Montévrain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montévrain
La mairie.
La mairie.
Blason de Montévrain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
(Melun)
Arrondissement Arrondissement de Torcy
(Torcy)
Canton Lagny-sur-Marne
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Marne et Gondoire
Maire
Mandat
Christian Robache
2014-2020
Code postal 77144
Code commune 77307
Démographie
Gentilé Montévrinois
Population
municipale
9 741 hab. (2014)
Densité 1 791 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 52′ 30″ nord, 2° 44′ 44″ est
Altitude Min. 38 m
Max. 128 m
Superficie 5,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Montévrain

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Montévrain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montévrain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montévrain
Liens
Site web montevrain.fr

Montévrain est une commune située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Montévrinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Montévrain est située dans le département de Seine-et-Marne, au début du plateau de la Brie.

Communes limitrophes de Montévrain
Dampmart
Lagny-sur-Marne Montévrain Chessy
Chanteloup-en-Brie Jossigny Serris

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Montévrain est bordé au nord par la Marne et traversé par le ru du Bicheret.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par le réseau express régional dans le quartier du Val d'Europe (Sud) et plusieurs lignes de bus. Elle est aussi à proximité de la gare TGV de Chessy.

RER A[modifier | modifier le code]

Depuis 1992, la commune est traversée par la ligne A du RER à l'occasion de son prolongement de Torcy à Marne-la-Vallée — Chessy, afin de desservir les Parcs Disneyland. Mais c'est depuis le 10 juin 2001 seulement qu'elle est accessible par la gare de Serris-Montévrain — Val d'Europe.

La gare de Serris-Montévrain — Val d'Europe est reliée à :

Bus PEP'S[modifier | modifier le code]

Montévrain est aussi desservie par le Pep's : les lignes 02, 22, 23, 42 et 43. La ligne 02 dessert le quartier alentour à la gare de Serris-Montévrain pour finir à la gare de Lagny-Thorigny, en passant par Chanteloup-en-Brie, Conches-sur-Gondoire et Lagny-sur-Marne. La ligne 23 relie de la gare de Lagny-Thorigny à celle de Marne-la-Vallée — Chessy et la ligne 43 dessert les pôles multimodaux de Marne-la-Vallée — Chessy et de Serris-Montévrain — Val d'Europe, en passant par Chessy et Montévrain. Ces deux lignes possèdent des lignes secondaires destinées aux élèves. Celle du 23 dessert le lycée Von Dongen et celle du 43 dessert le collège ''Le vieux Chêne''. Les lignes 22 et 42 desservent le centre de Radiologie et le Clos du Chêne. Les lignes ont, respectivement, un terminus à Ferrières/Bussy RER et gare de Lagny-Thorigny.

TGV[modifier | modifier le code]

Depuis 1994, Montévrain est relié au réseau TGV à la gare de Marne-la-Vallée - Chessy, permettant d'accéder à d'autres villes en France et en Europe du Nord, avec comme exemple de principales dessertes Bruxelles, Bordeaux, Marseille, Nice, Lyon, Rennes et Lille. Le TGV relie aussi l'aéroport Charles-de-Gaulle, depuis Marne-la-Vallée — Chessy en 11 minutes. L'accès à la TGV de Chessy s'effectue par le RER à la gare de Serris-Montévrain — Val d'Europe.

Projet de transport en site propre[modifier | modifier le code]

La commune de Montévrain est concerné par le passage d'une ligne de transport en commun en site propre qui pourrait relier les pôles multimodaux de Lagny - Thorigny et Serris-Montévrain — Val d'Europe.

Aménagement et Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune de Montévrain est intégrée dans le périmètre d'aménagement de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée dans le secteur 3, le Val de Bussy, dont l'aménageur est Epamarne. Un projet d'écoquartier est en cours[1],[2].La convention écoquartier a été signé entre la commune de Montévrain et l'aménageur d'état le 3 mars 2009 et la charte de développement durable en octobre 2011. La municipalité s'est vue remettre des mains de Mme Sylvia Pinel le 18 Décembre 2014, le diplôme "engagé dans la labelisation" concernant ce projet[3].

l'écoquartier est composé en quatre secteurs d'aménagement :

- La ZAC Montévrain Val d'Europe,

- La ZAC Montévrain Université,

- La ZAC de la charbonnière,

- La ZAC du Clos rose.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée.

