Guercheville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Guercheville
Guercheville
La rue Grande.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Fontainebleau
Intercommunalité Communauté de communes Pays de Nemours
Maire
Mandat
Gilles Augé
2020-2026
Code postal 77760
Code commune 77220
Démographie
Gentilé Guerchevillois
Population
municipale
265 hab. (2020 en diminution de 5,36 % par rapport à 2014)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 15′ 37″ nord, 2° 33′ 31″ est
Altitude Min. 109 m
Max. 122 m
Superficie 9,21 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Fontainebleau
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guercheville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guercheville
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Guercheville
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Guercheville
Liens
Site web guercheville77.fr

Guercheville est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France.

En 2020, elle compte 265 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation de Guercheville dans le département de Seine-et-Marne.

La commune de Guercheville se trouve dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France[1]. Elle fait partie du parc naturel régional du Gâtinais français.

Elle se situe à 36,36 km par la route[Note 1] de Melun[2], préfecture du département et à 21,47 km de Fontainebleau[3], sous-préfecture. La commune fait en outre partie du bassin de vie de La Chapelle-la-Reine[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte des communes limitrophes de Guercheville.

Les communes les plus proches[Note 2] sont[4] : Garentreville (2,6 km), Amponville (3,0 km), Burcy (3,5 km), Fromont (4,0 km), Larchant (4,0 km), Rumont (4,5 km), Chevrainvilliers (4,5 km), Obsonville (4,7 km).

Communes limitrophes de Guercheville
Amponville Larchant
Fromont Guercheville
Burcy Garentreville Chevrainvilliers

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est située sur un plateau dont l'altitude varie entre 110 et 120 mètres. La topographie est donc relativement plane, avec de légères ondulations. En l'absence de tout bois ou bosquet, la vue s'étend jusqu'aux villages voisins ; à l'ouest et au sud-ouest, l'horizon est marqué par les buttes de Rumont, Fromont et Burcy.

Le territoire de la commune se situe dans le sud du Bassin parisien, plus précisément au nord de la région naturelle du Gâtinais.

Géologiquement intégré au bassin parisien, qui est une région géologique sédimentaire, l'ensemble des terrains affleurants de la commune sont issus de l'ère géologique Cénozoïque (des périodes géologiques s'étageant du Paléogène au Quaternaire)[5],[6].

Géologie de la commune de Guercheville selon l'échelle des temps géologiques[5],[6].
Ères Périodes géologiques Époques géologiques Nature des sols
Cénozoïque Quaternaire Holocène
LP : Limon des plateaux de composition argilo-marneuse.
Pléistocène
Néogène Pliocène non présent
Miocène non présent
Paléogène Oligocène
g1CE : Calcaire d'Étampes, meulières, marnes, calcaires du Gâtinais.
Éocène non présent.
Paléocène non présent.

Guercheville est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[7].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune n’est traversée par aucun cours d'eau[8].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 10,8 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,5 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 4,1 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 15,5 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 664 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 1,4 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : -2,6 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[9].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[10]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[9]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[11]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 39 km à vol d'oiseau[12], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[13] à 11,6 °C pour 1991-2020[14].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[15],[16]. Dans ce cadre, la commune fait partie d'un espace protégé, le Parc naturel régional du Gâtinais français, créé en 1999 et d'une superficie de 75 567 ha. D’une grande richesse en termes d’habitats naturels, de flore et de faune, il est un maillon essentiel de l’Arc sud-francilien des continuités écologiques (notamment pour les espaces naturels ouverts et la circulation de la grande faune)[17],[18].

Un autre espace protégé est présent sur la commune : la zone de transition de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais », créée en 1998 et d'une superficie totale de 150 544 ha (95 595 ha pour la zone de transition). Cette réserve de biosphère, d'une grande biodiversité, comprend trois grands ensembles : une grande moitié ouest à dominante agricole, l’emblématique forêt de Fontainebleau au centre, et le Val de Seine à l’est. La structure de coordination est l'Association de la Réserve de biosphère de Fontainebleau et du Gâtinais, qui comprend un conseil scientifique et un Conseil Education, unique parmi les Réserves de biosphère françaises[19],[20].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Guercheville est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[21],[22],[23].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire regroupe 1 929 communes[24],[25].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (97,18 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (97,27 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (97,18 %), zones urbanisées (2,82 %)[26].

