Moret-Loing-et-Orvanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Moret-Loing-et-Orvanne
Moret sur Loing - panoramio (1).jpg
Moret-sur-Loing - 2014-09-08 - IMG 6162.jpg Eglise d Ecuelles DSC 0313.jpg
Écuelles Menhir dit La pierre droite.jpg Moret-sur-Loing (77), porte de Bourgogne et moulin sur le Loing.JPG Moret-sur-Loing (77), la poterne 1.JPG
Ecuelles-2012-02.jpg Moulin Provencher Moret Loing Orvanne 3.jpg
Veneux-les-Sablons Porte Nadon.jpg Épisy église.jpg
De haut en bas et de gauche à droite : panorama de Moret-sur-Loing; l'église Notre-Dame de Moret-sur-loing; l'église Saint-Rémi d'Écuelles; le menhir d'Écuelles; le moulin Gratiot et la porte de Bourgogne à Moret-sur-Loing; la poterne de Moret-sur-Loing; vue sur le lac d'Orvanne; le moulin Provenchère à Moret-sur-Loing; la porte Nadon à Veneux-les-Sablons; l'église Saint-Pierre-aux-Liens d'Épisy.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Fontainebleau
Intercommunalité Communauté de communes Moret Seine et Loing
(siège)
Maire
Mandat
Dikran Zakeossian (DVG)
2020-2026
Code postal 77250
Code commune 77316
Démographie
Population
municipale
12 110 hab. (2018)
Densité 363 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 21′ 53″ nord, 2° 49′ 27″ est
Altitude Min. 45 m
Max. 107 m
Superficie 33,4 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Champagne-sur-Seine
(ville-centre)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Montereau-Fault-Yonne
Législatives 3e circonscription de Seine-et-Marne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Moret-Loing-et-Orvanne
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Moret-Loing-et-Orvanne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moret-Loing-et-Orvanne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moret-Loing-et-Orvanne
Liens
Site web moret-loing-et-orvanne.fr

Moret-Loing-et-Orvanne est, depuis le , une commune nouvelle française située au sud du département de Seine-et-Marne en région Île-de-France. En 2018, elle compte 12 110 habitants.

Elle est issue du regroupement de la commune nouvelle de Moret Loing et Orvanne (sans traits d'union entre les mots), qui a existé pendant l'année 2016, et de la commune de Veneux-les-Sablons.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation de la commune dans le département de Seine-et-Marne.

Moret-Loing-et-Orvanne est située en lisière de la forêt de Fontainebleau, aux bords du Loing et à proximité du confluent de la Seine. L'Orvanne et le Lunain serpentent dans les alentours, non loin du canal du Loing, creusé pour faciliter la navigation fluviale.

La commune se situe à 26,34 km par la route[Note 1] de Melun[1], préfecture du département, à 9,80 km de Fontainebleau[2], sous-préfecture et à 12,09 km de Montereau-Fault-Yonne[3], bureau centralisateur du canton de Montereau-Fault-Yonne dont dépend la commune depuis 2015. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Champagne-sur-Seine[4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes les plus proches[Note 2] sont[5] : Saint-Mammès (1,5 km), Champagne-sur-Seine (2,8 km), Vernou-la-Celle-sur-Seine (2,9 km), Thomery (4,4 km), Villecerf (5,7 km), La Grande-Paroisse (6,7 km).

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Carte montrant en couleurs le zonage géologique simplifié d'une commune
Carte géologique vectorisée et harmonisée de Moret-Loing-et-Orvanne.

Moret-Loing-et-Orvanne est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[6].

L'altitude varie de 45 mètres à 107 mètres pour le point le plus haut, le centre de la commune se situant à environ 56 mètres d'altitude (mairie)[Carte 1].

Géologiquement intégré au bassin parisien, qui est une région géologique sédimentaire, l'ensemble des terrains affleurants de la commune sont issus de l'ère géologique Cénozoïque (des périodes géologiques s'étageant du Paléogène au Quaternaire)[7],[8].

Géologie de la commune de Moret-Loing-et-Orvanne selon l'échelle des temps géologiques[7],[8].
Ères Périodes géologiques Époques géologiques Nature des sols
Cénozoïque Quaternaire Holocène
OE C : Lœss calcaire, limon calcaire.
LP : Limon des plateaux de composition argilo-marneuse.
Fz : Alluvions récentes : limons, argiles, sables, tourbes localement.
Fy : Alluvions anciennes (basse terrasse de 0–10 m) : sables et graviers colluvions alluvions et apports éoliens.
Fw : Alluvions anciennes de haute terrasse (terrasse de 20–30 m) : sables et graviers.
Fv : Alluvions anciennes (terrasse de 45–55 m) : sables et graviers (= Cailloutis de Sénart).
Pléistocène
Néogène Pliocène non présent.
Miocène non présent.
Paléogène Oligocène
g1GF : Grès de Fontainebleau en place ou remaniés (grésification quaternaire de sables stampiens dunaires).
g1SF : Sables de Fontainebleau, accessoirement grès en place ou peu remanié (versant).
g1CB : Calcaire de Brie stampien et meulières plio-quaternaire indifférenciées.
g1AR : Argile verte, Glaises à Cyrènes et/ou Marnes vertes et blanches (Argile verte de Romainville).
Éocène
e7C : Calcaire de Champigny, Calcaire de Château-Landon, Marnes de Nemours.
e4AP : Argile plastique sables et grès.
e4PP : Poudingue à chailles conglomérat à silex Formation de Pers-en-Gâtinais (Loiret).
Paléocène non présent.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseaux hydrographiquex de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier de Moret-Loing-et-Orvanne.

