Couilly-Pont-aux-Dames

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Couilly-Pont-aux-Dames
Couilly-Pont-aux-Dames
La mairie.
Blason de Couilly-Pont-aux-Dames
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Intercommunalité Communauté d'agglomération Coulommiers Pays de Brie
Maire
Mandat
Jean-Louis Vaudescal
2020-2026
Code postal 77860
Code commune 77128
Démographie
Gentilé Colliaciens
Population
municipale
2 125 hab. (2018 en diminution de 2,3 % par rapport à 2013)
Densité 447 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 08″ nord, 2° 51′ 35″ est
Altitude Min. 45 m
Max. 119 m
Superficie 4,75 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Bailly-Romainvilliers
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Serris
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Couilly-Pont-aux-Dames
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Couilly-Pont-aux-Dames
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Couilly-Pont-aux-Dames
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Couilly-Pont-aux-Dames
Liens
Site web couillypontauxdames.fr

Couilly-Pont-aux-Dames est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Au dernier recensement de 2018, la commune comptait 2 125 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation de la commune de Couilly-Pont-aux-Dames dans le département de Seine-et-Marne

Couilly-Pont-aux-Dames est située à 10 km au sud de Meaux sur la rive droite du Grand Morin.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe de : Quincy-Voisins, Saint-Germain-sur-Morin, Bouleurs, Condé-Sainte-Libiaire, Villiers-sur-Morin, et avec quelques mètres au cadastre, Montry et Coutevroult.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier de Couilly-Pont-aux-Dames.

Le réseau hydrographique de la commune se compose de huit cours d'eau référencés :

Par ailleurs, son territoire est également traversé par l’aqueduc de la Dhuis.

La longueur totale des cours d'eau sur la commune est de 6,11 km[11].

Gestion des cours d'eau[modifier | modifier le code]

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l'eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles : le SDAGE, à l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE, à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Le département de Seine-et-Marne est couvert par six SAGE, au sein du bassin Seine-Normandie[12].

La commune fait partie du SAGE « Petit et Grand Morin », approuvé le . Le territoire de ce SAGE comprend les bassins du Petit Morin (630 km2) et du Grand Morin (1 185 km2)[13]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le syndicat Mixte d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SMAGE) des 2 Morin, qualifié de « structure porteuse »[14].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 11,1 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,1 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 4,6 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,4 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 715 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : -1,7 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : 1,1 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[15].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[15]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 33 km à vol d'oiseau[16], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[17] à 11,6 °C pour 1991-2020[18].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Aucun espace naturel présentant un intérêt patrimonial n'est recensé sur la commune dans l'inventaire national du patrimoine naturel[19],[20],[21].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Couilly-Pont-aux-Dames est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[22],[23],[24]. Elle appartient à l'unité urbaine de Bailly-Romainvilliers, une agglomération intra-départementale regroupant 14 communes[25] et 51 652 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[26],[27].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire regroupe 1 929 communes[28],[29].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (45,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (47,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (44,3% ), zones urbanisées (32,5% ), forêts (22% ), prairies (0,6% ), zones agricoles hétérogènes (0,6 %)[30].

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[31],[32],[Carte 1]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 2].

Planification[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document d’orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle et à un horizon de 20 ans et s'imposant aux documents d'urbanisme locaux, les PLU (Plan local d'urbanisme). La commune est dans le territoire du SCOT Pays créçois, approuvé le [33].

La commune, en 2019, avait engagé l'élaboration d'un plan local d'urbanisme[34], qui en date du 1er novembre de la même année était approuvé et mis en place.

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 44 lieux-dits administratifs[Note 4] répertoriés[35] dont :

Logement[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre total de logements dans la commune était de 879 dont 85 % de maisons (maisons de ville, corps de ferme, pavillons, etc.) et 14,1 % d'appartements[Note 5].

