Les Mureaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Mureaux
Les Mureaux
La mairie.
Blason de Les Mureaux
Héraldique
Les Mureaux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Canton Les Mureaux
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Grand Paris Seine et Oise
Maire
Mandat
François Garay
2014-2020
Code postal 78130
Code commune 78440
Démographie
Gentilé Muriautins, Muriautines
Population
municipale
32 048 hab. (2015 en augmentation de 3,85 % par rapport à 2010)
Densité 2 673 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 15″ nord, 1° 55′ 02″ est
Altitude 28 m
Min. 18 m
Max. 53 m
Superficie 11,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Les Mureaux

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Les Mureaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Mureaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Mureaux
Liens
Site web http://www.lesmureaux.fr/

Les Mureaux est une commune du département des Yvelines, en région Île-de-France. Située en bord de Seine, en face de Meulan et de Hardricourt, la ville des Mureaux se trouve à 39 km à l'ouest de Paris.

Ses habitants sont appelés les Muriautines et Muriautins. La ville des Mureaux accueille de nombreuses entreprises et notamment ArianeGroup à travers son site d'assemblage de la fusée Ariane.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune des Mureaux se trouve au nord du département des Yvelines sur la rive gauche de la Seine à trente kilomètres environ au nord-ouest de Versailles, préfecture du département, et à dix-huit kilomètres à l'est de Mantes-la-Jolie, chef-lieu d'arrondissement.

Elle est limitrophe de Flins-sur-Seine à l'ouest, de Bouafle et Ecquevilly au sud et de Verneuil-sur-Seine et Chapet à l'est. Au nord, elle est séparée de Meulan-en-Yvelines et Mézy-sur-Seine par la Seine.

Le territoire s'étend à partir des bords de Seine dans la basse plaine alluviale de la Seine, en légère pente vers le nord, les altitudes s'échelonnant entre 38 mètres à l'extrême sud de la commune et 20 mètres sur la rive du fleuve.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat aux Mureaux est un climat tempéré de type océanique dégradé caractéristique de celui de l'Île-de-France. Les températures moyennes s'échelonnent entre 2 et 5 °C en hiver (janvier) et 14 et 25 °C en été (juillet)[1]. La pluviométrie moyenne, relativement basse, s'établit à environ 600 mm par an. Les mois les plus pluvieux vont d'octobre à janvier.


Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire des Mureaux longe la rive gauche (ou sud) de la Seine sur cinq kilomètres environ. Les îles de la Seine situées en face des Mureaux sont rattachées administrativement aux communes de la rive droite (Meulan et Mézy-sur-Seine), à l'exception d'un îlot artificiel créé pour une ancienne écluse aujourd'hui désaffectée.

La ville est traversée par un ruisseau, le ru d'Orgeval, long de seize kilomètres environ, qui coule du sud vers le nord, puis rejoint la Seine aux Mureaux. Ce petit affluent n'était plus visible sur l'essentiel de son parcours car il avait été enterré au cours de l'urbanisation des années 1950-1960. Depuis 2016, le ru d'Orgeval est de nouveau visible sur près de 500 mètres au cœur de l’Écoquartier Molière.

À la limite de Verneuil-sur-Seine, près de la Seine, sur l'Île de loisirs du Val-de-Seine se trouve l'étang du Rouillard, qui s'étend à cheval sur les deux communes et qui résulte d'une ancienne exploitation de sablière.

Dans la partie nord-ouest du territoire se trouvent des stations de pompage utilisées pour l'approvisionnement en eau potable (par des réinjections dans la nappe phréatique). La nappe aquifère des alluvions est incluse dans les champs captants de l'usine d'eau potable d'Aubergenville (exploitée par la société Lyonnaise des Eaux). Cette zone se trouve de ce fait assujettie à un périmètre de protection[2].

La commune est concernée par les risques d'inondation liés aux crues de la Seine. Les quartiers riverains du fleuve et situés le long de la RD 43, en particulier, sont classés en zone inondable[3],[4] dans le cadre du PPRI (plan de prévention des risques d'inondation) des Yvelines.

