Saint-Siméon (Seine-et-Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Siméon
Saint-Siméon (Seine-et-Marne)
La mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Intercommunalité Communauté de communes des Deux Morin
Maire
Mandat
Renée Chabrillanges
2020-2026
Code postal 77169
Code commune 77436
Démographie
Gentilé Saint-Siméonais(es)
Population
municipale
896 hab. (2017 en augmentation de 1,47 % par rapport à 2012)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 54″ nord, 3° 12′ 12″ est
Altitude Min. 76 m
Max. 161 m
Superficie 12,27 km2
Élections
Départementales Canton de Coulommiers
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Saint-Siméon
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Saint-Siméon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Siméon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Siméon
Liens
Site web st-simeon.fr

Saint-Siméon est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Saint-Siméonais(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Siméon est situé à 9 km à l'ouest de La Ferté-Gaucher, à 11 km à l'est de Coulommiers et à 55 km au nord-est de Melun.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le village se trouve en bas d'un coteau sur la rive gauche du Grand Morin, pratiquement au confluent du Vannetin.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de la commune se compose de sept cours d'eau référencés :

  • la rivière le Grand Morin, longue de 118,2 km[1], (affluent en rive gauche de la Marne), ainsi que :
    • un bras de 0,2 km[2] ;
    • un bras de 0,2 km[3] ;
  • le ru de Réveillon , 2,8 km[4], affluent du Grand Morin ;
  • le ru de Charcot , 1,3 km[5], qui conflue avec la Grand Morin.
  • le ru de Piétrée ou Vannetin, long de 18,6 km[6] ;
    • le ru de Vanneau, 3,1 km[7] qui conflue avec le Vannetin ;

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 10,14 km[8].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La principale route qui permet d'y accéder est le chemin de grande communication no 55 de Nanteuil-sur-Marne à Provins.

Le village est desservi par le chemin de fer (compagnie de l'Est, ligne de Gretz à Sézanne).

La commune possède une gare, sur la ligne de Gretz-Armainvilliers à Sézanne ; mais les derniers trains ont été remplacés par des cars.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 164 lieux-dits administratifs répertoriés[9].

Le tiers de la population est domicilié dans le chef-lieu de la commune, le reste s'éparpille dans une vingtaine d'écarts dont les plus peuplés sont les hameaux de Charcot, du Grand-mont, de la Montagne (où se trouve la gare et les laiteries, et qui, bientôt, ne devrait faire qu'un avec le chef-lieu, en raison de constructions nouvelles), de la Vanne-Réveillon, de Mondollot, de la Vacherie, des Bordes.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

En 2018[10], le territoire de la commune se répartit[Note 1] en 73,1 % de terres arables, 12,3 % de forêts, 7,5 % de prairies, 4,6 % de zones agricoles hétérogènes[Note 2] et 2,5 % de zones urbanisées[8].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 436, dont 92,4 % de maisons et 6,8 % d'appartements.

Parmi ces logements, 80,2 % étaient des résidences principales, 9,4 % des résidences secondaires et 10,4 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 88,8 % contre 9,2 % de locataires et 2 % logés gratuitement[11] - [Note 3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Jusqu’au IVe siècle le village s’appelle Villa-Alte (« Ville-Haute »)[12], puis Apud Sanctum Simeonem vers 1172[13] ; Ecclesia Sancti Simeonis de Vana en 1201[14] ; Saint Symeon en 1265[15].

Ce lieu et son église sont voués à Saint Siméon[16].

Au cours de la Révolution française, la commune porte le nom d'Union[17] en 1793.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1971 1977 Eugène D'Hondt[18]    
mars 1977 mars 1983 René Doerler    
mars 1983 août 2017[18] Guy Simon   Mécanicien
Démissionnaire
octobre 2017[19] En cours
(au 21 juillet 2020)
Renée Chabrillanges   Vice-présidente de la CC des Deux Morin (2020 → )

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[21].

En 2017, la commune comptait 896 habitants[Note 4], en augmentation de 1,47 % par rapport à 2012 (Seine-et-Marne : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
537643648672718745851851863
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
810800763657674717671719732
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
701710700633647656615574606
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
615563519547691737823836848
2013 2017 - - - - - - -
892896-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il existe une école à Saint-Siméon, regroupant les classes de maternelle et des CP. L'école fait partie d'un regroupement pédagogique intercommunal, avec celles du village voisin de Saint-Rémy-la-Vanne.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Exploitations agricoles.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Siméon.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église dédiée à Saint-Siméon de style néo-gothique, (XIXe siècle).
Reconstruite en 1869 sous le second Empire. L'intérieur de l'église a la particularité d'avoir été entièrement peint entre 1890 et 1896 dans le style néo-gothique.
Bâtiment Logo monument historique Inscrit MH (1997)[23]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Le « site Natura 2000 de la rivière du Vannetin »[24]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Statistiques 2018 de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  2. Elles comprennent les cultures annuelles associées aux cultures permanentes, les systèmes culturaux et parcellaires complexes, les surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants et les territoires agro-forestiers.
  3. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Le Grand Morin »
  2. Sandre, « Bras du Grand Morin »
  3. Sandre, « Bras du Grand Morin »
  4. Sandre, « Ru de Réveillon »
  5. Sandre, « Ru de Charcot »
  6. Sandre, « ru de vannetin ou Ru de Pietree »
  7. Sandre, « Ru de Vanneau »
  8. a et b Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 26 août 2018
  9. Site territoires-fr.fr consulté le 23 janvier 2020 sous le code commune 77436.
  10. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  11. Statistiques officielles de l‘INSEE.
  12. « Saint-Siméon », sur http://www.genea77-shage.info (consulté en mars 2018)
  13. Auguste Longnon, Les noms de lieu de la France : leur origine, leur signification, leurs transformations, Paris, 1920, I, p. 98.
  14. Du 511Plessis, II, p. 86.
  15. Auguste Longnon, Les noms de lieu de la France : leur origine, leur signification, leurs transformations, Paris, 1920, I, 232.
  16. Nasrallah Joseph. Survie de Saint Siméon Stylite l'Alépin dans les Gaules. In: Syria. Tome 51 fascicule 1-2, 1974, p.185.
  17. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. a et b Thomas Baron, « L’ancien maire de Saint-Siméon, Guy Simon, revient sur ses 46 années de mairie : Conseiller municipal puis maire de Saint-Siméon de 1983 à 2017, Guy Simon était à l'honneur, vendredi soir, à l'Hôtel de Ville », Le Pays briard,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mai 2020) « La mairie de Saint-Siméon était en effet son quotidien depuis quarante-six années, d’abord en tant que conseiller municipal en 1971, avant qu’il ne soit élu maire en 1983 ».
  19. « Renée Chabrillanges élue maire, les trois nouveaux conseillers déjà menacés : Vendredi 20 octobre, à 19 heures, le conseil municipal de Saint-Siméon se réunissait pour élire le nouveau maire et ses adjoints. Le village est désormais dirigé par une femme, Renée Chabrillanges, qui était auparavant la 1re adjointe de Guy Simon », Le Pays briard,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mai 2020).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  23. « L'église », notice no PA77000010, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « FR1102007 - Rivière du Vannetin », sur https://inpn.mnhn.fr/ (consulté en juin 2016)