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées pour le détail des systèmes hydrographiques de chacune d'elles (voir hydrographie d'Écuelles, d'Épisy, de Montarlot, de Moret-sur-Loing et de Veneux-les-Sablons).

Les principaux cours d'eau et aqueducs traversant ou longeant la commune de Moret-Loing-et-Orvanne sont :

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 46,57 km[9],[10],[11],[12],[13].

Gestion des cours d'eau[modifier | modifier le code]

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l'eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles : le SDAGE, à l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE, à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Le département de Seine-et-Marne est couvert par six SAGE, au sein du bassin Seine-Normandie[14].

La commune fait partie du SAGE « Nappe de Beauce et milieux aquatiques associés », approuvé le . Le territoire de ce SAGE couvre deux régions, six départements et compte 681 communes, pour une superficie de 9 722 km2[15]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le Syndicat mixte du pays Beauce Gâtinais en Pithiverais, qualifié de « structure porteuse »[16].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 11,5 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 4,9 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 15,6 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 703 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : -1,3 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : -2,9 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[17].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[18]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[17]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[19]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 30 km à vol d'oiseau[20], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[21] à 11,6 °C pour 1991-2020[22].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[23],[24].

Les espaces protégés suivants sont présents sur la commune :

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones spéciales de conservation (ZSC) et de Zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[30].

Trois sites Natura 2000 ont été définis sur la commune au titre de la « directive Habitats »[31],[Carte 2] :

  • le « Massif de Fontainebleau », d'une superficie de 28 063 haCet espace constitue le plus ancien exemple français de protection de la nature. Les alignements de buttes gréseuses alternent avec les vallées sèches. Les conditions de sols, d'humidité et d'expositions sont très variées. La forêt de Fontainebleau est réputée pour sa remarquable biodiversité animale et végétale. Ainsi, elle abrite la faune d'arthropodes la plus riche d'Europe (3 300 espèces de coléoptères, 1 200 de lépidoptères) ainsi qu'une soixantaine d'espèces végétales protégées[32] ;
  • la « Basse vallée du Loing », d'une superficie de 76,84 ha, localisée sur des alluvions modernes et anciennes des vallées du Loing et du Lunain. La tourbière alcaline d’Episy représente un des hauts lieux floristiques franciliens avec six espèces végétales protégées[33],[34] ;
  • les « Rivières du Loing et du Lunain », d'une superficie de 400 ha, deux vallées de qualité remarquable pour la région Île-de-France accueillant des populations piscicoles diversifiées dont le Chabot, la Lamproie de Planer, la Loche de Rivière et la Bouvière[35],[36].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal de Moret-Loing-et-Orvanne comprend dix ZNIEFF de type 1[Note 4],[37],[Carte 3] :

  • les « Bois de Malassis, marais et étang de Montarlot et coteaux adjacents » (207,46 ha)[38] ;
  • le « Coteau calcaire de la Montagne Creuse » (21,31 ha), couvrant 2 communes du département[39] ;
  • le « Coteau de la vallée Droite et vallée aux Loups » (25,98 ha), couvrant 2 communes du département[40] ;
  • les « Coteaux de la vallée du Cygne » (7,62 ha)[41] ;
  • le « Chêne Rond et la Vallée aux Anes » (22,43 ha)[42] ;
  • le « Marais du Lutin » (36,28 ha)[43] ;
  • le « Massif de Fontainebleau » (20 711,14 ha), couvrant 18 communes dont 17 en Seine-et-Marne et 1 dans l'Essonne[44] ;
  • la « Plaine de Sorques » (119,55 ha), couvrant 2 communes du département[45] ;
  • la « prairie et bois du Vieux Pont » (49,69 ha)[46] ;
  • la « prairie la Trentaine » (61,56 ha)[47] ;

et trois ZNIEFF de type 2[Note 5],[37] :

  • le « Marais d'Épisy » (50,11 ha)[48] ;
  • la « vallée de la Seine entre Melun et Champagne-sur-Seine » (1 062,65 ha), couvrant 15 communes du département[49] ;
  • la « vallée de la Seine entre Vernou et Montereau » (1 626,19 ha), couvrant 8 communes du département[50].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Moret-Loing-et-Orvanne est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[51],[52],[53]. Elle appartient à l'unité urbaine de Champagne-sur-Seine, une agglomération intra-départementale regroupant 5 communes[54] et 27 934 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[55],[56].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire regroupe 1 929 communes[57],[58].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (56,24 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (61,23 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (45,77 %), forêts (19,53 %), zones urbanisées (11,56 %), prairies (5,86 %), zones agricoles hétérogènes (4,61%), mines, décharges et chantiers (3,59 %), eaux continentales[Note 8] (3,32 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (2,02 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,90 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,85 %)[59].

