Lizy-sur-Ourcq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lizy-sur-Ourcq
Lizy-sur-Ourcq
La mairie.
Blason de Lizy-sur-Ourcq
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de l'Ourcq
Maire
Mandat
Maxence Gille
2020-2026
Code postal 77440
Code commune 77257
Démographie
Gentilé Lizéens
Population
municipale
3 535 hab. (2018 en diminution de 2,13 % par rapport à 2013)
Densité 317 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 33″ nord, 3° 01′ 22″ est
Altitude Min. 45 m
Max. 136 m
Superficie 11,16 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Lizy-sur-Ourcq
(ville-centre)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de La Ferté-sous-Jouarre
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Lizy-sur-Ourcq
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Lizy-sur-Ourcq
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lizy-sur-Ourcq
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lizy-sur-Ourcq
Liens
Site web lizy-sur-ourcq.com

Lizy-sur-Ourcq est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Lizy-sur-Ourcq est située à 16 km au nord-est de Meaux et à 60 km au nord-est de Paris.

communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier de Lizy-sur-Ourcq.
Canal de l'Ourcq a Lizy venant de l'est.

Le réseau hydrographique de la commune se compose de huit cours d'eau référencés ::

  • la rivière l'Ourcq, longue de 86,5 km[1], ainsi que :
    • un bras de 0,4 km[2] ;
    • un bras de 0,6 km[3] ;
    • le fossé 01 du Tambourin, 1,15 km[4], et ;
    • le cours d'eau 01 des Prés de Lury, 1,2 km[5], et ;
    • le ru de Méranne, long de 6,2 km[6], affluents de l'Ourcq ;
    • le canal 01 de la Prairie de Bray, 1 km[7], qui conflue dans l'Ourcq ;
  • le canal de l'Ourcq, long de 96,6 km[8].

La longueur totale des cours d'eau sur la commune est de 15,63 km[9].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 11 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,6 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 4,8 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,3 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 746 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 1,1 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : 0,8 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[10].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[11]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[10]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[12]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Creil, qui se trouve à 47 km à vol d'oiseau[13], où la température moyenne annuelle évolue de 10,2 °C pour la période 1971-2000[14], à 10,9 °C pour 1981-2010[15], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[16].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal de Lizy-sur-Ourcq comprend une ZNIEFF de type 1[Note 2],[17],[Carte 1], le « Grand Marais et Marais associés » (132,91 ha), couvrant 3 communes du département[18], et une ZNIEFF de type 2[Note 3],[17], la « vallée de l'Ourcq » (1 434,36 ha), couvrant 4 communes du département[19].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lizy-sur-Ourcq est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[20],[21],[22]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lizy-sur-Ourcq, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[23] et 4 725 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[24],[25].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire regroupe 1 929 communes[26],[27].

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 45 lieux-dits administratifs répertoriés[28] dont les plus importants sont Le Menton, Belle-Vue, Échampeu.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (67,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (68 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (67,8% ), forêts (17,4% ), zones urbanisées (10,4% ), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (4,3 %)[29].

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[30],[31],[Carte 2]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 3].

Planification[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document d’orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle et à un horizon de 20 ans et s'imposant aux documents d'urbanisme locaux, les PLU (Plan local d'urbanisme). La commune est dans le territoire du SCOT Marne Ourcq, approuvé le et porté par le syndicat mixte Marne-Ourcq regroupant 41 communes du Pays de l'Ourcq et du Pays Fertois[32].

La commune disposait en 2019 d'un plan local d'urbanisme en révision[33]. Le zonage réglementaire et le règlement associé peuvent être consultés sur le Géoportail de l'urbanisme[Carte 4].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 1 622 dont 40,1 % de maisons et 59,2 % d’appartements.

Parmi ces logements, 90,6 % étaient des résidences principales, 1,2 % des résidences secondaires et 8,2 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 35,9 % contre 61,1 % de locataires[34], dont 34,9 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 6] et 3 % logés gratuitement.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Lisiacum en 1160[36] ; Lisi en 1171[37] ; Lysi en 1229[38] ; Lisyacum en 1235[39] ; Lissi en 1275[40] ; Lusiacum en 1276[41] ; Lisy en Mucien vers 1340[42] ; Lisyacum en 1370[43] ; Lisy sur Ourc en 1395[44] ; Lizy sur Ourc en 1488[45] ; Lysy en 1499[46] ; Lizy sur Our en 1561[47].

Ce toponyme est issu de lise, du gaulois ligisja, de liga, « limon », désignant un dépôt limoneux après une inondation.