Liste des labels et prix obtenus en rapport avec la gestion des eaux :

  • 2009 : Forum des Projets Urbains « Hydro-logique aux Mureaux ou la gestion des eaux pluviales ».
  • 2010 : Trophée « 2 canards » pour la participation à l’Opération « Berges Saines ».
  • 2010 : Prix spécial innovation publique Fimbact « Hydro-logique aux Mureaux ou la gestion des eaux pluviales ».
  • 2013 : Trophée « 2 roseaux » pour la participation à l’Opération « Berges Saines ».
  • 2013 : Prix « Coup de Cœur » du département des Yvelines au concours « L’Eau dans les espaces verts ».
  • 2016 : Prix de la rédaction « Défi Urbain : Adaptation climatique du paysage urbain et gestion de l’eau ».
  • 2016 : Trophée Novatech pour la gestion des eaux pluviales, catégorie « Renouvellement urbain ».

Axes de communication[modifier | modifier le code]

Sur le plan routier, Les Mureaux est desservi par plusieurs routes départementales, et principalement par la RD 43 qui en constitue la principale avenue. Celle-ci permet de relier, au sud, l'autoroute de Normandie (A13) et, au nord, le pont « Rhin et Danube » (construit en 1957) au-dessus de la Seine. Les Mureaux comprennent aussi deux axes transversaux, la RD 154 qui relie la commune à Verneuil-sur-Seine et Vernouillet à l'est, et la RD 14 qui rejoint Flins-sur-Seine et Aubergenville à l'ouest.

Les Mureaux dispose d'une gare qui est desservie par la ligne J du réseau Transilien SNCF. La commune fait partie du projet Eole et doit bénéficier en 2024 du prolongement de la ligne E du RER. Il liera directement Les Mureaux à La Défense.

La commune dispose de l'aérodrome des Mureaux à piste enherbée exclusivement utilisée par des aéroclubs.

Un peu en amont du pont routier, se trouve le port public des Mureaux, géré par le Port autonome de Paris, qui se compose d'un simple quai.

En 2013, Les Mureaux a reçu le Trophée de la Mobilité en Île-de-France, dans la catégorie «  Espace public ».

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes de Murellis en 1133[5], Murelli au XIIIe siècle[6].

« Les Mureaux » est issu de murus (mur défensif). Un port fluvial existait aux Mureaux dès le Ier siècle avant notre ère. « Les petits remparts » ou « la petite place-forte »[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes des Mureaux

Les armes des Mureaux se blasonnent ainsi :
d'azur au mur d'enceinte crénelé d'or maçonné de sable, soutenu par une onde d'argent mouvant de la pointe, la porte ouverte du champ chargée d'une ancre d'or, surchargée d'un vol d'argent et d'une étoile tous deux d'argent, le mur surmonté de trois mûres d'argent tigées et feuillées d'or

Les origines[modifier | modifier le code]

Le site fut occupé dès la préhistoire ; une sépulture mégalithique (allée couverte) datée de 3000 ans av. J.-C. y a été découverte à la fin du XIXe siècle.
Au début du IIe siècle avant notre ère, des populations gauloises (Carnutes) s’installent au nord de la Seine, côté Meulan, sur l’Île-Belle. Puis, une véritable agglomération s’étend jusqu’aux Mureaux. Les traces archéologiques se résument à des bâtiments construits en bois et torchis et des objets qui montrent une importante activité artisanale (ex. le travail de l’os animal : alêne et aiguille pour la pêche, dés à jouer, charnières…). La qualité de certains objets traduit également l’existence d’une élite aristocratique au sein de cette agglomération gauloise.

Bien qu’aucun port n’ait été repéré pour cette période, le commerce à longue distance y était déjà développé comme en attestent les amphores d’origine greco-italienne, recueillies en fouille, importées dès le Ier siècle avant notre ère.

