Vulaines-sur-Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vulaines (homonymie).

Vulaines-sur-Seine
Vulaines-sur-Seine
La mairie.
Blason de Vulaines-sur-Seine
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Fontainebleau
Canton Fontainebleau
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Fontainebleau
Maire
Mandat
Patrick Chadaillat
2014-2020
Code postal 77870
Code commune 77533
Démographie
Gentilé Vulaignots, Vulaignottes
Population
municipale
2 711 hab. (2016 en augmentation de 2,69 % par rapport à 2011)
Densité 613 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 55″ nord, 2° 46′ 03″ est
Altitude Min. 42 m
Max. 102 m
Superficie 4,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vulaines-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vulaines-sur-Seine
Liens
Site web Site officiel

Vulaines-sur-Seine est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Les habitants sont appelés les Vulaignots.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Vulaines-sur-Seine se situe à 6 km de Fontainebleau et environ 65 km au sud-est de Paris.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Héricy Rose des vents
Samois-sur-Seine N Champagne-sur-Seine
O    Vulaines-sur-Seine    E
S
Samoreau

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de la commune se compose de quatre cours d'eau référencés :

  • la Seine, fleuve long de 774,76 km[1], ainsi que :
    • un bras de 0,67 km[2] ;
    • le ru Dondaine, 2,55 km[3], affluent de la Seine ;
      • le canal 01 du Bois des Brûlis, 2,80 km[4], qui conflue avec le ru Dondaine.

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 0,49 km[5].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par une gare du Transilien, sur la ligne R à l'arrêt Gare de Vulaines-sur-Seine - Samoreau. Véolia Transport assure le réseau bus qui compte 3 lignes (lignes 4,5 et 6) passant par Vulaines et à destination de Fontainebleau-Avon ainsi que de sa gare.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 42 lieux-dits administratifs répertoriés[6] dont Vulaines-Haut, Vulaines-Bas, Valvins (cité comme lieu de baignade sur la Seine lors des séjours de Louis XIV à Fontainebleau, par Alexandre Dumas dans Le Vicomte de Bragelonne.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se réparti[Note 1] en 42,6 % de zones urbanisées, 29,6 % de terres arables, 25,7 % de forêts et 2,1 % d’eaux continentales[Note 2] - [5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Vulayne en 1614, Vuillaine en 1692 devenu officiellement Vulaines-sur-Seine au XIXe siècle pour le distinguer de Vulaines-lès-Provins.

La première mention écrite du nom est Villaines. Cela renvoie à « villa », une exploitation agricole de grande taille possédant des bâtiments d’exploitation. La villa est une création romaine dont le nom a été donné aux fondations ultérieures (du VIe au XIIe siècle). Le nom est donc formé sur un mot ancien mais sa première mention ne date que du milieu du XVe siècle. Ce qui est très tardif par rapport à tous les autres villages ou hameaux environnants, Samoreau, Héricy et La Brosse au XIIe siècle et même Fontaineroux en 1279. Tout cela signifie qu’une grande propriété gallo romaine ou mérovingienne existait peut être à l’emplacement du village mais que son nom n’a été trouvé dans aucun document écrit avant le XVe siècle, ce qui prouve que le village n’avait pas beaucoup d’importance, du moins pour ceux qui utilisaient l’écrit, c’est-à-dire l’Église, le roi et la grande aristocratie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 1984 Guy Cresson    
1984 juin 1995 François Fontaine    
juin 1995 mars 2014 Jacques Charbonnier DVD (app. UMP) Retraité
mars 2014 En cours Patrick Chadaillat DVD Retraité de la fonction publique territoriale
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[9].

En 2016, la commune comptait 2 711 habitants[Note 3], en augmentation de 2,69 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
154154158175210238241243242
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
256255279284292293301333359
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
345337361424398455473510683
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
8529031 1071 6852 0472 0652 4292 6402 711
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Festivités et évènements[modifier | modifier le code]

  • Concours de piano organisé tous les ans.
  • Quelques divertissements ont lieu à la salle G.-Cresson tous les ans.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Musée départemental Stéphane-Mallarmé, ancien lieu de villégiature du poète.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Musée départemental Stéphane Mallarmé.
  • La Péniche de la Maison de l'Eau des Maisons du Bornag.
  • Le Château des Brullys à Vulaines-sur-Seine est devenu une maison de retraite. C'est une résidence privée de l'association France Horizon.
  • L'église Saint Eloi.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Vulaines-sur-Seine

Les armes de la ville de Vulaines-sur-Seine se blasonnent ainsi :
« Écu de gueules à chef et bande d’azur meublé au cœur d’une nef d’argent sur une rivière ondée d’or, accompagné de deux épis de blé et d’un brin de muguet d’or à dextre et d’une balance du même à senestre. »

La nef rappelle la Seine, la balance l’orfèvre Saint Éloi patron de Vulaines-sur-Seine, le blé et le muguet Saint Fiacre patron de la confrérie des jardiniers.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Statistiques de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  2. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Guillory : Vulaines – Samoreau – Héricy, éditions Amatteis, Le Mée-sur-Seine 1993. (ISBN 2-86849-127-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :