Recloses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Recloses
Recloses
L'église Saint-Martin.
Blason de Recloses
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Fontainebleau
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Fontainebleau
Maire
Mandat
Sonia Risco
2020-2026
Code postal 77760
Code commune 77386
Démographie
Gentilé Reclosiots
Population
municipale
614 hab. (2019 en diminution de 12,78 % par rapport à 2013)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 55″ nord, 2° 38′ 33″ est
Altitude Min. 72 m
Max. 133 m
Superficie 9,35 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Fontainebleau
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Recloses
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Recloses
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Recloses
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Recloses
Liens
Site web recloses.fr

Recloses est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France.

En 2019, elle compte 614 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation de la commune dans le département de Seine-et-Marne.

La commune de Recloses se trouve dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France[1].

Elle se situe à 24,77 km par la route[Note 1] de Melun[2], préfecture du département et à 9,87 km de Fontainebleau[3], sous-préfecture. La commune fait en outre partie du bassin de vie de La Chapelle-la-Reine[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte des communes limitrophes de Recloses.

Les communes les plus proches[Note 2] sont[4] : Ury (2,9 km), Villiers-sous-Grez (3,2 km), Bourron-Marlotte (4,9 km), Grez-sur-Loing (5,0 km), Achères-la-Forêt (5,7 km), La Chapelle-la-Reine (6,1 km), Montcourt-Fromonville (6,6 km), Montigny-sur-Loing (7,6 km).

Communes limitrophes de Recloses
La Forêt domaniale de Fontainebleau
Ury Recloses Bourron-Marlotte
La Chapelle-la-Reine Villiers-sous-Grez Grez-sur-Loing

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune n’est traversée par aucun cours d'eau[5].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Roche extraite des carrières de sable.

Le territoire de la commune se situe dans le sud du Bassin parisien, plus précisément au nord de la région naturelle du Gâtinais. À ce titre elle partage les mêmes caractéristiques géographiques et géologiques que les communes environnantes. À savoir, un plateau de sable et de grès recouvert de limons fertiles et des zones qui n'ont pas été recouvertes où le sable et les grès affleurent, c'est sur cette partie que s'est installée la forêt.

Géologiquement intégré au bassin parisien, qui est une région géologique sédimentaire, l'ensemble des terrains affleurants de la commune sont issus de l'ère géologique Cénozoïque (des périodes géologiques s'étageant du Paléogène au Quaternaire)[6],[7].

Les couches successives constituant le sol et le sous-sol sont d'abord une épaisse couche de calcaire, puis des marnes très argileuses vertes et blanches déposées pendant l'Oligocène à la fin du Tertiaire. Sur ces marnes imperméables se déposera encore une couche de calcaire.

L'épisode sédimentaire du Stampien (vers -35 millions d'années avant notre ère) laissera une épaisse couche de sable dont une partie, sous l'action des montées et descentes de l'eau des nappes phréatiques, se transformera en grès par recristallisation. Le vent en déplaçant le sable, crée des dunes et des vallées et met au jour une partie des dalles de grès, qui, en porte-à-faux, se brisent en donnant des chaos de grès que l'on peut rencontrer en se promenant à Recloses et dans les communes avoisinantes ainsi, bien sûr, que dans la forêt de Fontainebleau. Ces chaos ont créé des grottes ou abris qui ont occasionnellement servi d'habitat depuis le Néolithique jusqu'au XVIIe siècle.

À l'endroit des champs actuels se sont déposés une couche de calcaire puis des limons qui sont actuellement cultivés.

Géologie de la commune de Recloses selon l'échelle des temps géologiques[6],[7].
Ères Périodes géologiques Époques géologiques Nature des sols
Cénozoïque Quaternaire Holocène
LP : Limon des plateaux de composition argilo-marneuse.
Pléistocène
Néogène Pliocène non présent.
Miocène
m1MG : Molasse du Gâtinais, Marnes vertes de Neuville-sur-Essonne (Loiret).
Paléogène Oligocène
g1CE : Calcaire d'Étampes, meulières, marnes, calcaires du Gâtinais.
g1GF : Grès de Fontainebleau en place ou remaniés (grésification quaternaire de sables stampiens dunaires).
g1SF : Sables de Fontainebleau, accessoirement grès en place ou peu remanié (versant).
Éocène non présent.
Paléocène non présent.

