Dreux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dreux
Place Mesirard Dreux.jpg
Dreux 2006-2.jpg Hôtel Caisse Épargne Dreux 8.jpg
Dreux - église Saint-Pierre (14).jpg
De haut en bas, de gauche à droite : la chapelle royale de Dreux et l'arsenal des pompiers depuis la place Mésirard ; le beffroi ; l’hôtel de la Caisse d’épargne ; l'église Saint-Pierre.
Blason de Dreux
Héraldique
Dreux
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
(sous-préfecture)
Arrondissement Dreux
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Dreux
(siège)
Maire
Mandat
Pierre-Frédéric Billet (LR)
2020-2026
Code postal 28100
Code commune 28134
Démographie
Gentilé Drouais, Drouaise
Population
municipale
30 646 hab. (2019 en diminution de 2,32 % par rapport à 2013)
Densité 1 263 hab./km2
Population
agglomération
49 134 hab. (2017)
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 14″ nord, 1° 21′ 59″ est
Altitude Min. 75 m
Max. 139 m
Superficie 24,27 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Dreux
(ville-centre)
Aire d'attraction Paris
Élections
Départementales Cantons de Dreux-1 et Dreux-2
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dreux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dreux
Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir
Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Dreux
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Dreux
Liens
Site web dreux.com

Dreux (prononcé [dʁø]) est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire. C’est la deuxième plus grande ville du département par sa population après Chartres.

En 2016, la communauté d'agglomération du Pays de Dreux rassemble 81 communes et dépasse les 115 000 habitants. La ville se situe dans le nord du département. Elle est également la capitale du Drouais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La ville de Dreux est étroitement liée à la région parisienne, et en particulier au département limitrophe des Yvelines. Entre Normandie, Île-de-France et Beauce, elle est un carrefour d'échanges et un lieu de passage entre régions d'économies complémentaires.

À l'échelle nationale, Dreux se trouve à 81,7 km à l'ouest de Paris par la N12, 81 km au sud de Rouen, 118 km au nord-est du Mans et à 35 km au sud d'Évreux (distance orthodromique).

À l'échelle régionale, Dreux se trouve à 100 km au nord-ouest d'Orléans, 128 km au nord de Blois, 158 km au nord-est de Tours, 200 km au nord-ouest de Bourges et 216 km au nord de Châteauroux.

À l'échelle départementale, Dreux se trouve à 33 km au nord-ouest de Chartres, 60 km au nord-est de Nogent-le-Rotrou et 74 km au nord de Châteaudun.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les sept communes limitrophes de Dreux sont : Muzy, Montreuil, Cherisy, Sainte-Gemme-Moronval, Luray, Vernouillet et Vert-en-Drouais. Parmi elles, Muzy est la seule commune à ne pas faire partie de la Communauté d'agglomération du Pays de Dreux, puisqu'elle est située dans le département de l'Eure.

Situation de la commune de Dreux dans le département de l'Eure-et-Loir.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Blaise à Dreux.

Le site de Dreux correspond à une cuvette au confluent de la Blaise, de l'Avre et de l'Eure.

Les rivières la Blaise et l'Avre sont deux affluents en rive gauche de l'Eure, elle-même affluent en rive gauche du fleuve la Seine.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,7 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,4 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 624 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 10,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1996 permet de connaître l'évolution des indicateurs météorologiques[7]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records DREUX (28) - alt : 133 m 48° 45′ 18″ N, 1° 22′ 00″ E
Statistiques établies sur la période 1996-2010 - Records établis sur la période du 01-12-1996 au 24-05-2011
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,6 2 3,5 5,2 8,8 11,5 13,3 13,5 10,8 8,3 4,6 1,7 7,1
Température moyenne (°C) 4,1 5,2 7,7 10,3 14 17,1 19,1 19,3 16,1 12,2 7,5 4,2 11,4
Température maximale moyenne (°C) 6,6 8,5 11,8 15,3 19,2 22,8 24,9 25 21,4 16,1 10,4 6,6 15,8
Record de froid (°C)
date du record
−14
08.01.10
−9,3
02.02.1998
−8,3
01.03.05
−3,4
11.04.03
−1
13.05.10
2,4
04.06.01
6,8
31.07.07
4,4
29.08.1998
2
19.09.10
−4,5
30.10.1997
−10
30.11.10
−10,6
29.12.1996
−14
2010
Record de chaleur (°C)
date du record
15,2
27.01.03
18,5
04.02.04
22,5
16.03.05
26,6
28.04.07
31,2
27.05.05
34,3
26.06.01
36
19.07.06
39,4
06.08.03
31,7
11.09.06
24,7
10.10.05
18,8
03.11.05
16,8
07.12.00
39,4
2003
Précipitations (mm) 41,6 38,6 40,6 38,4 47 46,9 57,8 39,2 39,2 60 48,8 59,2 557,3
Source : « Fiche 28134003 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Axes ferroviaires[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par les lignes commerciales Paris - Granville, Paris - Argentan et Dreux - Argentan - Granville. Elle est aussi située sur la Ligne N du Transilien (branche Paris - Dreux).

Axes routiers[modifier | modifier le code]

La situation de la ville correspond au carrefour entre un axe national Paris-Alençon et un axe de contournement de la région parisienne Rouen-Chartres-Orléans. Dreux est ainsi desservie par la route nationale 12 (à caractéristiques autoroutières) qui correspond à l'ancienne route du Perche (Paris-Mortagne-Alençon) vers la Basse-Normandie et, dans le futur, par une rocade autoroutière Rouen-Chartres en cours d'achèvement (A154 et RN 154). Dreux est à 74 km de Paris.

Transports[modifier | modifier le code]

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]
La gare en 2019.

La gare de Dreux est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par les trains des réseaux Intercités Normandie, TER Normandie et par la ligne N du Transilien (réseau Paris-Montparnasse). Elle dispose d'un bâtiment voyageurs avec guichet et de distributeurs automatiques de titres de transport régionaux.

Transports routiers[modifier | modifier le code]

Dreux est desservie par une partie du réseau Réseau de mobilité interurbaine (Rémi), par la ligne 340 du réseau interurbain de l'Eure et par la ligne d'autocar SNCF TER Centre-Val de Loire, Dreux - Orléans.

Transports en commun[modifier | modifier le code]
Un bus Linéad.

Le réseau de bus Linéad est le réseau urbain qui dessert la ville de Dreux et son agglomération.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Dreux est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[8],[9],[10]. Elle appartient à l'unité urbaine de Dreux, une agglomération intra-départementale regroupant 6 communes[11] et 49 134 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[12],[13].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire regroupe 1 929 communes[14],[15].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (51,4 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (44,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (33,9 %), forêts (22,8 %), terres arables (20,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (15 %), prairies (3,5 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (2,5 %), zones agricoles hétérogènes (1,8 %)[16].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Dreux est une commune dont la morphologie est assez compacte, les parties habités sont plutôt regroupés. Cependant, on note trois hameaux habités :

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 13 813[Insee 1]. Parmi ces logements, 87,1 % étaient des résidences principales, 1,3 % des résidences secondaires et 11,6 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 41,2 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 58,5 % des appartements[Insee 2].

En 2018, 16,6 % des résidences principales ont été construites avant 1945, 66 % de 1946 à 1990 et 17,5 % depuis 1991[Insee 3].

