Malakoff (Hauts-de-Seine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Malakoff.
Malakoff
La place du 11-Novembre un jour de marché
La place du 11-Novembre un jour de marché
Blason de Malakoff
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Hauts-de-Seine
Arrondissement Antony
Canton Montrouge
Intercommunalité Métropole du Grand Paris
Maire
Mandat
Jacqueline Belhomme
2015-2020
Code postal 92240
Code commune 92046
Démographie
Gentilé Malakoffiots
Population
municipale
30 304 hab. (2013)
Densité 14 640 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 01″ N 2° 17′ 40″ E / 48.8169, 2.294448° 49′ 01″ Nord 2° 17′ 40″ Est / 48.8169, 2.2944
Altitude Min. 64 m – Max. 95 m
Superficie 2,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-Seine

Voir sur la carte administrative des Hauts-de-Seine
City locator 14.svg
Malakoff

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-Seine

Voir sur la carte topographique des Hauts-de-Seine
City locator 14.svg
Malakoff

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Malakoff

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Malakoff
Liens
Site web ville-malakoff.fr

Malakoff est une commune française du département des Hauts-de-Seine en région Île-de-France, dans l'arrondissement d'Antony, au sud de Paris, et fait partie de la communauté d’agglomération Sud de Seine créée en 2005.

Malakoff est, en 2015, la dix-neuvième commune française la plus densément peuplée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Vue de la commune de Malakoff en rouge sur la carte de la « Petite Couronne » d'Île-de-France

La commune de Malakoff est située en très proche banlieue parisienne : en effet elle est limitrophe du 14e arrondissement de Paris. Toutes les communes limitrophes de Malakoff sont les suivantes :

Rose des vents Paris (14e arrondissement) Rose des vents
Vanves N Montrouge
O    Malakoff    E
S
Clamart Châtillon

Elle est traversée par la Coulée verte du sud parisien qui reprend une partie de la via Turonensis, l'un des quatre chemins de France du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 207 hectares. Le sol est pratiquement plat : la pente moyenne est de 0,015 par mètre et la pente maximum de 0,03 par mètre. L'altitude varie entre 64 mètres (limite de Paris) et 95 mètres (partie ouest du fort de Vanves)[1],[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Malakoff est de type océanique dégradé. Le climat dans les départements de la petite couronne parisienne est caractérisé par un ensoleillement et des précipitations assez faibles. La moyenne des précipitations est de l'ordre de 650 millimètres par an étalés sur 112 jours de pluie en moyenne, dont 16 jours de fortes précipitations (plus de 10 mm). Les températures y sont douces, le mois le plus froid étant janvier avec une moyenne de températures de 4,1 °C et le mois le plus chaud juillet, qui présente une température moyenne de 19,5 °C. Les tableaux ci-dessous présentent différentes données climatiques pour la station météorologique de Paris Montsouris, recueillies sur la période 1961-1990.

Relevé météorologique de Malakoff
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 2,6 4,5 6,7 10,1 13,2 15,2 14,8 12,6 9,4 5,2 2,9 8,3
Température moyenne (°C) 4,1 5,2 7,8 10,6 14,3 17,4 19,5 19,2 16,7 12,7 7,7 5 11,1
Température maximale moyenne (°C) 6,3 7,9 11 14,5 18,4 21,6 23,9 23,6 20,8 16 10,1 7 15,1
Record de froid (°C)
date du record
−13,9
1985
−9,8
1963
−8,6
1971
−1,8
1986
2
1979
4,2
1962
9,5
1964
8,2
1963
5,8
1972
0,4
1985
−4,2
1983
−23,9
1879
−23,9
1879
Record de chaleur (°C)
date du record
15,3
1975
20,3
1990
24,7
1989
27,8
1968
30,2
1976
40,4
1947
35,4
1976
36,6
1990
32,7
1973
28
1985
20,3
1982
17,1
1989
40,4
1947
Nombre de jours avec gel 8,4 6,9 3 0,2 0 0 0 0 0 0 2,4 8,1 28,9
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Record de vent (km/h)
date du record
115
1988
115
1990
101
1988
83
1983
83
1983
83
1990
122
1982
79
1989
76
1982
101
1987
104
1984
86
1990
122
1982
Précipitations (mm) 55 45,4 52,2 49,5 62 53,2 58,3 46 52,9 54,9 57 55,1 641,6
Record de pluie en 24 h (mm)
date du record
20,6
1972
20,7
1977
31,3
1989
26,1
1989
35,8
1978
53
1973
65,8
1972
95,7
1987
39,4
1989
55,2
1966
38,7
1965
40
1988
95,7
1987
Nombre de jours avec précipitations 10,7 9,5 10,7 9,7 10,5 8,4 7,9 7 8 8,8 10,1 10,4 111,6
Humidité relative (%) 83 78 73 69 70 69 68 71 76 82 84 84 76
Nombre de jours avec neige 4,2 3,7 2,6 0,9 0 0 0 0 0 0 1,4 2,7 15,5
Nombre de jours avec grêle 0,3 0,2 0,7 0,9 0,5 0,2 0,1 0,1 0,1 0,1 0,2 0,2 3,5
Nombre de jours d'orage 0,4 0,3 0,8 1,9 3,3 3,1 3,4 3,3 1,5 0,9 0,3 0,2 19,5
Nombre de jours avec brouillard 2,6 1,8 0,6 0,4 0,1 0,1 0 0,2 0,9 2,1 2,5 2,1 13,4
Source : Infoclimat, Paris.fr, Ma Météo
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
6,3
2
55
 
 
 
7,9
2,6
45,4
 
 
 
11
4,5
52,2
 
 
 
14,5
6,7
49,5
 
 
 
18,4
10,1
62
 
 
 
21,6
13,2
53,2
 
 
 
23,9
15,2
58,3
 
 
 
23,6
14,8
46
 
 
 
20,8
12,6
52,9
 
 
 
16
9,4
54,9
 
 
 
10,1
5,2
57
 
 
 
7
2,9
55,1
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Le tableau suivant permet de comparer le climat de Malakoff à celui de quelques grandes villes françaises[3].

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Malakoff 1 796 641,6 15,5 19,5 13,4
Paris 1 661 637 12 18 10
Nice 2 724 733 1 29 1
Strasbourg 1 693 665 29 29 53
Brest 1 605 1 211 7 12 75

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La géographie de Malakoff est marquée par deux voies ferrées : la ligne de Paris à Versailles délimite la commune au nord-ouest, tandis que la LGV Atlantique, parallèle à la ligne 13 du métro de Paris, sépare la commune en deux.

