.

En 2010, la commune accueille sur son territoire les écoles maternelles Louise Michel, Victor Hugo, Jean de La Fontaine, Alphonse Daudet, Jean-Pierre Claris de Florian, Charles Péguy, Charles Perrault, Minerve et Les Bleuets, les écoles élémentaires Jules Verne, Roland Cassier, René Descartes et Félix Esclangon et les écoles primaires Albert Camus, Joachim du Bellay et de l’Érable[128].

Toujours en 2010, la poursuite d’études vers le secondaire se font dans les collèges Olivier de Serres, Félix Esclangon et des Sablons sur le territoire communal[129], les élèves doivent ensuite se rendre au lycées Marcel Pagnol d’Athis-Mons, Gaspard Monge ou Jean-Baptiste Corot de Savigny-sur-Orge[130].

À cette offre publique s’ajoute l’ensemble scolaire Notre-Dame Saint-Louis Saint-Clément privé catholique sous contrat avec l’État et sous tutelle diocésaine qui assure la formation de l’école primaire au lycée[131]. En 2009, ce lycée était classé par le magazine L'Express sixième dans le département avec un taux de réussite au baccalauréat toutes filières confondues de 98 % et 100 % pour les filières littéraire et économique et social[132].

Hors périodes scolaires et pour les jeunes enfants, la commune a mis en place des centres de loisirs installés dans les écoles chaque école et dans le bâtiment dédié Paul Éluard. Les structures Suzanne Lacore et Ariane servent de crèche et halte-garderie, elles sont complétées par la halte-garderie Françoise Dolto, la crèche collective Olympe de Gouges, la crèche parentale « Mini-chatouilles Maxi-gribouilles » et le relais d'assistantes maternelles Madeleine Brès[133]. La fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE) est représentée dans les établissements de la commune[134].

Santé[modifier | modifier le code]

La clinique de L’Abbaye.

En 2009, Viry-Châtillon accueille la clinique de convalescence et rééducation fonctionnelle « Le Moulin de Viry » et la clinique psychiatrique de « L’Abbaye » gérées par le réseau ORPEA qui dispose de cent soixante lits[135],[136], les maisons de retraite « Tiers Temps » et « Villa Pierre L’Ermite », l’établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes « Résidence Médicis » et les résidences services seniors « Husson », « Le Coteau » et « La Forêt »[137] et l’institut médico-éducatif « L’Arc-en-Ciel » pour les personnes à mobilité réduite[138].

Deux centres de protection maternelle et infantile[139],[140] sont implantés en 2013 dans la commune, complétés par un centre de planification familiale[141].

Les urgences sont traitées par le centre hospitalier de Juvisy-sur-Orge.

En 2009, quarante-sept médecins[142] et onze chirurgiens-dentistes[143] exercent dans la commune, neuf pharmacies sont installées sur son territoire[144].

Autres services publics[modifier | modifier le code]

Outre les services municipaux, Viry-Châtillon dispose en 2010 de diverses représentations du service public, dont trois bureaux de poste, l'un en centre-ville[145], sur le plateau (dont le maintien paraît, en 2018, menacé[146]) et à la Cilof[147], un point information jeunesse[148], une agence pôle emploi[149].

Le point d'accueil de la CPAM a fermé en 2016 et celle du centre des finances publiques est programmée fin 2018[146].

En 2019, deux offices notariaux sont installés dans la commune[150].

La sécurité est assurée par le bureau de police de Viry-Châtillon rattaché au commissariat de police de Juvisy-sur-Orge[151], la commune dispose sur son territoire d’un centre de secours principal[152].

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de Viry-Châtillon est rattachée au secteur pastoral de Savigny-Viry et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes[153], elle dispose des églises Saint-Denis, Sainte-Bernadette, Notre-Dame des Cités et du Saint-Esprit. Le culte protestant réformé est organisé autour de l’église évangélique libre et de l’association La Parole vivante[154]. L’ancien dispensaire ouvert par l’épouse d’Horace de Choiseul-Praslin abrite aujourd’hui un couvent des diaconesses de Reuilly[155]. Dans l’enceinte d'une résidence privée (anciennement maison de retraite Pierre L’Ermite), se trouve une chapelle dédiée au religieux Pierre l'Ermite[156].

Media[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin d’émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif. L’hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales dans son édition Nord-Essonne comme la station de radio EFM.