Montévrain vient du Mont Evrins, nom d'une colline présente dans le village[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

La préhistoire, pour le Néolithique, est marquée par la présence de quelques outils et éclats de silex recueillis le long de la route de Provins. Les travaux réalisés par l'INRAP sur chaque secteur de Montévrain, ont permis de fixer dans le temps des bassins de population, notamment le long de la route de Provins ainsi que le long de l'antique voie romaine n° 100.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Montévrain vient de Mons Évrini, du nom d'un propriétaire des lieux. S'agit-il du prêtre Évrin (+21 juin 1077) qui donna le territoire de l'actuelle commune à l'abbaye de Lagny où il fut enterré en 1077 ?

Il demeure sur l'église de Lagny, l'épitaphe :"Vous qui passez ici, si vous voulez méditer une chose, ce retard ne sera pas pour vous une perte de temps. Ici repose un prêtre prudent, pacifiste et chaste, qui donna des vêtements à ceux qui en manquaient, des consolations aux affligés (…). Le terme de sa vie est ici, si un autre prétendait dépasser le terme que avez assigné, ô mon Dieu, ce serait en vain, nul ne peut aller au-delà. Le jour fatal fut le 11 des calendes de juillet de l'année de l'incarnation du Seigneur 1077".

Le nom de Montévrain est pour la première fois mentionné en 1036 dans un texte évoquant le don d'un autel ou d'une église dédié à saint Rémy à l'abbaye de Lagny par Imbert, évêque de Paris[5].

En 1477, noble homme Jean d'Argny et son épouse, Maurice de Sasseville, auraient fondé un hôtel-dieu sur la paroisse mais la fondation ne dura pas longtemps compte tenu des faibles moyens dont ils disposaient[6].

Période moderne[modifier | modifier le code]

En 1544, un des seigneurs de Montévrain, assistant, avec le comte de Lorges, à la prise de Lagny, fut décapité pour avoir pillé des reliques.

Liste des curés de Montévrain[modifier | modifier le code]

Liste des curés de Montévrain
Période Identité Étiquette Qualité
  après 1232 Pierre Caradeu    
  après 1551 Simon Cheramy    
1666 1668 Jean-Jacques Le Soubz    
1668   Maillard    
après 1763   Pierre Filhon    
1797 1809 Nicolas Raveret    
  1818 Jean Louis Gillet   Décédé le 1er septembre 1818
    Abbé Lemairre   Décédé en 1894
1880 1906 Abbé Dosnon    

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Montévrain fait partie de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée dans le secteur 3, Val de Bussy. Depuis le 1er janvier 2013, la commune fait partie de la communauté d'agglomération de Marne-et-Gondoire.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1881 1891 Maxime Boulanger    
1891 1908 Jules Boulanger    
1908 1910 Laurent Dumont    
1910 1920 Léandre Lachery    
1920 1927 André Darrasse    
1927 1929 Eugène Schwarberg    
1929 1942 Edmond Butet    
1942 1945 Louis Pontet    
mai 1945 mars 1965 Victor Lefrancier    
mars 1965 1982 Roger Orange    
1982 mars 2001 Renaud Vié Le Sage PS  
mars 2001 septembre 2009 Gérard Guyot UMP  
30 septembre 2009 en cours Christian Robache [7] UMP-Le Chêne  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Politique environnementale (écoquartier)[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 9 741 habitants, en augmentation de 16,48 % par rapport à 2009 (Seine-et-Marne : 4,68 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
505 511 529 472 498 462 464 465 523
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
486 724 784 484 541 504 564 598 548
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
580 602 582 589 694 724 641 693 805
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
868 1 031 1 091 1 147 1 794 3 149 5 509 8 950 9 741
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La ville de Montévrain abrite un établissement industriel des Laboratoires Boiron, leader mondial de l'homéopathie. Ce site qui emploie 60 personnes, fabrique des produits pharmaceutiques conditionnés en bottel pack (collyres). On y trouve aussi le Centre commercial régional, le Clos du Chêne. Les stylos de la marque BiC sont fabriqués à Montévrain depuis 2001. Cette importante usine a été inaugurée le 11 mai 2001.D'autres entreprises se sont récemment installées sur la commune à proximité de la gare RER comme Océ France[12], une filiale du groupe Canon (entreprise). Une division d'EDF (UTO) d'appui aux centrales nucléaires françaises (environ 800 salariés), est également installée à Montévrain depuis 2013.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Rémy.
  • L'église Saint-Rémy, sans doute l'un des monuments les plus intéressants de la commune, c'est en tous cas l'une des plus anciennes de la région.

