Carnetin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carnetin
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Torcy
Canton Lagny-sur-Marne
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Marne et Gondoire
Maire
Mandat
Pascal Leroy
2014-2020
Code postal 77400
Code commune 77062
Démographie
Gentilé Carnetinois
Population
municipale
453 hab. (2014)
Densité 281 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 54′ 04″ nord, 2° 42′ 20″ est
Altitude Min. 75 m
Max. 130 m
Superficie 1,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Carnetin

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Carnetin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Carnetin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Carnetin
Liens
Site web carnetin.fr

Carnetin est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Carnetinois(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est construit sur un plateau dominant la vallée de la Marne vers le nord-est à 2,5 km au nord-ouest de Thorigny-sur-Marne.

Communes limitrophes de Carnetin
Villevaudé Annet-sur-Marne
Carnetin
Pomponne Thorigny-sur-Marne

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2014, le nombre total de logements dans la commune était de 211 (dont 80,1% de maisons et 19,4% d‘appartements).

Parmi ces logements, 89,1% étaient des résidences principales, 0,5% des résidences secondaires et 10,4% des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 78,7% contre 20,2% de locataires[2].

La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) était de 0,5%[Note 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Fornes anciennes : Apud Carnotinum (1176) ; Quernetein (1239) ; Guernetein (1251) ; Quernetein (1251) ; Quarnetein (1251) ; Quernetein (1252) ; Carnatain (1341) ; Quarnetain (1375) ; Carnetan, Carnetain (1549) ; Carnetain (1687)[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1789, Carnetin faisait partie de l'élection de Meaux et de la généralité de Paris et suivait la coutume de Paris[réf. nécessaire].

Au début du XXe siècle, Carnetin a été un lieu de villégiature littéraire ; les écrivains Charles-Louis Philippe, Marguerite Audoux, Léon-Paul Fargue, Francis Jourdain, Léon Werth et quelques autres s'y retrouvaient chaque dimanche dans une maison louée en commun, pour échapper à la vie parisienne tout en travaillant à leur œuvre ; ils constituèrent, de 1904 à 1907, le « groupe de Carnetin ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
(Source: MairesGenWeb[4])
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2003 Fabrice Mouly    
2003 en cours Pascal Leroy [5] (DVD) artisan

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 453 habitants, en diminution de -1,74 % par rapport à 2009 (Seine-et-Marne : 4,68 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
224 233 242 208 232 225 231 217 220
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
177 187 180 182 183 168 185 185 193
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
198 169 167 188 179 220 192 213 231
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009 2014 -
215 207 311 376 411 436 461 453 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose pas d’école primaire publique (maternelle ou élémentaire)[10].

Associations[modifier | modifier le code]

La classe des grands qui est animée par des personnes âgées. Cette association organise des parties de jeux de cartes et des barbecues.

Économie[modifier | modifier le code]

Exploitations agricoles, artisanat, professions libérales.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le nombre de ménages fiscaux en 2014 était de 186 représentant 466 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 26 758 €[2].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Antoine.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L’église Saint-Antoine XVIIe siècle.

Son patrimoine comprend :

    • une statue en terre cuite représentant saint Antoine ermite ;
    • une statue en terre cuite représentant saint Vincent ;
    • une toile de Stéphane Jouy datée de 1876 représentant saint Antoine, cette toile faisant partie d'un retable de style Renaissance aujourd'hui disparu.
  • La place de la Croix offre une vue panoramique sur la vallée de la Marne, depuis le rebord du plateau jusqu'à Meaux.
  • L'ancien colombier d'une ferme seigneuriale aujourd'hui disparue, XVIe siècle.
  • La « villa Righi », demeure construite en 1910 par l’artiste peintre Victor Grasognon dit « Latinville » (1852-1928), surmontée d'une tourelle qui servit de point d’observation à l’état-major de l’armée durant la bataille de la Marne en septembre 1914.
  • Le sentier de grande randonnée 14A (GR14A) traverse la commune le long de l'aqueduc de la Dhuis.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]