Condé-Sainte-Libiaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de Seine-et-Marne
Cet article est une ébauche concernant une commune de Seine-et-Marne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Condé-Sainte-Libiaire
La mairie.
La mairie.
Blason de Condé-Sainte-Libiaire
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Canton Serris
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Créçois
Maire
Mandat
Patricia Lemoine
2014-2020
Code postal 77450
Code commune 77125
Démographie
Gentilé Condéens
Population
municipale
1 410 hab. (2014)
Densité 656 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 55″ nord, 2° 49′ 56″ est
Altitude Min. 41 m – Max. 91 m
Superficie 2,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Condé-Sainte-Libiaire

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Condé-Sainte-Libiaire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Condé-Sainte-Libiaire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Condé-Sainte-Libiaire
Liens
Site web conde-sainte-libiaire.csime.eu

Condé-Sainte-Libiaire est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Condéens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Condé-Sainte-Libiaire est située à 10 km au sud-ouest de Meaux sur la rive droite du Grand Morin.

Communes limitrophes de Condé-Sainte-Libiaire
Isles-lès-Villenoy Mareuil-lès-Meaux
Esbly Condé-Sainte-Libiaire Quincy-Voisins
Montry Couilly-Pont-aux-Dames

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est bordée par la Marne au nord et le Grand Morin au sud-ouest.

Le canal de Meaux à Chalifert traverse la commune.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la gare de Montry - Condé, située à Montry. Elle est traversée par la route départementale 85P.

Toponymie, étymologie[modifier | modifier le code]

  • Du gaulois « condate », confluent, et de la sainte éponyme.
  • Condetum Sancte Libarie - Condé-sainte-Libière - Condé-sur-Morin - Condé[1].
  • De 1793 à 1801 suite à la Révolution française, la commune porte le nom de Condé-sur-Morin[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Condé, alias Condetum Sancte Libiaire, est un village très ancien (condetum est un vieux d'origine celtique qui signifiait confluent). Un acte de janvier 1258 relate en effet que Gilbert de Herbot de Compans cède, à l’Hôtel Dieu de Paris, deux arpents et demi de ses terres dans la commune de Condé et à cette époque déjà (XIIIe siècle), elle avait le titre de paroisse. Le village dépendait de la province de Champagne et de Brie. Après le mariage de Jeanne de Navarre (comtesse de Champagne et de Brie) et de Philippe le Bel (roi de France le 16 août 1284), cette province fut réunie à la couronne[3].

À partir de cette époque, Condé est passée dans la partie de la brie champenoise qui dépendait de l’Île-de-France. Aux XIIe et XIIIe siècles, Condé était un pays vignoble. La dernière belle récolte date de 1874 avec 1200 hl. Il existait à cette époque vingt viticulteurs. Quarante ans après, aucune vigne n’existait plus. Avant la Révolution, Condé était paroisse de l’archidiocèse de Brie, le château du village appartenait au XIIIe siècle aux bénédictins de Saint Pierre de Lagny. Avec tous droits féodaux en vigueur, ils en conservèrent la propriété jusqu’au XVe siècle. C’est ainsi que dans le département, La Ferté-sous-Jouarre (au confluent de la Marne et du Petit Morin) s’appelait « Condé la Ferté » et Montereau (au confluent de la Seine et de la Marne) s’appelait « Condaté »[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Meaux du département de la Seine-et-Marne, en région Île-de-France. Pour l'élection des députés, elle dépend de la cinquième circonscription de Seine-et-Marne.

La commune était le chef-lieu depuis 1793 du canton de Crécy-la-Chapelle[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Serris.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre depuis 2006 de la communauté de communes du Pays Créçois.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4],[5]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 1792 Charles Sandin   Vigneron
1792   Jean Baptiste Benoît    
1992 1793 Edme Allaine   Vigneron
1793 1800 M. Allaine (père)   Vigneron
1800 1834 Paul Nicolas Greban    
1834 1835 M. Gallois   Propriétaire du château
1835 1839 Martin Bazille   Maître flotteur
1839 1856 M. Adèle Perichon   Entrepreneur de maçonnerie
1856 1870 Pierre Louis Bazille   Couvreur
1870 1876 M. Adèle Perichon   Entrepreneur
1876 1878 Pierre Louis Bazille   Couvreur
1878 1884 M. Adèle Perichon   Entrepreneur
1884 1887 M. Claude Gallois   Ancien boulanger
1887 1893 Louis Marnois   Vigneron
1893 1912 François Ernest Loisel   Jardinier
1912 1918 Eugène Arthur Maillet   Charpentier
1918 1922 Jules Dauvergne    
1922 1929 Paul Turenne   Négociant
1929 1935 Adolphe Pigeon    
1935 1944 Paul Turenne   Négociant
1944 1945 Raymond Hugo   Métallurgiste
1945 1953 Frédéric Binet   Peintre
1953 1977 Alexandre Liénard   Employé RATP
1977 2001[6] Michel Houel[7] UMP Restaurateur immobilier
Maire de Crécy-la-Chapelle (2001 → 2015)
Sénateur de Seine-et-Marne (2004 → 2016)
Conseiller général de Crécy-la-Chapelle (1994 → 2005)
Président de l’union des maires de Seine-et-Marne (2001 → 2013)
Démissionnaire
2001 2008 Michel Fouillot    
2008 en cours
(au 30 novembre 2016)
Patricia Lemoine LR Présidente de la Communauté de communes du Pays Créçois (2008 → )
Réélue pour le mandat 2014-2020