La commune de Recloses peut être divisée en trois parties, une zone de champs de grandes et moyennes dimensions, avec très peu de bosquets. Le village lui-même entouré sur trois côtés par la forêt qui touche la forêt domaniale de Fontainebleau. Cette partie de forêt est la troisième zone de la commune. Les champs rejoignent ceux de La Chapelle-la-Reine et de Ury, à une altitude moyenne de 125 mètres.

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 10,8 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,2 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 3,6 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 15,5 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 700 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 0,5 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : -5 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[8].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[9]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[8]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[10]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 28 km à vol d'oiseau[11], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[12] à 11,6 °C pour 1991-2020[13].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[14],[15].

Dans ce cadre, la commune fait partie d'un espace protégé, le Parc naturel régional du Gâtinais français, créé en 1999 et d'une superficie de 75 567 ha. D’une grande richesse en termes d’habitats naturels, de flore et de faune, il est un maillon essentiel de l’Arc sud-francilien des continuités écologiques (notamment pour les espaces naturels ouverts et la circulation de la grande faune)[16],[17].

La réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais », créée en 1998 et d'une superficie totale de 150 544 ha, est un autre espace protégé présent sur la commune. Cette réserve de biosphère, d'une grande biodiversité, comprend trois grands ensembles : une grande moitié ouest à dominante agricole, l’emblématique forêt de Fontainebleau au centre, et le Val de Seine à l’est. La structure de coordination est l'Association de la Réserve de biosphère de Fontainebleau et du Gâtinais, qui comprend un conseil scientifique et un Conseil Éducation, unique parmi les Réserves de biosphère françaises[18],[19],[20].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones spéciales de conservation (ZSC) et de Zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[21].

Un site Natura 2000 a été défini sur la commune, tant au titre de la « directive Habitats » que de la « directive Oiseaux » : le « Massif de Fontainebleau »[22]. Cet espace constitue le plus ancien exemple français de protection de la nature. Les alignements de buttes gréseuses alternent avec les vallées sèches. Les conditions de sols, d'humidité et d'expositions sont très variées. La forêt de Fontainebleau est réputée pour sa remarquable biodiversité animale et végétale. Ainsi, elle abrite la faune d'arthropodes la plus riche d'Europe (3 300 espèces de coléoptères, 1 200 de lépidoptères) ainsi qu'une soixantaine d'espèces végétales protégées[23].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

Carte des ZNIEFF de type 1 localisées sur la commune.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal de Recloses comprend deux ZNIEFF de type 1[Note 4],[24],[Carte 1], le « Massif de Fontainebleau » (20 711,14 ha), couvrant 18 communes dont 17 en Seine-et-Marne et 1 dans l'Essonne[25] et les « Rochers de la Vignette - le Brillier » (4,15 ha), couvrant 2 communes du département[26].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Recloses est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[27],[28],[29].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire regroupe 1 929 communes[30],[31].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (53,46 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (55,55 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (46,43 %), forêts (41,19 %), zones agricoles hétérogènes (7,02 %), zones urbanisées (5,25 %)[32].

Occupation des sols en 1990 et 2018[32].
Type d’occupation 1990 2018 Bilan
Territoires artificialisés
(zones urbanisées, zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication, mines, décharges et chantiers, espaces verts artificialisés ou non agricoles)
29,01 ha 3,11 % 49,94 ha 5,35 % 20,93 ha en augmentation
Territoires agricoles
(terres arables, cultures permanentes, prairies, zones agricoles hétérogènes)
518,26 ha 55,55 % 498,75 ha 53,46 % −19,51 ha en diminution
Forêts et milieux semi-naturels
(forêts, milieux à végétation arbustive et/ou herbacée, espaces ouverts sans ou avec peu de végétation)
385,76 ha 41,34 % 384,33 ha 41,19 % −1,43 ha en diminution

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[33],[34],[Carte 2]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 3].

