Sainte-Colombe (Seine-et-Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Colombe.

Sainte-Colombe
Sainte-Colombe (Seine-et-Marne)
La mairie.
Blason de Sainte-Colombe
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
(sous-préfecture)
Arrondissement Provins
(Provins)
Canton Provins
(Provins)
Intercommunalité Communauté de communes du Provinois
Maire
Mandat
Alain Balducci
2014-2020
Code postal 77650
Code commune 77404
Démographie
Gentilé Saint-Colombinois
Population
municipale
1 816 hab. (2016 en augmentation de 1,68 % par rapport à 2011)
Densité 223 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 32′ 11″ nord, 3° 15′ 49″ est
Altitude Min. 71 m
Max. 153 m
Superficie 8,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Sainte-Colombe

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte topographique d'Île-de-France
City locator 14.svg
Sainte-Colombe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Colombe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Colombe
Liens
Site web mairie-sainte-colombe.fr

Sainte-Colombe est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Saint-Colombinois(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 5,5 km au sud-ouest de Provins et à 2,5 km au nord de Longueville[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sainte-Colombe
Vulaines-lès-Provins Poigny
Saint-Loup-de-Naud Sainte-Colombe Chalautre-la-Petite
Longueville Soisy-Bouy

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de la commune se compose de six cours d'eau référencés :

Par ailleurs, son territoire est également traversé par l’aqueduc de la Voulzie.

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 10,43 km[8].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par une gare (Sainte-Colombe-Septveilles) de la ligne Paris - Longueville - Provins (TransilienLigne P du Transilien).

Depuis le 2 février 2008, la ligne Paris-Provins desservant Sainte-Colombe évolue. En effet, l'Autorail à Grande Capacité (AGC) voit le jour et permet une modernisation notable du confort, de la fiabilité et de la régularité de la ligne. À partir de décembre 2009, un service d'horaires dit en "cadencement" apportera une nouvelle organisation de la desserte avec des horaires réguliers en journée et un renforcement de la desserte en soirée.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 104 lieux-dits administratifs répertoriés[9] dont Septveilles-le-Bas, Septveilles-le-Haut, le Mez-de-La-Madeleine (partagé avec la commune de Poigny).

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se réparti[Note 1] en 53,1 % de terres arables, 23,9 % de forêts, 15,5 % de zones urbanisées, 4,4 % de mines, décharges et chantiers et 3,1 % de zones agricoles hétérogènes[Note 2] - [8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Sancta Columba en 1249[10] ; Sainte Colomne en 1265[11] ; Sainte Coulomne en 1269[12] ; Sainte Coulomme en 1272, 1293[13].

L'église est dédiée à Sainte Colombe, vierge martyrisée à Sens au IIIe siècle[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

La Léproserie de Closebarbe fut fondée dans la 2e moitié du XIIe siècle par Henri le Libéral, comte de Champagne. Siège du prieuré du Mez-de-la-Madeleine, dépendant de l'abbaye de Cluny ou du prieur de La Charité-sur-Loire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2007 Roger Marty UMP Retraité,
(révoqué)[15],[16]
septembre 2007 mars 2014 Gérard Mareuil Sans étiquette Retraité
mars 2014 En cours Alain Balducci [17] Sans étiquette  

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[19].

En 2016, la commune comptait 1 816 habitants[Note 3], en augmentation de 1,68 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
425504510550605610608633549
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
776629614645619641650622587
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6627048168349241 1041 0009771 105
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 2091 1781 3091 4071 5551 6971 7051 7861 816
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Maternelle et Primaire[modifier | modifier le code]

École Armand-François.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

  • Amicale des Anciens Combattants présidée par Monsieur MOTTAZ Claude ;
  • Association Loisirs Amitié (ALA) ;
  • Comité d'Entraide des Personnes Âgées présidé par Madame MARTY Jacqueline ;
  • Comité des Fêtes de Sainte-Colombe ;
  • Entente Football Club Longueville/Courton/Sainte-Colombe ;
  • Foyer des Jeunes (aéromodélisme) ;
  • Sainte-Colombe Sports et Loisirs (SCSL).
  • Tennis Club de Sainte-Colombe.

Médias[modifier | modifier le code]

Déploiement de la fibre optique (FTTx) pour le hameau de Septveilles-le-Bas et du WiMAX pour le hameau de Septveilles-le-Haut.

Sports[modifier | modifier le code]

Tennis, tir à l'arc, pétanque, football, Jeet Kune Do, gymnastique, danse, pêche, pêche à la mouche, chasse.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La Voulzie à Sainte-Colombe.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La vallée de la Voulzie.
  • Le site du hameau de Septveilles-le-Haut, sur un éperon.
  • L'église, dédiée à Sainte Colombe et à la vierge, d'art roman du XIe et XIIe siècles. Le clocher ajouté en 1754 avec son toit dit " à chapeau" est d'un style peu répandu en Brie.
  • Vestiges d'une ancienne léproserie, la maladrerie de Closebarbe.
  • Vestiges d'un prieuré bénédictin au Mez-de-la-Madeleine.
  • Le château de Sainte Colombe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Il y composa également la mélodie "Flammes" sur des vers de Georges Jean-Aubry, tout comme l'était le Marchand de Sable qui passe.
Cette période marque la fin des compositions de jeunesse de Roussel. Il partira en Inde l'année suivante avec sa femme, et en reviendra chargé d'idées pour une nouvelle ère musicale.
En 2010-2011, quatre concerts sont organisés par les professeurs de l'École de Musique du Provinois - Conservatoire de la Communauté de Communes, afin de faire jouer Roussel sur le lieu de ses compositions.
Il avait connu Sainte-Colombe très certainement en accompagnant son professeur Eugène Gigout, beau-frère de Gustave Lefèvre qui passaient leurs vacances en famille à Provins.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Statistiques de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  2. Elles comprennent les cultures annuelles associées aux cultures permanentes, les systèmes culturaux et parcellaires complexes, les surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants et les territoires agro-forestiers.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.viamichelin.fr/
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Voulzie (F23-0400) »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras de la Voulzie (F2321001) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal des Ormes (Conduite de Realimentation de la Seine à la Voulzie) (F2--3702) »,
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 01 de la Commune de Sainte-Colombe (F23-3902) »
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Ruisseau des Meances (F2220600) »
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras de (F2221001) »
  8. a et b 77404 Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 3 mars 2019
  9. Site territoires-fr.fr consulté le 3 mars 2019 sous le code commune 77404
  10. Rôles des fiefs, 817.
  11. Cartulaire Renier Accorre, fol. 42.
  12. Cartulaire Renier Accorre, fol. 18.
  13. Actes Provins, p. 140) et 1400 (Arch. nat., KK 35, fol. 63.
  14. Paul Bailly, 1989, Toponymie en Seine-et-Marne, noms de lieux, page 47.
  15. [1]
  16. [2]
  17. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en octobre 2014).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.