Histoire[modifier | modifier le code]

La communauté est mentionnée depuis le XIIe siècle (cf. un acte de 1160) sous le nom de Lisiacum, et le bourg fut longtemps un centre agricole, industriel et commercial de quelque importance (moulins à blé, à draps, à huile - marchés - commerce - caves - halles)[48],[49].

Au début du XIVe siècle, Raoul de Presles (vers 1270-1329/1331), légiste des derniers Capétiens directs, est seigneur de Lizy, puis sa veuve Jeanne de Chastel, † 1347, le cède à Pierre de Machault. On trouve ensuite parmi les sires de Lizy Guillaume de Dormans[50], évêque de Meaux puis archevêque de Sens, † vers 1405/1415 ; sa nièce Marie de Paillart, fille de Jeanne de Dormans et de Philibert de Paillart, dame de Thorigny, épouse Amaury d'Orgemont de Chantilly[51] ; puis leur petite-fille Marguerite d'Orgemont (1415-vers 1481/1488), fille de Pierre II, dame de Chantilly, marie 1° Guillaume de/du Bro(u)llat et 2° Jean II de Montmorency : son descendant Charles/Louis du Br(o)ullat, seigneur de Lizy, de Thorigny et de Montjay, † le , élève le château de Lizy sur une île de l'Ourcq[52] et épouse Antoinette, fille de Charles Ier d'Angennes ; leur fille Madeleine du Broullat, dame de Lizy, Thorigny et Montjay, marie en 1572 son cousin germain François d'Angennes de Montlouet, † 1593, frère puîné du cardinal Charles d'Angennes[53] ; leur fils Jacques d'Angennes marquis de Montlouet (1606-1658) puis ses propres filles Madeleine d'Angennes (1644-1709 ; x 1664 Jacques Le Maçon de La Fontaine, contrôleur général des Gabelles ; mais la famille doit ensuite s'exiler en Hollande à cause de sa religion protestante persécutée) et Antoinette d'Angennes (x 1675 Jean-Rodolphe Monnier, colonel au service de Berne et de la France au régiment de Greder) sont également seigneurs de Lizy (Montjay et Thorigny étant cédés à Bernard Potier de Gesvres de Blérancourt par Jacques d'Angennes en 1610/1623).

La seigneurie passe alors aux Le Hardy de La Trousse, et dans la 2e moitié du XVIIIe siècle on trouve Lizy et La TrousseOcquerre) aux mains de Marie-Henriette-Augustine-Renée dal Pozzo (1748-† le à Lizy-sur-Ourcq ; petite-fille d'Amédée-Alphonse dal Pozzo prince de Cisterna, et de Marie-Henriette Le Hardy ; un arrière-arrière-petit-fils d'Amédée et Marie-Henriette fut Carlo-Emanuele) et de son mari Louis-Auguste Jouvenel des Ursins, comte de Harville (1749-† le à Lizy).

Le château fut un haut lieu du protestantisme, puis du culte de la déesse Raison en 1789[réf. nécessaire].

Grâce à la situation sur l'axe Paris-Reims d'une part, et à la navigation sur l'Ourcq d'autre part (avec toute une vie batelière : 80 mariniers et marinières au XVIIe siècle ; la première canalisation de la rivière d'Ourcq commence après 1560 et se poursuit au XVIIIe siècle avec le canal des Ducs par Louis de Règemortes pour les ducs d'Orléans - attributaires de la navigation et des péages sur l'Ourcq, et aussi ducs de Valois - jusqu'à la construction vers 1756 d'une grande écluse dans le parc du château de Lizy sur une dérivation artificielle de la rivière), Lizy était l'entrepôt des campagnes voisines.

Cette prospérité fut atteinte à la fin du XVIIe par la révocation de l'Édit de Nantes (1685). Petit bastion protestant (le dernier synode se tint dans le château), Lizy se vida de nombreux habitants : drapiers, artisans, commerçants qui, ayant embrassé la religion réformée, durent s'exiler outre-Rhin ou en Angleterre[49],[54]. Lizy retrouva de la vigueur au XIXe siècle avec de nouveaux axes de circulation : le canal de l’Ourcq (1822) puis la voie ferrée (1893).

Lors de la campagne de France (1814), le 1er mars, Lizy fut l'enjeu de combats[55].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Meaux du département de Seine-et-Marne. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la sixième circonscription de Seine-et-Marne.

