Samois-sur-Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Samois-sur-Seine
Samois-sur-Seine
Samois-sur-Seine, en bord de Seine, en 2010.
Blason de Samois-sur-Seine
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Fontainebleau
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Fontainebleau
Maire
Mandat
Michel Chariau
2020-2026
Code postal 77920
Code commune 77441
Démographie
Gentilé Samoisiens
Population
municipale
2 047 hab. (2018 en diminution de 2,29 % par rapport à 2013)
Densité 325 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 27′ 10″ nord, 2° 45′ 02″ est
Altitude Min. 41 m
Max. 115 m
Superficie 6,3 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Samois-sur-Seine
(ville isolée)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Fontainebleau
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Samois-sur-Seine
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Samois-sur-Seine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Samois-sur-Seine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Samois-sur-Seine
Liens
Site web samois-sur-seine.fr

Samois-sur-Seine est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France. En 2018, elle compte 2 047 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation de Samois-sur-Seine dans le département de Seine-et-Marne.

La commune de Samois-sur-Seine se trouve dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France[1]. Son territoire s'étend sur environ 6 km le long de la Seine (rive gauche), en bordure de la forêt de Fontainebleau.

Elle se situe à 14,05 km par la route[Note 1] de Melun[2], préfecture du département et à 8,67 km de Fontainebleau[3], sous-préfecture. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Fontainebleau[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes les plus proches[Note 2] sont[4] :
Héricy (1,2 km), Vulaines-sur-Seine (2,7 km), Samoreau (3,0 km), Féricy (3,9 km), Fontaine-le-Port (4,1 km), Bois-le-Roi (4,6 km), Avon (5,2 km), Chartrettes (5,2 km).

Carte des communes limitrophes de Samois-sur-Seine.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'altitude varie de 41 mètres à 115 mètres pour le point le plus haut, le centre du bourg se situant à environ 84 mètres d'altitude (mairie)[Carte 1].

Géologiquement intégré au bassin parisien, qui est une région géologique sédimentaire, l'ensemble des terrains affleurants de la commune sont issus de l'ère géologique Cénozoïque (des périodes géologiques s'étageant du Paléogène au Quaternaire)[5],[6].

Géologie de la commune de Samois-sur-Seine selon l'échelle des temps géologiques[5],[6].
Ères Périodes géologiques Époques géologiques Nature des sols
Cénozoïque Quaternaire Holocène
CF : Colluvions de versant et de fond de vallon.
Fz : Alluvions récentes : limons, argiles, sables, tourbes localement.
Fy : Alluvions anciennes (basse terrasse de 0–10 m) : sables et graviers colluvions alluvions et apports éoliens.
Fx : Alluvions anciennes (moyenne terrasse de 10–20 m) : sables et graviers .
Fw : Alluvions anciennes de haute terrasse (terrasse de 20–30 m) : sables et graviers.
Pléistocène
Néogène Pliocène non présent.
Miocène non présent.
Paléogène Oligocène
g1AR : Argile verte, Glaises à Cyrènes et/ou Marnes vertes et blanches (Argile verte de Romainville) .
g1CB : Calcaire de Brie stampien et meulières plio-quaternaire indifférenciées.
g1GF : Grès de Fontainebleau en place ou remaniés (grésification quaternaire de sables stampiens dunaires).
g1SF : Sables de Fontainebleau, accessoirement grès en place ou peu remanié (versant).
Éocène
e6-7CH-SO : Calcaire de Champigny et Calcaire de Saint-Ouen indifférenciés.
e7MS : Marnes supragypseuses : Marnes blanches de Pantin Marnes bleues d'Argenteuil
Paléocène non présent.

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[7].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Carte des réseaux hydrographique et routier de Samois-sur-Seine.

Le système hydrographique de la commune se compose de trois[Note 3] cours d'eau référencés :

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 8,89 km[11].

Climat[modifier | modifier le code]

Samois-sur-Seine, comme tout le département, connaît un régime climatique tempéré, de type atlantique.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[12],[13].

La réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais », créée en 1998 et d'une superficie totale de 150 544 ha, est un espace protégé sur la commune. Cette réserve de biosphère, d'une grande biodiversité, comprend trois grands ensembles : une grande moitié ouest à dominante agricole, l’emblématique forêt de Fontainebleau au centre, et le Val de Seine à l’est. La structure de coordination est l'Association de la Réserve de biosphère de Fontainebleau et du Gâtinais, qui comprend un conseil scientifique et un Conseil Éducation, unique parmi les Réserves de biosphère françaises[14],[15],[16],[17].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones spéciales de conservation (ZSC) et de Zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[18].