Donnée par l'évêque de Paris à l'abbaye de Lagny-sur-Marne en 1036, l'église est reconstruite peu après. Elle subit différentes modifications par la suite. Le clocher, du XIIe siècle, est souvent reproduit par les artistes locaux. On l'identifie sur plusieurs œuvres du peintre Henri Lebasque (1867-1936), qui réside à Montévrain autour de 1900.

C'est vers 1140 que fut construit le clocher flanqué de son absidiole. La voûte du chœur avec ses croisées d'ogives date du XIIIe siècle. À l'entrée du chœur, la pierre tombale est celle du vicaire Michel Parent mort en 1514. Dans le collatéral nord, d'autres dalles ont été scellées sur le mur, dont celle d'Anne de Crouy (1521), femme du chevalier Louis de Vion, dont les armoiries visibles sur cette pierre ont inspiré l'actuel blason de Montévrain.

L'élément principal du mobilier est le maître-autel avec sa belle décoration sculptée du XVIIIe siècle. La cloche de 1620 nommée « Rémye » a été refondue en 1868.

L'église de Montévrain a été classée monument historique en 1928.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La ferme de la Folie est devenue une colonie pénitentiaire, créée par Paul Cére en 1856 et supprimée en 1861. Incendiée en 1870, elle fut fermée et reprise en 1882 par l'Assistance publique qui en fit l'école professionnelle d'Alembert où l'on enseigne l'ébénisterie et l'imprimerie. À 1 km de la ville de Lagny elle occupe les deux versants est et ouest d'un petit vallon formé par le ru Bicheret, affluent de la Marne ; elle est limitée au sud par le talus de la route nationale no 34. Pendant la guerre de 1914-1918, l'école d'Alembert abrita l'hôpital temporaire no 76. Cela explique la présence du carré militaire du cimetière de Montévrain. En 1939-1940 fut installé un hôpital militaire complémentaire.

Il faut souligner que les trous percés dans le mur est de ce cimetière datent de 1914, à l'époque de la bataille de la Marne ; c'est de cette direction qu'aurait pu arriver l'invasion ennemie.