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Lizy-sur-Ourcq[56]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle intègre le canton de La Ferté-sous-Jouarre.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du Pays de l'Ourcq créée fin 1999 et qui succédait au district rural du Pays de l'Ourcq créé le .

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1831 1872 Frédéric Benoist Républicain Propriétaire à Ocquerre, notaire
Conseiller général de 1833 à 1873
1872 mai 1888 Félix Théodore Courtier   Agriculteur
mai 1888 septembre 1891 Charles Isidore Guérin   Démissionnaire[57]
octobre 1891 mai 1908 Etienne Gaston Garnier    
mai 1908 décembre 1919 Paul-Alfred Lanéry[58] Rad. Conseiller général de Lizy-sur-Ourcq (1901 → 1931)
Président de la commission départementale du conseil départemental de Seine-et-Marne [Quand ?]
Chevalier de la Légion d'honneur
décembre 1919 juin 1926 Jules Courtier   Meunier
Président du Syndicat de la meunerie de la région de Paris
Membre de la Chambre de Commerce de Meaux[59]
juin 1926 mai 1929 Pierre Galand    
1929 1947 Gaston Carré SFIO Instituteur
Conseiller général de Lizy-sur-Ourcq (1937 → 1940 et 1945 →1949)
1947 1960 Jacques Courtier   Meunier
1960 1966 Jean Laire    
1966 1977 Michel Chavatte    
1977 juin 1995 Jean-Marie Finot    
juin 1995 mars 2008 Étienne Wehrel DVD puis UMP Pharmacien
Conseiller général de Lizy-sur-Ourcq (1998 →2004)
mars 2008 2014[60] Guy Micheaux DVD Principal adjoint de collège
2014 avril 2018[61],[62] Nicolle Conan[63] LR Retraitée de l'Éducation Nationale
Mandat écourté par la démission de plus d'un tiers des conseillers municipaux
avril 2018[64],[65] En cours
(au 20 avril 2018)
Maxence Gille SE Attaché parlementaire, Président du CA Lizy Tennis, Écrivain public

Labels[modifier | modifier le code]

La qualité du fleurissement de la commune a été reconnue par l'obtention d'une seconde fleur au concours des villes et villages fleuris[66] en 2016.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au [67],[68].

Assainissement des eaux usées[modifier | modifier le code]

En 2020, la gestion du service d'assainissement collectif de la commune de Lizy-sur-Ourcq est assurée par la communauté de communes du Pays de l'Ourcq (CCPO) pour la collecte, le transport et la dépollution. Ce service est géré en délégation par une entreprise privée, dont le contrat arrive à échéance le [69],[70],[71].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[72]. La communauté de communes du Pays de l'Ourcq (CCPO) assure pour le compte de la commune le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[69],[73].

Eau potable[modifier | modifier le code]

En 2020, l'alimentation en eau potable est assurée par la communauté de communes du Pays de l'Ourcq (CCPO) qui en a délégué la gestion à une entreprise privée, dont le contrat expire le [69],[74].

Les nappes de Beauce et du Champigny sont classées en zone de répartition des eaux (ZRE), signifiant un déséquilibre entre les besoins en eau et la ressource disponible. Le changement climatique est susceptible d’aggraver ce déséquilibre. Ainsi afin de renforcer la garantie d’une distribution d’une eau de qualité en permanence sur le territoire du département, le troisième Plan départemental de l’eau signé, le , contient un plan d’actions afin d’assurer avec priorisation la sécurisation de l’alimentation en eau potable des Seine-et-Marnais. A cette fin a été préparé et publié en décembre 2020 un schéma départemental d’alimentation en eau potable de secours dans lequel huit secteurs prioritaires sont définis. La commune fait partie du secteur CCPO[75].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[76]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[77].

En 2018, la commune comptait 3 535 habitants[Note 7], en diminution de 2,13 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,47 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1981 2001 1721 0941 1971 1871 5661 4031 427
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2661 3331 3921 4861 6661 6121 5271 7491 831
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8391 8761 7371 5631 6381 6001 5591 3891 644
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 7822 3862 6952 8913 0473 3773 4413 4493 457
2013 2018 - - - - - - -
3 6123 535-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[56] puis Insee à partir de 2006[78].)
Histogramme de l'évolution démographique

Santé[modifier | modifier le code]

La commune, frappée par la désertification médicale, a fait venir une médecin roumaine en 2017 pour assurer le suivi médical de la population[79].