Planification[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document d’orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle et à un horizon de 20 ans et s'imposant aux documents d'urbanisme locaux, les PLU (Plan local d'urbanisme). La commune est dans le territoire du SCOT Fontainebleau et sa région, approuvé le et porté par le syndicat mixte d’études et de programmation (SMEP) de Fontainebleau et sa région[35].

La commune disposait en 2019 d'un plan local d'urbanisme en révision. Un plan local d'urbanisme intercommunal couvrant le territoire de la communauté de communes des Deux Morin, prescrit le 28 juin 2018, était en élaboration[36],[37]. Le zonage réglementaire et le règlement associé peuvent être consultés sur le Géoportail de l'urbanisme[Carte 4].

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Carte du cadastre de la commune de Recloses.
La Vignette et Recloses en 1604.

La commune compte 127 lieux-dits administratifs[Note 7] répertoriés consultables ici[38] (source : le fichier Fantoir).

Recloses n'a plus de hameaux, mais cela n'a pas toujours été le cas. L'un, Cumiers, a disparu à la fin du XIVe siècle, l'autre plus récent, la Vignette, a disparu au XVIIIe siècle.

Cumiers[modifier | modifier le code]

Cumiers a complètement disparu aujourd'hui. Il se situait dans la forêt, à l'est du village sur le territoire de la paroisse de Recloses, mais près de Bourron Marlotte. Il n'y a plus de traces aujourd'hui mais l'existence de Cumiers est de nombreuses fois attestée dans des écrits et en particulier dans des actes de vente, ce qui permet de connaître le nom de quelques habitants : Gilles de Cumiers, Agnès de Cumiers, etc.

La Vignette[modifier | modifier le code]

Après la guerre de Cent Ans la campagne commence à se repeupler, un peu au hasard. Alors que certains se fixent à Recloses, d'autres construisent un hameau sur la route entre Recloses et Grez. En 1531, ce hameau comprenait 11 maisons et 40 habitants, il n'y en aura jamais plus. Puis le hameau se dépeupla, la dernière carte faisant mention de la Vignette date de 1771, le dernier acte enregistré est un décès en 1779.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre total de logements dans la commune était de 387 dont 93,5 % de maisons et 6,5 % d'appartements[Note 8].

Parmi ces logements, 70,3 % étaient des résidences principales, 21,2 % des résidences secondaires et 8,5 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 84,2 % contre 13,2 % de locataires[39] dont, 0,4 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 9] et, 2,6 % logés gratuitement.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier de Recloses.

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Plusieurs routes départementales relient Recloses aux communes voisines :

  • la D 63, à Ury, à l'ouest ; à Villiers-sous-Grez, au sud-est ;
  • la D 63e1, à Ury, à l'ouest ;
  • la D 63e2, à Fontainebleau, au nord ;

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par deux lignes d'autocars du réseau de bus Les Cars Bleus[40],[41] :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Apud Reclosas en 1184[42] ; Apud Reclausas en 1186[43] ; N. de Reclosis en 1257[44] ; Reclosiacum en 1299[45] ; De Reclusis en 1301[46] ; Recloses en Gastinois en 1385[47] ; Reclouze en 1540[48].

Au XIIe siècle le nom de Reclosas est utilisé, signifiant « clairière au bord de la forêt ». Le nom s'est un peu transformé en Requeloze puis Arcloze et Ercloze sous Louis XV.

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte de Recloses en 1716.
Cadastre napoléonien de 1828.
La place du Pilori au début du XXe siècle.

