Gastins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gastins
Gastins
Le moulin Choix.
Blason de Gastins
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton Nangis
Intercommunalité Communauté de communes de la Brie nangissienne
Maire
Mandat
Pierre Pichot
2014-2020
Code postal 77370
Code commune 77201
Démographie
Gentilé Gastinois
Population
municipale
698 hab. (2016 en augmentation de 2,05 % par rapport à 2011)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 37′ 46″ nord, 3° 01′ 18″ est
Altitude Min. 93 m
Max. 139 m
Superficie 14,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gastins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gastins
Liens
Site web mairie-gastins.com

Gastins (les « s » ne se prononcent pas) est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Gastinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à environ 11 kilomètres à l’est de Mormant et à 8,5 kilomètres au nord de Nangis.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents La Chapelle-Iger Voinsles Pécy Rose des vents
Courpalay N La Croix-en-Brie
O    Gastins    E
S
Quiers Clos-Fontaine

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de la commune se compose de deux cours d'eau référencés :

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 6,4 km[5].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 54 lieux-dits administratifs répertoriés[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

En 2018[7], le territoire de la commune se répartit[Note 1] en 96,4 % de terres arables, 3,6 % de zones urbanisées et < 0,5 % de forêts[5].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2013, le nombre total de logements dans la commune était de 301 (dont 90,6 % de maisons et 9,4 % d’appartements).

Parmi ces logements, 86,9 % étaient des résidences principales, 7,4 % des résidences secondaires et 5,7 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 80,2 %[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Guastins en 1158 [cop. XVIIe siècle][9] ; Gastins en 1164[10] ; Watins[11] et Vadum de Wastins en 1172 [cop. XVIIIe siècle][12] ; De Guastinis en 1185[13] ; Gastina en 1198[14] ; Gastinae en 1201[15] ; Gastuns en 1208[16] ; Gaatims en 1249[17] ; Gatins en 1250[18] ; Gastins en 1261[19] ; Villa de Gastinis[20] et Gastiniae en 1275[21] ; Gaatins au XIIIe siècle[22] ; Wastins en 1377 [Cop. XVIIe siècle][23] ; Gastina en 1390[24] ; Gatins en Brye en 1424[25].

Nom venant du vieux français Guaste ou Guaster qui signifie un « lieu inculte », une terre que l'on a défrichée[26].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections nationales[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Pierre Pichot    
1999   Pierre Pichot   agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[29].

En 2016, la commune comptait 698 habitants[Note 2], en augmentation de 2,05 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
364434446401501509512501505
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
513553598610638604600607559
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
551539534513548515498618498
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
370380395373474585631639700
2016 - - - - - - - -
698--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le nombre de ménages fiscaux en 2013 était de 253 et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 22 959 €[8].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2014, le nombre total d’emploi au lieu de travail était de 101.

Le taux d’activité de la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 81,2 % contre un taux de chômage de 8,2 % [8].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre d’établissements actifs était de 68 dont 10 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 15 dans l'industrie, 14 dans la construction, 31 dans le commerce-transports-services divers et 8 étaient relatifs au secteur administratif.

Cette même année, 6 entreprises ont été créées, dont 3 par des auto-entrepreneurs[8].

En 2019, la commune de Gastins compte en particulier une serrurerie-ferronnerie, un garde-meubles, un spécialiste en ventilation, un café, un spécialiste du cartonnage industriel, un arboriculteur, un garage, un électricien, une entreprise de maçonnerie et un docteur en psychologie et psychothérapeute.[réf. souhaitée]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Jouy (située à Chenoise) fait construire en 1228 deux moulins à vent : le premier, appelé Gros Moulin disparaît peu de temps avant la Révolution ; le second est le « moulin Chouaix » ou « moulin Choix », du nom d'un hameau disparu.

À environ 1 km en direction de Rozay-en-Brie se dresse, sur un plateau surplombant le village, le moulin Choix. Il est à la fois moulin-tour à calotte tournante et moulin-pivot. Sa tour mesure 8 mètres de haut et 6 mètres de diamètre[32].