Un site Natura 2000 a été défini sur la commune, tant au titre de la « directive Habitats » que de la « directive Oiseaux » : le « Massif de Fontainebleau »[19]. Cet espace constitue le plus ancien exemple français de protection de la nature. Les alignements de buttes gréseuses alternent avec les vallées sèches. Les conditions de sols, d'humidité et d'expositions sont très variées. La forêt de Fontainebleau est réputée pour sa remarquable biodiversité animale et végétale. Ainsi, elle abrite la faune d'arthropodes la plus riche d'Europe (3 300 espèces de coléoptères, 1 200 de lépidoptères) ainsi qu'une soixantaine d'espèces végétales protégées[20].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal de Samois-sur-Seine comprend une ZNIEFF de type 1[Note 4],[21],[Carte 2], le « Massif de Fontainebleau » (20 711,14 ha), couvrant 18 communes dont 17 en Seine-et-Marne et 1 dans l'Essonne[22]. , et une ZNIEFF de type 2[Note 5],[21], la « vallée de la Seine entre Melun et Champagne-sur-Seine » (1 062,65 ha), couvrant 15 communes du département[23].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Samois-sur-Seine est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[24],[25],[26]. Elle appartient à l'unité urbaine de Samois-sur-Seine, une unité urbaine monocommunale[27] de 2 053 habitants en 2017, constituant une ville isolée[28],[29].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire regroupe 1 929 communes[30],[31].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (49,79 % en 2018), une proportion sensiblement inférieure à celle de 1990 (51,16 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (49,79 %), zones urbanisées (25,15 %), terres arables (13,62 %), eaux continentales[Note 8] (11,43 %)[32].

Occupation des sols en 1990 et 2018[32].
Type d’occupation 1990 2018 Bilan
Territoires artificialisés
(zones urbanisées, zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication, mines, décharges et chantiers, espaces verts artificialisés ou non agricoles)
145,79 ha 23,05 % 159,08 ha 25,15 % 13,29 ha en augmentation
Territoires agricoles
(terres arables, cultures permanentes, prairies, zones agricoles hétérogènes)
90,77 ha 14,35 % 86,15 ha 13,62 % −4,62 ha en diminution
Forêts et milieux semi-naturels
(forêts, milieux à végétation arbustive et/ou herbacée, espaces ouverts sans ou avec peu de végétation)
323,56 ha 51,16 % 314,88 ha 49,79 % −8,68 ha en diminution
Surfaces en eau
(eaux continentales, eaux maritimes)
72,30 ha 11,43 % 72,30 ha 11,43 % 0 ha en stagnation

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[33],[34],[Carte 3]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 4].

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Carte du cadastre de la commune de Samois-sur-Seine.

La commune compte 58 lieux-dits administratifs[Note 9] répertoriés[35] dont la Queue-de-Fontaine (en bordure de Bois-le-Roi), Courbuisson, le Petit-Barbeau, les Plâtreries, la Madeleine, Bellefontaine (château) et Valvins (partagé avec Avon).

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 1 086 dont 89,8 % de maisons et 9,9 % d'appartements.

Parmi ces logements, 79 % étaient des résidences principales, 12,1 % des résidences secondaires et 8,9 % des logements vacants[Note 10].

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 73,7 % contre 22,9 % de locataires[36], dont 2,6 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 11] et 3,4 % logés gratuitement.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Une rue de Samois descendant vers la Seine.

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Trois routes départementales relient Samois-sur-Seine aux communes voisines :

  • la D 137, à Fontainebleau, au nord-ouest et au sud-ouest ;
  • la D 138, à Fontainebleau, à l'ouest ; à Avon, au sud ;
  • la D 210, à Avon, au sud ; à Vulaines-sur-Seine et à Samoreau, à l'est.

Transports[modifier | modifier le code]

Les gares de Fontainebleau-Avon et Bois-le-Roi, situées à proximité de Samois-sur-Seine, sont desservies par les trains de la ligne R du Transilien effectuant les liaisons : Paris - Montereau et Paris - Montargis.

