Andrezel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Andrezel
Andrezel
Mairie.
Blason de Andrezel
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Melun
Intercommunalité Communauté de communes Brie des Rivières et Châteaux
Maire
Mandat
Bruno Rémond
2020-2026
Code postal 77390
Code commune 77004
Démographie
Gentilé Andrezéliens
Population
municipale
284 hab. (2017 en diminution de 2,07 % par rapport à 2012)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 36′ 40″ nord, 2° 48′ 49″ est
Altitude Min. 90 m
Max. 103 m
Superficie 8,08 km2
Élections
Départementales Canton de Nangis
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Andrezel
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Andrezel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Andrezel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Andrezel

Andrezel est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Andrezéliens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à environ 16 kilomètres au nord-est de Melun[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes proches d'Andrezel incluent : Champeaux à 3,00 km, Guignes à 3,13 km, Saint-Méry à 3,84 km, Fouju à 3,85 km et Verneuil-l'Étang à 3,96 km.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune n’est traversée par aucun cours d'eau[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le sentier de grande randonnée GR 1 traverse le territoire de la commune entre Verneuil-l'Étang au nord et Champeaux au sud.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes d’autocars :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

En 2018[4], le territoire de la commune se répartit[Note 1] en 91,3 % de terres arables et 8,8 % de forêts[5],[6].

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 31 lieux-dits administratifs répertoriés[7]. Les plus importants sont : Le Truisy, Le Pré.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2014, le nombre total de logements dans la commune était de 130 (dont 97,7 % de maisons et 2,3 % d’appartements).

Parmi ces logements, 93,3 % étaient des résidences principales, 0,5 % des résidences secondaires et 6,2 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 90,1 % contre 8,3 % de locataires[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est signalé par un Predium in Bricio quod dicitur Andesellum en l'an 1130[9], Andresel en 1148[10].

Ce toponyme, d'après Ernest Nègre, dériverait d'un anthroponyme Andricus.

Histoire[modifier | modifier le code]

Andrezel (Andesellum) est cité dans une charte d'Eudes de Brateau fondant le prieuré de Saint-Vrain (Essonne)[11].

Le pape Martin IV (1210/1220 - 1285) est né sur l'actuel territoire de la commune d'Andrezel, à la ferme de Mainpincien.

Albert/Aubert (Ier), sous Louis VII au XIIe siècle, est le premier sire d'Andrezel[12] que nous connaissons ; suivi par Aubert II, fl. vers 1200, mari d'Agnès de Garlande-Tournan et La Houssaye, père d'Aubert III (fl. 1222 ; fondateur, avec sa femme Jeanne, de la chapelle St-Eloi en 1236) et de Jean d'Andrezel. En 1285 est signalé Aubert (IV), mari de Jeanne.

En 1312 apparaît Jean Ier (de) Viole, qu'on dit sire d'Andrezel par son mariage avec l'héritière des anciens seigneurs (certains disent qu'en fait ce serait son père Alphonse Viole qui aurait épousé ladite héritière[13], une certaine Alix, fille d'Hugues de Melun : cela semble sans consistance, ce Hugues n'est pas identifié, et les Melun ne paraissent pas avoir possédé Andrezel) ; aussi seigneur de Gretz, il est chambellan de Philippe VI en 1327, et son fils Pierre Ier après lui, ce dernier étant père de Jean II Viole, † en 1385 à Naples dans la suite de Louis Ier d'Anjou. Dans la 2e moitié du XIVe siècle, les deux sœurs Marguerite et Jeanne, filles de Jean d'Andrezel (Jean Ier ou Jean II Viole ?) transmettent des droits sur la seigneurie à leurs maris respectifs, les deux frères Jean Ier et Guillaume de Montmorency de Deuil, St-Leu, Nangis et La Houssaye (branche des Montmorency[14] éteinte dans les mâles en 1402 avec Jean II de Montmorency, fils de Guillaume ; les droits ont couru jusqu'à Gaucher de Thourotte et Eustache de Gaucourt, premier Grand-fauconnier de France, les deux maris de Jeanne de Montmorency, † ap. 1415, dernière fille de Guillaume, sœur de Jean II, † 1402, et de Denise qui était † dès ~1401).

Les Viole[15] vont garder Andrezel du XIVe siècle jusqu'après 1635 :

Vers 1649, Jean de Mons prête hommage comme vicomte d'Andrezel en Brie[17]. Vers 1650, Nicolas Fouquet acquiert la vicomté d'Andrezel, mais Jean de Mons est encore seigneur au moins en partie en 1656, et Raoul de Mons en 1700 ; puis Pierre Longuet vers 1660, qui réunit la vicomté à son fief de Vernouillet en Brie en 1661 : les Longuet gardent Andrezel, au moins et en partie jusqu'à Anne-François, fl. 1766[18].

