Cocherel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cocherel
Cocherel
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de l'Ourcq
Maire
Mandat
Pierre Eelbode
2020-2026
Code postal 77440
Code commune 77120
Démographie
Gentilé Cocherellois
Population
municipale
635 hab. (2017 en augmentation de 2,25 % par rapport à 2012)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 16″ nord, 3° 06′ 07″ est
Altitude Min. 97 m
Max. 209 m
Superficie 8,27 km2
Élections
Départementales Canton de La Ferté-sous-Jouarre
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Cocherel
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Cocherel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cocherel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cocherel
Liens
Site web mairiecocherel.fr

Cocherel est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Cocherellois.

Ne pas confondre avec un hameau partagé entre les communes de Houlbec-Cocherel et Hardencourt-Cocherel où est enterré Aristide Briand et où eut lieu la bataille de Cocherel au cours de la guerre de Cent Ans.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cocherel est située à 6 km à l'est de Lizy-sur-Ourcq et à 11 km au sud-est de Crouy-sur-Ourcq.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Cocherel
Ocquerre Vendrest Dhuisy
Cocherel
Tancrou Chamigny

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Cocherel se trouve sur le plus haut plateau de Seine-et-Marne. Son altitude varie de 97 mètres à 209 mètres pour le point le plus haut , le centre du bourg se situant à environ 172 mètres d'altitude (mairie)[1].

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de la commune se compose de quatre cours d'eau référencés :

  • le ru de Chivres (ou ru de Rutel), long de 8,9 km[3], affluent de la Marne ;
  • le ru de Méranne, long de 6,2 km[4], affluent de l’Ourcq ;
    • le ru de Sallucy , 1,4 km[5], conflue avec le ru de Méranne ;
  • le fossé 01 des Grouettes, 1,2 km[6], qui conflue avec le ru de Chaton.

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 2,52 km[7].

Climat[modifier | modifier le code]

Cocherel, comme tout le département, connaît un régime climatique tempéré, de type atlantique.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne d’autocars No 41 (Vendrest - Lizy-sur-Ourcq) du réseau Trandev-Pays de l’Ourcq[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 63 lieux-dits administratifs[Note 1] répertoriés[9] dont Crépoil (absorbé en 1842)[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

En 2018[11], le territoire de la commune se répartit[Note 2] en 77,1 % de terres arables, 16,2 % de forêts, 4,5 % de zones urbanisées et 2,2 % de prairies[7],[12].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre total de logements dans la commune était de 255 dont 92,4 % de maisons (maisons de ville, corps de ferme, pavillons, etc.) et 6,8 % d'appartements[Note 3].

Parmi ces logements, 89,3 % étaient des résidences principales, 2,5 % des résidences secondaires et 8,3 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 69,2 % contre 28,6 % de locataires[13] dont, 0,4 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 4] et, 2,2 % logés gratuitement.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Chocherels[14] et Chocherel vers 1140[15] ; Cocherel et Coscherel en 1151 et 1321[16] ; Concherellum en 1151 et 1253[17] ; Coucherel en 1151 et 1264[18] ; Corcheruel en 1151 et 1275[19] ; Cocherellum en 1151 1364[20] ; Coucherel en 1151 et 1621[21] ; Le fief de Conchereul vers 1540[22].

De coc ou cuc, « hauteur »[23], Cocherel est le plus haut point des environs près du Tricochet où il y a effectivement trois "coc", trois collines, et à peu de distance, les pentes du Cochelin (colline), les Cochelines : collines à Mareuil-les-Meaux, la Cochette, dans la Montagne à Nanteuil-lès-Meaux, Cochepis : éminence entre deux sources à Magny-le-Hongre[24], « endroits où on élève des coqs ». Cocherel est située à une altitude qui atteint 209 mètres.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Cocherel a englobé celle de Crépoil depuis le 11 décembre 1842[19].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 En cours Pierre Eelbode[25] DVD Agriculteur
Président de la Communauté de communes

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[27].

En 2017, la commune comptait 635 habitants[Note 5], en augmentation de 2,25 % par rapport à 2012 (Seine-et-Marne : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
382379380327382393375549531
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
470484465415440423404416388
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
363344325289324289284317310
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
280233209238447484553587641
2017 - - - - - - - -
635--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

  • Le MC Espace Moto Verte est une association loi de 1901 affiliée la Fédération française de motocyclisme depuis le début des années 1990. Présente sur les circuits français depuis de nombreuses années, elle a vu plusieurs de ses membres connaître la joie des podiums et des titres dans diverses catégories en championnat de France.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 206, représentant 620 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 22 710 euros[29].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Christophe-et-Saint-Jacques-le-Majeur.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Christophe-et-Saint-Jacques-le-Majeur[30],[31].
L'intérieur de l'église est très dégradé (2016), bien que contenant des objets protégés.
  • Château de la Maison Neuve[32].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  2. Statistiques 2018 de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  3. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  4. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Cocherel » sur Géoportail. Carte IGN classique.
  2. « Plan séisme consulté le 11 mars 2020 »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Chivres (F6268000) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Méranne (F6387000) »
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Sallucy (F6387500) »
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 des Grouettes (F6386100) »
  7. a et b Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 29 novembre 2018
  8. Site Transdev-Pays de l’Ourcq
  9. Site territoires-fr.fr consulté le 11 mars 2020 sous le code commune 77120.
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  12. [PDF]Fiche communale d'occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) sur le site cartoviz.iau-idf.fr
  13. Statistiques officielles de l‘INSEE, section « Logement » consulté le 2 octobre 2020
  14. Cartulaire de Longpont, n° 25.
  15. Cartulaire de Longpont, n° 220.
  16. Archives nationales, S 1413, n° 43.
  17. Du Plessis, II, p. 160.
  18. Layettes Trésor, III, p. 564.
  19. a et b Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 131.
  20. Archives nationales, X1a 20, fol. 59.
  21. Terrier de Tancrou, fol. 233.
  22. Archives nationales, Y 81, fol. 160 v°.
  23. « Histoire de la commune de Cocherel », sur http://fr.topic-topos.com (consulté en mars 2016)
  24. Pierre Miquel - 2016 - Petite Histoire des noms de lieux, villages et villes de France - p. 32, (ISBN 2226381767).
  25. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en février 2019).
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  29. Statistiques officielles de l‘INSEE, section Revenus et pauvreté des ménages, consulté le 1er octobre 2020
  30. « Église Saint-Christophe-et-Saint-Jacques-le-Majeur - Cocherel », sur http://fr.topic-topos.com (consulté en mars 2016)
  31. « Les objets classés de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture
  32. « Château de la Maison Neuve - Cocherel », sur http://fr.topic-topos.com (consulté en mars 2016)