Occupation des sols en 1990 et 2018[26].
Type d’occupation 1990 2018 Bilan
Territoires artificialisés
(zones urbanisées, zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication, mines, décharges et chantiers, espaces verts artificialisés ou non agricoles)
25,09 ha 2,73 % 25,94 ha 2,82 % 0,85 ha en augmentation
Territoires agricoles
(terres arables, cultures permanentes, prairies, zones agricoles hétérogènes)
894,71 ha 97,27 % 893,86 ha 97,18 % −0,85 ha en diminution
Forêts et milieux semi-naturels
(forêts, milieux à végétation arbustive et/ou herbacée, espaces ouverts sans ou avec peu de végétation)
0,00 ha 0,00 % 0,00 ha 0,00 % 0 ha en stagnation

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[27],[28],[Carte 1]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 2].

Planification[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document d’orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle et à un horizon de 20 ans et s'imposant aux documents d'urbanisme locaux, les PLU (Plan local d'urbanisme). La commune est dans le territoire du SCOT Nemours Gâtinais, approuvé le et porté par le syndicat mixte d’études et de programmation (SMEP) Nemours-Gâtinais[29].

La commune disposait en 2019 d'un plan local d'urbanisme en révision[30]. Le zonage réglementaire et le règlement associé peuvent être consultés sur le Géoportail de l'urbanisme[Carte 3].

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Carte du cadastre de la commune de Guercheville.

La commune compte 44 lieux-dits administratifs[Note 6] répertoriés consultables ici[31] (source : le fichier Fantoir).

Guercheville est formé de deux parties distinctes qui tendent à se rapprocher avec les nouvelles constructions : le bourg, implanté au centre du territoire et le Buisson (hameau).

Logement[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre total de logements dans la commune était de 126 dont 99,2 % de maisons et 0,8 % d'appartements[Note 7].

Parmi ces logements, 81,1 % étaient des résidences principales, 7,9 % des résidences secondaires et 11 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 87,6 % contre 10,5 % de locataires et 1,9 % logés gratuitement[32].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier de Guercheville.

Deux routes départementales relient Guercheville aux communes voisines :

  • la D 4, à Larchant, au nord-est ; et à Burcy, au sud-ouest ;
  • la D 103d, à Fromont, à l'ouest.

Transports[modifier | modifier le code]

Les gares ferroviaires les plus proches sont :

La commune est desservie par deux lignes d'autocars du réseau de bus Les Cars Bleus[33],[34] :

  • la ligne no 184.006, reliant La Chapelle-la-Reine à Garentreville[35] ;
  • la ligne no 184.008, reliant La Chapelle-la-Reine à Ury[36].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Guicheriovilla vers 1080[37] ; Guichervilla en 1193[38] ; Guerchevilla en 1197[39] ; Guichiervilla en 1270[40] ; Guichieville en 1276[41] ; Guircheville en 1295[42] ; Guerzeville en 1300[43] ; Guichierville en 1346[44] ; Guecherville en 1369[45] ; Guercheville en Gastinois en 1384[46] ; Guarcheville en 1488[47] et en 1503[48] ; Garcheville en Gastinois, en 1546[49] ; Guercheville en Gàtinais en 1607[50].

Histoire[modifier | modifier le code]

De l’Antiquité au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le territoire de Guercheville est occupé par l'homme depuis la préhistoire[51].

Il existait un menhir nommé la Pierre frite (synonyme de Pierre fichée), situé au chemin d'Aufferville, au sud-est du Buisson, en limite de la commune ; on y faisait à proximité, le feu de la Saint-Jean. Il a disparu au début du XXe siècle.

Sous l'Ancien Régime, le village de Guercheville et le hameau du Buisson constituaient des seigneuries différentes.

Les premiers seigneurs de Guercheville dont le nom soit connu appartiennent à la famille de Nemours.

