Aulnoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les villes s'étant appelé Aulnoy par le passé, voir Aulnoy-sur-Aube et Aulnoy-lez-Valenciennes.
Aulnoy
Image illustrative de l'article Aulnoy
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Canton Coulommiers
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Coulommiers
Maire
Mandat
Éric Gobard
2014-2020
Code postal 77120
Code commune 77013
Démographie
Gentilé Alnésiens
Population
municipale
370 hab. (2014)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 50′ 30″ nord, 3° 05′ 46″ est
Altitude Min. 84 m – Max. 149 m
Superficie 14,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Aulnoy

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Aulnoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aulnoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aulnoy
Liens
Site web aulnoy.fr

Aulnoy (prononcé [ɔl.ˈnwa] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Alnésiens.

Au dernier recensement de 2014, la commune comptait 370 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Aulnoy est situé à 3 km au nord de Coulommiers.

Communes limitrophes d’Aulnoy
Jouarre
9,8 km
Saint-Germain-sous-Doue
3,74 km
Giremoutiers
4,79 km
Aulnoy
Mouroux
4,76 km
Coulommiers
2,89 km
Boissy-le-Châtel
3,87 km

Géologie, relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

  • Ru du Rognon.

Toponymie, étymologie[modifier | modifier le code]

  • Alnetum prope Columbarium – Aulnoy-lez-Coulommiers – Aulnoy-en-Brie – Haulnois.
  • De l’aulne, l’arbre, utilisé autrefois pour la fabrication des tonneaux avant l’apparition du châtaignier dans nos régions[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'époque romaine, Aulnoy (Alnetum) était une station militaire (mansion). Deux anciennes routes empierrées traversaient son territoire. L'une s'appelait « Rue Julienne » dans certains titres du XVe siècle et reliait Chailly-en-Brie à Meaux. Elle est également connue sous le nom de voie principale de Sens à Soissons[2]. Cette voie passait par Amillis, Pontmoulin, franchissait le Grand Morin, remontait vers le plateau du Theil, laissant à sa gauche les habitations gallo-romaines du Montcel de Coulommiers puis vers le hameau de Villers par un chemin appelé Paré puis par le Fourchaud pour se diriger vers Jouarre[2].

L'autre s'appelait « Grand chemin de Paris », venant de Rebais et coupant la Rue Julienne au hameau de Villers. Cette voie remonte à Julien l'Apostolat, seul empereur romain de ce nom. Elle est aussi connue sous le nom de Voie secondaire de Coulommes à Doue. Plusieurs vestiges préhistoriques (silex taillés ou polis) et vestiges romains (tuiles) ont été retrouvés sur le territoire de la commune[2].

Au temps ou Thierry III, roi de Neustrie, en 678, fit dont à l'abbaye de Saint-Denis de Coulommiers de la mense d'Aulnoy, le pays comptait sept ou huit étangs disparus depuis le XIVe siècle (beaucoup de hameaux de la commune disposent ainsi de nombreux puits). Les trois derniers étangs ont été mis en culture en 1820, 1835, et 1848[2]. La commune dispose de nombreuses sources qui ont été acquises en 1879 par la commune de Coulommiers pour alimenter la ville qui recevait ainsi plus de 57 000 litres par heure en 1909[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 2008 Gilbert Gobard    
2008 en cours Éric Gobard    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 370 habitants, en diminution de -4,64 % par rapport à 2009 (Seine-et-Marne : 4,68 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
244 260 337 329 303 375 373 364 354
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
360 363 362 358 379 370 362 352 365
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
378 362 359 359 326 337 287 336 318
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
252 251 240 287 296 332 370 386 370
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Médias[modifier | modifier le code]

En 2008, la ville de Coulommiers et les communes environnantes (Mouroux, Boissy-le-Châtel, Aulnoy, Chailly-en-Brie, Faremoutiers, Pommeuse, Giremoutiers, Saint-Germain-sous-Doue entre autres) ont été choisies pour être les premières à passer au tout numérique pour la diffusion de la télévision hertzienne. Depuis le , l'émetteur de Mouroux, site des Parrichets, diffuse la TNT. L'extinction du signal analogique a eu lieu le [7].

Événements[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Exploitations agricoles.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-de-l’Assomption.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame-de-l’Assomption.
  • Le château de la Houssière.
  • Le château du Ru.
  • Le lavoir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]