Le logement à Dreux (28) en 2018.
Dreux Eure-et-Loir[17] France entière[18]
Résidences principales (en %) 87,1 85,5 82,2
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 1,3 6,1 9,7
Logements vacants (en %) 11,6 8,4 8,2

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Dreux est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, mouvements de terrains et séisme (sismicité très faible). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses[19]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[20].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau et par ruissellement et coulée de boue, notamment l'Avre, la Blaise et l'Aqueduc de l'Avre. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1995, 1999, 2001, 2012 et 2018[21],[19].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Dreux.

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des mouvements de sols liés à la présence d'argile, des affaissements et effondrements liés aux cavités souterraines (hors mines) et des effondrements généralisés[22]. L'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[23].

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 80,8 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (52,8 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 5 799 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 4972 sont en en aléa moyen ou fort, soit 86 %, à comparer aux 70 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[24],[Carte 2].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 2009 et par des mouvements de terrain en 1999 et 2002[19].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par des infrastructures routières ou ferroviaires importantes ou la présence d'une canalisation de transport d'hydrocarbures. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est en effet susceptible d’avoir des effets graves au bâti ou aux personnes jusqu’à 350 m, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[25].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité n'est attesté qu'au IVe siècle sous la forme Durocassis (Table de Peutinger), ensuite sous la forme Durocas (monnaie mérovingienne), puis Drocas vers 930 et Drewes au XIIe siècle[26].

Le nom primitif du lieu n'est pas connu. Le toponyme actuel résulte de l'évolution phonétique régulière de Durocassis, forme à l'ablatif pluriel, dérivée du nom de tribu des Durocasses[26], selon un processus courant au Bas Empire en Gaule et qui consiste à renommer les cités à partir du nom de la tribu dont elles sont le chef-lieu (cf. Troyes, Bayeux, Vieux, etc.).

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

La localité était la civitas de la tribu gauloise des Durocasses.

Vers 463, Childéric pénétra dans le centre de la Gaule et défia les Wisigoths sous les murs d'Orléans. Peut-être que Dreux vit défiler ses bandes victorieuses lorsqu'elles effectuèrent leur retraite mais ni l'histoire ni les traditions ne mentionnent leur passage dans cette ville.

Les Francs commencent à prendre pied dans les Gaules, ils occupaient déjà Arras, Boulogne, Thérouanne, Tournai, Cambrai... On ne peut pas dire quel fut le sort de la ville de Dreux pendant cette époque de bouleversements, mais on suppose qu'elle dut beaucoup souffrir. Clovis réunit les différentes provinces gauloises et fonda de cette manière l'unité de la nation franque. C'est à cette époque que date le droit de souveraineté des rois de France sur Dreux avec les partages successifs du royaume de Clovis entre ses descendants. Dans le premier partage, elle appartient à Clodomir, l'aîné des trois fils de Clotilde qui possédera tout le centre de la Gaule. Childebert qui, dans le premier partage de l'héritage de son père, avait eu le Parisis, le Perche, la Normandie, s'adjugea avec l'Orléanais la ville de Dreux, limitrophe des provinces précitées. L'origine de Dreux est restée ensevelie dans les ténèbres des siècles accumulés. Ce n'est qu'à dater de l'époque de l'occupation romaine que cette ville commença à être mentionnée par les géographes sous le nom de Durocassio.

On doit l'Abbaye Saint-Marcel-lès-Chalon, ainsi que celle de Saint-Bénigne de Dijon, à Gontran ainsi qu'à ses frères Chérebert et Childéric. Les princes francs faisaient surtout consister leurs devoirs de chrétiens dans la construction des églises et la dotation des couvents. Très vraisemblablement, la petite église du château de Dreux lui dut aussi son existence mais il est difficile de préciser l'époque de sa construction. Quant au nom de son fondateur, un hymne rapporté par Dorat, donnerait lieu de penser que c'était Childebert, qui a commencé à la faire bâtir, ou a contribué seulement à son achèvement et à son embellissement. Certains récits émettent l'hypothèse que ce serait Childebert Ier qui aurait fait construire cette église primitive pour honorer un jeune martyr, Conobre, mort dans un combat sanglant. Le nom de Childebert attesterait de la haute antiquité de l'église, sur les ruines de laquelle s'éleva au onzième siècle, la collégiale de Saint-Étienne de Dreux surtout si Childebert est bien celui qui succéda à Clovis Ier en 511. Tous les historiens font de lui un grand fondateur d'églises, de monastères et d'hôpitaux ; mais ce point ne peut être éclairci que par des recherches consciencieuses sur le temps où vivait Mélor ou Méloire (il s'était adjugé la ville et le pays de Dreux après la mort de son frère Clodomir ); recherches fort épineuses, attendue l'obscurité dont s'entourent les évènements de ces époques reculés[27].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le beffroi de Dreux, ancien hôtel de ville de style Louis XII, XVIe.

Ville frontière du domaine royal français face au duché de Normandie, Dreux a longtemps commandé l'accès au royaume de France. Cela lui vaut d'avoir été convoitée par les ducs de Normandie et les comtes d'Anjou à de multiples reprises au fil de l'histoire.

Elle fut assiégée vers l'an 1000 par Richard II duc de Normandie[28]

On situe aux alentours de l'an mil la création et l'ouverture d'une halle marchande. Réputée notamment pour sa draperie, elle commerce avec les régions environnantes mais également les royaumes plus éloignés, comme la Bourgogne ou la Savoie[29].

La ville fut le chef-lieu d’un comté célèbre : elle fut érigée en commune vers 1108, par Louis le Gros[30], ou même, selon quelques-uns, dès 1092.

Elle est confirmée par Robert de Dreux en 1180, les bourgeois s’engageant alors à défendre la place contre les ennemis du roi[31].

Cette place forte soutint divers sièges. Elle fut assiégée en 1188 par Henri II d'Angleterre puis en 1412 par les Bourguignons pendant la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, en 1421 par Henri V d'Angleterre.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au cours des guerres de religion, le 19 décembre 1562, se déroula la Bataille de Dreux entre l’armée catholique et royale de Catherine de Médicis, régente du Royaume de France et comtesse de Dreux, et les troupes protestantes du prince Louis de Condé et de l’amiral de Coligny. Les catholiques remportèrent la victoire, mais au prix de 8 000 morts laissés sur le champ de bataille.

La ville de Dreux fut ensuite assiégée à deux reprises par Henri IV en 1590, sans succès, puis en 1594 après quoi les fortifications de la ville furent démantelées.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1816, quelque 23 ans après le saccage, le 21 novembre 1793 lors du vandalisme révolutionnaire, de la collégiale Saint-Étienne dont son père avait fait sa nécropole familiale, la duchesse d'Orléans, fille unique, seule héritière du duc de Penthièvre et mère de Louis-Philippe Ier, fait ériger la chapelle Saint-Louis sur la colline qui domine la ville.

Dreux était une ville étape de la chaîne des forçats. Celle-ci venait de Paris et à son arrivée à Dreux, on y attachait également les condamnés à plus de dix ans de prison en provenance d'Évreux, de Chartres et d'Orléans. Les forçats passaient la nuit dans les caves de la rue de la grande falaise, avant de rejoindre le bagne de Brest ou celui de Lorient[32].

Le 30 septembre 1870, le ballon-poste Céleste piloté par Gaston Tissandier s'envole de l'usine à gaz de Vaugirard[33] à Paris alors assiégé et termine sa course près de Dreux après avoir parcouru 81 kilomètres[34].

