Hautefeuille (Seine-et-Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hautefeuille.

Hautefeuille
Hautefeuille (Seine-et-Marne)
La mairie et l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Canton Coulommiers
Intercommunalité CA Coulommiers Pays de Brie
Maire
Mandat
Joël Chauvin
2014-2020
Code postal 77515
Code commune 77224
Démographie
Gentilé Hautefeuillois
Population
municipale
258 hab. (2016 en diminution de 18,1 % par rapport à 2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 45′ 58″ nord, 2° 58′ 06″ est
Altitude Min. 111 m
Max. 126 m
Superficie 9,80 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Hautefeuille

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte topographique d'Île-de-France
City locator 14.svg
Hautefeuille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hautefeuille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hautefeuille

Hautefeuille (prononcé [o.(ə).ˈfœj]) est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Hautefeuillois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cette village rural est située à l'est de Paris à une cinquantaine de kilomètres de la porte de Charenton. On y accède par l'autoroute A4, sortie no 13 en direction de Provins.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Hautefeuille
Guérard La Celle-sur-Morin Faremoutiers
Mortcerf Hautefeuille
Lumigny-Nesles-Ormeaux Pézarches

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le territoire communal présente un faible relief. Les rus ne le marquent que peu. Une dépression se trouve au centre du territoire communal, dans lequel s'est implanté le village.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de la commune se compose de cinq cours d'eau référencés :

  • l’Yerres, affluent en rive droite de la Seine[1] ;
    • le ru des Marnières, 2,7 km[2], affluent de l’Yerres ;
    • le fossé 01 de la Commonnerie ou ru de la Poix, 5,5 km [3] et ;
    • le fossé 01 de la Commune de Pézarches, 2,9 km [4], et ;
    • le fossé 01 du Bois d'Hautefeuille, 1,5 km [5], qui confluent avec l’Yerres .

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 6,35 km[6].

Transports[modifier | modifier le code]

Les gares les plus proches sont celles de Mortcerf à 5 km., de Faremoutiers - Pommeuse , à 5 km., de Mauroux à 8 km., de Marles-en-Brie, à 8 km. et celle de Crécy-la-Chapelle, à 11 km, toutes desservies par le transilien P.

Des lignes de bus permettent d’effectuer un rabattement vers ces gares.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 30 lieux-dits administratifs répertoriés[7] dont Courtesoupe, Les Tournelles.

La population est concentrée dans le périmètre mairie - école - église.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se réparti[Note 1] en 50,7 % de forêts, 43,1 % de terres arables, 3,4 % de milieux à végétation arbusive et/ou herbacée[Note 2] et 2,8 % de zones urbanisées[6].

La surface propre à la culture occupe une bande d'une largeur d'environ 1,1 km sur toute la longueur du territoire (environ 6 km). De chaque côté de cette bande se trouvent deux forêts : à l'ouest la forêt de Crécy-la-Chapelle dont une partie est sur Hautefeuille et à l'est la forêt domaniale de Malvoisine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Hautefeuille en 1325[8] ; Haultefeulle en 1612[9] ; Hautefeuille en Brie, en 1755[10].

Le nom de Hautefeuille viendrait du latin altus « haut » et folius « feuille » pris ici dans le sens de « haute feuillée », « branche d'arbre, feuillage »[11], autrement dit un abri formé par le feuillage des arbres.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Hautefeuille est nommé en 1270 dans une sentence définissant les limites entre le Comté de Champagne et le domaine royal français. Il se trouve alors dans une « marche séparante » dans laquelle le comte et le roi ont chacun des droits de justice.

En 1285 le village est rattaché à la Couronne à la suite de l'accession au trône de Philippe IV le Bel qui avait épousé en 1284 Jeanne de Navarre héritière du royaume de Navarre et du comté de Champagne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune était intégrée depuis 1926 à l'arrondissement de Provins du département de Seine-et-Marne.

Afin de faire coïncider les limites d'arrondissement et celles des intercommunalités, elle intègre le l'arrondissement de Meaux[12].

Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de Seine-et-Marne.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Rozay-en-Brie[13]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton de Fontenay-Trésigny..