Les Mureaux sur la Carte de Cassini en couleur (feuilles gravées et aquarellées), issue de l’exemplaire dit de « Marie-Antoinette » du XVIIIe sièclealt=

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Le village des Mureaux fut un fief du comté de Meulan dépendant de la générosité de la comtesse, Agnès de Montfort, qui le dota d’une église et d’une maladrerie. Les rois capétiens résidaient dans leur hôtel de Beauséjour et au château des Mâcherus, tous deux disparus. C’est dans le premier, dans son douaire, que Marie de Brabant, reine de France, se retira de 1285 à 1321, après le décès de son époux, le roi de France Philippe III le Hardi.

Au Moyen Âge, le village fut un fief des comtes de Meulan.
Pendant plus de deux siècles, la famille de Vion, originaire de Bourgogne, possède les seigneuries des Mureaux et de Becheville.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1811, le domaine de Bècheville devient la propriété de Pierre Daru. Baron de l’Empire et membre de l’Académie française, il est alors un proche conseiller de Napoléon qui écrit, dans ses mémoires, à propos de Pierre Daru : « Au travail du boeuf, il joint le courage du lion ». Dès 1811, les Daru reçoivent au château leur cousin Stendhal. Celui-ci y passe trois semaines. Il fait la cour à Alexandrine Daru, l’épouse de son hôte, mais en vain. Après cette déception amoureuse, il part pour l'Italie. Stendhal relatera cet événement dans son roman Le Rouge et le Noir. Alexandrine devient Madame de B et le château porte divers pseudonymes. Le romancier avoue avoir « perdu la bataille de Bècheville ».

En 1843 eu lieu l'inauguration de la gare des Mureaux sur la ligne Paris-Rouen.
Entre 1850 et 1860, Napoléon Daru fait construire l'actuel château de Bècheville
En 1889 Léon Gustave Ravanne, peintre de la Marine (né à Meulan en 1854), élève de Léon Bonnat, fait construire un atelier où il s'installe, au 15 avenue Victor-Hugo. Cet atelier fut un des points de rencontre de Louis Hayet, Léo Gausson, Celli ou Jean Guérin, directeur de l'école de dessin de Mantes et dernier peintre et propriétaire de l'atelier.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

L'année 1912 voit débuts de l'aviation aux Mureaux.
En 1924 Les Mureaux accueille des épreuves de voile dans le cadre des Jeux olympiques d'été de Paris En 1949, tout juste installé aux Mureaux, l'écrivain Frédéric Dard invente son personnage du commissaire San Antonio.
C'est en 1952 qu'a lieu le vol du premier Noratlas, un avion de transport militaire fabriqué par l'usine des Mureaux.
C'est dans les années 1950 et 1960, que débute la construction de grands ensembles de logements sociaux, notamment dans le parc du château de Bècheville, acquis par la Ville en 1953.
En 1955 est la première édition du Challenge Lefaucheux connu comme épreuve de référence de cette discipline sous le nom de Cross des Mureaux.
En 1999, une tour aux Musiciens est démolie.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En mai 2005, la ville inaugure le nouvel hôtel de ville qui permet de regrouper des services très dispersés. Le nouveau pôle administratif de plus de 440 m² est le premier bâtiment tertiaire HQE[8] en France.
En 2007, la tour Sauge (Vigne Blanche) est démolie.
En 2008, deux athlètes de haut niveau, appartenant à des clubs sportifs muriautins, ont participé aux jeux olympiques de Pékin : il s'agit de la gymnaste Kathleen Lindor et du boxeur Ali Hallab.
En 2009, La Médiathèque est inaugurée après plus d'un an de travaux. Auparavant, celle-ci n'avait jamais été terminée.
Le la tour Molière dans le quartier de la Vigne Blanche est démolie[9] (voir images ci-dessous)
En 2012, les tours iris et Nénuphars donnant sur l'avenue de l'Europe sont démolies
Le 13 février 2015, le Pôle Molière est inauguré en présence de la ministre de l'Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem et de Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports[10]. Cet équipement multi-activités accueille une école primaire, une crèche, une ludothèque, un restaurant, un café des parents, un centre de ressources et des salles polyvalentes. Il témoigne d'une vision globale de l'éducation sur le territoire communal (photo ci-dessous).
En novembre 2017, la tour Corneille (vigne blanche) est démolie
Un nouveau plan de rénovation urbaine est en préparation pour la période 2019-2023. Des démolitions de logements HLM sont prévues dans les quartiers de la gare, cité Renault, vigne blanche et surtout les musiciens.