En 1190, le roi Philippe-Auguste étant à Fontainebleau, confirme une donation faite par Philippe Ier de Nemours, en tant qu'exécuteur testamentaire de sa femme Aveline, à l'abbaye de Barbeau ; la donation consistait en une rente de 40 sous, froment et vin, à prendre chaque année à la Saint-Rémy en sa terre de Guercheville. Philippe était alors chambellan du roi.

La seigneurie de Guercheville fut transmise de père en fils, au ducs de Nemours successifs, Gauthier II, Philippe II et Gauthier III. Un fils de ce dernier, Jean, chanoine, devint seigneur de Guercheville ; à sa mort, son frère Philippe III lui succéda. On trouve encore, en 1366, un second Jean de Nemours.

Du Moyen Âge à la Renaissance[modifier | modifier le code]

Par la suite, la terre de Guercheville changea maintes fois de propriétaires pour échoir à Antoinette de Pons, à la mort de sa mère Marie de Montchenu, le . Antoinette était l'une des femmes les plus célèbres de son temps et par sa beauté et par sa vertu.

En , le roi Henri IV érigea la terre et seigneurie de Guercheville en Marquisat. En , Antoinette, qui était veuve, consentit à épouser Charles Duplessis-Liancourt. La nouvelle marquise, pour éviter toute confusion pouvant lui paraitre offensante, avec la fameuse Gabrielle d'Estrées, Dame de Liancourt, prit le nom de marquise de Guercheville qu'elle conserva et rendit célèbre.

À la mort de Madame de Guercheville, le à Paris, son second fils Roger Duplessis-Liancourt hérita du marquisat et le garda 25 ans ;

De la Renaissance à la Révolution[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini.

Roger Duplessis-Liancourt vendit le marquisat le à Henri Duplessis-Guénégaud, marquis de Plancy qui le revendit le à Henri-Jules de Bourbon, prince de Condé. Le marquisat resta propriété de la maison de Condé jusqu'en 1732, date à laquelle il est acheté par Jeanne-Marie-Josèphe Guyon ; il est ensuite transmis à son neveu, puis aux descendants de celui-ci.

Le dernier marquis avant la Révolution est Armand-Jacques-François Guyon qui, adoptant les idées nouvelles, sacrifia son titre et devint maire de Guercheville et administrateur du district de Nemours.

Le hameau du Buisson a appartenu à différents seigneurs, dont le commandeur de Beauvais en 1391, la famille de Rogres qui le vendit à Christophe de Harlay, seigneur de Beaumont en 1601, l'abbaye de Cercanceaux en 1676, Louis-Christian de Montmorency-Luxembourg en 1750 et enfin Charles-François-Christian de Montmorency en 1787.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le colombier, siège actuel de la mairie.

La commune faisait partie du canton de La Chapelle-la-Reine jusqu'en 2015.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1953 1959 Maxime Audebert   Agriculteur
1959 1983 Michel Augé   Agriculteur
1983 1995 Michel Herblot   Agriculteur
1995 2014 Claudine Chardon   Agricultrice
2014 En cours Gilles Augé[52]   Agriculteur

Jumelages[modifier | modifier le code]

Les communes d'Amponville, Burcy, Fromont, Guercheville et Rumont se sont associées pour réaliser un jumelage avec deux communes tchèques, Holubice et Tursko, situées près de Prague.

L'accord a été signé avec Tursko en et le sera avec Holubice dans le courant de l'année 2012.

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [53],[54].

Assainissement des eaux usées[modifier | modifier le code]

En 2020, la commune de Guercheville gère le service d’assainissement collectif (collecte, transport et dépollution) en régie directe, c’est-à-dire avec ses propres personnels[55].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[56]. La communauté d'agglomération Coulommiers Pays de Brie (CACPB) assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[55],[57].

Eau potable[modifier | modifier le code]

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par la commune qui gère le service en régie[55],[58].

