Gretz-Armainvilliers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gretz-Armainvilliers
Gretz-Armainvilliers
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Torcy
Intercommunalité Communauté de communes Les Portes Briardes Entre Villes et Forêts
Maire
Mandat
Jean-Paul Garcia Robin
2020-2026
Code postal 77220
Code commune 77215
Démographie
Gentilé Gretzois
Population
municipale
8 566 hab. (2018 en augmentation de 1,88 % par rapport à 2013)
Densité 634 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 30″ nord, 2° 44′ 06″ est
Altitude Min. 86 m
Max. 114 m
Superficie 13,51 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Gretz-Armainvilliers
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Ozoir-la-Ferrière
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gretz-Armainvilliers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gretz-Armainvilliers

Gretz-Armainvilliers (prononcé [gʁɛ.t͡saʁ.mɛ̃.vi.ˈlje]) est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située sur le plateau de la Brie :

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier de Gretz-Armainvilliers.

Le réseau hydrographique de la commune se compose de huit cours d'eau référencés :

  • le Réveillon, long de 21,6 km[1], prend sa source sur le territoire de la commune ;
  • la Barbançonne, longue de 12,1 km[2], prend sa source sur le territoire de la commune ;
  • le Ru de la Menagerie, long de 11 km[3] ;
  • la Marsange, longue de 30,4 km[4], affluent de l'Yerres en rive droite ;
    • le ru de la Queue Mahot, 1,4 km[5], affluent de la Marsange. ;
    • le ru des Monbarres, 12,7 km[6], affluent de la Marsange.
  • le canal 01 de la Commune de Gretz-Armainvilliers, 1,3 km[7] ;
  • le cours d'Eau 01 de la Commune de Tournan-en-Brie, 0,5 km[8].

La longueur totale des cours d'eau sur la commune est de 8,61 km[9].

Gestion des cours d'eau[modifier | modifier le code]

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l'eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles : le SDAGE, à l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE, à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Le département de Seine-et-Marne est couvert par six SAGE, au sein du bassin Seine-Normandie[10].

La commune fait partie du SAGE « Yerres », approuvé le . Le territoire de ce SAGE correspond au bassin versant de l’Yerres, d'une superficie de 1 017 km2, parcouru par un réseau hydrographique de 450 kilomètres de long environ, répartis entre le cours de l’Yerres et ses affluents principaux que sont : le ru de l'Étang de Beuvron, la Visandre, l’Yvron, le Bréon, l’Avon, la Marsange, la Barbançonne, le Réveillon[11]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le syndicat mixte pour l’Assainissement et la Gestion des eaux du bassin versant de l’Yerres (SYAGE), qualifié de « structure porteuse »[12].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 10,9 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,2 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 3,8 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,3 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 719 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 1,3 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : 1,8 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[13].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[14]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[13]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[15]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 15 km à vol d'oiseau[16], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[17] à 11,6 °C pour 1991-2020[18].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Carte des ZNIEFF de type 2 localisées sur la commune.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal de Gretz-Armainvilliers comprend deux ZNIEFF de type 2[Note 2],[19],[Carte 1] :

  • la « forêt de la Léchelle et de Coubert » (2 069,22 ha), couvrant 9 communes du département[20] ;
  • les « forêts d'Armainvilliers et de Ferrières » (5 682,94 ha), couvrant 12 communes du département[21].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Gretz-Armainvilliers est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[22],[23],[24]. Elle appartient à l'unité urbaine de Gretz-Armainvilliers, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[25] et 17 375 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[26],[27].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire regroupe 1 929 communes[28],[29].

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La DGFiP, dans sa base FANTOIR, répertorie 40 lieux-dits administratifs[Note 5],[30].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (55,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (56 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (55,8% ), zones urbanisées (17,6% ), prairies (9,8% ), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (6,2% ), espaces verts artificialisés, non agricoles (4,3% ), eaux continentales[Note 6] (3,5% ), terres arables (2,7 %)[31].

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[32],[33],[Carte 2]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 3].

