Le Vaudoué

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Vaudoué
Le Vaudoué
La mairie
Blason de Le Vaudoué
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Fontainebleau
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Fontainebleau
Maire
Mandat
Michel Calmy
2020-2026
Code postal 77123
Code commune 77485
Démographie
Population
municipale
739 hab. (2017 en diminution de 2,89 % par rapport à 2012)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 21′ 28″ nord, 2° 31′ 11″ est
Altitude Min. 66 m
Max. 123 m
Superficie 17,16 km2
Élections
Départementales Canton de Fontainebleau
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Le Vaudoué
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Le Vaudoué
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Vaudoué
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Vaudoué
Liens
Site web levaudoue.fr

Le Vaudoué est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Valdéens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située en bordure du département de Seine-et-Marne et du département de l'Essonne, bordée au nord et à l'est par la forêt de Fontainebleau, Le Vaudoué fait partie du Parc Régional du Gâtinais, où 57 communes adhèrent à la charte de préservation et développement durable et raisonné.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[1].

L'altitude varie de 66 mètres à 123 mètres pour le point le plus haut , le centre du bourg se situant à environ 71 mètres d'altitude (mairie) [2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Il n'existe qu'un seul cours d'eau sur le territoire de la commune ; l’École, qui y prend sa source, longue de 26,73 km[3] et affluent de la Seine.

Sa longueur linéaire globale sur la commune est de 0,86 km[4].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune et le village spnt traversés par le sentier de grande randonnée GR 1, qui se prolonge vers Noisy-sur-École au nord et vers Boissy-aux-Cailles au sud.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 116 lieux-dits administratifs[Note 1] répertoriés[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

En 2018[6], le territoire de la commune se répartit[Note 2] en 58,8 % de forêts, 36,2 % de terres arables, 5 % de zones urbanisées et < 0,5 % de zones agricoles hétérogènes[Note 3],[4],[7].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 447 dont 98,2 % de maisons et 0,7 % d'appartements[Note 4].

Parmi ces logements, 69,6 % étaient des résidences principales, 26,1 % des résidences secondaires et 4,3 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 90,4 % contre 7,6 % de locataires et 2 % logés gratuitement [8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune est citée en 1220 sous le nom de Val D'Oé : ce mot vient de « Vau » synonyme de « Val » ou « Valée » et du germain « aug » ou « augo »" signifiant « eau ».

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence de rochers de grès, favorables à la formation de nombreux abris, celles d'un cours d'eau proche, sont des facteurs qui devaient favoriser l'établissement de l'homme sur son territoire[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Fontainebleau du département de la Seine-et-Marne. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1986 de la deuxième circonscription de Seine-et-Marne.

Elle faisait partie du canton de La Chapelle-la-Reine[9]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton de Fontainebleau.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes des Terres du Gâtinais, créée fin 2011.

Conformément aux dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du (Loi NOTRe), la population de l'intercommunalité ne lui permet pas de demeurer indépendante. La commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) du propose que le schéma départemental de coopération intercommunale 2016 prévoit le rattachement de neuf de ses communes à la communauté de communes Pays de Nemours, les 7 autres, dont Le Vaudoué étant intégré à la nouvelle communauté d'agglomération du Pays de Fontainebleau[10],[11].

La commune est donc membre de la communauté d'agglomération du Pays de Fontainebleau depuis le .

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 2020[12] Pierre Bacqué UMP
puis LR
puis RN[13]
Gérant de société
Conseiller général de La Chapelle-la-Reine (1994 → 2015)
Conseiller départemental de Fontainebleau (2015 → )
Déclaré inéligible par le Conseil constitutionnel

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15].

