Chantereine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chantereine (homonymie).

Chantereine
(Ru de Chantereine)
Illustration
Le ru de Chantereine en limite des communes de Chelles et Brou.
Caractéristiques
Longueur 7,4 km [1]
Bassin 26,8 km2 [réf. nécessaire]
Bassin collecteur Seine
Débit moyen 0,1 m3/s (Chelles) [réf. nécessaire]
Nombre de Strahler 1
Régime pluvial océanique
Cours
Source au lieu-dit l'Étang
· Localisation Courtry
· Altitude 57 m
· Coordonnées 48° 54′ 22″ N, 2° 36′ 10″ E
Confluence le Canal de Chelles et la Marne
· Localisation Chelles
· Altitude 35 m
· Coordonnées 48° 51′ 58″ N, 2° 36′ 19″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Torcy
Cantons Claye-Souilly, Vaires-sur-Marne, Chelles
Régions traversées Île-de-France

Sources : SANDRE, Géoportail

La Chantereine est un cours d'eau français, affluent de la Marne, donc sous affluent de la Seine, né de ruissellements sur les collines de Vaujours. Elle traverse les départements de Seine-Saint-Denis et de Seine-et-Marne dans la région Île-de-France.

Pendant longtemps appelée « le ruisseau de Chelles », son nom actuel est ru de Chantereine, d'où le quartier éponyme de Chelles. Le nom « Chantereine » semble provenir du chant des rainettes qui y coassaient.

Géographie[modifier | modifier le code]

D'une longueur de 7,4 km selon le SANDRE[1], le ru de Chantereine prend source au lieu-dit l'Étang, sur la commune de Courtry, à 57 m d'altitude[2].

La Chantereine s'écoule en direction du sud-est, baigne Courtry, Les Coudreaux et Chantereine (deux quartiers de Chelles), Brou-sur-Chantereine, notamment les plans d'eau du château, frôle Vaires-sur-Marne, puis rejoint Chelles à destination de la rive droite de la Marne au moyen d'un siphon sous le canal de Chelles et d'une station de pompage.

La station de pompage était gérée, jusqu'à la mise en service de l'électrification 25 kV 50 Hz de la section Paris-Gare de l'Est - Château-Thierry de la ligne Paris - Strasbourg en 1962, pour alimenter, en réversibilité, en eau de la Marne, les locomotives à vapeur via 3 châteaux d'eau situés sur le site ferroviaire de Vaires (site majoritairement sur le territoire de la commune de Chelles).

Ensuite, elle gagne la Marne. Son seul exutoire se trouve en limite cadastrale avec la ville de Vaires ouest en face des îles de Chelles. POUR VOIR le document complet de l'Etat des lieux du Ru de Chantereine d'Octobre 2011, 171 pages réalisées par la SEG, Société d'Etudes Générales d'Infrastructures en deux bras[réf. nécessaire][note 1] : l'un à sa confluence, en face de Gournay-sur-Marne, l'autre devant Ville-Évrard, un quartier de Neuilly-sur-Marne[réf. nécessaire]. Son embouchure se situe à trente-cinq mètres d'altitude après un cours de treize kilomètres de longueur[réf. nécessaire] Large de quatre mètres trente, elle draine un bassin de deux mille six cent quatre-vingts hectares[réf. nécessaire]. Avant sa canalisation, elle avait un débit variant entre soixante-dix et cent cinquante litres par seconde[réf. nécessaire].

Communes et cantons traversées[modifier | modifier le code]

Dans le seul département de Seine-et-Marne, le Ru de Chantereine traverse (ou longe) les cinq communes[1] suivantes de Courtry (source), Le Pin, Brou-sur-Chantereine, Vaires-sur-Marne, Chelles (confluence).

Soit en termes de cantons, le ru de Chantereine prend source dans le canton de Claye-Souilly, traverse le canton de Vaires-sur-Marne, conflue dans le canton de Chelles, le tout dans le seul arrondissement de Torcy.

Toponyme[modifier | modifier le code]

La Chantereine a donné son nom à la commune de Brou-sur-Chantereine.

Affluent[modifier | modifier le code]

Le Ru de Chantereine n'a pas d'affluent référencé[1]. Son affluent est le ru de Courgain, voir l'Etat des lieux sité plus haut.. Son rang de Strahler est donc de un.

Aménagements[modifier | modifier le code]

Le Ru de Chantereine a été qualifié de rivière urbaine "oubliées"[3]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Varin: Chelles, un avenir digne de son passé, éditions Temps actuels, 1983 ;
  • Paul Joanne : Dictionnaire géographiques et administratif de la France et de ses colonies, éditions Paris, 1892.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. une confluence sur Neuilly-sur-Marne, correspond à celle du Canal de Chelles

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Chantereine (F6641000) » (consulté le 28 avril 2012)
  2. Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 24 janvier 2015)
  3. [PDF] « Le Fleuve en Île-de-France - Enjeux, échelles, territoires », sur www.iau-idf.fr (consulté le 24 janvier 2015)