Les abris ornés de la forêt et les rainures des polissoirs montrent bien que cette région et Recloses en particulier, ont été habités au Néolithique. Il est probable que Recloses, sa forêt et ses champs furent habités et cultivés épisodiquement, une villa gallo-romaine existait non loin de là entre Ury et la Chapelle-la-Reine. Néanmoins c'est en 1154 que l'on voit apparaître pour la première fois, le nom de Recloses écrit dans le cartulaire de l'abbaye de Barbeau à Hericy.
Philippe Auguste en 1184 donna au chapelain du château de Fontainebleau, la dime du vin qui se faisait à Recloses. Les habitants de Recloses comme ceux des communes jouxtant la forêt jouissaient de privilèges en compensation des ravages faits par les bêtes "noires et rousses" de la forêt, dans leur cultures, ils pouvaient ainsi cueillir les bruyères et les fougères.

Puis vint la guerre de Cent Ans, Recloses comme les communes environnantes subit son lot de pillages par les hordes anglaises et armagnac. Les habitants survivants partirent tous en direction des villes, seulement quelques-uns revinrent à partir de 1440. Pendant une quarantaine d'années tout ne fut que ruines et désolation. Une conséquence, les noms des lieux et de famille furent oubliés et perdus car les nouveaux habitants n'étaient pas originaires de Recloses.

En 1588 le roi Henri III convoque les états généraux de Blois. Comme elle le fera de nouveau en 1614 et en 1789, la paroisse de Recloses rédige son cahier de doléances, se plaignant de nombreuses injustices et dégradations dues aux nobles et aux armées, mais aussi des conséquences de l'immense incendie de 1585 qui avait détruit la moitié du village. Par la suite, de nombreuses plaintes furent envoyées aux rois résidant au château de Fontainebleau, concernant les dégâts faits aux cultures et à la vigne par les animaux de la forêt, que ces rois venaient chasser. Les Reclosois obtinrent certains privilèges mais jamais la limitation du nombre d'animaux, ni le droit de les chasser. Ils finirent par construire un treillage qui leur coûta près de 10 000 livres.

En 1789, Recloses comptant près de 200 foyers, eut le droit d'envoyer trois députés à l'assemblée du bailliage de Nemours. Puis vint le temps du cahier de doléances qui ne fut pas bien différent de ceux des communes de la région avec cependant un accent toujours marqué sur les problèmes liés à la forêt. La vente des Biens Nationaux commença par ceux des biens du clergé en 1790, suivi par ceux des Émigrés en 1793. L'ensemble fut estimé à 1 400 livres environ et trouva rapidement acquéreur. Le curé de l'époque Pierre-Joseph Colmet, qui avait prêté serment, reçut comme fonctionnaire 1 200 livres par an. La "patrie en danger" proclamée le 11 juillet 1792, entraîna la mobilisation de 13 jeunes hommes de Recloses.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Recloses est membre de la communauté de communes du Pays de Fontainebleau depuis 2012.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'école de Recloses, située dans l'ancienne mairie.
Liste des maires successifs[49],[50]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1801   Ambroise Dumé    
1902 1919 Paul Dupuich   Avocat
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 1991 Maurice Cerceau    
septembre 1991 1995 André Triolet    
1995 2001 Françoise Leroy    
mars 2001 23 mai 2020 Catherine Triolet   Vice-présidente de la CC Pays de Fontainebleau (2014[51] →)
Réélue pour le mandat 2014-2020[52]
mai 2020 En cours
(au 14 juillet 2021)
Sonia Risco   Vice-présidente de la Communauté d'Agglomération du Pays de Fontainebleau (CAPF) chargée des Mobilités

Le premier maire de Recloses fut Jean-Baptiste Dumé, déjugé à propos des "champarts"[Quoi ?] ; il fut remplacé[Quand ?] par Louis Pelletier. Alors cinq maires se succédèrent en l'espace de 10 ans. En juin 1801 Ambroise Dumé fut élu et resta en fonction jusqu'en mai 1811. Il fut ensuite remplacé par Augustin Pelletier jusqu'en mai 1821 puis par Jean-Baptiste Pelletier jusqu'en mai 1830.

La commune a adhéré en juin 2010 à la communauté de communes du pays de Fontainebleau[53], et quatre de ses représentants siègent au conseil communautaire, jusqu'à la suspension de l'adhésion par ordonnance du Tribunal administratif de Melun[54].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [55],[56].