La commune est desservie par sept lignes du réseau d'autocars Transdev Vulaines[37],[38] :

  • ligne no 5, qui relie Vulaines-sur-Seine à Avon ;
  • ligne no 6, qui relie Samoreau à Avon ;
  • ligne no 7, qui relie Samois-sur-seine à Fontainebleau ;
  • ligne no 9, qui relie Samoreau à Avon ;
  • ligne no 43, qui relie Sivry-Courtry à Fontainebleau ;
  • ligne no 45, qui relie Chartrettes à Fontainebleau ;
  • ligne no 112, qui relie Héricy à Fontainebleau.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Samesium en 986[39] ; Samois en 1169[40] ; Larricium Samesii en 1184[41] ; Pons de Sameis en 1189[42] ; Samesiae en 1209[43] ; Samesium en 1211[44] ; Sames en 1215[45] ; Samessium en 1220[46] ; Septmois en 1308[47] ; Samoys en 1331[48] ; Villa de Sameio, Senonensis diocesis en 1358[49] ; Sammoys en 1566[50] ; Samoy en 1656[51] ; Chamois au XVIIe siècle (Carte Boisseau)[52].

Une forme Salamoyen, rencontrée au XIVe siècle, peut laisser penser que Samoy serait une variante du nom Salomon, souvent porté dans le Nord au Moyen Âge.

Le nom de Samois-sur-Seine a été substitué à celui de Samois par décret du .

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation de la léproserie de Courbuisson : Ayant apprécié en Palestine, dès son retour de Croisade, des services des chevaliers de Saint-Lazare, le roi Louis VII le Jeune créa au XIIe siècle, une maladrerie ou léproserie à Samois-sur-Seine. La plus ancienne mention de cette léproserie date de décembre 1260 ; charte de Louis IX, qui dispense le maître de cet établissement de lui payer le cens.

Les bâtiments de Saint-Lazare de Courbuisson furent démolis en 1739.

Construction de Courbuisson en fief : Après la suppression de la maladrerie, le domaine de Courbuisson fut érigé en fief. Deux seigneurs, les sieurs Mesnager et un comte de Saint-Julien en furent propriétaires. Ce lieu devint à partir de 1858 une maison forestière avec pépinière. Les bois du voisinage portent le nom de « Ventes de Courbuisson ».

Située au bord de la Seine et à la lisière de la forêt de Fontainebleau, de nombreux écrivains, artistes et autres personnalités y séjournèrent.

Les premiers hommes recherchaient des situations insulaires, afin de se protéger et de se défendre plus facilement. Les marécages et les nombreuses îles se trouvant sur le bas-Samois, plus nombreuses autrefois, offraient une situation privilégiée. Aujourd'hui, on peut en reconnaître trois :

  • « l'Île aux Barbiers », la plus grande, au milieu du fleuve où s'adossait jadis un barrage (« l'Île de la Jonchère » jointe à celle au Barbier par le service des Ponts et Chaussées au siècle dernier) ;
  • « l'Île du Berceau », accessible par le quai Franklin Roosevelt en empruntant les ponts qui surplombent l’Avau Terre, le bras de la Seine situé entre Samois et l’île. Cette dernière est particulièrement connue pour avoir vu se dérouler de 1983 à 2015 le Festival Django Reinhardt, aujourd'hui déplacé au château de Fontainebleau à la suite d'une crue de la Seine et de la nouvelle législation concernant la sécurité des rassemblements publics[53] ;
  • « l'Île de Thérouenne » (ou Thiérouante), plus rapprochée de la rive droite de la commune d'Héricy, se devine encore (face au stade de La Touffe et en aval) mais commence à se combler par l'amas de vases, de roseaux et parfois de déchets ménagers, donc à fusionner, avec la terre ferme.

Le pont de bois gaulois[modifier | modifier le code]

Les relations commerciales entre les deux rives de la Seine nécessitaient la création d'un « grand pont ». Un pont en bois fut construit entre le Bas-Samois (face à la rue du Bas-Samois) et Héricy, s'appuyant en son milieu sur l'île de la Jonchère. Ainsi fut constitué, l'un des ponts le plus long qui ait existé sur la Seine (il avait plus de 300 mètres), entre Montereau-Fault-Yonne et Évry.

Le pont de pierre romain[modifier | modifier le code]

Les Romains, maîtres du pays, ayant besoin d'un passage stratégique et colonisateur, utilisèrent et remplacèrent le pont de bois destructible, par un pont de pierre. Ce serait à l'empereur Julien que l'on voudrait en attribuer la construction, mais le long règne de Constance Chlore, de 293 à 306, paraît bien plus propice à l'exécution d'une œuvre aussi importante. Le « pont de pierre de Samois » d'une longueur de 300 mètres, fut reconstruit au XIIe siècle, pour créer un grand chemin royal de Melun, Moret-sur-Loing et Montereau-Fault-Yonne. À l'époque, Samois se nommait Samosius ou Samusius.