Services publics[modifier | modifier le code]

La trésorerie de Lizy a fermé fin 2016. L'encaissement des impôts et la gestion des dépenses et recettes de la commune et de ses voisines est désormais assurée à Meaux[80].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Foire : le 1er dimanche d'octobre.
  • Fête patronale : le 1er dimanche suivant le .

Sports[modifier | modifier le code]

Les sports incluent football, basket-ball, judo, tennis, futsal et pétanque[réf. nécessaire].

Économie[modifier | modifier le code]

  • Z.I. des Carreaux et Z.I. de la route d’Ocquerre.
  • Marché local le vendredi.

Secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Lizy-sur-Ourcq est dans la petite région agricole dénommée les « Vallées de la Marne et du Morin », couvrant les vallées des deux rivières, en limite de la Brie[Carte 5]. En 2010, l'orientation technico-économique[Note 8] de l'agriculture sur la commune est diverses cultures (hors céréales et oléoprotéagineux, fleurs et fruits)[81].

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d'environ 30 % du nombre d'agriculteurs dans les années 2010[82]. Cette tendance n'est pas confirmée au niveau de la commune qui voit le nombre d'exploitations rester constant entre 1988 et 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations diminue, passant de 252 ha en 1988 à 247 ha en 2010[81]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Lizy-sur-Ourcq, observées sur une période de 22 ans :

Évolution de l’agriculture à Lizy-sur-Ourcq entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Dimension économique[81],[Note 9]
Nombre d’exploitations (u) 3 4 3
Travail (UTA) 13 9 7
Surface agricole utilisée (ha) 756 735 741
Cultures[83]
Terres labourables (ha) 742 733 741
Céréales (ha) 323 399 416
dont blé tendre (ha) 290 399 359
dont maïs-grain et maïs-semence (ha) s
Tournesol (ha) 0
Colza et navette (ha) 79 s 95
Élevage[81]
Cheptel (UGBTA[Note 10]) 5 0 0

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Cimetière de Lizy-sur-Ourcq, grande nécropole rom, avec la tombe de la famille Bouglione.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Médard, XVIe siècle-XVIIe siècle, consacrée le , inscrite au titre des monuments historiques[84].
  • Cimetière regroupant de nombreuses tombes des gens du cirque, dont celle de la Famille Bouglione.
  • Le Vieux Château (XVIe siècle), propriété privée aujourd'hui délabrée. Il abrita en 1683 le dernier synode protestant, avant la révocation de l'Édit de Nantes qui força ses habitants à s'exiler. Dans une période plus récente (XIXe siècle-XXe siècle), il servit un temps de mairie, puis d'école.
  • Mini-blockhaus de la ligne Chauvineau, édifié par l'armée française à partir de 1939, trop tard pour défendre la capitale lors de la Seconde Guerre mondiale[85]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lizy-sur-Ourcq Blason
D'azur à la fasce ondée d'argent, surmontée d'une fleur de lis à dextre et d'une roue de moulin à senestre et soutenue de deux épis de blé les tiges passées en sautoir, le tout d'or.
Détails