Assainissement des eaux usées[modifier | modifier le code]

En 2020, la gestion du service d'assainissement collectif de la commune de Recloses est assurée par la communauté d'agglomération du Pays de Fontainebleau (CAPF) pour la collecte, le transport et la dépollution. Ce service est géré en délégation par une entreprise privée, dont le contrat arrive à échéance le [57],[58],[59].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[60]. La communauté d'agglomération du Pays de Fontainebleau (CAPF) assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations. Cette prestation est déléguée à la SAUR, dont le contrat arrive à échéance le 31 décembre 2021[57],[61].

Eau potable[modifier | modifier le code]

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par la communauté d'agglomération du Pays de Fontainebleau (CAPF) qui en a délégué la gestion à la SAUR, dont le contrat expire le [57],[62].

Les nappes de Beauce et du Champigny sont classées en zone de répartition des eaux (ZRE), signifiant un déséquilibre entre les besoins en eau et la ressource disponible. Le changement climatique est susceptible d’aggraver ce déséquilibre. Ainsi afin de renforcer la garantie d’une distribution d’une eau de qualité en permanence sur le territoire du département, le troisième Plan départemental de l’eau signé, le , contient un plan d’actions afin d’assurer avec priorisation la sécurisation de l’alimentation en eau potable des Seine-et-Marnais. A cette fin a été préparé et publié en décembre 2020 un schéma départemental d’alimentation en eau potable de secours dans lequel huit secteurs prioritaires sont définis. La commune fait partie du secteur Bière[63].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[64]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[65].

En 2019, la commune comptait 614 habitants[Note 10], en diminution de 12,78 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
902727766764801794779794743
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
648626620612598619617585556
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
495534514403392420453421482
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
504474410507519600676687699
2017 2019 - - - - - - -
635614-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[66] puis Insee à partir de 2006[67].)
Histogramme de l'évolution démographique

Événements[modifier | modifier le code]

Char décoré de jonquilles
Bouquets de jonquilles.
  • Chaque année avait lieu (jusqu'en 2012) au mois de mars la fête des Jonquilles. Cette fête était bien évidemment liée à la forêt proche où poussent au mois de mars de grandes étendues de petites clochettes jaunes. En général les jonquilles sont au rendez-vous, si elles viennent trop tôt on les garde au frais, si elles viennent trop tard on complète avec des fleurs en papier.
La fête était toujours très animée, le temps fort est bien sûr le défilé de chars décorés de jonquilles, accompagné en musique par un ou deux orchestres ou bands. Il y avait aussi quelques stands où se restaurer.
Elle était organisée par le syndicat d'initiatives de Recloses qui ne semble plus avoir d'activité depuis 2012[68].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 284, représentant 695 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 30 540 euros[69].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2017 , le nombre total d’emplois dans la zone était de 62, occupant 297 actifs résidants. Le taux d'activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 67,8 % contre un taux de chômage de 7,7 %. Les 24,5 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 12,8 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 6,1 % de retraités ou préretraités et 5,6 % pour les autres inactifs[70].

Secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2019, le nombre d’unités légales et d’établissements (activités marchandes hors agriculture) par secteur d'activité était de 47 dont 4 dans l’industrie manufacturière, industries extractives et autres, 3 dans la construction, 11 dans le commerce de gros et de détail, transports, hébergement et restauration, 5 dans l’Information et communication, 1 dans les activités financières et d'assurance, 1 dans les activités immobilières, 14 dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques et activités de services administratifs et de soutien, 4 dans l’administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale et 4 étaient relatifs aux autres activités de services[71].

En 2020, 16 entreprises ont été créées sur le territoire de la commune, dont 11 individuelles.