Voies routières[modifier | modifier le code]

Malakoff est séparée de Paris par le boulevard périphérique, franchissable aux portes de Vanves, Didot et de Châtillon. La D906 délimite la commune à l'est, et plusieurs routes départementales traversent la commune dans sa largeur. L'ensemble de la voirie communale est en zone 30.

Aménagements cyclables[modifier | modifier le code]

La Coulée verte du sud parisien, qui part de la place de Catalogne à Paris et va jusqu'à Massy, longe la LGV Atlantique dans Malakoff.

Dans les rues à sens unique, le double-sens cyclable est la règle et une grande partie des aménagements cyclables sont des bandes à contresens.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Le terminus des tramways vers 1908. La ligne Les Halles - Malakoff devint ultérieurement la ligne de bus BV de la STCRP, ancêtre de la RATP

Malakoff est desservie par :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

L’Insee découpe la commune en onze îlots regroupés pour l'information statistique soit Rénovation, Nord, Petit Vanves, Les Pierres plates, Centre, Les Fossés rouges, Les Nouzeaux, Les Sablonnières, Le Fort, Les Groux, Le Clos[4].

Logement[modifier | modifier le code]

Malakoff porte les traces d'une ancienne ville industrielle, avec de petites usines, des constructions en briques, constituant une ville aux constructions assez hétéroclites. Des habitations du siècle dernier voisinent avec des immeubles plus récents, des années 1970 ou même des années 1990-2000, de tous les styles. La partie de la ville bordant Paris est constituée en majorité de petits immeubles, le reste de la ville est avant tout résidentiel (en particulier du côté de Clamart et Châtillon).

Constructions diverses avenue Pierre-Larousse à Malakoff

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

De grands travaux de réaménagement du centre-ville ont été lancés en septembre 2011, notamment autour de la place du 11-Novembre-1918. Le chantier devait durer 14 mois. Les travaux se sont finalement achevés en avril 2013 ; la place rénovée a été inaugurée le 13 avril 2013[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

C'est en 1868 qu'est apparu le nom de Malakoff. Un décret signé le par le président de la république Jules Grévy officialise la séparation avec Vanves.

Le nom de Malakoff provient du nom d'une tour défensive près de Sébastopol. La prise de cette tour contre les Russes par les troupes françaises commandées par le général Mac Mahon a permis la prise de la ville de Sébastopol pendant la guerre de Crimée en 1855[6].

L'exploit fut célébré dans toute l'Europe et, en France, Alexandre Chauvelot reconstitua la tour au sud de Paris[7] dans un parc à thème sur la guerre de Crimée[8].

En 1870, en pleine guerre franco-prussienne, la tour de Malakoff édifiée par Chauvelot est démolie du fait de son usage comme point de mire par les canonniers ennemis aux portes de Paris[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Malakoff par Henri Rousseau (1898).

La commune de Malakoff est l'une des plus jeunes du département. Son territoire, longtemps champêtre et forestier, n'abrite que peu de maisons jusqu'à la fin du XVIIIe siècle juste des chemins transversaux et quelques remises à gibier. Ce territoire peu peuplé dépend de la paroisse de Vanves, sous le nom de « Petit-Vanves ».

Au début du XIXe siècle, sur les lieux où se développera bientôt Malakoff, les carrières ont fourni des pierres en abondance pour la croissance de Paris.

En 1845 naît une agglomération au nord, sous l'impulsion d'Alexandre Chauvelot, ancien rôtisseur fortuné qui se lance dans des opérations immobilières. Des terrains en friche sont alors vendus, par lots, à des ouvriers et employés qui y construisent des maisons. La zone urbaine, achevée vers 1850 et constituée de petites maisons individuelles, est baptisée "la Nouvelle-Californie".

Fleuron du parc d'attraction créé au lotissement de la Nouvelle-Californie, la reconstitution en plâtras de la Tour Malakoff donnera, en 1883, son nom à la nouvelle commune issue d’une séparation d’avec la commune de Vanves. La ligne de chemin de fer reliant Paris à Versailles, dont la gare de Vanves - Malakoff est inaugurée la même année, matérialise cette séparation.

À partir de 1920, les rues de Malakoff ont été pavées, équipées de l'éclairage public et des égouts. Des logements sociaux, des écoles, des crèches et une poste ont été construits à partir de 1930, sous l'impulsion de la municipalité à majorité communiste dirigée par Léon Piginnier.

En 1971 a été inauguré le Théâtre 71, dont le nom rend hommage à la Commune de Paris. En 1972 a été créé le stade nautique intercommunal Châtillon-Malakoff.

Depuis les années 1980, l'activité industrielle basée à Malakoff et aux alentours a décliné, tandis que se développaient le secteur tertiaire et les bâtiments de bureaux. Le site Thomson-CSF de Malakoff et de Montrouge a été fermé en 1993.

Aujourd'hui, Malakoff se caractérise par la présence d'une trame urbaine mixte (pavillonnaire/collectif) et l'implantation du Fort de Vanves.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les Malakoffiots votent majoritairement à gauche. En 2012, François Hollande l'emporte sur la ville avec 70,70 % des voix, 19 points de plus que sa moyenne nationale. Au premier tour des élections législatives suivantes, la députée communiste sortante Marie-Hélène Amiable arrive en tête à Malakoff avec 40,26 %, puis se désiste au deuxième tour pour la candidate socialiste, Julie Sommaruga, qui remporte le siège. Aux élections européennes de 2014, la liste du Front de gauche est première, avec 21,32 %.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le tout premier conseil municipal a été élu le 20 janvier 1884. Réuni dans une salle des écoles faisant office de salle de mairie, il élit Eugène Féburier, jusque-là maire de Vanves, comme premier maire. Depuis 1925, chaque élection municipale est remportée par une équipe à majorité communiste.

Aux élections municipales de 2014, la liste d'union de la gauche menée par Catherine Margaté, maire depuis 1996, l'emporte au premier tour avec 68,14 % des suffrages (51,69 % de participation). En 2008, elle avait réalisé un score de 65,76 %, et en 2001, 71,41 %. En juin 2015, quelques mois après sa réélection, elle démissionne pour raisons de santé et cède la place à l'une de ses adjointes, Jacqueline Belhomme, tout comme l'avait fait pour elle son prédécesseur, Léo Figuères, en 1996[10].

