Lognes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lognes
Lognes
L'ancien hôtel de ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Torcy
Intercommunalité CA Paris - Vallée de la Marne
Maire
Mandat
André Yuste (PS)
2020-2026
Code postal 77185
Code commune 77258
Démographie
Gentilé Lognots
Population
municipale
14 268 hab. (2018 en augmentation de 1,76 % par rapport à 2013)
Densité 4 234 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 50′ 10″ nord, 2° 37′ 40″ est
Altitude Min. 70 m
Max. 109 m
Superficie 3,37 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Champs-sur-Marne
Législatives 10e circonscription de Seine-et-Marne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Lognes
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Lognes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lognes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lognes
Liens
Site web mairie-lognes.fr

Lognes (prononcé [lɔɲ]) est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

De 248 habitants en 1975, Lognes en comptait près de 15 000 en 2009. « Première ville asiatique de France » avec 40 % de sa population, elle est surnommée la « ville du dragon ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Aperçu de Lognes dans le département.

Lognes fait partie de la communauté d'agglomération Paris - Vallée de la Marne, au sein de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, à une vingtaine de kilomètres de l’est de Paris[Carte 1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lognes
Noisiel Torcy
Lognes
Émerainville Croissy-Beaubourg

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[1]. L'altitude varie de 70 mètres à 109 mètres pour le point le plus haut , le centre du bourg se situant à environ 86 mètres d'altitude (hôtel de ville)[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune n’est traversée par aucun cours d'eau[3]. Mais le ru Maubuée en marque la limite à l'est avec Torcy en reliant quelques-uns des cinq étangs artificiels qui sont situés à Lognes : les étangs des Pêcheurs, du Maubuée, du Segrais, du Grand Bassin et des Ibis, édifiés pendant la construction de la ville nouvelle et représentant une superficie de plus de 18 hectares. Ils récupèrent les eaux de ruissellement, collectent les eaux pluviales et servent de régulateurs.

Climat[modifier | modifier le code]

Lognes, comme tout le département, connaît un régime climatique tempéré, de type atlantique.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Gare du RER.

La ville bénéficie du passage de grandes infrastructures de transports : l'autoroute A4, la Francilienne N 104/A104, la RD 199 et la RD 499. Celles-ci permettent des liaisons aisées avec Paris et les principaux pôles d’activités de la région Île-de-France (La Défense, Orly, Roissy…). Cette desserte privilégiée a favorisé le développement urbain et économique de la commune.

Le caractère récent de la ville nouvelle a permis d’intégrer les contraintes de stationnement dans la conception de l’urbanisation. Ainsi, la commune de Lognes comprend un nombre important d’emplacements de stationnement : un parc de 320 places à proximité de la station RER A de Lognes, le stationnement le long des boulevards urbains : Segrais, Camille-Saint-Saëns, cours des Lacs, cours George-Gershwin, Mandinet, Malvoisine, Tour d’Auvergne…

Transports aériens[modifier | modifier le code]

L'aérodrome de Lognes-Émerainville est le premier aérodrome français d'aviation légère privée. Il est exploité par la société Aéroports de Paris[4].

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

Le territoire est également doté d’un réseau de pistes cyclables important et en développement.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la gare de Lognes et, de par sa position limitrophe des deux communes de Lognes et Torcy, par la gare de Torcy de la ligne A du RER.

La ville de Lognes est desservie par les lignes de bus suivantes :

Chemin de fer[modifier | modifier le code]

Hormis le RER A déjà mentionné, la commune a vu d'autres lignes traverser son territoire.

La construction d'une première ligne de chemin de fer entre la gare d'Émerainville et la chocolaterie Menier à Noisiel a été décidée en 1881[5].