Il a été trouvé à Héricy dans des sépultures, des monnaies aux effigies de Néron, de Marc Aurèle, de Constantin Ier et autres ; ce qui confirme que les Romains étaient installés sur les deux rives de la Seine.

Un lieu de passage et de commerce[modifier | modifier le code]

Port fluvial de Samois-sur-Seine.

La présence de ce pont explique que Jeanne d'Arc soit passée par Samois lorsqu'elle a voulu traverser la Seine pour se rendre de Vaucouleurs à Chinon.

En 1779, les voyageurs se rendant de Paris à Fontainebleau prennent le coche d'eau jusqu'à Valvin, pour un prix de 2 livres 10 sous. Le voyage dure douze heures[54].

Pont de Valvins[modifier | modifier le code]

L'ancien pont romain entre Samois-sur-Seine et Héricy n'existant plus, Louis XVIII décide d'en reconstruire un, entre ces deux communes. De construction de bois fourni par les forêts environnantes, son emplacement plus en amont du village, à hauteur de Samoreau, est plus favorable grâce à un rétrécissement de la Seine. En 1811 les travaux débutent, mais c'est seulement en 1825 que le premier pont de Valvins sera inauguré. Pour être plus solide et adapté à la vie moderne, en 1866 le pont est reconstruit en structure métallique. Après la Seconde Guerre mondiale, le pont entièrement détruit par l'armée allemande, sera entièrement reconstruit en béton armé, plus large et bitumé, pour faciliter la circulation toujours plus nombreuse[55].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
12 novembre 1944 1959 Jules Durupt SE  
1959 1966 Roger Carton SE  
1966 1977 Edmond Ravot SE  
20 mars 1977 13 mars 1983 Marc Jeunet SE  
13 mars 1983 18 juin 1995 Jean-François Robinet UDF Journaliste
Conseiller général de Fontainebleau (1992 → 2015)
18 juin 1995 18 mars 2001 Annick Irlinger SE  
18 mars 2001 9 mars 2008 Georges Guillo-Lohan SE  
9 mars 2008 mars 2014 Jean-François Robinet UMP Journaliste
Conseiller général de Fontainebleau (1992 → 2015)
Ancien conseiller régional d'Île-de-France (1998 → 2004 puis 2007 → 2008)
mars 2014 juillet 2020[56] Didier Maus UDI-PR
puis MRSL
Conseiller d'État, constitutionnaliste
Vice-président de la CC du Pays de Fontainebleau (2014 → 2016)
2020   Michel Chariau    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Villes jumelées avec Samois-sur-SeineVoir et modifier les données sur Wikidata
Villes jumelées avec Samois-sur-SeineVoir et modifier les données sur Wikidata
VillePaysPériode
Harbury[57]Flag of the United Kingdom.svgRoyaume-Unidepuis

Harbury est un village perché sur le passage de l'antique voie romaine, la Fosse Way à l'ombre du château de Warwick.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Dans un ouvrage de l'abbé Jean-Joseph Expilly, en 1766, un dénombrement sur la circonscription de Melun indique 122 feux (foyers) sur la commune de Samois[58]. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Samois-sur-Seine depuis 1793 :

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[59]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[60].

En 2018, la commune comptait 2 047 habitants[Note 12], en diminution de 2,29 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,47 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8958089279741 0531 0381 0551 1021 150
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0661 0851 1451 0871 0921 1911 1301 0201 036
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0311 0501 0949421 0141 1241 1131 2731 364
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 3801 3731 5741 5741 9162 2362 0792 1072 093
2018 - - - - - - - -
2 047--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[61] puis Insee à partir de 2006[62].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Samois-sur-Seine est située dans l'académie de Créteil. La ville administre une école maternelle et une école élémentaire communales[63].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 879 (dont 74 % imposés), représentant 2 136 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 31 070 euros[64].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2017 , le nombre total d’emplois dans la zone était de 356, occupant 861 actifs résidants.

Le taux d'activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 69,2 % contre un taux de chômage de 8,4 %.

Les 22,4 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 10,8 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 6,2 % de retraités ou préretraités et 5,4 % pour les autres inactifs[65].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre d'établissements actifs était de 270 dont 2 dans l'agriculture-sylviculture-pêche, 9 dans l’industrie, 14 dans la construction, 209 dans le commerce-transports-services divers et 36 étaient relatifs au secteur administratif[66].