Les nappes de Beauce et du Champigny sont classées en zone de répartition des eaux (ZRE), signifiant un déséquilibre entre les besoins en eau et la ressource disponible. Le changement climatique est susceptible d’aggraver ce déséquilibre. Ainsi afin de renforcer la garantie d’une distribution d’une eau de qualité en permanence sur le territoire du département, le troisième Plan départemental de l’eau signé, le , contient un plan d’actions afin d’assurer avec priorisation la sécurisation de l’alimentation en eau potable des Seine-et-Marnais. A cette fin a été préparé et publié en décembre 2020 un schéma départemental d’alimentation en eau potable de secours dans lequel huit secteurs prioritaires sont définis. La commune fait partie du secteur Beauce[59].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[60]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[61].

En 2020, la commune comptait 265 habitants[Note 8], en diminution de 5,36 % par rapport à 2014 (Seine-et-Marne : +3,69 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
320267304319360370403401386
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
394373384375361347362350353
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
326297280278280257227228200
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
202201175180189233276280285
2015 2020 - - - - - - -
277265-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[62] puis Insee à partir de 2006[63].)
Histogramme de l'évolution démographique

Événements[modifier | modifier le code]

Le marché du terroir et de produits artisanaux se déroule tous les ans, le dimanche de Pentecôte. Il s'accompagne d'expositions, animations, spectacles des ateliers théâtre…

Enseignement[modifier | modifier le code]

Guercheville dispose d'une école maternelle située 33 rue Grande. Cet établissement public, inscrit sous le code UAI (Unité administrative immatriculée) : 0770122P, comprend 43 élèves (chiffre du Ministère de l'Éducation nationale)[64]. Il dispose d’un restaurant scolaire.

La commune dépend de l'Académie de Créteil ; pour le calendrier des vacances scolaires, Guercheville est en zone C.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 106, représentant 281 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 25 280 euros[65].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2017 , le nombre total d’emplois dans la zone était de 49, occupant 127 actifs résidants.

Le taux d'activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 67,7 % contre un taux de chômage de 4,2 %.

Les 28 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 10,1 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 9 % de retraités ou préretraités et 9 % pour les autres inactifs[66].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre d'établissements actifs était de 28 dont 7 dans l'agriculture-sylviculture-pêche, 2 dans l’industrie, 3 dans la construction, 13 dans le commerce-transports-services divers et 3 étaient relatifs au secteur administratif[67].

Ces établissements ont pourvu 32 postes salariés.

Le Village-Pilote[modifier | modifier le code]

On a appelé ainsi l'importante opération de modernisation des équipements communaux, des exploitations agricoles et des habitations qui s'est déroulée dans les années 1960[68].

Le village ne comptait plus que 200 habitants en 1962 alors qu'il y en avait eu 280 en 1926 et plus de 400 au milieu du XIXe siècle. Comme partout, la population rurale préférait déserter la campagne pour chercher en ville une vie meilleure et plus confortable.

Les exploitations agricoles, principales sources de revenus de la commune, étaient de dimensions moyennes, de rentabilité insuffisante ; les habitations étaient, pour la plupart, vétustes et mal entretenues.

À cette époque, EDF commençait à développer sur une grande échelle l'opération "ferme-pilote" consistant à encourager la rénovation de l'habitat rural.

En 1959, un premier agriculteur fit appel au service agricole d'EDF et au Génie Rural pour moderniser son exploitation ; il fut rapidement suivi par trois autres agriculteurs. Cette opération de rajeunissement rural conduisait, toutefois, à un contraste avec la vétusté des structures communales.

Le , le maire de Guercheville saisissait par courrier les différents services de l'État et du département pour « proposer d'entreprendre une action générale en faveur de la rénovation du village et faire de celui-ci un véritable "Village-Pilote" ». Le programme de l'opération, dont le coût s'élevait à 450 000 francs, était le suivant :

  • amélioration du réseau d'eau potable et création d'une citerne à incendie,
  • réfection totale de la voirie et des trottoirs,
  • renforcement du réseau de distribution publique d'électricité,
  • création d'une installation d'éclairage public moderne,
  • aménagements paysagers des trottoirs,
  • rénovation des logements et des bâtiments communaux,
  • achèvement de la modernisation des exploitations agricoles.

Les habitants du village s'associèrent avec enthousiasme à l'opération en assurant par leurs propres moyens certains travaux comme le creusement des tranchées.