Lognes est aussi située sur la ligne longue de 7,5 km qui dessert la zone d'activités Pariest, définie en 1977[6], et rejoint la ligne de Paris à Mulhouse au niveau d'Émerainville. Elle transportait en 2001 environ 110 000 t de fret par an[7]. Elle est abandonnée depuis 2009, et a subi des vols de caténaires.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Carte des ZNIEFF de type 2 localisées sur la commune.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal de Lognes comprend une ZNIEFF de type 2[Note 1],[8],[Carte 2], les « Bois de Saint-Martin et bois de Célie » (892,6 ha), couvrant 6 communes dont 4 en Seine-et-Marne, 1 dans la Seine-Saint-Denis et 1 dans le Val-de-Marne[9].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lognes est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[10],[11],[12]. Elle appartient à l'unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[13] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[14],[15].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal[Note 3]. Cette aire regroupe 1 929 communes[16],[17].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

En 2018[18], le territoire de la commune se répartit[Note 4] en 45,1 % de zones urbanisées, 34,9 % de zones industrielles commercialisées et réseaux de communication, 8,9 % de forêts, 7,4 % d’espaces verts artificialisés non agricoles et 3,7 % d’eaux continentales[Note 5],[3],[19].

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 19 lieux-dits[Note 6] administratifs répertoriés[20].

La ville est divisée en six quartiers : quartier du Segrais, quartier Four-Colliberts, quartier de la Tour d'Auvergne, quartier Hameaux-Village, quartier de La Maillière et quartier centre urbain (Le Mandinet)[21].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 5 764 dont 21,4 % de maisons et 76,7 % d’appartements.

Parmi ces logements, 94,4 % étaient des résidences principales, 0,7 % des résidences secondaires et 4,9 % des logements vacants[Note 7].

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 46,7 % contre 51,4 % de locataires[22] dont, 27,1 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 8] et, 1,9 % logés gratuitement.

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Le panneau rappelant la réhabilitation.

La réhabilitation du centre-ville durant les années 1995 - 2000 s’est accompagnée de la réalisation d’équipements de proximité.

Le conseil municipal a créé en 2008 une commission d’accessibilité, en application de la législation nationale. Selon la loi du , les établissements recevant du public (ERP) doivent, en effet, être rendus accessibles à toutes les personnes à mobilité réduite, avant au plus tard. Cela concerne la signalétique, les entrées, la largeur des portes, l’accès aux fauteuils roulants aux étages et l’utilisation des sanitaires. Au-delà de l’accessibilité des bâtiments, la municipalité a également réalisé un diagnostic sur la circulation des personnes handicapées en ville, afin d’envisager les travaux d’amélioration en concertation avec les usagers[23].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La ville de Lognes a connu différentes appellations au fil des siècles. Dans la chronique de Frédégaire, le lieu apparaît sous l'appellation de Laucaunia-Sylva (VIIe siècle[24] peut-être issue du gaulois louko qui signifie « forêt, bois », équivalent du latin lucus « bois sacré »), puis Oingniata (XIIe siècle), Loengnes (XIIe siècle), Lugnes (XIIIe siècle), Lugnis (XIIIe siècle), Longnes (1227), Loingnes (1464), Longnes-en-Brie (1650) et Ognes-en-Multien (XVIIe siècle), Logne-en-Brie (XVIIIe siècle)[25].

La première appellation retrouvée est donc Laucaunia-Sylva. À l’époque gallo-romaine, la Laucaunia-Sylva était considérée comme faisant partie d’un ensemble foncier d’une résidence, c'est-à-dire de plusieurs villas. Ce territoire n’était alors pas considéré comme terre de culture, mais comme terre en friches laissée à l’état naturel pour les besoins de la chasse. Il existe cependant des controverses concernant ce nom.

Alfred Maury, dans son ouvrage Forêts en Gaule, précise que la forêt de Vincennes (Vilcenna-Sylva), celle de Bondy (Bungiacensia-Sylva) et celle de Livry (Libeniacencis-Sylva) formaient un seul et même ensemble qui portait le nom de Laucaunia-Sylva. L’abbé Lebeuf, dans son ouvrage Histoire du Diocèse de Paris, contredit de nombreuses thèses d’historiens et situe la Laucaunia-Sylva dans le village actuel de Lognes.

« Première ville asiatique de France » avec 40 % de sa population[26], elle est surnommée la « ville du dragon ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Des armes et des armures trouvées près de Lognes ont été les preuves de la bataille livrée en 1114, par Louis le Gros, à Guy le Rouge, seigneur de Gournay-sur-Marne, et à Thibaut, comte de Champagne.