Occupation des sols en 1990 et 2018[59].
Type d’occupation 1990 2018 Bilan
Territoires artificialisés
(zones urbanisées, zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication, mines, décharges et chantiers, espaces verts artificialisés ou non agricoles)
428,08 ha 14,58 % 558,11 ha 19,01 % 130,03 ha en augmentation
Territoires agricoles
(terres arables, cultures permanentes, cultures permanentes, zones agricoles hétérogènes)
1 797,87 ha 61,23 % 1 651,36 ha 56,24 % −146,51 ha en diminution
Forêts et milieux semi-naturels
(forêts, milieux à végétation arbustive et/ou herbacée, cultures permanentes, zones agricoles hétérogènes, espaces ouverts sans ou avec peu de végétation)
613,33 ha 20,89 % 629,11 ha 21,43 % 15,79 ha en augmentation
Surfaces en eau
(eaux continentales, eaux maritimes)
96,77 ha 3,30 % 97,46 ha 3,32 % 0,69 ha en augmentation

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[60],[61],[Carte 4]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 5].

Planification[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document d’orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle et à un horizon de 20 ans et s'imposant aux documents d'urbanisme locaux, les PLU (Plan local d'urbanisme). La commune est dans le territoire du SCOT Seine et Loing, dont le projet a été arrêté le , porté par le syndicat mixte d’études et de programmation (SMEP) Seine et Loing rassemblant à la fois 44 communes et trois communautés de communes[62].

La commune disposait en 2019 d'un plan local d'urbanisme en révision[63]. Le zonage réglementaire et le règlement associé peuvent être consultés sur le Géoportail de l'urbanisme[Carte 6].

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Carte du cadastre de la commune de Moret-Loing-et-Orvanne.

La commune de Moret-Loing-et-Orvanne compte 112 lieux-dits administratifs répertoriés[64].

Logement[modifier | modifier le code]

Logements[65] Nombre en 2007 % en 2007 nombre en 2012 % en 2012 nombre en 2017 % en 2017
Total 5 697 100 % 5 875 100 % 5 959 100 %
Résidences principales 5 106 89,6 % 5 140 87,5 % 5 223 87,6 %
→ Dont HLM 263 5,1 % 268 5,2 % 254 4,9 %
Résidences secondaires et
logements occasionnels
256 4,5 % 225 3,8 % 241 4,0 %
Logements vacants[Note 9] 334 5,9 % 510 8,7 % 495 8,3 %
Dont :
→ maisons 4 396 77,2 % 4 595 78,2 % 4620 77,5 %
→ appartements 1 199 21,0 % 1 196 20,4 % 1 248 20,9 %

Selon les données du recensement de 2016, la part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 72,6 % contre 25,4 % de locataires[66], dont 5,4 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 10] et 2 % logés gratuitement.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La ligne de chemin de fer de Paris à Marseille traverse le territoire de la commune du nord-ouest, en provenance de Melun, au sud-est, en direction de Montereau-Fault-Yonne. Le viaduc de Saint-Mammès permet à ligne de franchir la rivière le Loing entre Moret-Loing-et-Orvanne et Saint-Mammès. Par ailleurs, la ligne de Moret - Veneux-les-Sablons à Lyon-Perrache y a son origine ; elle se dirige vers le sud-ouest en direction de Montargis.

Plusieurs routes départementales relient Moret-Loing-et-Orvanne aux communes voisines :

  • la D 22, à Villecerf, au sud-est ;
  • la D 40, à La Genevraye, au sud-ouest ;
  • la D 104, à Fontainebleau, à l'ouest ;
  • la D 138, à Fontainebleau, au nord-ouest ;
  • la D 148, à Montigny-sur-Loing, au nord-ouest ; à Villemer, au sud ;
  • la D 218, à Saint-Mammès, au nord ; à Villecerf, au sud ;
  • la D 606 (l'ancienne route nationale 6), Fontainebleau, au nord-ouest ; à La Grande-Paroisse, à l'est ;
  • la D 302 (la portion de l'ancienne N 6 qui traversait Moret-sur-Loing avant sa déviation), à Fontainebleau, au nord-ouest ; à La Grande-Paroisse, à l'est.

Le canal du Loing traverse la commune du sud-est au nord et rejoint la rivière Le Loing à la limite entre Moret-Loing-et-Orvanne et Saint-Mammès.

Transports[modifier | modifier le code]

La gare de Moret-Veneux-les-Sablons.

La gare de Moret-Veneux-les-Sablons, située sur le territoire de la commune de Moret-Loing-et-Orvanne, est desservie par les trains de la ligne R du Transilien effectuant les liaisons Paris - Montereau et Paris - Montargis, ainsi que par les trains du réseau TER Bourgogne-Franche-Comté effectuant la liaison Paris - Laroche-Migennes.