  • La propriété de la Grange au Bois, déjà connue au XVIe siècle, servait de maison de plaisance aux abbés de Saint-Pierre de Lagny qui aimaient s'y retirer, dans une ambiance champêtre et boisée. Les bâtiments de cette grange, dont une partie remonte au XVIIIe siècle, abritent depuis 1974 un centre d'aide par le travail pour jeunes handicapés.
  • Sur la Marne, le moulin de Quincangrogne passe pour avoir été un rendez-vous de chasse du roi Henri IV. Les constructions actuelles, plus récentes, ont abrité une papeterie dont la marque a pris et conservé le nom de Montévrain, même si elle est aujourd'hui située ailleurs. Le comité d'entreprise de la RATP est désormais le propriétaire des lieux et l'a aménagé en centre de vacances avec le terrain de camping attenant. Bien que son aspect ait beaucoup changé, il faut encore le considérer comme un rare témoin des nombreux moulins d'autrefois qui jalonnaient le cours de la Marne.
  • Au sud du vieux bourg, se trouve la ferme des Corbins, imposante dans son cadre de verdure. Elle tire son nom des Corneilles. Précédemment propriété de l'Assistance publique, elle appartenait jadis aux frères de la Charité de Paris. Il en subsiste de fiers bâtiments dont une salle voûtée reposant sur d'importants piliers hexagonaux (XVIe siècle). Aujourd'hui la ferme des Corbins est un club hippique parmi les plus réputés de Seine-et-Marne.
  • En 1429 et en 1430, Jeanne d'Arc effectue trois séjours à Lagny. La tradition veut qu'elle soit passée à Montévrain faire ses dévotions dans l'église ; on raconte que les habitants auraient construit rapidement un pont qui permit à Jeanne et à son armée de franchir le lit encaissé du Bicheret : il s'agirait du pont dit pont Jeanne-d'Arc bien que cette appellation soit récente, c'est le seul pont aussi ancien de la région.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le site de Montévrain a attiré plusieurs artistes :

  • les frères graveurs Eugène Froment (1844-1916) et Émile Froment (1866-1928) ;
  • les peintres Léo Gausson (1860-1944) et Henri Lebasque (1865-1937) ;
  • le 26 avril 1886, c'est là que mourut Eugène Isabey connu pour ses marines, fils du célèbre miniaturiste de la cour de Napoléon Ier
  • le cimetière garde aussi la sépulture du sculpteur Constant-Auguste Thomsen (1869-1925), Grand Prix de Rome.

L'installation de l'école d'Alembert dans une ancienne colonie pénitentiaire à trois km. de Lagny fut le lieu de réunion à partir de 1885 de nombreux artistes grâce à la complicité de monsieur Hayet directeur de l'établissement, parent de Louis Hayet pointilliste et M. Peduzzi Cavallo peintre et graveur qui professe le dessin dans cette école, trois fois par semaine. On peut citer Jean Guérin, peintre directeur de l'école de dessin de Mantes, Leo Gausson, Gustave Ravanne peintre de Marine élève de Bonnat, Celli .... L'École disposait à partir de 1894 d'un atelier d'imprimerie et de clicherie qui fut à même d'aider les artistes graveurs et lithographes des tirages étant possibles sur les presses Minerve.

  • Adrien Payn (1800-1855) : auteur dramatique, maire de Montévrain de 1848 à 1854.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Montevrain.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi : mi-parti : au 1) d’or aux trois aigles de sable, becquées et membrées de gueules, au second d’azur semé de fleurs de lys d’or aux deux fasces ondées d’argent brochant sur le tout.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Montévrain, hier, aujourd'hui, demain, préfacé par M. Vié le Sage, édité par EPAMARNE, Vincennes, années 1990
  • Histoire générale illustrée des départements depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Seine-et-Marne, Orléans 1911.
  • Histoire du diocèse de Paris, contenant les paroisses et terres du Doyenné de Lagny, par l'abbé Lebeuf, 1758.
  • Rapport de fouilles archéologiques : l'Orme de Profondis, décembre 2006, INRAP.
  • Rapport de fouilles archéologiques : les occupations du bassin des Corbins, de la protohistoire à la période moderne, mars 2011, INRAP.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ecoquartier de Montévrain par Epamarne
  2. Infos sur le site de la commune sur l'ecoquartier
  3. « Labelisation de l'écoquartier - Montévrain - Site officiel de la commune », sur www.montevrain.fr (consulté le 29 octobre 2017)
  4. James, « toponymie de seine et marne », sur www.detection77.com (consulté le 29 octobre 2017)
  5. Histoire générale illustrée des départements de France page 589
  6. Essais historiques et statistiques sur le département de Seine et Marne, Volume 3, Michelin, 1841
  7. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en juin 2015).
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. Océ France à Montévrain