Économie[modifier | modifier le code]

Le siège de Renault F1 Team.

Viry-Châtillon est principalement une commune résidentielle avec un espace limité consacré aux industries et aux commerces. La commune est intégrée par l’Insee au bassin d'emploi d’Orly qui regroupait en 2006 trente communes et 469 279 habitants, les Castelvirois représentant 6,66 % de cette population.

Dans cette zone d’emploi, 211 488 personnes avaient un emploi, en 2006, 7,2 % de la population était au chômage[157]. Dans la commune, la population active était évaluée à 15 566 personnes, mais le taux de chômage était fixé à 9,6 %, la commune ne disposant d’ailleurs sur son territoire que de 8 513 emplois, une part importante de la population, 84,3 % exactement, est donc contrainte de se déplacer dans la région pour trouver un emploi.

La commune ne dispose en 2009 que de la zone d'activités industrielle du président Kennedy qui est occupée par notamment par le siège français de Alpine F1 Team[158],[48] et des abords de la route nationale 7 et de la Seine pour accueillir des enseignes de grande distribution. Deux centres commerciaux sont installés dans la commune, l’un sur le plateau, historiquement sous l’enseigne E.Leclerc et dans le centre à l’enseigne Intermarché. Au total, la commune compte neuf cent quarante-huit entreprises sur son territoire et quarante-six furent créées en 2007[159]. Pour remédier à ce relatif déficit de structures et d’emplois, l’intercommunalité a développé une pépinière d'entreprises et deux hôtels d’entreprises[160].

Installée sur le territoire, la chaufferie alimentant le quartier de La Grande Borne est classée au registre français des émissions polluantes pour ses rejets importants de dioxyde de carbone[161]. La situation de la commune en bordure de l’autoroute et à proximité de centres urbains importants lui vaut de disposer en 2009 de quatre hôtels pour un nombre total de deux cent cinquante-trois chambres, la commune n’est cependant pas touristique puisque seulement cinquante-sept logements, soit 0,4 % du parc étaient classés comme résidence secondaire.

Trois marchés se tiennent sous la halle en centre-ville, les mardis, vendredis et dimanches matin[162].

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

La démographie économique de la commune se distingue aussi par la répartition des catégories socioprofessionnelles, les employés et les professions intermédiaires étant nettement surreprésentés par rapport à la moyenne de la zone d’emploi ou du pays, au détriment des catégories supérieures que sont les cadres.

De la même façon, les secteurs des services aux entreprises et de la construction se démarquent fortement dans la commune, ce dernier étant pourtant relativement sous-représenté dans la zone d’emploi et d’autant plus au niveau national. Les travailleurs apparaissent aussi en situation relativement précaire puisque seulement 83 % des hommes et 84 % des femmes salariés disposaient d’un emploi fixe. Cette situation entraîne une relative faiblesse du niveau de vie, le revenu net imposable moyen s’établissant en 2006 à 23 352 euros et 34,7 % de la population était non imposable.

Le revenu fiscal médian par ménage était en 2006 de 18 947 euros, ce qui plaçait Viry-Châtillon au cinq mille cent septième rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages en métropole et au cent soixante-et-onzième rang départemental[163].

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 32 004 , ce qui plaçait Viry-Châtillon au 10 699e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[164].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Viry-Châtillon 0,0 % 5,3 % 13,9 % 29,9 % 30,7 % 20,2 %
Zone d’emploi d’Orly 0,1 % 4,6 % 15,2 % 27,8 % 30,3 % 22,1 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Viry-Châtillon 0,3 % 6,8 % 15,6 % 14,8 % 18,1 % 5,9 %
Zone d’emploi d’Orly 0,5 % 8,1 % 7,2 % 15,0 % 14,3 % 6,3 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[165]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le parc André Leblanc.

Un total de cinquante hectares de parcs et jardins sont répartis sur le territoire communal, les plus importants sont le parc Choiseul à proximité du château, le parc Duparchy en bordure de l'Orge dans le quartier des Coteaux de l’Orge, le parc du Pré aux Bœufs dans le quartier de Châtillon en bordure de la route nationale 7, le parc André Leblanc en centre-ville, le parc à Bateaux et la promenade des bords du lac, aménagées autour de l’étang de la Justice et des Noues de Seine.