Début du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 24 au 25 mai 1923, Pierre Quémeneur accompagné de son associé en affaires Guillaume Seznec a été vu pour la dernière fois à la gare de Dreux. Selon le premier témoignage de ce dernier, il a laissé son associé prendre un train pour Paris seul ; plus tard, l'enquête a évoqué la possibilité que Seznec et Quémeneur se sont arrêtés à la gare d'Houdan. Pierre Quémeneur ne fut jamais retrouvé. Guillaume Seznec a été condamné aux travaux forcés à perpétuité pour assassinat le 4 novembre 1924 par la cour d'assises de Quimper. Il fut envoyé au bagne de l'Île Royale jusqu'à sa grâce le 22 juin 1948. Aujourd'hui encore le doute subsiste quant à la culpabilité de Seznec.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Chasseurs de chars américain M10 Wolverine du 628th Tank Destroyer Battalion, 5th Armored Division, dans les rues de Dreux à la Libération, en août 1944.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Dreux connut l'occupation allemande de 1940 à 1944. Elle fut libérée le [35] par le bataillon blindé américain du lieutenant Sam Isaacs[36], de la 5e Division blindée US (5th Armored Division US) [37] C'est dans l'après-midi du mercredi 16 août 1944 que les premiers éléments de l'armée américaine entrent dans Dreux, sans grande résistance allemande. Le vendredi 18 août 1944, se tient une cérémonie à l'hôtel de ville, le capitaine Farjon, délégué militaire du gouvernement provisoire pour l'arrondissement de Dreux réinstalle solennellement le maire de Dreux[38].

Dreux est l'héritière d'une longue tradition industrielle : papeterie et imprimerie (famille Firmin-Didot), draperie au XVIIIe siècle puis métallurgie (Grosdemouge, Facel, Potez). Les préoccupations sociales de la municipalité de l'époque de Maurice Viollette aboutissent à la création d'une des toutes premières sociétés d'Habitation à Bon Marché (HBM) en France. Le souci hygiéniste est ainsi à l'origine d'un habitat ouvrier (petits immeubles et surtout maisons collectives) qui entourent la vieille ville. Plusieurs établissements de cette période industrielle font progressivement faillite à partir de 1945.

Depuis 1945[modifier | modifier le code]

De 1954 à 1964, Dreux accueille les usines de Facel Vega, marque automobile de prestige. À partir des années 1960, à cause d'une nouvelle génération d'industries, délocalisées depuis la région parisienne (radiotechnique, automobile, pharmacie), les entreprises utilisent des travailleurs immigrés (Maghreb, Portugal, Afrique subsaharienne). Des cités, au nord de la ville ancienne (Prudhomme) et au sud (Chamards), poussent dans les anciens champs de blé. Au total, la population de la ville double de 1945 à 1975.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Contexte politique[modifier | modifier le code]

La percée temporaire du Front national[modifier | modifier le code]

Dreux vient à l'attention nationale en 1983 lorsque, à l'issue d'une seconde élection[39], le Front national y remporte sa première victoire électorale aux municipales, et cogère la ville avec la droite classique (RPR-UDF) à la suite des élections municipales. La liste FN menée par Jean-Pierre Stirbois qui avait ouvert une permanence à Dreux le 2 octobre 1982, après que les candidats du FN ont fait un bon résultat dans la ville aux élections cantonales de 1982, réalise un score sans précédent en atteignant 16,7 % des suffrages au 1er tour du scrutin alors que la gauche obtient 40,5 % des voix et la liste RPR-UDF 42,8 %[40]. Entre les deux tours, la liste FN fusionne avec celle menée par Jean Hieaux (RPR) qui deviendra maire après la victoire de cette alliance[41].

Jean Hieaux n'est pas isolé et est soutenu par une très grande majorité de la droite locale et des clubs de notables qui voient le FN comme une force d'appoint permettant de faire revenir à droite la ville de Dreux, emportée par la gauche en 1977. Jacques Chirac conclut ainsi son discours à Rambouillet du 12 septembre 1983, le lendemain de l'élection : « Ceux qui ont fait alliance avec les communistes sont définitivement disqualifiés pour donner des leçons en matière de droits de l'homme et de règles de démocratie. (…) Je n'aurais pas du tout été gêné de voter pour la liste RPR-FN au second tour. Cela n'a aucune espèce d'importance d'avoir quatre pèlerins du FN à Dreux comparé aux quatre ministres communistes au conseil des ministres[42] ».

Cet objectif sera réussi, Jean Hieaux restera maire de la ville jusqu'en 1995. L'alliance avec le FN est vite consommée, dès les élections de 1989, le FN refait bande à part et sera de plus en plus marginalisé d'élection en élection. Cette perte de vitesse tient beaucoup au décès accidentel de Jean-Pierre Stirbois en 1988. C'est ensuite son épouse, Marie-France Stirbois qui incarnera le FN à Dreux, en étant élue députée en 1989 lors d'une partielle, puis conseiller général en 1992 (un seul mandat), puis député européen et conseiller régional avant de quitter définitivement la ville après les régionales de 1998 (échec de l'alliance droite/FN au Conseil régional du Centre-Val de Loire), pour rejoindre Nice et la région PACA.

En octobre 1990, l'ancienne maire socialiste de 1977 à 1983, Françoise Gaspard, déjà auteur en 1984 d'un livre co-écrit avec sa future femme, Claude Servan-Schreiber, intitulé La Fin des immigrés, inspirée par le livre de l'historien américain William Sheridan Allen (1932-2013) ayant pour titre Une petite ville nazie, 1930-1935, sort un livre polémique : Une petite ville en France[43], faisant un parallèle entre la montée du Front national à Dreux et la montée du nazisme dans les années 1930 dans la petite ville allemande de Northeim (30 000 habitants). Sur la couverture de son livre traduit en anglais par Arthur Goldhammer, avec un avant-propos d'Eugen Weber, on peut y lire « A socialist mayor confronts neofascism »[44],[45].

Changer l'image de la ville[modifier | modifier le code]

L'éviction du FN du conseil municipal de Dreux ne doit rien au hasard et tout à l'action des Harkis qui constituent 6 % de la population de la commune. Cas unique d'une implication politique réussie des Harkis, ceux-ci, emmenés par Abd-el-Kader Hamiche, se sont alliés avec Jean Hieaux pour les élections municipales de 1989, permettant à celui-ci de se refaire une virginité en se débarrassant du Front National. Le FN progressivement marginalisé, Marie-France Stirbois, désespérée de réussir à s'y faire réélire, lui a donné le coup de grâce en partant pour Nice.

En 1995, Gérard Hamel (RPR) conserve la ville à droite en réalisant un aggiornamento rangeant de façon volontariste au rang des erreurs du passé l'éventualité d'une alliance droite/FN. À noter que lors de l'élection, le FN réalise 35,16 % au premier tour, ce qui amène le candidat socialiste à se désister au profit de Gérard Hamel.

Centre culturel l'Odyssée.

Très marquée par un fort chômage dû à une difficile reconversion de son industrie (automobile, électronique), et par la gestion délicate d'une forte immigration multipliant les communautés toutes confrontées à une précarité sociale très importante, Dreux tente de changer son image qui repose encore sur un triptyque « Cité-dortoir industrieuse, quartiers difficiles, berceau du FN ». Elle mise sur de nouvelles filières économiques (industrie pharmaceutique) et sur une politique culturelle ambitieuse (création d'un grand pôle culturel, d'un centre d'art contemporain : l'Odyssée[46]). Gérard Hamel est réélu en 2001.

