Saint-Germain-sur-Morin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Germain-sur-Morin
Saint-Germain-sur-Morin
La mairie.
Blason de Saint-Germain-sur-Morin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Torcy
Intercommunalité Val d'Europe Agglomération
Maire
Mandat
Gérard Gourovitch
2020-2026
Code postal 77860
Code commune 77413
Démographie
Gentilé Saint-Germinois
Population
municipale
3 755 hab. (2018 en augmentation de 5,72 % par rapport à 2013)
Densité 781 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 52′ 56″ nord, 2° 51′ 03″ est
Altitude Min. 45 m
Max. 141 m
Superficie 4,81 km2
Unité urbaine Bailly-Romainvilliers
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Serris
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Saint-Germain-sur-Morin
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Saint-Germain-sur-Morin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-sur-Morin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-sur-Morin
Liens
Site web saint-germain-sur-morin.org

Saint-Germain-sur-Morin est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Saint-Germinois .

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Germain-sur-Morin est située à 10 km au sud de Meaux sur la rive gauche du Grand Morin.

Communes limitrophes de Saint-Germain-sur-Morin
Montry Couilly-Pont-aux-Dames
Saint-Germain-sur-Morin
Magny-le-Hongre Coutevroult Villiers-sur-Morin

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier de Saint-Germain-sur-Morin.
L'ancienne écluse qui permettait de desservir le port de Saint-Germain et qui a été définitivement fermée en 1963

Le réseau hydrographique de la commune se compose de huit cours d'eau référencés :

  • la rivière le Grand Morin, longue de 118,16 km[1], affluent en rive gauche de la Marne, ainsi que :
    • un bras de 0,21 km[2] ;
    • un bras de 0,17 km[3] ;
    • un bras de 0,10 km[4] ;
    • le ru de Lochy, 3,68 km[5], affluent du Grand Morin, en limite nord-ouest de la commune ;
      • le ru de la Sourde, 1,05 km[6], et ;
      • le fossé 01 des Cochepis, 1,66 km[7], affluents du ru de Lochy ;
  • le canal latéral du Grand Morin, 3,37 km[8], destiné autrefois à alimenter le canal de Chalifert.

La longueur totale des cours d'eau sur la commune est de 5,33 km[9].

Gestion des cours d'eau[modifier | modifier le code]

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l'eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles : le SDAGE, à l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE, à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Le département de Seine-et-Marne est couvert par six SAGE, au sein du bassin Seine-Normandie[10].

La commune fait partie du SAGE « Petit et Grand Morin », approuvé le . Le territoire de ce SAGE comprend les bassins du Petit Morin (630 km2) et du Grand Morin (1 185 km2)[11]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le Syndicat Mixte d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SMAGE) des 2 Morin, qualifié de « structure porteuse »[12].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 11,3 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,3 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 4,6 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,6 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 703 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : -2,3 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : 3 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[13].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[14]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[13]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[15]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 33 km à vol d'oiseau[16], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[17] à 11,6 °C pour 1991-2020[18].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Carte des ZNIEFF de type 1 localisées sur la commune.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal de Saint-Germain-sur-Morin comprend une ZNIEFF de type 1[Note 2],[19],[Carte 1], les « Boisement de Montguillon et bois de la Garenne » (35,44 ha), couvrant 2 communes du département[20].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Saint-Germain-sur-Morin est une commune urbaine[Note 3]. Elle appartient en effet à l'unité urbaine de Bailly-Romainvilliers, une agglomération intra-départementale regroupant 14 communes[21] et 51 652 habitants en 2017, dont elle est la banlieue[22],[23].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire regroupe 1 929 communes[24],[25].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (52,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (78,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (50,1% ), zones urbanisées (40,2% ), forêts (7,5% ), prairies (2,2 %)[26].

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[27],[28],[Carte 2]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 3].

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Lavoir de Saint-Quentin à Montguillon.

La commune compte 27 lieux-dits administratifs[Note 5] répertoriés[29] dont le plus important est Montguillon.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Saint-Germain-sur-Morin fait partie de Val d'Europe Agglomération avec 9 autres communes.

Elle s'y est rajoutée en 2020, en faisant le choix de quitter son ancienne intercommunalité, avec les communes d'Esbly et de Montry, après Villeneuve-le-Comte et Villeneuve-Saint-Denis en 2018.

Les 5 communes historiques de l'intercommunalité sont Chessy, Serris, Coupvray, Bailly-Romainvilliers et Magny-le-Hongre.

Auparavant, la commune faisait partie de la communauté de communes du Pays Créçois, de 2013 à 2020[30].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre total de logements dans la commune était de 1 483 dont 80,4 % de maisons (maisons de ville, corps de ferme, pavillons, etc.) et 18,5 % d'appartements[Note 6].

