Vernou-la-Celle-sur-Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vernou et la Celle.
Vernou-la-Celle-sur-Seine
La mairie de Vernou-la-Celle-sur-Seine
La mairie de Vernou-la-Celle-sur-Seine
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Fontainebleau
Canton Montereau-Fault-Yonne
Intercommunalité Communauté de communes Moret Seine et Loing
Maire
Mandat
Alain Momon
2014-2020
Code postal 77670
Code commune 77494
Démographie
Gentilé Vernoucellois, Vernoucelloises
Population
municipale
2 689 hab. (2014 en augmentation de 0,67 % par rapport à 2009)
Densité 120 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 16″ nord, 2° 50′ 47″ est
Altitude Min. 42 m
Max. 145 m
Superficie 22,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vernou-la-Celle-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vernou-la-Celle-sur-Seine

Vernou-la-Celle-sur-Seine est une commune française située dans le sud du département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Les habitants sont appelés les Vernoucelloises[1] et les Vernoucellois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situation géographique de Vernou-la-Celle-sur-Seine dans sa Communauté de communes, Moret Seine et Loing
Situation géographique de Vernou-la-Celle-sur-Seine dans son Canton (2015), Montereau-Fault-Yonne

Vernou-la-Celle-sur-Seine est située au sud-est de Paris (environ 100 km) et au sud-est de la préfecture de Seine-et-Marne, Melun (environ 30 km) sur la rive droite de la Seine juste avant son confluent avec le Loing.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par une gare de la ligne Melun - Héricy - Montereau. Une liaison directe vers la gare de Lyon est également possible, via les gares voisines de Saint-Mammès et Champagne-sur-Seine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les "celles" sont d'abord des cellules d'ermites, lesquelles deviennent souvent de petits monastères[2].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Situation géographique des lieux-dits et hameaux de Vernou-la-Celle-sur-Seine
  • La Basse Roche
  • La Celle
  • La Thurelle
  • Le Chesnoy
  • Le Montoir
  • Le Moulin des Serpes
  • Le Panorama
  • Marangis
  • Le Moulin de Nanchon

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Champagne-sur-Seine Machault Valence-en-Brie Rose des vents
Saint-Mammès N La Grande-Paroisse
O    Vernou-la-Celle-sur-Seine    E
S
Moret-Loing-et-Orvanne

Histoire[modifier | modifier le code]

Généralités Historiques :

  • Mentionnée au XIe siècle. Commune fondée en 1971 par la réunion, des communes de Vernou-sur-Seine et de La Celle-sur-Seine, anciennement La Celle-sous-Moret.
  • Le château de Graville appartint aux Balzac d'Entragues, famille d'Henriette d'Entragues, marquise de Verneuil, favorite d'Henri IV.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Rosnay-l'Hôpital

D’azur au chevron d’or accompagné, en chef, de deux étoiles d’argent et en pointe, d’un lion léopardé du même.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Manorbier Pays de Galles

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2014, la commune comptait 2 689 habitants[Note 1], en augmentation de 0,67 % par rapport à 2009 (Seine-et-Marne : +4,91 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
603 641 669 601 636 704 717 720 680
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
670 692 659 623 618 649 614 544 645
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
534 544 599 596 590 547 571 538 570
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
763 706 1 172 1 408 2 260 2 499 2 653 2 673 2 693
2013 2014 - - - - - - -
2 713 2 689 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Festivités et évènements[modifier | modifier le code]

Salon de la gastronomie et de l'artisanat Marché aux fleurs 2e week-end de mai organisé par Vivons en Fête. Se tient le même week-end un vide-greniers le samedi et une fête foraine

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Situation géographique du Patrimoine de Vernou-la-Celle-sur-Seine

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Fortuné
  • Église Saint-Pierre-aux-liens

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vallée des 7 moulins.

La vallée des moulins se situe entre la Grande-Paroisse et Vernou-la-Celle-sur-Seine, les moulins se répartissant sur les deux communes. Le plus vieux moulin (Moulin de la Basse Roche) date du XIe siècle.

Architecture civile :

  • Château d'Argeville : parc, communs, clôture, porte d'accès à la ferme, portail d'entrée.
  • Château de Graville fin 16e/début 17e, remanié 1863 : logis rectangulaire flanqué de tours et de pavillons d'angle, façade Henri IV ; cheminées ornées de statues, de bustes et de portraits 17e.
  • Château de Beaurepaire  : façades et toitures du château, dépendances, portail d'entrée, ses pavillons et son mur ; colombier.
  • Monument aux morts par Philippe Bayonne et Michel Deverne, 1972.

Architecture sacrée :

  • Église Saint-Fortuné de Vernou : vaste édifice rectangulaire à 3 nefs, chœur à chevet plat de 3 travées et collatéraux 13e, nef de 4 travées et collatéraux 16e, chapiteaux à crochets, voûtes de plâtre 1869, portail Renaissance 1550 avec un H et un croissant (Henri II) surmonté d'une rose, clocher à 4 pignons coiffé d'une flèche ; vitraux 16e, buste-reliquaire de saint Fortuné 17e, piscine 12e décorée de feuillages, pierre tombale 13e.
  • Église Saint-Pierre-aux-Liens de La Celle restaurée : nef de 3 travées lambrissée 12e, chœur de 2 travées voûtées d'ogives retombant sur des culots sculptés, bas-côté flamboyant 15e, clocher 17e ; vitraux 13e et 16e, Christ de bois 15e, saint Pierre assis en bois, épitaphe funéraire 18e.
  • Fontaine Saint-Fortuné, avec statue du saint.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.habitants.fr/habitants_vernou-la-celle-sur-seine_77494.html
  2. – Marianne Mulon –Noms de lieux d’Île-de-France, Bonneton, Paris, 1997 (ISBN 2862532207)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.