La présence de vestiges archéologiques témoigne d’une occupation néolithique, puis gallo-romaine du site de Lognes. Le nom de Lognes apparaît au VIIe siècle sous le terme de « laucaunia sylvia » dans l’une des rares sources écrites de l’époque « la chronique de Frédégaire ». L’aspect qu’offrait alors cette partie du plateau de la Brie est celui d’une vaste étendue boisée marquée ici et là par quelques implantations humaines. C'est dans cette forêt qu'a été assassiné, avec sa femme, le roi Childéric II, en 675[27]. Au XVe siècle, on dénombre au moins quatre seigneuries et fiefs : le Mandinet, la Malvoisine, le Buisson Saint-Antoine et le Bois l’Archer, aujourd’hui déformé en « Bourlarché ».

L’ancien village rural, situé à la charnière entre le bois de Lognes et les terres agricoles qui occupaient l’essentiel du territoire communal, est constitué d’anciennes maisons d’habitation d’architecture briarde datant de la fin du XIXe siècle. La famille Menier joua un rôle important dans la vie communale ; plusieurs de ses membres seront successivement maires de Lognes. Au début des années 1970, Lognes n’était encore qu’un bourg rural de quelques centaines d’habitants, entouré de champs et de fermes. La commune a connu en quelques années un développement urbain extrêmement rapide, résultat de son intégration dans le périmètre de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, dont la création a été décidée par l’État en 1965. Les terres agricoles ont alors été achetées et aménagées par un organisme public relevant de l’État, L’EPA-Marne, qui a réalisé les voies, les réseaux et les équipements publics.

En l’espace de 25 ans, Lognes est ainsi passée d’un village de 248 âmes à une véritable ville de près de 15 000 habitants avec des pôles d’activités fortement développés.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Poste de police municipale.
Ancien hôtel de ville et la nouvelle mairie.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Torcy du département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France. Pour l'élection des députés, elle dépend de la dixième circonscription de Seine-et-Marne.

La commune a relevé successivement du canton de Lagny-sur-Marne à partir de 1793, du canton de Torcy créé en 1975 par scission du précédent. Compte tenu de la croissance démographique du secteur de Marne-la-Vallée, le canton de Torcy est à son tour scindé en 1985 et la commune est alors rattaché au nouveau canton de Noisiel[28]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Champs-sur-Marne.

Lognes est situé dans le ressort du tribunal d'instance de Lagny-sur-Marne, du tribunal de grande instance, du tribunal pour enfants, du conseil de prud'hommes et du tribunal de commerce de Meaux, et de la cour d'appel de Paris.

Dans l'ordre administratif, la commune relève du tribunal administratif de Melun et de la cour administrative d'appel de Paris[29].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Lognes appartient au secteur II de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, dénommé Val Maubuée.

Celui-ci regroupe six communes (Champs-sur-Marne, Croissy-Beaubourg, Émerainville, Lognes, Noisiel et Torcy), qui étaient regroupées successivement au sein du syndicat communautaire d'aménagement de l'agglomération nouvelle de Marne-la-Vallée - Val Maubuée créé le [30], puis du syndicat d'agglomération nouvelle Marne-la-Vallée - Val Maubuée créé le [31], qui se transforme en 2013 en communauté d'agglomération de Marne-la-Vallée - Val Maubuée.

Celle-ci fusionne le avec d'autres intercommunalités pour former la Communauté d'agglomération Paris - Vallée de la Marne, dont la commune est désormais membre[32].

