Gironville (Seine-et-Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gironville.

Gironville
Gironville (Seine-et-Marne)
La mairie de Gironville.
Blason de Gironville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Fontainebleau
Canton Nemours
Intercommunalité Communauté de communes Gâtinais-val de Loing
Maire
Mandat
Vincent Combe
2014-2020
Code postal 77890
Code commune 77207
Démographie
Gentilé Gironvillois
Population
municipale
156 hab. (2016 en diminution de 8,24 % par rapport à 2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 11′ 09″ nord, 2° 31′ 44″ est
Altitude Min. 89 m
Max. 114 m
Superficie 13,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Gironville

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Gironville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gironville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gironville

Gironville est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Gironvillois(es) [1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 6 km à l'est de Puiseaux (département du Loiret), à 15 km à l'ouest de Château-Landon et à 16 km au sud-ouest de Nemours.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Gironville
Arville
Bromeilles
(Loiret)
Gironville
Beaumont-du-Gâtinais Sceaux-du-Gâtinais
(Loiret)
Mondreville

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Un écart appelé Pilvernier se situe sur les communes de Gironville et de Mondreville. Il s'est créé à proximité d'un ancien site religieux.

Trois fermes : les Vanneaux créée fin XVIIIe siècle par la famille Miger, seigneur de Gironville. Saint-Pierre et l'Avenir datent quant à elles du XIXe siècle.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune n’est traversée par aucun cours d'eau[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Gisonvila en 1207[3] ; Gisonvilla en 1220[4] ; Gisonville en 1300[5] ; Gisonville en Gastinois au XVIIe siècle [6].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Peut-être de giron « pan coupé en pointe » ou entouré, du nom de famille germanique Geron ou encore de l’anthroponyme gaulois Gisis[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1811 1823 Sulpice Fortier    
1823 1824 Jean-Baptiste Lebègue    
1824 1843 Antoine Lagorsse   châtelain, geôlier du Pape Pie VII
Colonel, Conseiller général
1843 1852 Pierre Boulay    
1852 1856 Jean Boulay    
1856 1876 Jean Trempé    
1876 1879 Emile Guyard    
1879 1888 Eugène Saillant    
         
1953 1989 Maurice Pochon    
1989 2001 Michel Jeannotin    
2001 2014 Lucien Guyard    
2014 En cours Vincent Combe[8]   Exploitant agricole

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10].

En 2016, la commune comptait 156 habitants[Note 1], en diminution de 8,24 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
370279277238298304287262305
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
281325328291265267249239243
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
236241247215228242228224201
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
186177152131131172190193161
2016 - - - - - - - -
156--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Il existait un moto-cross sur prairie en octobre jusqu'en 2012

Économie[modifier | modifier le code]

  • Village essentiellement agricole tourné vers la culture de la betterave et des céréales.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame-de-l’Assomption

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-de-l’Assomption
Le village possède une église datant probablement du XIIe siècle, même si elle n'est attestée qu'au XIVe siècle. De style roman, elle a été agrandie au XIXe siècle et restaurée en 2006.
Elle abrite une cloche du XVIIe siècle et 3 tombes. La cloche de l'église fait l'objet d'un classement au titre des Objets mobilier protégés [13].
  • Croix marquant les anciennes portes du village.
  • Quelque vestiges de l'ancien château.
  • Monument funéraire d'Antoine Lagorsse, de son épouse, de sa belle famille au cimetière.
  • Souterrains (privés).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La commune a eu comme seigneur Eustache Luillier, qui était l'avocat chargé de la défense de Jacques Cœur et dont il a épousé une descendante Marie Cœur.

On peut également citer M. Miger, lieutenant des gardes de la porte du Roi, seigneur de Gironville dont la dalle funéraire se trouve dans l'église.

Autre personnage connu : le colonel Antoine Lagorsse qui fut le châtelain et Maire de Gironville de 1825 à 1842. Il avait été chargé de surveiller et garder le pape Pie VII lors de sa détention à Fontainebleau de juin 1812 à janvier 1814, il le raccompagna ensuite jusqu'à ses états. À son retour, il épousa en 1814, Adélaïde Dubois d'Arneuville, fille du châtelain de Gironville, et à qui il succéda en 1825[réf. nécessaire].

Les registres paroissiaux sont conservés dans la mairie et aux Archives départementales de Seine-et-Marne. Peu de choses aux Archives départementales de l'Yonne, à l'évêché de Meaux, aux Archives nationales, essentiel conservé aux Archives départementales de Seine-et-Marne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Gironville Blason D'azur au pal d'argent chargé d'un écusson ovale d'azur à la fleur de lys d'or surmonté du nombre « 47 » de sable, adextré d'une grappe de raisin d'or et senestré d'une gerbe de blé du même[14].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.habitants.fr/habitants_gironville_77207.html
  2. Site SIGES - Seine-Normandie consulté le 2 juillet 2018
  3. Cartulaire de Montmartre, p. 145.
  4. Histor. France, XXIII, 659.
  5. Archives nationales, K 1170, n° 10.
  6. Cartulaire de Montmartre, p. 144.
  7. a et b « Gironville », sur http://www.genea77-shage.info (consulté en mai 2018)
  8. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en mai 2018).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. « Cloche », notice no PM77000741, base Palissy, ministère français de la Culture.
  14. « L'Armorial - Gironville (Seine-et-Marne) », sur armorialdefrance.fr (consulté le 3 novembre 2019)