L'inauguration eut lieu en en présence de nombreuses personnalités.

Secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Guercheville est dans la petite région agricole dénommée le « Gâtinais », à l'extrême sud-ouest du département, s'étendant sur un large territoire entre la Seine et la Loire sur les départements du Loiret, de Seine-et-Marne, de l'Essonne et de l'Yonne[Carte 4]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 9] de l'agriculture sur la commune est diverses cultures (hors céréales et oléoprotéagineux, fleurs et fruits)[69].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[70]. Cette tendance se retrouve au niveau de la commune où le nombre d’exploitations est passé de 19 en 1988 à 9 en 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations augmente, passant de 60 ha en 1988 à 144 ha en 2010[69]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Guercheville, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Guercheville entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[69],[Note 10]
Nombre d’exploitations (u) 19 9 9
Travail (UTA) 32 13 13
Surface agricole utilisée (ha) 1 147 991 1 292
Cultures[71]
Terres labourables (ha) 1 146 988 1 278
Céréales (ha) 766 653 799
dont blé tendre (ha) 442 378 s
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) s s
Tournesol (ha) 70 s
Colza et navette (ha) 0 31 77
Élevage[69]
Cheptel (UGBTA[Note 11]) 59 91 83

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-de-l'Assomption.
Le parc du château (plan cadastral de 1839).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame-de-l'Assomption Logo monument historique Classé MH (1947)[72] est constituée de deux parties distinctes. Le clocher et la première partie de la nef datent du XIIIe siècle, ce sont les vestiges de la chapelle de l'ancien château. Pendant la guerre de Cent Ans, l'église est tombée en ruine et le village abandonné ; vers le début du XVIe siècle, elle a été reconstruite et agrandie.
Une restauration des peintures murales effectuée entre 1982 et 1984 a permis de mettre au jour des fresques sur le mur nord de la nef. Quatre scènes sont figurées : saint Michel pesant les âmes, saint Louis, Adam et Ève et saint Michel terrassant le dragon.
Une sculpture représentant le Père Éternel était fixée à la voûte du chœur ; après en être tombée à la fin du XIXe siècle, elle est désormais déposée au musée de Nemours.
  • Il ne reste du château de Guercheville que le colombier. On trouve une description du château (avec donjon, fossés, pont-levis…) et de ses dépendances dans l'aveu[73] que Marie de Montchenu rend au roi en 1549, après l'acquisition de la seigneurie. L'ensemble était situé près de l'église et clos de murailles. Sa fille, Madame de Guercheville, y fait à plusieurs reprises des travaux de réparation, et reconstruit entièrement le colombier en 1627.
Le plan cadastral de 1839 fait apparaître un parc boisé au nord-est du château.
C'est à partir de 1850 que le château commença à être démoli et le parc déboisé, mais la partie du territoire qu'occupait ce dernier s'appelle encore le Parc aujourd'hui.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoinette de Pons[74], comtesse de La Roche-Guyon et marquise de Guercheville (vers 1560-) fut dame d'honneur de Marie de Médicis. Elle épousa Henri de Silly, comte de La Roche-Guyon, qui meurt en 1586. Henri IV en devint éperdument amoureux, mais elle ne céda pas à ses avances et épousa en secondes noces Charles du Plessis-Liancourt.
    Antoinette est restée dans les mémoires comme pieuse et vertueuse, et d'une grande beauté.
    Elle portait une grande attention aux jésuites des colonies françaises d'Amérique et contribua notamment au financement et à la fondation de la colonie de l'île des Monts Déserts, dans le Maine actuel. Cette colonie fut néanmoins détruite par les Anglais, prétextant un non-respect des limites territoriales françaises.
  • Raymond Pochon (1925-2000) qui fut conseiller général du canton de La Chapelle-la-Reine pendant 30 ans, de 1964 à 1994, et maire de Boissy-aux-Cailles de 1965 à 1992 y est né et y passa sa jeunesse.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes de la Seine-et-Marne - tome 1, Paris, Editions Flohic, , 1507 p. (ISBN 2-84234-100-7), « Guercheville », p. 151–152