Dans le cadre de la préservation de l’environnement, le département a défini comme « Espace naturel sensible » les abords du lac et les bois du parc de Choiseul et du lycée Saint-Louis[166].

Le patrimoine architectural de Viry-Châtillon est constitué de divers éléments, dont certains ont fait l’objet d’un recensement par le ministère de la Culture.

  • L'église Saint-Denis, rue Horace-de-Choiseul, construite au XIIe siècle sur les bases d'une première église, est remarquable pour son clocher recouvert d'un toit d'ardoises. Elle est inscrite aux monuments historiques[167]. En mauvais état, elle a dû être fermée en 2014[168],[169]
  • Le nymphée fut aménagé entre 1674 et 1692 par Mme Despinville, alors propriétaire du domaine, à partir d’éléments de décor plus anciens provenant d’un pavillon du parc, précédemment détruit. La mode des « grottes » artificielles ornées de rocaille apparaît en effet dès la Renaissance.
  • L’immeuble du XVIIe siècle abritant l’institution Saint-Clément classé Monument historique[170].
  • Les bornes révolutionnaires no 11 et 12 balisant l’ancienne route de Corbeil à Versailles, portant un marque de bonnet phrygien sont inscrites aux Monuments historiques[171].
  • Les bâtiments ornant les parcs du Pied de Fer du XVIIe siècle et de Choiseul permettent un classement au titre des jardins remarquables. L’hôtel de ville actuel occupe les locaux de l’ancien château Lacroix, construit en 1845[172].
  • L’actuelle maison des associations occupe la précédente mairie construite en 1888[173].
  • Un lavoir, rue Horace-de-Choiseul, planté à flanc de coteau près de l’église Saint-Denis construit en 1633 subsiste, alimenté par la source Saint-Denis[174]. C'est le dernier des trois dont disposait le village, les deux autres, édifiés sur l'Orge, disparaissent vers 1933[175].
  • Un moulin à vent du XIXe siècle[176].
  • De l’ancien aérodrome de Port-Aviation, ne reste que le bâtiment appelé « mess des officiers », qui abritait l’hôtel à colombages[177]. Labellisé « patrimoine d’intérêt régional » en 2019, le bâtiment racheté par la commune en 1983 mais en mauvais état devrait ainsi pouvoir bénéficier de travaux et, peut-être, rouvrir au public[178].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Viry-Châtillon :

Adolphe Pégoud.
Lucien Bossoutro
Ladji Doucouré.

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]


Blason de Viry-Châtillon.

Les armes de Viry-Châtillon se blasonnent : De gueules au château de deux tours couvertes d'argent, ouvert du champ, ajouré de sable, accompagné de trois annelets d'or[180].

La commune s'est en outre dotée d'un logotype rappelant son passé aéronautique.

Logotype de Viry-Châtillon.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes de l'Essonne - tome 2, Paris, Editions Flohic, , 1053 p. (ISBN 2-84234-126-0), « Viry-Châtillon », p. 995-1003
  • Jeannie Buisson, Viry-sur-Orge Et Châtillon-sur-Seine Au XVIIIe siècle, Amattéis, , 215 p. (ISBN 978-2-86849-084-1)
  • Jeannie Buisson, Viry-Châtillon Sous La Révolution Et L’Empire, Amattéis, , 238 p. (ISBN 978-2-86849-117-6)
  • Jeannie Buisson, Viry-Châtillon, 1815 - 1914-1918, Amattéis, (ISBN 978-2-86849-156-5)
  • Jeannie Buisson, Viry-Châtillon, de 1914 À Nos Jours, Amattéis, (ISBN 978-2-86849-177-0)
  • Collectif d'auteurs, Une ville et ses maires : Viry-Châtillon, Mairie de Viry-Châtillon,
  • Jeannie Buisson, Viry-Châtillon, de la Préhistoire à la Révolution, Amattéis, (ISBN 978-2-86849-207-4)
  • Jeannie Buisson, Des Aéroplanes Aux Lotissements Port-Aviation, Ccinia, (ISBN 978-2-915568-15-8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  2. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite de banlieue lorsqu'elle n'est pas ville-centre, à savoir que sa population est inférieure à 50 % de la population de l’agglomération ou de la commune la plus peuplée. L'unité urbaine de Paris comprend une ville-centre et 406 communes de banlieue.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sites[modifier | modifier le code]