Catherine Margaté a également été conseillère générale du canton, circonscrit à la commune, entre 1994 et 2015. À chaque scrutin cantonal, elle a été élue dès le premier tour.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[11]
Période Identité Étiquette Qualité
février 1884 1885 Eugène-Amédée Féburier Républicain démocrate Ancien maire de Vanves
1885 1886 Victor Leconte   Fruitier, ancien conseiller municipal[12]
1886 1896 Pierre Gilbert Républicain Ancien adjoint municipal
1896 1899 Jules Trousset Union républicaine et socialiste  
1899 1900 Auguste Crave   Ancien conseiller municipal
1900 1905 Adolphe Delanoix Radical-socialiste Ancien conseiller municipal
1905 1912 Pierre Simon Radical-socialiste Horticulteur ; ancien conseiller municipal
1912 1925 Edouard Fourquemin Radical-socialiste Fonctionnaire ; ancien conseiller municipal, puis adjoint
mai 1925 1939 Léon Piginnier PCF Député-conseiller général de la Seine
avril 1945 décembre 1964 Léon Salagnac PCF Député-conseiller général de la Seine
mars 1965 septembre 1996 Léo Figuères PCF Conseiller général des Hauts-de-Seine du canton de Malakoff (1959-1994),
suppléant du député Guy Ducoloné (1964-1988)
septembre 1996 16 juin 2015[13] Catherine Margaté PCF Conseillère générale des Hauts-de-Seine du canton de Malakoff (1994-2015),
suppléante de la députée Marie-Hélène Amiable (2007-2012),
présidente de la communauté d’agglomération Sud de Seine (2009-2014)
16 juin 2015 en cours
(au 16 juin 2015)
Jacqueline Belhomme PCF  

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Malakoff relève du tribunal d'instance de Vanves, du tribunal de grande instance de Nanterre, de la cour d'appel de Versailles, du tribunal pour enfants de Nanterre, du conseil de prud'hommes de Boulogne-Billancourt, du tribunal de commerce de Nanterre, du tribunal administratif de Cergy-Pontoise et de la cour administrative d'appel de Versailles[14].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

  • Enfance :
    • 1 halte-garderie et 6 crèches, dont 1 crèche familiale et 1 structure multi-accueil : environ 300 personnes
    • 1 lieu d’accueil et d’échange d’expérience pour les enfants de moins de trois ans et leurs parents (Maison ouverte)
    • 5 centres de loisirs primaires : 400 personnes
    • 8 centres de loisirs maternels : 380 personnes
    • 3 structures jeunes de quartier (Henri-Barbusse, Valette, Jacques-Prévert) : 150 personnes (fréquentation régulière)
    • 1 centre de loisirs adolescents : 25 personnes
  • Chômeurs :
    • 2 structures d’accueil consacrées à la recherche d’emploi (AMIRE, Mission locale)
  • Accueil du troisième âge :
    • 3 foyers résidences pour personnes âgées : 104 personnes
    • 3 clubs retraités : 250 personnes
    • 1 établissement d’hébergement de personnes âgées dépendantes (Maison des Poètes) : 70 personnes

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 1er janvier 2010, Malakoff est jumelée avec :

Par ailleurs, la commune de Malakoff a signé des contrats de coopération :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 30 304 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1886. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
8 118 9 144 11 027 14 341 16 630 19 789 22 494 23 817 27 464
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
28 439 27 459 28 876 33 603 36 198 34 121 32 553 30 959 29 402
2006 2008 2011 2013 - - - - -
30 509 30 909 30 768 30 304 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2004[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,7 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2012, la suivante[18] :

  • 47,61 % d’hommes (0 à 14 ans = 18,8 %, 15 à 29 ans = 21,4 %, 30 à 44 ans = 24,8 %, 45 à 59 ans = 19,6 %, 60 à 74 ans = 10,8 %, 75 à 89 ans : 4,1 %, 90 ans ou plus : 0,4 %)
  • 52,38 % de femmes (0 à 14 ans = 16,6 %, 15 à 29 ans = 20,6 %, 30 à 44 ans = 22,5 %, 45 à 59 ans = 20,0 %, 60 à 74 ans = 12,2 %, 75 à 89 ans : 7,3 %, 90 ans ou plus : 0,8 %)
Pyramide des âges à Malakoff en 2012 en pourcentage
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
0,8 
4,1 
75 à 89 ans
7,3 
10,8 
60 à 74 ans
12,2 
19,6 
45 à 59 ans
20,0 
24,8 
30 à 44 ans
22,5 
21,4 
15 à 29 ans
20,6 
18,8 
0 à 14 ans
16,6 
Pyramide des âges du département des Hauts-de-Seine en 2007 en pourcentage[19]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
4,8 
75 à 89 ans
7,8 
10,2 
60 à 74 ans
11,0 
18,5 
45 à 59 ans
18,9 
24,7 
30 à 44 ans
23,3 
21,0 
15 à 29 ans
19,9 
20,6 
0 à 14 ans
18,1 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Malakoff est située dans l'académie de Versailles. La ville administre huit écoles maternelles : Georges-Cogniot, Fernand-Léger, Jean-Jaurès, Guy-Môquet, Paul-Bert, Paul-Vaillant-Couturier, Paul-Langevin, Henri-Barbusse (1 250 enfants) et sept écoles élémentaires communales (1 650 enfants).

Le département gère deux collèges : le collège Paul-Bert (600 élèves, 22 classes)[20] et le collège Henri-Wallon (400 élèves, 16 classes). La région Île-de-France gère le lycée professionnel Louis-Girard (250 élèves).

Il existe également un groupe scolaire privé, Notre-Dame de France (250 élèves).

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

En 1884, au moment de la naissance officielle de Malakoff, la commune ne compte qu'un groupe scolaire, mis en service vers 1870 et situé sur la place des Ecoles (aujourd'hui place du 11-novembre). La caisse des écoles est fondée au même moment. En 1900, elle compte 115 membres et finance la cantine, fournit chaussures et tabliers aux écoliers, et leur permet même de se faire couper les cheveux. L'école de garçons comporte 9 classes (553 élèves pour l'année scolaire 1899-1900, soit plus de 60 élèves par classe). La situation est encore pire chez les filles (552 élèves dans 8 classes). Les 3 classes de maternelles accueillent chacune 140 enfants. A la même époque, 600 élèves sont par ailleurs accueillis dans les 9 écoles privées de la ville (dont 3 laïques).

  • Groupe scolaire Paul-Bert :

La situation à Malakoff ne s'améliore qu'à partir de 1912, année de la mise en service d'un second groupe scolaire, baptisé Paul-Bert, dont la construction a été votée en 1887 par le conseil municipal. Le terrain, situé à l’angle des rues Paul-Bert et Paul-Vaillant-Couturier, est acheté par la municipalité en 1902. Au milieu des années 1920, pour répondre à l'urbanisation du sud de la commune, le groupe scolaire est agrandi et surélevé.

Dans l'école Paul-Bert sont tournées quelques scènes du film Nous les gosses de Louis Daquin, sorti en 1941 : au cours d'une partie de football dans la cour de la récréation, un enfant issu d'une famille pauvre envoie le ballon dans une vitre de l'école. Ses copains décident de l'aider à payer la réparation en travaillant pendant les vacances. Des petits Malakoffiots ont fait de la figuration sur le tournage.