Moret-Loing-et-Orvanne est desservie par plusieurs lignes de bus du réseau Transdev Île-de-France[67],[68] :

  • sept lignes lignes du réseau d'autocars Transdev Nemours[69] :
    • la ligne no 202, qui relie Villemer à Moret-Loing-et-Orvanne ;
    • la ligne no 211, qui relie Villecerf à Moret-Loing-et-Orvanne ;
    • la ligne 7A, qui relie Saint-Pierre-lès-Nemours à Fontainebleau ;
    • la ligne 7B, qui relie Nemours à Avon ;
    • la ligne 8B, qui relie Saint-Pierre-lès-Nemours à Héricy ;
    • la ligne 17A, qui relie Nemours à Héricy ;
    • la ligne 18B, qui relie Saint-Pierre-lès-Nemours à Montereau-Fault-Yonne ;
  • cinq lignes du réseau d'autocars Transdev Interval[70] :
    • la ligne no 203, qui relie Moret-Loing-et-Orvanne à Champagne-sur-Seine ;
    • la ligne no 204, qui relie Saint-Mammès à Moret-Loing-et-Orvanne ;
    • la ligne no 206, qui relie Villecerf à Champagne-sur-Seine ;
    • la ligne no 207, qui relie Villemer à Moret-Loing-et-Orvanne ;
    • la ligne no 208, qui relie Montereau-Fault-Yonne à Fontainebleau.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans un premier temps, Écuelles et Moret-sur-Loing ont fusionné le pour former, sous le régime des communes nouvelles, celle d'Orvanne[71].

L'année suivante, Orvanne fusionne le avec Épisy, Montarlot pour former Moret Loing et Orvanne, également sous le régime de la commune nouvelle. Le nom de cette commune ne comprend pas de traits d'union[72]

Ce mouvement de regroupement s'est poursuivi par le rapprochement en 2016 de celle-ci et de Veneux-les-Sablons, dont les maires estiment que la nouvelle fusion permettra de « créer une ville complète et cohérente avec des équipements scolaires, culturels, sociaux de qualité, une zone d’activité importante et dynamique, un site touristique et patrimonial renommé, des espaces naturels et agricoles importants, un parc de logement diversifié »[73].

Cette démarche ne s'est pas faite sans polémiques, et, le , 21 conseillers municipaux de Moret Loing et Orvanne (onze d’Ecuelles, cinq de Moret et cinq d’Episy) ont démissionné de leur mandat pour protester contre la décision prise, selon eux, par le maire Patrick Septiers de réaliser sans concertation et dans l'urgence la fusion avec la ville voisine de Veneux-les-Sablons[74]. Suite à la rétractation de deux démissionnaires, il n'y a pas eu de nouvelles élections municipales. Le maire délégué démissionnaire d'Écuelles, Jean-Christophe Paquier, a contesté en justice, sans succès, ces rétractations[75],[76],[77].

Cela n'empêche pas les conseils municipaux d'approuver la fusion, le pour Moret Loing et Orvanne, et le pour Veneux-les-Sablons, amenant à la décision préfectorale de créer au Moret-Loing-et-Orvanne (avec des traits d'union entre les mots), toujours sous le régime juridique des communes nouvelles[78].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Moret-Loing-et-Orvanne, commune déléguée de Moret-sur-Loing.

Siège[modifier | modifier le code]

La mairie de la commune nouvelle est en mairie de la commune déléguée de Moret-sur-Loing, 26 rue Grande[79].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Moret-Loing-et-Orvanne fait partie de l'arrondissement de Fontainebleau de Seine-et-Marne, et, pour les circonscriptions électorales, du canton de Montereau-Fault-Yonne ainsi que de la troisième circonscription de Seine-et-Marne.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Moret-Loing-et-Orvanne est adhérente à la communauté de communes Moret Seine et Loing, dont étaient déjà membres les anciennes communes qui la constituent.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du second tour des élections municipales de 2020, les listes menée par Dikran Zakeossian (DVG), et l'ancien maire d'Ecuelles Jean-Christophe Paquier (DVG) ont fusionné[80],[81], aboutissant à la victoire de cette liste par 50,11 % des suffrages exprimés, battant de 9 voix celle menée par le maire sortant Didier Limoges (DVC) et où figure le président du conseil départemental et ancien maire Patrick Septiers (49,89 %), lors d'un scrutin marqué par 56,37 % d'abstention[82],[83].

Compte-tenu du faible écart de voix et d'irrégularités alléguées, la liste perdante a formulé un recours demandant l'annulation de ces élections[84]. Ce recours a été rejeté par le tribunal administratif de Melun le , qui a réduit de 2 voix la différence entre les deux listes, mais, constatant indirectement des irrégularités commises également par la liste de Patrick Septiers, l'a condamné à payer une partie des frais d'avocats de Dikran Zakeossian. La liste Septier a immédiatement annoncé son intention de faire appel de ce jugement devant le Conseil d'État[85].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
[86] Patrick Septiers UDI Enseignant en économie et gestion des entreprises
Maire (1989 → 2014) puis maire délégué (2015 → 2020) de Moret-sur-Loing
Conseiller général de Moret-sur-Loing (1992 → 2004)
Président de la CC Moret Seine et Loing (2001 →)
Conseiller départemental de Montereau-Fault-Yonne (2015 →)
Vice-président (2015 → 2018) puis président (2018 →) du conseil départemental de Seine-et-Marne
Maire d'Orvanne (2015) puis de Moret Loing et Orvanne (2016)
Démissionnaire à la suite de son élection comme président du conseil départemental de Seine-et-Marne
[87] Didier Limoges DVD
puis DVC
1er adjoint au maire de Moret-Loing-et-Orvanne (2017 → 2018)
[88],[89] En cours
(au 18 février 2021)
Dikran Zakeossian DVG[90] Ingénieur agronome