Ces établissements ont pourvu 452 postes salariés.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Lavoir de Samois-sur-Seine.
Monuments et sites, inventaire au
Intitulé Monument classé Monument inscrit
Les Caves, 25 rue Auguste-Joly x
Église x
Villa Les Fontaines Dieu - 1, quai Franklin-Roosevelt x
Intitulé Site classé Site inscrit
Forêt domaniale de Fontainebleau x
Iles aux Barbiers, de la Jonchère et du Berceau x
Site des abords du ru de la Gaudinel x
Source : Iaurif[67]

Les Caves, 25 rue Auguste-Joly[modifier | modifier le code]

Cette ancienne chapelle a été inscrite à l'inventaire des monuments historiques le [68].

Le couvent - le prieuré - l'église - l'ancien presbytère.

Le château et l'ermitage de La Madeleine[modifier | modifier le code]

Fondé par le gentilhomme breton Jacques Godemel avec l'assentiment du roi Louis XIII, cet ermitage devient rapidement un lieu de pèlerinage. Louis XIV y fit construire un pavillon et un bassin pour accueillir les eaux des sources afin d'alimenter un moulin en contrebas. Les carmes du prieuré des Basses-Loges à Avon s'y installent, puis cèdent l'ermitage, en 1750, à Louis François Thouron de Morangel. Le nouveau propriétaire construit, en avant du pavillon édifié par Louis XIV, deux bâtiments, auxquels est ajouté un autre édifice en 1752. Vendu comme bien national durant la Révolution, l'ensemble réintègre le domaine royal sous Charles X. La monarchie de Juillet l'inscrivit sur la « liste civile » du roi Louis-Philippe. C'est de ce dernier que madame Hamelin, ancienne Merveilleuse du Directoire, espionne durant l'Empire, devenue légitimiste sous le règne de Louis-Philippe, reçoit à bail en 1830, les 2 hectares, 75 ares et 21 centiares de l'Ermitage de la Madeleine, avec la maison, ses dépendances, son jardin et son parc, le tout pour la somme de 300 francs l'an. Madame Hamelin y fréquentera de nombreuses années le couple Victor Hugo ses voisins et y attirera d'éminentes personnalités artistiques et politiques de l'époque dont Chateaubriand, Berryer ou encore Laure Regnaud de Saint-Jean d'Angély. Par ailleurs, elle se prit de tendresse pour la petite Antonia surnommée Tony, la fille du boulanger de Samois, dont elle s’occupa telle une réelle grand-mère de substitution jusqu'à sa mort[69]. À la mort de madame Hamelin, en 1851, la Deuxième République renverra le domaine au privé, en le cédant à l'agent de change, Alfred de Tattet, enterré au cimetière de Samois-sur-Seine, ami de George Sand et d'Alfred de Musset, qui y feront là maints séjours et y composeront certaines de leur œuvres. Démoli, le château est rebâti en 1912. Après la Deuxième Guerre mondiale, le château, aujourd'hui propriété privée, est le siège du SHAPE (en anglais Supreme Headquarters Allied Powers Europe, SHAPE) signifiant « Centre de commandement militaire des forces alliées en Europe » pour l'OTAN. L'ensemble sera restauré en 1991 par l'institution qui l'occupe.

Le couvent - Le prieuré - L'église - L'ancien presbytère[modifier | modifier le code]

Un couvent, de l'ordre de saint Augustin existait autrefois à Samois. L'église d'alors faisait partie de cet ordre et pour cela, la tour du clocher qui remonte au XIe siècle, avec le chœur du douzième, sont les seuls restes de cet édifice.

Église Saint-Hilaire[modifier | modifier le code]

Cette église a été inscrite à l'inventaire des monuments historiques le [70].

L'une des cloches[71], datée de 1789, a été classée à l'inventaire des monuments historiques le [72].

De même, la châsse-reliquaire[73], en bois peint avec six statuettes en bois doré, surmontée de pots à feu et d'un temple au sommet, a été classée à l'inventaire des monuments historiques le [74].

À l'intérieur de cette église, on peut admirer une statue de la Vierge à l'Enfant[75], datée du XIVe, classée à l'inventaire des monuments historiques le [76].

Dans le cimetière, la croix[77] supportant une statuette de saint Hilaire, patron de la paroisse, en costume épiscopal, datée du XIVe, a également été classée à l'inventaire des monuments historiques le [78].

Villa Les Fontaines-Dieu[modifier | modifier le code]

Cette maison, construite en 1896 a été transformée en luxueuse résidence par l'architecte Eugène Cottin. Elle a été inscrite à l'inventaire des monuments historiques le [79].