Planification[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document d’orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle et à un horizon de 20 ans et s'imposant aux documents d'urbanisme locaux, les PLU (Plan local d'urbanisme). La commune est dans le territoire du SCOT Frange ouest du plateau de la Brie, dont le projet a été arrêté le et porté par le syndicat mixte d’études et de programmation (SMEP) des communes de la Frange Ouest du Plateau de Brie[34].

La commune disposait en 2019 d'un plan local d'urbanisme en révision[35]. Le zonage réglementaire et le règlement associé peuvent être consultés sur le Géoportail de l'urbanisme[Carte 4].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 3 638 dont 52,5 % de maisons et 47,2 % d'appartements[Note 7].

Parmi ces logements, 94,7 % étaient des résidences principales, 0,6 % des résidences secondaires et 4,7 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 55,7 % contre 42,8 % de locataires[36] dont, 22,1 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 8] et, 1,5 % logés gratuitement.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la RN 4, direction Paris ou Nancy.

La ville dispose de la gare de Gretz-Armainvilliers, desservie par les trains de la ligne E du RER.

Plusieurs lignes d'autobus y passent :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes « In pago Parisiaco in villa que dicitur Gressus » en 820[38] ; Gres en 1182[39] ; Gressium en 1209[40] ; Gresseium in Bria en 1280 ([41]) ; Gres en Brie en 1389[42] ; Gres en Brye en 1466[43] ; Grez en Brie en 1774[44] ; Grez au XVIIIe siècle[40] ; Gretz ou Grès en 1829[40] ; Gretz-Armainvilliers (Décret du ).

Gretz : du latin gresum, qui désigne un terrain rocailleux à l’époque gallo-romaine.
Armainvilliers signifierait « la villa de Hermann ».

Histoire[modifier | modifier le code]

La tour de Gretz, représentée par Claude Chastillon.

Présence de ruines d'une tour carrée datant du XIIIe siècle et d'un château. Depuis au moins 1210, il existait une famille féodale locale, les de Gretz/de Grez[45],[46], issue de Barthélemy de Gretz, fils de Béatrice et mari d'Havise, seigneur de Nesles, père d'Hugues, Adam, Henri et Guillaume (seigneur de Gretz en 1249-1266). Appartiennent à cette famille le maréchal Jean de Gretz de Corbeil[47] († 1318), fils d'autre Jean de Corbeil, et les prélats Guillaume († 1293) et Pierre de Grez († 1325), évêques d'Auxerre, ou Henri de Grez († 1246), évêque de Chartres. Les sire de Gretz, dès cette première famille, avaient aussi, au moins en bonne part, la forêt d'Armainvilliers (cf. Le site de l'ONF, sur Google, historique de la forêt d'Armainvilliers), mais pas la seigneurie qui était alors en la possession de seigneurs particuliers.

À la mort en 1325 de l'évêque d'Auxerre Pierre, seigneur de Gretz, fort endetté auprès du roi Charles, celui-ci saisit Gretz et le vend 1 000 livres à son cousin Philippe de Valois, qui le donne à son chambellan Jean Ier Viole d'Andrezel. Sous Charles VIII, Michel du Chastenez du Feuillet, maître d'Hôtel du roi, est seigneur de Gretz, qu'il vend en 1496 avec Marois, Combreux, Armainvilliers et Petit-Musse (à Gretz), à Jacques de (La) Mineray[48], maître d'Hôtel du roi, vicomte de Rouen, suivi par son fils François (fl. 1510-1526), lui-même père de Charles de (La) Mineray ; désormais Armainvilliers et Gretz ont les mêmes seigneurs (auparavant, Armainvilliers avait des seigneurs particuliers : l'abbé Lebeuf, dans son Histoire du diocèse de Paris abondamment reprise par Louis Michelin ([45], p. 527) en cite quelques uns, comme Gaucher du Chastel en 1380 ; Jean de Rivière en 1397 ; Jean II de Popincourt sous Louis XI ; Pierre Turquant en 1470, auditeur au Châtelet). En 1580, Pierre de Sourhouette du/de Halde, écuyer et premier valet de chambre du Roi, capitaine-gouverneur d'Etaples, seigneur de Longvilliers[49], Marquise, Recques en Boulonnais et Dannes, Avrilly[50], châtelain de Beauche en Auxerrois, achète la seigneurie de Gretz-Armainvilliers ; il était l'époux de Lucrèce de Mauny, et le père de Charles et Diane du/de Halde († 1650, elle épouse successivement deux fils cadets du duc Charles d'Halluin : en 1587 Robert († 1587 à Coutras) et en 1588 Léonor († 1595 au siège de Doullens) ; puis François de Belleval-Rouvroy[51], † 1602 ; enfin Jacques de Machat de La Meschaussée-Pompadour).