Communes déléguées[modifier | modifier le code]

La commune nouvelle est formée par la réunion de 5 anciennes communes :

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Moret-sur-Loing
(siège)
77316 CC Moret Seine et Loing 4,94 4 305 (2012) 871


Écuelles 77166 CC Moret Seine et Loing 11,81 2 489 (2012) 211
Épisy 77170 CC Moret Seine et Loing 7,41 552 (2013) 74
Montarlot 77299 CC Moret Seine et Loing 5,21 234 (2013) 45
Veneux-les-Sablons 77491 CC Moret Seine et Loing 4,03 4 817 (2014) 1 195

Ces communes déléguées disposent des maires-délégués suivants :

Liste des maires délégués successifs
Mandature Moret-sur-Loing Écuelles Épisy Montarlot Veneux-les-Sablons
[91] Patrick Septiers UDI Jean-Philippe Fontugne PS Patrick Billard SE Lionel Loeuillot SE Michel Bénard PS
[88] En cours
(au 9 juillet 2020)
Marianne Saval-Bonet DVG Katell Gaudin DVG Catherine Arriat-Boisserand DVG Hervé Jochmans

Jumelages[modifier | modifier le code]

Commune déléguée de Moret-sur-Loing[modifier | modifier le code]

Jumelages et partenariats de Moret-sur-Loing.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats de Moret-sur-Loing.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePaysPériode
COA IRL Kilkenny City.svgKilkenny[92],[93]Flag of Ireland.svgIrlandedepuis
DEU Külsheim COA.svgKülsheim[92]Flag of Germany.svgAllemagnedepuis

Commune déléguée de Veneux-les-Sablons[modifier | modifier le code]

Jumelages et partenariats de Veneux-les-Sablons.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats de Veneux-les-Sablons.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePaysPériode
Flag of Louny.svgLouny[94]Flag of the Czech Republic.svgTchéquiedepuis le
Wappen Zschopau.pngZschopau[94]Flag of Germany.svgAllemagnedepuis

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [95],[96].

Assainissement des eaux usées[modifier | modifier le code]

En 2020, la gestion du service d'assainissement collectif de la commune de Moret-Loing-et-Orvanne est assurée par le SIA de Moret-sur-Loing St-Mammes-les-Veneux Ecuelles pour le transport et la dépollution. Ce service est géré en délégation par une entreprise privée, dont le contrat arrive à échéance le [97],[98],[99].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[100]. Le SIDASS de Moret Seine et Loing assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations. Cette prestation est déléguée à une entreprise privée, dont le contrat arrive à échéance le 31 décembre 2025[97],[101].

Eau potable[modifier | modifier le code]

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par le SIDEAU Moret Seine et Loing qui en a délégué la gestion à l'entreprise Veolia, dont le contrat expire le [97],[102],[103].

Les nappes de Beauce et du Champigny sont classées en zone de répartition des eaux (ZRE), signifiant un déséquilibre entre les besoins en eau et la ressource disponible. Le changement climatique est susceptible d’aggraver ce déséquilibre. Ainsi afin de renforcer la garantie d’une distribution d’une eau de qualité en permanence sur le territoire du département, le troisième Plan départemental de l’eau signé, le , contient un plan d’actions afin d’assurer avec priorisation la sécurisation de l’alimentation en eau potable des Seine-et-Marnais. A cette fin a été préparé et publié en décembre 2020 un schéma départemental d’alimentation en eau potable de secours dans lequel huit secteurs prioritaires sont définis. La commune fait partie du secteur Bocage[104].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique du territoire de la commune nouvelle
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2017
7 9698 6669 50210 96012 20012 46612 36912 214
Nombre retenu à partir de 1968 : population sans doubles comptes.
Les données mentionnées ci-dessus sont établies à périmètre géographique constant, dans la géographie en vigueur au .
(Source : Insee RGP 2016[105])

Presse[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Calendrier des manifestations culturelles et festivités à Moret-Loing-et-Orvanne
Janvier
-
Février
-
Mars
-
avril
-
Mai
Fête du printemps
(Moret-sur-Loing)
Salon des peintres de Veneux
(Veneux-les-Sablons)
Juin
Rencontres internationales de la harpe en Île-de-France
(Moret-sur-Loing)
Fête de la Saint-Jean
(Écuelles)
Juillet
Soirées musicales
(Moret-sur-Loing)
La Flânerie
(Moret-sur-Loing)
août
Soirées musicales
(Moret-sur-Loing)
La Flânerie
(Moret-sur-Loing)
Septembre
Fête 1900
(Moret-sur-Loing)
Foire aux Fromages et aux Vins
(Veneux-les-Sablons)
octobre
Salon du livre dédicacé
(Moret-sur-Loing)
Novembre
Festival de l'humour
(Moret-sur-Loing)
Troc aux Plantes
(Veneux-les-Sablons)
Décembre
Fête des lumières
(Moret-sur-Loing)

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 5 307 (dont 68 % imposés), représentant 12 424 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 25 270 euros[106].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre total d’emplois dans la zone était de 3 360, occupant 5 419 actifs résidants.