  1. Célébrations du centenaire de Port-Aviation sur le site du ministère de la Culture. Consulté le 02/09/2009.
  2. gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 12/04/2009.
  3. Orthodromie entre Viry-Châtillon et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 20/08/2012.
  4. Orthodromie entre Viry-Châtillon et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 20/08/2012.
  5. Orthodromie entre Viry-Châtillon et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 20/08/2012.
  6. Orthodromie entre Viry-Châtillon et Palaiseau sur le site lion1906.com Consulté le 20/08/2012.
  7. Orthodromie entre Viry-Châtillon et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 20/08/2012.
  8. Orthodromie entre Viry-Châtillon et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 20/08/2012.
  9. Orthodromie entre Viry-Châtillon et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 20/08/2012.
  10. Orthodromie entre Viry-Châtillon et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 20/08/2012.
  11. Orthodromie entre Viry-Châtillon et Milly-la-Forêt sur le site lion1906.com Consulté le 20/08/2012.
  12. Orthodromie entre Viry-Châtillon et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 20/08/2012.
  13. Orthodromie entre Viry-Châtillon et Châtillon-sur-Seine sur le site lion1906.com Consulté le 20/08/2012.
  14. Présentation du lac de Viry sur le site du conseil régional. Consulté le 28/08/2009.
  15. Fiche de la borne géodésique du plateau de la Grande Borne à Viry-Châtillon sur le site de l’Ign. Consulté le 28/08/2009.
  16. Fiche de la borne géodésique du bord de Seine à Viry-Châtillon sur le site de l’Ign. Consulté le 28/08/2009.
  17. Fiche de la borne géodésique du moulin de Viry sur le site de l’Ign. Consulté le 28/08/2009.
  18. Fiche de la borne géodésique de l’hôtel de ville de Viry-Châtillon sur le site de l’Ign. Consulté le 28/08/2009.
  19. %2FF Fiche géologique de Viry-Châtillon sur le site du Brgm. Consulté le 20/08/2012.
  20. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  21. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  22. « Orthodromie entre Viry-Châtillon et Athis-Mons », sur fr.distance.to (consulté le ).
  23. « Station Météo-France « Orly » (commune d'Athis-Mons) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  24. « Station Météo-France « Orly » (commune d'Athis-Mons) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  25. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  26. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  27. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  28. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  29. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  30. Fiche communale d’occupation des sols en 2008 sur le site de l’Iaurif. Consulté le 01/11/2010.
  31. Présentation du projet de réhabilitation des Coteaux de l’Orge sur le site officiel de la commune. Consulté le 28/08/2009.
  32. Fiche du quartier de la Grande Borne sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 29/08/2009.
  33. Fiche du quartier de la Cilof sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 29/08/2009.
  34. Fiche de la ZUF de la Grande Borne sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 29/08/2009.
  35. Fiche du quartier des Coteaux de l’Orge sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 29/08/2009.
  36. Fiche du quartier du Plateau sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 29/08/2009.
  37. Carte de zonage de Viry-Châtillon sur le site de l’Insee. Consulté le 26/02/2011.
  38. Commune : Viry-Châtillon sur sig.ville.gouv.fr
  39. Fiche de la ligne N144 sur le site officiel du service Noctilien. Consulté le 29/08/2009.
  40. Fiche de la ligne N135 sur le site officiel du service Noctilien. Consulté le 29/08/2009.
  41. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  42. a et b Marie-Claire Roux, En arrière toutes! Des villes de banlieue dans la Grande Guerre, Athis-Mons, Maison de Banlieue et de l’Architecture, , 96 p. (ISBN 978-2-9538890-8-6), p. 18-20.
  43. a et b Marie-Claire Roux, En arrière toutes! Des villes de banlieue dans la Grande Guerre, Athis-Mons, Maison de Banlieue et de l’Architecture, , 96 p. (ISBN 978-2-9538890-8-6), p. 35.
  44. Marie-Claire Roux, En arrière toutes! Des villes de banlieue dans la Grande Guerre, Athis-Mons, Maison de Banlieue et de l’Architecture, , 96 p. (ISBN 978-2-9538890-8-6), p. 55-60.
  45. Histoire de la commune sur son site officiel. Consulté le 02/09/2009.