1960 voit la création de la maternelle (rue Marie Lahy-Hollebecque) et en 1970, l'ancienne école élémentaire devient le collège Paul-Bert. Un nouveau bâtiment accueille les classes élémentaires (108 rue Paul-Vaillant-Couturier). Le 8 mars 1975 est inauguré un second agrandissement.[21]

  • Groupe scolaire Jean-Jaurès :

En 1933, la maternelle Jean-Jaurès est inaugurée rue Béranger. Un nouveau restaurant et deux salles de sieste sont construits en 1998-1999, puis l'établissement est rénové 4 ans plus tard, dans le cadre de la ZAC de centre-ville.

De son côté, l'école élémentaire a été ouverte en 1953, avenue Jules-Ferry, pour accueillir les classes de la place du 11-novembre, devenues vétustes[22]. Elle comprend un bassin d'initiation, aménagé en 1971 au sous-sol et auquel accède toutes les écoles de Malakoff. Une salle des fêtes a été aménagée en 1986 dans un des préaux.

  • Groupe scolaire Barbusse :

Les travaux du groupe scolaire Barbusse commencent en 1938. Conçue suivant les principes de la pédagogie nouvelle du psychologue Henri Wallon, l'école est ouverte sur l'extérieur et comprend une infirmerie, une salle de gymnastique, des douches, une cuisine et un réfectoire, des équipements encore rares à l'époque. L'école ouvre ses portes au moment de la déclaration de guerre, en 1939. Pendant la guerre, l'école abrite successivement les troupes françaises, puis la garde personnelle d'Hitler. En 1941, l'école élémentaire accueille une partie des élèves du lycée Michelet (lui-même occupé par un état-major nazi) et la maternelle un centre de jeunesse vichyssois.

Jusqu'en 1951, l'établissement héberge également un centre d'apprentissage (puériculture pour les filles, menuiserie, mécanique et cordonnerie pour les garçons). [21]

  • Autres établissements scolaires :

Paul-Langevin : ouverture de la maternelle en 1962, de l'école élémentaire en 1963.

Guy-Môquet : école élémentaire construite en 1966/1967, inaugurée le 15 juin 1968. Agrandi et rénové en 1991, le bâtiment accueille depuis 1992 la maternelle.

Paul-Vaillant-Couturier : école maternelle ouverte en 1970.

Fernand-Léger : inauguration le 18 septembre1971, puis agrandissement en 2002.

Georges-Cogniot : groupe scolaire ouvert en 1979.

Collège Henri-Wallon : situé rond-point Gagarine, il est inauguré le 19 février 1970.

Vie universitaire[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

La ville de Malakoff abrite[25] :

  • le centre municipal de santé Maurice-Ténine : en 1937, pour remplacer le dispensaire de la crèche rue du Président-Wilson devenu insuffisant, la ville fait construire un nouveau dispensaire. Il est inauguré deux ans plus tard et permet l'accès aux soins pour les patients modestes et les classes moyennes". Après la guerre, il est baptisé du nom du docteur Ténine, résistant et militant communiste, fusillé à Châteaubriant le 22 octobre 1941, avec de nombreux résistants, dont le tout jeune Guy Môquet[26]. Chaque année, dans le hall d'accueil, une plaque est fleurie, à la date anniversaire de l'exécution des fusillés de Châteaubriant[27]. Le centre de santé a été agrandi et rénové en 1987 et 2009.
  • un centre de santé associatif
  • médecins généralistes en ville : 12
  • médecins spécialistes en ville : 14
  • pharmacies : 12

Sports[modifier | modifier le code]

Environ 8 000 entrées par semaine sur l’ensemble des structures :

  • 4 stades et gymnases : le stade Marcel-Cerdan, le gymnase René-Rousseau, le gymnase Jacques-Duclos et le stade Lénine
  • 6 aires de jeux libres
  • 9 courts de tennis dont deux couverts
  • 1 stade nautique intercommunal avec la ville de Châtillon

À noter que l'équipe de basket des séniors masculins joue en nationale 1 du championnat de France de basket.

Médias[modifier | modifier le code]

Au tournant du XXe siècle, plusieurs journaux rendent compte de la vie à Malakoff[2] : Le Bon Citoyen de Malakoff (hebdomadaire, 1884), devenu ensuite Le Bon Citoyen de l'arrondissement de Sceaux, puis en 1886 Le Bon citoyen de Paris et des environs ; en 1896 naît L'Éclaireur de Malakoff, en 1906 Le Journal de Malakoff et du canton de Vanves.

Durant l'entre-deux-guerres, la vie de Malakoff est principalement relatée dans trois journaux : Vanves-Malakoff, créé en 1911 par Valéry Liorel et édité jusqu'à la fin des années 1930[28] ; L'Aube nouvelle, bimensuel puis hebdomadaire communiste, à partir de 1933 ; La Rive gauche, hebdomadaire républicain de la banlieue sud de Paris.

Depuis 1950, la ville édite un journal mensuel, Malakoff infos. Le quotidien Le Parisien rend compte de l'actualité à Malakoff via son édition des Hauts-de-Seine.

En 2014, a été lancée la web-tv de Malakoff : intitulée "Rendez-vous avec vous", elle propose des vidéos sur la vie de la commune.

Cultes[modifier | modifier le code]

Les Malakoffiots disposent de lieux de culte catholique et mormon. Il n'y a ni mosquée, ni synagogue, ni temple à Malakoff.

Église Notre-Dame à Malakoff.

Culte catholique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Paroisse des Hauts-de-Seine.

Depuis janvier 2010, la commune de Malakoff fait partie du doyenné des portes, l'un des neuf doyennés du diocèse de Nanterre[29].

Au sein de ce doyenné, les trois lieux de culte catholique relèvent de la paroisse de Malakoff[30] : l'église Notre-Dame, la chapelle Saint-Marc et la chapelle du Sacré-Cœur.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 30 063 €, ce qui plaçait Malakoff au 13 921e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[31].

Emploi[modifier | modifier le code]

Chiffres 2012 (INSEE)[18] : population de 15 ans ou plus

  • Agriculteurs exploitants : 4
  • Artisans, commerçants, chefs d’entreprises : 634 (2,5 % des actifs)
  • Cadres : 4 514 (18 %)
  • Professions intermédiaires et techniciens : 4 627 (18,5 %)
  • Employés : 4 967 (19,8 %)
  • Ouvriers spécialisés ou qualifiés : 1 974 (7,9 %)
  • Retraités : 4 711 (18,8 %)
  • Autres personnes sans activité professionnelle : 3 617 (14,4 %)

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Depuis la fin des années 1990, les sièges de France Ô et de l'Outre-Mer première se trouvent à Malakoff.