Aux élections municipales de 2001, après la scission avec le MNR et le départ de Marie-France Stirbois, le Front national ne compte plus assez de militants pour constituer une liste.

En 2008, Gérard Hamel (UMP) est reconduit à la mairie de Dreux pour un troisième mandat consécutif.

En 2014, Gérard Hamel est reconduit à la mairie de Dreux pour un quatrième mandat consécutif.

En 2020, Pierre-Frédéric Billet, attaché du Ministère de l’Intérieur et ancien directeur de cabinet de Gérard Hamel, est élu maire de Dreux[47].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Récapitulatif de résultats électoraux récents[modifier | modifier le code]

Scrutin 1er tour 2d tour
1er % 2e % 3e % 4e % 1er % 2e % 3e % 4e %
Municipales 2014 UMP 42,62 PS 20,81 DVD 17,29 FN 13,44 UMP 48,09 PS 23,65 DVD 16,24 FN 12,00
Européennes 2014[48] FN 24,71 UMP 23,49 PS 13,58 UDI 10,03 Tour unique
Régionales 2015[49] FN 26,86 UDI 24,85 PS 23,23 EELV 11,28 PS 38,60 UDI 37,15 FN 24,25 Pas de 4e
Présidentielle 2017[50] LFI 29,67 EM 21,46 FN 17,06 LR 15,39 EM 73,08 FN 26,92 Pas de 3e ni de 4e
Législatives 2017[51] LREM 30,26 LR 23,56 FN 12,47 LFI 11,99 LR 51,94 LREM 48,06 Pas de 3e ni de 4e
Européennes 2019[52] RN 23,54 LREM 19,86 EELV 10,16 LR 9,34 Tour unique
Municipales 2020 DVD 35,76 DVD 15,16 DVG 12,93 LREM 11,93 DVD 58,75 SE 41,25 Pas de 3e ni de 4e

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Dreux est inclus dans la deuxième circonscription d'Eure-et-Loir.

Élections départementales (résultats de Dreux)[modifier | modifier le code]

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores[modifier | modifier le code]

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores[modifier | modifier le code]

Référendums[modifier | modifier le code]

Exécutif municipal[modifier | modifier le code]

Élections municipales[modifier | modifier le code]

Après l'annulation de l'élection municipale de mars 1983[réf. nécessaire], l'élection partielle qui suit, le 11 septembre 1983, voit le retour à droite de la ville avec l'alliance inédite du RPR et du Front national qui remportent l'élection avec 55,3 % des voix[76]. Le secrétaire général du FN, Jean-Pierre Stirbois, devient maire-adjoint chargé de la sécurité. L'alliance ne sera pas reconduite lors des élections suivantes. En 1995, face à un FN à 35,16 % au premier tour, le candidat socialiste se désiste au profit du RPR Gérard Hamel. En 2001, le maire sortant est réélu. Il n'y avait pas de candidat frontiste lors de cette élection. Gérard Hamel est reconduit dans ses fonctions en 2008 et 2014. Il ne se représente pas en 2020.

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Puisque la population drouaise se situe entre 30 000 et 40 000 habitants, le conseil municipal compte 39 membres.

Groupe Président Effectif Statut
Les Républicains Pierre-Frédéric Billet 31 Majorité
PS-DVD-EELV Michaelle de la Giroday 8 Opposition

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Carte de la communauté d'agglomération du Pays de Dreux (2018).
Carte de la communauté d'agglomération du Pays de Dreux (2018).

Depuis le 1er janvier 2014 Dreux est le siège la communauté d'agglomération du Pays de Dreux. Cette nouvelle intercommunalité occupe la partie eurélienne du Drouais et la partie Nord du Thymerais. Elle recouvre le périmètre du syndicat mixte du Pays Drouais, qui a été dissout lors de sa création et marque la fin de la communauté d'agglomération de Dreux agglomération à laquelle appartenait la commune.

Cantons[modifier | modifier le code]

Le nouveau découpage territorial du département d'Eure-et-Loir entré en vigueur à l'occasion des élections départementales de mars 2015, ramène ce nombre à deux cantons avec Dreux comme bureau centralisateur :

Sous-préfets et sous-préfecture[modifier | modifier le code]

L'hôtel de sous-préfecture de Dreux, rue des Capucins.

Depuis la loi du 28 pluviôse de l'an VIII (17 février 1800) initiée par le Premier consul, Napoléon Bonaparte, la ville constitue le chef-lieu de l'arrondissement éponyme.

Le premier sous-préfet de l'arrondissement, Michel Pierre Mars y a été nommé le 4 mars 1800. Paul Deschanel y a été nommé sous-préfet le 30 décembre 1877. Au début de la seconde guerre mondiale, Jean Moulin, préfet d'Eure-et-Loir, prend l'initiative, du fait de la vacance de poste, de nommer le maire de Dreux, Maurice Viollette, sous-préfet intérimaire. Le 72e titulaire du poste, depuis le 4 novembre 2019 est le sous-préfet Xavier Lucquet ; il a succédé aux sous-préfets Abdelkader Guerza (2011-2013), Frédéric Rose (2013-2015) et Wassim Kamel (2015-2019).

La sous-préfecture actuelle a été érigée, a cet effet, en 1858, sur l'emplacement de l'ancien Hôtel de Thourette, rue des Capucins.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué trois fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[77].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Dreux est jumelée avec les villes suivantes[78] :

La ville dispose d'un comité de jumelage, qui organise régulièrement des échanges dans plusieurs domaines.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution du nombre d'habitants[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[79],[Note 6]

En 2019, la commune comptait 30 646 habitants[Note 7], en diminution de 2,32 % par rapport à 2013 (Eure-et-Loir : −0,32 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5 3835 4376 0376 0326 2496 3796 3676 7746 764
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6 4986 9407 2377 4187 9228 2548 7199 3649 718
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9 6979 92810 69210 90811 31312 20013 36114 18416 818
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
21 58829 40833 10133 37935 23031 84932 72330 53630 977
2019 - - - - - - - -
30 646--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[80] puis Insee à partir de 2006[81].)
Histogramme de l'évolution démographique

Tranches d'âges[modifier | modifier le code]

Familles et ménages[modifier | modifier le code]

Immigration[modifier | modifier le code]

En 2010, la ville comptait 5 993 immigrés (personnes nées étrangères à l'étranger) sur une population totale de 31 031 habitants soit 19,3 % de sa population (la moyenne du département étant de 6 %)[82].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Dreux est situé dans l'académie d'Orléans-Tours en zone B et les établissements présents sur son territoire sont placés sous l'autorité des services du directeur académique des services de l'Éducation nationale (DSDEN) d'Eure-et-Loir[83]. Ces administrations représentent au niveau local le ministère de l'Éducation nationale qui pilote au plan national le système éducatif français. C'est la carte scolaire qui régit l'enseignement sur la commune. La ville dispose de plusieurs établissements scolaires soit d'enseignement public soit d'enseignement privé.

Enseignement primaire[modifier | modifier le code]

Les établissements d'enseignement primaire de la commune appartiennent aux circonscriptions territoriales du premier degré de Dreux I[84] et de Dreux II[85] des services de la DSDEN d'Eure-et-Loir. Ces établissements scolaires se répartissent entre écoles maternelles et écoles élémentaires.

