Arville (Seine-et-Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arville.

Arville
Arville (Seine-et-Marne)
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Fontainebleau
Canton Nemours
Intercommunalité Communauté de communes Gâtinais-Val de Loing
Maire
Mandat
Anne Thibault
2014-2020
Code postal 77890
Code commune 77009
Démographie
Gentilé Arvillois
Population
municipale
125 hab. (2016 en diminution de 1,57 % par rapport à 2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 11′ 21″ nord, 2° 32′ 56″ est
Altitude Min. 97 m
Max. 110 m
Superficie 11,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Arville

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Arville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arville

Arville est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Arvillois(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune d'Arville est située dans une plaine proche du parc naturel régional du Gâtinais Français, sur la route de Nemours à Beaumont-du-Gâtinais, entre Puiseaux et Chateau-Landon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Arville (Seine-et-Marne)
Ichy Aufferville
Bromeilles (Loiret) Arville (Seine-et-Marne) Maisoncelles-en-Gâtinais
Gironville Mondreville

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Il n’y a pas de cours d’eau traversant la commune[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

On accède à Arvile, par la D 403 ,

Transports[modifier | modifier le code]

Arville est desservie par la ligne d’autocars 13 C (Le Perray (Beaumont-du-Gâtinais) - Gare Foljuif (Saint-Pierre-lès-Nemours) ) de la société Transdev.

Les gares ferroviaires les plus proches :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 101 voies dont 87 lieux-dits administratifs répertoriés dont les plus importants sont Charmoy et Laurecourt[3].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se réparti[Note 1] en 94,3 % de terres arables, 3,2 % de forêts et 2,5 % de zones agricoles hétérogènes[Note 2] - [2].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2013, le nombre total de logements dans la commune était de 66 (dont 97,1 % de maisons et 1,4 % d’appartements).

Parmi ces logements, 80,4 % étaient des résidences principales, 7,5 % des résidences secondaires et 12,1 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 89,3 %[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Parrochia de Errevilla et Balduinum de Errevilla en 1185, Erreville en 1264[5][réf. non conforme].

Pour Ernest Nègre ce toponyme dérive d'un anthroponyme germain[Quoi ?], Itharius[6]>[réf. non conforme].

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint patron : Saint Pierre. Autrefois, 1770, cure de l'archidiacionné et doyenné de Ferrières, généralité de Paris, élection de Nemours, coutume de Lorris.

  • En 1294, le nom de ce pays était écrit de Harvillia.
  • En 1166, Hugues d'Arville était seigneur de cette paroisse. Jean Charpentier, prêtre était curé d'Harville.
  • En 1692, Leboeuf dit qu'Arville vient de Arroli villaris. C'était une portion congrue qui ne valait que 400 livres.
  • En 1555, le cardinal de Tournon, comme abbé commendataire de Ferrières, appelé à la rédaction de la coutume de Sens, déclara que la terre et seigneurie d'Arville, qui dépendait de ce monastère, avait toujours été régie par la coutume de Lorris ; pareille déclaration fut faite par le curé et les habitants de ce lieu.

Dépendance : un hameau dit le Charmoy, et une ferme dite le Marteau.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections nationales[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1817 1837 Michel Bouchet    
1837 1848 André Perchellet    
1848 1849 Jean-Pierre Bouchet    
1849 1864 Jean-Baptiste Dupré    
1864 1871 Jean-Pierre Bouchet    
1871 1881 Honoré Perchellet    
1881 1884 Alphonse Barthélémy    
1884 1890 Honoré Perchellet    
         
mars 1983 mars 2001 Micheline Grattier   Institutrice
mars 2001 En cours Anne Thibault [8]   Retraitée aéronautique

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2016, la commune comptait 125 habitants[Note 3], en diminution de 1,57 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
22121624924427727431132298
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
308269269249236256269259256
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
252244242200219221198179166
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
164145120117117121139127125
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose pas d’école primaire publique (maternelle ou élémentaire)[13].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Trois artisans et commerçants, exploitations agricoles.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le nombre de ménages fiscaux en 2013 était de 57 et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 27 368 €[4].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2014, le nombre total d’emploi au lieu de travail était de 44.

Le taux d’activité de la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 78,2 % contre un taux de chômage de 6,6 % [4].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre d’établissements actifs était de 21 dont 7 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 3 dans l'industrie, 3 dans la construction, 7 dans le commerce-transports-services divers et 1 était relatif au secteur administratif[4].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Statistiques de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  2. Elles comprennent les cultures annuelles associées aux cultures permanentes, les systèmes culturaux et parcellaires complexes, les surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants et les territoires agro-forestiers.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]