Parmi ces logements, 92,9 % étaient des résidences principales, 0,9 % des résidences secondaires et 6,2 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 81,7 % contre 13,5 % de locataires[31] dont, 2,4 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 7] et, 4,8 % logés gratuitement.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Saint-Germain-sur-Morin a été substitué à celui de Saint-Germain-lès-Couilly par décret du .

Parochia sancti Germani quae Colliacus dicitur vers 1134[34] ; Apud Sanctum Germanum vers 1172[35] ; Presbiter Sancti Germani de Coilliaco en 1218[36] ; Sanctus Germanus de Coulliaco en[37] ; Sanctus Germanus juxta Coilliacum en 1265[38] ; Sanctus Germanus juxta Coollyacum en 1284[39] ; Saint Germain de lès Coully en 1329[40] ; Saint Germain lez Coully en 1370[41] ; Saint Germain lez Coully en Brye en 1459[42] ; La seigneurie de Saint Germain les Couilly en 1574[43] ; Saint Germain lez Couilly en Brie en 1610[41] ; Saint Germain les Cueilly en 1638[44] ; Sanctus Germanus subtus Collyacum en 1657[45] ; Saint Germain sous Coully en 1672[46] ; Saint Germain en Brie en 1718[47] ; Saint Germain en Brie sous Couilly en 1785[48] ; Saint Germain les Couilly en 1793 : Couilly de Colliacum ou Coulliacum est attesté très tôt dans plusieurs documents administratifs. Il s'agit vraisemblablement d'une formation toponymique gauloise ou gallo-romaine. Le second élément est apparemment le suffixe d'origine gauloise *-(i)āko[49] devenu *-(I)ACU en gallo-roman et généralement latinisé en -(i)acum, -(i)aco, -(i)acus dans les textes. Suffixe locatif à l'origine, il désigne à l'époque romaine la propriété.

L'origine de son nom vient de la possession des terres du territoire par les Bénédictins de l’Abbaye Saint-Germain-des-Prés de Paris (dont la commune a repris les armoiries).

La commune est traversée par la rivière le Grand Morin.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1100, Couilly et Saint-Germain-lès-Couilly formaient deux paroisses distinctes tout en étant à l'origine qu'un seul et même bourg séparé par un pont sur le Morin.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
décembre 1962 mars 1965 Raymond Gillet    
mars 1965 mars 1971 Henri Vilcot    
mars 1971 mars 1977 Jeanne Cousin    
mars 1977 1978 Jean Engeldinger    
1978 mars 1983 Rolland Chainbaux    
mars 1983 mars 1989 Jean-François Marcilly    
mars 1989 juin 1995 Alexandre Prodhomme    
juin 1995 janvier 2010
(démission)
Patrick Geremia DVG (app. PS)
puis PG
 
janvier 2010 mars 2014 Alain Gaillard DVG Retraité
mars 2014 décembre 2016[50]
(démission)
Joël Klempouz DVD Cadre supérieur
décembre 2016 En cours Gérard Gourovitch[51] DVD Ingénieur
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Ville internet[modifier | modifier le code]

En 2005, la commune a reçu le label « Ville Internet @ »[52].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[53]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[54].

En 2018, la commune comptait 3 755 habitants[Note 8], en augmentation de 5,72 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
568621624575627568564584533
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
513522510528474480517510527
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
628538509570632714614637746
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
7036762 0672 1242 3562 7553 2813 3623 541
2017 2018 - - - - - - -
3 6643 755-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[55] puis Insee à partir de 2006[56].)
Histogramme de l'évolution démographique

Festivités et événements[modifier | modifier le code]

  • Fête au bord de l'eau : la fête au bord de l'eau a été créée dans les années 1970 par les nouveaux habitants du village (en 1973 la population a triplé avec la construction d'une zone pavillonnaire de 230 logements). C'était à l'époque une « Fête 1900 » pour laquelle les habitants se déguisaient en costumes d'époque. Abandonné dans les années 1990, le thème de la fête 1900 a été repris en 2006.[réf. nécessaire]

Bien communs informationnels[modifier | modifier le code]

La ville de Saint-Germain-sur-Morin a initié en 2002 un mouvement d'équipement informatique basé sur les logiciels libres. En collaboration avec l'association des parents d'élèves et les enseignants, avec un financement de la région Ile-de-France, l'école élémentaire a été équipée d'un réseau informatique comprenant une salle informatique et des ordinateurs en fond de classe (notamment des terminaux X) reliés à un serveur AbulÉdu.

En 2005, ce fut le tour de la bibliothèque d'être équipée avec un serveur informatique et le logiciel libre Koha qui lui permet notamment de mettre en ligne le catalogue de la bibliothèque.

Sports[modifier | modifier le code]

La Randonnée cyclisme du Grand Morin est organisée par le club cyclotourisme de Saint-Germain-sur-Morin « la roue libre » tous les ans le premier week-end du mois de juin.