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chef-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  7. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  9. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  10. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  11. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Guercheville - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  2. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  3. « Géoportail de l’urbanisme », sur https://www.geoportail-urbanisme.gouv.fr/ (consulté le ).
  4. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Métadonnées de la commune de Guercheville », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. « Distance entre Guercheville et Melun », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. « Distance entre Guercheville et Fontainebleau », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches de Guercheville », sur www.villorama.com (consulté le ).
  5. a et b « InfoTerre », sur le site du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) (consulté le ).
  6. a et b « Carte géologique harmonisée du département de la Seine-et-Marne » [PDF], sur le site du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) (consulté le ).
  7. « Plan séisme consulté le 30 octobre 2020 ».
  8. Site SIGES - Seine-Normandie consulté le 11 juin 2018
  9. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  10. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le ).
  11. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  12. « Orthodromie entre Guercheville et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  14. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  15. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le ).
  16. « Liste des espaces protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. « Parc naturel régional du Gâtinais français », sur www.parc-gatinais-francais.fr (consulté le ).
  18. « le Parc naturel régional du Gâtinais français - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « Réserve de biosphère de « Fontainebleau et Gâtinais » », sur mab-france.org (consulté le ).
  20. « la zone de transition de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  23. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  24. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  25. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  26. a et b « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  27. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le ).
  28. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le ).
  29. « Le SCOT Nemours Gâtinais - Historique de l'élaboration », sur smep-nemours-gatinais.fr (consulté le ).
  30. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  31. « Liste des lieux-dits français », sur MémorialGenWeb (consulté en ).
  32. Statistiques officielles de l'Insee, section Logement consulté le 20 juillet 2020
  33. « Lignes régulières », sur cars-bleus.fr (consulté le ).
  34. « 77 - Seine-et-Marne », sur iledefrance-mobilites.fr (consulté le ) (Plan 57 : secteur de Milly-la-Foret).
  35. « Les cars bleus, ligne 184-006 », sur cars-bleus.fr (consulté le ).
  36. « Les cars bleus, ligne 184-008 », sur cars-bleus.fr (consulté le ).
  37. Archives nationales, K 20, n° 5.
  38. Richemond, Nemours, I, p. XXVI.
  39. Richemond, Nemours, I, p. XXVII.
  40. Cartulaire de N.-D. de Paris, II, p. 300.
  41. Bibl. nat., ms. Latin 9895, fol. 168.
  42. Archives nationales, S 5169.
  43. Archives nationales, K 1170, n° 10.
  44. Archives nationales, S 2102a.
  45. Longnon, Pouillés de Sens, p. 90.
  46. Archives nationales, P 131, fol. 116 v°.
  47. Archives nationales, S 263.
  48. Archives nationales,, S 2356b.
  49. Archives nationales, Y 92, fol. 171.
  50. Archives nationales, Y 146, fol. 243.
  51. Eugène Thoison, Guercheville. Notice historique - 1896, impr. Meaux A. Le Blondel
  52. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en ).
  53. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le ).
  54. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le ).
  55. a b et c « Commune de Guercheville - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  56. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le ).
  57. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  58. « Guercheville - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  59. « Schéma départemental d’alimentation en eau potable de secours de Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.fr, (consulté le ).
  60. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  61. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  62. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  63. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  64. Site écoles primaires consulté le 31 octobre 2020
  65. Statistiques officielles de l'Insee, section « Revenus et pauvreté des ménages », consulté le 30 octobre 2020
  66. Statistiques officielles de l'Insee, section « Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2017 », consulté le 31 octobre 2020
  67. Statistiques officielles de l'Insee, section « Caractéristiques des établissements en 2015 », consulté le 31 octobre 2020
  68. Plaquette Guercheville, Édition Sodel
  69. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Guercheville », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le ).
  70. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  71. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Guercheville », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le ).
  72. « L'église. », notice no PA00087024, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  73. Acte qu'un vassal doit donner à son seigneur et par lequel il reconnait tenir de lui un héritage ou une acquisition.
  74. Eugène Thoison, Madame de Guercheville. Esquisse historique - 1891, impr. Fontainebleau Ernest Bourges