De l'extérieur il ressemble à un moulin-tour mais à l'intérieur se trouve une crémaillère actionnant une couronne sur laquelle reposent le toit et les ailes. Il est équipé d'ailes du type Berton, premier modèle à crémaillère (1845). Le bâtiment actuel a sans doute été édifié au milieu du XVIIe siècle et ensuite remanié en 1828. Il a fonctionné jusqu'en 1915. Restauré il a été remis au vent en 1977. Le moulin et son mécanisme sont classés aux monuments historiques le 9 décembre 1970[33].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Coluche (30 mars 1780-2 mai 1867). Grenadier dans l'armée napoléonienne, il participa à de nombreuses campagnes entre 1805 et 1814. Il doit sa célébrité à un épisode survenu après la bataille d'Ebersberg le 3 mai 1809. Coluche était de garde devant la maison où logeait Napoléon, avec la consigne de ne laisser entrer ou sortir personne qui ne soit pas accompagné d'un officier d'état-major. Voyant venir un homme vêtu d'une redingote, il s'écrie : « On ne passe pas ». L'homme ne reculant pas, Coluche le menaça de sa baïonnette. Cet homme n'était autre que Napoléon lui-même. Loin d'être puni pour avoir ainsi défié l'Empereur, Coluche fut plus tard décoré de la Légion d'honneur. Il retourna ensuite à Gastins où il tint notamment une auberge baptisée « On ne passe pas ». En 1862, il fut reçu au château de Fontainebleau par Napoléon III, qui lui aurait offert un billard (ou de l'or avec lequel il s'est acheté un billard ?) pour son auberge[34],[35].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Gastins Blason Gironné de gueules et d'argent ; au chef d'azur chargé de trois besants d'or[36].
Détails
Création de Jean-Claude Molinier adoptée par la municipalité le .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Statistiques de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Plan séisme consulté le 29 décembre 2016 »
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - L’Yvron (F4730600) »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Vallière (F4737000) »
  4. Carte cadastrale de Gastins
  5. a et b Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 9 octobre 2019
  6. Site territoires-fr.fr consulté le 9 octobre 2019 sous le code commune 77201.
  7. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  8. a b c et d Statistiques officielles de l’INSEE (version nov 2016).
  9. Bibl. nat., ms. latin 5467, p. 12.
  10. Bull. Soc. Provins, VII, mars 1903, p. 176.
  11. Bull. Soc. Provins, VII, mars 1903, p. 35.
  12. Bull. Soc. Provins, VII, mars 1903, p. 186.
  13. Archives nationales, LL 1158, p. 331.
  14. Annales du Gâtinais, XXIV, 1906, p. 8.
  15. Longnon I, p. 98.
  16. Poupardin, Saint-Germain-des-Prés, II, p. 152.
  17. Archives nationales, S 371b, n° 14.
  18. Rôles des fiefs, 893.
  19. Archives nationales, S 371b, n° 24.
  20. Archives nationales, S 371b, n° 46.
  21. Cartulaire de N.-D. de Paris, II, 284.
  22. Cartulaire de N.-D. de Paris, II, 376.
  23. Bibl. nat., ms. latin 5467, p. 110.
  24. Annales Gâtinais, 1894, p. 14.
  25. Archives nationales, S 361, n° 27.
  26. Histoire topographique, politique, physique et statistique du département de Seine-et-Marne, Volume 2, par le docteur Félix Pascal
  27. Résultats de l’élection présidentielle 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  32. Archives départementales de Seine-et-Marne.
  33. « Moulin à vent dit Moulin Choix », notice no PA00087008, base Mérimée, ministère français de la Culture consultée le 18 octobre 2011
  34. Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien
  35. Site de la mairie.
  36. « L'Armorial », sur armorialdefrance.fr (consulté le 27 octobre 2019)