En 1609, Pierre de Beringhen, Premier valet de chambre d'Henri IV puis de Louis XIII, acquiert Gretz-Armainvilliers, qui passe ensuite à son fils Henri (1603-1692 ; Premier valet de chambre, Premier écuyer du roi à la Petite-Ecurie, maréchal de camp, gouverneur de Marseille ; protestant, il doit fuir Richelieu et se réfugier aux Pays-Bas chez Maurice et Frédéric-Henri d'Orange-Nassau, aussi chez Gustave-Adolphe ; la famille de Beringhen posséda aussi le château d'Azay-le-Rideau, le domaine de la Rivière vers Thomery, Châteauneuf et Le Plessis-Bertrand en Bretagne, Louveciennes depuis 1685, la seigneurie de Tournan vers la mi-XVIIe siècle/1669 : désormais le seigneur de Tournan réside au château d'Armainvilliers), et à son petit-fils Jacques-Louis (1651-1723 ; Premier écuyer du roi ; en 1700, il échange Louveciennes avec Louis XIV contre l'ensemble de la châtellenie de Tournan, avec Châtres et Marles, et devient comte d'Armainvilliers le 4 juin 1704). Les trois fils de ce dernier se succèdent alors : Jacques-Louis II (1680-1723), l'évêque François-Charles (1691-1742), et Henri-Camille de Beringhen, † 1770. Ce dernier, criblé de dettes, vend les terres à Louis XV en 1761.

Le , Louis-Charles de Bourbon (1701-1775), duc d'Aumale et comte d'Eu, échangea avec Louis XV la principauté de Dombes contre le duché de Gisors et les terres de Gretz-Armainvilliers et de Pontcarré. Sa succession passa à la branche collatérale des Bourbon-Penthièvre, puis aux Orléans (Louise Marie de Bourbon-Penthièvre, Madame Égalité, mère de Louis-Philippe, en apportant l'héritage).

En 1890, Clément Ader décolla avec le premier avion du monde appelé Éole.

Le 22 juin 1944 les installations ferroviaires de Gretz-Armainvilliers ont été bombardées par la 8th US Air Force simultanément avec la ville de Tournan-en-Brie. Des recherches récentes dans les archives américaines, désormais accessibles, permettent de connaitre dans le détail le déroulement de ce bombardement[52] L’escadrille de 52 bombardiers B-24 Liberator, volant en formation de quatre Combat box de 12 à 13 avions chacun, avait trois objectifs précis. Deux des Combat box ont pris pour cible la gare de triage, un autre la gare elle-même et l’embranchement vers Bâle-Mulhouse, le dernier a bombardé le centre-ville de Tournan-en-Brie. Pour parfaitement repérer et viser les cibles l’escadrille avait pour ordre d’effectuer un premier passage au-dessus de Tournan-en-Brie et de Gretz-Armainvilliers avant de revenir pour lâcher les bombes, ce qui fut fait.

C’est en application du Transportation Plan destiné à retarder l’acheminement des renforts allemands vers le front de Normandie, où la bataille était encore indécise quinze jours après le débarquement que ces trois objectifs ont été bombardés. Les 100 tonnes de bombes qui furent déversées entre 19h14 et 19h20 sur les trois objectifs ont effectivement coupé pour un temps les liaisons ferroviaires et routières vers l’est. Le triage de Gretz-Armainvilliers a été rendu inutilisable jusqu’à la fin de la guerre. Les Allemands s’efforceront, à marche forcée, de rétablir la liaison ferroviaire Paris-Mulhouse, et de faire déblayer le centre de Tournan-en-Brie pour que la circulation routière vers l’est puisse reprendre au plus vite.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Gretz-Armainvilliers se trouve dans le département de Seine-et-Marne. Rattachée depuis la Révolution française à l'arrondissement de Melun, elle intègre le l'arrondissement de Torcy afin de faire coïncider les limites d'arrondissement et celles des intercommunalités[53].