Les écoles maternelles[modifier | modifier le code]

L'école maternelle est une école qui accueille de très jeunes enfants pour les préparer aux apprentissages fondamentaux de la lecture, de l'écriture et du calcul. C'est une période préparatoire à l'enseignement élémentaire : les objectifs essentiels sont la socialisation, la mise en place du langage, du nombre et du geste graphique.

Les établissements communaux sont :

Les écoles élémentaires[modifier | modifier le code]

L'objectif principal de l'école élémentaire est d'enseigner aux enfants les savoirs fondamentaux tels que l'apprentissage de la lecture (lire), de l'écriture (écrire) et du calcul (compter). Les activités d'éveil (activités artistiques et ludiques) y restent importantes, surtout dans les premières classes.

Les établissements communaux sont :

Enseignement secondaire[modifier | modifier le code]

Les établissements d'enseignement secondaire comprennent les collèges et les lycées dont l'enseignement est sanctionné par des diplômes.

Les collèges

La commune compte 5 collèges[86] sur son territoire. L'enseignement s'y déroule sur quatre années de la 6e à la 3e et correspond au premier cycle des études du second degré. Elles sont sanctionnées par le DNB anciennement BEPC.

Les collèges de la commune sont :

Les lycées

La commune compte 6 lycées[87] sur son territoire. L'enseignement s'y déroule sur les trois dernières années de l'enseignement secondaire (seconde, première et terminale) suivant trois filières.

Les lycées de la commune sont :

Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

Dreux possède l'un des quatre CIO (Centre d'information et d'orientation) que compte le département d'Eure-et-Loir[88]. Les informations proposées par les CIO peuvent être complétées par celles proposées au plan national par l'Onisep. Placé sous la tutelle commune des ministères de l'Éducation nationale et de l'enseignement supérieur et de la Recherche, cet organisme a pour vocation d'offrir toutes les informations sur les études et les métiers : formations, établissements formateurs, débouchés.

Niveau d'étude[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Basket[modifier | modifier le code]

Création de Dreux Basket[modifier | modifier le code]

Le basket est déjà pratiqué à Dreux pendant la Seconde guerre mondiale. Jean Bruck, tout juste diplômé de l'Ileps de Versailles, souhaite relancer ce sport et une section basket-ball à l'Alliance de Dreux est officiellement créée le 17 décembre 1951, son président est Henri Genet. La première équipe est composée de Jean Bruck, Philippe Welsch, Jean Deleger, Jacques Massot, Christian Marie, Pierre Robert et Leroy[89]. Les débuts ont lieu dans une très petite salle (7 mètres sur 5) située rue Desmousseaux, depuis détruite par un incendie. En 1952, la SNCF met sa salle des fêtes à sa disposition. En mai 1957, a lieu l'ouverture de la salle des Rochelles qui engendrera cette même année la création par Pierre Amiet d'une école de basket. Dix ans plus tard, en 1961, la section basket, présidée par Jean Cauchon, compte quarante-six licenciés, cinq équipes masculines, une école de basket où quarante-cinq enfants sont inscrits, et un comité de douze dirigeants.

En 1970 a lieu la fermeture de la salle de sports des Rochelles et l'inauguration en septembre de la salle municipale des sports aujourd’hui appelée le Palais des Sports. L'année suivante a lieu la création d'une section féminine qui a été créée par Robert Beret et sa fille Marie Claire[90].

En 1992 c'est la 40e année sportive du club. Gérard Vigeon prend le poste de président et une section baby mini est créée[91].

Palmarès et équipe du club[modifier | modifier le code]

En 1958 l'équipe de l'alliance Dreux basket accède au championnat de promotion d'excellence Régionale F.F.B.B puis en 1974 l'équipe première masculine accède pour la première fois au Championnat de France F.F.B.B. En 1975, la section féminine fusionne avec la section masculine. L’équipe féminine accède au Championnat de Promotion d’excellence régionale F.F.B.B et elle remporte pour la première fois la coupe d'Eure-et-Loir. L'équipe première masculine descend en excellence régionale et quitte la Division IV. Lors de la saison 1992-1993,le club compte cette année-là 217 licenciés, un record. On constate à la fin de cette saison une nette progression des jeunes de l’école de basket.

La saison 2011-2012 est très difficile pour le club de basket drouais avec la descente de l’équipe première en région après neuf saisons en Nationale 3. On remarque une forte baisse de licenciés elle passe de 303 à 271 licenciés. Cette baisse est due au fait que le club a limité les inscriptions dans les catégories minimes et cadets garçons pour mieux les encadrer. Quinze équipes sont engagées[92].

Autres activités sportives[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Dreux abrite plusieurs médias dont la diffusion s'étend aux villes environnantes.

Presse écrite[modifier | modifier le code]

Station de radio[modifier | modifier le code]

  • RTV (Radio Trois Vallées) est la radio locale de Dreux. Elle diffuse actualité et musique sur la fréquence 95.7 de la bande FM et est le haut-parleur du monde associatif et culturel du pays drouais.
  • Radio Grand Ciel est une radio associative chrétienne qui développe une programmation généraliste à dimension départementale. Elle diffuse depuis 1991 à partir de son studio de Dreux sur la fréquence 97.7 de la bande FM.

Cultes[modifier | modifier le code]

La nef de l'église Saint-Pierre.
La nef de l'église Saint-Pierre.
Intérieur de la Mosquée Turque de Dreux.
  • Catholicisme : Dreux dépend du diocèse de Chartres. La ville appartient à la paroisse Saint-Étienne-en-Drouais et au doyenné du Drouais[93]. La paroisse compte quatre églises à Dreux[94] : Saint-Pierre, Sainte-Ève (Ève de Dreux est la patronne de la ville), Saint-Michel et Notre-Dame-des-Rochelles. Dreux accueille également la Chapelle royale qui abrite les sépultures de la famille d'Orléans.
  • Protestantisme : Dreux abrite un temple qui appartient au consistoire de Paris Sud-Ouest[95].
  • Évangélisme : Dreux accueille un temple évangéliste[96].
  • Judaïsme : Dreux possède une synagogue qui dépend du consistoire régional du Centre-Ouest. La présence d'une communauté juive à Dreux est attestée par la littérature des Tossafistes. Elle a reçu Rabbi Abraham ibn Ezra, de passage entre 1155 et 1157. Elle a participé en 1160 au synode de Troyes dirigé par Rabbenou Tam. Au XIIIe siècle, Rabbi Salomon Ben Yehouda a dirigé à Dreux une académie talmudique et on lui doit une codification de lois de Pessa'h[97].
  • Islam : Dreux accueille plusieurs lieux de culte musulmans, notamment les mosquées Es-Sounna et Benkhoufache. Certains musulmans sont issus de familles kabyles de la région des Babors arrivées en France à partir de 1962[98].
  • Bouddhisme : Dreux compte un des deux centres bouddhistes d'Eure-et-Loir[99].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • L'été sous les Charmes : du 17 juillet au 22 août, en centre-ville, concerts gratuits tous les vendredis et samedis soir à 21 h ;
  • La Fête des Vendanges et des Associations : en septembre, stands d'informations, dégustations, buvettes, artisanat, spectacles et démonstrations ;
  • Foire de la Saint Denis : grande braderie annuelle
    • Braderie : dimanche et lundi ;
    • Fête foraine : samedi, dimanche, lundi ;
    • Vide-grenier : dimanche ;
    • Marché gastronomique et artisanal : samedi, dimanche, lundi.
Tout au long de ces trois jours, la ville organise des animations culturelles selon une thématique choisie chaque année.
  • Carnaval des Flambarts : grande fête populaire, le carnaval des Flambarts a lieu chaque année à la mi-décembre. Carnaval, mais aussi marché de Noël, charivari, illuminations, régate et spectacle pyrotechnique marquent l’événement.