Le taux d'activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 70,1 % contre un taux de chômage de 6,8 %.

Les 23,1 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 10,1 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 7,8 % de retraités ou préretraités et 5,2 % pour les autres inactifs[107].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre d'établissements actifs était de 326 dont 2 dans l'agriculture-sylviculture-pêche, 33 dans l’industrie, 39 dans la construction, 203 dans le commerce-transports-services divers et 49 étaient relatifs au secteur administratif[108].

Ces établissements ont pourvu 3 025 postes salariés.

En 2019, 124 entreprises ont été créées sur le territoire de la commune, dont 104 individuelles.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chef-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  9. Les logements vacants comprennent notamment les logements neufs qui ne sont pas encore habités, ceux que leurs propriétaires laissent libres ou dans lesquels ils font réaliser des travaux, ou ceux qui sont libres entre deux ventes ou deux locations
  10. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  • Cartes
  1. « Moret-Loing-et-Orvanne » sur Géoportail. Carte IGN classique.
  2. « Sites Natura2000 de Moret-Loing-et-Orvanne » sur Géoportail (consulté le 15 janvier 2021)..
  3. « Zones ZNIEFF de Moret-Loing-et-Orvanne » sur Géoportail (consulté le 15 janvier 2021)..
  4. « Moret-Loing-et-Orvanne - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  5. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  6. « Géoportail de l’urbanisme », sur https://www.geoportail-urbanisme.gouv.fr/ (consulté le 23 janvier 2021).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Distance entre Moret-Loing-et-Orvanne et Melun », sur https://fr.distance.to (consulté le 24 janvier 2021).
  2. « Distance entre Moret-Loing-et-Orvanne », sur https://fr.distance.to (consulté le 24 janvier 2021).
  3. « Distance entre Moret-Loing-et-Orvanne et Montereau-Fault-Yonne », sur https://fr.distance.to (consulté le 24 janvier 2021).
  4. « Métadonnées de la commune de Moret-Loing-et-Orvanne », sur le site de l'Insee (consulté le 24 janvier 2021).
  5. « Communes les plus proches de Moret-sur-Loing », sur www.villorama.com (consulté le 24 janvier 2021).
  6. « Plan séisme consulté le 22 décembre 2020 ».
  7. a et b « InfoTerre », sur le site du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) (consulté le 14 janvier 2021).
  8. a et b « Carte géologique harmonisée du département de la Seine-et-Marne » [PDF], sur le site du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) (consulté le 14 janvier 2021).
  9. « cours d'eau de la commune d'Écuelles », sur le site SIGES – Seine-Normandie (consulté le 24 janvier 2021).
  10. « cours d'eau de la commune d'Épisy », sur le site SIGES – Seine-Normandie (consulté le 24 janvier 2021).
  11. « cours d'eau de la commune de Montarlot », sur le site SIGES – Seine-Normandie (consulté le 24 janvier 2021).
  12. « cours d'eau de la commune de Moret-sur-Loing », sur le site SIGES – Seine-Normandie (consulté le 24 janvier 2021).
  13. « cours d'eau de la commune de Veneux-les-Sablons », sur le site SIGES – Seine-Normandie (consulté le 24 janvier 2021).
  14. « SAGE dans le département de Seine-et-Marne », sur le site de la préfecture de Seine-et-Marne (consulté le 16 janvier 2021).
  15. « SAGE Nappe de Beauce et milieux aquatiques associés - Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  16. « le Schéma d'aménagement et de gestion des Eaux de la nappe de Beauce », sur www.sage-beauce.fr (consulté le 17 janvier 2021).
  17. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 17 janvier 2021).
  18. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 octobre 2020).
  19. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  20. « Orthodromie entre Moret-Loing-et-Orvanne et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le 17 janvier 2021).
  21. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  22. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  23. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le 15 janvier 2021).
  24. « Liste des espace protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  25. « « La Montagne Creuse et la Roche Godon » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  26. « le « Marais d'Épisy » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  27. « la « Plaine de Sorques » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  28. « Réserve de biosphère de « Fontainebleau et Gâtinais » », sur mab-france.org (consulté le 9 janvier 2021).
  29. « la zone centrale de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  30. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le 15 janvier 2021).
  31. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Moret-Loing-et-Orvanne », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  32. « site Natura 2000 FR1100795 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  33. « Basse vallée du Loing - ZSC - FR1100801 », sur www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr, 2 septembre 2019, modifié (consulté le 9 janvier 2021).
  34. « site Natura 2000 FR1100801 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  35. « Rivières du Loing et du Lunain - ZSC - FR 1102005 », sur www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 9 janvier 2021).