Parmi ces logements, 90,3 % étaient des résidences principales, 2,7 % des résidences secondaires et 7 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 83,4 % contre 14 % de locataires[36] dont, 0,1 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 6] et, 2,6 % logés gratuitement.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Colliacum ou Coulliacum est attesté très tôt dans plusieurs documents administratifs, notamment dans une charte de Charles le Chauve en 853[40], puis au cours des siècles suivants sous les formes Cuelly, Coully-en-Brie et Couilly[41]. Il s'agit vraisemblablement d'une formation toponymique gauloise ou gallo-romaine. Le second élément est apparemment le suffixe d'origine gauloise *-(i)āko[42] devenu *-(I)ACU en gallo-roman et généralement latinisé en -(i)acum, -(i)aco, -(i)acus dans les textes. Suffixe locatif à l'origine, il désigne à l'époque romaine la propriété.

Albert Dauzat et Charles Rostaing estiment que le premier élément Couill- est issu de l'anthroponyme latin Colius[43], explication reprise par Ernest Nègre[44]. Ils postulent tous un *Coli-acu. Cependant, cette tradition des études toponymiques depuis d'Henri d'Arbois de Jubainville qui consiste à expliquer le premier élément des noms en -acum par un nom de personne est de plus en plus remise en question par les toponymistes modernes, notamment à la lumière des nouvelles connaissances apportées sur la langue gauloise[45]. Michel Roblin pense que Couilly provient du latin collis, « colline ».

Le nom de Couilly-Pont-aux-Dames est né du rattachement du village de Couilly au hameau de Pont-aux-Dames, par délibération du conseil municipal le 26 juin 1929. Situé dans la partie est du village actuel, ce hameau s’appelait "Hameau du Rus". Il a changé de nom après l’installation de l’abbaye des religieuses bernardines et est devenu Pont-aux-Dames[Note 7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Il est question de Couilly dans une charte de Charles le Chauve datant de 853, en faveur de l'abbaye des Fossés qui deviendra plus tard Saint-Maur. En 1096, les religieux de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés qui possédaient des terrains sur la rive gauche du Morin, offrirent à l'église de Couilly des reliques de Saint-Georges qui prit ce saint comme vocable. En 1100, Couilly et Saint-Germain-lès-Couilly formaient deux paroisses distinctes tout en étant à l'origine qu'un seul et même bourg séparé par un pont sur le Morin. Le territoire originel de ce bourg s'étendait loin car Montry et Esbly en ont été séparés pour les ériger en cures au XIIe siècle.

Dépendance de la châtellenie de Crécy, Couilly était entouré de fossés de défense. Les seigneurs qui régnèrent sur Couilly sont les mêmes que ceux de Crécy, de Hugues de Montlhéry à la maison de Châtillon jusqu'au rois de France jusqu'au XVIIIe siècle[46]. À cette date, François Boula seigneur de Quincy s'en rendit acquéreur. Le 8 avril 1762, la terre de Couilly cesse d'appartenir à la couronne. Louis XV la cède, avec d'autres possessions, en échange de la principauté de Dombes au comte d'Eu, dont hérite en 1775 le duc de Penthièvre qui en sera le dernier seigneur.

Début août 1590, lors du siège de Paris par le roi de Navarre, les troupes de la ligue catholique du duc de Mayenne s'emparent de la Ferté-sous-Jouarre, Meaux, et Couilly où eut lieu un combat afin de venir délivrer Paris assiégée. Couilly souffrit des exactions des diverses troupes durant la Fronde.

Près du pont qui sépare Couilly de Saint-Germain existait au début du XIIIe siècle un Hôtel-Dieu, dont les logis furent affectés en 1226 à la fondation d'une abbaye bénédictine de femmes dédiée à Notre-Dame, expliquant l'origine du déterminant complémentaire Pont-Nostre-Dame puis Pont-aux-Dames, l'abbaye ayant été transférée au hameau de Rus (ou Rue) qui est rebaptisé Pont-aux-Dames. Le déplacement de l'abbaye est peut-être lié à une crue de la rivière[47]. Le changement de nom de la commune de Couilly en Couilly-Pont-aux-Dames n'intervient cependant qu'à la suite de délibérations du conseil municipal le [48], officialisées par un arrêté du [41].