Au , la commune ne disposait pas d’hôtel et de terrain de camping[72].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Recloses est dans la petite région agricole dénommée le « Pays de Bière et Forêt de Fontainebleau », couvrant le Pays de Bière et la forêt de Fontainebleau[Carte 5]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 11] de l'agriculture sur la commune est la culture de céréales et d'oléoprotéagineux (COP)[73].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[74]. Cette tendance se retrouve au niveau de la commune où le nombre d’exploitations est passé de 8 en 1988 à 3 en 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations augmente, passant de 27 ha en 1988 à 82 ha en 2010[73]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Recloses, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Recloses entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[73],[Note 12]
Nombre d’exploitations (u) 8 3 3
Travail (UTA) 7 2 4
Surface agricole utilisée (ha) 216 102 245
Cultures[75]
Terres labourables (ha) 213 s s
Céréales (ha) 151 s s
dont blé tendre (ha) 68 s s
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) 0
Tournesol (ha) 0
Colza et navette (ha) 16 s s
Élevage[73]
Cheptel (UGBTA[Note 13]) 63 5 14

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin
Comme quatre autres églises du canton, elle porte le nom de saint Martin, évêque de Tours au IVe siècle et évangélisateur d'une partie de la Gaule. Il avait organisé de nombreuses paroisses rurales et avait multiplié les monastères.
Les premières pierres de l'église ont dû être posées aux VIIe et VIIIe siècles. Cette église a commencé à prendre de l'ampleur au XIIIe siècle du temps de Saint Louis. Une partie de cette ancienne église subsiste et est remarquable par la construction de ses murs dite en "arête de poisson". Si la première voûte en pierre a été construite au XIVe, c'est au XVIe siècle qu'ont eu lieu les agrandissements et améliorations importants. La surface sera doublée. Au sol, de nombreuses sépultures de bourgeois de Recloses et de très belles pierres gravées. L'église contient aussi un très bel autel ancien orné d'un retable peint en faux marbre et quelques sculptures mais le chef-d’œuvre est bien sûr le Pressoir Mystique.
L'église est inscrite au titre des monuments historiques[76],[77].
  • Le Pressoir Mystique
Une partie du Pressoir mystique.

Il s'agit d'un retable de grande taille, constitué de nombreuses sculptures. On ne connaît pas précisément la date de création de ce retable, peut être vers 1550 à 1570. En revanche on sait qu'il a été acquis vers 1753 par Jacques Segogne notaire à Fontainebleau, né à Recloses. Dans sa demeure de Recloses se trouvait une chapelle "garnie de saints et de tableaux". En 1826, la chapelle devint la mairie et les sculptures furent déposées dans l'église paroissiale de Recloses. Ces sculptures ayant souffert du temps, une restauration eut lieu en 1988 et l'ensemble fut installé dans des vitrines placées dans le chœur de l'église Saint-Martin.

