Maison-Rouge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maison rouge.
image illustrant une commune de Seine-et-Marne
Cet article est une ébauche concernant une commune de Seine-et-Marne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Maison-Rouge
Image illustrative de l'article Maison-Rouge
Blason de Maison-Rouge
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton Provins
Intercommunalité Communauté de communes du Provinois
Maire
Mandat
Pierre Caumartin
2014-2020
Code postal 77370
Code commune 77272
Démographie
Population
municipale
891 hab. (2014)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 33′ 34″ nord, 3° 09′ 05″ est
Altitude Min. 105 m – Max. 155 m
Superficie 13,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Maison-Rouge

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Maison-Rouge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maison-Rouge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maison-Rouge

Maison-Rouge est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Mansirubiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est situé au croisement de la RD 209 et de la RD 619, ex-RN 19, entre Provins et Nangis.

Communes limitrophes de Maison-Rouge
Châteaubleau Vieux-Champagne Cucharmoy
Vanvillé Maison-Rouge La Chapelle-Saint-Sulpice
Sognolles-en-Montois Lizines Saint-Loup-de-Naud

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Hameaux détachés du village : Landoy (Absorbé en 1842[1]), Courtevroust.
  • Habitat ou bâti écarté : Beugnon, La Cénie, Faujus, Leudon, Mitoy, la Tablotte.
  • Lieux-dits d'intérêt local : bois de Faujus.

Géologie, relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par trois rus[2] :

  • le ru de Courtevroust ;
  • le ru du Dragon ;
  • le ru de Juchy.

Il n'y a pas de forêt sur la commune, mais elle est parsemée de plusieurs petits bois.

Toponymie, étymologie[modifier | modifier le code]

  • Du latin « mansionem rubea », auberge, relais, ou de la présence d’une maison de briques rouges, au croisement des deux axes majeurs du village.
  • Curia Evrodi - Coutevroux - Courtevrot - Courtesvroulz - Coutevroust jusqu'en 1842.
  • Landeyum - Landoy-le-Vau - Landey[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Maison-Rouge est née de la fusion, le 4 juin 1842, des communes de Courtevroust et de Landoy.

Maison-Rouge

L'importante seigneurie du Mitoy, est mentionnée au XIIIe siècle et appartient au XVe siècle de celle du Plessis-aux-Tournelles[4].
Vers 1680, grâce à création de la route du Pavé du Roy, Maison-Rouge, qui était un hameau dépendant de la paroisse de Courtevroust, s'agrandit en recueillant un relais de poste[5] ainsi un grand nombre d'auberges devenant ainsi le lieu le plus peuplé des deux paroisses.
Un second relais verra le jour vers 1790. Il sera situé à l'autre extrémité du hameau. Le château de Maison-Rouge sera détruit en 1759.

Courtevroust

Le lieu est cité en 1140 sous le nom de Curtevrolt.

Landoy

Le lieu est cité en 1266 sous le nom de Landeium qui proviendrait du gaulois landa, qui veut dire étendue de terre peu fertile où poussent des ajoncs et des bruyères.
Landoy était avant la fusion en 1842 une paroisse du diocèse de Sens et seigneurie appartenant au chapitre de Saint-Martin de Tours.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

En 2002, la commune a reçu le label « Ville Internet @ »[6].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 mars 2001 Maurice Monceau    
mars 2001 mars 2008 Jacques Bourgeoisat UMP  
mars 2008 avril 2015 Jean Sassinot UMP  
juillet 2015 en cours Pierre Caumartin[7]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 891 habitants, en augmentation de 2,65 % par rapport à 2009 (Seine-et-Marne : 4,68 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
169 199 186 168 174 196 486 487 510
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
522 550 533 523 563 553 547 573 588
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
605 605 580 573 554 547 526 525 505
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
391 423 426 468 599 693 755 868 891
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006 [10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Entreprise Forsee Power, assembleur et intégrateur de batteries.
  • Exploitations agricoles.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune compte 1 monument inscrit à l'inventaire des monuments historiques[11] et 3 éléments répertoriés à l'inventaire des objets historiques[12].

  • L'église de Landoy,  Inscrit MH (1980)[13] et d'une architecture simple (plan rectangulaire et toit à deux pans), elle est pourtant longtemps restée à l'abandon. Petit bâtiment de caractère à contreforts, une association de sauvegarde a été créée pour tâcher de lui rendre dignité et utilité. voir cette église sur le site des Clochers de France
  • L'église de Maison-Rouge de style roman, située en bordure de la D 619 (rue du Pavé-du-Roy). Grand bâtiment de plan rectangulaire avec une abside ronde en prolongement de la travée centrale, son clocher protégé par un toit à deux pentes a été dressé un peu en arrière du côté droit de la façade à pignon. Elle contient des éléments classés M.H.
  • Lavoir à Courtevroust.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Maison-Rouge.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi : coupé de gueules et de sinople à la maison d’or pignonnée en chef de trois montants, maçonnée de sable, ouverte et ajourée du champ, brochant sur la partition, surmontée de deux plumes d’argent posées en pal et rangées en chef et soutenue d’un fer à cheval versé du même.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]