Dormelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dormelles (homonymie).

Dormelles
Dormelles
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Arrondissement de Fontainebleau
Canton Nemours
Intercommunalité Communauté de communes Moret Seine et Loing
Maire
Mandat
Francis Largillière
2014-2020
Code postal 77130
Code commune 77161
Démographie
Gentilé Dormellois
Population
municipale
807 hab. (2016 en diminution de 6,38 % par rapport à 2011)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 18′ 58″ nord, 2° 54′ 05″ est
Altitude Min. 62 m
Max. 136 m
Superficie 13,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Dormelles

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Dormelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dormelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dormelles
Liens
Site web dormelles.fr

Dormelles est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Dormellois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à environ 18,1 kilomètres au nord-est de Nemours[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Dormelles
Villecerf Ville-Saint-Jacques Noisy-Rudignon
Dormelles Flagy
Villemer Villemaréchal

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de la commune se compose de sept cours d'eau référencés :

  • la rivière Orvanne, longue de 38,84 km[2], affluent du Loing, ainsi que :
    • un bras de 0,43 km[3] ;
    • le ru de la Fontaine, 1,06 km[4], et ;
    • le ru des Bouillons, 3,65 km[5], affluents de l’Orvanne, qui prend sa source à la limite nord-ouest de Dormelles ;
    • le canal 01 de la Vallée de Dormelles, 0,18 km[6], et ;
    • Fausse Rivière, canal de 2,22 km[7], et ;
    • le canal 01 de Champmerle, 0,90 km[8], qui confluent avec l’Orvanne.

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 8,56 km[9].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 113 lieux-dits administratifs répertoriés[10] dont Challeau (ancien fort), le Pimard, la Vallée de Dormelles, les Bois de Dormelles.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

En 2018[11], le territoire de la commune se répartit[Note 1] en 69,5 % de terres arables, 24,6 % de forêts, 3,1 % de zones agricoles hétérogènes[Note 2] et 2,8 % de zones urbanisées[9].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 410 dont 97,1 % de maisons et 2,4 % d’appartements.

Parmi ces logements, 77,9 % étaient des résidences principales, 16,9 % des résidences secondaires et 5,2 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 84,7 % contre 13,1 % de locataires et 2,2 % logés gratuitement [12].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Dormello vico au VIIe siècle (Frédégaire)[13] ; Ecclesia de Dormilla en 1140[14] ; Dormellae en 1164[15] ; Dormella vers 1172[16] ; Ecclesia Sancti Martini de Dormella en 1173[17] ; Dormele en 1250[18] ; Dourmeles en 1276[19] ; Dormeles juxta Moretum en 1285[20] ; Villa de Dormelles en 1389[21] ; Ormelles en Gatinois en 1398[22] ; Dormelles leez Flaagy 1417[21] ; La grant paroisse d'Ormelle en 1569[23] ; Doromel en 1630 (Dom Morin)[13] ; La paroisse d'Ormeilles en 1721[24].

Toponyme issu du gaulois dormello, du celte dormella, « forteresse sur la colline ».

Histoire[modifier | modifier le code]

La bataille de Dormelles (599)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Dormelles.

En 599 ou 600, Dormelles est le lieu d'une bataille entre Clotaire II, roi de Neustrie, fils de la reine Frédégonde (morte en 597), et les petits-fils de la reine Brunehilde (Brunehaut), Thierry II, roi de Burgondie et Thibert II, roi d'Austrasie.

La bataille semble avoir eu une grande ampleur puisque commençant sur les hauteurs de Sens, elle se poursuit à Flagy, Diant et jusqu'aux portes de Moret[réf. nécessaire][25]. Le chiffre de 30 000 morts est mentionné, ce qui ferait de cette bataille l'une des plus meurtrières de l'époque mérovingienne. L'Orvanne qui coule à Dormelles aurait été tant obstruée de cadavres qu'elle en aurait dévié de son cours.

Clotaire II, vaincu, survit néanmoins à la bataille en s'enfermant dans Melun, mais Thierry II ravage et occupe la Neustrie (sauf Rouen, Amiens et Beauvais) jusqu'à la paix de Compiègne en 604[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 2008 Michel Verriele    
2008 En cours Francis Largillière    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[27].

En 2016, la commune comptait 807 habitants[Note 3], en diminution de 6,38 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
648502610642754790815818816
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
780754730728671635623604573
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
531503463410407387385360401
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
414347408542663791846852859
2013 2016 - - - - - - -
821807-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Un festival en plein air nommé "Les Féeries du Bocage" se tient au début du mois de juin. Le festival permet de faire découvrir le monde du fantastique et du médiéval à travers différentes animations, conférences, tables rondes et stands de professionnels (livres fantastiques, contes, artisans de cuir ou forgerons, etc.).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Pierre Plantée : menhir classé par liste de 1900[30].
  • L'église Saint-Martin avec un clocher fortifié, et en face une superbe ferme d'époque. L'église a été inscrite monument historique par arrêté du 17 juin 1926 et le clocher a été classé par arrêté du 10 avril 1931[31].
  • Fort de Challeau, forteresse du XIIIe siècle modifiée au XVIe siècle. Il a été inscrit monument historique par arrêté du 17 juin 1975[32].
  • La ferme Saint-Gervais a été inscrite par arrêté du 14 septembre 1949[33].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean de Saint-Père, père d'Agathe de Saint-Père, est né en 1631 dans la commune. Il est décédé le 25 octobre 1657 à Ville-Marie, Nouvelle-France, mais les circonstances entourant sa mort semblent floues.[1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Jean Dumonthier, Dormelles: chronique millénaire d'un village gâtinais, J. Dumonthier, (ISBN 9782951441408)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Statistiques de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  2. Elles comprennent les cultures annuelles associées aux cultures permanentes, les systèmes culturaux et parcellaires complexes, les surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants et les territoires agro-forestiers.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Localisation de Dormelles » sur Géoportail (consulté le 19 octobre 2019).
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - L’Orvanne (F4398000) »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras de l'Orvanne (F4396501) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de la Fontaine (F4398800) »
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru des Bouillons (F4398401) »
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 01 de la Vallée de Dormelles (F4397102) »
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fausse Rivière (F4396401) »
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 01 de Champmerle (F4397002) »
  9. a et b Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 19 octobre 2019
  10. Site territoires-fr.fr consulté le 19 octobre 2019 sous le code commune 77161.
  11. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  12. Statistiques officielles de l‘INSEE.
  13. a et b Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 182.
  14. Archives nationales, L 876, n° 71.
  15. Annales du Gâtinais, 1905, p. 92.
  16. Longnon, I, p. 50.
  17. Dom Marrier, p. 307.
  18. Rôles des fiefs, 127.
  19. Archives nationales, S 5171b.
  20. Histor. France, XXII, 655.
  21. a et b Archives de l'Yonne, G 1280.
  22. Bibl. nat., Pièces orig. 2076, Nemours 3.
  23. Archives nationales, X2b 55.
  24. Archives de l'Yonne, G 1539.
  25. Référence : sans doute la Chronique de Frédégaire, à vérifier.
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  30. Notice no PA00086935, base Mérimée, ministère français de la Culture
  31. Notice no PA00086932, base Mérimée, ministère français de la Culture
  32. Notice no PA00086934, base Mérimée, ministère français de la Culture
  33. Notice no PA00086933, base Mérimée, ministère français de la Culture