La commune de Lognes est également membre du syndicat intercommunal pour l’enlèvement et le traitement des résidus ménagers (SIETREM) de la région de Lagny-sur-Marne, qui assure la collecte, le traitement et la valorisation des déchets ménagers pour le compte des trente communes adhérentes ; ainsi que du syndicat intercommunal CPRH (Centres de pédagogies et de réadaptation pour personnes handicapées) qui a pour vocation de créer et de gérer des centres pour personnes handicapées[33].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants étant compris entre 10 000 et 20 000, le nombre de membres du conseil municipal est de 33.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du premier tour des élections municipales de 2020 en Seine-et-Marne, la liste menée par le maire sortant André Yuste (PS) — qui avait succédé à Michel Ricart en 2016 après sa démission — remporte la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 1 494 voix (68,62 %, 29 conseillers municipaux élus dont 4 communautaires), devançant largement les listes menées respectivement par[34] :
- Denis Beyer (DIV, 308 voix, 14,14 %, 2 conseillers municipaux élus) ;
- Steve Boumbou-Liotta (LREM, 271 voix, 12,44 %, 2 conseillers municipaux élus) ;
- Sylvain Cayard (LO, 104 voix, 4,77 %, pas d'élus) ;
lors d'un scrutin marqué par la pandémie de Covid-19 en France où 73,70 % des électeurs se sont abstenus.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1882 1890 Gaston Menier[35] Radical Industriel du chocolat
Député de Seine-et-Marne (1898 → 1906)
Sénateur de Seine-et-Marne (1909 → 1934)
Maire de Bussy-Saint-Martin (1890 → 1913)
Conseiller général de Lagny-sur-Marne (1891 → 1934)
1896 1899 Albert Menier   Industriel du chocolat, sportif
Frère du précédent
1899 1905 Émile Richet    
1905 1917 Georges Menier    
1917 1938 Antoine Menier    
1938 1940 Émile Fournier   Mobilisé en 1940
1940 1944 Louis Mangeot   Nommé par le Gouvernement de Vichy
1944 1965 Émile Fournier    
mars 1965 mars 1989 Paul Mangeot   Agriculteur
mars 1989 octobre 2016[36] Michel Ricart[37] PS Cadre bancaire retraité
Président du SAN du Val-Maubuée (1997 → 2011)
Démissionnaire
octobre 2016[38] En cours
(au 16 février 2021)
André Yuste PS Fonctionnaire
Réélu pour le mandat 2020-2026[39],[40]

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

Entrée de la forêt du Val-Maubuée, en centre-ville.
Promenade et lac en centre-ville.

Au cœur de l’agglomération du Val-Maubuée, Lognes a cherché à se développer en préservant son environnement. Aujourd’hui, l'urbanisation étant quasiment achevée, les priorités sont l'amélioration du cadre de vie et un développement qui profite à toutes les générations[23].

Depuis 2009, la municipalité a souhaité marquer son engagement dans un projet de développement durable en se lançant dans une démarche d'Agenda 21[41].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au , Lognes n'est jumelée avec aucune autre commune, mais a signé en 2001 un contrat de coopération avec la commune de Kampot au Cambodge, en vue de créer des maisons des jeunes et de la culture à Phnom Penh et Kampot[42].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Intégrée à la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, Lognes a connu une explosion démographique entre 1975 et 1990, passant de 250 habitants à près de 13000. Dans les années 2000, la population tend à se stabiliser autour de 15 000 habitants. En 2009, Lognes comptait 14 756 habitants (soit une augmentation de 3,8 % par rapport à 1999). La commune occupait le 621e rang au niveau national et le 22e au niveau départemental sur 514 communes. Elle regroupe environ 17 % des habitants du Val-Maubuée, communauté dont elle est la quatrième commune par la population.

La population lognote est jeune : 41,2 % des habitants sont âgés de moins de 25 ans en 2006. La ville accueille plus de 70 nationalités, dont une forte communauté venant des pays du Sud-est asiatique (Cambodgiens, Laotiens, Vietnamiens…)[43]. Cette diversité se retrouve dans la vitalité de la vie associative, qui compte plus de 200 associations sportives et culturelles.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[44],[Note 9]

En 2018, la commune comptait 14 268 habitants[Note 10], en augmentation de 1,76 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,47 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9511011311798101119107120
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
141158185198216217260277321
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
357345344306320325292244246
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3172972481 70712 97314 21514 61414 41013 999
2018 - - - - - - - -
14 268--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[45].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (7,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (16 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 48,4 % d’hommes (0 à 4 ans = 21,4 %, 15 à 29 ans = 29,1 %, 30 à 44 ans = 20,5 %, 45 à 59 ans = 21,1 %, plus de 60 ans = 7,9 %) ;
  • 51,6 % de femmes (0 à 14 ans = 20,6 %, 15 à 29 ans = 28,1 %, 30 à 44 ans = 20,9 %, 45 à 59 ans = 23,3 %, plus de 60 ans = 7,1 %).
Pyramide des âges à Lognes en 2008 en pourcentage[46]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90  ans ou +
0,2 
1,3 
75 à 89 ans
1,2 
6,5 
60 à 74 ans
5,7 
21,1 
45 à 59 ans
23,3 
20,5 
30 à 44 ans
20,9 
29,1 
15 à 29 ans
28,1 
21,4 
0 à 14 ans
20,6 
Pyramide des âges du département de Seine-et-Marne en 2008 en pourcentage[47].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
3,8 
75 à 89 ans
6,1 
10,2 
60 à 74 ans
10,4 
20,6 
45 à 59 ans
20,3 
22,2 
30 à 44 ans
22,2 
20,7 
15 à 29 ans
19,7 
22,2 
0 à 14 ans
20,5 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lognes est située dans l'académie de Créteil.