Le club de basket-ball de la ville, Saint-Germain Basket Club, a fusionné avec le voisin des communes de Bailly-Romainvilliers, Magny-le-Hongre et Chessy, ainsi que le club de Crécy-la-Chapelle, en 2005, formant ainsi le Val d'Europe Pays Créçois Basket Club[57].

Économie[modifier | modifier le code]

  • Centre d'affaires Saint-Germain ;
  • Chambres d'hôtes

Et au début du XXe siècle, c'était une entreprise fabriquant des pétrins, des moteurs et des tracteurs (vendus dans toute la France, en Algérie, en Tunisie et en Espagne), l’entreprise L. Bugaud Père et ses fils (constructeurs-mécaniciens), qui était implantée à Saint-Germain-sur-Morin.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Le Grand Morin prend à Saint-Germain les allures d'une paisible rivière, ce qui fait de la balade au fil de l'eau l'un des principaux attraits non seulement de ce village mais aussi de toute la vallée. Il reste la bâtisse (privée) d'un moulin à eau sur un bras du Morin. Le moulin n'a plus sa roue, mais le bras passe toujours sous l'ancienne maison du meunier.
Cependant, des crues occasionnelles sont redoutées par leur rapidité et leur importance, ce qui a valu à cette rivière le surnom de petit Nil.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Saint-Germain-sur-Morin (Seine-et-Marne).svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

D'azur à trois fleurs de lis d'or, à l'écusson de sable en abîme chargé de trois besants d'argent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  6. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  7. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. « Zones ZNIEFF de Saint-Germain-sur-Morin » sur Géoportail (consulté le 15 janvier 2021)..
  2. « Saint-Germain-sur-Morin - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  3. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Grand Morin (F65-0400) » (consulté le 21 août 2020)
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras du Grand Morin (F6585401) » (consulté le 21 août 2020)
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras du Grand Morin (F6585701) » (consulté le 21 août 2020)
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras du Grand Morin (F6585801) » (consulté le 21 août 2020)
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Lochy (F6586000) » (consulté le 21 août 2020)
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de la Sourde (F6586050) » (consulté le 21 août 2020)
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 des Cochepis (F6586100) » (consulté le 21 août 2020)
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal latéral du Grand Morin (F6--3302) » (consulté le 21 août 2020)
  9. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 5 septembre 2018
  10. « SAGE dans le département de Seine-et-Marne », sur le site de la préfecture de Seine-et-Marne (consulté le 16 janvier 2021)
  11. « SAGE Petit et Grand Morin - Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le 17 janvier 2021)
  12. site officiel du Syndicat Mixte d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SMAGE) des 2 Morin
  13. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 18 janvier 2021)
  14. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 octobre 2020)
  15. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  16. « Orthodromie entre Saint-Germain-sur-Morin et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le 18 janvier 2021).
  17. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 18 janvier 2021)
  18. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 18 janvier 2021)
  19. « Liste des ZNIEFF de la commune de Saint-Germain-sur-Morin », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  20. « ZNIEFF les « Boisement de Montguillon et bois de la Garenne » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021)
  21. « Unité urbaine 2020 de Bailly-Romainvilliers », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 18 janvier 2021)
  22. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 18 janvier 2021)
  23. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 18 janvier 2021)
  24. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 18 janvier 2021)
  25. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 18 janvier 2021)
  26. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  27. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  28. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  29. Site territoires-fr.fr consulté le 5 septembre 2018 sous le code commune 77413
  30. Jean-Michel Sagnes, « Du riffifi aux portes du Pays Créçois », Politique, sur https://www.brionautes.com, (consulté le 29 mars 2018).
  31. Statistiques officielles de l‘INSEE, section Logement consulté le 21 août 2020
  32. Transdev, ligne 12
  33. Transdev, ligne 70
  34. Du Plessis, II, p. 26.
  35. Longnon, I, p. 41.
  36. Archives nationales, LL 46, fol. 38.
  37. Longnon, II, p. 120.
  38. Cartulaire de Pont-aux-Dames, fol. 2 v°.
  39. Du Plessis, II, p. 181.
  40. Archives nationales, S 2962.
  41. a et b Archives nationales, S 2961.
  42. Archives nationales, S 1564.
  43. Archives nationales, P 4, no 38.
  44. Archives de la Seine-et-Oise, A 750.
  45. Archives de la Seine-et-Marne, G 37.
  46. Archives nationales, Q1 1415.
  47. Archives de la Seine-et-Marne, B 319 bis.
  48. Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 499.
  49. Pierre-Yves Lambert, La langue Gauloise, édition errance 1994. p. 39.
  50. « Le maire démissionne », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  51. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en juin 2017).
  52. Palmarès 2005 des villes Internet sur le site de l'association. Consulté le 01/10/2009.
  53. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  54. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  55. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  56. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  57. Jean-Claude Lecointre, « Historique », sur vepc-basket77.fr (consulté le 15 avril 2014)