Rampillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de Seine-et-Marne
Cet article est une ébauche concernant une commune de Seine-et-Marne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rampillon (homonymie).
Rampillon
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton Nangis
Intercommunalité Communauté de communes de la Brie Nangissienne
Maire
Mandat
Sébastien Coupas
2014-2020
Code postal 77370
Code commune 77383
Démographie
Gentilé Rampillonnais
Population
municipale
812 hab. (2014)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 33′ 02″ nord, 3° 04′ 00″ est
Altitude Min. 120 m – Max. 144 m
Superficie 23,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Rampillon

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte topographique d'Île-de-France
City locator 14.svg
Rampillon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rampillon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rampillon

Rampillon est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Rampillonnais(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

Le bourg se situe à 3,7 km à l'est de Nangis. Il est longé au nord par la ligne ferroviaire de Paris-Est à Mulhouse-Ville, au-delà de laquelle se trouve également la route départementale no 619.

Du point de vue odonymique, on trouve une rue des Templiers alors que cet ordre militaire n'a jamais été présent à Rampillon, il a été confondu par certains historiens avec les Hospitaliers.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Rampillon
La Croix-en-Brie
Nangis Rampillon Vanvillé
Fontains Meigneux, Villeneuve-les-Bordes Sognolles-en-Montois

Histoire[modifier | modifier le code]

Mentionnée au XIIe siècle, la ville est le siège d'une commanderie de l'ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem[Note 1], créée aux confins du comté de Champagne et du domaine royal.

Seigneurie de l'évêque de Sens, puis des Hospitaliers, la paroisse est sous le patronage de saint Eliphe ou saint Élophe, un saint lorrain qui a donné son nom à la commune Soulosse-sous-Saint-Élophe dans le département des Vosges et dans lequel il fut enseveli après avoir subi le martyre.

La légende veut en effet qu'il eût la tête coupée et qu'il soit allé la déposer en haut d'une colline. Sur le trumeau du portail de l'église de Rampillon il est représenté sous la forme d'un jeune homme à la barbe soignée, en robe de diacre.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Rampillon Blason D'azur à la façade de l'église du lieu d'or; au chef d'argent chargé de trois croisettes ancrée de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1984 1989 Guy Taillieu    
mars 1989 2006 Robert Gaillard    
mai 2006 en cours Paul Laclémence [5]   Comptable

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 812 habitants, en augmentation de 2,65 % par rapport à 2009 (Seine-et-Marne : 4,68 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
416 494 520 623 581 658 670 710 697
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
677 694 695 666 662 624 651 623 578
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
560 584 560 535 508 521 572 534 507
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
422 348 407 561 651 607 762 799 812
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006 [9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

  • Club de football ASR.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Éliphe du XIIIe siècle située sur une butte qui domine la plaine de Brie est classée au titre des monuments historiques[10]. Traditionnellement les représentations du Jugement Dernier présentent d'un côté les Élus et de l'autre les Damnés. La particularité ici est qu'il n'y a aucun Damné.
  • Le monument aux morts de la guerre 1914-1918, signé Edme Marie Cadoux.
  • Bornes en grès fleurdelysées no 34 et 35 le long de la D 619 (XVIIe siècle), classées au titre des monuments historiques[11].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Commanderie fondée avant 1195 par les Hospitaliers dans la Marche (frontière occidentale du comté de Champagne)[1] et qui faisait partie de la langue et du grand prieuré de France. Commanderie principale (baillie) avant sa destruction au cours des guerres du XVe siècle[2], dont dépendait La Croix-en-Brie (membre de la baillie de Rampillon, 1373)[3], avant que cette dernière ne soit érigée en commanderie[4].
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Hubert, « Les églises de Rampillon, Donnemarie et Rozay et l'ancienne frontière de Champagne », dans Nouveau recueil d'études d'archéologie et d'histoire: de la fin du monde antique au Moyen Age, (présentation en ligne), p. 628-629
  2. Eugène Mannier, Ordre de Malte : Les commanderies du grand-prieuré de France d'après les documents inédits conservés aux Archives nationales à Paris, Aubry & Dumoulin, (lire en ligne), p. 231-232
  3. Anne-Marie Legras, L'enquête pontificale de 1373 sur l'Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem : édition et commentaires des documents relatifs au Grand prieuré de France, CNRS, , 524 p. (OCLC 493684954, présentation en ligne), p. 418
  4. Mannier 1872, p. 226-229
  5. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en mars 2014).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Notice no PA00087252 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Notice no PA00087251 », base Mérimée, ministère français de la Culture