Jardins remarquables[modifier | modifier le code]

De nombreux jardins ont été inventoriés au pré-inventaire des jardins remarquables de France :

  • jardin de la villa Ruissel-sous-Bois, 10 quai des Plâteries[80] ;
  • jardin de la villa Rochefontaine, 14 quai des Plâteries[81] ;
  • jardin de la villa Marie-Fanny, 5 quai Franklin-Roosevelt[82] ;
  • jardin de la villa des Sources, 9 quai Franklin-Roosevelt[83] ;
  • jardin de la villa du Country-Club, 11 quai Franklin-Roosevelt[84] ;
  • jardin du parc du château de Bellefontaine[85] ;
  • jardin de la villa Les Fontaines-Dieu, 1 quai Franklin-Roosevelt[86].

La tour de Samois[modifier | modifier le code]

La tour de Samois, située sur le sommet du rocher de Samois est une tour d'observation élévée dans un but touristique en 1880 par Hebert Isidor. La tour est aujourd'hui abandonnée et interdite d'accès.

Le quai Franklin-Roosevelt - port fluvial[modifier | modifier le code]

Belles promenades le long des quais jonchés de péniches, et bordés de restaurants jusqu'au chemin de halage. Autrefois existait une écluse avec double barrage et passerelles de halage.

Le château de Bellefontaine[modifier | modifier le code]

Propriété du prince Nicolas Troubetskoï, puis de Catherine Troubetskoï (1840-1875) et du Prince Nicolas Orloff, (1827-1885), ambassadeur de Russie à Bruxelles, Vienne, Londres et Paris. Il participe à la constitution de l'Alliance franco-russe. Il meurt au château de Bellefontaine le et bénéficie de funérailles imposantes. Le service funèbre est célébré dans le château selon le rite orthodoxe, en présence du nouvel ambassadeur russe, le baron Mohrenheim. Le prince Vladimir Nicolaievitch Orloff, fils de Nicolas Orloff, meurt à Bellefontaine, où il s'était retiré au lendemain de la révolution russe[87].

Le domaine du château de Bellefontaine occupe près de 4 ha sur les communes de Samois et d'Avon, sur un site classé Natura 2000. En , la ville de Paris, propriétaire du domaine depuis 1944, s'est résolue à le mettre en vente. Lancé en 2006, un projet d'aménagement pour de l'action sociale n'a pas abouti et le château se retrouve dans un état très dégradé[88]. Le projet de vente, prévu pour deux millions d'euros, a été présenté au conseil municipal du [89].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Familles illustres[modifier | modifier le code]

  • Geoffroi Guignart, possédant des fiefs du Ménil (Le Châtelet-en-Brie) et Les Écrennes, héritier de la maison de Samois, lègue aux religieux de l'église de Sainte-Marie de Barbeau dix arpents de terre situés sur la commune.
  • Hugues Guignart, chevalier de l'hôtel du roi Saint-Louis, l'accompagne en 1269 à Tunis, lors de sa dernière croisade en Terre-Sainte.
  • Robert Guignart, petit-fils de Geoffroi Guignart, né en 1260 et mort en 1325, chevalier et co-seigneur de Samois, est inhumé dans l'église du prieuré de Samois dépendant de l'abbaye du Jard.
  • Simon Guignart, gentilhomme co-seigneur de Samois, possède plusieurs domaines, près du monastère de Barbeau et sur Samois-sur-Seine[90].

Autres personnalités[modifier | modifier le code]

Madame Hamelin.
Plaque à la mémoire de Django Reinhardt.