Enfin, depuis le début du XVIIIe siècle, Andrezel est, au moins en partie, aux mains des Picon[19], dont Jean-Baptiste-Louis Picon (1663-† 1727 à Constantinople ; diplomate, vicomte d'Andrezel), père de Louis-René Picon marquis d'Andrezel (1713-av. 1765), et grand-père de Christophe (1746-1835 ; maréchal de camp) et de l'abbé Barthélemy-Philibert (1757-1825 ; dernier abbé de St-Jacut, inspecteur général de l'Université[20]).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 2002 Michel Rémond    
2002 En cours Bruno Rémond   Agriculteur

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[22].

En 2017, la commune comptait 284 habitants[Note 2], en diminution de 2,07 % par rapport à 2012 (Seine-et-Marne : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
316253248221204212230238263
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
287299332334330306311313324
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
270292275257306346317321317
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
229230282243358365317299285
2017 - - - - - - - -
284--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le nombre de ménages fiscaux en 2014 était de 116 représentant 296 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 27 976 €[8].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2014, le nombre total d’emploi dans la zone était de 38, occupant 144 actifs résidants (salariés et non-salariés).

Le taux d’activité de la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 73,4 % contre un taux de chômage (au sens du recensement) de 4,8 %. Les inactifs se répartissent de la façon suivante : étudiants et stagiaires non rémunérés 7 %, retraités ou préretraités 16,1 %, autres inactifs 3,5 %[8].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre d'établissements actifs était de trente et un, dont sept dans l’agriculture-sylviculture-pêche, un dans l’industrie, quatre dans la construction, seize dans le commerce-transports-services divers et trois relatifs au secteur administratif[8].

Ces établissements ont pourvu vingt postes salariés.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le vicomte d'Andrezel.
  • Martin IV (Simon de Brion), né à Andrezel vers 1210/1220, pape du jusqu'à sa mort le .
  • Marguerite-Aimée de Villedot (fille de Michel Villedo) épousa, le , Antoine-Hercule Picon, seigneur et vicomte d'Andrezel[25]. Ce dernier fut conseiller d'État en 1663, il travaillait en particulier pour Jean-Baptiste Colbert dont il avait la confiance[26]. Ils eurent un fils en la personne de Jean-Baptiste Louis Picon, seigneur d’Andrezel, La Mothe, Saint-Méry, Monginot et autres lieux, vicomte d’Andrezel, conseiller et secrétaire du roi.
Andrezel-08.jpg

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Andrezel Blason
De sable à trois chevrons brisés d'or[27].
Détails

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Site sur le village, fait par un habitant : http://andrezel-village.e-monsite.com/

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Statistiques de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Localisation de Andrezel » sur Géoportail (consulté le 19 mai 2018).
  2. « Hydrographie de Andrezel » sur Géoportail (consulté le 18 mai 2018).
  3. Site Transdev-IdF
  4. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  5. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 21 septembre 2018
  6. [PDF]Fiche communale d'occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) sur le site cartoviz.iau-idf.fr
  7. Site territoires-fr.fr consulté le 20 mai 2018
  8. a b c et d Statistiques officielles de l’INSEE.
  9. Dans une charte d'Eudes de Brateau, fondateur du prieuré de Saint-Vrain.
  10. Dans une lettre de Lois VII concernant la construction d'une tour fortifiée dans l'actuelle commune.
  11. Chartrier de la collégiale de Saint-Martin de Champeaux. Jean Dufour. 2009.
  12. « Andrezel, p 475-479 : Seigneurs d'Andrezel, p. 477-479, in Histoire du diocèse de Paris : doyenné de Champeaux, p. 345-349, t. XV, par l'abbé Jean Lebeuf, chez Prault Père à Paris,1768 », sur Essais historiques et statistiques sur le département de Seine-et-Marne : Notices historiques sur les villes, bourgs, villages et hameaux, édition par Louis Michelin, 1841
  13. « Les seigneurs d'Andrezel, par Jean Harrang, 2006 », sur Blog de Jean Harrang
  14. « Maison de Montmorency, p. 39 », sur Racines & Histoire
  15. « famille de Viole ou Violle », sur Racines & Histoire
  16. « Famille Poignant, p. 3 », sur Racines & Histoire
  17. « Bailliages et prévôtés : Acte de foi et d'hommage, p. 19, haut de la colonne de gauche », sur Inventaire-Sommaire des Archives civiles départementales antérieures à 1790 de Seine-et-Marne, t. Ier, rédigé par Côme Lemaire, 1863
  18. « Bailliages et prévôtés : donations de septembre-décembre 1766, p. 131 », sur Inventaire-Sommaire des Archives civiles départementales antérieures à 1790 de Seine-et-Marne, t. III, rédigé par Côme Lemaire, 1875
  19. « Christophe Picon d'Andrezel », sur Geneanet Pierfit
  20. « Note biographique : Barthélemy-Philibert Picon d'Andrezel, p. 129-130 », sur Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, 11, 1986, mises en ligne par Persée
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  25. Pièces fugitives pour servir l'histoire de France par Charles de Baschi - 1759
  26. Lettres de Madame de Sévigné de sa famille et de ses amis 1863
  27. Andrezel sur Genealogie.com (consulté le )