Ce retable représente un thème religieux classique, celui du Pressoir Mystique. Il consiste en une série de petites sculptures en bois comprenant des scènes du travail de la vigne et de la fabrication du vin, et de la crucifixion où le Christ pressant son corps fait couler son sang dans la cuve à vin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Quelques noms de rues[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La plupart des informations ci-dessus sont extraites d'un livre rédigé par Ernest Filatre, ancien curé de la Paroisse et édité en 2004[79].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chef-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  8. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  9. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  11. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  12. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  13. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Zones ZNIEFF de Recloses » sur Géoportail (consulté le 15 janvier 2021)..
  2. « Recloses - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  3. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  4. « Géoportail de l’urbanisme », sur https://www.geoportail-urbanisme.gouv.fr/ (consulté le ).
  5. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne. », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Métadonnées de la commune de Recloses », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. « Distance entre Recloses et Melun », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. « Distance entre Recloses et Fontainebleau », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches de Recloses », sur www.villorama.com (consulté le ).
  5. Site SIGES - Seine-Normandie consulté le 3 juillet 2018
  6. a et b « InfoTerre », sur le site du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) (consulté le ).
  7. a et b « Carte géologique harmonisée du département de la Seine-et-Marne » [PDF], sur le site du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) (consulté le ).
  8. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  9. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le ).
  10. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Recloses et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  13. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  14. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le ).
  15. « Liste des espaces protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « Parc naturel régional du Gâtinais français », sur www.parc-gatinais-francais.fr (consulté le ).
  17. « le Parc naturel régional du Gâtinais français - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « Réserve de biosphère de « Fontainebleau et Gâtinais » », sur mab-france.org (consulté le ).
  19. « la zone centrale de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « la zone tampon de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le ).
  22. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Recloses », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « site Natura 2000 FR1100795 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « Liste des ZNIEFF de la commune de Recloses », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « ZNIEFF le « Massif de Fontainebleau » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « ZNIEFF les « Rochers de la Vignette - le Brillier » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  27. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  28. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  29. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  30. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  31. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  32. a et b « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  33. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le ).
  34. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le ).
  35. [PDF]« Le SCOT Fontainebleau et sa région - Note d'enjeux », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  36. « PLUi de la CC des 2 Morin », sur participation.institut-auddice.com (consulté le ).
  37. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  38. « Liste des lieux-dits français », sur MémorialGenWeb (consulté en ).
  39. Statistiques officielles de l'Insee, section Logement consulté le 7 juillet 2020
  40. « Lignes régulières », sur cars-bleus.fr (consulté le ).
  41. « 77 - Seine-et-Marne », sur iledefrance-mobilites.fr (consulté le ) (Plan 57 : secteur de Milly-la-Foret).
  42. Archives nationales, K 1190, l. 8.
  43. Delaborde, Philippe-Auguste, I, p. 230.
  44. Archives nationales, S 5168.
  45. Bibl. nat., ms. franç. 10365, fol. 30.
  46. Olim, III, fol. 102 v°.
  47. Archives nationales, P 131, fol. 32 v°.
  48. Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 477.
  49. « Les maires de Recloses », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  50. « Recloses », sur http://www.genea77-shage.info (consulté le ).
  51. « Procès-verbal sommaire du conseil communautaire du 7 avril 2014 » [PDF], Mairie de Fontainebleau (consulté le ), p. 4.
  52. « Village de Recloses », Seine-et-Marne, sur http://www.annuaire-mairie.fr, (consulté le ).
  53. [PDF] « Arrêté préfectoral no 2010/SPF/CL no 21 du 10 juin 2010, portant adhésion de Recloses à la communauté de communes Fontainebleau-Avon », Recueil des actes administratifs de la préfecture de Seine-et-Marne, no 24,‎ , p. 11-12 (lire en ligne).
  54. [PDF] « Arrêté préfectoral no 2010/SPF/CL no 20 du 10 juin 2010, portant modification des statuts de la communauté de communes Fontainebleau-Avon », Recueil des actes administratifs de la préfecture de Seine-et-Marne, no 24,‎ , p. 10-11 (lire en ligne).
  55. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le ).
  56. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le ).
  57. a b et c « Commune de Recloses - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  58. « CA du Pays de Fontainebleau (CAPF) - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  59. « CA du Pays de Fontainebleau (CAPF) - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  60. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le ).
  61. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  62. « CA du Pays de Fontainebleau (CAPF) - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  63. « Schéma départemental d’alimentation en eau potable de secours de Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.fr, (consulté le ).
  64. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  65. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  66. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  67. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  68. Site du syndicat d'Initiative de Recloses
  69. Statistiques officielles de l'Insee, section «Revenus et pauvreté des ménages en 2018», consultée le 29 mai 2021.
  70. Statistiques officielles de l'Insee, section «Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2017», consultée le 29 mai 2021.
  71. Statistiques officielles de l'Insee, section «Démographie des entreprises en 2019», consultée le 29 mai 2021.
  72. Statistiques officielles de l'Insee, section «Tourisme en 2021», consultée le 29 mai 2021.
  73. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Recloses. », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le ).
  74. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  75. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Recloses. », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le ).
  76. « L'église », notice no PA00087255, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  77. « Objets mobiliers de l'église. », base Palissy, ministère français de la Culture.
  78. Biographie en 15 pages
  79. Ernest Filatre Recloses, son histoire, 2004, (ISBN 2-904033-58-0), Paroi-services Éditeur