  • Jean de Samois ( -1302), religieux franciscain français devenu évêque de Lisieux[91], y est né.
  • Jeanne d'Arc[pourquoi ?] (1412-1431), figure emblématique de l'Histoire de France.
  • Mathurin Fouquet (1755-1825), avocat, a légué sa maison de Samois et ses autres biens pour l'établissement d'un hospice dirigé par les sœurs de Saint-Vincent-de-Paul. Une rue du village porte son nom.
  • Fortunée Hamelin (1776-1851), dite Madame Hamelin, amie de Joséphine de Beauharnais[69].
  • Victor Hugo[pourquoi ?] (1802-1885), écrivain et philosophe.
  • Clément-Auguste Andrieux (1829-1880), peintre et lithographe, y est mort.
  • Élémir Bourges (1852-1925), écrivain français, y résida.
  • Armand Point (1860-1932), artiste peintre, ami d'Élémir Bourges depuis 1890, y résida jusqu'en 1892, puis s'installa à Marlotte.
  • Fernand Labori (1860-1917), juriste français, qui fut notamment le défenseur d’Émile Zola en 1898 et du capitaine Alfred Dreyfus, devant le conseil de guerre, à Rennes en 1899 ; fut maire de Samois de 1903 à 1904 et député de Seine-et-Marne de 1906 à 1910.
  • Émile Dermenghem (1892-1971), chartiste et écrivain, y est mort.
  • Gaston Reverchon (1901-1982), président-fondateur de Reverchon Industries, sont le siège social se situait à Samois-sur-Seine.
  • Georges Simenon[pourquoi ?] (1903-1989), écrivain belge de romans policiers.
  • Pierre Bourgeois (1904-1976), dirigeant français de l'industrie musicale et de la télévision. Il fut, avec l'ancien maire de Samois Jean-François Robinet, le cofondateur du 1er festival Django Reinhardt de Samois en 1968. Membre du conseil municipal de 1974 à 1976, y résidait, y est mort et y est enterré.
  • Joseph-Marie Lo Duca (1910-2004), écrivain italien, y habita et y est mort.
  • Django Reinhardt (1910-1953), guitariste manouche, s'installe à Samois en 1951, y est inhumé.
  • Hortense Dufour[pourquoi ?] (1946- ), romancière française.
  • Véronique Sanson (1949- ), pianiste, auteur-compositeur-interprète de chansons. Une partie du documentaire, Véronique Sanson, une fée sur son épaule diffusé sur France 5, le , se déroule à Samois.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Samois sur Seine