Inauguration du pôle Molière : de gauche à droite, Patrick Kanner, Najat Vallaud-Belkacem, le préfet Erard Corbin de Mangoux, le maire, François Garay, face à Damien Raymond, secrétaire général de la Ligue de l'enseignement des Yvelines

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[11]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours François Garay PS puis DVG  
mars 1989 mars 2001 Alain Étoré PS  
mars 1977 mars 1989 Roger Le Toullec PCF Conseiller général du canton de Meulan (1976-1988)
mars 1965 mars 1977 Pierre Métayer SFIO  
1944 mars 1965 Paul Raoult SFIO  

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La ville a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21[12].

Parmi les récompenses obtenues dans le cadre de sa démarche de développement durable, la commune compte les prix suivants :

  • 2015 : Certification Haute Qualité Environnementale (HQE) du Parc Molière.
  • 2015 : Le Trophée du jardin à partager, décerné par le Conseil général des Yvelines, dans le cadre du projet des Jardins familiaux du Rouillard.
  • 2016 : Obtention de « 2 libellules » au concours Capitale française de la biodiversité, sur le thème « Sols et biodiversité ».

Le conseil municipal[modifier | modifier le code]

Élu en 2014, le conseil municipal comprend trente-neuf membres, dont le maire, onze adjoints au maire, et six conseillers délégués[13].

La ville dispose également d'un Conseil municipal d'enfants et d'un Conseil municipal des jeunes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune des Mureaux appartient à l'aire urbaine de Paris et fait partie de la Communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise.

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune des Mureaux appartient au canton des Mureaux, qui regroupe 51 549 habitants dans neuf communes situées de part et d'autre de la Seine, et dont elle représente donc près de 62 % de la population. L'actuelle conseillère départementale du canton est Cécile Zammit-popescu.

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la neuvième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale du nord-ouest des Yvelines, dont le député est Bruno Millienne ( Modem-Lrem ).

Sur le plan judiciaire, Les Mureaux font partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépendent du tribunal de grande instance ainsi que du tribunal de commerce sis à Versailles[14],[15].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[16],[Note 1].

En 2015, la commune comptait 32 048 habitants[Note 2], en augmentation de 3,85 % par rapport à 2010 (Yvelines : +1,32 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
745752781813783720774827794
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8859831 1131 2301 3941 7402 0062 0702 214
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 2852 2342 4852 8963 5404 6055 0485 4278 218
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
19 01621 73328 16531 61933 08931 73932 63430 73932 048
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,9 % contre 48,4 % au niveau national et 48,8 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,6 %, 15 à 29 ans = 24,3 %, 30 à 44 ans = 18,1 %, 45 à 59 ans = 18,3 %, plus de 60 ans = 15,7 %) ;
  • 49,1 % de femmes (0 à 14 ans = 22,7 %, 15 à 29 ans = 25,4 %, 30 à 44 ans = 18,4 %, 45 à 59 ans = 20,1 %, plus de 60 ans = 13,4 %)
Pyramide des âges à Les Mureaux en 2007 en pourcentage[19]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90  ans ou +
0,4 
2,7 
75 à 89 ans
4,0 
12,9 
60 à 74 ans
9,0 
18,3 
45 à 59 ans
20,1 
18,1 
30 à 44 ans
18,4 
24,3 
15 à 29 ans
25,4 
23,6 
0 à 14 ans
22,7 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[20]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Logement[modifier | modifier le code]

Au recensement de 2014, la ville comptait 11 443 logements dont 10 607 résidences principales. Le solde est constitué essentiellement de logements vacants (6,6 %), la part des résidences secondaires étant infime (0,3 %)[21].