  36. « site Natura 2000 FR1102005 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  37. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Moret-Loing-et-Orvanne », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  38. « ZNIEFF les « Bois de Malassis, marais et étang de Montarlot et coteaux adjacents » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  39. « ZNIEFF le « Coteau calcaire de la Montagne Creuse » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  40. « ZNIEFF le « Coteau de la vallée Droite et vallée aux Loups » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  41. « ZNIEFF les « Coteaux de la vallée du Cygne » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  42. « ZNIEFF le « Chêne Rond et la Vallée aux Anes » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  43. « ZNIEFF le « Marais du Lutin » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  44. « ZNIEFF le « Massif de Fontainebleau » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  45. « ZNIEFF la « Plaine de Sorques » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  46. « ZNIEFF la « prairie et bois du Vieux Pont » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  47. « ZNIEFF la « prairie la Trentaine » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  48. « ZNIEFF le « Marais d'Épisy » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  49. « ZNIEFF la « vallée de la Seine entre Melun et Champagne-sur-Seine » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  50. « ZNIEFF la « vallée de la Seine entre Vernou et Montereau » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  51. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  52. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  53. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  54. « Unité urbaine 2020 de Champagne-sur-Seine », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 4 avril 2021).
  55. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  56. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  57. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le 4 avril 2021).
  58. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  59. a et b « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  60. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  61. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  62. « Le SCOT Seine et Loing », sur www.scot-seine-loing.fr (consulté le 23 janvier 2021).
  63. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le 23 janvier 2021).
  64. Site territoires-fr.fr consulté le 15 novembre 2019 sous le code commune 77316.
  65. Tableaux LOG T2 et LOG T7, Recensement général de la population 2017, document mentionné en liens externes.
  66. Statistiques officielles de l'Insee.
  67. « 77 - Seine-et-Marne », sur iledefrance-mobilites.fr (consulté le 19 janvier 2021) (Plan 70 : secteur de Montereau-Fault-Yonne ; Plan 72 : secteur de Nemours).
  68. « Plans & horaires - Moret-Loing-et-Orvanne », sur transdev-idf.com (consulté le 24 janvier 2021).
  69. « Réseaux de bus - Transdev Ile-de-France Nemours », sur transdev-idf.com (consulté le 24 janvier 2021).
  70. « Réseaux de bus - INTERVAL », sur transdev-idf.com (consulté le 24 janvier 2021).
  71. Arrêté du 2 décembre 2014 portant création de la commune nouvelle d'Orvanne.
  72. « arrêté préfectoral du 29 octobre 2015 portant création de la commune nouvelle de « Moret Loing et Orvanne » », Recueil des actes administratifs de la préfecture de Seine-et-Marne, no 113,‎ , p. 18-20 (lire en ligne [PDF]).
  73. Karine Brives, « Veneux-les-Sablons va-t-elle rejoindre Moret Loing et Orvanne ? : Michel Bénard, maire de Veneux, l'a annoncé lors du conseil municipal de lundi dernier. La commune nouvelle regroupe actuellement Ecuelles, Moret-sur-Loing, Montarlot et Episy », La République de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  74. Pascal Villebeuf, « Moret-Loing-et-Orvanne : l’intégration de Veneux au menu du conseil municipal », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  75. Karine Brives, « Vers de nouvelles élections municipales ? : Après la démission de 21 conseillers municipaux, qui s'ajoutent à 3 postes déjà vacants, l'avenir de la nouvelle commune Moret Loing et Orvanne connaît des temps difficiles », La République de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  76. P. V., « L'élargissement de la commune nouvelle bloqué », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  77. Sylvain Deleuze, « Moret-Loing-et-Orvanne : la commune nouvelle, agrandie, se réunit ce lundi soir », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne) « Le préfet a pris l’arrêté de constitution de la commune nouvelle, aussitôt attaqué en référé par l’ancien maire d’Ecuelles, qui a demandé son annulation auprès du Conseil d’Etat. « Sans le tribunal administratif et le Conseil d’Etat, qui y ont mis bon ordre, sans l’aide de l’Etat, sans le soutien de nombreux élus, sans le courage et la détermination de 48 conseillers municipaux [...], nous aurions pu manquer au plaisir de nous rencontrer aujourd’hui (Ndlr,le 15 janvier) », s’est réjoui Patrick Septiers, le maire (UDI) de la commune nouvelle et vice-président du conseil départemental, lors de ses vœux à la population, à Moret-sur-Loing ».
  78. « arrêté préfectoral 2016/DRCL/BCCCL/ n°120 du 26 décembre 2016 portant création de la commune nouvelle de « Moret-Loing-et-Orvanne » à compter du 1er janvier 2017 », Recueil des actes administratifs de la préfecture de Seine-et-Marne, no 264,‎ , p. 105-107 (lire en ligne [PDF]).
  79. Article 2 de l'arrêté préfectoral du 29 octobre 2015.