Elle fait partie depuis 1988 de la neuvième circonscription de Seine-et-Marne.

La commune faisait partie 1793 du canton de Tournan-en-Brie[54] avant d'être rattachée au canton d'Ozoir-la-Ferrière dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes Les Portes Briardes Entre Ville et Forêts, créée fin 2009[55].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[56]
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1795 Alexis Herbunot    
1800 1807 Louis Marchand    
1808 1816 Nicolas Lesueur-Florent    
1816 1822 Claude Poilblans    
1823 1828 Pierre Margery    
1828 1830 Alexandre Lecluse    
1830 1836 Félix Poilblans    
1836 1837 Jean Houdet    
1837 1838 Jean Duchatel    
1838 1839 Charles Mauny    
1839 1855 Georges Quettier    
1855 1860 Jean Louvet    
1860 1874 Jacques Toiray    
1874 1876 Romain Seigneur    
1876 1878 Alphonse Morand    
1878 1881 Auguste Dumont    
1881 1882 Alphonse Morand    
1882 1888 Baptiste Meunier    
1888 1904 Emile Pochard    
1904 1919 Théotime Jouas    
1919 1937 Arthur Papon Centre-gauche Industriel et Notaire
Conseiller général de Tournan-en-Brie (1923 → 1937)
Président du conseil général de Seine-et-Marne (1937)
Chevalier de la Légion d'honneur[57]
1938 1944 Henri Hequet    
1944 1947 Paul Adnot    
1947 1955 Georges Travers    
1955 1958 Maurice Papon   Fils d'Arthur Papon
Préfet régional en Algérie
1958 1959 Anatole Gaucherot    
mars 1959 mars 1971 Maurice Perrin    
mars 1971 mars 2001 Gilbert Pillet DVD Conseiller général de Tournan-en-Brie (1976 → 1998)
mars 2001 En cours
(au 6 mars 2018)
Jean-Paul Garcia Robin DVD Médecin généraliste
Conseiller général de Tournan-en-Brie (2004 → 2011)
Réélu pour le mandat 2014-2020[58],[59]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Gretz-Armainvilliers n'est jumelée[Quand ?] avec aucune autre commune.

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [60],[61].

Assainissement des eaux usées[modifier | modifier le code]

En 2020, la gestion du service d'assainissement collectif de la commune de Gretz-Armainvilliers est assurée par le SICTEU Gretz-Armainvillers, Liverdy-en-Brie, Presles-en-Brie et Tournan-en-Brie pour le transport et la dépollution. Ce service est géré en délégation par une entreprise privée, dont le contrat arrive à échéance le [62],[63],[64].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[65]. La commune assure le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations. Cette prestation est déléguée à l'entreprise Suez[62],[66].

Eau potable[modifier | modifier le code]

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par le SMAEP de la région de Tournan-en-Brie qui en a délégué la gestion à l'entreprise Suez, dont le contrat expire le [62],[67],[68].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[69]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[70].

En 2018, la commune comptait 8 566 habitants[Note 9], en augmentation de 1,88 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,47 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
479452440467443446426335429
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4345336185946346428559121 012
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0081 1181 1811 3201 5781 7251 9252 0212 265
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
3 1194 5597 1277 3307 2467 6137 7817 9258 578
2018 - - - - - - - -
8 566--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[54] puis Insee à partir de 2006[71].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Le collège Hutinel ;
  • L'école Georges-Travers (maternelle, élémentaire) ;
  • L'école Victor-Hugo (maternelle, élémentaire) ;
  • L'école Leclerc (maternelle, élémentaire) ;
  • Des lycées à Roissy-en-Brie, Tournan-en-Brie, Ozoir-la-Ferrière.