En 2007, les anciennes usines de la société Au planteur de Caïffa, un temps occupées par France-Télécom, ont été détruites pour laisser place à un immeuble abritant le siège d'une mutuelle[32].

Le groupe Hachette Livre, installé à Vanves, a déplacé une partie de ses effectifs à Malakoff, dans un immeuble construit en 2010 rue Paul-Bert[33]. En 2015, la chaîne KTO quitte Issy-les-Moulineaux pour s'installer dans les locaux qu'elle a acquis à Malakoff[34].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Polissoir préhistorique à Malakoff, boulevard Camélinat

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Un polissoir datant du néolithique situé Boulevard Camélinat. Il est devant le mur de clôture de l'ancien pensionnat Notre-Dame.
  • Lampadaire à gaz dans le sentier du Tir
  • Le bâtiment de l'INSEE
  • Pièce d'une façade portant les armes de la ville, située à l'entrée nord-est du parc Léon-Salagnac.
  • Le parc Léon-Salagnac (ancien maire de la ville)
  • L’environnement d’art naïf et sa grotte-chapelle extraordinaire de Jean-Michel Chesné, en péril depuis la modification du Plan local d'urbanisme[35]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Usine Claquesin, Malakoff

Trois édifices de Malakoff sont inscrits au titre des Monuments historiques[36] :

  • Ancien hôtel particulier, actuelle Maison des arts, construit au début du XIXe siècle. Il fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [37].
  • Ancienne École supérieure d'électricité, actuelle Faculté de droit de l'Université René-Descartes - Paris V, construite entre 1925 et 1927 à la demande de la Société française des électriciens, par les architectes André Raimbert, Jean Papet et Georges Appia. Elle fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [38].
  • L'ancienne distillerie-usine de mise en bouteille dite « usine Clacquesin », construite au début du XXe siècle, fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [39].

A cela s'ajoutent trois objets protégés au titre des Monuments historiques, situés dans l'église Notre-Dame-de-la-Médaille-Miraculeuse (un tableau intitulé La Fuite en Egypte, classé en 1907 ; un orgue et sa partie instrumentale, inscrits en 1984)[40].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

La lecture publique a longtemps été la seule activité culturelle dont disposaient les habitants de Malakoff. A la fin du XIXe siècle, la ville ne possède ni salle des fêtes, ni théâtre et le cinéma n'est pas encore là. Avant la séparation d'avec la commune de Vanves, il existe deux bibliothèques populaires : la Bibliothèque populaire des Amis de l’instruction, fondée sur initiative privé en février 1878, installée rue de la Tour ; la Bibliothèque populaire des écoles de Malakoff, fondée en octobre 1881 par des habitants en désaccord avec le fonctionnement de la première[41]. C'est cette seconde structure qui servira de base à la bibliothèque municipale, inaugurée en 1899. Elle est alors installée rue Leplanquais (future rue Eugène-Varlin[26]) et propose, 3 jours par semaine, 7 000 volumes disponibles au prêt et à la lecture sur place[2]. En 1907, elle prend le nom de "bibliothèque populaire communale gratuite" et, en 1921[42], devient propriété de la ville. En 1934, la bibliothèque est transférée au 8 de l'avenue Président-Wilson. Elle y restera jusqu'en 1972, date à laquelle un nouveau bâtiment en briques est construit, rue Béranger, à l'emplacement des anciennes écoles, dans le cadre de la rénovation du centre-ville[43].

  • La médiathèque Pablo-Neruda : la bibliothèque municipale est inaugurée en novembre 1972. Elle propose alors environ 50 000 ouvrages. La salle de lecture est dotée de 50 places de travail, la section jeunesse de 24. Une salle de conférence de 90 places complète l'ensemble. Le 28 septembre 1974, une plaque est apposée en hommage à Pablo Neruda, poète chilien décédé depuis peu. En 1999, la section discothèque est agrandie, puis l'ensemble du bâtiment est rénové en 2010. Avec l'ouverture d'une section DVD et la création d'un espace multimédia, la bibliothèque-discothèque devient une médiathèque.
Le conservatoire Henri-Barbusse[modifier | modifier le code]

Conservatoire municipal de musique, danse et théâtre (environ 800 adhérents). Il a été créé en 1967, dans les bâtiments du groupe scolaire Henri-Barbusse. En 1981, les nouvelles salles sont ouvertes.

Le Théâtre 71[modifier | modifier le code]

Inauguré en 1971 par Jacques Duclos, il est baptisé "71" en hommage à la Commune de Paris qui fête son centenaire. Il est alors dirigé alors par Guy Kayat, metteur en scène et fondateur d'une compagnie de théâtre. Depuis 1965, Guy Kayat dispense des cours d'art dramatique aux jeunes de la ville, puis il dirige un festival annuel à dominante théâtrale, "le Mai culturel de Malakoff" à partir de 1968. Ses créations sont jouées dans divers lieux de la ville (théâtre de verdure, stade Cerdan, usine désaffectée, marché), mais la ville manque d'une véritable salle de spectacles. Ainsi, lors du réaménagement de la place du 11-Novembre, la ville fait construire un théâtre doté de 516 places. D'abord centre d'animation culturel, puis centre d'action culturelle, il obtient en 1991, lors de sa rénovation complète, le label "scène nationale". En 1983, au décès de Guy Kayat, Pierre Ascaride en devient le directeur. Il cède la place à Pierre-François Roussillon en 2011[44]. En 2009, le théâtre se dote d'une salle de répétition, la Fabrique des arts.

Mosaïque marquant l'entrée de l'ancien cinéma Le Rex à Malakoff
Cinémas[modifier | modifier le code]

Dès les années 1920, Malakoff compte jusqu'à quatre cinémas, tous situés aux bords de la place principale[45],[46]. Dans les années d'après-guerre, le cinéma devient le loisir favori des Malakoffiots[47]. Le jeudi après-midi, les enfants s'y rendent en bande.