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

La ville administre cinq groupes scolaires[48] : le Four, la Maillière, le Mandinet, le Segrais et le Village.

Le département gère deux collèges : le collège « La Maillière »[49] et le collège « Le Segrais »[50].

La région Île-de-France gère le lycée Emily-Brontë[51].

Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

Lognes est le siège de plusieurs établissements privés d'enseignement supérieur :

  • Cethom, centre de formation en ostéopathie pour les kinésithérapeutes et les médecins[52] ;
  • ESCI (École supérieure de commerce international) ;
  • ESM-A (Institut supérieur d'études en alternance du management)[53]
  • ASCENCIA BUSINESS SCHOOL MARNE LA VALLEE, établissement d'enseignement supérieur dans les domaines communication, marketing, banque, assurance, finance, ressources humaines et sportif[54] ;

Accès aux droits[modifier | modifier le code]

La maison de justice et du droit la plus proche est située dans la commune voisine de Noisiel[55].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le bâtiment de l'Association franco-indochinoise sud-Laos.

Pour fêter l’arrivée du printemps, les Lognots déambulent dans les rues de Lognes accompagnés de chars et musiques lors du carnaval. Pour fêter l’arrivée de l’été, la municipalité invite les Lognots à se rencontrer lors de diverses manifestations : fête associative, fête de la musique, tremplin musical « Ziclog », feu d’artifice... Le , un feu d'artifice est organisé sur les rives de l’étang du Maubuée en collaboration avec la ville de Torcy. D'autres manifestations incluent la fête du sport/le forum des associations (septembre) dans lequel les habitants et les associatives sportives et culturelles (initiation, inscription...) se rencontrent. Un troc et puces du Segrais est organisé chaque année en septembre et Le Festival Les Transversales a lieu en septembre..

L’association « les amis de l’église Saint-Martin » en lien avec le diocèse de Meaux, organise de nombreux récitals et concerts en l’église Saint-Martin.

Chaque année le salon de Lognes ouvre ses portes à tous les peintres et sculpteurs de la commune. Diverses expositions à la salle du Citoyen.

La médiathèque du Segrais, ouverte depuis début 2008, propose près de 20 000 documents[56]. Elle fait partie du réseau de médiathèques du Val-Maubuée (avec celles de Noisiel, Champs-sur-Marne, Croissy-Beaubourg et Torcy) et a pour thématique les sciences.

Santé[modifier | modifier le code]

La ville de Lognes dépend du centre hospitalier de Jossigny.

Sports[modifier | modifier le code]

La ville de Lognes compte trois gymnases (la Maillière, la Fraternité et la Liberté), un parc des sports au Segrais, un complexe de tennis au village, le stade Colette-Besson au village (Athlétisme) une salle d’arts martiaux et huit plateaux d’EPS.

Au sein du bois, lieu de promenades et d’exercices physiques, a été installé un parcours de santé. Des appareils de type fitness en plein air sont également présents aux abords des lacs du grand bassin et du maubuée.

Le club de basket-ball de la ville a été créé en 1986 sous le nom de Basket-Club de Lognes Marne-la-Vallée. Il utilisait principalement le gymnase de la Maillière et occasionnellement celui de la Fraternité. Il a fusionné en 2002 avec ses voisins de Torcy et Noisiel pour former le Marne-la-Vallée Basket Val-Maubuée (ou MLV Basket), comptant en 2013-2014 cinq équipes (dont 4 jeunes) en championnat de France[57]. Il a depuis déménagé et occupe le nouveau gymnase de la Liberté. C'est le club avec le plus de licenciés en Seine-et-Marne (431 au total)[58].