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  8. L'orientation technico-économique d'une exploitation est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  9. L'indicateur s signifie que la donnée n'est pas diffusée par respect du secret statistique.
  10. L'Unité gros bétail alimentation totale (UGBTA) est une unité employée pour pouvoir comparer ou agréger des effectifs animaux d’espèces ou de catégories différentes (par exemple, une vache laitière = 1,45 UGBTA, une vache nourrice = 0,9 UGBTA, une truie-mère = 0,45 UGBTA).
  • Cartes
  1. « Zones ZNIEFF de Lizy-sur-Ourcq » sur Géoportail (consulté le 15 janvier 2021)..
  2. « Lizy-sur-Ourcq - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  3. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  4. « Géoportail de l’urbanisme », sur https://www.geoportail-urbanisme.gouv.fr/ (consulté le 23 janvier 2021).
  5. [PDF]« Carte des petites régions agricoles en Seine-et-Marne », sur driaaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr (consulté le 26 janvier 2021).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Ourcq (F63-0400) ».
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras de l'Ourcq (F6385001) ».
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras de l'Ourcq (F6385501) ».
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 du Tambourin (F6388000) ».
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Cours d'Eau 01 des Prés de Lury (F6386600) ».
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Méranne (F6387000) ».
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 01 de la Prairie de Bray (F6386202) ».
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal de l'Ourcq (F---2602) ».
  9. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 17 octobre 2018
  10. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 17 janvier 2021).
  11. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 octobre 2020).
  12. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  13. « Orthodromie entre Lizy-sur-Ourcq et Creil », sur fr.distance.to (consulté le 17 janvier 2021).
  14. « Station météorologique de Creil - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  15. « Station météorologique de Creil - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  16. « Station météorologique de Creil - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  17. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Lizy-sur-Ourcq », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  18. « ZNIEFF le « Grand Marais et Marais associés » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  19. « ZNIEFF la « vallée de l'Ourcq » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  20. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  21. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  22. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  23. « Unité urbaine 2020 de Lizy-sur-Ourcq », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 4 avril 2021).
  24. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  25. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  26. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le 4 avril 2021).
  27. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  28. Site territoires-fr.fr consulté le 18 octobre 2018 sous le code commune 77257
  29. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  30. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  31. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le 20 janvier 2021).
  32. « Le SCOT Marne Ourcq », sur www.paysdelourcq.fr (consulté le 23 janvier 2021).
  33. « Etat d'avancement des documents d'urbanisme locaux au 01/11/2019 », sur /www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le 23 janvier 2021).
  34. Statistiques officielles de l'Insee.
  35. Lignes Transdev à Lizy-sur-Ourcq
  36. Du Plessis, II, p. 48.
  37. Du Plessis, II, p. 60.
  38. Archives nationales, S 1559, n° 17.
  39. Archives nationales, S 1559, n° 8.
  40. Longnon, I, 339.
  41. Archives nationales, S 1626, fol. 34.
  42. Archives nationales,, S 2291.
  43. Archives nationales, S 320.
  44. Archives nationales, S 1559, n° 10.
  45. Archives nationales, Q1 1414.
  46. Archives nationales, S 1559, n° 6.
  47. Archives nationales, S 6363.
  48. « Commune de Lizy Sur Ourcq », sur Atome77 (consulté le 8 février 2012).
  49. a et b « Lizy-sur-Ourcq (> A propos de Lizy-sur-Ourcq > Histoire) », sur Lizy sur Ourcq, site officiel (consulté le 8 février 2012).
  50. « Famille de Dormans, p. 3 », sur Racines & Histoire.
  51. « Famille d'Orgemont, p. 2 et 3 », sur Racines & Histoire.
  52. « Patrimoine de Lizy : château et église St-Médard », sur Commune de Lizy-sur-Ourcq > A propos de Lizy > Patrimoine.
  53. « Famille d'Angennes, p. 3, 5 et 12 », sur Racines & Histoire.
  54. « Jumelage », sur Lizy sur Ourcq, site officiel (consulté le 8 février 2012).
  55. Campagne de France 1814 - La Bataille de l'Ourcq
  56. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  57. « État-Civil de Lizy-sur-Ourcq, Document 6E274/9 (1891-1896), pages 46 à 49 », sur archives.seine-et-marne.fr (consulté en juillet 2016).
  58. « Lanery (Paul, Alfred) », base Léonore, ministère français de la Culture.
  59. http://www.culture.gouv.fr/LH/LH047/PG/FRDAFAN83_OL0615043v010.htm
  60. « Elections municipales 2014 : Lizy-sur-Ourcq - Nicolle Conan et Philippe Coulon dos à dos : Dans la course aux municipales, Lizy aura le choix entre deux candidats : Nicolle Conan et Philippe Coulon », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 21 avril 2018) « Guy Michaux, l’actuel maire, ne se représente pas aux municipales. Il a désigné Nicolle Conan pour prendre sa suite, si elle est élue. Philippe Coulon, également bien connu des Lizéens, brigue aussi le poste. Chacun des candidats a des projets pour la ville ».