En 1590, après la bataille d'Ivry, sa cavalerie légère étant à Charenton, Henri IV ordonna à son maréchal de camp M. de Givry d'aller à Couilly avec 300 ou 400 chevaux et quelques arquebusiers, ainsi que 700 ou 800 reîtres. En effet, ses ennemis, les troupes de Charles de Mayenne envoyées par la Ligue, devront obligatoirement passer à Couilly pour lui faire lever le siège[49].

Histoire de ses églises[modifier | modifier le code]

Il existait, au XIe siècle, une église déjà ancienne, et face à cette même église, sur la rive gauche du Grand Morin, se trouvait une autre église qui fut donnée par l'évêque de Meaux Gauthier II de Chambly, en 1096[50], à l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés de Paris ; elle en prit le nom, ainsi que le village : Saint-Germain ou Saint-Germain-sous-Couilly, et Montry et Esbly dépendirent de cette paroisse.

Quelque temps après, l'église paroissiale de Couilly, sur la rive droite du Grand Morin, reçut des reliques du saint martyr Georges (dont le corps serait venu d'Espagne vers le milieu du IXe siècle) et prit le nom d'église Saint-Georges[50].

Histoire de son ancienne abbaye cistercienne[modifier | modifier le code]

Hugues de Châtillon, comte de Saint-Paul, seigneur de Crécy, et sa femme Marie d'Avesnes, fondent en 1226, une abbaye, appelée initialement abbaye du Pont ou du Pont Notre-Dame. L'abbaye du Pont-aux-Dames (Pons Dominarum), paroisse de Couilly (châtellenie de Crécy), diocèse de Meaux, était une abbaye cistercienne de femmes. Elle fut établie dans une Maison-Dieu au hameau du Pont[51] à Couilly, sur le Grand Morin, et transférée, par ses fondateurs[52] en 1239, dans le hameau de Rus, qui prit le nom de Pont-aux-Dames[53] ; quant à l'ancien lieu, il porta le nom de Pré de l'Hôtel-Dieu.

Gaucher de Châtillon, seigneur de Crécy, cède la châtellenie au roi, en janvier 1289. Et par des chartes de juin, 1294 et 1299, l'abbaye obtint la dîme du pain et du vin dépensée par l'Hôtel du roi, Philippe le Bel, la reine Jeanne de Champagne, ou leur fils aîné, lors de leurs séjours royaux à Crécy-en-Brie, Becoisel-en-Brie (château de Becoiseau), Crèvecœur-en-Brie, ou Villeneuve-le-Comte[54]. L'abbaye constituait un lieu d'internement pour de grandes dames tombées en disgrâce, ainsi en 1774, Madame du Barry y fut exilée après la mort de Louis XV, pour près d'un an[55].

L'abbaye devient bien national à la Révolution, où vendue en novembre 1792, elle subit des dégâts. L'armée prend possession des lieux et la saccage. Le , l'endroit est acheté par Pierre Roëser de Crécy-en-Brie[56]. Aujourd'hui, on trouve à son emplacement, la Maison de retraite des artistes de Pont-aux-Dames, achevée en 1905[57]. La communauté des religieuses portait : « d'azur à un pont de trois arches et demies d'argent, sur une rivière du même et sur ce pont une Vierge »[58].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Meaux du département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France. Pour l'élection des députés, elle dépend de la cinquième circonscription de Seine-et-Marne.

La commune faisait partie du canton de Crécy-la-Chapelle[59]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Serris.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre depuis 2013 de la communauté de communes du Pays Créçois.

Celle-ci est dissoute et ses communes réparties, le , entre plusieurs intercommunalités. C'est ainsi que Couilly-Pont-aux-Dames a intégré, à cette date, la communauté d'agglomération Coulommiers Pays de Brie.