  46. « 14-18 : ce terrain a accueilli 598 pilotes du monde entier », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. Site du parisien, page "Viry a déjà eu un télésiège"
  48. a et b Laurent Degradi, « Viry-Châtillon : l’usine Renault Sport va pouvoir s’étendre : Bientôt, un nouveau bâtiment permettra au constructeur auto de se développer au sein d’une zone d’activités Kennedy en plein renouveau et vecteur d’emplois », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ) « L’an dernier, Renault a soufflé les quarante bougies de l’arrivée de son usine dédiée à la Formule 1 à Viry-Châtillon. Un moment menacée, l’implantation de la marque au losange sur la commune sera finalement pérennisée ».
  49. « Policiers : leur légitime défense alignée sur celle des gendarmes », sur La Dépêche, .
  50. Syndicat de l'Orge, « Morte Rivière, renforcer la protection des riverains », sur youtube.com, (consulté le ).
  51. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  52. Décret no 67-589 du 20 juillet 1967 portant création des cantons des nouveaux départements de la région parisienne, Journal officiel du 22 juillet 1967 p. 7357, sur Légifrance. Consulté le 12/3/2019.
  53. Décret no 75-1116 du 25 novembre 1975 portant création de cantons et modification de circonscriptions cantonales dans le département de l'Essonne, Journal officiel du 7 décembre 1975 p. 12467 sur Légifrance, Consulté le 12 mars 2019.
  54. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  55. Organisation juridictionnelle sur le site du ministère de la Justice. Consulté le 29/08/2009.
  56. Décret n° 2015-1212 du 30 septembre 2015 constatant le périmètre, fixant le siège et désignant le comptable public de la métropole du Grand Paris, sur Légifrance
  57. Décret n° 2015-1665 du 11 décembre 2015 relatif à la métropole du Grand Paris et fixant le périmètre de l'établissement public territorial dont le siège est à Vitry-sur-Seine sur Légifrance.
  58. Laurent Degradi, « Politique : les maires se sentent « noyés » dans le Grand-Orly Seine Bièvre : La taille de l’établissement public territorial nuit à son bon fonctionnement, selon les maires essonniens qui en font partie », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Comme ses collègues des ex-Portes de l’Essonne, Jean-Marie Vilain, le maire (Les Centristes) de Viry milite pour un EPT autour du Grand Orly. « De Viry à Rungis mais pas au-delà, souhaite-t-il. Sa taille actuelle ne permet pas de travailler sereinement ».
  59. Résultats du référendum 1992 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/08/2009.
  60. « Elections municipales 2014 : à Viry Jean-François Copé accueilli par des manifestants… UMP », sur Le Parisien via canalblog.com, (consulté le )
  61. Florence Méréo, « Municipales à Viry : Jean-Marie Vilain (UDI) largement en tête dans le fief mélenchoniste », sur Le Parisien, (consulté le )
  62. Florence Méréo, « Municipales à Viry : mélenchonistes et socialistes ont fusionné », sur Le Parisien, (consulté le )
  63. Jérôme Lemonnier, « Municipales 2020 en Essonne. Lydie Zénéré-Lima veut redonner "une nouvelle image" à Viry-Châtillon », sur actu.fr, (consulté le )
  64. Hortense de Montalivet et Alexis Cuvillier, « Législatives: le transfuge Reda tractait pour LR le matin même de son investiture par la majorité », sur bfmtv.com, (consulté le )
  65. Site officiel du PS Viry-Châtillon. Consulté le 27/08/2009.
  66. Site officiel du MoDem de Viry-Châtillon. Consulté le 27/08/2009.
  67. Site officiel de l’UMP de Viry-Châtillon. Consulté le 27/08/2009.
  68. Résultats de l’élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 02/08/2009.
  69. Résultats de l’élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 02/08/2009.
  70. Résultats de l’élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 07/05/2012.
  71. « Élection présidentielle de 2017 à Viry-Châtillon », sur interieur.gouv.fr (consulté le )
  72. « Election présidentielle de 2022 à Viry-Châtillon », sur interieur.gouv.fr (consulté le )
  73. Résultats de l’élection législative 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 02/08/2009.
  74. Résultats de l’élection législative 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 02/08/2009.
  75. Résultats de l’élection législative 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2012.
  76. « Elections législatives de 2017 à Viry-Châtillon », sur interieur.gouv.fr (consulté le )
  77. « Elections législatives de 2022 à Viry-Châtillon », sur interieur.gouv.fr (consulté le )
  78. Résultats de l’élection européenne 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 02/08/2009.
