Châteaubleau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Châteaubleau
Châteaubleau
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton Nangis
Intercommunalité Communauté de communes de la Brie nangissienne
Maire
Mandat
Jean-Marc Desplats
2014-2020
Code postal 77370
Code commune 77098
Démographie
Gentilé Castelblotins
Population
municipale
359 hab. (2015 en augmentation de 8,79 % par rapport à 2010)
Densité 106 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 35′ 19″ nord, 3° 06′ 30″ est
Altitude Min. 120 m
Max. 150 m
Superficie 3,40 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Châteaubleau

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Châteaubleau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châteaubleau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châteaubleau

Châteaubleau est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Castelblotins.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 16 km à l'ouest de Provins et à 9,5 km au nord-est de Nangis.

Communes limitrophes de Châteaubleau
Saint-Just-en-Brie
La Croix-en-Brie Châteaubleau Vieux-Champagne
Vanvillé Maison-Rouge

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Ancien sanctuaire gallo-romain, ancien théâtre gallo-romain.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La localité antique était située à la frontière des peuples Meldes (peuple celte dont le territoire se trouvait dans l’actuelle région Île-de-France, sur la Marne; leur capitale, Iantinum, était à l’emplacement de la ville de Meaux actuelle) et Sénons (autre peuple celte occupant le Sénonais, région s'étendant sur une partie des départements actuels de l'Yonne et de Seine-et-Marne; ils donnèrent leur nom à la ville de Sens qui était leur capitale connue à l'époque romaine sous le nom d'Agendicum). L’élément fondateur du village fut la création de la voie romaine qui reliait les Cités de Sens et de Meaux et constituait un élément de l'itinéraire reliant Lyon à Boulogne-sur-Mer.

On peut encore, à l'heure actuelle, emprunter cette route antique, puisque la D209 qui traverse le village suit son tracé.

Il est probable qu'au départ le village était constitué d'une simple station, sorte de gîte d'étape permettant de faire reposer chevaux et voyageurs.

Le IIe siècle, époque de prospérité économique, voit la bourgade se développer de façon notable.

L'habitat s'étend et un réseau de rues est créé. Mais c'est surtout la construction de monuments publics qui va marquer l'importance croissante du village :

* un théâtre de plusieurs milliers de places

* deux ensembles cultuels dont un sanctuaire de sources

Les nouveaux bâtiments édifiés donnèrent à la bourgade un tout autre aspect.

Contrairement à d'autres sites, le IIIe siècle n'amène pas de grands bouleversements, mais les difficultés économiques et politiques qui frappent l'empire Romain entraînent une forte baisse de la circulation monétaire.

De facto, pour pallier cet inconvénient et faire perdurer le commerce, un atelier de fabrique de monnaie parallèle est créé vers 260 et fonctionnera durant une vingtaine d'années. C'est au cours du IVe siècle que l'on assiste à un abandon progressif du village. Les dernières traces d'occupation antique datent du Ve siècle. C'est seulement au début du XIIIe siècle que l'on retrouvera une mention du village dans un acte de donation aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem qui ont établi une commanderie dans le village voisin de La Croix-en-Brie.

Actuellement, des fouilleurs bénévoles dégagent les vestiges grâce à l'association loi de 1901 La Riobé. Depuis le milieu du XIXe siècle, la commune de Châteaubleau a recouvré de la ville romaine un théâtre, un sanctuaire des eaux et des fana (lieux de culte). Depuis le début des années 1960[2], des quartiers d’artisanat et d’habitation ont été mis au jour. Malheureusement, ce patrimoine est en danger par manque de moyens pour le préserver et les collections découvertes risquent d'être dispersées par manque de structures adaptées pour les accueillir. Les habitants se sont donc mobilisés en créant l'association loi 1901 AGRIPPA - Association Gallo-Romaine Intercommunale pour la Promotion du Patrimoine Archéologique - de Châteaubleau. Cette association, uniquement composée de bénévoles, s’est fixé comme principaux objectifs de préserver, conserver, mettre en valeur et partager avec le plus grand nombre l'ensemble du patrimoine archéologique de l'intercommunalité. Pour ce faire, elle organise depuis 2004, en collaboration avec l'association La Riobé, des "fêtes gallo-romaines" réunissant à la fois artisans, archéologues et passionnés, afin de présenter au public le patrimoine de la commune au travers des scènes de la vie gallo-romaine.

Après avoir connu la grandeur à l'époque gallo-romaine, Châteaubleau ne réapparaît dans les archives qu'en 1203 lorsqu’il est fait mention de « Castellum Bilhaut » dans un manuscrit. L’appellation du village va ensuite changer à de nombreuses reprises tout comme les propriétaires successifs des terres: bénédictins puis chevaliers de Malte. Ce ne sera qu’au Second Empire (1852-1870) qu’un instituteur, nommé V. Burin, s’intéressera aux vestiges antiques du village. Il va accumuler de nombreuses informations sur Châteaubleau qui seront exploitées bien plus tard par son petit-fils, J.-P. Burin. De nombreuses campagnes de fouilles s’en suivront entre 1963 et 1987. Elles sont actuellement menées par F. Parthuisot et F. Pilon[2].

La IVe fête, les 6 et , avait pour thème l'agriculture dans l'Antiquité.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 en cours Jean-Marc Desplats[3]   Agriculteur

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2015, la commune comptait 359 habitants[Note 1], en augmentation de 8,79 % par rapport à 2010 (Seine-et-Marne : +4,93 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
191199226221258228216250260
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
261271250251233223234207201
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
188196195169176179188183164
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
137142132164213263305338359
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • La IVe Fête gallo-romaine a eu lieu les 6 et 7 septembre 2008 : Les Castelblotains et les habitants de l'intercommunalité de la Brie nangissienne se mobilisent pour faire connaître la richesse de leur patrimoine local à travers l’organisation d’une fête gallo-romaine, et envisagent l'implantation d'une structure muséale à Châteaubleau. La Ire Fête gallo-romaine de Châteaubleau a ainsi vu le jour en mai 2003. Deux autres éditions ont eu lieu depuis, et la IVe s'est déroulée les 6 et 7 septembre 2008 avec pour thème "L'agriculture sous l'antiquité".
  • La Ve Fête gallo-romaine a eu lieu les 25 et 26 mai 2013.

Économie[modifier | modifier le code]

  • 2 artisans.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Vestiges du théâtre gallo-romain.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les vestiges gallo-romains[modifier | modifier le code]

Les vestiges gallo-romains de la commune (IIe siècle, IIIe siècle et IVe siècle) sont classés pour partie au titre des monuments historiques[8].

  • Des panneaux retraçant les éléments historiques des sites permettent une visite sans guide.
  • Le « Sanctuaire des Eaux » gallo-romain (culte des eaux guérisseuses) est en cours de restauration afin d'améliorer son intérêt.
  • Une partie du théâtre gallo-romain se visite toute l'année.
Le chantier de fouilles ne se visite que l'été lors des fouilles archéologiques, lesquelles sont souvent organisées de la dernière semaine de juillet à fin août.

Église Saint-Gond[modifier | modifier le code]

(XVIe siècle-XIXe siècle).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]