En 1995, le club Champs Noisiel Athlétisme (CNA) se développe à Lognes pour devenir "Marne-la-Vallée Athlétisme". En 2000, le club a détecté, puis formé jusqu'en 2004, la championne de saut en longueur Eloyse Lesueur. En 2005, c'est le 1er club du département de Seine-et-Marne et le 53e club français. En 2006, le stade Colette-Besson (piste synthétique de 200 m) est inauguré à Lognes. Avec plus de 270 licenciés, MLVA développe l'athlétisme et les disciplines associées (marche nordique, jogging loisir, condition physique, remise en forme)[59].

Médias[modifier | modifier le code]

La radio 77FM émet sur la ville sur la fréquence 95,8 sur la bande FM.

Cultes[modifier | modifier le code]

Les Lognots disposent de lieux de culte catholique et musulman.

La commune de Lognes dépend du secteur pastoral du Val-Maubuée de l'Église catholique, lui-même situé au sein du pôle missionnaire de Marne-la-Vallée ans le diocèse de Meaux. Le lieu de culte catholique à Lognes est l'église Saint-Martin[60].

Une mosquée est située sur le territoire de la commune[61].

Économie[modifier | modifier le code]

Lognes était connue pour son centre d'examens qui aujourd'hui n'existe plus. (Centrex)

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 5 006 (dont 60 % imposés), représentant 13 462 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 20 620 euros[62].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2017 , le nombre total d’emplois dans la zone était de 8 527, occupant 6 606 actifs résidants.

Le taux d'activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 66,1 % contre un taux de chômage de 10,1 %.

Les 23,8 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 10,7 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 5,1 % de retraités ou préretraités et 8 % pour les autres inactifs[63].

Lognes représente un pôle économique important au sein de Marne-la-Vallée. Les emplois sont plutôt concentrés dans un petit nombre d’établissements. Le forum « Rencontres pour l’Emploi » est organisé en octobre, au Centrex de Lognes. L’objectif principal est de permettre une rencontre privilégiée entre les entreprises du territoire qui recrutent et les demandeurs d’emploi. Les visiteurs ont l’opportunité de rencontrer un grand nombre d’entreprises, d’institutionnels ainsi que des organismes de formation, et de suivre des conférences portant sur des thématiques variées.

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre d'établissements actifs était de 418 dont 29 dans l’industrie, 22 dans la construction, 325 dans le commerce-transports-services divers et 42 étaient relatifs au secteur administratif[64].

Ces établissements ont pourvu 8 101 postes salariés.

Administration[modifier | modifier le code]

À Lognes se situe également le Centre national de la formation du ministère de l'Intérieur[65],[66]. S'agissant d'une « plate-forme pédagogique », le Centre de formation accueille plusieurs directions du ministère, comme celle de la police nationale, connue sous l'appellation de Direction des ressources et des compétences de la Police nationale.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.

Église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

Construite entre 1898 et 1903, l’église Saint-Martin est de style néo-roman. Son architecture a une caractéristique : la dimension très importante de ses baies par rapport à la surface des murs. Elle est à ce titre très lumineuse. Cette église de campagne a retenu l’histoire des Menier, (célèbre famille de chocolatier employeur d’une grande partie de la population du village au début du XXe siècle), dans le dessin des chapiteaux, qui sont décorés de feuilles de cacao. Restaurée en 2000, elle fut l'objet d'une intervention artistique par Victor Cuzin pour la réalisation de ses vitraux contemporains et la mise en couleur de ses murs.

Le château du Mandinet[modifier | modifier le code]

Un fief important existait au Mandinet dès le XVe siècle avec un château entouré de fossés, qui appartenait à la famille de l’écrivain Paul Scarron. Jean Scarron, seigneur du Mandinet, fut par la suite prévôt des marchands de Paris entre 1644 et 1646. Après la Révolution, le château a été habité par le général Nempde-Dupoyet (1775-1833) qui avait brillamment participé aux campagnes napoléoniennes. Le château a été reconstruit à l’identique en 1990.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La richesse des paysages et des milieux naturels de Lognes constitue un facteur d’attractivité important pour la commune et plus généralement pour le secteur du Val-Maubuée. L'ensemble des espaces verts municipaux représente une superficie d'environ quatorze hectares. Le bois de Lognes (ZNIEFF de type 2) et le parc du Segrais sont administrés par l’agglomération du Val-Maubuée.