Plus de 83 % du parc immobilier date des années 1949-1989, taux sensiblement supérieur à la moyenne régionale (57,2 %). Cela résulte notamment des constructions de logements sociaux qui ont profondément modifié la ville des Mureaux dans les années 1950-1970. Les constructions récentes (de 1990 à 1999) représentent seulement 5,4 % des résidences principales (chiffre inférieur à la moyenne régionale, 9,1 %), démontrant un net fléchissement des constructions depuis 1990.

Les maisons individuelles représentaient 29,9 % contre 70,1 % pour les appartements, répartition légèrement différente de la moyenne régionale (26,9 % et 73,1 % respectivement), reflétant une certaine densification urbaine.

Les habitations en résidences principales se caractérisent par leur surface importante : les logements de quatre pièces et plus dominent (53,6 %), avec toutefois une forte proportion de trois pièces (28,9 %). Les petits logements, 2 pièces (12,6 %), et surtout les studios (4,5 %), sont très minoritaires. Entre 2007 et 2012, cette structure a évolué dans le sens d'une légère diminution des logements de moyenne taille (3 et 4 pièces) et au profit des petits logements (2 pièces ou moins) et des très grands (5 pièces ou plus).

Parmi les résidences principales, 44 % des habitants sont propriétaires de leur logement, contre 54,7 % qui ne sont que locataires (respectivement 44,3 % et 51,1 % dans la région)[21].

Avec 3386 logements HLM[21], soit 42 % du parc en 2014 (contre 46 % en 2007), la ville est au-dessus du seuil de 25 % de logements sociaux imposé par la loi n° 2013-61 du 18 janvier 2013 relative à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production de logement social. Les quartiers de « La Vigne Blanche » et « Les Musiciens », sont les secteurs les plus en difficultés sociales de la ville.

En 2014, Les Mureaux a été labellisé EcoQuartier dans le cadre de sa rénovation urbaine.

Le la tour Molière, construite dans les années 1960, dans le quartier de la Vigne Blanche est détruite[9]. À son emplacement est installé le Pôle Molière, qui comprend 2 écoles, 1 crèche, une ludothèque et une salle de sport[22].

En 2015, le Pôle Molière a reçu :

  • la certification Haute Qualité Environnementale (HQE).
  • le lauréat de l’appel à projet BEPOS de l’ADEME sur les bâtiments positifs.
  • le Prix partenaire Conseil en Architecture et Urbanisme des Yvelines sur le thème « Optimiser la gestion de l’énergie sur le territoire ».
L'OFCM (en blanc) lors du match ACBB - Les Mureaux du 14 avril 2013 au stade Marcel-Bec de Meudon.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Passeport Citoyen[modifier | modifier le code]

La ville propose aux muriautins âges de 18 ans une semaine de découverte de différentes institutions (Sénat, Musée du Louvre, Tribunal de Grande Instance, Police Nationale...) et un stage de deux semaines dans l'un de ces organismes. Une démarche qui permet de restaurer le sens de l'intérêt général. En contrepartie de cette implication, la ville finance un projet de vie à hauteur de 500 euros : permis de conduire, projet scolaire, projet de solidarité...

Contrat municipal étudiant[modifier | modifier le code]

Créé en 2004 en partenariat avec ArianeGroup, le Contrat municipal étudiant constitue une bourse pour les muriautins qui intègrent une grande école. Ainsi, la ville encourage la réussite scolaire et l'égalité des chances en donnant la possibilité aux jeunes de poursuivre des études supérieures auxquelles ils auraient dû, sans aide, renoncer en raison de leur situation sociale.

Sports[modifier | modifier le code]

La ville des Mureaux a remporté le Prix de la Ville la Plus Sportive des Yvelines décernées par le Comité départemental Olympique et Sportif des Yvelines (CDOS), en 2008, puis de nouveau en 2012.

En 2015, la ville a accueilli les championnats de France de Cross-country en partenariat avec la FFA.

