Villenoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Villenoy
Villenoy
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Canton Claye-Souilly
Intercommunalité Communauté d'agglomération du pays de Meaux
Maire
Mandat
Michel Venries
2014-2020
Code postal 77124
Code commune 77513
Démographie
Gentilé Villenoisiens ou Villenoyens
Population
municipale
4 492 hab. (2015 en augmentation de 8,16 % par rapport à 2010)
Densité 609 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 56′ 36″ nord, 2° 51′ 49″ est
Altitude Min. 42 m
Max. 85 m
Superficie 7,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Villenoy

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte topographique d'Île-de-France
City locator 14.svg
Villenoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villenoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villenoy
Liens
Site web mairie-villenoy.fr

Villenoy est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Villenoisiens ou Villenoyens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Villenoy est située à 3 km au sud-ouest de Meaux.

Communes limitrophes de Villenoy
Chauconin-Neufmontiers Meaux
Trilbardou Villenoy
Vignely Isles-lès-Villenoy Mareuil-lès-Meaux

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Rutel, les Raguins.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de la commune se compose de :

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La route nationale 3 passe au nord de la commune.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine de Villenoy semble être la création d’un domaine agricole dénommé Villa Nova durant la période gallo-romaine, comme en atteste la découverte d'un aqueduc datant de cette époque[5].

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

VIIe siècle, le nom de la commune apparaît pour la première fois dans le testament de Aldegonde de Maubeuge, Villenoy appartenant à cette époque à l'abbaye de Maubeuge. Au XIIe siècle, l’évêque de Meaux crée une cure et une première église est construite. Au XIIe siècle le village est nommé Willenehl. À cette période la commune se compose de quatre fiefs : un fief religieux dépendant de l’abbaye Saint-Faron de Meaux et trois fiefs laïcs (fief des Dormans, fief de Rutel, fief de la Cloche).

Au XIVe siècle, ces fiefs laïcs sont possédés par Jean de Rutel, Simon de Villenoy et Joan Hazard. Durant la guerre de Cent Ans le village est dévasté par les pillards anglais[5]. L'auteur de la monographie communale estime que Villenoy fut sans doute touchée par la Jacquerie et des répressions qui s'en suivirent[6].

Le nombre de protestants étant important dans la région, le village souffrit des guerres de religion[5]. Il est probable que le massacre de la Saint-Barthélemy eut des échos, car on ne trouve plus de protestants après cette époque[6].

Au XVIIe siècle les seigneurs et élus de Meaux installent à Villenoy leurs résidences de campagne. En 1648 une nouvelle église, dédiée à sainte Aldegonde, est reconstruite sur les ruines de la précédente.

En 1770, Villenoy comporte quatre hameaux. Les fermes, qui sont installées sur les rives de la Marne et sur le plateau, appartiennent à l’évêché de Meaux, du seigneur de Rocmont et de Rutel alors que les vignerons occupent le hameau de la Cloche situé sur les coteaux.

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Fin mars, lors de la campagne de France de 1814, quelques petits combats ont été livrés dans la commune, lorsque les Russes firent leur entrée à Meaux. Les combats les plus importants eurent lieu dans le faubourg Cornillon à Meaux[7],[8].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le général Pelet, inventeur des cartes d'état-major, s'installe à Villenoy en 1823, dans une propriété de sept hectares.

La guerre de 1870 a fait peser sur la commune de lourdes en charges en particulier de fortes réquisitions.

Un développement industriel commence à partir du dernier quart du XIXe siècle favorisé par la proximité de la ville de Meaux et les possibilités de transport par voie fluviale et ferroviaire. Il va se poursuivre tout au long du XXe siècle (usine sucrière, multitude de commerces) et atténuer le caractère rural de la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[9]
Période Identité Étiquette Qualité
avril 2014 en cours Michel Venries [10] DVG  
mars 2001 avril 2014 Roger Paoletti PS  
1977 mars 2001 Bernard Jayot PS  
1947 1977 Jean Thernisien    
1945 1946 Maxime Clément    
1945 1945 René Maignan    
1944 1944 Léon-Auguste Picard    
1914 1944 Théophile Miguet    
1912 1914 Louis-Albert Danre    
1886 1912 Victorien-Joseph Renard    
1879 1886 Louis-André Picard    
1871 1879 Léon Escudier    
1865 1870 Augustin Pommier    
1856 1865 Louis-Joachim Antraigues    
1844 1856 Jules-Augustin Plicque    
1838 1843 Joseph-Dominique Deligny    
1836 1837 Louis-François Hutin    
1835 1836 Pierre Boucher    
1823 1835 Louis-François Fordrain    
1821 1823 Henri Porcher    
1815 1821 Jacques-Antoine Ravenel    
1815 1815 Etienne-François Leduc    
1800 1815 Nicolas-Antoine Plicque    
An VI An IX Louis-Laurent Mirault    
An V An VI Pierre-François Clairet    
An IV An V Martin Gibault    
An III An IV Jacques Maurice    
An II An III François Bitard    
An I An II Nicolas-Antoine Plicque    
  An I Jean-Pierre Plicque    
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1770 il y avait 85 foyers[5] correspondant à environ 425 habitants.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12].

En 2015, la commune comptait 4 492 habitants[Note 1], en augmentation de 8,16 % par rapport à 2010 (Seine-et-Marne : +4,93 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
400380398396374422460469473
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4585266097668969139019491 040
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0951 1661 2171 3201 5421 7061 7851 6401 808
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 7561 8601 8952 4232 7193 5423 9884 0394 168
2015 - - - - - - - -
4 492--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Aldegonde.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église placée sous le vocable de Sainte-Aldegonde, reconstruite au XVIIe siècle contient un tableau de Jean Senelle classé au titre d'objet[15].
  • Abri anti-aérien conique pouvant abriter une centaine de personnes. Construit entre 1938 et 1940, restauré en 2013, il était destiné à protéger le personnel de l'usine sucrière voisine (parc de l’Hôtel-de-Ville).
  • Les berges du canal de l'Ourcq.
  • La rivière la Marne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Augustin Plicque (1772-1822), général des armées de l'Empire y est né.
  • Baron Pelet (1777-1858), général français de l’Empire a possédé une propriété à Villenoy (devenue l'actuelle mairie). Il fut conseiller général du canton de Meaux de 1848 à sa mort.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.habitants.fr/habitants_villenoy_77513.html
  2. Sandre, « La Marne »
  3. Sandre, « Canal de Cornillon ou Canal 01 du Luxembourg »
  4. Sandre, « Ru de Rutel »
  5. a b c et d Histoire et patrimoine sur le site de la commune
  6. a et b Monographie communale de Villenoy aux archives départementales de Seine-et-Marne
  7. Boulet russe, Meaux
  8. Le faubourg Cornillon est à la pointe de la boucle de la Marne, face au marché et à la cathédrale, il a donné son nom au canal
  9. Villenoy et ses premiers magistrats municipaux
  10. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en septembre 2014).
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  15. Notice no PM77001856, base Palissy, ministère français de la Culture