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes Avenir et développement du secteur des Trois Rivières, créée fin 1993.

Le , celle-ci fusionne avec la communauté de communes de la Brie des Templiers pour former la communauté de communes du Pays de Coulommiers.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (et 5 000 habitants en zone de montagnes), le schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) de Seine-et-Marne prescrit sa fusion avec la communauté de communes de la Brie des moulins.

La communauté d'agglomération Coulommiers Pays de Brie est ainsi créée le , dont la commune est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1888 avril 1906 Adrien Hallier   Entrepreneur en travaux publics
Mort en fonction
juillet 1906 mai 1908 Jules Dietz-Monnin    
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1999 En cours
(au 11 avril 2016)
Joël Chauvin[14]   Horticulteur

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[16].

En 2016, la commune comptait 258 habitants[Note 3], en diminution de 18,1 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
12713210511010713312697103
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
12311810696113112110134120
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9511391111109106848283
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
104122165183220207312315258
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Police - Gendarmerie[modifier | modifier le code]

Hautefeuille dépend[Quand ?] de la brigade territoriale autonome de la gendarmerie nationale de Mortcerf[réf. nécessaire].

Sapeurs-Pompiers[modifier | modifier le code]

Hautefeuille dépend[Quand ?] du centre d'intervention et de secours de Faremoutiers[réf. nécessaire].

Solidarité[modifier | modifier le code]

L'institut des Tournelles, financé notamment par la Sécurité sociale et le ministère de la Justice, était spécialisé dans l'accueil des adolescents difficiles. Il a fermé en 2000 ou 2001 dans le cadre d'un scandale de pédophilie[18],[19].

Un centre d'accueil de demandeurs d'asile géré par l'association Habitat et Soins a été ouvert en 2001 dans l'ancien hôtel du château des Tournelles[20].

Le domaine Emmanuel, ouvert en 1968, est un centre d'aide par le travail (CAT) géré par l'association des établissements du Domaine Emmanuel, qui constitue également un centre technique pour le sport adapté[21]. Il est le principal employeur privé de la commune[réf. nécessaire].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Dans ce village le patrimoine religieux et le patrimoine civil ne font qu'un.

Ils forment un ensemble d'un seul tenant qui regroupe la mairie, l'école, le cimetière et l'église. Celle-ci est sous le vocable de saint Éloi. La mairie et l'ancienne école sont l'ancien presbytère. Une petite cloche datant de 1740 est accrochée sur le mur reliant l'école à l'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Adrien Hallier (1840-1906), entrepreneur en travaux publics français, maire de 1888 jusqu'à sa mort.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Statistiques de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  2. Pelouses, pâturages naturels, landes et broussailles, végétation sclérophylle, forêt et végétation arbustive en mutation.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - L’Yerres (F4--0210) »
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru des Marnières (F4702000) »}
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de la Commonnerie (F4703500) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de la Commune de Pézarches (F4703000) »
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 du Bois d'Hautefeuille (F4702500) »
  6. a et b 77224 Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 18 février 2019
  7. Site territoires-fr.fr consulté le 18 février 2019 sous le code commune 77224
  8. Longnon, II, 226.
  9. Archives nationales, Q1 1415.
  10. Archives nationales, Q1 1412.
  11. Ernest Nègre - 1996 - Toponymie générale de la France - page 1209 - (ISBN 2600001336).
  12. « Arrêté du 30 décembre 2016 du préfet de la région d'Île-de-France portant modification des limites territoriales des arrondissements du département de Seine-et-Marne », Recueil des actes administratifs de la préfecture d'Île-de-France, no spécial IDF-001-2017-01,‎ , p. 11-23 (lire en ligne [PDF], consulté le 21 août 2018).
  13. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en février 2019).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  18. François Vignolle et Mathieu Janin, « Les victimes des Tournelles réclament justice », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 26 août 2018).
  19. David Charpentier, « Douze ans de réclusion requis contre Robert Mégel », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 26 août 2018).
  20. Georges Blond, « Le centre de Hautefeuille s'est bien intégré au village », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 26 août 2018).
  21. « Le Domaine Emmanuel fête ses 40 ans », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 26 août 2018).