  79. Résultats de l’élection européenne 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 02/08/2009.
  80. Résultats de l’élection européenne 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 12/10/2014.
  81. « Élections européennes de 2019 à Viry-Châtillon », sur interieur.gouv.fr (consulté le )
  82. Résultats de l’élection régionale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 02/08/2009.
  83. Résultats de l’élection régionale 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/03/2010.
  84. Résultats de l’élection régionale 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/12/2015.
  85. « Elections régionales de 2021 à Viry-Châtillon », sur interieur.gouv.fr (consulté le )
  86. Résultats de l’élection cantonale 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 02/08/2009.
  87. Résultats de l’élection départementale 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16/05/2014.
  88. « Elections départementales de 2015 à Viry-Châtillon », sur interieur.gouv.fr (consulté le )
  89. « Elections départementales de 2021 à Viry-Châtillon », sur interieur.gouv.fr (consulté le )
  90. Résultats de l’élection municipale 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 02/08/2009.
  91. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 28/01/2013.
  92. Jérôme Lemonnier, « Une campagne très politisée à Viry-Châtillon : À cinq mois des élections municipales, les différents camps s’activent autour de leurs candidats à la mairie de Viry-Châtillon. La gauche et la droite devraient se présenter divisées à la veille du premier tour. Une cinquième liste pourrait bien s’immiscer dans cette campagne qui sera très politisée », Essonne info,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  93. Rémi Poirier, « Viry-Châtillon : retour à droite ? : Elle est l’une des sept villes de plus de 30 000 habitants en Essonne, après être passée de droite à gauche en 1995 et reconduit en 2001 et 2008. Cette année la ville a de fortes chances de repasser à droite avec un conseiller municipal d’opposition Jean Marie Vilain, très actif sur le terrain. La municipalité est engluée avec le problème d’installation de camps de Roms dans la ville. La candidature du socialiste Dominique Lebreton ne va pas aider la maire sortante et ceci malgré la candidature de l’ancienne députée de la circonscription. », L'Essonnien - L'info en Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  94. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 02/08/2009.
  95. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 02/08/2009.
  96. Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org (consulté le 12 juin 2009)
  97. Notice biographique de BOISSÉ Lucien sur le Maitron en ligne
  98. Notice biographique de LEBLANC André, Paul, Gabriel sur le Maitron en ligne
  99. Notice biographique de VERBEURGT Jean sur le Maitron en ligne
  100. Olivier Bureau, « Le maire démissionne », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne) « Pour sa succession, Gabriel Amard, attaché à la parité, soutient Simone Mathieu, adjointe au maire déléguée à l'éducation et au développement durable. Elle devrait être logiquement élue maire début janvier en conseil municipal, faisant de Viry la seule commune de plus de 30 000 habitants gérée par une femme ».
  101. « L'ancienne maire de Viry a démissionné du conseil municipal », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ) « en avril, l'ancienne maire de Viry, passée dans l'opposition il y a un an lorsque Jean-Marie Vilain (UDI) lui arrachait la ville, a démissionné de son mandat de conseillère municipale ».
  102. Jérôme Lemonnier, « Viry-Châtillon : Jean-Marie Vilain prend le pouvoir : Défaite cuisante à Viry-Châtillon pour la maire sortante Simone Mathieu face à Jean-Marie Vilain qui l’emporte pour la première fois sur un score sans appel », Essonne info,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Ressorti vainqueur avec près de deux tiers des suffrages, le candidat UDI, soutenu par l’UMP a fait carton plein ce dimanche soir. Il est arrivé en tête raflant 64,94% contre 35,06% pour la maire sortante, Simone Mathieu, avec un taux de participation de 56,27% ».