Politique locale[modifier | modifier le code]

À la suite de démissions de conseillers municipaux liées à des mésententes avec le maire, Jean-Louis Vaudescal, des élections municipales sont organisées en avril 2017[60]. La liste du maire sortant obtient la majorité absolue dès le premier tour, avec 486 voix, soit près de 62 % des suffrages exprimés, et 16 des 19 sièges de conseillers municipaux. La liste d’Agnès Dupie, son ancienne adjointe à l’urbanisme, et celle de Stéphane Renouard ont respectivement obtenu 21 % des voix (soit deux conseillers municipaux) et 17 % de voix (un conseiller municipal)[61]. Lors des élections municipales de 2020, la liste menée par le maire sortant, Jean-Louis Vaudescal, étant la seule en lice, est élue dès le premier tour malgré un taux d'abstention de 69,81 %[62]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[63]
Période Identité Étiquette Qualité
1792 Non connue Boivin    
1793 Non connue Alexandre Perrier    
1794 (6 brumair an III) Non connue Thomas Alleaume   Ancien directeur de la Poste aux lettres
1797 Non connue Claude Fromentin    
1800 1823 Philippe Boivin    
1823 1833 Nicolas Guay    
1833 1854 Pierre Germain Berthault    
1854 1856 Charles Antoine Benoist    
1856 1891 Cyprien Borgnon    
1891 1892 Flory Judas    
1892 1893 Honoré Fraison   Élu maire après cinq tours
1894 1912 Cyprien Borgnon    
1912 1917 Louis Serouge    
1917 1919 Philéas Gilbert   Cuisinier
1919 1929 Émile Defoix    
1929 1935 Charles Gaillardon    
1935 1937 Jean Héloir    
Décembre 1937 Janvier 1938 M.Berthaux   Délégation spéciale
1938 1942 Jean Héloir    
19 mai 1942 17 octobre 1943 M.Bertrand   Délégation spéciale
17 octobre 1943 30 août 1944 Eugène Léger   Délégation spéciale
30 août 1944 Octobre 1944 Eugène Léger   Président du comité local de la Libération
Octobre 1944 Mai 1945 Jean Héloir    
1945 1958 Eugène Léger    
1958 1959 Jeanne Lalanne    
1959 1961 André Robert    
1961 1965 Jean Duffour    
mars 1965 juin 1995 Robert Vallin UDF  
juin 1995 janvier 2006[64] Philippe Erhard DL puis
UMP
Ingénieur
Démissionnaire
mars 2006[65] En cours
(au 12 juin 2020)
Jean-Louis Vaudescal DVD Ingénieur EDF
Vice-président de la CC du Pays Créçois (2014 → 2019 )
Conseiller communautaire délégué de la CA Coulommiers Pays de Brie (2020 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[66],[67]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La politique environnementale du village a plusieurs buts :

Réussir le projet de Parc naturel Régional des Deux Morin, dans lequel la commune est partie prenante au sein du Syndicat Mixte d'Étude et de Programmation (SMEP) en charge de la rédaction de la charte, c’est élaborer et faire respecter un Plan Local d'Urbanisme qui garantisse le maintien des zones agricoles et boisées, tout en permettant un développement harmonieux et équilibré du village, la présence d'une zone commerciale et l'arrivée régulière de nouveaux habitants démontre le dynamisme, mais dans le respect du cadre de vie rural/urbain et des paysages si appréciés par la population.

C’est réussir la révision de la Zone de Protection du Patrimoine Urbain, Architectural et Paysager (ZPPAUP), définissant des zones de protection des espaces du village tout en y associant des règlements "de bon sens" au niveau urbanisme. C'est l'outil de protection durable et indispensable contre les incitations à l'urbanisation de masse.

L’environnement, c’est aussi traduire dans la vie quotidienne les axes d’amélioration que la société souhaite développer en matière de qualité de vie :

C’est réussir dans la collecte et le traitement des déchets, en respectant et en s'engageant dans la démarche de tri sélectif, c’est savoir mettre en œuvre une politique de l’eau adaptée : l’assainissement , le développement de réseaux collectifs.