Sports[modifier | modifier le code]

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

  • Gymnase Victor-Hugo ;
  • Gymnase Hutinel ;
  • Stade Lucien-Laumondé (350 places assises) ;
  • Stade du Val-des-Dames ;
  • Courts de tennis Gretz - résidence Champagne ;
  • Salle polyvalente.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Le handball, le rugby et le football sont les sports phares de cette commune.

  • Tennis
  • Judo, aïkido
  • Terrains de pétanque
  • Volley-ball
  • Handball
  • Football
  • Basket
  • Vovinam Vietvodao
  • Gymnastique artistique
  • Tennis de table
  • Karaté

Le SC Gretz-Tournan handball[modifier | modifier le code]

Club formateur ayant à de nombreuses reprises obtenu le label d'or et le label d'argent de la fédération française pour son école de handball qui est d'ailleurs devenue championne de Seine-et-Marne en 2009. Le club est désormais présidé par Guillaume Febvret.

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • 2003 : Champion de Seine-et-Marne en D2 et promu en D1 (seniors masculins)
  • 2004 : Vainqueur de la coupe de Seine-et-Marne (-18ans masculins)
  • 2006 : Champion de Seine-et-Marne en Honneur et promu en Excellence (seniors masculins)
  • 2009 : Champion de Seine-et-Marne en D1 (-16ans masculins)
  • 2009 : Champion de Seine-et-Marne en D1 (-14ans masculins)
  • 2009 : Champion de Seine-et-Marne en Honneur (-14ans féminines)
  • ...
  • 2019 : Finaliste de la Coupe de Seine-et-Marne (Séniors 1 masculine)
  • 2019 : 8ème de finale de la Coupe de France (Séniors 1 masculine)
  • 2019 : Vainqueur du tournoi d'Alfortville (Loisirs)

Le SC Gretz-Tournan karaté[modifier | modifier le code]

Le club de Karaté de Gretz-Tournan est affilié à la Fédération Française de Karaté. Ce club accueille des enfants à partir de quatre ans comme des adultes, des débutants ou des pratiquants confirmés. Des stages d'initiation au Karaté ont également été dispensés par des experts de ce domaine tels que Serge Serfati.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale : la fête de la Saint-Jean, le dimanche le plus près du .
  • Chasse, pêche, randonnées en forêt, passage du GR14.
  • Brocante vers la fin avril, mi-septembre et novembre.
  • Salon du Vin et de la Gastronomie le troisième week-end de novembre.
  • Festival de la BD tous les deux ans, co-organisé avec l'association Bulle d'Encre

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 3 336 (dont 62 % imposés), représentant 8 731 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 21 810 euros[72].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2017 , le nombre total d’emplois dans la zone était de 2 932, occupant 3 765 actifs résidants.

Le taux d'activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 67,6 % contre un taux de chômage de 8,3 %.

Les 24,1 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 11,2 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 5,6 % de retraités ou préretraités et 7,4 % pour les autres inactifs[73].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre d'établissements actifs était de 671 dont 2 dans l'agriculture-sylviculture-pêche, 41 dans l’industrie, 108 dans la construction, 461 dans le commerce-transports-services divers et 59 étaient relatifs au secteur administratif[74].

Ces établissements ont pourvu 2 441 postes salariés.

La ville compte de nombreux commerces et supermarchés, mais également deux zones : une artisanale et une industrielle, ainsi qu'un golf.

  • Supermarchés :
  • Z.I. :
    • Siège Social de Leader Price
    • PVI ou Power Vehicle Innovation
    • ROT
    • Soripa Gastronomie
    • Trans Imprim
    • Team technologie
  • Restaurants :
    • McDonald's
    • Les Charretiers
    • Le Marguerit
    • Kebab
    • Le Penthièvre
    • Le Dragon Céleste
    • Tokyocacarama
  • Marché : le vendredi

Secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Gretz-Armainvilliers est dans la petite région agricole dénommée la « Brie boisée », une partie de la Brie autour de Tournan-en-Brie[Carte 5]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 10] de l'agriculture sur la commune est l'élevage de bovins pour le lait[75].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[76]. Cette tendance se retrouve au niveau de la commune où le nombre d’exploitations est passé de 4 en 1988 à 2 en 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations diminue, passant de 16 ha en 1988 à 8 ha en 2010[75]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Gretz-Armainvilliers, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Gretz-Armainvilliers entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[75],[Note 11]
Nombre d’exploitations (u) 4 2 2
Travail (UTA) 5 1 1
Surface agricole utilisée (ha) 63 17 15
Cultures[77]
Terres labourables (ha) s 0 0
Céréales (ha) 0
dont blé tendre (ha) 0
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) 0
Tournesol (ha) s
Colza et navette (ha) 0
Élevage[75]
Cheptel (UGBTA[Note 12]) 63 8 5

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Bois Vignolles du XIXe siècle, siège du PC Bruno en 1940.
  • Château d'Armainvilliers : grande villa normande construite par Edmond de Rothschild en 1877 à l'emplacement du château du duc de Penthièvre.
  • Château Pereire : propriété des frères Pereire, détruit en 1950
  • Église Saint-Jean-Baptiste : triptyque de la Vie de la Vierge (panneaux peints de la fin du XVe, classés, récemment attribués à Jean Changenet et terminés par Giovanni Grassi[78]), gisant de Jean de Gretz (1318) (MH), Vierge à l'Enfant en bois peint, deux dalles tumulaires XIIIe
  • Forêt domaniale d'Armainvilliers, parc du domaine Péreire, étang d'Armainvilliers, étang de la Mare Pinçon, étang de la Barrière Noire, parcours de santé le long du golf dans la forêt.
  • Golf Clément-Ader dans le domaine du château Péreire 48° 44′ 45″ N, 2° 42′ 51″ E.
  • Parc du Val des Dames : l’arboretum s’étend sur 16 hectares et renferme une multitude d’espèces d’arbres venant des cinq continents, château du Val des Dames, Uranoscope de l'Ile-de-France (planétarium et observatoire d'astronomie).
  • Mémorial Clément-Ader.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Gretz-Armainvilliers.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :
d’or au dragon de sinople, au chef d’azur chargé d’un vol de chauve souris d’argent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  6. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  7. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  8. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  10. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  11. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  12. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Zones ZNIEFF de Gretz-Armainvilliers » sur Géoportail (consulté le 14 janvier 2021)..
  2. « Gretz-Armainvilliers - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  3. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  4. « Géoportail de l’urbanisme », sur https://www.geoportail-urbanisme.gouv.fr/ (consulté le 23 janvier 2021).
  5. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le 26 janvier 2021).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Le Reveillon ».
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Barbançonne (F4819000) ».
  3. Sandre, « Le Ru de la Menagerie ».
  4. Sandre, « La Marsange ».
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de la Queue Mahot (F4776000) ».
  6. Sandre, « Ru des Monbarres ».
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 01 de la Commune de Gretz-Armainvilliers (F4777202) ».
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Cours d'Eau 01 de la Commune de Tournan-en-Brie (F4776100) ».
  9. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 8 octobre 2018
  10. « SAGE dans le département de Seine-et-Marne », sur le site de la préfecture de Seine-et-Marne (consulté le 16 janvier 2021).
  11. « SAGE Yerres - Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  12. site officiel du Syndicat mixte pour l’Assainissement et la Gestion des eaux du bassin versant de l’Yerres (SYAGE)
  13. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 17 janvier 2021).
  14. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 octobre 2020).
  15. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  16. « Orthodromie entre Gretz-Armainvilliers et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le 17 janvier 2021).