  103. Rémi Poirier, « Jean Marie Vilain, le nouveau maire de Viry-Châtillon : Ce samedi matin, avait lieu le conseil d’intronisation du nouveau maire de la ville, ce sont de 600 à 700 personnes venues assistées à l’élection de celui-ci », L'Essonnien - L'info en Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  104. Martine Bréson, « Les élus locaux sont en colère face à la disparition des services publics : Jean-Marie Vilain, maire de Viry-Châtillon : Jean-Marie Vilain maire de Viry-Châtillon (Essonne) était l'invité de France Bleu Paris à 8h15. Il a expliqué pourquoi les maires étaient en colère face à la disparition des services publics dans leur commune. Regardez son interview à la fin de cet article », L'invité du matin, sur francebleu.fr, (consulté le ).
  105. « Le maire », Ma mairie, sur viry-chatillon.fr (consulté le ).
  106. [1]
  107. Présentation des conseils de quartier sur le site officiel de la commune. Consulté le 29/08/2009.
  108. Présentation du conseil municipal des enfants sur le site officiel de la commune. Consulté le 29/08/2009.
  109. Présentation de l’Agenda 21 communal sur le site officiel de la commune. Consulté le 31/08/2009.
  110. Palmarès départemental des villes et villages fleuris sur le site de l’association. Consulté le 31/08/2009.
  111. Liste des associations de jumelage sur le site officiel de la commune. Consulté le 30/08/2009.
  112. Fiche du jumelage avec Erftstadt sur le site du ministère français des Affaires étrangères. « Copie archivée » (version du sur Internet Archive) Consulté le 09/01/2013.
  113. Fiche du jumelage avec Wokingham sur le site du ministère français des Affaires étrangères. « Copie archivée » (version du sur Internet Archive) Consulté le 09/01/2013.
  114. Répartition de la population par nationalité en 2006 sur le site de l’Insee. Consulté le 2/08/2009.
  115. Répartition par nationalités détaillées en 1999 sur le site de l’Insee. Consulté le 27/08/2009.
  116. La population immigrée en Essonne: caractéristiques générales et approches thématiques, Centre de Ressources Politique de la Ville en Essonne, 9 février 2012, p. 14.
  117. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  118. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  119. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Viry-Châtillon (91687) », (consulté le ).
  120. Insee, « Évolution et structure de la population en 2021 - Département de l'Essonne (91) », (consulté le ).
  121. Site officiel du théâtre de L’Envol. Consulté le 30/08/2009.
  122. Liste des salles de cinéma classées Art et Essai sur le site de l’association. Consulté le 30/08/2009.
  123. Présentation des centres de loisirs et de la ludothèque sur le site officiel de la commune.
  124. Présentation des associations et installations sportives sur le site officiel de la commune. Consulté le 30/08/2009.
  125. Site officiel de l’ESViry. Consulté le 30/08/2009.
  126. Site officiel des Jets de Viry. Consulté le 30/08/2009.
  127. Site officiel du Vense. Consulté le 30/08/2009.
  128. Liste des écoles publiques du département sur le site de l’Inspection académique de l’Essonne. Consulté le 01/09/2010.
  129. Liste des établissements du second degré en Essonne sur le site de l’Académie de Versailles. Consulté le 05/10/2010.
  130. Sectorisation des établissements scolaires du département sur le site de l’Inspection académique. Consulté le 30/08/2009.
  131. Site officiel de l’ensemble Notre-Dame Saint-Clément Saint-Louis. Consulté le 30/08/2009.
  132. Classement 2009 des lycées sur le site de l’Express. Consulté le 30/08/2009.
  133. Présentation des lieux d’accueil de petite enfance sur le site officiel de la commune. Consulté le 30/08/2009.
  134. Page de la FCPE de Viry sur le site départemental de la fédération. Consulté le 30/08/2009.
  135. Fiche de la clinique Le Moulin de Viry sur le site du réseau Orpea. Consulté le 30/08/2009.
  136. Fiche de la clinique de L’Abbaye sur le site du réseau Orpea. Consulté le 30/08/2009.
  137. Liste des établissements d’accueil du troisième âge sur l’annuaire sanitaire et social. Consulté le 30/08/2009.
  138. Liste des établissements d’enseignement spécialisés sur le site de l’Inspection académique de l’Essonne. « Copie archivée » (version du sur Internet Archive) Consulté le 30/08/2009.
  139. Fiche du PMI Suzanne Lacare sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 16/01/2013.
  140. Fiche du PMI Ambroise Paré sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 16/01/2013.
  141. Fiche du centre de planification familiale sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 16/01/2013.
  142. Annuaire des médecins sur le site du Conseil national de l’Ordre. Consulté le 30/08/2009.
  143. Annuaire des chirurgiens-dentistes sur le site de l’Ordre national. Consulté le 30/08/2009.
  144. Annuaire des pharmacies sur le site de l’Ordre national. Consulté le 30/08/2009.