En 2017, la commune comptait 739 habitants[Note 5], en diminution de 2,89 % par rapport à 2012 (Seine-et-Marne : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
406315319346400382308402436
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
412397418406391365360368372
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
354357374311308301308327287
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
281295331372639717741745748
2013 2017 - - - - - - -
767739-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

  • Espace sportif du Nid Corbin (parcours de santé, terrain multi-sports, terrain de pétanque)
  • ESF Athlétisme (marche nordique parking de la Mée)
  • ESF Yoga (lundi & vendredi)
  • ESF tennis

Écpnomie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Loup (Saint-Leu), début du XIIe siècle.
  • La chapelle de Fourche[Note 6] / Fourches-en-Gâtinais[17] (ancienne chapelle de la maison du Temple de Fourche puis de l'Hôpital de Fourche, membre de la commanderie de Beauvais-en-Gâtinais)
  • Les vitraux de l'église Saint-Loup
  • La cave médiévale située sous une maison particulière (caves à cellules latérales). L'ensemble donne l'apparence d'une grande croix à trois traverses dont les extrémités est et ouest de la branche centrale remplissent elles aussi la fonction d'aire de stockage, portant ainsi à huit le nombre de celles-ci.

sources CRDMA bulletin 2001

  • La forêt des Trois Pignons (parking de la vallée de la Mée, parking du rocher Cailleau)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le cérémonie du souvenir : hommage rendu à la famille Kogan (famille juive du Vaudoué) ayant acheté dans les années 1930, une maison qu'ils transformèrent en pension de famille. Cette famille fut déportée au camp d'Auschwitz. Une plaque commémorative a été inaugurée par de nombreuses personnalités de l'État, des représentants des communautés juives de Seine-et-Marne, de Mme Lévy, nièce de Frida Mandelstam, de Marie et Thomas Delattre, petite-fille et petit-fils de Frida Mandelstam[18] ;
  • Alice Saunier-Seité de l'Institut de France, ancien ministre des universités y vécut ;
  • En 1960, le peintre Jean Carzou et son épouse font l'acquisition d'une maison au Vaudoué, sise à la sortie du village, sur la route de La Chapelle-la-Reine[19].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  2. Statistiques 2018 de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  3. Elles comprennent les cultures annuelles associées aux cultures permanentes, les systèmes culturaux et parcellaires complexes, les surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants et les territoires agro-forestiers.
  4. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.
  6. 48° 20′ 12″ N, 2° 31′ 01″ E

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Plan séisme consulté le 12 juin 2020 »
  2. « Le Vaudoué » sur Géoportail. Carte IGN classique.
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - L’École (F4480600) » (consulté le 12 juin 2020)
  4. a et b Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 1 avril 2019
  5. Site territoires-fr.fr consulté le 11 février 2020 sous le code commune 77485.
  6. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  7. [PDF]Fiche communale d'occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) sur le site cartoviz.iau-idf.fr
  8. Statistiques officielles de l‘INSEE, section Logement consulté le 12 juin 2020
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Pascal Villebeuf, « Sept communes veulent rejoindre Nemours, pas Fontainebleau », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  11. Sébastien Blondé, « Intercommunalités : les élus donnent du poids au Grand Melun », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  12. F. Lé, « Le Vaudoué : déclaré inéligible, Pierre Bacqué (RN) assure qu’il comptait raccrocher : Le maire du Vaudoué, 72 ans, n’a pas présenté ses comptes de campagne pour les sénatoriales de septembre 2017. Résultat : une inéligibilité qui ne change rien selon lui. », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 22 janvier 2020) « Comme j'ai fait moins de 1 % des voix et que je n'avais aucun remboursement des frais de campagne par l'Etat, j'ai pensé que ce n'était pas important de présenter ses comptes ».
  13. Sébastien Blondé, « Pierre Bacqué officialise son adhésion au Rassemblement national : Le maire du Vaudoué sera le premier élu du parti de Marine Le Pen à siéger au conseil départemental », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 1er avril 2019) « Pierre Bacqué, le maire du Vaudoué jusque-là classé DVD au conseil départemental, a confirmé ce dimanche midi, son appartenance au Rassemblement national. Une conférence de presse en grande partie consacrée aux élections européennes du 26 mai, en présence aussi de Nicolas Bay et Jordan Bardella, était organisée au siège de la fédération départementale du parti, à Nangis, sous la houlette d’Aymeric Durox, son patron ».
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  17. Claude-Clément Perrot, « La commanderie et la chapelle des Templiers de Fourches en Gâtinais (Le Vaudoué, Seine-et-Marne): Son histoire, son architecture, son sauvetage, son contexte archéologique », Revue des Amis des Monuments et des Sites de Seine-et-Marne, no 46,‎ (présentation en ligne)
  18. [1]
  19. Site de la mairie