  17. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  18. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  19. « Liste des ZNIEFF de la commune de Gretz-Armainvilliers », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 14 janvier 2021).
  20. « ZNIEFF la « forêt de la Léchelle et de Coubert » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 14 janvier 2021).
  21. « ZNIEFF les « forêts d'Armainvilliers et de Ferrières » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 14 janvier 2021).
  22. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  23. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  24. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  25. « Unité urbaine 2020 de Gretz-Armainvilliers », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 4 avril 2021).
  26. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  27. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 4 avril 2021).
  28. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 4 avril 2021).
  29. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 4 avril 2021).
  30. Site territoires-fr.fr consulté le 29 septembre 2018 sous le code commune 77215
  31. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  32. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  33. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  34. [PDF]« Commission permanente du conseil régional de mai 2011 - Le SCOT frange ouest du plateau de la Brie », sur www.iledefrance.f (consulté le 23 janvier 2021).
  35. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le 23 janvier 2021).
  36. Statistiques officielles de l'Insee, section Logement consulté le 23 juin 2020
  37. Transdev, ligne 30A
  38. Archives nationales, K 8, n° 8.
  39. Archives nationales, S 1175, n° 6.
  40. a b et c Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 275.
  41. Cart. chapitre Meaux, p. 187.
  42. Archives nationales, S 2285b, n° 11.
  43. Bibl. nat., ms. français 26090, n° 515.
  44. Archives nationales, Q1 1408.
  45. a et b « Gretz : p. 552-556 ; Tournan : prieuré/église St-Denis, p. 514-515 ; seigneurie, p. 523 ; Armainvilliers, p. 525, 527 », sur Essais historiques et statistiques sur le département de Seine-et-Marne, 2e livraison, par Louis Michelin, 1841 (d'après "l'Histoire du diocèse de Paris" de l'abbé Jean Lebeuf, 1754/1757).
  46. « Début de l'histoire de Gretz », sur Cercle généalogique de Gretz-Armainvilliers.
  47. Le statut familial du maréchal de Corbeil alias de Gretz et de son père homonyme, n'est pas très clair : sont-ils des Grez en lignée patronymique, ou sont-ils des Corbeil (des du Donjon de Corbeil ?) devant leur nom et leur seigneurie de Gretz/Grez à la femme de Jean de Corbeil père, qui serait Isabelle de Gretz ? Mais cette dernière, dite aussi femme de Jean II de Courtenay-Yerres, est-elle bien la mère (selon l'Intermédiaire des chercheurs et curieux : "Jean, maréchal de France sous Philippe-le-Bel (1299), mort la veille de Saint-Mathieu 1318, était fils de Jean de Corbeil, seigneur de Gretz par son mariage avec Isabelle de Gretz, veuve de Pierre de Courtenay, sr d'Yères"), ou plutôt la sœur du maréchal (Racines & Histoire, Courtenay, p. 25) ? Ou alors est-ce elle qui serait Isabelle de Corbeil, apportant ce nom aux Gretz ? La question s'est aussi posée de la localisation de Grez, certains y voyant Grez en Gâtinais, près de Nemours : mais le procès-verbal de la profession de l'évêque Guillaume de Gretz, le 22 juin 1280, le nomme bien Guillelmus de Gresseio in Bria, de Gretz en Brie (abbé Eugène Chartraire, Carlulaire du Chapitre de Sens, p. 187, extrait du martyrologe de Sens).
  48. « Gretz : les Temps modernes », sur Cercle généalogique de Gretz-Armainvilliers.
  49. « Pierre, Charles et Diane de Sourhouette du Halde », sur Longvilliers.
  50. Sans doute Avrilly près du Donjon, car parmi les Hommages rendus à la Chambre de France (Chambre des comptes de Paris ; sénéchaussée de Bourbonnais, p. 396, éd. Léon Mirot et Jean-Pierre Babelon, Archives nationales, 1985), on trouve : « Avrilly (Allier, cant. Le Donjon) : Pierre Sourhouette du Halde, baron d' ». Donc pas Avrilly à Trévol, ni Avrilly dans l'Eure qui a manifestement d'autres seigneurs. Pourtant, dans son Mémoire sur les comtes de Ponthieu de la deuxième race et sur les familles qui en sont issues, Alcan-Lévy, Paris, 1868, p. 68, René de Belleval indique Avrilly près Damville ; il est vrai qu'il donne aussi Beauche près de Brezolles, alors que le fief de Pierre du Halde est souvent précisé en Auxerrois, et qu'il possède aussi Vincelottes, mouvant du comté d'Auxerre : hommage au roi rendu le 3 février 1586).