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

Sécurité[modifier | modifier le code]

Dreux dispose d'un commissariat de la police nationale, place d'Evesham, à l'est du centre-ville. La ville dispose également d'une police municipale, en centre-ville.

En , Dreux a agrandit son réseau de vidéoprotection faisant appel à 171 caméras vidéo couvrant plusieurs espaces publics de la ville. Elles sont pilotées depuis le centre de supervision urbain de Dreux par 15 opérateurs, 24 heures sur 24[100].

Économie[modifier | modifier le code]

La zone d'influence économique de la ville de Dreux dépasse largement les frontières actuelles du Pays drouais, notamment vers les communes limitrophes du département de l'Eure, des Yvelines et le canton eurélien de Nogent-le-Roi.

La ville dispose d'une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie d'Eure-et-Loir.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

Dreux est la capitale de Polepharma, « cluster » qui regroupe plusieurs entreprises de l'industrie pharmaceutique (notamment Leo Pharma, Ipsen, Norgine) au sein du premier bassin européen de production pharmaceutique.

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Sur l'ensemble de l'agglomération, Dreux met à disposition des entreprises différentes structures[101] :

  • deux pépinières d’entreprises (tertiaire et artisanale)
  • un hôtel d’entreprises
  • douze villas d’entreprises
  • un parc d'activités d'entreprise « LA RADIO » qui comprend entre autres le groupe Intelcia, spécialisé dans les centres d’appels, devenu le premier employeur privé du bassin économique local[102]. Il ne cesse d’embaucher et accroître ses effectifs sur son site de la place des Châtelets. Est également présente la société Dammann Frères, spécialisée dans le thé haut de gamme.
  • un parc d'activités « Les Livraindières »
  • un parc d'activités « Porte Sud »

Le parc commercial des Coralines, situé à proximité de la RN 12 regroupe une galerie marchande d'une vingtaine de boutiques, un hypermarché et de nombreuses enseignes (équipement de la personne, sport et loisirs, équipement de la maison, restauration, automobile, jardinerie, services).

Parmi les entreprises d'envergure nationale ayant leur siège à Dreux, citons Day by day, mon épicerie en vrac.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Ancien hôtel-Dieu du XVIe siècle et son tour des enfants trouvés du XIXe siècle Logo monument historique Inscrit MH (1982)[105].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Château de Dreux, ancien château royal ;
  • Musée d'art et d'histoire, installé dans la chapelle aménagée de l'ancien pensionnat Saint-Pierre, aujourd'hui école Saint-Martin.
  • Maison romane du XIIe siècle, Logo monument historique Classé MH (2007)[107] ;
  • Hôtel de Salvat-Duhalde du XVIIIe siècle, Logo monument historique Inscrit MH (2001)[108] ;
  • Ancien hôtel de la Caisse d’Épargne et ancienne mairie de 1892-1894, Logo monument historique Inscrit MH (2000)[109] ;
  • Anciennes imprimeries Lefèbvre et ancienne librairie Broult-Dividis de 1902-1907, Logo monument historique Inscrit MH (1997)[110] ;
  • Ancien arsenal des pompiers, 1902 Logo monument historique Inscrit MH (1996)[111] ;
  • Hôtel particulier de Montulé, XVIIe siècle ;
  • Domaine de Comteville et son château, XIXe siècle ;
  • Ancien hôtel particulier de la Banque de France, XIXe siècle[112] ;
  • Tourelle Hennequin de la Porte-Chartraine ;
  • Pavillon Louis XIII[à développer].

Parcs et jardins[modifier | modifier le code]

Dreux possède de nombreux parc et jardins.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Sous l'appellation « forêt de Dreux », a été classée en 2004, comme forêt de protection, la forêt domaniale d'une superficie d'environ 3 917 hectares, s'étendant dans le nord du département d'Eure-et-Loir sur les neuf communes d'Abondant, Anet, Boncourt, , Cherisy, Montreuil, Rouvres, Saussay et Sorel-Moussel[115].

Infrastructures[modifier | modifier le code]

L'hippodrome de Dreux.
L'hippodrome de Dreux.

Dreux dispose d'un aérodrome pour la pratique d’activités de loisirs et de tourisme.

La ville dispose d'un hippodrome, de salles de concerts, d'un conservatoire à rayonnement intercommunal. À l'heure actuelle le site du musée et le quartier de la gare font l'objet d'attentions particulières.

Dreux dans les arts[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

De nombreuses scènes du film La Carapate (1978) de Gérard Oury sont tournées dans le centre-ville de Dreux, principalement place Métézeaux[116].

En 1993, une partie du téléfilm L'Affaire Seznec d'Yves Boisset avec Christophe Malavoy dans le rôle de Guillaume Seznec fut tournée à la gare de Dreux, où Seznec a déclaré près de soixante-dix années plus tôt avoir déposé sa supposée victime Pierre Quémeneur, interprété dans ce film par Jean Yanne.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

  • La Feuille de Dreux, fromage à base de lait de vache demi-écrémé, à pâte molle à croûte fleurie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

  • Charles Delescluze (1809-1871), journaliste, né à Dreux, mort sur les barricades.
  • Idelphonse Favé (1812-1894), né à Dreux, général de brigade, écrivain militaire.
  • Émile Perrin (1814-1885), peintre, directeur de l'opéra-comique, administrateur de la Comédie-Française, membre de l'Académie des beaux-arts, a commencé sa carrière de peintre à Dreux[117].
  • Alexandre Dujarier (1815-1845), né à Dreux. Journaliste, il fut tué lors d'un duel aux pistolets.
  • Adolphe Yvon (1817-1893), peintre. Il a vécu à Dreux.
  • Louis-Adolphe Janvier (1818-1878), architecte, il est né à Dreux où son père était marchand tanneur.
  • Eugène de Ménorval (1829-1897), historien et homme politique. Il a vécu à Dreux.
  • Victor Dubois (1837-1914), maire de Dreux de 1878 à 1880, en 1883 et 1884 et de 1886 à 1888.
  • Louis Terrier (1854-1895), homme politique, ministre, maire de Dreux de 1888 à 1895.
  • Paul Deschanel (1855-1922), Président de la République française en 1920, sous-préfet de Dreux de 1877 à 1879.
  • Léon Gaumont (1864-1946), pionnier du cinématographe, élève au Pensionnat Saint-Pierre de Dreux de 1871 à 1876.
  • Henri Lucien Jumelle (1866-1935), né à Dreux, professeur de botanique à la faculté des Sciences d'Aix-Marseille, directeur du musée colonial et du jardin botanique de Marseille. Une rue de Dreux porte son nom[118].
  • Gaston Jondet (1866-1957), ingénieur des Ponts et Chaussées, ingénieur en chef des Ports et Phares d'Égypte, archéologue, il a découvert le port antique de Pharos à Alexandrie en Égypte. S'est retiré à Dreux où il est décédé le 11 février 1957[119].
  • Maurice Viollette (1870-1960), homme politique, ministre, maire de Dreux de 1908 à 1959.
  • Charles Collier (1872-1940), éducateur, frère des écoles chrétiennes, il a dirigé de 1895 à 1904 le Pensionnat Saint-Pierre de Dreux.
  • Gaston Chérau (1872-1937), journaliste et homme de Lettres, a vécu à Dreux.
  • Émile Buré (1876-1952), journaliste politique et directeur de plusieurs journaux. Il est né à Dreux et y a passé son enfance et sa jeunesse, une rue y porte son nom.
  • Louis Gain (1883-1962), naturaliste, explorateur, ayant participé à l'expédition du Pourquoi-Pas ? avec le commandant Charcot. A vécu à Dreux où une rue porte son nom.
  • Marcel Loridan (1883-1971), pionnier de l'aviation, le 8 juillet 1911, il bat le record du monde de hauteur en avion (3,280 mètres), fondateur en 1937 de l'Aéro-Club de Dreux, ville où il a vécu à partir de 1920 jusqu'à son décès survenu à Chartres en 1971[120].
  • Marcel Loche (1886-1970), acteur. Il est né à Dreux.
  • Pierre Leydet (1893-1945), promoteur de l'aviation civile, résistant. Il est né à Dreux.
  • René Bellanger (1895-1964), peintre, a vécu à Dreux de 1923 à sa mort.
  • André Zucca (1897-1973), photographe de renom, a vécu à Dreux où il tenait un commerce de photographe sous le nom d'André Piernic.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason actuel[modifier | modifier le code]