  145. Coordonnées de l'agence postale de Viry-Châtillon Centre sur le site officiel de La Poste. Consulté le 14/11/2010.
  146. a et b Gérald Moruzzi, « Le ras-le-bol des élus de Viry-Châtillon contre la disparition des services publics : La CPAM disparue, le centre des finances publiques fermé à la fin de l’année, un bureau de poste en sursis… L’édile se demande « jusqu’où cela va aller » », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  147. Coordonnées de l'agence postale de Viry-Châtillon Cilof sur le site officiel de La Poste. Consulté le 14/11/2010.
  148. Coordonnées du point information jeunesse sur le site des services publics en Essonne. Consulté le 30/08/2009.
  149. Coordonnées du Pôle Emploi sur le site des services publics en Essonne. Consulté le 30/08/2009.
  150. « Offices notariaux ».
  151. Organisation de défense et sécurité sur le site de la préfecture de l’Essonne. Consulté le 30/08/2009.
  152. Carte des centres de secours sur le site du SDIS91. Consulté le 30/08/2009.
  153. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 30/08/2009.
  154. Annuaire des églises protestantes du département sur le site eglises.org Consulté le 30/08/2009.
  155. Fiche du Benoist-Préau sur le site topic-topos.com Consulté le 31/08/2009.
  156. Fiche de la chapelle Pierre L’Ermite sur le site topic-topos.com Consulté le 31/08/2009.
  157. « %5CDL_ZE19901144.pdf Données statistiques de la zone d’emploi d’Orly sur le site de l’Insee. »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 31/08/2009.
  158. Site officiel de Renault F1 Team. Consulté le 31/08/2009.
  159. « %5CCOM%5CDL_COM91687.pdf Données statistiques communales sur le site de l’Insee. »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 31/08/2009.
  160. Présentation des structures d’aide à l’entreprise sur le site officiel de la commune. Consulté le 31/08/2009.
  161. Fiche de la chaufferie de la Grand Borne sur la base iREP du ministère de l’Écologie. Consulté le 31/08/2009.
  162. Annuaire des marchés sur le site Marchés de France. Consulté le 25/04/2011.
  163. « Résumé statistique national des communes sur le site de l’Insee. »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 26/10/2009.
  164. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  165. Rapport statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 05/07/2009.
  166. Carte des ENS de Viry-Châtillon sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 31/08/2009.
  167. « église », notice no PA00088045, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  168. « Viry-Châtillon : pas de réouverture en vue à l'église », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  169. Laurent Degradi, « Viry-Chatillon espère rouvrir son église du XIIe siècle : Fermée pour raisons de sécurité depuis 2013, l'église Saint-Denis fait l'objet d’études d’experts qui pourraient donner leur feu vert à une réouverture prochaine », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  170. « immeuble, actuellement institut Saint-Clément », notice no PA00088046, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  171. « Bornes n° 11 et 12 à bonnet phrygien », notice no PA00088044, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  172. Fiche de l’hôtel de ville sur le site topic-topos.com Consulté le 31/08/2009.
  173. Fiche de l’ancienne mairie sur le site topic-topos.com Consulté le 31/08/2009.
  174. Fiche du lavoir Saint-Denis sur le site topic-topos.com Consulté le 31/08/2009.
  175. « Le lavoir de Viry-Chatillon inscrit au « patrimoine d’intérêt régional » : Le site, construit dans la partie la plus ancienne de Viry, vient d’être labellisé par la région Ile-de-France. Ce qui permettra d’engager des travaux », Le Parisien, édition de l'essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  176. Fiche du moulin à vent de Viry sur le site topic-topos.com Consulté le 31/08/2009.
  177. Fiche de l’hôtel de Port-Aviation sur le site topic-topos.com Consulté le 31/08/2009.
  178. Laurent Degradi, « Viry-Châtillon : les vestiges du premier aérodrome au monde bientôt restaurés : Le mess des officiers de Port-Aviation va recevoir le label « patrimoine d’intérêt régional ». Une distinction qui permettra à la ville d’obtenir des subventions pour sa réhabilitation », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  179. (ca) « Lluís Companys i el seu fill Lluïset – Documents de Lluís Companys i Micó, fill del president » (consulté le ).
  180. Blasonnement sur le site de Gaso, la banque du blason. Consulté le 01/08/2009.