  • Le Malakoff-Palace (1920-1980) : situé au 2, place du 11-Novembre, le bâtiment a d'abord abrité une salle de bal, puis un cinéma muet dans lequel joue un pianiste. Classé Art et Essai, il propose des films en version originale et organise des rencontres avec des professionnels du cinéma. Sa programmation attire de nombreux étudiants, dont ceux de Supélec, l'école d'ingénieurs implantée à l’entrée de Malakoff depuis 1927. Après des travaux en 1938, la salle accueille 498 spectateurs, 281 à l’orchestre dont 20 strapontins, et 217 au balcon dont 26 strapontins. Il a fermé ses portes en mai 1980.
  • Le Family-Palace (1921-1960) : construit au 6 place du 11-Novembre par l'architecte Emile Vergnes, il arbore une façade majestueuse et propose un intérieur plus confortable et luxueux. Dans la salle, dotée de 1 400 places et exploitée par la société Gaumont, on peut voir des grands films tout public. On y organise aussi des matchs de boxe, de catch, des concerts et, chaque année, la distribution des prix des écoles de la ville. En 1960, il est le premier cinéma de Malakoff à fermer et est démoli en 1965.
  • L'Idéal-Cinéma, devenu Le Rex (1922-1975) : c'est une petite salle de 480 places, sans balcon, située au 2 avenue Jules-Ferry. En 1960, le propriétaire du Malakoff-Palace le rachète et le rebaptise Rex. On y diffuse des films mineurs. Après sa fermeture, la salle continue d'être utilisée pour des réunions publiques (tirage de la Loterie nationale, salle de chorale...). Sur le trottoir, une mosaïque formant le mot "REX" est toujours visible.
  • Le Bijou, devenu Le Celtic (années 1920-1972) : le Bijou ouvre ses portes au 47 rue Pierre-Larousse. En 1948, il devient le Celtic. C'est une salle de 400 places, dans laquelle on peut voir des westerns. Elle ferme en 1972 et les locaux restent inoccupés.
    Le cinéma Marcel-Pagnol

Dans la partie sud de la ville, il n'y a pas de cinéma. Le plus proche est Le Paris, implanté au 14 rue de Vanves, à Clamart. En 1957, dans la cité dont la construction est décidée en limite de Châtillon par l'OPHLM de Paris, est prévu un cinéma. Conçu par l'architecte Denis Honegger, l'ensemble voit le jour en 1962. La salle, située au 21 ter boulevard de Stalingrad, est un immense cube de béton, dotée d'une salle de projection pouvant accueillir plusieurs centaines de spectateurs. Mais la salle ne fonctionnera jamais comme cinéma. En 2001, la municipalité rachète le bâtiment pour un euro symbolique et y installe en 2009, La Fabrique des Arts, la salle de répétition du Théâtre 71.

Avec la concurrence de la télévision et le développement des multiplexes du quartier du Montparnasse, les cinémas de Malakoff ferment les uns après les autres. Le Malakoff-Palace est le dernier à fermer ses portes en 1980. Pendant douze ans, la ville n'a plus de cinéma.

  • Le cinéma Marcel-Pagnol (1992-) : 20 ans après leur fermeture, la ville rachète et rénove les locaux du Celtic. Le nouveau cinéma, doté de 153 places, est baptisé Marcel-Pagnol, rendant ainsi hommage à l'écrivain et réalisateur marseillais, ainsi qu'à sa femme Jacqueline Bouvier, dont la vocation d'actrice serait née au cinéma Le Bijou de Malakoff qu'elle a beaucoup fréquenté enfant[48]. Le cinéma est géré par le Théâtre 71. En 2005, il quitte la rue Pierre-Larousse pour s'installer, en 2007, dans de nouveaux locaux, plus confortables, construits à l’angle des rues Béranger et Augustine-Variot. Le passage au numérique a lieu en 2013, mais le cinéma a fait le choix de conserver en parallèle son projecteur argentique pour continuer de diffuser des films n'existant qu'en 35 mm[47].
La Maison des arts[modifier | modifier le code]
La Maison des arts à Malakoff.

La première trace d'une propriété, alors désignée sous le nom de « remise de l’Orme », remonte au 18e siècle. Située au hameau du Petit-Vanves, dans la plaine de Montrouge, elle fait alors partie des chasses royales. Louis XV vient y chasser en compagnie du duc de La Vallière, propriétaire du château de Montrouge[49]. A partir de 1825, la propriété change plusieurs fois de main. Sur la parcelle, qui s'agrandit à mesure des transactions, sont édifiés plusieurs bâtiments. En 1849, un certificat atteste qu'a été construit "en 1845 [...] un bâtiment à 2 égouts couverts en toiture placé entre cour et jardin de la contenance de 16 mètres de longueur sur 9 mètres, 20 mètres de largeur et 7 mètres de hauteur jusqu’à l’entablement. Cette construction sert au rez-de-chaussée de magasin et orangerie et au premier étage de logement et salle de billard"[49]. Les Monuments historiques datent la bâtisse du 1er quart du 19e siècle[50]. Elle pourrait avoir été construite d’après les travaux de l'architecte Jean-Nicolas-Louis Durand, qui publia une grammaire formelle d'édifices remarquables.

En 1877, la propriété est vendue à la Compagnie des tramways de Paris, qui en fait un dépôt pour la zone sud. Mais en 1913 l'aménagement de nouvelles rues rend inutilisable la parcelle sur laquelle se trouve la maison. Le département de la Seine l'acquiert en 1920 afin d'en faire un bâtiment administratif. Il a désormais pour adresse le 98, avenue Pierre-Brossolette. Peu à peu, le terrain attenant est morcelé, vendu ou utilisé pour l'élargissement de la nationale 306.

Dans les années 1960, le ministre de la Culture André Malraux remarque cette maison devant laquelle il s’arrête par hasard, tandis qu’il se rend chez l'écrivaine Louise de Vilmorin, dans la vallée de Chevreuse. A la demande de Malraux, des recherches sont faites sur la bâtisse et le 28 octobre 1980, les façades et la toiture sont inscrites à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques[51].

En 1992, le conseil municipal de la ville de Malakoff décide d’acquérir la bâtisse néoclassique, alors propriété du département des Hauts-de-Seine. En 1997, la Maison des arts, lieu d'exposition, ouvre ses portes.