  61. « Deux conseillers sans délégations à la mairie de Lizy-sur-Ourcq : Après le retrait de la délégation du premier adjoint Jean-Christophe Piéquet, un ricochet administratif a aussi mis sur la touche deux autres conseillers municipaux », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 21 avril 2018).
  62. Pascal Pioppi, « Six conseillers municipaux de Lizy-sur-Ourcq démissionnent. Les habitants vont revoter : Six conseillers municipaux viennent d'adresser leur démission à Lizy-sur-Ourcq. Le conseil, réduit à 18, ne peut plus fonctionner », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 21 avril 2018).
  63. « Lizy: la boulette de la maire pourrait coûter cher à Pécresse (LR) », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ « L'inéligibilité ! C'est ce que risque Valérie Pécresse, candidate Les Républicains aux prochaines élections régionales en Ile-de-France, après la découverte de 4 000 de ses tracts à la mairie de Lizy-sur-Ourcq, tenue par la maire (LR) Nicolle Conan ».
  64. A. A., « Lizy-sur-Ourcq : Maxence Gille, 30 ans, remporte les municipales partielles : Vainqueur du scrutin anticipé face à Jean-Christophe Piéquet, le jeune élu succédera à Nicole Conan au poste de maire », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 21 avril 2018) « Sa liste « Unis pour Lizy » est arrivée en tête du scrutin avec plus de 71 % des suffrages exprimés. Elle faisait face à la liste « Lizy autrement », emmenée par Jean-Christophe Piéquet, ex-premier adjoint de la maire sortante Nicole Conan. La participation a été inférieure à 40 %. (...) Ces municipales anticipées s’expliquent par des démissions en série au sein du conseil municipal, divisé depuis plusieurs mois par le conflit larvé entre Nicole Conan et Jean-Christophe Piéquet. En octobre dernier, la première avait retiré ses délégations au second ».
  65. Alexandre Arlot, « Lizy-sur-Ourcq : Maxence Gille, des couloirs de l’Assemblée à l’hôtel de ville : Attaché parlementaire depuis 2011, le jeune élu a été officiellement élu maire ce vendredi, à la suite de sa première campagne électorale », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 21 avril 2018) « A 30 ans, Maxence Gille est devenu l’un des plus jeunes maires de France. (...) Après un master de droit à Paris, celui qui se rêve diplomate effectue un stage d’un an à l’ambassade de France en Hongrie. Le retour au pays passe par l’Assemblée nationale, où il devient l’attaché parlementaire de Manuel Valls, juste avant l’entrée de ce dernier au gouvernement. Sous le mandat de François Hollande, Maxence Gille épaule tour à tour une députée et trois sénateurs, tous membres du parti socialiste. Il demeure aujourd’hui le collaborateur de Guillaume Arnell, sénateur de Saint-Martin ».
  66. « La commune obtient sa deuxième fleur : Lizy-sur-Ourcq a obtenu une deuxième fleur, dans le cadre du label Villes et villages fleuris. Elle récompense le travail des services communaux et la démarche de la commun », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 21 avril 2018).
  67. « Le service public local de l’eau potable et de l’assainissement. », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le 11 février 2021).
  68. « Seine-et-Marne - Assainissement collectif », sur eau.seine-et-marne.fr (consulté le 11 février 2021).
  69. a b et c « Commune de Lizy-sur-Ourcq - organisation des services d'eau et d'assainissement », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  70. « CC du Pays de l'Ourcq (CCPO) - Communes adhérentes et compétences », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  71. « CC du Pays de l'Ourcq (CCPO) - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  72. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le 27 mars 2020).
  73. « Le SMAAEP de Crécy_Boutigny et Environs - Services en propre », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  74. « CC du Pays de l'Ourcq (CCPO) - Services et indicateurs », sur l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le 11 février 2021).
  75. « Schéma départemental d’alimentation en eau potable de secours de Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.fr, (consulté le 3 février 2021).
  76. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  77. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  78. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  79. « Un nouveau médecin généraliste venu de l’Est : Le docteur Madalina Manea doit commencer à exercer le 2 janvier à Lizy-sur-Ourcq. Ce professeur d'université roumain a eu un véritable coup de cœur pour la commune », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 21 avril 2018).
  80. « La trésorerie fermera à la fin du mois : À Lizy-sur-Ourcq, le centre des finances publiques doit fermer définitivement ses portes le 31 décembre. La situation inquiète les 22 communes qui bénéficiaient de ce service de proximité », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 21 avril 2018).
  81. a b c et d « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Lizy-sur-Ourcq », sur http://recensement-agricole.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 26 janvier 2021).
  82. « L'agriculture en Seine-et-Marne », sur www.seine-et-marne.gouv.fr (consulté le 26 janvier 2021).
  83. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Lizy-sur-Ourcq », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le 26 janvier 2021).
  84. Notice no PA00087062, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  85. « La ligne Chauvineau, cette grande inconnue : Moins célèbre que celle de Maginot, la ligne Chauvineau était le dernier grand rempart avant la région parisienne, pendant la Seconde Guerre mondiale », La Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 21 avril 2018).
  86. « Registres paroissieux de Lizy-sur-Ourcq, Document 5MI3504 (1692-1730), page 30 », sur archives.seine-et-marne.fr (consulté le 23 juillet 2016).
  87. « Poésies de Magu, tisserand à Lizy-sur-Ourcq », sur gallica.bnf.fr (consulté le 23 juillet 2016).