C'est contribuer à la mise en place de moyens de déplacements doux (au travers du PLU) mais aussi participer à la mise en place de moyens de transports en commun au travers des projets mis en place par l’ancienne communauté de communes du Pays Créçois et l’actuelle communauté d’agglomération Coulommiers Pays de Brie.

L'environnement, c'est accepter de s'engager dans la démarche d'identification et de protection de la biodiversité sur le village :

Par le respect des Espaces Naturels Sensibles actuels (la frayère du Marais) mais aussi par l'engagement à la création de nouveaux ENS comme sur le massif des terres blanches.

Par la participation à des études de recensement de la biodiversité sur le village, par exemple au travers du projet de PNR.

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

En 2002, la commune a reçu le label « Ville Internet @ »[68], confirmé en 2010[69].

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [70],[71].

Assainissement des eaux usées[modifier | modifier le code]

En 2020, la gestion du service d'assainissement collectif de la commune de Couilly-Pont-aux-Dames est assurée par le SMA de Couilly-Pont-aux-Dames St-Germain/Morin pour la collecte, le transport et la dépollution. Ce service est géré en délégation par une entreprise privée, dont le contrat arrive à échéance le [72],[73],[74].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[75]. Le SMA de Couilly-Pont-aux-Dames St-Germain/Morin assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations. Cette prestation est déléguée à l'entreprise Veolia, dont le contrat arrive à échéance le 31 décembre 2028[72],[76].

Eau potable[modifier | modifier le code]

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par le SMAEP de Thérouanne, Marne et Morin (TMM) qui en a délégué la gestion à la SAUR, dont le contrat expire le [72],[77],[78].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[79]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[80].

En 2018, la commune comptait 2 125 habitants[Note 8], en diminution de 2,3 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,47 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
729824831757721670699682660
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
608642634569552580543559584
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
556627604644685724731660723
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
7208501 0371 2731 6351 8972 0072 1062 181
2018 - - - - - - - -
2 125--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[59] puis Insee à partir de 2006[81].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Le village possède un club de football : le FC COSMO 77, né de la fusion des clubs de Couilly/StGermain et de Montry/Condé en juin 2016, en un seul club unique dont le siège se situe à Couilly Pont aux Dames. Ce regroupement a permis de renforcer et de stabiliser les équipes fanions et jeunes respectives. Cela a permis aussi de faire évoluer le football féminin par l’accueil et la formation des joueuses. Le FC COSMO comprend 400 licenciés répartis dans toutes les catégories d’U6 à Vétérans. L’activité du football se pratique dans les communes associées par un système de rotation chaque week-end pour les rencontres et des entraînements qui se déroulent sur les deux stades de Couilly et de Montry.

Le village possède également un club de tir à l’Arc : La compagnie d'arc de Couilly Pont Aux Dames, qui existe depuis le 20 mai 1773 (d’après les archives connues à ce jour). Elle a pour but de pratiquer et promouvoir le tir a l'Arc. La Compagnie a à sa disposition plusieurs équipements situés Rue du Stade à Couilly-Pont-aux-Dames :

  • La salle permanente permettant le tir en intérieur
  • 1 Jeu Beursault
  • 1 terrain extérieur permettant de s'entraîner de 5m à 70m (Tir Olympique)


Le village possède aussi :

Un club de karaté : le C.K.C. Karaté,

Un club de badminton : avec l'A.S.C.B.L,

Ainsi qu’un club de gymnastique : avec le GYM EPMS d’entretien.

Événements[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 746, représentant 1 983 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 27 180 euros[82].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2017 , le nombre total d’emplois dans la zone était de 490, occupant 1 000 actifs résidants. Le taux d'activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 71,6 % contre un taux de chômage de 5,8 %. Les 22,6 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 11,6 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 5,6 % de retraités ou préretraités et 5,5 % pour les autres inactifs[83].

Secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre d'établissements actifs était de 193 dont 7 dans l’industrie manufacturière, industries extractives et autres, 39 dans la construction, 56 dans le commerce de gros et de détail, transports, hébergement et restauration, 4 dans l’Information et communication, 1 dans les activités financières et d'assurance, 13 dans les activités immobilières, 36 dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques et activités de services administratifs et de soutien, 20 dans l’administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale et 17 étaient relatifs aux autres activités de services[84].

En 2019, 22 entreprises ont été créées sur le territoire de la commune, dont 15 individuelles.

Au , la commune ne disposait pas d’hôtel et de terrain de camping[85].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Couilly-Pont-aux-Dames est dans la petite région agricole dénommée les « Vallées de la Marne et du Morin », couvrant les vallées des deux rivières, en limite de la Brie[Carte 3]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 9] de l'agriculture sur la commune est la culture de céréales et d'oléoprotéagineux (COP)[86].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[87]. Cette tendance se retrouve au niveau de la commune où le nombre d’exploitations est passé de 2 en 1988 à 1 en 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations augmente, passant de 20 ha en 1988 à 51 ha en 2010[86]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Couilly-Pont-aux-Dames, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Couilly-Pont-aux-Dames entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[86],[Note 10]
Nombre d’exploitations (u) 2 1 1
Travail (UTA) 4 3 3
Surface agricole utilisée (ha) 39 58 51
Cultures[88]
Terres labourables (ha) s s s
Céréales (ha) s s s
dont blé tendre (ha) s s s
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) s s s
Tournesol (ha) 0
Colza et navette (ha) 0 s s
Élevage[86]
Cheptel (UGBTA[Note 11]) 3 6 7

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Georges.
La maison, construite sur les plans de l'architecte Binet (exposition universelle de 1900), est de style Art nouveau, et décorée de fresques élégantes du peintre Bordessous de Bellefeuille. La première pierre fut posée par Pierre Waldeck-Rousseau, le [94], et la maison de retraite fut inaugurée le [95]. En 1990, elle est pré-inventoriée à l'inventaire des Monuments historiques[96].

Cette maison ne peut être actuellement visitée, sauf le jour de la Journée du Patrimoine. Les riches collections de souvenirs de théâtre ont été conservées et peuvent être prêtées pour des expositions organisées par des musées.

Couilly-Pont-aux-Dames dans les arts[modifier | modifier le code]

Il est fait référence de la commune de Couilly-Pont-aux-Dames dans le film Mon Idole avec Guillaume Canet et François Berléand.

Couilly-Pont-aux-Dames a servi de lieu de tournage à Adieu Berthe de Bruno Podalydès[97].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Couilly-Pont-aux-Dames.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

