Varreddes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Varreddes
Varreddes
La mairie de Varreddes.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Canton Claye-Souilly
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Meaux
Maire
Mandat
Jean-Pierre Menil
2014-2020
Code postal 77910
Code commune 77483
Démographie
Gentilé Varreddois
Population
municipale
1 945 hab. (2016 en augmentation de 4,8 % par rapport à 2011)
Densité 243 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 00′ 03″ nord, 2° 55′ 50″ est
Altitude Min. 53 m
Max. 122 m
Superficie 8,00 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Varreddes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Varreddes
Liens
Site web Varreddes.fr

Varreddes est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Varreddois[1] et surnommés les Ravetons en raison de la culture maraîchère qu'on y pratiquait. Le Raveton est aujourd'hui le titre du mensuel d'information diffusé par le conseil municipal.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située au nord du département de Seine-et-Marne dans la grande couronne de la région Île-de-France.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Varreddes[2]
Étrépilly Congis-sur-Thérouanne
Chambry Varreddes[2] Germigny-l'Évêque
Poincy

À proximité des communes de Germigny-l'Évêque (commune de Bossuet, avec laquelle elle partage certaines infrastructures), Congis-sur-Thérouanne et Chambry, Varreddes est situé à 7 km au nord-est de Meaux, sous-préfecture de Seine-et-Marne. Pour s'y rendre, il faut emprunter la route départementale 405 en direction de Soissons, celle-ci passant devant le monument américain (la Liberté éplorée, autrement appelé « monument de Varreddes »), cadre du musée de la Grande Guerre. Ces villages, avec Barcy, constituent en effet une des limites de la bataille de la Marne, Meaux étant la dernière grande ville à prendre avant de marcher sur Paris.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de la commune se compose de huit cours d'eau référencés :

  • la rivière la Marne, longue de 514 km[3], principal affluent de la Seine, ainsi que :
    • un bras de 0,2 km[4] ;
    • un bras de 0,2 km[5] ;
    • un bras de 0,3 km[6] ;
    • un bras de 0,4 km[7] ;
    • un bras de 0,4 km[8] ;
    • le canal de l'Ourcq[9]. Une boucle contourne le territoire de la commune par le nord rejoignant de part et d'autre au sud La Marne, où se situe l'île aux Bœufs ;
    • le fossé 01 de la Plaine du Plat Cul, 1,7 km[10], qui conflue avec la Marne.

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 11,38 km[11].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes d’autocars :

du réseau Trandev Pays de l’Ourcq[12].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 73 lieux-dits administratifs répertoriés[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se réparti[Note 1] en 65 % de terres arables, 22,5 % de forêts, 11,2 % de zones urbanisées et 1,3 % de zones agricoles hétérogènes[Note 2] - [11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Varreddes est issu de va (du latin via), voie (route) et redae, raide[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au milieu du XVIIe siècle, Pierre-Paul Riquet, baron de Bonrepos et ingénieur du canal du Midi, propose d'amener l'Ourcq à Paris par un canal navigable, jusqu'à l'actuelle place de la Nation. Sa mort en 1680 et la disgrâce de son protecteur Colbert firent avorter ce projet au demeurant fort coûteux. On retrouve à Varredes des traces de creusement du lit primitif de ce canal entrepris par Riquet[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
? 1995 Pierre Menil    
1995 2014 Michelle Sarfati    
2014[16],[17] En cours Jean-Pierre Ménil SE professeur des écoles

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[19].

En 2016, la commune comptait 1 945 habitants[Note 3], en augmentation de 4,8 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2611 2441 2701 2421 3101 2381 2111 1631 169
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0611 0631 0601 0601 0281 0481 0141 018914
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
860815801797742742811795896
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
9391 0041 0631 1101 5201 8101 8671 8561 945
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Église Saint-Vincent-et-Saint-Arnould.
Ancienne gare du canal de l'Ourcq.

Le village de Varreddes compte un grand nombre d'événements en tous genres tout au long de l'année civile :

  • plusieurs festivals de danses diverses (jazz, country…) ;
  • la fête foraine et son feu d'artifice ;
  • la traditionnelle brocante du 1er mai, organisée par l'association Sports et Loisirs ;
  • la course de côte de septembre ;
  • en octobre, marché rural avec vente de jus de pommes pressées sur la place du village ;
  • l'arbre de Noël.

Sports[modifier | modifier le code]

Le stade de football est situé en bordure du village. Un terrain de tennis était disponible dans le centre du lotissement du Grand Cèdre, il est actuellement désaffecté et inutilisable. Des associations sportives regroupées à l'intérieur de l'association « Sports & Loisirs » animent le village de Varreddes : gymnastique tous âges, danse, VTT, judo, karaté, ping-pong, entre autres. Un centre aéré est ouvert pendant les vacances scolaires.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Maladrerie, ancienne léproserie de Meaux, restaurée après qu'elle a brûlé
  • Église Saint-Vincent-et-Saint-Arnould (XIIIe - XVIe siècle).
  • Île aux Bœufs

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Une bibliothèque est à la disposition des habitants. La commune est intégrée dans une chorale-orchestre de qualité et de renommée, dirigée par Bernard Ménil et regroupant plusieurs villages.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Statistiques de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  2. Elles comprennent les cultures annuelles associées aux cultures permanentes, les systèmes culturaux et parcellaires complexes, les surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants et les territoires agro-forestiers.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 8 octobre 2010)
  2. « Tout sur la commune », sur www.annuaire-mairie.fr (consulté le 8 octobre 2010)
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Marne (F---0100) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras de la Marne (F6425201) »
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras de la Marne (F6425301) »
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras de la Marne (F6425001) »
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras de la Marne (F6425101) »
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras de la Marne (F6426101) »
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal de l'Ourcq (F---2602) »
  10. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de la Plaine du Plat Cul (F6421000) »
  11. a et b 77483 Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 22 février 2019
  12. Site Transdev-Pays de l’Ourcq
  13. Site territoires-fr.fr consulté le 22 février 2019 sous le code commune 77483
  14. Paul Bailly, 1989, Toponymie en Seine-et-Marne, (ISBN 2402033592).
  15. « Varredes en 1600 », sur le blog de Pierre, un habitant de la commune, (consulté le 15 novembre 2013)
  16. Valentine Rousseau, « Municipales à Varreddes : Menil (SE) affronte Saulnier (UMP) », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  17. « Varreddes 77483 », Données du Monde, Le Monde (consulté le 5 juillet 2016).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.