La commune possède :

  • un club de rugby, le Rugby Club Les Mureaux, fondé en 1947[23] et qui a joué en 2e division en 1975, de nombreuses saisons en 3e division et a obtenu plusieurs titres de champion d'Île-de-France.
  • un club de foot, le O.F.C.M, fondé en 2003, et qui évolue en National 3. À l'occasion de la Coupe de France de football, cette équipe a rencontré le FC Rouen (au 7e tour en 2010-2011, défaite 1-3), ainsi que le FC Metz (au 8e tour en 2012-2013, défaite 0-1, but de Yeni N'Gbakoto).
  • un club de Football Américain, les Lycans des Mureaux, fondé en 2005 évoluant en championnat régional.

En 2009, la commune remporte le Trophée du Vélo décerné par le Comité de Promotion du Vélo, pour son plan global cyclable, avec la mise en place de chaussées à voie centrale banalisée dites « chaucidou ».

Sécurité[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'une police municipale, qui comprend 14 policiers et 8 agents de surveillance de la voie publique, et d'un commissariat de la police nationale. Un conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) a été créé en 2002 dans le but notamment d'assurer la coordination entre les acteurs et de prévenir la délinquance[24].

En avril 2016, un nouveau commissariat, conçu par les architectes Philippe Ameller et Jacques Dubois, a été inauguré en présence du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve[25].

Entrée principale de la gare SNCF de la ville des Mureaux

Economie[modifier | modifier le code]

A travers de nombreuses filières (spatial, construction, logistiques, développement durable) Les Mureaux compte environ 900 acteurs économiques, 500 entreprises et 300 commerces. Avec son réseau de transport (gare en centre-ville avec Eole en 2024, accès direct à l'autoroute de Normandie), Les Mureaux constitue un territoire économique dynamique au cœur de la vallée de la Seine.

  • Industrie aéronautique et spatiale : ArianeGroup (ex-Astrium / Aérospatiale, construction des éléments de la fusée Ariane). La ville des Mureaux est à ce titre membre de la Communauté des villes Ariane[26].
  • Parc d'activités économiques des Garennes : production de tuiles Terreal, GCC, Prodways.
  • Zone franche urbaine (ZFU) : comme Mantes-la-Jolie, Les Mureaux fait partie des communes bénéficiant d'une des 44 ZFU mises en place depuis 1997.
  • En 2015, le taux de chômage des 15 à 64 ans aux Mureaux est de 20.7 %[27].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Patrimoine classé[modifier | modifier le code]

  • Dolmen des Gros Murs, vaste chambre funéraire (~60 corps) entièrement couverte d'un tumulus[28], située sur un terrain privé de la rue des Murets. Il n'est pas ouvert à la visite et seul le tumulus est visible depuis la rue. Classé au titre des Monuments Historiques en 1928[29].
L'église Saint-Pierre-Saint-Paul.

Patrimoine non classé[modifier | modifier le code]

  • Le port antique des Mureaux, fouillé par le Service archéologique départemental, a été construit au Ier siècle après J.-C. en bord de Seine, de part et d’autre de la voie terrestre menant de Beauvais à Orléans.
  • Maladrerie de Comtesse.
  • Château de Bècheville du XVIIe siècle. Fréquenté par l'écrivain Stendhal en 1811, remanié au XIXe siècle, il accueille aujourd'hui le Conservatoire Gabriel-Fauré.
  • Maison Bouvaist, castel de brique et pierres meulières (1879), construction bourgeoise de bord de Seine dans le parc de l'Oseraie (rue des Gros-Murs).
  • Club house du Cercle de la voile de Paris, construit en 1893[30].
  • Église Saint-Pierre-Saint-Paul, réalisée dans le style néogothique et achevée en 1896.
  • Bâtiments anciens de l'école maternelle publique Jules-Ferry, attenants à la partie arrière-gauche du château de Bécheville.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Cinq parcs sont classés au pré-inventaire de l'Inventaire général du patrimoine culturel au titre de « jardins remarquables » :

En 2010, le parc du château de Bècheville et le parc de Sautour ont été labellisés par l’organisme Ecocert pour leur gestion écologique. En 2015, ils ont également obtenu la Labellisation Eve (Espace Végétal Écologique).