Le Magasin - centre de création[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Chauvelot (1796-), promoteur immobilier, est à l'origine de la naissance de la commune de Malakoff. Il a lui-même donné son nom à une rue de la ville[52].
  • François Joseph Hubert Ponscarme (1827-1903), sculpteur, graveur et médailleur, mort à Malakoff. Une rue et une impasse portent son nom à Malakoff. Membre du premier conseil municipal, il habitait avenue Augustin-Dumont. C'est Ponscarme qui fit baptiser l'avenue où il habitait du nom de son maître.
  • Charles Bourseul (1829-1912), inventeur, habitait 62 rue d'Arcueil (actuelle rue Paul-Vaillant-Couturier).
  • Henri Rousseau, dit Le Douanier (1844-1910), peintre, doit son surnom à son emploi à l'octroi de la Porte de Vanves, à Malakoff.
  • Pierre Curie (1859-1906) et Marie Curie (1867-1934) louaient une maison rue du Marché (actuelle rue Gabriel-Crié). Dans le hangar de la propriété, ils réalisent entre 1900 et 1904 certains de leurs travaux sur le radium.
  • Henri Désiré Landru (1869-1922), célèbre tueur en série et criminel. Il tenait à Malakoff un petit garage, route de Châtillon (actuelle avenue Pierre-Brossolette) dans les années 1910.
  • Gaëtan Gatian de Clérambault (1872-1934), psychiatre, ethnographe et photographe. Avait élu domicile dans un pavillon de la rue Vincent-Moris.
  • Jules Védrines (1881-1919), pionnier de l'aviation, a vécu passage du Petit-Vanves[26].
  • Eugène Christophe (1885-1970), cycliste, a vécu à Malakoff.
  • Isaac Antcher, dit Ancer, (1889-1992), peintre moldave, mort à Malakoff où il résidait depuis de nombreuses années et y avait déjà son atelier avant la guerre.
  • Sanyu (1901-1966), peintre chinois, a vécu de 1928 à 1931 au no 1 de la rue Jean-Jacques-Rousseau.
  • Léo Hamon (1908-1993), ancien secrétaire d’État, conseiller municipal de Malakoff en 1953.
  • Léo Figuères (1918-2011), homme politique, maire de 1965 à 1995.
  • Jacqueline Pagnol (1920), née Bouvier, actrice, a passé son enfance rue de la Tour. Le 6 octobre 1945, elle épouse Marcel Pagnol à la mairie de Malakoff[53].
  • Guy Ducoloné (1920-2008), homme politique français, député et ancien vice-président de l'Assemblée nationale.
  • Francesca Solleville (1932), chanteuse, habite Malakoff depuis 1983[54]
  • Bernard Quilliet (1933), historien du XVIe siècle et du paysage, est né à Malakoff, rue Jules-Dalou.
  • Sam Szafran (1934), peintre, dessinateur, pastelliste et graveur, habite Malakoff depuis 1974[55].
  • Pierre Ascaride (1942), acteur, auteur et metteur en scène, ancien directeur du Théâtre 71 de Malakoff, jusqu'en 2010.
  • François Marthouret (1943), acteur, metteur en scène et réalisateur, habite Malakoff[Quand ?].
  • Annette Messager (1943) et Christian Boltanski (1944), artistes plasticiens, vivent et travaillent à Malakoff. Ils y ont acquis une usine désaffectée avec Sophie Calle (1953) en 1981[56].
  • Luiz Eduardo de Oliveira (1944) dit Leo, dessinateur, habite à Malakoff.
  • Marie-Claude Treilhou (1948), réalisatrice et actrice, habite Malakoff[Quand ?].
  • Catherine Guigon (1949), journaliste, femme de lettres et peintre, vit à Malakoff[57].
  • Laure Adler (1950), journaliste, écrivaine, éditrice et productrice, et Alain Veinstein (1942), écrivain et journaliste, habitent un ancien atelier de sculpteur[58],[59] à Malakoff[Quand ?].
  • Rony Brauman (1950), médecin spécialisé en pathologie tropicale, habite Malakoff[Quand ?].
  • Georges Caudron (1952), acteur français spécialisé dans le doublage, est né à Malakoff.
  • Pablo Reinoso (1955), artiste et designer franco-argentin, vit et travaille à Malakoff depuis le milieu des années 1980[60].
  • Lionel Guibout (1959), artiste peintre, a travaillé à Malakoff (villa Rose) de 1988 à 2003.
  • Fabienne Chauvière (1959), journaliste et productrice de radio, habite Malakoff depuis 2013.
  • Isabelle Motrot (1960), animatrice et chroniqueuse radio, membre de la bande à Ruquier, a déclaré lors de l'émission On va s'gêner habiter à Malakoff.
  • Marc Adjadj, comédien, scénariste, metteur en scène, réalisateur, coach et entrepreneur culturel, dirige Le Magasin - centre de création.
  • Zoé Varier, journaliste et productrice de radio, habite depuis toujours Malakoff.
  • Frédérique Bel (, actrice, vit à Malakoff[61].

Films liés à la commune[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Malakoff est la ville où réside Lucien, personnage de bande dessinée de Frank Margerin, populaire dans les années 1980.