coupé au 1) d’argent à Saint-Georges sur son cheval terrassant de sa lance un dragon renversé, le tout d’azur, au 2) d’azur au pont en dos d’âne de trois arches d’argent, celle du milieu plus grande, maçonné de sable.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  5. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  6. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  7. D’après le site de la mairie de l’office de tourisme de Couilly Pont aux Dames.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  9. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  10. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  11. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Couilly-Pont-aux-Dames - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  2. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  3. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Grand Morin (F65-0400) » (consulté le ).
  2. a b c et d Nature en attente de mise à jour.
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras du Grand Morin (F6585801) ».
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras du Grand Morin (F6585301) » (consulté le ).
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras du Grand Morin (F6585401) » (consulté le ).
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras du Grand Morin (F6585701) » (consulté le ).
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru du Mesnil (F6585000) » (consulté le ).
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru du Corbier (F6585500) » (consulté le ).
  9. Site de la mairie, Son Patrimoine - Les moulins et le Grand-Morin
  10. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal Lateral du Grand Morin (F6--3302) » (consulté le ).
  11. 77128 Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 18 février 2019
  12. « SAGE dans le département de Seine-et-Marne », sur le site de la préfecture de Seine-et-Marne (consulté le ).
  13. « SAGE Petit et Grand Morin - Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le ).
  14. site officiel du Syndicat Mixte d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SMAGE) des 2 Morin
  15. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  16. « Orthodromie entre Couilly-Pont-aux-Dames et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le ).
  17. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  18. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  19. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Couilly-Pont-aux-Dames », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « Liste des ZNIEFF de la commune de Couilly-Pont-aux-Dames », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « Liste des espaces protégés sur la commune de Couilly-Pont-aux-Dames », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  24. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Unité urbaine 2020 de Bailly-Romainvilliers », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  26. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  27. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  28. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  29. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  30. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  31. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le ).
  32. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le ).
  33. « Le SCOT Pays créçois », sur www.crecylachapelle.eu (consulté le ).
  34. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  35. Site territoires-fr.fr consulté le 4 septembre 2018 sous le code commune 77128
  36. Statistiques officielles de l'Insee, section « Logement » consulté le 3 octobre 2020
  37. Ligne no 58. Crécy-la-ChapelleSerris, publié sur le site de Transdev (consulté le 28 mai 2019)
  38. Transports, publié sur le site de la Mairie de Couilly-Pont-aux-Dames (consulté le 21 juin 2018)
  39. Réseaux de bus - Marne et Morin, publié sur le site de Transdev (consulté le 28 mai 2019)
  40. Couilly-aux-Dames, son histoire
  41. a et b Société d'Art, d'Histoire, de Généalogie et d'Échange
  42. Pierre-Yves Lambert, La langue Gauloise, édition errance 1994. p. 39.
  43. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989 (ISBN 2-85023-076-6). p. 216.
  44. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, tome I, Librairie Droz S.A., Genève 1990, p. 552.
  45. Voir par exemple Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions errance 2003.
  46. Couilly-Pont-aux-Dames sur le site Topic Topos, Patrimoine des communes de France
  47. Histoire du diocèse de Meaux, par D.Du Plessis, p. 600, repris dans Histoire physique, civile et morale des environs de Paris, tome VI, chapitre IV, p. 6.
  48. Le village-Couilly-Pont-aux-Dames sur le site couilly.free.fr
  49. Journal militaire de Henri IV depuis son depart de la Navarre Par M. Le comte de Valori, 1821 - Enrique IV De Francia - p. 148 à 161
  50. a et b Histoire De l’Église De Meaux Par Michel Toussaint Chrétien Du Plessis, vol. 1, 1731 - p. 123-124
  51. Cîteaux et les femmes Bernadette Barrière, Marie-Élisabeth Montulet-Henneau -  éd. Créaphis, 2001 - p. 171 et 174
  52. Troisième et dernière Encyclopédie théologique Par Jacques-Paul Migne, vol. 16, 1856 - p. 635
  53. Histoire générale de la Champagne et de la Brie depuis les temps les plus reculés jusqu'à la division de la province en départements Par Maurice Poinsignon, vol. 3 - Martin frères, 1886 - p. 598
  54. Bibliothèque de L’école Des Chartes par Société de l'École des chartes - CXXX, 2e livraison, juillet-décembre 1972 - 1973 - p. 237, 590-591