Depuis 2016, le Parc Molière s'étend sur plus de 7.5 hectares depuis La Médiathèque jusqu'au Parc du Sautour[31].

Le Conseil national des villes et villages fleuris a décerné trois fleurs à la ville des Mureaux.

Equipements culturels[modifier | modifier le code]

La Médiathèque[modifier | modifier le code]

Entièrement en libre accès, La Médiathèque met à disposition : romans, albums, bande dessinées, musiques, films et documentaires, sans oublier un espace multimédia et des salles de travail. La Médiathèque propose une programmation culturelle riche et variée, et accueille, depuis janvier 2018, une Micro-Folie.

Micro-Folie Les Mureaux Grand Paris Seine & Oise[modifier | modifier le code]

La Micro-Folie est composée de 4 espaces.

  • Musée numérique et salle de spectacle : Le Musée numérique permet de découvrir sur écran géant et sur tablettes, plus de 500 chefs-d’oeuvre issus de 12 musées nationaux (Musée du Louvre, Centre Pompidou, Château de Versailles, etc.). Cette galerie d’art virtuelle est une offre culturelle unique où chaque visite est accompagnée d’actions de médiation.
  • Réalité virtuelle : Un espace de réalité virtuelle vous permet, grâce aux casques mis à disposition, de vous immerger dans l’expérience 360°.
  • Le Fablab : Équipé d’imprimantes 3D, d’une floqueuse de T-shirt et de supports en tissu, d’une brodeuse numérique. Cet espace s’adresse aux artistes, aux étudiants, aux bricoleurs et à tous ceux qui souhaitent développer leur créativité́ dans un esprit DIY (Do It Yourself).
  • Le café : De nombreuses activités sont proposées aux enfants et aux familles au sein de l’espace Café, dont ateliers pédagogiques et jeux organisés en lien avec les structures culturelles et les associations locales.

Conservatoire Gabriel-Fauré[modifier | modifier le code]

Agréé par l’État, le Conservatoire Gabriel-Fauré propose des cours de danse, de musique, de théâtre et d’arts visuels. Il bénéficie d’un studio d’enregistrement et des studios de répétition ouverts aux élèves de l’établissement ainsi qu’aux musiciens, groupes, débutants ou confirmés. Le Conservatoire présente également une programmation annuelle avec des spectacles de théâtre et de danse, des concerts, des scènes ouvertes musicales dédiées aux talents franciliens, des expositions et des conférences.

Cinéma Frédéric-Dard[modifier | modifier le code]

Situé au cœur du centre-ville, le Cinéma Frédéric-Dard propose tout au long de l’année une programmation variée de films qui font l’actualité cinématographique. Il porte ce nom en hommage à l'écrivain Frédéric Dard qui a longtemps vécu dans la ville des Mureaux.

Centre de la danse Pierre-Doussaint[modifier | modifier le code]

Centre de la danse Pierre-Doussaint est un établissement culturel et artistique de la Communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise dédié à toutes les danses. Il est ouvert à celles et ceux qui souhaitent découvrir et pratiquer un art chorégraphique. Il est composé de deux studios pour la pédagogie des danses et d’un studio de création chorégraphique.