Œuvres d'art liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de malakoff

Elles peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui : De gueules au chef d'azur, à la tour pyramidale balconnée d'argent, posée à senestre, pavillonnée de tricolore, le faîte brochant, reliée par un pont à une redoute aussi d'argent posée à dextre, le tout issant d'une muraille crénelée de huit pièces du même, maçonnée de sable.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Centre culturel communal (éd.). Malakoff, cent ans d’histoire, Éditions Temps actuels, Paris, 1983, 187 p. (ISBN 2-201-01629-1)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne]
  2. a, b et c Centre culturel communal (éd.), Malakoff, cent ans d’histoire, Paris, Éditions Temps actuels,‎ , 187 p. (ISBN 2-201-01629-1)
  3. « Données sur le climat de Paris Montsouris. Les données pour Malakoff n'existant pas sur ce site, celles de Paris Montsouris sont présentées par défaut. », sur infoclimat.fr (consulté le 28 juin 2009)
  4. « Plan d'assemblage Grands Quartiers - IRIS 2000 – Malakoff », sur le site de l'Insee (consulté le 28 février 2011).
  5. Compte rendu analytique du Conseil municipal du 17 avril 2013, p. 12, sur le site officiel de la ville de Malakoff. Consulté le 3 juillet 2013.
  6. http://www.ville-malakoff.fr/decouvrir-la-ville/histoire/histoire-de-malakoff/
  7. http://www.ville-malakoff.fr/decouvrir-la-ville/histoire/histoire-de-malakoff/ Histoire de Malakoff sur le site de la ville
  8. Louis Moulin, « Uchronies toponymiques : ma ville a un nom de parc d’attraction », 4 mai 2015.
  9. http://www.anecdote-du-jour.com/la-ville-de-malakoff-tient-son-nom-d-une-tour-defensive-de-sebastopol/
  10. « Malakoff : Jacqueline Belhomme, succède à Catherine Margaté », sur leparisien.fr, https://plus.google.com/+LeParisien (consulté le 12 janvier 2016)
  11. « Les maires de Malakoff », sur http://www.francegenweb.org/ (consulté le 20 août 2014).
  12. « La Ville des élites locales (thèse) » (consulté le 20 janvier 2016).
  13. Catherine Margaté, maire, annonce sa démission pour raisons de santé et l'élection du nouveau maire le 16 juin 2015.
  14. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et ds libertés (consulté le 8 mars 2013).
  15. a, b, c, d et e « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 14 janvier 2010).
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.
  18. a et b « Insee - Commune de Malakoff (92046) - Dossier complet », sur www.insee.fr (consulté le 12 janvier 2016)
  19. « Résultats du recensement de la population des Hauts-de-Seine en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 7 septembre 2010).
  20. « Collège Paul Bert - Malakoff », sur www.clg-bert-malakoff.ac-versailles.fr (consulté le 12 janvier 2016)
  21. a et b « A-B | Site de la ville de Malakoff », sur www.ville-malakoff.fr (consulté le 18 janvier 2016)
  22. « H-I-J | Site de la ville de Malakoff », sur www.ville-malakoff.fr (consulté le 18 janvier 2016)
  23. (fr) « Malakoff », sur Malakoff (consulté le 12 janvier 2016)
  24. « Ecole Multimedia Son Audiovisuel et Cinéma à Paris - EMC », sur www.emc.fr (consulté le 12 janvier 2016)
  25. « Annuaire des médecins et autres professionnels de santé | Site de la ville de Malakoff », sur www.ville-malakoff.fr (consulté le 12 janvier 2016)
  26. a, b et c « T-U-V | Site de la ville de Malakoff », sur www.ville-malakoff.fr (consulté le 18 janvier 2016)
  27. « Malakoff commémore le massacre du 22 octobre 1941 », sur leparisien.fr, https://plus.google.com/+LeParisien (consulté le 18 janvier 2016)
  28. « Historim: Années 1920, Issy à travers le journal Vanves-Malakoff », sur www.historim.fr (consulté le 19 janvier 2016)
  29. « Carte des doyennés janvier 2010 », sur le site du diocèse de Nanterre (consulté le 18 septembre 2011).
  30. « Liste des paroisses des Hauts-de-Seine », sur le site du diocèse de Nanterre (consulté le 18 septembre 2011).
  31. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2012).
  32. « Malakoff infos, n° 209, avril 2007 », sur www.ville-malakoff.fr (consulté le 12 janvier 2016)
  33. « Hachette Livre va installer certains services à Malakoff (92) », sur www.directgestion.com (consulté le 20 janvier 2016)
  34. « La chaîne KTO fait appel aux dons pour s’installer à Malakoff », sur www.la-croix.com (consulté le 12 janvier 2016)
  35. « Jean-Michel Chesné - Le Blog: LA GROTTE ET LE JARDIN », sur jmchesne.blogspot.fr (consulté le 9 février 2016)
  36. « Immeubles de Malakoff protégés au titre des Monuments historiques », sur culture.gouv.fr (consulté le 9 février 2016)
  37. « Notice no PA00088115 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  38. « Notice no PA92000013 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  39. « Notice no PA92000010 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  40. « Objets protégés au titre des Monuments historiques », sur culture.gouv.fr (consulté le 9 février 2016)
  41. « Malakoff. Bibliothèque municipale », sur http://bibliotheque-desguine.hauts-de-seine.net/portal/site/desguine (consulté le 19 janvier 2016)
  42. « La médiathèque Pablo-Neruda », sur www.suddeseine.fr (consulté le 19 janvier 2016)
  43. « Groupe d'Ile-de-France | enssib », sur www.enssib.fr (consulté le 19 janvier 2016)
  44. « le Théâtre 71 - Theatre 71 Scène Nationale Malakoff », sur www.theatre71.com (consulté le 18 janvier 2016)
  45. « Ciné-Façades: Résultats de recherche pour malakoff » (consulté le 19 janvier 2016)
  46. « 100 ans de cinéma à Malakoff », sur www.malakoff-patrimoine.fr (consulté le 19 janvier 2016)
  47. a et b « Malakoff infos, n° 260, 2013 », sur www.ville-malakoff.fr (consulté le 19 janvier 2016)
  48. « Jacqueline Pagnol : "J’en rêve encore de mon vieux cinéma de Malakoff" », sur malakoff-patrimoine.fr (consulté le 19 janvier 2016)
  49. a et b ARTIFICA, « Historique de la maison des arts | Maison des arts de Malakoff », sur maisondesarts.malakoff.fr (consulté le 9 février 2016)
  50. « Immeuble protégé au titre des Monuments historiques », sur Culture.gouv.fr,‎ 1992 (consulté le 9 février 2016)
  51. Mairie de Malakoff, « Historique de la Maison des arts | Site de la ville de Malakoff », sur www.ville-malakoff.fr (consulté le 9 février 2016)
  52. « C-D | Site de la ville de Malakoff », sur www.ville-malakoff.fr (consulté le 20 janvier 2016)
  53. « O-P-Q | Site de la ville de Malakoff », sur www.ville-malakoff.fr (consulté le 19 janvier 2016)
  54. « Malakoff infos n°270 (mars 2014), page 21 », sur calameo.com (consulté le 12 janvier 2016)
  55. « Galerie Claude Bernard: Sam SZAFRAN », sur www.claude-bernard.com (consulté le 12 janvier 2016)
  56. « Mes voisins ne savent pas ce que je fais », sur leparisien.fr, https://plus.google.com/+LeParisien (consulté le 12 janvier 2016)
  57. « Catherine Guigon - Peintre » (consulté le 12 janvier 2016)
  58. « Pour un oui, pour un son du 12.02.2012 », sur rts.ch (consulté le 12 janvier 2016)
  59. « Signatures, maison de photographes : Photo 019963_006 », sur www.signatures-photographies.com (consulté le 12 janvier 2016)
  60. « Pablo REINOSO | Maison des arts de Malakoff », sur maisondesarts.malakoff.fr (consulté le 12 janvier 2016)
  61. « Ma cantine : Le Timbre Poste », sur www.doitinparis.com, https://plus.google.com/b/118035858367874800900/+Doitinparisofficiel (consulté le 12 janvier 2016)
  62. « Inventaire du département des Arts graphiques - Route bordée de cabarets et de baraques en bois : la porte de Vanves - JONGKIND Johan Barthold », sur arts-graphiques.louvre.fr (consulté le 19 janvier 2016)
  63. a et b « Malakoff infos, n° 217, 2008 », sur www.ville-malakoff.fr (consulté le 19 janvier 2016)
  64. « Quand un grand illustrateur s’intéresse à Malakoff », sur malakoff-patrimoine.fr (consulté le 19 janvier 2016)
  65. a et b (en) Dr James Cannon, The Paris Zone: A Cultural History, 1840-1944, Ashgate Publishing, Ltd.,‎ (ISBN 9781472449399, lire en ligne)
  66. « ROUSSEAU, Henri - Modern European Paintings - [HIROSHIMA MUSEUM OF ART] », sur www.hiroshima-museum.jp (consulté le 19 janvier 2016)