Blason de Dreux

Les armes de Dreux se blasonnent ainsi : « Échiqueté d’or et d’azur ».


Les armes de la ville ont pour origines celles de la maison de Braine. Robert Ier, cinquième fils du Roi Louis VI le Gros reçut le comté de Dreux en apanage en 1137 et épousa, en troisièmes noces, Agnès de Baudement en 1152. Il prit pour armes celles de la maison de Braine et donna ses armes aux habitants de Dreux en 1154, sans la bordure de gueules. À la place, les branches de chêne prirent place sur un fond d’argent et surmonté de la couronne de comte. Au début du XXe siècle, l’ornement extérieur, qui était la couronne de comte placée en cimier, fut remplacée par la couronne murale en forme de murailles crénelées.

Logotype[modifier | modifier le code]

La Ville de Dreux adopte d'abord un premier logo, représentant le blason de la ville. En 2020, le logo est modernisé mais ne sera pas véritablement adopté. En mai 2022, la mairie annonce qu'elle prépare un changement de logo officiel, sans le blason[129]. Présenté en juin 2022[130], le nouveau logo est adopté le 6 septembre 2022[131].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bases de données et dictionnaires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T5 - Résidences principales en 2018 selon la période d'achèvement.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T5 - Résidences principales en 2018 selon la période d'achèvement.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Centre-Val de Loire », sur centre-valdeloire.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Fiche du Poste 28134003 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Unité urbaine 2020 de Dreux », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  12. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  13. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  17. « Chiffres clés - Logement en 2017 en Eure-et-Loir ».
  18. « Chiffres clés - Logement en 2015 dans la France entière ».
  19. a b et c « Les risques près de chez moi - commune de Dreux », sur Géorisques (consulté le )
  20. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  21. « Dossier départemental des risques majeurs en Eure-et-Loir », sur www.eure-et-loir.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Risque inondation.
  22. « Dossier départemental des risques majeurs en Eure-et-Loir », sur www.eure-et-loir.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  23. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Dreux », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  24. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  25. « Dossier départemental des risques majeurs en Eure-et-Loir », sur www.eure-et-loir.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  26. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France : 2 éd. revue et complétée, Paris, Librairie Guénégaud, , 738 p., 24 cm (ISBN 2-85023-076-6, BNF 34621655), p. 254.
  27. Philippe Lemaître, Histoire de la ville et du château de Dreux, Dreux, Lemenestrel et Huchot, , 602 p. (lire en ligne), page 57-58-59-67.
  28. Dreux, ses antiquités, chapelle Saint-Louis par Eustache de Rotrou.
  29. Charles Maillier, Dreux et le pays drouais, Dreux, éd. Jean-Marc Maillier, .
  30. André Chédeville, « Le mouvement communal en France aux XIe et XIIe siècles, ses éléments constitutifs et ses relations avec le pouvoir royal » in Robert Favreau, Régis Rech et Yves-Jean Riou (directeurs), Bonnes villes du Poitou et des pays charentais (XIIe – XVIIIe siècles) : Actes du colloque tenu à Saint-Jean-d’Angély les 24-25 septembre 1999, publiés par la Société des antiquaires de l'Ouest in Mémoires de la Société des antiquaires de l'Ouest et des Musées de Poitiers, 5e série, tome VIII (2002), à Poitiers. (ISBN 2-9519441-0-1), p. 20.
  31. André Chédeville, Le mouvement communal en France…, p. 21.
  32. L'Action républicaine du 6 juin 1967.
  33. Usine à gaz de Vaugirard.
  34. Ballon no 5 : « Le Céleste ».
  35. dreux-par-pierlouim.over-blog.com Libération de Dreux, le 16 août 1944.
  36. www.afcvm.com 16 août 1944, Sam Isaacs le libérateur de Dreux.
  37. The Road to Germany: The Story of the 5th Armored Division, 5th Armored Division US Lone Sentry: http://www.lonesentry.com/gi_stories_booklets/5tharmored/.
  38. L'Action républicaine du 11 août 1967.
  39. Lors d'une première élection, la maire sortante Françoise Gaspard l’emporte au second tour avec seulement 8 voix d’avance sur la liste RPR-FN. Mais le scrutin, entaché d’irrégularités, est annulé par le tribunal administratif et doit être rejoué six mois plus tard.
  40. Jacques-François Simon, Les élections municipales de mars 1983, Le Monde, , p. 66.
  41. Voir l'article Alliances électorales du Front national#1983, le tournant de Dreux.
  42. Philippe Cohen et Pierre Péan, Le Pen, une histoire française, Robert Laffont, , p. 221.
  43. Une petite ville en France, éditions Gallimard, 1990, 244 pages.
  44. Traduction : « Une maire socialiste étudie le néofascisme ».
  45. (en) Françoise Gaspard, A Small City in France, , 194 p. (ISBN 978-0-674-81097-6, lire en ligne).
  46. Site de l'Odyssée.
  47. Valérie Beaudoin, « Pierre-Frédéric Billet est le nouveau maire de Dreux », L'Écho républicain,‎ (lire en ligne).
  48. « Résultats des élections européennes 2014 ».
  49. « Résultats des élections régionales 2015 ».
  50. « Résultats de l'élection présidentielle 2017 ».
  51. « Résultats des élections législatives 2017 ».
  52. « Résultats des élections européennes 2019 ».
  53. Résultats de l’élection présidentielle 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur..
  54. Résultats de l’élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur..
  55. Résultats de l’élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  56. Résultats de l’élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  57. Résultats de l’élection législative 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  58. Résultats de l’élection législative 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  59. Résultats de l’élection législative 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  60. Résultats de l’élection législative 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  61. « Résultats du second tour pour le canton de Dreux-1, commune de Dreux », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  62. Ministère de l'Intérieur, « Canton de Dreux-2, commune de Dreux - Résultats des communes du canton », sur https://www.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  63. Résultats des élections cantonales 2011 Dreux-sud sur le site du Ministère de l'intérieur.
  64. Résultats des élections cantonales 2008 Dreux-Est sur le site du Ministère de l'intérieur.
  65. Résultats des élections cantonales 2008 Dreux-Ouest sur le site du Ministère de l'intérieur.
  66. Résultats des élections cantonales 2004 Dreux-sud sur le site du Ministère de l'intérieur.