Les Ateliers de Moulin[modifier | modifier le code]

Entre La Médiathèque et le Château de Bècheville, Les Ateliers du Moulin est un lieu de créativité ouvert à tous. Un lieu mettant à l’honneur les arts de la main (sculpture, dessin…) et accueillant une École du Cirque où les plus jeunes peuvent découvrir cet art populaire. Un nouveau lieu artistique qui prend place au sein d’un bâtiment historique. En effet, le bâtiment principal est constitué d’une ancienne ferme qui était déjà un moulin à eau en 1749.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Festival international du Cirque des Mureaux
  • Ciel en Seine
  • Fête de l'air
  • Fleurs en Seine

Cinéma, radio et télévision[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Historique des tournages ayants eu lieu aux Mureaux :

Radio[modifier | modifier le code]

RVVS (également connue sous son ancien nom Radio Vexin) est la plus vieille radio libre de France encore en activité. Créée en 1980, elle est toujours active, avec des émissions culturelles et musicales variées. Elle a fêté ses 30 ans en 2010. Certains des programmes diffusées sont tout aussi vieux, comme l'émission Killer On The Loose, émission de musique metal, toujours programmée.

Télévision[modifier | modifier le code]

Juin 2011 : Tournage du clip de Mina Tindle « Too Cary Many Small Things » au Gymnase Pierre de Coubertin.

Juin 2015 : Tournage du clip de Aaron « Shades of blue » à la Piscine de Bècheville.

Mariage de Marie de Brabant et du roi Philippe III de France . Manuscrit des Chroniques de France
Mariage de Marie de Brabant et du roi Philippe III de France . Manuscrit des Chroniques de France

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Brunot Ferret et Arnaud Späni, Les Mureaux - De la Seine à l'espace, 2018, 252 p.
  • Marie-Hélène Gomis, Une communauté africaine en banlieue : les Manjaks des Mureaux (1963-1994), 1996, 164 p. (mémoire de maîtrise)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Climat des Yvelines sur le site de Météo-France
  2. La distribution de l'eau potable dans les Yvelines en 2004, DRASS Île-de-France, p. 11 [PDF]
  3. Zonage du plan de prévention des risques d'inondation dans la commune des Mureaux, planche 9[PDF]
  4. Zonage du plan de prévention des risques d'inondation dans la commune des Mureaux, planche 10 [PDF]
  5. Ernest Nègre - générale de la France, page 1475
  6. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  7. Claude Guizard, Lexique toponymique de l’arrondissement de Mantes-la-Jolie, page 22
  8. La mairie des Mureaux, une opération HQE réussie, CAUE92
  9. a et b Destruction de la Tour Molière aux Mureaux (Yvelines) par semi-foudroyage
  10. « Projet éducatif territorial : inauguration du pôle Molière des Mureaux (Yvelines) », sur education.gouv.fr,
  11. Liste des maires sur le site officiel des Mureaux
  12. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Les Mureaux, consultée le 30 octobre 2017
  13. Site municipal - Présentation des élus
  14. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le 10 mai 2011).
  15. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le 10 mai 2011).
  16. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  19. « Évolution et structure de la population à Les Mureaux en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 8 mai 2011)
  20. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 8 mai 2011)
  21. a, b et c INSEE - Commune des Mureaux (78440) - Dossier complet
  22. Destruction de la Tour Molière aux Mureaux
  23. Histoire du RC Les Mureaux.
  24. Le CLSPD sur le site de la mairie
  25. « Les Mureaux : Bernard Cazeneuve inaugure le nouveau commissariat - France 3 Paris Ile-de-France » (consulté le 6 septembre 2016)
  26. « Membres fondateurs et adhérents », Communauté des Villes Ariane - CVA (consulté le 4 janvier 2011).
  27. « Comparateur de territoire − Commune des Mureaux (78440) | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 25 juillet 2018)
  28. http://fr.topic-topos.com/allee-couverte-megalithique-les-mureaux
  29. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_98=LOCA&VALUE_98=%20Les%20Mureaux&NUMBER=1&GRP=0&REQ=((Les%20Mureaux)%20%3aLOCA%20)&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=1&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=100&MAX3=100&DOM=Tous
  30. http://fr.topic-topos.com/club-house-du-cercle-de-la-voile-de-paris-les-mureaux
  31. « Parc Molière », sur www.lesmureaux.fr (consulté le 25 juillet 2018)
  32. Le Patrimoine des communes des Yvelines, Paris, Éditions Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France », , 1155 p. (ISBN 2-84234-070-1) p. 517