Lognes bénéficie du label « ville fleurie » avec deux fleurs attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[67].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La ville de Lognes favorise toutes les politiques culturelles, de la pratique amateur à l’excellence artistique, de l’action culturelle de proximité à la reconnaissance au niveau national.

Médiathèque du Segrais

Plusieurs films ont été tournés à Lognes, dont :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christophe Cuzin, Église de Lognes : Chronique d'une commande publique en Île-de-France, Atelier Duchemin, maître verrier, Direction régionale des affaires culturelles d'Île-de-France, 2000, (ISBN 211087175X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Statistiques 2018 de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  5. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  6. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations, un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  7. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  8. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  9. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. « Localisation de Lognes, » sur Géoportail (consulté le 24 avril 2020)..
  2. « Zones ZNIEFF de Lognes » sur Géoportail (consulté le 15 janvier 2021)..

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Plan séisme consulté le 22 avril 2020 ».
  2. « Lognes » sur Géoportail. Carte IGN classique.
  3. a et b Site SIGES - Seine-Normandie consulté le 3 juillet 2018
  4. « Aérodrome de Lognes - Emerainville », sur le site de l'union des aéroports français (consulté le ).
  5. « Historique du chemin de fer industriel de la Chocolaterie Menier au 19e siècle - source BNF », sur ignrando.fr (consulté le ).
  6. Ingérop, « ETUDE D’INGENIERIE TECHNIQUE ET FINANCIERE POUR LA MISE EN PLACE D’UN OFP EN ILE-DE-FRANCE », (consulté le ).
  7. Par Eric Hacquem et Le 6 juin 2001 à 00h00, « Mobilisation pour sauver une voie ferrée », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  8. « Liste des ZNIEFF de la commune de Lognes », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  9. « ZNIEFF les « Bois de Saint-Martin et bois de Célie » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  14. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  15. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  16. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  18. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  19. [PDF]Fiche communale d'occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) sur le site cartoviz.iau-idf.fr
  20. Site territoires-fr.fr consulté le 3 novembre 2018 sous le code commune 77258
  21. « La vie des quartiers à Lognes », sur le site de la mairie de Lognes (consulté le ).
  22. Statistiques officielles de l'Insee, consulté en avril 2020
  23. a et b ADAGE Environnement, Diagnostic développement durable de la ville de Lognes, 28 juillet 2011, [lire en ligne].
  24. « Histoire », sur le site de la mairie de Lognes (consulté le ).
  25. « Cahier de Logne-en-Brie (Paris) », Archives Parlementaires de la Révolution Française, vol. 4, no 1,‎ , p. 654–656 (lire en ligne, consulté le ).
  26. « Comment Lognes est devenue la première ville asiatique de France », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  27. Léon Levillain, « Encore la succession d'Austrasie au VIIe siècle », Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 106, no 2,‎ , p. 296–306 (DOI 10.3406/bec.1946.449369, lire en ligne, consulté le ).
  28. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le ).
  30. |titre=Arrêté du 14 décembre 1972 portant création du syndicat communautaire d'aménagement de l'agglomération nouvelle de Marne-la-Vallée-Val-Maubué|site=Légifrance| consulté le=10 août 2014
  31. « Communauté d'agglomération Marne la Vallée Val Maubuée - 77 », sur Institut d'aménagement et d'urbanisme - Île-de-France, (consulté le ).
  32. « Paris - Vallée de la Marne (N° SIREN : 200057958) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le ).
  33. « Lognes », Liste des groupements, Ministère de l'intérieur, (consulté le ).
  34. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 - Résultats par commune - Seine-et-Marne (77) - Lognes », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  35. « Gaston, Emile, Henri Menier (1855 - 1934) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  36. « Lognes : le maire Michel Ricart tire sa révérence après vingt-sept ans de mandat », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne) « Michel Ricart (PS), le maire de Lognes a présenté sa démission ce lundi à l’issue du conseil municipal. Une décision que l’édile âgé de 74 ans a prise pour des raisons de santé. « J’en suis à mon cinquième mandat et même si j’ai encore toutes mes facultés intellectuelles, mon corps commence à fatiguer. Il est temps de passer le flambeau. » Arrivé à Lognes en 1983, Michel Ricart est élu conseiller municipal dès 1986 avant de devenir maire adjoint l’année suivante puis d’être élu maire en 1989. Sous sa houlette, le village de 250 habitants à ce moment-là devient une ville de 15 000 habitants ».