  55. Yannick Resch, 200 femmes de l'histoire : des origines à nos jours, Paris, Eyrolles, coll. « Eyrolles pratique », , br, 230 p., 14,8 × 21 cm (ISBN 978-2-212-54291-2 et 2-212-54291-7, OCLC 495314764, notice BnF no FRBNF42001111, SUDOC 133624129, présentation en ligne, lire en ligne), p. 60.
  56. Sculpture française Musée du Louvre. Département des sculptures, Françoise Baron, Corinne Jankowiak - Réunion des musées nationaux, 1996 - 319 pages - p. 142
  57. [PDF] Pont-aux-Dames
  58. Histoire de madame du Barry, par Charles Vatel - vol. 2, L. Bernard, 1883 - p. 341
  59. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  60. A.A., « Le départ des élus provoque des élections anticipées », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  61. « Couilly-Pont-aux-Dames : Vaudescal sur le point de retrouver son fauteuil de maire », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  62. « Résultat élection municipale 2020 Couilly-Pont-aux-Dames », Résultats Seine-et-Marne, sur https://www.20minutes.fr (consulté le ).
  63. « Les maires de Couilly-Pont-aux-Dames », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  64. « Le maire démissionne pour provoquer des élections », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne) « Pour éviter que la situation ne s'enlise Philippe Erhard (UMP) vient de démissionner de son poste de maire, redevenant simple conseiller municipal. Deux sièges de conseillers municipaux étant vacants, l'édile provoque ainsi de nouvelles élections ».
  65. V.R. Trophäes, « Le nouveau maire appelle au rassemblement », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Il faut maintenant aller au-delà du clivage du 26 mars (NDLR : premier tour des élections municipales à la suite de la démission du maire, Philippe Erhard) et travailler ensemble sur les projets communaux », estime le nouveau magistrat, élu au conseil depuis 1995 ».
  66. « Municipales à Couilly-Pont-aux-Dames : Jean-Louis Vaudescal se représente pour un nouveau mandat : Maire de Couilly-Pont-aux-Dames depuis 2006, Jean-Louis Vaudescal se représente pour les municipales de mars 2020. Il dresse son bilan et ses projets », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Après sa réélection en 2014 à la mairie de Couilly-Pont-aux-Dames, Jean-Louis Vaudescal a dû faire face à des élections complémentaires en 2017 à cause de démissions au sein de son conseil municipal. Des élections qu’il a remportées dès le premier tour ».
  67. « Couilly-Pont-aux-Dames 77860 », Résultats aux municipales 2020, sur https://www.lemond (consulté le ).
  68. Palmarès des Villes Internet sur le site de l'association. Consulté le 01/10/2009.
  69. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site de l'association. Consulté le 19/12/2009.
  70. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le ).
  71. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le ).
  72. a b et c « Commune de Couilly-Pont-aux-Dames - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  73. « CC Brie des Rivières et Châteaux (CCBRC) - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  74. « CC Brie des Rivières et Châteaux (CCBRC) - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  75. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le ).
  76. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  77. « SIPAEP du confluent des Vallées Marne et Morin - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  78. « SIPAEP du confluent des Vallées Marne et Morin - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  79. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  80. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  81. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  82. Statistiques officielles de l'Insee, section « Revenus et pauvreté des ménages », consulté le 4 octobre 2020
  83. Statistiques officielles de l'Insee, section «Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2017», consultée le 17 mars 2021
  84. officielles de l'Insee, section «Démographie des entreprises en 2019», consultée le 17 mars 2021
  85. Statistiques officielles de l'Insee, section «Tourisme en 2021», consultée le 17 mars 2021
  86. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Couilly-Pont-aux-Dames », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le ).
  87. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le ).
  88. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Couilly-Pont-aux-Dames », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le ).
  89. « L'église Saint-Georges », notice no PA00086902, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  90. « Les objets classés de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture.
  91. Notice no PM77000418, base Palissy, ministère français de la Culture.
  92. [PDF](en) A Group of Fourteenth-Century Mosan Sculptures par William H. Forsyth, Curator of Medieval Art, The Metropolitan Museum of Art, p. 1 à 3
  93. Son Patrimoine sur le site couilly.free.fr
  94. La grande histoire des serres & des jardins d'hiver : France 1780-1900 Par Bernard Marrey, Jean-Pierre Monnet - Graphite, 1984 - 191 pages - p. 113
  95. La grande histoire des serres & des jardins d'hiver : France 1780-1900, Bernard Marrey, Jean-Pierre Monnet - Graphite, 1984, 191 pages - (suite de la p. 113).
  96. « Couilly-Pont-aux-Dames et sa maison de retraite des artistes dramatiques », sur Archives départementales de Seine-et-Marne (consulté le ).
  97. Next Libération.
  98. Il habitait rue Saint-Denis à Paris.
  99. Monographie communale de Couilly aux Archives départementales de Seine-et-Marne.
  100. Testament de Jean Soulas, Procureur au parlement de Paris.
  101. « Le chanteur folk Graeme Allwright est mort », sur Le Dauphiné libéré, (consulté le ).