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec Tryssul (Angleterre) et Seisdon (Angleterre).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 410 habitants, en augmentation de 0 % par rapport à 2009 (Seine-et-Marne : 4,68 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
406 391 415 426 443 448 440 443 393
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
362 355 359 358 339 321 314 324 330
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
340 360 342 298 351 403 411 376 371
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
399 487 645 1 029 1 365 1 344 1 418 1 420 1 410
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006 [10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • La soirée dansante du mois de mars ;
  • Les feux de la Saint-Jean ;
  • La fête communale avec le feu d’artifice ;
  • La brocante ;
  • La soirée beaujolais ;
  • Le marché de Noël.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Le football club de Montry Condé
  • Condé gymnastique
  • Tir à l’arc : Condé serait la plus vieille compagnie d’Arc de France[11].
  • Yoga : inscription à la séance
  • Tennis Club de Condé : des cours pour adultes et enfants.
  • Association de Pêche
  • Autour des Arts : cours de danse pour enfants, ados, adultes.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune étant un petit village, elle dispose toutefois d'un café-bar-tabac et d'une boulangerie dans la rue Pasteur, 2 restaurants au quai de la Marne et une supérette en face de la mairie.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le château.
Traversée du Grand-Morin sous le canal de Chalifert avant de rejoindre la Marne.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Sainte-Martin-et-Sainte-Libiaire.
  • Le château de Condé-Sainte-Libiaire, XVIIe et XVIIIe siècles.
  • Le sentier de grande randonnée 14A traverse la commune.
  • Les promenades le long des cours d'eau se font dans un cadre agréable au milieu de la nature. L'île du Renard est certainement un des lieux plus attirants mais il est impossible de la visiter étant donné l'inexistence de passage.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joseph Bonnet, le grand organiste et compositeur français, seine-et-marnais d'adoption[12].
  • Marcel Roger Platteaut naît le 28 février 1911 à Condé-Sainte-Libiaire (Seine-et-Marne - 77). Ses parents habitent à Crécy la Chapelle[13].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Condé-Sainte-Libiaire (Seine-et-Marne).svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi : Tiercé en pairle renversé: au premier d'azur au voilier contourné d'or voguant sur des ondes alésées d'argent, au deuxième d'azur à l'arc de sable encoché d'une flèche du même posé en pal, au troisième de gueules à la grappe de raisin en ombre de sable; au pairle renversé d'or, ployé en pointe, brochant sur la partition.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Condé-Sainte-Libiaire », sur http://www.genea77-shage.info/ (consulté en février 2017)
  2. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. a et b « CHAPITRE I, ETYMOLOGIE et HISTORIQUE », sur Condé-Sainte-Libiaire, site officiel (consulté le 12 juillet 2012)
  4. « Condé-Sainte-Libiaire », Généalogie / Seine-et-Marne, Société d’Histoire, d’Art, de Généalogie et d’Echange (consulté le 3 décembre 2016).
  5. « Les maires de Condé-Sainte-Libiaire », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 3 décembre 2016).
  6. « Michel Houel candidat à la mairie », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne) « Je quitte Condé la larme à l'oeil, mais il n'était pas question que je parte du canton. » Michel Houel, natif de Condé-Sainte-Libiaire et maire de la commune depuis vingt-neuf ans, se présente aux municipales à Crécy-la-Chapelle ».
  7. Sébastien Roselé, « La Brie pleure la disparition du sénateur Michel Houel », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. http://ciedarcconde.wix.com/cie-d-arc-de-conde#!son-histoire/c6fp
  12. http://plein-jeu.over-blog.org/article-21207597.html
  13. « Marcel PLATTEAUT - 45992 », sur Mémoire vive (consulté le 12 juillet 2012)