  51. « François de Belleval de Rouvroy, p. 66-70 », sur Mémoire sur les comtes de Ponthieu de la deuxième race et sur les familles qui en sont issues, (anonyme : René de Belleval), Alcan-Lévy, Paris, 1868.
  52. Gérard Durand, 22 juin 1944 Tournan bombardé par erreur ? Ville de Tournan-en-Brie éd. (2019), (ISBN 979-10-699-3877-9).
  53. « Arrêté du 30 décembre 2016 du préfet de la région d'Île-de-France portant modification des limites territoriales des arrondissements du département de Seine-et-Marne », Recueil des actes administratifs de la préfecture d'Île-de-France, no spécial IDF-001-2017-01,‎ , p. 11-23 (lire en ligne [PDF], consulté le 21 août 2018).
  54. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  55. « Gretz, Tournan : Les habitants regrettent le divorce : La ville de Gretz rejoindra les villes d'Ozoir, Férolles-Attily et Lésigny. Tournan regarde vers le Val Bréon. Gretzois et Tournanais le déplorent », Le Pays briard,‎ (lire en ligne, consulté le 18 septembre 2018) .
  56. « Les maires de Gretz-Armainvilliers », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 18 septembre 2018).
  57. « Arthur Papon », base Léonore, ministère français de la Culture.
  58. Sé.B., « Jean-Paul Garcia (DVD) brigue un troisième mandat à Gretz », Le Parisien, édition et Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 18 septembre 2018) « A 52 ans — il les aura lundi —, Jean-Paul Garcia, le maire (DVD) de Gretz-Armainvilliers, briguera en mars un troisième mandat consécutif. (...) La liste qu’il ne devrait plus tarder à dévoiler sera en effet renouvelée de moitié : « Sur les vingt-cinq élus de la majorité, douze se représentent », affirme celui qui a été élu en 2001 à la suite de Gilbert Pillet, l’ancien maire (DVD) durant trente ans ».
  59. Julien Van Caeyseele, « Jean-Paul Garcia a été réélu maire de Gretz-Armainvilliers : Le conseil municipal d’installation du maire s’est déroulé samedi. Le maire sortant a été réélu à la majorité face à Christian Moisset, qui s’était également porté candidat au poste de premier élu de la commune », La République de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 18 septembre 2018) « Jean-Paul Garcia a été élu maire de Gretz-Armainvilliers, samedi, lors de premier conseil municipal de la mandature. Lors du premier tour de l’élection municipale, sa liste « Union gretzoise » était arrivée en tête avec quelque 63,3 % des suffrages. La liste de Christian Moisset obtenant quant à elle 31,3 % des votes et 5,5 % pour Denise Lemaire ».
  60. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le 11 février 2021).
  61. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le 11 février 2021).
  62. a b et c « Commune de Gretz-Armainvilliers - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  63. « SICTEU Gretz-Armainvillers, Liverdy-en-Brie, Presles-en-Brie et Tournan-en-Brie - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  64. « SICTEU Gretz-Armainvillers, Liverdy-en-Brie, Presles-en-Brie et Tournan-en-Brie - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  65. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le 27 mars 2020).
  66. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  67. « SMAEP de la région de Tournan-en-Brie - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  68. « SMAEP de la région de Tournan-en-Brie - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  69. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  70. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  71. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  72. Statistiques officielles de l'Insee, section « Revenus et pauvreté des ménages », consulté le 30 novembre 2020
  73. Statistiques officielles de l'Insee, section « Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2017 », consulté le 30 novembre 2020
  74. Statistiques officielles de l'Insee, section « Caractéristiques des établissements en 2015 », consulté le 30 novembre 2020
  75. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Gretz-Armainvilliers », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 26 janvier 2021).
  76. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le 26 janvier 2021).
  77. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Gretz-Armainvilliers », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le 26 janvier 2021).
  78. Carmen Decu Teodorescu, Frédéric Elsig, « Une proposition pour Jean Changenet », dans Frédéric Elsig (dir.), Peindre à Dijon au XVIe siècle, Milan, Silvana editoriale, coll. Biblioteca d'arte, n°54, p.77-93.