  67. Résultats de l’élection régionale 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  68. Résultats de l’élection régionale 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  69. Résultats de l’élection régionale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  70. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections européennes 2019 - Résultats définitifs* de la commune de Dreux », sur https://www.interieur.gouv.fr/, .
  71. Résultats de l’élection européenne 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  72. Résultats de l’élection européenne 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  73. Résultats de l’élection européenne 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  74. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  75. Résultats du référendum 1992 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  76. Nonna Mayer, Pascal Perrineau, Le Front national à découvert, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, , p. 42.
  77. Site des villes et villages fleuris, consulté le 22 décembre 2016.
  78. « Jumelage - Ville de Dreux », sur https://www.dreux.com/ (consulté le )
  79. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  80. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  81. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  82. Commune : Dreux - 28134, Insee 2010.
  83. DSDEN d'Eure-et-Loir.
  84. Circonscription territoriale Dreux I-DSDEN Eure-et-Loir.
  85. Circonscription territorale Dreux II-DSDEN Eure-et-Loir.
  86. Collèges de Dreux sur le site de la DSDEN d'Eure-et-Loir.
  87. Lycées de Fontenay-sous-bois sur le site de la DSDEN du Val de Marne.
  88. CIO d'Eure-et-Loir.
  89. L'Écho républicain de la Beauce et du Perche du 25 mai 1961, article intitulé : "A l'Alliance de Dreux. En dix ans, la dynamique section de basket n'a cessé de progresser. Elle compte, actuellement, 103 membres".
  90. Dreux, « Alliance Dreux Basket - Dossier d'adhésion 2012-2013 - Tarif », sur www.alliancedreuxbasket.fr (consulté le ).
  91. « Fédération Française de Basketball », sur resultats.ffbb.com (consulté le ).
  92. « alliance Dreux basket », sur alliance Dreux basket (consulté le ).
  93. Doyennés et paroisses du Diocèse de Chartres.
  94. Églises paroissiales de Dreux.
  95. Église protestante unie de France.
  96. ADD Assemblée de Dieu.
  97. Consistoire de France.
  98. Entre histoire et mémoire: les rapatriés d'Algérie : dictionnaire... par Abderahmen Moumen, p. 77.
  99. Centres et les Temples Bouddhistes en Eure-et-Loir.
  100. Centre France, « Sécurité - La Ville de Dreux muscle son dispositif de surveillance des lieux publics », sur www.lechorepublicain.fr, (consulté le )
  101. « Site du développement économique de Dreux », sur www.simplanter-a-dreux.fr ..
  102. Ahmed Taghza, « Centre d'appels - Les conseillers de pôle emploi en immersion chez Intelcia à Dreux », sur www.lechorepublicain.fr, (consulté le ).
  103. « Domaine de la chapelle royale Saint-Louis », notice no PA00097097, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  104. « Église Saint-Pierre », notice no PA00097098, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  105. « Ancien Hôtel-Dieu de Dreux », notice no PA00097099, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  106. « Ancien hôtel de ville, dit Le Beffroi », notice no PA00097100, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  107. « Maison romane », notice no PA28000025, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  108. « Hôtel de Salvat-Duhalde », notice no PA28000008, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  109. « Hôtel de Caisse d’Épargne », notice no PA28000007, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  110. « Anciennes imprimeries Lefèbvre et ancienne librairie Broult-Dividis », notice no PA28000003, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  111. « Ancien arsenal des pompiers », notice no PA28000001, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  112. Pascale Rouchaud, « L'ex-Banque de France de Dreux accueillera treize appartements », sur https://www.lechorepublicain.fr, (consulté le ).
  113. « Parc Louis Philippe - Ville de Dreux », sur https://www.dreux.com/ (consulté le )
  114. Centre France, « Environnement - À Dreux, le parc Louis-Philippe futur poumon vert des Bâtes », sur www.lechorepublicain.fr, (consulté le )
  115. Décret du 30 août 2004 portant classement comme forêt de protection de la forêt de Dreux sur le territoire des communes d'Abondant, Anet, Boncourt, Bu, Montreuil, Rouvres, Saussay et Sorel-Moussel dans le département d'Eure-et-Loir, JORF no 206 du 4 septembre 2004, p. 15678, texte no 21, NOR AGRF0401659D, sur Légifrance.
  116. Pascal Boursier, « Je suis un décor de cinéma… », sur www.lechorepublicain.fr, (consulté le )
  117. Journal Vert-Vert, 30 octobre 1885, p.2 : "Vers 1842 ou 1844, si nous avons bonne mémoire, M. Perrin se trouvait à Aunay-sous-Crécy, près de Dreux, chez un de ses très proches parents ; aux prises avec les dures nécessites de l'existence, on peut le dire à son honneur, il chercha dans notre ville (Dreux) à vivre de son jeune talent comme peintre."
  118. L'Action républicaine, 14 décembre 1935 : "Les obsèques de M. Henri Jumelle, à Dreux".
  119. L'Action républicaine, 13 février 1957 : "Un éminent Français vient de mourir".
  120. L'Écho républicain de la Beauce et du Perche, 23 novembre 1983 : "Marcel Loridan : un pionnier de l'aviation et fondateur de l'aéro-club qui aurait eu 100 ans le 4 décembre".
  121. « Gusztá́v Rab (1901-1963) - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le ).
  122. La rédaction, « Patrimoine - Le peintre Lamolla a vécu 40 ans à Dreux et est exposé au musée de Barcelone », sur www.lechorepublicain.fr, (consulté le ).
  123. Pour vous, 27 septembre 1934, p.12, interview de Françoise Rosay : "Vous n'ignorez pas que j'ai trois fils, déjà grands ; l'aîné à quinze ans. J'aime emmener l'un ou l'autre au cinéma car ils adorent le cinéma ! Je les ai mis à l'école de Dreux ; je n'aime pas Paris pour de jeunes enfants."
  124. « Philippe CHÉREAU », sur Copains d'avant (consulté le ).
  125. Olivier Bohin, « Télévision - Reporter à BFM TV, le Drouais Cédric Faiche au coeur du coronavirus à New-York », sur www.lechorepublicain.fr, (consulté le ).
  126. https://www.lechorepublicain.fr/dreux-28100/actualites/la-villa-minelli-a-dreux-echappe-finalement-au-betonnage_13938300/
  127. Olivier Bohin, « Littérature - Une auteure originaire de Dreux aux Etats-Unis : Pauline Lévêque, ou l'art de dessiner l'éducation », sur www.lechorepublicain.fr, (consulté le ).
  128. Léa Trottier, « Née à Dreux il y a 31 ans, madame Copperfield crée des chaussures », sur www.lechorepublicain.fr, (consulté le ).
  129. « DREUX - Un nouveau logo pour la ville ? | Radio Intensité », sur intensite.net (consulté le )
  130. Centre France, « Marketing - Dreux s'invente un nouveau logo avec sa jeunesse », sur www.lechorepublicain.fr, (consulté le )
  131. Ville de Dreux, « La Ville se dote d’un nouveau logo royal - Ville de Dreux », sur https://www.dreux.com/ (consulté le )