Parti : au premier d'azur à la tour d'argent posée sur un mont au naturel, au second de gueules à l'arbre arraché cousu de sinople surmonté de quatre oiseaux volants de sable ; au pont de trois arches d'argent sur une rivière ondée aussi d'argent et d'azur, brochant en pointe sur la partition.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chef-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. Les points de confluence donnés par Sandre sur la commune de Samois-sur-Seine sont contestables car situés sur la Seine : Les points terrestres où le ru de la Vallée Javot et le fossé 01 des Fontaines de Saint-Martin rejoignent la Seine sont sur la commune de Fontaine-le- Port, le point terrestre où le ru de Froideur rejoint la Seine est sur la commune de Héricy, ainsi que le bras de la Seine F4404001, le point terrestre où le ru de Dondaine rejoint la Seine est sur la commune de Vulaines-sur-Seine.
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  9. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  10. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  11. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  12. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. « Samois-sur-Seine » sur Géoportail. Carte IGN classique.
  2. « Zones ZNIEFF de Samois-sur-Seine » sur Géoportail (consulté le 15 janvier 2021)..
  3. « Samois-sur-Seine - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).
  4. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Métadonnées de la commune de Samois-sur-Seine », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. « Distance entre Samois-sur-Seine et Melun », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. « Distance entre Samois-sur-Seine et Fontainebleau », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches de Samois-sur-Seine », sur www.villorama.com (consulté le ).
  5. a et b « InfoTerre », sur le site du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) (consulté le ).
  6. a et b « Carte géologique harmonisée du département de la Seine-et-Marne » [PDF], sur le site du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) (consulté le ).
  7. « Plan séisme consulté le 11 novembre 2020 ».
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Seine (----0010) ».
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras de la Seine (F4405101) ».
  10. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras de la Seine (F4405801) ».
  11. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 26 avril 2019
  12. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le ).
  13. « Liste des espace protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  14. « Réserve de biosphère de « Fontainebleau et Gâtinais » », sur mab-france.org (consulté le ).
  15. « la zone centrale de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « la zone de transition de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. « la zone tampon de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le ).
  19. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Samois-sur-Seine », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « site Natura 2000 FR1100795 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Samois-sur-Seine », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « ZNIEFF le « Massif de Fontainebleau » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « ZNIEFF la « vallée de la Seine entre Melun et Champagne-sur-Seine » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  26. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  27. « Unité urbaine 2020 de Samois-sur-Seine », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  28. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  29. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  30. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  31. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  32. a et b « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  33. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le ).
  34. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le ).
  35. Site territoires-fr.fr consulté le 26 avril 2019 sous le code commune 77441.
  36. Statistiques officielles de l'Insee, section Logement consulté le 28 mai 2020
  37. « Réseaux de bus - Transdev Ile-de-France Vulaines », sur transdev-idf.com (consulté le ).
  38. « Plans & horaires - Samois-sur-seine », sur transdev-idf.com (consulté le ).
  39. Halphen-Lot, Lothaire, p. 132.
  40. Gallia chr., XII, instr., col. 39.
  41. Delaborde, Philippe-Auguste, I, p. 142.
  42. Archives nationales, LL 1158, p. 336.
  43. Archives nationales, S 1344, n° 11.
  44. Archives nationales, K 27, n° 32.
  45. Archives nationales, S 2155, n° 11.
  46. Histor. France, XXIII, 682.
  47. Henri Stein, Curiosités locales, III, p. 11.
  48. Longnon, II, 417.
  49. Annales Gâtinais, XXXIII, 1915, p. 139.
  50. Archives nationales, S 3764.
  51. Archives nationales, Y 194, fol. 125.
  52. Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 513.
  53. Pourquoi nous devons quitter l'île du Berceau sur le site du festival, consulté le 7 septembre 2018
  54. Pierre Thomas Nicolas Hurtaut, « Dictionnaire historique de la ville de Paris et de ses environs », 1779, tome II, p. 371.
  55. Charles Nodier, Mure de Pélanne, La seine et ses bords, vol. 43, Paris, Au bureau de la publication, , p. 70.
  56. Yoann Vallier, « Didier Maus ne briguera pas de second mandat à Samois-sur-Seine : Alors qu’une nouvelle liste s’est déclarée avec comme tête de liste l’actuel maire-adjoint Marc Montenvert, Didier Maus annonce qu’il ne briguera pas un second mandat », La République de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le ) « J’ai décidé de ne pas être candidat pour un nouveau mandat de maire. Je souhaite pouvoir accorder plus de temps à d’autres aspects de ma vie familiale et personnelle. Je resterai comme depuis 40 ans, au service de notre village et de ceux qui l’aiment ».
  57. « https://www.samois-sur-seine.fr/rubrique.php?id=264 »
  58. Jean-Joseph Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Paris, Desaint et Saillant, (lire en ligne), p. 658.
  59. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  60. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  61. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  62. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  63. « Rentrée scolaire 2009-2010 », sur site de la mairie de Samois-sur-Seine, (consulté le ).
  64. Statistiques officielles de l'Insee, section « Revenus et pauvreté des ménages », consulté le 11 novembre 2020
  65. Statistiques officielles de l'Insee, section « Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2017 », consulté le 11 novembre 2020
  66. Statistiques officielles de l'Insee, section « Caractéristiques des établissements en 2015 », consulté le 11 novembre 2020
  67. Fiche communale « Monuments historiques » sur le site de l'Iaurif. Consulté le 22 septembre 2009
  68. Notice no PA00087279, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  69. a et b maurice Lescure, Madame Hamelin, merveilleuse et turbulente fortunée (1776-1851), Chapitre XXVII :Fortunée et son ermitage de la Madeleine, l'Harmattan, .
  70. Notice no PA00087278, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  71. Inventaire Base Mérimée : PM77001641]
  72. Notice no PM77001641, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  73. Inventaire Base Mérimée : PM77002173]
  74. Notice no PM77002173, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  75. Inventaire Base Mérimée : PM77001640]
  76. Notice no PM77001640, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  77. Inventaire Base Mérimée : PM77001639]
  78. Notice no PM77001639, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  79. Notice no PA77000020, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  80. Notice no IA77000105, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  81. Notice no IA77000106, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  82. Notice no IA77000107, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  83. Notice no IA77000108, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  84. Notice no IA77000109, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  85. Notice no IA77000110, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  86. Notice no IA77000111, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  87. Le Gaulois, du 3 septembre 1927 sur Gallica.
  88. « Le château de Samois va être vendu », Le Parisien, 11 mai 2011. Consulté le 20 mai 2011.
  89. Projet de délibération pour la cession du château de Bellefontaine situé à Samois-sur-Seine et à Avon (77), ordre du jour du conseil municipal du 13 mai 2011, sur le site de la Ville de Paris. Consulté le 20 mai 2011.
  90. P Louis Lainé, Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France, ou, Recueil de preuves, mémoires et notices généalogiques, servant à constater l'origine, la filiation, les alliances et les illustrations religieuses, civiles et militaires de diverses maisons et familles nobles du royaume, Paris, , p. 7.
  91. Académie des inscriptions & belles-lettres (France), Maurists, Histoire littéraire de la France : ouvrage commencé par des religieux bénédictins de la Congrégation de Saint Maur, et continué par des membres de l'Institut, Paris, Imprimerie nationale, , p. 458.