  80. « Municipales à Moret-Loing-et-Orvanne : le président du département, Patrick Septiers (UDI), très en difficulté : La liste dans laquelle il figure en troisième position est en tête. Mais l’alliance des deux autres listes risque de faire tomber celui qui a été maire de la commune durant dix-neuf ans », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (Faustine Léo, consulté le 9 juillet 2020) « La révolte gronde à Moret-Loing-et-Orvanne. La liste menée par Didier Limoges (SE), le maire sortant de cette commune nouvelle qui regroupe Moret-sur-Loing, Ecuelles, Episy, Veneux-les-Sablons et Montarlot, arrive certes en tête avec 37,17 % des suffrages exprimés. Mais les deux autres listes en lice, qui cumulent 62,81 % des voix, vont fusionner ».
  81. Faustine Léo, « Moret-Loing-Orvanne : les deux listes opposées au maire sortant ont fusionné : Arrivée en tête du scrutin au premier tour, la liste conduite par le maire sortant, Didier Limoges (SE), et le président du conseil départemental, Patrick Septiers (UDI), pourrait cependant être menacée par l’union des deux listes adverses », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juillet 2020) « De quoi donner des sueurs froides à la liste du maire sortant Didier Limoges (SE) et surtout au président du conseil départemental, Patrick Septiers (UDI), également premier adjoint de la commune, en troisième position. Arrivés en tête avec 37,2 % des suffrages, ils pourraient être renversés par cette alliance ».
  82. Geoffrey Faucheux, « Municipales à Moret. Zakeossian gagne sur le fil : Au terme d'une soirée sous haute tension, c'est Dikran Zakeossian qui remporte les élections municipales à Moret face au maire sortant, Didier Limoges », La République de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juillet 2020).
  83. Faustine Léo, « Moret-Loing-et-Orvanne : Dikran Zakeossian, un citoyen engagé qui devient maire : Novice en politique, le candidat divers gauche est parvenu, avec sa liste citoyenne fortement teintée d’écologie, à s’imposer face à la liste du président du département, Patrick Septiers (UDI). A neuf voix près, il détrône des élus en place depuis plus de 30 ans », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juillet 2020).
  84. Faustine Léo, « Municipales à Moret-Loing-et-Orvanne : la liste de Didier Limoges et Patrick Septiers dépose un recours : Battus de neuf voix dimanche dernier par la liste citoyenne de Dikran Zakeossian (DVG), Didier Limoges (SE) et Patrick Septiers (UDI) ont déposé un recours, évoquant « des irrégularités » », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juillet 2020).
  85. Faustine Léo, « Moret-Loing-et-Orvanne : Avec 7 voix d’écart, la justice confirme la défaite de Patrick Septiers aux municipales : Le tribunal administratif a rejeté la requête menée par le président du département visant à annuler l’élection qu’il a perdue face à Dikran Zakeossian (DVG) dans cette commune où il officiait depuis plus de trente ans », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 19 février 2021).
  86. Sylvain Deleuze, « Moret-sur-Loing et Orvanne. Patrick Septiers réélu à la tête de la commune nouvelle », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne) « En tout, 60 élus ont voté pour le nouveau maire, 5, pour Valérie Epikmen, élue d’opposition (LR) de Veneux-les-Sablons, et sans oublier 5 bulletins blancs ».
  87. « Proclamation des résultats du 24 juillet 2018 pour l’élection du Maire et des Adjoints au Maire », sur Moret-Loing-et-Orvanne, (consulté le 9 juillet 2020).
  88. a et b « Convocation à la séance ordinaire du Conseil municipal du 3 juillet 2020 », sur Moret-Loing-et-Orvanne (consulté le 9 juillet 2020).
  89. « Les élus de Moret-Loing-et-Orvanne », Municipalité, sur http://moret-loing-et-orvanne.fr, (consulté le 9 juillet 2020).
  90. « Extrait du site de la préfecture de Seine-et-Marne - Livret des candidatures T2 - Moret-Loing-et-Orvanne », sur imgur.com (consulté le 6 juillet 2020).
  91. « Compte-rendu de la séance ordinaire du Conseil Municipal du 23 janvier 2017 », sur Moret-Loing-et-Orvanne, (consulté le 9 juillet 2020).
  92. a et b « Le jumelage » (consulté le 5 juillet 2020)
  93. « Villes Jumelées avec Moret Loing Et Orvanne » (consulté le 5 juillet 2020)
  94. a et b « Jumelage », (consulté le 5 juillet 2020)
  95. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le 11 février 2021).
  96. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le 11 février 2021).
  97. a b et c « Commune de Moret-Loing-et-Orvanne - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  98. « SIA de Moret-sur-Loing St-Mammes-les-Veneux Ecuelles - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  99. « SIA de Moret-sur-Loing St-Mammes-les-Veneux Ecuelles - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  100. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le 27 mars 2020).
  101. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  102. « SIDEAU Moret Seine et Loing - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  103. « SIDEAU Moret Seine et Loing - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  104. « Schéma départemental d’alimentation en eau potable de secours de Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.fr, (consulté le 3 février 2021).
  105. Insee, Recensement général de la population 2017, Document mentionné en liens externes.
  106. Statistiques officielles de l'Insee, section «Revenus et pauvreté des ménages», consulté le 22 décembre 2020
  107. Statistiques officielles de l'Insee, section «Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2017», consulté le 22 décembre 2020
  108. Statistiques officielles de l'Insee, section «Caractéristiques des établissements fin 2017», consulté le 22 décembre 2020