  37. Guénaèle Calant, « Lognes : les socialistes pleurent l’ancien maire Michel Ricart : Michel Ricart (PS) a dirigé la ville de Lognes pendant 27 ans. Il est décédé dans la nuit de lundi à mardi à l’âge de 78 ans. Ses anciens « camarades » lui rendent hommage », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Michel Ricart en était devenu conseiller municipal en 1986. « Nous avons été élus ensemble la même année. J'ai été son adjoint quand il est devenu maire en 1989 », se rappelle Paul Miguel (PS), très affecté par le décès de son « camarade », qui était « comme de ma famille ». C'est d'ailleurs Paul Miguel qui lui avait succédé à la tête du SAN (Syndicat d'agglomération nouvelle) du Val Maubuée : Michel Ricart y était resté plus de 14 ans ! ».
  38. « Lognes : André Yuste succède à Michel Ricart à la tête de la ville », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne) « Élu quelques instants auparavant par le conseil municipal, André Yuste, jusqu’alors premier adjoint, a enfilé l’écharpe tricolore ».
  39. Nicolas Le Hérissé, « Seine-et-Marne. André Yuste, le maire de Lognes, sera candidat pour un second mandat : André Yuste, le maire de Lognes, annonce sa candidature pour un second mandat de maire », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. Guénaèle Calant, « Lognes : André Yuste reconduit à son poste de maire : L’élection du maire de Lognes a eu lieu lundi soir dans la salle du Citoyen. C’est en octobre 2016 que l’ancien maire Michel Ricart lui avait passé le flambeau de la ville », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Lors du premier tour, André Yuste et sa liste « Choisir Lognes » avaient remporté 68,62 % des suffrages ».
  41. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Lognes, consultée le 31 octobre 2017
  42. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le ).
  43. « En bref », sur le site de la mairie de Lognes (consulté le ).
  44. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  45. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  46. « Évolution et structure de la population à Lognes en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  47. « Résultats du recensement de la population de la Seine-et-Marne en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  48. « Annuaire des groupes scolaires », sur le site de la mairie de Lognes (consulté le ).
  49. « Collège La Maillière », sur le site de la mairie de Lognes (consulté le ).
  50. « Collège Le Segrais », sur le site de la mairie de Lognes (consulté le ).
  51. « Lycée Emily Brontë - Lognes », sur le site du lycée Emily-Brontë (consulté le ).
  52. « page d'accueil », sur le site du centre de formation Cethom (consulté le ).
  53. « page d'accueil », sur site du centre de formation ESM-A (consulté le ).
  54. « page d'accueil », sur site du centre de formation Ascencia business school (consulté le ).
  55. « Annuaires et contacts », sur le site du ministère de la Justice (consulté le ).
  56. VAL Magazine no 102, p. 4.
  57. MLV Basket, « Historique et Identité », sur mlvbasket.com (consulté le ).
  58. Comité de Seine et Marne de Basket-Ball, « Classement des clubs en fonction du nombre de licenciés (chiffres à jour au 06/03/2014) », sur basket77.fr, (consulté le ).
  59. « MLVAthle ».
  60. « Présentation du secteur », sur le site de l’Église catholique au Val-Maubuée (consulté le ).
  61. « Mosquée de Lognes », sur le guide musulman (consulté le ).
  62. Statistiques officielles de l'Insee, section «Revenus et pauvreté des ménages», consulté le 11 décembre 2020
  63. Statistiques officielles de l'Insee, section «Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2017», consulté le 11 décembre 2020
  64. Statistiques officielles de l'Insee, section «Caractéristiques des établissements fin 2017», consulté le 8 décembre 2020
  65. « Bureau du Centre national de la formation », sur L'annuaire Service public.
  66. « Centre de formation du ministère de l'Intérieur, Lognes », sur architopik.com.
  67. « Lognes », sur le site des villes et villages fleuris (consulté le ).
  68. « National/ Bayonne - Vannes, demain (20h). Youssouf sur les traces de Mohamed », sur Le Télégramme, (consulté le ).